Macron, jeu de cons en Corse

Je vais dire un truc sympa sur Macron: en Corse, il n’a pas démérité. Les élus nationalistes m’exaspèrent. Ils ont eu davantage que ce qu’ils méritaient.

Certes, Macron n’a pas été poli, il a même été hargneux dans son premier discours, mais je n’étais plus surpris tant le jeune monarque a depuis longtemps convaincu de son arrogance. Président, il aurait du être aussi de la mêlée. En attaquant l’un de ses interlocuteurs, Gilles Simeoni, ancien avocat de Colona, Jupiter a commis une faute.

Mais pour le reste, reconnaissons lui bien généreusement qu’il a renvoyé dans les choux des nationalistes qui sont coincés dans leurs postures symboliques et jusque-boutistes.

Je suis favorable à l’indépendance à de la Corse, rapide, le plus rapidement directe. Et nette, bien tranchée. Merci, au-revoir, adieu, bye bye.

Les représentants d’une communauté, qui n’ont gagné cette fois-ci que sur fond d’abstention, expriment une énième fois leur hargne contre la métropole. Macron leur a offert d’inscrire la Corse dans la Constitution.

Ces gens voulaient des symboles, ils en ont obtenu un et pas des moindres.

Pour le reste, Macron a justement renvoyé les requêtes de ces Napoléons d’opérette.

Publicités

No resignation at all

Last week, it was repeated to envy that even the brilliant François Ruffin would begin to doubt the capacity of left-wing France Insoumise would fail to achieve power. This is not the issue of French politics.

Jean-Luc Mélenchon himself acknowledges his disappointment. Ten days ago, the results of the first round of two parliamentary elections were sad: voters’ abstention was higher than ever. Have the French become indifferent?

The weakness of citizens’ mobilization strikes everywhere: observe the ridiculous turn-out in Wauquiez’election at the head of LR, or the melting of the LREM workforce . Even the Socialist Party survives only because of its local presence.

Has France become a-political?

Rather than gloss over tactics, everyone should be interested in the substance of actions and speeches, explaining what we are experiencing and seeing. To do so, it is probably necessary to reverse news hierarchy; and take the time to listen and read; Avoid dive too deep into the buzz, futile controversy, or even comments of small political talks. Rather than blaming their opponents, Macronist supporters should help us understand why their mentor’s action is so successful.

When there is no longer election at sight and when Macronist marketing puts us to sleep, to be interested in French politics deserves effort and relentlessness. However, French politics is far from having reached any equilibrium: our governement’s answers to worsened inequalities, new forms of precariousness, ecological disasters, and financial instability are so weak or non-existent that one can think that the relative general indifference is only the premise of a coming shock.

Be aware.

Insoumis, fatigué ?

La semaine dernière, on répétait à l’envie que même le brillant Ruffin commencerait à douter des capacités de la France insoumise à parvenir au pouvoir. Le problème n’est pas là.

Mélenchon reconnait la déception, dimanche dernier, par les résultats de premier tour de deux élections législatives partielles: l’abstention s’est encore creusée. Les Français deviennent -ils indifférents ? a-politiques ?

La faiblesse des mobilisations frappe tous les camps: observez la participation ridicule à l’élection de Wauquiez à la tête de LR, ou la fonte des effectifs de LREM. Le Parti socialiste ne survit que grâce à son implantation locale.

La France est-elle devenue a-politique ?

Plutôt que de gloser sur les tactiques, chacun devrait s’intéresser au fond des actions et des discours, à expliquer ce que nous vivons et voyons. Il faut pour cela inverser sans doute la hiérarchie des informations, comme cela a déjà été évoqué de nombreuses fois dans ces colonnes; prendre le temps d’écouter et de lire; s‘éviter de plonger dans le buzz (difficile), la polémique futile (difficile également), ou les commentaires de la dernière petite phrase d’un ponte de la Macronista. Plutôt que de fustiger l’opposition, les supporteurs macronistes devraient nous aider à comprendre pourquoi l’action de leur mentor est si réussie et si louable. Cet exercice, sans doute passionnant, manque de promoteurs qui ne soient pas dans la répétition d’éléments de langage ou de langue de bois.

S’intéresser à la politique de notre pays, à un moment où il n’y a plus d’enjeu électoral et le marketing macroniste nous endort, mérite un effort, presque un acharnement. Pourtant, la France politique est loin d’avoir atteint un quelconque « point d’équilibre » comme cela a pu le cas, provisoirement, dans son histoire: les inégalités s’aggravent, l’enrichissement de quelques-uns progresse. Et les réponses ou la considération de nos dirigeants aux nouveaux défis – nouvelles formes de précarisation nées de la révolution numérique, catastrophes écologiques, instabilité financière – sont si faibles voire inexistantes que l’on peut penser que la relative indifférence générale n’est que le signe d’un choc à venir, plus grave, plus fort.

Comment ne pas harceler une femme (ou un homme)

Un peu d’humour, nous sommes dimanche.

Rachel Parris est une humoriste britannique très talentueuse et, malheureusement, je n’ai pas trouvé comment vous traduire l’une de ses dernières interventions à la BBC.

 

 

Chanson du dimanche: « la mère »

Une très jolie de chanson de Brandi Carlile, entendue « live » il y a bientôt 18 mois quelque part aux Etats-Unis, l’hommage d’une mère, gay et gaie, à sa petite fille.