A quoi sert Raphaël Enthoven ?


Il parle bien, on sent même qu’il s’écoute parler. Son flow est fluide, la rime est choisie avec goût, la formule claque.
Mais la forme l’emporte toujours sur le fond.

Raphael Enthoven est un chroniqueur radiophonique, du lundi au vendredi sur Europe 1 dans cette matinale d’informations qui s’effondre. Sa propre chronique est, à en croire les mauvaises langues, l’occasion d’un décrochage supplémentaire, presque fatidique de l’audience d’une séquence qui mérite mieux.

Sur Twitter, Raphael Enthoven tacle, interpelle, et répond. On croit sentir qu’il prend plaisir. On peut le remercier pour cet effort à « débattre« . On pourrait louer son obstination.

Raphaël Enthoven a ses têtes de Turc. Je n’avais pas saisi, au début, le parti pris idéologique du garçon. Il choisit les violences et ses indignations. La semaine précédant puis la semaine suivant l’adoption de l’immonde loi Asile et immigration, le philosophe moraliste n’a pas eu de mots, pas d’inspiration pour commenter. Pas le courage de dire s’il désapprouvait. Il a consacré ses centaines de Tweets et sa dizaine de chroniques à d’autres sujets. Non pas que certains ne méritaient pas d’analyse ni de commentaires. Mais comment comprendre que vous ne commentez pas pareil fait politique quand votre activité quotidienne est de commenter l’actualité politique ?

Raphaël Enthoven est tombé dans le panneau. Il « trolle« . Il est devenu troll. Il braille fort sur peu pour éviter de penser beaucoup ou trop fort. Il divertit au sens littéral du terme. Il tente d’orienter l’attention loin de l’essentiel de l’action politique.

Quand Ruffin lance sa « Fête à Macron », le troll philosophe reprend l’accusation du gouvernement que l’expression désigne une agression, une forme de violence. (Sur le sujet, soyons généreux: il a presque raison. Il s’agit bien de faire sa fête, c’est-à-dire de le railler, le moquer, le conspuer, le fustiger, et non de le célébrer.)

Il était cocasse, ce 5 mai, de le voir tomber. La chute fut aussi brève et sèche que son tweet sur le sujet.

enthoven.jpg

 

Nous aurions humblement un conseil pour le troll philosophe: qu’il trolle moins et philosophe davantage. Les sujets ne manquent pas, tels le rapport de forces entre les riches et les pauvres, la précarisation des fragiles et le rôle éventuel des services publics pour les protéger; de l’ampleur de la violence sociale versus le spectacle de la violence de quelques fils de bourgeois déguisés en anarchistes.

Éventuellement qu’il pense « contre sa classe ».

Ce ne sont que des suggestions.

Publicités

213 réflexions sur « A quoi sert Raphaël Enthoven ? »

  1. Sur Internet, un Troll est une personne qui, sur un forum, aborde un sujet à controverse provoquant de vives réactions et des discussions à n’en plus finir. Le troll relance souvent les mêmes sujets qui provoquent systématiquement les mêmes réactions. Le troll peut-être conscient ou non de troller.

    Presque comme ici en bref.
    Une simple question : qu’ a d’ immonde la loi sur l’ immigration?
    Pour mémoire, actuellement nous subissons une invasion de sans papier n’ ayant aucun droit d’ être sur notre sol.
    Ne pas confondre avec une immigration de gens avec visa.

  2. « Raphaël Enthoven a ses têtes de Turc. Je n’avais pas saisi, au début, le parti pris idéologique du garçon. Il choisit les violences et ses indignations. »

    On croirait votre autoportrait ! En somme, ce que vous lui reprochez, à ce garçon dont j’ignore tout, c’est simplement d’avoir des œillères idéologiques orientées différemment des vôtres : ça n’est pas bien grave…

    Sinon, votre Raphaël devrait éviter de donner des leçons de français aux autres, tant qu’il ne l’aura pas appris lui-même : « faire la fête de quelqu’un » est du pur charabia.

      1. Tiens, je l’ai connu, Me Capello, au temps de ma jeunesse folle ! J’ai même pris, une fois, le métro avec lui : dans un wagon bien rempli de braves travailleurs, il parlait extrêmement fort, pour m’expliquer que la plupart de nos contemporains étaient de parfaits abrutis, et postillonnait dans tous les sens : je ne savais plus où me mettre (au propre comme au figuré).

  3. allez, un autre philosophe qui n’a rien à voir avec un aboyeur de cirque.

    Mais entendons nous, c’est chacun les siens..

  4. Alors qu’il est tellement plus confortable de se taire ou de rien écrire, ainsi la certitude de ne contrarier personne, qui de facto laisse tranquille.
    Cool vs pas cool.
    Une paire d’exemples (au pif) Adamo, J Clerc, et tant d’inconnus ! ..qui ne dérangent personne. Chic !
    Ou pragmatique: s’adapter, coller à son époque. Elle si propice à l’égoïsme, il serait ballot de ne pas en profiter !

    Genre: « pas l’temps » (= pas envie) ou: « je ne sais pas » (= ça ne me regarde pas) font florès !
    La couleur ? la pétanque ? la musique ? ..clivent !
    Heureusement il reste la météo, ..Chouette !
    Bonne Journée 😀 ..à chacun son destin, et nature,

  5. Si on ne peut plus faire la fête pour célébrer une premiere année de mandat…sans subir des leçons de grammaire d’un philosophe ….mais où va t on ….je vous le demande ? 😀
    Me Enthoven, qui parle et écrit tres bien, devrait aussi peut être écouter tous ces  » braves » gens qui n’avaient pour la plupart rien à faire des revendications grammaticales des uns et des autres …dont le mépris est de plus en plus flagrant !

  6. Contrairement aux affirmations de R.E, on peut faire la fête à quelqu’un sans lui casser la figure . Il suffit de le ridiculiser ( plus ou moins légèrement ) . Ca fait , parfois, beaucoup plus de mal à l’ego, qu’un uppercut au menton . La preuve : la réaction de la macronie face à la F.I.

  7. En septembre il y aura sans doute la célèbre « fête à neuneu ».
    Man dieu !🤣

    1. En novembre il y a aussi « la fête aux harengs » en Seine Maritime.
      Même si beaucoup l’appellent désormais la fête du hareng, France 3 clairement, écrit : la fête aux harengs.

      Vous avez 2 heures pour faire un exposé sur les us et coutumes :-))

      1. Oui mais non vilaine !!!
        Il s’agit de la foire aux harengs.
        Mes excuses à plat ventre à fr 3 :-((

        1. les maquereaux font la teuf, ..si les lécheuses de boules ont rapporté gros !

          zut, ici aussi le temps se couvre (et) je parie que ce soir le jour va tomber !

  8. Enthoven a appris comment faire philosophe, le parler, les tics, les attitudes, le sens de l’à propos de ceux qui passent à la télé pour philosopher, en fait, il est bien noté… et c’est tout.
    Ça va pas être facile pour lui de changer de métier…
    Il a un avantage, ce ne sont pas ses convictions qui vont le freiner, il n’en a aucune…

  9. Allez, un peu de respect pour quelqu’un qui a réussi à piquer sa nana à son père (Carla Bruni, aujourd’hui Carla Sarkozy ).

  10. Franchement : que penser des velléités révolutionnaires et du sens civique d’un pays qui se révolte contre le passage de la vitesse maximale de 90 à 80 km/h sur les RN (ce qui représente , compte tenu de la longueur du trajet moyen de ceux qui les empruntent, un retard de 2 minutes. ..) pour tenter de diminuer le nombre de morts sur les routes ?

    1. @Elie Arié
      Tout le monde se fiche de ce changement de 90 à 80km/h. Arrêtez de taire les sujets importants.

      La loi asile et immigration, la « réforme » de la SNCF, la future réforme des retraites, les ordonnances travail, sont des sujets primordiaux qui sont la suite du travail du social-traitre Hollande, l’immonde et dernier représentant de la deuxième gauche qui n’avait de gauche que le nom.

      Faible avec les forts et fort avec les faibles, voilà le trait du néo-libéralisme. Quelle belle expérience contre le fascisme !

    2. Elie
      Mesure inepte : le périphérique parisien, aux heures de pontes, c’est 20km/H, dans les meilleurs moments !
      Et ça veut gouverner la France !

      1. @ Alain Bobards

        Je ne vois pas le rapport entre le périphérique parisien (V max 70 km/h., les heures de pointe sont assez limitées ) et la V max à 80 sur les RN…

        1. @Elie
          Les 20km/h, c’était une pointe d’humour ( encore qu’il y a quelques années, c’était la réalité )
          Si vous sortiez un peu du XIX ème et utilisiez les petites routes, vous comprendriez ( peut-être ), que 10km/h de moins, c’est plus de 2 mn de perdue . Pour le malheureux citoyen de la Creuse que le dénommé Macron voulait envoyer bosser à 140 bornes de chez lui, ces 10km/h pèseraient sur son temps de trajet , surtout que , hein, l’état des chaussées, c’est pas toujours ça et pouvoir rouler à 90 sur des portions en bon état, c’est pas négligeable !.

          1.  » e 10km/h de moins, c’est plus de 2 mn de perdue . ……

            En réalité c’est peut être plus :

            Et quand il n’y a pas la possibilité d’une autoroute, tu vas amplifier les risques d’accident. C’est ce que soulevait un sénateur de la Haute Saône puisque des routes étaient à l’essai dans le secteur. Il semble que les accidents aient été plus nombreux sur la période d’essai à 80 qu’avant selon ce que j’ai pu en lire.

            La plupart des camions sont bridés à 80 km/h, de fait soit tu doubles sans cesse des deux côtés (obligation d’une plus grande attention) , soit tu vois se constituer une file qui s’allonge régulièrement sans pouvoir dégager…

            Quant au gain en accidents mortels (rapport ONISR 2016 stat accidents
            – vitesse 31% des accidents (forte proportion 18-34 ans)
            – non respect des priorités : 13 %
            – alcool 19 %
            – stupéfiants : 9%
            – indéterminés 22%

            faudra voir..

            1. Voilà : vitesse = 31 % des accidents mortels (sans parler des blessés graves ).
              Il ne faut pas être très malin pour comprendre que le même accident fait d’autant plus de victimes que les voitures roulent plus vite. La limitation des vitesses ne fait pas beaucoup diminuer le nombre d’accidents, mais elle fait toujours diminuer le nombre de victimes.

    3. Si vous connaissiez un minimum la vie des gens, vous ne soutiendrez pas bêtement cette nouvelle interdiction. Mais bon vous faites partie de cette pseudo élite intellectuelle plus proche de la vanité que de l’humilité nécessaire à la compréhension du monde d’aujourd’hui…
      C’est un test qu’il faudrait imposer à tous les enthoven/arié: pour ou contre les 80 à l’heure. Les masques tomberaient !

      1. @ Jean TIENHAIN

        Votre commentaire est une parfaite illustration de ce que je disais dans le mien ; les imbéciles sont contre les limitations de vitesse, comme ils avaient été contre les ceintures de sécurité, les contrôles techniques des véhicules, l’interdiction de téléphoner en conduisant, la multiplication des rond-points, la limitation de l’alcoolémie au volant, etc. Les imbéciles, eux,connaissent « la vraie vie des vrais gens ».

        1. Arié sait ce qui est bon pour le peuple, arié n’est pas un imbécile.

          Mais les avis sont partagés.

          1. Oui, c’est bien ce que je disais. Et 81% avec vous, incapable d’avancer le moindre argument.

            1. (suite et fin )
              Il n’est pourtant pas difficile (sauf sans doute pour vous) de calculer que, pour un trajet de 40 km., le temps perdu en le réalisant à 80 km /h au lieu de 90, le temps perdu est inférieur à 3 minutes.

                1. Paris perdu,je l’ai depuis 1956, ai toujours été amené à conduire beaucoup, ai toujours eu mon bonus maximum.

              1. Bon, inutile de répondre à quelqu’un qui « est contre » sans avoir d’arguments : la définition même de la bêtise. Bye.

                1. Tu te fais virer de partout, Jegoun, Marianne, etc… mais ce n’est pas par bêtise, c’est sûr, tu sais pas ce que c’est…
                  Comme de conduire… T’as tous tes points, forcément… tu roules pas… Sinon les gogos sur les blogs.

        2. Notre standard est débordé d’appels suite à l’intervention d’un génie des cassepattes…

          Notre service statistique a pu reconstituer la majorité des impressions à propos du commentaire  » les imbéciles sont contre……………..et patati et patata …..

          Nous transmettons un résumé de cette bande de manichéens, opposants systématiques, à l’auteur qui sort sa bagnole une fois par mois pour la faire pisser….

          ……………… ../¯/) .
          . …………….. /¯../
          . ……………./… ./
          . ………/;¯/;…;/; ¯`•;
          . ……./;/…/…./. ……/;¯\
          . …..(….;….;…. . ~/;…;)
          . …….\. …………. .;….(
          . ……..\……… …… _.•;
          . ……….\ ……………..(
          . ………….\… ……….\

  11. De poIntes ; La ponte , c’est pour les textes de lois régressifs , très à la mode en ce moment .

  12. Un troll valait il un biller, fut-il fort bon? Ou qu’on le troll?
    Ce monde est décidément bien futile sans drôle.

  13. «(…) Éventuellement qu’il pense « contre sa classe ». (…) », dans la chronique.

    A priori M Enthoven n’est pas marxiste, il pourrait ainsi avoir les mêmes difficultés que les miennes pour ranger les êtres humains dans des « classes ».

    J’ai copié cela sur Twitter , suite à la présentation d’autres livres sur Spinoza :

    « Raphaël Enthoven‏Compte certifié @Enthoven_R 28 nov. 2017

    Enfin, si vous êtes plus marxistes que moi (ce qui n’est pas difficile), vous serez enchantés par les textes que Toni Negri, Pierre Macherey, Etienne Balibar ou Frédéric Lordon (« Capitalisme, désir et servitude ») consacrent à l’oeuvre de Spinoza. Heureuses lectures à tous ! »

    Puisque je ne suis pas matérialiste, ni marxiste, ni spinoziste, bien que j’aie étudié ces philosophies au lycée, je n’ai pas envie de lire un énième ouvrage sur cette idée de Spinoza dans la Lettre à Schuller (c-à-d une illustration de sa thèse sur le libre arbitre par une pierre lancée, ce qui me semble ne rien prouver), etc..

    Je me demande si le fait de ne pas être adepte de ces philosophies fait de moi un « troll », ici ; et cela, depuis longtemps. Pourtant, en écrivant, je lis « Un commentaire ? Lâchez-vous… poliment. « .

    1. Le lien :

    2. @ Laure CP

      Je crois que la philosophie n’a rien à voir avec la religion: on peut apprécier certains apports de Kant ou de Marx sans :être kantien « ou « être marxiste « , ce qui suppose une adhésion totale à l’oeuvre de ces philosophes…adhésion totale d’autant plus paradoxale que la plupart de ceux qui disent « être marxistes  » ont rarement lu une part importante de l’oeuvre de Marx,, et encore moins d’autres penseurs « anti -marxistes » pour se faire un jugement libre…sans parler du très intéressant Toni Negri, qui fait une critique marxiste de l’oeuvre de Marx – du moins, c’est comme ça que je le comprends

      1. @ Laure CP suite

        J’avoue n’avoir jamais rien lu de Raphaël Enthoven, mais j’ai assisté à une très brillante conférence de lui sur Albert Camus (sans doute l’écrivain que je connais le mieux, dont j’ai lu plusieurs fois toute l’oeuvre et qui a le plus contribué à faire de moi ce que je suis…au point que je pourrais presque dire qu’à quelques divergences près,  » je suis camusien « …)

        1. Elie Arié
          « (…) Je crois que la philosophie n’a rien à voir avec la religion (…) »

          Avant-tout, encore faudrait-il que nous soyons d’accord sur les définitions de « religion », « vie », »mort », « esprit ou conscience », « sens de la vie » (puisque Camus, l’ « homme absurde »), « sciences », sans parler de DIeu ou des DIeux, etc..
          Je viens de lire un texte écrit par Toni Negri, en voyant « processus », « spontané », « mécanisme » (de la domination capitaliste), etc.. Beaucoup de gens se disant « marxistes » m’ont assuré que Karl Marx était un scientifique.

          http://michelpeyret.canalblog.com/archives/2017/08/03/35541811.html

          Les sciences humaines (économie, philosophie, psychologie, …, voire astrologie selon le célèbre docteur en sociologie, Elizabeth Teissier) ne sont pas des sciences dures, c’est pourquoi je ne les ai pas choisies pour continuer mes études. De mon point de vue, les premières ne sont souvent que des opinions non vérifiées et non vérifiables, voire des croyances défendues parfois comme des vérités absolues, irréfutables.

          Mais sans vouloir parler de mon cas, je connais des individus venant d’un milieu que d’autres nomment « classe ouvrière » qui ont « évolué » dans certains domaines sans renier leur histoire personnelle, sans penser être sortis d’une supposée « classe sociale » pour entrer dans une ‘ »autre ».

          1. Dans un texte cité une première fois ici et se terminant par « (…) Nonobstant le titre de cet article, la question reste ouverte. »

            « (…) Au-delà du refus déterminé – à défaut d’être déterministe – de Popper, elle aura montré que la réflexion sur ce sujet n’est pas vaine comme on le croit souvent et que le déterminisme n’est probablement pas une vérité établie ou un a priori nécessaire de la science mais plutôt une croyance. (…) »
            iphilo.fr/2015/04/21/pour-en-finir-avec-le-determinisme-lapproche-de-karl-popper-bruno-jarrosson/

            Nous sommes en démocratie, et ce « vieux » dilemme n’est apparemment pas résolu ;-))

            Dilemme (Larousse.fr) :
            « Obligation de choisir entre deux partis qui comportent l’un et l’autre des inconvénients ; alternative : Comment sortir de ce dilemme ? »
            .
            Je peux aussi vivre sans me poser cette question, ou laisser celle-ci ouverte, ne me sentant pas toujours « obligée » de choisir.
            D’autre part, si j’étais enjointe de ne penser qu’à mon intérêt au détriment d’autrui par une personne se voulant autoritaire, je pourrais (encore) ne pas me soumettre à cette injonction, etc..

  14. Ca y est :Trump a déchiré l’accord avec l’Iran et rétablit les sanctions . Chères entreprises françaises et européennes qui aviez recommencé à commercer avec l’Iran, préparez vos chéquiers : Donald et sa clique vont vous faire casquer !

    1. Au moins Mrkel ne regrettera pas les courbettes qu’elle n’a pas faites à Trump…c’est sûrement les raisons de son succès auprès des allémands…

      1. Sylvie
        Non, Merkel n’a jamais été aussi peu populaire auprès des Allemands; quant à Trump, que cela nous plaise ou pas, il est là et il faut faire avec (principe de réalité ); et l’attitude de Macron me semble être la plus intelligente: continuer à discuter toujours avec lui, tout en faisant publiquement état de leurs divergences (comme sur le traité avec l’Iran, justement ) et en essayant de trouver des solutions pour les dépasser (un nouveau traité avec l’Iran. ..et rien ne dit que ça ne se terminera pas comme ça, d’ailleurs ).

      2. Ca c’est moins sûr.
        Tout dépendra de la marge que donnera Trump aux pays européens pour appliquer les sanctions à l’Iran.
        Si la marge est de zéro, l’Allemagne sera la première à en pâtir.
        C’est le pays européen qui est leader dans ses échanges avec l’Iran.
        La France n’arrive que bien après.
        Malheureusement pour nous, les exportations en Iran commencent à décoller et vlan ! dans les dents. Que vont faire les entreprises qui se sont implantées la bas ? Ma foi.

        Quant à la déstabilisation de la region, on pouvait pas faire mieux.

        1. @ Hélène

          L’Arabie Saoudite s’est déjà félicitée de la décision de Trump…Ainsi se renforcent deux axes de plus en plus opposés: l’axe USA-Arabie Saoudite -Israël, et l’axe Russie -Iran -Hezbollah (les Palestiniens, tout le monde s’en fout ); le plus grave est évidemment de pousser la Russie vers l’Asie au lieu de tenter de la rapprocher de l’ UE.

          1. Elie,
            on savait déjà il y a quelques mois que le roi Salmane el Saoud fils et netanyahu avaient entrepris des négociations, sous la protection des Américains.
            L’intérêt de l’Arabie Saoudite rejoint celui d’Israël pour l’hégémonisme dans cette région.

            L’Iran a développé son influence sur l’Irak et la Syrie.
            On peut comprendre ses ennemis, mais on peut trouver que les solutions portées au probleme sont pire que le mal et c’est mon avis.

  15. Discuter avec Trump et sa clique…? Faut être un politicien de l’ancien monde pour se figurer que c’est possible .
    Trump va réussir un exploit : jeter l’Iran et ses alliés du Moyen-Orient entre les bras des Russes et des Chinois . Poutine se marre, Xi Jin Ping se frotte les mains, Les Européens sont hors jeu . Et Nétanhyaou qui se figure qu’il va pouvoir en profiter .
    Je trouve que les apprentis sorciers jouent vraiment trop avec le feu !

    1. Alain,
      Pendant que les américains et européens apppliquaient des sanctions à l’Iran, les Chinois se sont fait des cojones en or puisqu’ils étaient quasiment les seuls avec la Russie a profiter du marché Iranien.

    2. Mais oui, Alain Bobards, en politique, on discute toujours avec tout le monde tant qu’on cherche à éviter la guerre : voyez le rapprochement entre les 2 Corées, les prochaines discussions entre les USA et la Corée du Nord, et souvenez -vous du pacte germano-soviétique entre Hitler et Staline. ..

      1. Aucun rapport avec mon commentaire .! Quand aux risques de guerre, outre que ce serait sûrement la dernière pour de bon, faudrait pas confondre gesticulations et discutions .

        1. Par contre, avec cette rupture de l’accord avec l’Iran, remember la prune mahousse collée à la BNP par un tribunal US .
          Ca , c’est du concret !

          1. Pour finir, si vous voulez discuter du pacte germano soviétique, pas de problème !

            1. oh-non.. pas les pacteux ! (surtout qu’on sait la fin de l’histoire; à moins qu’elle ne se termine jamais ?)

          2. Alain

            Concernant la prune, il n’y a plus qu’à espérer que les rapports de Macron avec Trump porteront leurs fruits : une négociation sur la minimisation des sanctions européennes à l’Iran et au minimum des délais très long avant le retrait des entreprises installées là bas.

            En tout état de cause, si Macron a quelque chose à proposer à Trump en échange, ça peut marcher.

            Quant au cadeau que Trump fait à Israël, il ne faut pas non plus oublier qu’il en a fait un à l’Iran en se retirant de la Syrie.

            Les cartes sont redistribuées sur cette zone, espérons que la diplomatie l’emportera.

    1. ..Ciao ‘ti Biquet Maurane..
      merci Hélène,
      (je connais son pianiste, Franck, peut-être dimanche qql anecdote, rien de croustillant)
      Aussi Bruxelles, sa ville,
      une écluse qui elle ne l’oublie pas,

  16. Le gouvernement rempli son rôle en voulant sauver nos vies sur les routes.Les accidents de la route sont pour 0, 7 % des deces en France
    Le vrai problème est que l’ augmentation des tarifs des autoroutes refoule les camions sur les nationales et départementales. Là, sont les routes les plus dangereuses, 80 au lieu d 90 n’ y changera rien.
    Le seul avantage, les pépettes des radars vont affluer un peu plus grâce à de bons vieux retraités ( ex fonctionnaires police, gendarmes) se promenant 8 h/ jour sur ces routes en voiture radar.
    Leur but, rouler entre 75 et 80 kmh, tu dépasses……90€.

  17. J’ ai besoin d’ une explication. je m’ adresse aux spécialistes de l’ économie.
    La SNCF a une dette de 50 milliards, mais envers qui ?
    Si c’est par des entreprises, depuis le temps, elles sont en faillite.
    Envers des banques, elle ont pris des risques, elles les assument.
    Envers l’ état, donc envers les contribuables, pourquoi faire payer au préteur?
    De même la dette mondiale, plus élevée que tout l’ argent disponible, même en  » saisissant » ( volant) l’ argent des épargnants, ce sera insuffisant, comment donc payer une dette virtuelle.

    1. Ah tu as retrouvé ton cerveau ce matin, tu commences à te poser un début de bonnes questions….

      Il y a des réponses qui sont données régulièrement par des économistes, financiers hétérodoxes, des ex banquiers, organisations officielles qui dénoncent l’esbroufe en cours, Ils ne sont bien sûr pas relayés….

      Si tu veux des réponses sur la dette, va faire un tour sur le blog CADTM, entre autres, qui explique les fondements et les ressorts d’une (de) dette(s) « illégitimes ». Ca se lit très bien, il faut juste être curieux, en commençant biens sûr par les années de crise et le renflouement des banques.

      Tout le monde focalise sur la dette publique alors que la dette privée est bien plus importante et porte en soi les créances pourries pour des centaines de milliards….

      1. Il faut reconnaître Stan qu’il faut avoir une calculette ….dame Borne a calculé que la fin du statut des cheminots va nous faire économiser 100 millions par an ….diantre ! Cela va tout de meme nous faire 1 euro 50 par habitant par an ….12 centimes par mois tout de même …48 centimes pour une famille de quatre personnes …puisqu’on vous dit que le pouvoir d’achat va augmenter 😀

  18. Le problème est que des économistes super n’ ont pas prévu la chute, mais continuent de prévoir??
    D’ autres prévoient en conseillant d’ acheter leurs livres et conseils.
    La réalité est que si nous payons la dette d’ un coup. Nous serons obligé d’ emprunter à celui à qui nous avons payé notre dette, ce qui revient à zéro. Ruiner les épargnants revient à ruiner les banques, donc ruiner le préteur……car de fait, ce sont les intérêts des emprunts qui font monter les dettes. Ruiner les banques, c’est ruiner la BCE, donc les états de l’ UE.
    Qu’ en découlera t- il . Il faut donc écouter les économistes conseillant d’ investir votre bas de laine, ce qui le mettrait hypothétiquement à l’ abri.
    En fait relancerait la consommation, ferait monter le PIB, permettrait à l’ état d’ emprunter encore plus, permettrait aux élus de se gargariser de leur réussite, et laisserait sur la paille de nombreux petits épargnants, car si il y a épargne, ce n’est pas par richesse, c’est par manque de confiance dans des gouvernants voyous.

  19. Stanis
    Merci pour ta réponse, je vais consulter. Pour ton info, je n’ ai jamais perdu mon cerveau. j’ ai même toujours une excellente mémoire.

    1. Camarade syndiqué, quand ça tiraille, c’est « pour un oeil, les deux yeux, pour une dent, toute la gueule »

      Et quand ça va bien, c’est  » amour, fraternité, aide, partage, soutien, échange.. »

      Voilà…..

  20. « Dans le quotidien conservateur Jerusalem Post, Yonah Jeremy Bob revient aussi sur les motivations de Donald Trump.
    « Sa stratégie n’est clairement pas de placer des pansements sur les trous de l’accord et de demander à l’Iran de bien se comporter par l’intermédiaire de l’Union européenne, pour s’accorder sur des corrections.
    Et les observateurs qui disent qu’il était seulement intéressé par le fait de tenir une promesse de campagne passent à côté d’une partie de l’esprit de son discours, ainsi que des recrues récentes de Trump au sein de son équipe de sécurité nationale. »

    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2018/05/09/nucleaire-iranien-en-israel-la-presse-souligne-la-victoire-diplomatique-de-netanyahou-et-de-lourdes-incertitudes_5296461_3218.html#T1hFBfca4WH3RD4z.99

    1. @ Hélène
      On commet une grossière erreur en qualifiant Trump d' »imprévisible « : comme Macron, il cherche à réaliser le programme de « rupture  » qu’il avait promis pendant sa campagne ; la seule différence est qu’il en est souvent empêché par les nombreux contre-pouvoirs (notamment judiciaires ) qui existent aux USA et pas en France.

      1. (suite ) Il ne faut pas oublier que

        -la démocratie américaine est bâtie sur le principe de Montesquieu : « Un pouvoir ne peut être limité que par les 2 autres (exécutif, législatif, judiciaire ), et les 3 doivent être totalement indépendants les uns des autres (tous les 3 ne tirent leur légitimité que de l’élection, les juges sont élus et non nommés ),

        -alors que la démocratie française est bâtie sur le principe du Contrat Social de Rousseau : « tous les pouvoirs sont au service du pouvoir politique élu qui est le seul à décider de l’intérêt général « .

        Les 2 systèmes ont leurs avantages et leurs inconvénients.

        1. j’agrée Elie, surtout la dernière phrase; vrai qu’aussi je pédale (vélo) ni certain de m’y faire prendre en foto !
          ..devrais-je, pendant l’effort, continuer à sourire ?!
          Clic & claque.

          La Fête à Macron ? (sujet précédent; nourri de commentaires) je n’ose l’agrémenter de qql participation, tant les propos (divers) me divertissent peu, ainsi ne pas vouloir l’affliger davantage.

          Ouiz ! j’aimerai vous poser une question, qu’importe le tonneau car ‘tout’ n’est-il pas dans le contenu ?
          Voilà,
          ce soir (ou à l’aube demain) nous invitons à la case, pour une période assez indéterminée, un petit chat !
          Un ‘ti bébé, un tout frais Miaoow !! (welcome n°4 !)

          – Auriez-vous une idée pour son prénom ??
          ma moitié ne souhaite pas l’appeler Gogol (trop connoté Tarass & Bulba) elle zone entre Max et Junior (bof)
          Une suggestion ?? ..per favor,
          (j’ose: rendez-vous utile! pas dit: faites moi plaisir?)

          Très franchement j’ignore son orientation, ..politique, confessionnelle, régime & tolérance, etc., ni ma nature d’obliger !
          (ni son destin; pas dit fatalité)
          Quand on aime..

          Ni je m’inquiète !
          Dans trèèès peu de temps, ce sera SA case !
          m’en fous.. je-tiens la CB, donc pignon sur la croquette.

          Moralité: à quoi la philo (sagesse bidule) sert-elle ?
          si de La Vie (de) s’y pencher fatigue.. (aïe!)
          /rien! à voir avec qql euthanasie (Hélène) après réflexion: ils/elles feront selon desiderata (tjs la CB? et le code)
          NB, mon frère (toubib) a débranché tonton Maurice, ainsi tata Simone satisfaite, ..tout bien, zen ! (vue d’esprit)
          Il nous manque pareil; le ‘travail’, lui se raccourcit,

          Aah.. qql idée de prénom !
          Le-chat, ..male ou femelle ? qu’importe !

        2. Elie
          Bien sûr Trump n’est pas imprévisible, il est seulement dangereux dans ses approches.
          On ne peut pas manier la politique internationale comme on manie une tapette à mouches.
          Pour l’instant Macron me convient parfaitement dans sa gestion de politique extérieure. Jusqu’à quand ? Je n’ose me poser la question tant j’ai été déçue depuis 15 ans.

  21. @ Alain Bobards et qq.autres

    Et si, au lieu de parler du monde d’hier ( le pacte germano-soviétique, les emplois pérennes à vie, le statut des cheminots, etc.) on parlait un peu du monde d’aujourd’hui ?

    La 5G, nouveau travail d’Hercule » des opérateurs mobiles

    Jean-Pierre Brulard, directeur d’une entreprise technologique, estime dans une tribune au « Monde » que le croisement entre la 5G, les objets connectés et l’intelligence artificielle va obliger à un saut technologique sans précédent.

    LE MONDE | 09.05.2018 à 14h00 | Par Jean-Pierre Brulard (Vice-président et directeur général Europe Moyen-Orient et Afrique de VMware, spécialiste des infrastructures Cloud)

    La 5G est le nouveau travail d’Hercule pour les opérateurs de télécommunications et les fournisseurs d’accès à internet (FAI). Les premiers, tout d’abord, doivent répondre aux attentes toujours plus élevées des consommateurs, tout en gérant une offre alliant téléphonie et données mobiles. Le contexte aussi a changé, puisque les coûts d’infrastructure, loin de se stabiliser, se sont au contraire accrus, alors que la concurrence s’est intensifiée et que le revenu moyen par utilisateur s’est effondré.
    La 5G devrait être adoptée par 1,2 milliard de personnes d’ici à 2025, ce qui représente 12 % des connections mobiles totales

    Si l’on en croit les prévisions de la GSMA, l’association mondiale des opérateurs mobiles, la 5G devrait être adoptée par 1,2 milliard de personnes d’ici à 2025, ce qui représente 12 % des connections mobiles totales. D’ici là, les taux de croissance annuels moyens des FAI devraient atteindre 2,5 % pour 1 300 milliards de dollars de profits. Pour des acteurs qui bataillent entre une demande en croissance et des prix en chute libre, c’est un objectif ambitieux. Tout le défi est de récolter les fruits de ce travail sans sombrer…

    Il s’agit d’un changement radical et sans précédent, même par rapport à la 4G. Assurer la continuité du service et sa longévité va demander de l’anticipation et de la prévision. Tant en termes d’opérations sur le réseau que de développement de nouvelles compétences, la transition entre la situation actuelle et l’avenir des télécommunications devra être la moins visible possible pour les usagers, ce qui n’est pas une mince affaire.

    La première étape est de réfléchir aux nouveaux usages du réseau, et à la façon dont il différera de la 3G ou de la 4G. A titre d’exemple, la bande passante particulièrement élevée et la faible latence de la 5G s’apprêtent à bouleverser l’architecture des télécommunications du « cloud » et à permettre le développement de nouveaux services encore inconnus.

    Avec l’émergence des objets connectés, de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage machine (« machine learning »), la 5G promet également la possibilité pour les organisations d’absorber de grandes quantités de données et d’en extraire le sens en temps réel, pour améliorer les services les plus réactifs. Les enquêtes menées par le cabinet d’études IDC indiquent que 72 % des entreprises s’attendent à ce que les objets connectés deviennent utiles à leurs activités. Alors que les entreprises commencent à en réaliser le potentiel, et qu’elles commencent à adopter ces technologies, elles vont rechercher des fournisseurs qui leur permettront d’accéder non seulement à ces équipements mais aussi à la bande passante nécessaire pour les utiliser.
    les promesses techniques de la 5G créent déjà de nombreuses attentes, dans de nombreux secteurs

    Qu’est-ce que cela signifie concrètement ? Dans le transport : des véhicules intelligents et autonomes dotés de capteurs qui s’intègrent à la circulation et aux routes pour réduire au minimum les risques d’accident, alléger la circulation et lutter contre la pollution. Dans la santé : des chirurgies robotiques et des outils de prévention – avec des spécialistes à un endroit du monde soignant des patients à un autre bout du monde pour des maladies qui ne sont pas encore traitées localement.

    Dans la construction : des outils télécommandés réduisant le nombre de personnes faisant des travaux dangereux, du fait de la possibilité de contrôle des équipements à distance. Dans les médias : la diffusion des événements et programmes avec une plus grande qualité et une meilleure résolution sans besoin de connexion Wi-Fi. Comme on le voit, les promesses techniques de la 5G créent déjà de nombreuses attentes, dans de nombreux secteurs. Et c’est aux FAI d’être capables de répondre à ces attentes – et même d’en imaginer de nouvelles.

    Comment peuvent-ils y parvenir ? Prenons l’analogie de la maison. Ce que l’on voit à la surface – murs, portes, toit, fenêtres… – sont les avantages de la 5G : une connectivité ultra-rapide, ouvrant la porte à des services innovants et des expériences exceptionnelles. Tous ces éléments sont essentiels : sans eux, la maison serait bancale. Mais cela ne suffit pas. Ce qui assure la solidité et la pérennité d’une maison, ce sont ses fondations. Il en va de même pour la 5G : sans les fondations essentielles, elle n’existera pas. Cela implique de se poser ensuite la question du rôle des opérateurs de réseau, et de la façon dont ils fournissent l’infrastructure technique qui sous-tendra le réseau 5G pour la décennie à venir.

    Ces fondations devront être faites sur mesure, afin de répondre aux besoins de la 5G. Les nouvelles technologies devront être intégrées à l’infrastructure actuelle plutôt que d’être considérées comme des ajouts. Parmi elles, le réseau devra offrir les niveaux de flexibilité et d’agilité dont a besoin la 5G. Par exemple, en se positionnant littéralement à l’extrémité (« edge ») du réseau, le « multi-access edge computing » (MEC) ne nécessite pas une connexion avec le point central du réseau, mais utilise ses ressources les plus proches pour fournir le service requis. Cela implique des applications plus réactives et plus rapides, pour une expérience utilisateur bien meilleure.
    Les fournisseurs doivent repenser totalement l’approche de leurs réseaux, ce qui représente une tâche titanesque

    Le MEC combiné à la 5G permettra aux opérateurs de tirer le meilleur parti de leur architecture actuelle, tant physique que virtuelle, en prenant appui sur des interfaces et des infrastructures informatiques existantes. Pour tirer profit des avantages du MEC, notamment en termes d’agilité, les organisations doivent s’intéresser à la virtualisation des fonctions réseau (Network Functions Virtualization) : il s’agit d’automatiser et de contrôler le réseau sans se soucier des configurations physiques sous-jacentes des ressources.

    Durant des générations, les réseaux ont eu des utilisations similaires : connecter des personnes à d’autres personnes ou à des services reposant sur des objets en réseau. Que cela concerne les messages via 2G, les débuts de l’Internet mobile avec la 3G, ou les vidéos en streaming sur smartphones avec la 4G, l’évolution a été incrémentale.

    Les fournisseurs doivent repenser totalement l’approche de leurs réseaux, ce qui représente une tâche titanesque. Ceux qui parviennent à se transformer seront non seulement aux avant-postes de la 5G, mais aussi des évolutions culturelles et des procédés techniques pour entrer dans le monde de demain.

    1. (suite)
      à moins que vous ne préfériez ça ?

      Uber rêve de faire décoller ses taxis volants en 2023

      La branche Uber Elevate planche sur des appareils électriques à mi-chemin entre drone et hélicoptère. Mais la plate-forme de VTC devra obtenir le feu vert des autorités américaines.

      LE MONDE ECONOMIE | 09.05.2018 à 11h11 | Par Jérôme Marin (San Francisco, correspondance)

      Quatre passagers, une vitesse comprise entre 240 et 320 kilomètres par heure et des « vertiports » capables de gérer plusieurs centaines de décollages et d’atterrissages par heure. Mardi 8 mai, en ouverture d’une conférence organisée à Los Angeles (Californie), Uber a apporté davantage de détails sur son projet de taxis volants. Et réaffirmé son objectif : lancer un service commercial en 2023. « C’est ambitieux, reconnaît Eric Allison, le responsable de la division Uber Elevate. Mais pas irréaliste. »

      Pour tenir ses promesses, la plate-forme américaine de voitures de transport avec chauffeur (VTC) multiplie les initiatives. Elle collabore avec des industriels pour concevoir ces appareils entièrement électriques, à mi-chemin entre des hélicoptères et des drones. Elle développe aussi un nouveau design de batterie lithium-ion. Uber conçoit par ailleurs un système entièrement informatisé de contrôle aérien et un nouvel algorithme pour coordonner taxis volants et voitures.

      Mais l’entreprise, qui prévoit de lancer des phases de test en 2020, à Los Angeles, à Dallas et à Dubaï, n’est pas maître du calendrier. Elle devra en effet obtenir le feu vert des autorités américaines. « 2023 est beaucoup trop optimiste », dit un professionnel. Aux Etats-Unis, la Federal Aviation Administration discute déjà avec Uber. Mais son directeur, Dan Elwell, a prévenu, mardi, que le gendarme américain ne ferait « aucune concession sur la sécurité ».
      La société estime pouvoir réduire le temps passé dans les transports et les embouteillages

      A terme, Uber espère déployer des centaines de véhicules volants dans les grandes agglomérations. Ce réseau, baptisé « Uber Air », doit venir en complément de son service de VTC. Certaines courses incluront ainsi plusieurs étapes : un trajet en voiture pour se rendre au « vertiport » le plus proche, puis le vol avec d’autres passagers, puis un deuxième trajet en voiture vers la destination finale. La société estime pouvoir réduire le temps passé dans les transports et les embouteillages.

      Pour fonctionner, le système réclamera une « précision sans précédent », explique M. Allison. Chaque appareil ne restera cloué au sol que cinq minutes pour recharger les batteries, débarquer les passagers et embarquer les suivants. Aux heures de pointe, Uber prévoit plus de 1 000 décollages par heure sur certains « vertiports », qui seront principalement installés sur les toits d’immeubles ou de parking.

      Chaque jour, Uber anticipe dix fois plus de trajets aériens dans certaines villes que le nombre de vols d’avions de ligne sur l’ensemble du territoire américain. « Un petit problème pourra avoir un impact important », redoute M. Allison.

      Fidèle à sa stratégie, Uber ne jouera qu’un rôle de plate-forme. Le groupe ne construira pas les voitures volantes. Il ne les achètera pas non plus et ne s’occupera pas de leur maintenance. Il ne bâtira et ne gérera pas les « vertiports ». « Aucune entreprise ne peut réaliser seule les investissements pour déployer l’ensemble du système, justifie son responsable. Mais nous garderons un contrôle opérationnel direct. » Uber établira ainsi des contraintes à respecter pour ses partenaires.
      Le bruit représente l’un des principaux défis à relever

      L’entreprise s’est associée avec cinq groupes aéronautiques, dont le constructeur brésilien d’avions régionaux Embraer et le fabricant américain de drones Aurora, racheté fin 2017 par Boeing. La tâche est complexe. « Nous devons quasiment tout réinventer, souligne Abe Karem, fondateur de Karem Aircraft. C’est peut-être plus facile que la physique nucléaire, mais que très légèrement. » Mardi, Uber a par ailleurs officialisé un partenariat avec l’armée américaine pour développer des rotors plus silencieux.

      Le bruit représente en effet l’un des principaux défis à relever. S’il devrait être moins élevé que pour un hélicoptère, le volume sonore au moment du décollage et de l’atterrissage pourrait représenter un frein pour obtenir l’autorisation de voler en milieu urbain. « Il est possible de faire bien mieux », promet M. Allison. « De nouvelles architectures et techniques apparaissent pour réduire cette nuisance », confirme François Chopard, fondateur Starburst, un incubateur de start-up dans le domaine de l’aéronautique.

      Autre défi : l’autonomie des batteries et le temps nécessaire pour les recharger. « Il faut autant de puissance pour faire décoller une voiture volante que pour propulser un semi-remorque », souligne Pasquale Romano, directeur général de ChargePoint, une société qui fabrique des stations de recharge. Mais la place est beaucoup plus limitée. « Il n’y a pas en encore eu de progrès majeurs dans les batteries, simplement des améliorations », note M. Chopard. En janvier, Uber a débauché Celina Mikolajczak, une ancienne responsable de Tesla, pour concevoir sa propre batterie. Celle-ci pourra ensuite être utilisée par les fabricants partenaires.

      A plus long terme, Uber souhaite rendre ses voitures volantes autonomes. D’abord, parce qu’il n’y a pas « assez de pilotes », explique John Langford, patron d’Aurora. Ensuite, parce que cela doit permettre de réduire les coûts d’exploitation, et ainsi proposer des tarifs plus abordables que l’achat et à l’entretien d’un véhicule personnel. M. Allison espère remplacer les pilotes au cours des dix prochaines années. « Le principal obstacle ne sera pas technologique, mais réglementaire », prédit-il.

      Connu pour des tactiques parfois sauvages, Uber assure vouloir procéder par étapes. La société prévoit de lancer son service de taxis volants dans les pays ou villes les moins contraignants. Elle espère ainsi démontrer son impact positif sur le trafic routier et apaiser les craintes sur la sécurité afin de convaincre les plus réticents. M. Allison se dit confiant. « Dans dix ans, Uber Air sera présent dans de nombreuses villes », s’enthousiasme-t-il.

      1. Ça aussi, ce n’est pas mal, et assez paradoxal…Il va falloir apprendre à raisonner autrement !

        Une nouvelle porte s’ouvre pour Amazon : la santé. Amazon veut créer un système de protection sociale pour remplacer l’Obamacare.

        Après la vente sur internet, les services informatiques et plus récemment l’alimentation, Amazon se renforce dans le secteur de la santé. Il est bien loin le temps de la simple librairie en ligne créée il y a 24 ans.

        Le patron Jeff Bezos et ses 121 milliards de dollars de fortune personnelle ne cesse de diversifier les activités de son groupe. À présent, Amazon vend à peu près de tout sur internet. Il est également diversifié dans le streaming vidéo et les services informatiques (le cloud – le nuage informatique) dont il tire d’ailleurs aujourd’hui pratiquement l’essentiel de ses revenus. Le voici donc dans la santé aux Etats-Unis. La vente de médicaments sur ordonnance ne serait plus très loin, selon certains experts.

        Aux Etats-Unis, les affaires sont les affaires. Business is business et si le président Donald Trump a pour l’instant échoué à démanteler l’Obamacare (la « sécurité sociale » mise en place par son prédécesseur Barak Obama), les coûts de l’assurance santé explosent outre Atlantique. Pour toutes les industries dans lesquelles le groupe Amazon est présent, Jeff Bezos prévoit systématiquement des alternatives moins chères, accompagnées de services plus fluides, qui dégagent une forte valeur ajoutée (font gagner beaucoup d’argent). Et même si la santé est un secteur très complexe car très encadré, Amazon va tout faire pour s’y imposer avec ses recettes traditionnelles dont les prix tirés vers le bas.

        Amazon vend déjà des médicaments mais sans ordonnances. Ce qu’il veut, c’est élargir son offre à la médication prescrite. Il va aussi exploiter le filon du matériel médical pour les hôpitaux. En arrière-plan, il y a les soins et les assurances. Le système de santé américain est mûr pour une réforme et Bezos est un prédateur.
        Et puis, le patron d’Amazon ne s’avance pas seul dans cette affaire. Fin janvier, il a annoncé une alliance avec le milliardaire américain Warren Buffet et Jamie Damon, le PDG de la banque JPMorgan Chase. Objectif à trois : créer un système de protection sociale pour remplacer l’Obamacare. Pour tester leur invention, Bezos, Buffet et Damon l’offriront dans un premier temps à l’ensemble de leurs salariés réunis, soit plus d’un million de personnes.

        Amazon est aujourd’hui une usine à cash, mais pas pour ses actionnaires. Depuis le début, Jeff Bezos a préféré réinvestir tous ses bénéfices dans l’outil de production. Les actionnaires d’Amazon ont dû attendre 24 ans avant de toucher leur premier pourboire. C’était l’année dernière. Le temps de donner au groupe les moyens de devenir un ogre à l’appétit insatiable.

        1. Elie
          Selon Uber, sa voiture sans pilote qui a écrabouillé une femme, avait  » décidé de ne pas s’arrêter  » .
          Bienvenue dans le monde de l’intelligence artificielle .
          Mettez vous dans le crâne que je n’ai rien contre le modernisme, à la condition qu’il soit au service de l’ensemble des humains et pas à celui du portefeuille de quelques uns .

    2. Elie,
      Je suis entrée dans le monde du travail en étant salariée dans une trés grosse boîte de services, et notamment dans le service informatique.
      C’était en 1971.
      Les ordinateurs étaient des IBM, des salles immenses leur étaient réservées.
      Cette époque était celle de l’industrie française, l’informatique en était à ses balbutiements avec tous les bugs possibles et inimaginables et des nuits passées à résoudre des problèmes insondables.
      Mes premiers mails je les ai envoyés en …. 1977 🤣
      Des que le premier portable est sorti en France, je l’ai acquis.
      Alors l’innovation et l’esprit qui va avec, autant dire que je suis tombée dedans trés tôt.
      Les générations suivantes comme celles de Juan ont grandi avec l’innovation technologique permanente.
      Aussi je me demande qui vous voulez épater avec vos articles.

        1. Stan
          en 1977 j’envoyais mes mails de ce que l’on appelait un « terminal » relié à un grosse bécane.
          Ca appartenait bien sûr à la boîte.

      1. @ Hélène
        Je l’ai dit : à tous ceux qui voient un monde figé à vie dans des emplois et des statuts pérennes et qui se sont parfaitement reconnus.
        De toutes façons, maintenant que vous avez dit que la politique étrangère de Macron vous convient parfaitement, vous êtes brûlée sur ce blog !
        Non, quitte à me répéter: le mystère de ce blog, ce sont les raisons pour lesquelles Juan tient un discours sur Macron trop manichéen pour y croire lui-même, et s’adresse à des Alain Bobards, des Stanislas, des Lionel Pénnaud, etc., sur lesquels il doit penser la même chose que moi.

        1. E.Arié
          Alain bobards n’est pas plus c.. que vous monsieur Arié . Simplement, il ne voit pas les choses comme vous ;
          Pour moi, l’humain prime sur tout . Je me fous des religions, je vomis les guignols politiques qui font fuir des milliers de gens de leurs pays, quand il ne les font pas zigouiller pour le plus grand profit de pleins de frics dont la seule activité est de surveiller l’évolution de la bourse !
          Je vais me répéter mais je n’ai rien contre le modernisme, à la condition qu’il soit au service des humains et pas des actionnaires .
          Et quand un « cerveau » comme E. Borne vient nous sortir que la disparition du statut des cheminots générerait une économie de 100 millions par mois, alors que selon la SNCF, ce serait plutôt 10 millions, que l’un comme l’autre profère une énormité non fondée, parce que , tant que la fameuse Convention Collective de branche ne sera pas négociée, les chiffres donnés n’auront aucun sens, je me dis qu’être en transe devant cette « élite » n’est pas un signe d’intelligence !

          1. « Alain bobards n’est pas plus c.. que vous monsieur Arié . Simplement, il ne voit pas les choses comme vous »

            Je n’ai jamais dit le contraire.

            1. Vous devriez vous relire !
              De plus, dites vous bien que je suis assez grand pour me faire une opinion sans avoir besoin de Juan pour ça !

          2. Pendant que j’y suis : en matière de négociations sociales, j’en ai sûrement plus à mon actif que vous, mon petit Monsieur . Lorsqu’on se frotte régulièrement à des directions dont le mépris est, souvent, palpable, ça ne donne pas une haute idée de ces « élites  » qui vous font fantasmer !

        2. Elie,

          Tout le monde connaît mes rapprochements et mes divergences de vue avec chacun ici.
          J’échange avec les habitués et contrairement à vous, je respecte tout à fait leur avis parce que la plupart sont argumentés.
          Et souvent je partage leurs positions.
          J’ai mis sur le blog de Nicolas un lien sur la politique économique du portugal qui a mon avis correspondrait plus aux demandes de chacun.
          Portugal qui a réussi un redressement magique en 2 ans tout en reprenant une politique sociale pourtant refusée par Bruxelles.

          Pourquoi cherchez vous à rabaisser régulièrement Stan, Alain, moi aussi d’ailleurs (mais je m’en tamponne le coquillard) ?

          Vous faites un travail de trollage qui n’est pas digne de ce que vous représentez intellectuellement.

          Pour Juan et c’est important, j’espère que vous comprendrez ceci :

          Son opposition est proportionnelle aux années de mensonges et de couleuvres auxquels il a cru aprés Maastricht.
          Sa génération donc celle de mes enfants a été grugée.
          Je le comprends à cent pour cent.
          Jamais je ne leur reprocherai cela, car ils étaient jeunes et malléables.
          Les gens qui abusent de la jeunesse me dégoûtent.

          1. Et bien Helene …voilà qui est fort bien dit !

            J’ai entendu Laurent Berger à France info …il a rappelé un truc évident mais que beaucoup oublient ….que cette politique oublie l’individu et est déconnectée des réalités ….
            la pseudo modernisation et ce nouveau monde qu’on nous promet comme une évidence auxquels on ne pourrait pas échapper n’a aucune dimension humaine …elle nous impose un fatalisme qui ne peut que faire naître des tensions et des rancœurs ..à force d’économies en tous genres .notre société devient  » accidentogene » et on le voit dans tous les domaines …ça me rend infiniment triste !

          2. Enfin, Hélène, qu’est-ce que c’est que ce raisonnement ? Vous croyez que Juan est le seul à avoir été déçu par Maastricht ? (moi, j’avais voté contre).
            Est-ce que cela justifie ces articles si manichéens, aussi bien contre Sarkozy que contre Hollande ou Macron – trop manichéens pour qu’il puisse y croire lui-même? Cela n’a aucun sens , ce n’est pas un gamin qui a connu une déception et à qui tout doit être pardonné, c’est un blogueur de très longue date !

            Alors, oui, bien sûr : je trolle ce manichéisme et m’interroge sur ses véritables raisons.

            1. Elie Arié

              Didier Goux écrit dans « Journal caviardé » sur son blog, que je lis sans commenter, une seule fois mise à part :
              « (…) D’abord, j’ai l’impression d’avoir mis fin à une imposture, dans la mesure où j’ai toujours été persuadé que ce que je pouvais y écrire ne méritait ni les éloges ni les insultes (parfois) que ces petits textes me valaient ; et encore moins la réputation, soit trop flatteuse, soit exagérément noire, qui s’ensuivait. (…) »

              Et je lis aussi ce que vous écrivez sur ce « fil ».

              Peut-être à tort, ceux dont vous deux me semblez ne pas avoir conscience, dans ce cas; sont : les lecteurs qui ne commentent pas, les commentateurs qui ne jugent pas les individus, ou encore ceux qui ne surinterprètent pas, donc … en n’écrivant rien en relation avec ce qui précède..

              Est-ce comme s’ils n’existaient pas dans vos esprits ? Telle a été ma question en lisant.
              Je ne connais pas vraiment « les gens », d’autant moins quand c’est sur la base de seuls écrits ; de fait c’est en ne « les » jugeant pas (et vous non plus :-)).
              Mais lire ne vaut pas obligatoirement accord, pas plus que garder le silence signifie toujours consentir.

        3. Arié

          Vous ne savez rien de ce que pense Juan, absolument rien et c’est ce qui vous met en transe régulièrement au point que vous en perdez votre sang froid.

          Je ne connais pas Juan et j’ignore complètement ce qu’il peut être dans la vie personnelle et professionnelle. Il me semble avoir lu un jour qu’il sortait de HEC, ce qui en fait de facto un homme informé sur le plan économique, et en même temps ce qui vous ravale au rôle de crétin patenté sur ce même sujet..

          Pour moi, vous êtes uniquement un type à la retraite, qui a été, qui regrette de ne plus avoir la prise mentale sur les gens qui l’entourent et enrage de ne pas retrouver un groupe à ses pieds..

          Bref à mes yeux vous n’êtes qu’un vieux con, un pauvre nase, un ex à la ramasse…Tout votre cinéma sur un possible trollisme est une jolie couverture pour excuser votre bêtise de bouffi orgueilleux..

          Juan peut me virer pour ça, je m’en fous,. c’est dit, et c’est bien la preuve que je suis un libre penseur

          J’ai lu hier qu’un taulier vous avait viré de son blog,( j’ai oublié le nom), que quelqu’un transmette de ma part à cette personne mes compliments pour la qualité de sa décision et la finesse de son analyse…

      1. Hélène dici,
        le Langage Diplomatique ou comment Védrine se propose un emploi.
        Je sais, je sais l’âge est un naufrage…. sauf ici, bien sur.

        passage obligatoire par les mensonges bien pensant (pieux disqit-on), la france n’a plus aucun rôle à jouer en Syrie.
        et juste de la figuration partout ailleurs, l’employé Marron de paris Match est parfait pour le rôle.

        1. Je trouve qu’il dit les choses nettement, ce qui est assez éloigné de la parole des diplomates.
          Par exemple qui a déjà parlé de « l’état profond » ?
          Il a même un certain aplomb à dire les choses aussi crûment.
          Qu’il ait envie de revenir aux affaires, quoi de plus humain ?

          Bon, de toute façon une partie de l’opinion à un à priori à son sujet et l’autre est de droite, donc ne lui pardonne pas d’avoir eu une fonction sous Mitterand et l’autre sous Jospin.

          Bah, s’il n’en reste qu’une je serai celle là. :-))

          1. Védrine est trés pessimiste, le Drian aussi et celle qui m’a le plus inquiétée est Merkell :

            « L’Europe doit prendre son destin en main ».
            « Le temps où l’on pouvait compter tout simplement sur les États-Unis pour nous protéger est révolu », a déclaré Angela Merkel lors d’une cérémonie en présence du président français Emmanuel Macron. « L’Europe doit prendre son destin elle-même en main, c’est notre défi pour l’avenir », a-t-elle ajouté. »

            http://www.europe1.fr/international/angela-merkel-leurope-ne-peut-plus-compter-sur-les-etats-unis-pour-la-proteger-3648581

            Comment convaincre la Pologne par exemple ?

            Oui la guerre est vraiment à notre porte.

            1. Hélène dici,
              Védrine n’a pas une bien grosse importance et LeDrian ment effrontément sur la Syrie, un sujet que j’ai suivi et suit jour par jour
              pas dans les inommables media français depuis le début
              mais d’abord sur des cartes militaires et surprise ces informations se confirment dans le détail et la durée, ce qui est le signe d’une grande fiabilité.
              En gros la guerre se termine par la victoire sur le terrain des forces légales et de leurs alliés intervenant légalement, Russe et Iran en tête.

              Il n’y a que très peu de risque de guerre, zéro en Europe et à mon avis très peu d’une attaque sur l’Iran.
              En fait Nethanyahou n’ira pas seul, sans les USA et les USA n’iront pas.

              Les incidents de la nuit dernières, au départ des missiles et tirs d’obus venant du Golan occupé par Israel ont attiré la riposte des Syriens. Aucune action Iranienne.
              Les missiles Israeliens ont à peu près tous étaient abattus (comme d’hab), ceux sensé protégé Israel, le fameux Iron Dome à base de Patriot US, n’ont servi à rien (comme d’hab).

              1. Oui, je comprends très bien tes explications. Ce d’autant que Netanyahu semble s’être entendu avec Poutine sur des sujets qui aurait pu l’amener à entrer dans le jeu.
                Mais tu laisses de côté l’aspect économique de l’Iran c’est à dire son assèchement par le biais des sanctions.
                Et des tensions internes en Iran suite à cela peuvent changer l’aspect des choses.
                Il n’est jamais bon d’amener à la guerre un pays qui n’a plus rien à perdre.

                Quant aux européens ils sont en dessous de la ligne de flottaison. 😦

                1. En tout cas il faut reconnaître qu’en menottant les européens pour les empêcher de commercer avec l’Iran, les États Unis se réservent le droit de garder la totalité de ce marché quand ils le veulent.
                  Tout cela devient ingérable et insupportable.

  22. Il est intéressant de faire le point sur les méthodes de la bande d’escrocs au pouvoir en faisant l’historique d’un sujet.

    Ici la taxe d’habitation.
    Le non programme de Marron pendant sa campagne était déjà écrit et chiffré par des instituts de réflexion proches.
    On pouvait lire, en gros, que la disparition de la taxe d’habitat allait avoir un coup pour l’état de 10 milliards.

    Dans le même temps, si vous alliez sur les rapports de type « les finances des collectivités locales », un seul coup d’oeil sur la ligne recettes : taxe d’habitation chiffrait sa disparition à 25 milliards environ. …
    De quoi se gratter la tête non ?

     » Selon Bercy, 8,5 milliards supplémentaires doivent ainsi être trouvés, portant à environ 18 milliards d’euros le coût global de la mesure. En tenant compte de la dynamique de cette taxe, la perte de recettes atteindra 24,6 milliards d’euros en 2020, estiment de leur côté Dominique Bur et Alain Richard………… »

    Sans déconner, Il a fallu 1 an à des têtes d’oeuf pour faire la bonne estimation inscrite dans un rapport accessible au public sur les finances locales..

    Il va falloir encore 1 an, pour que ce gouvernement de crapules avoue que dans les tuyaux, on trouve l’idée d’une taxe foncière assise sur les revenus, et peut être apprendre un jour la parution d’une « loi » qui va faire de l’état le copropriétaire de votre terrain…
    Si si, les solutions sont écrites ou affirmées par un cadre d’un grand cabinet international centré finance des collectivités territoriales..

    Et comme ça ne comblera pas forcément, l’assèchement programmé des tuyauteries budgétaires publiques verra fleurir en compensation d’autres solutions qui tapera dans l’épargne des pékins…

    On parie ?

    Tour le monde connait la pudeur des escrocs dès qu’il s’agit d’évoquer leurs forfaits…

  23. Des voitures volantes….. le rêve.
    Alors pourquoi vouloir les faire se poser dans les agglomérations?
    Il y a tellement de route entre le rêve et la réalité.
    Et ces batteries elles devront être puissantes pour soulever le poids…. et faire voler l’ engin, car vaincre la pesanteur est un problème, vaincre la traînée pour le faire avancer en est un autre.
    Batteries hs, tiens il pleut des voitures?

    1. Bien vu !
      Et se crasher avec un autocar volant, ça fera encore plus mal .
      D’accord avec les problèmes de trainées . Jacques Lecarme, un pilote d’essai de Farman, expliquait que  » lorsqu’on néglige la trainée, elle se venge  » !
      Tu vois qu’on peut être d’accord parfois !

      1. @ Alain Bobards

        Parce que des autocars roulants qui se crashent, ou des voitures avec conducteurs qui écrasent des piétons, ce n’est heureusement jamais arrivé: -)))

        Là, on parle de techniques qui sont en train d’être mises au point, ou même qui en sont simplement au stade de la conception.

        Et si elles tuent moins de gens que les voitures et autocars « classiques », cela aura été au service de l’humain.

        Quant aux actionnaires (des « méchants ») vous oubliez:

        1- qu’il est souvent préférable d’être financé par des actionnaires que par des emprunts bancaires ou sur les marchés;

        2- que l’immese majorité des entreprises sont des PME non côtées en Bourse et qui n’ont pas d’actionnaires;

        3-qu’un actionnaire prend des risques, celui de tout perdre si l’entreprise dont il a acheté des actions ( = auxquelles il a apporté l’argent dont elle avait besoin) se casse la figure,

        4- que (comme déjà dit) les actionnaires d’Amazon ont dû attendre 24 ans avant de toucher leur premier pourboire. C’était l’année dernière.

        1. En ce qui concerne les actionnaires , je vais vous citez une ânerie d’un PDG :  » Nous devons satisfaire les actionnaires, les clients et les salariés  » Les mots ont (parfois ) un sens et ce PDG aurait plutôt dû dire  » nous devons satisfaire les clients, les salariés et les actionnaires  » parce que si les deux premières catégories sont satisfaites, la troisième le sera également, de facto .
          Les banques prennent des participations, dans les grandes boites et sont, de faite, actionnaires . Il en est de même dans les tours de table en matière immobilière .
          Vous confondez PME et TPME . Les PME peuvent, aussi, avoir un actionnariat . Demandez donc à un boite comme les thés de l’Eléphant, ce qu’elle pense de l’actionnariat en société de capital-risque, on en reparlera .
          Une boite comme Doux s’est cassée la figure . Mais pas d’inquiètude pour les actionnaires : leurs pertes n’ont pas affecté leur patrimoine personnel . Y a des technique pour éviter de se retrouver en chemise .
          Vous citez Amazone . Je pourrais vous citer les petits porteurs de France Télécoms qui se sont faits plumer, ainsi que ceux d’Eurotunnel qui n’avait plus que leur yeux pour pleurer – ce qui n’était pas le cas des banques, BNP en tête, qui avait racheté les actions plus que dépréciées
          Quand à un crash de car routier, les probabilités de vous en sortir sont , quand même, plus importantes que si ce car -volant- se vautre de 100 mêtres de hauteur . Simple loi de la gravité et de la pesanteur !

          1. On peut, aussi, parler des LBO, cette technique financière qui pourrait bien péter au nez des banques, avec dégâts mahousses sur les salariés .

  24. Plus sérieux. Israël se jugeant attaqué sur la plateau du Golan attaque des positions iraniennes. Pour mémoire le plateau du Golan est un ancien territoire Syrien occupé par Israël.
    Etrange que dés l’ annonce de Trump, Israël attaque.
    Cette région est la poudrière du monde, qui va craquer l’ allumette?

  25. Stanis.
    L’ état EST toujours le propriétaire des terrains. Seuls les ambassades et certains cimetièrres militaires ont été cédé.Le sol français ne peut être vendu.
    Tout soi disant achat de terrain n’ est de fait qu’ une location, sans oublier que le sous sol ( au cas où) n’ en fait pas parti.
    Ce qui est anormal est que les français doivent payer une taxe d’ habitation. Cette taxe n’ aurait jamais due être autorisée.
    Il est certain que cette taxe va doublement manquée par son absence, mais aussi dans les prévisions des budgets
    Les  » édiles » sont trop habitués à voir grand, à dépenser sans compter, un exemple typique est la prolifération des » oeuvres d’ art, vulgairement rond point, environ 50.000 en France, coût moyen 1 million d’€ plus l’ entretien annuel….Piscines, musées,patinoire, caméras, police municipale, employés de la commune, des départements, des régions, des territoires, de l’ état, informatique régulièrement changé.
    J’ oubliai: fainéantise des habitants trop habitués à se plaaindre qu’ à assumer leurs devoirs
    Exemple: Il y avait un garde champêtre dans le village. Un trottoir sale, herbeux etc, il frappait aux portes et demandait de nettoyer, une cloture en mauvais état demandait réparation et même aidait.
    Maintenant les trottoir sont des champs d’ herbes folles…. et 2 ouvriers de la commune doivent les desherber, les clotures se dégradent un peu plus, tout le monde s’ en fout

  26. Ici c’est un blog de discussions.
    Pour la gay price c’est où vous savez, car avec vos suce boule, vous devez vous y connaitre.

    1. « Ici c’est un blog de discussions.

      Absolument pas ! C’est une suite de monologues, où personne n’écoute personne.

      1. Elie Arié

        Si « y’en a » qui « écoutent », comme il y avait de la pomme dans une boisson, et dans une célèbre séquence dans un film .

  27. Peut être ne le savez vous pas, mais le travail le lundi de pentecote, la journée se servage n’est plus obligatoire…… ce jour là.
    Pour le privé, l’ ouvrier laissera 8 heures suivant les désirs du patron.
    Pour le public, une journée de carence suffira la majorité du temps
    Pour la SNCF, pas moyen d’ y échapper, les cheminots travaille 1 minute 52 de plus par jour jusque compensation des 8 h……et l’ on osera parler d’ avantage.
    Ca chauffe.
    Un ami me téléphone, il attendait un train promis en gare de Lille.
    Avec 55 minutes de retard, il est là, les usagers embarquent, 5mn, 10, 15 mn……rien. Puis info, le train ne partira pas.
    Ces gens voulaient rentrer chez eux, le soir après le travail.
    Les cheminots se sont enfermés dans les locaux de la gare……
    Il arrive un moment où se foutre de la gueule des gens devient dangereux.

  28. Hélène dici:

    Même lr New York Times admet vers la fin de son article qu’Israel a commencé l’échange de tirs:

     »Le barrage arriva après une apparente frappe de missiles contre un village dans les hauteur du Golan Syrien dans la nuit de Mercredi »

    texte citation originale et source:
    « The barrage came after an apparent Israeli missile strike against a village in the Syrian Golan Heights late Wednesday. »
    https://mobile.nytimes.com/

    Quand je dis Merdias français…

    1. Charles,
      Ces genres d’incidents émaillent l’histoire, soit du fait des assaillants soit de la provocation des dits assaillis. Plus personne n’y prête attention pas plus que les preuves des attaques chimiques. En un mot plus personne ne croit les raisons de l’escalade.

      Par contre quand on sait que l’Iran dispose de 19 bases en Syrie, peut s’appuyer sur celles de la Russie, que l’Irak est sous influence iranienne, que les élections au Liban ont donné une majorité au mouvement chiite, on peut comprendre les vrais raisons qui animent les Israéliens (tu as raison, j’ai aussi regardé la carte).

      Les Américains ont laissé la Syrie à Assad, aux Russes et aux Iraniens. Ils se sont retirés.
      En contrepartie ils empêchent l’Iran de se développer économiquement, ce qui vraisemblablement va rendre la population fiévreuse et on risque de voir des soulèvements au sein même du pays.
      Tout ça n’est pas bon.
      C’est ce que j’appelle la politique du pire.

      1. @Hélène

        Je ne vois pas ce qui vous incite à apprécier la politique étrangère de Macron. Il ne remet pas en cause l’alliance avec les USA, qui piétinent volontairement les deux mandats d’Obama (pas assez véhément j’imagine). Il ne critique toujours pas la politique du gouvernement Nétanyahou, qui est vraiment une politique de voyous. L’ONU ne leur a délivré aucun mandat pour intervenir en Syrie et ils ne peuvent certainement pas invoquer une défense nationale alors qu’ils ont déclenché les hostilités de façon unilatérale.

        Donc Macron, comme ses prédécesseurs, joue au suiveur de l’OTAN.
        A quand un non-alignement par rapport aux deux blocs ?
        Ni USA ni Fédération de Russie.

        1. @ Hélène
          Je vous avais prévenue qu’ici, ça ne passerait pas ☺…
          Et même,parmi ceux qui ne vous contredisent pas, il n’y en a pas un seul pour oser vous approuver!

          1. @Elie
            Oh excusez-moi de m’inquiéter de l’esprit guerrier de Trump.
            Et je n’ai pas souvenir de m’être adressé à vous, mais bien à Hélène. En l’occurrence c’est son point de vue qui m’intéresse.

            1. @Simon
              Ce n’est pas non à vous que je m’adressais, mais à Hélène, vu le niveau de votre argumentation.

              1. @Elie
                Pardon ô monseigneur, pitié pour un pauvre hère incapable d’aligner trois arguments. Pour qui vous prenez-vous ?
                Réfutez donc ce que j’ai dit tiens, plutôt que de m’injurier. En quoi Macron fait-il autre chose que ses prédécesseurs ?
                En quoi se distingue-t-il de Hollande ou Sarkozy, eux aussi d’un atlantisme non dissimulé ?

          2. Elie
            Savez vous seulement qu’il existe des gens qui sont dans la muance et qui plutôt que  » contredire » ..lisent les points de vue de chacun sans les traiter « d’imbéciles » sous le seul prétexte qu’ils n’ont pas forcément la même analyse…
            Savez vous seulement qu’on peut sincèrement s’intéresser aux points de vue de chacun parce que les différences d’opinion sont toujours intéressantes …
            Savez vous seulement que souvent on se tait parce qu’on n’a pas tous les éléments pour comprendre une situation …et que les différents échanges permettent de mieux comprendre et se documenter …

        2. Simon, ne vous inquiétez pas, votre remarque est tout à fait digne de discussion.
          Voila : sachant que notre pays ne peut seul s’opposer aux US (les mesures de rétorsions sont imaparables), que Macron dès le début de son mandat a reçu sur le même pied d’égalité l’Amerique et la Russie, prouve déjà qu’il y a une rupture avec Hollande qui conspuait les Russes.
          Macron est pragmatique donc essaye en ménageant la chèvre et le chou de protéger nos intérêts aussi bien sur la sécurité que sur les échanges commerciaux.
          En Europe il essaye de faire un front uni contre les sanctions de l’Iran.
          Si la France seule ne peut rien, une décision européenne peut emmener les Russe les Chinois et les Iraniens à nous aider à reprendre les échanges commerciaux (il reste quand même le problème du dollar et des intérêts de ces pays aux US.
          Les sanctions contre la Russie nous ont coûté un bras,je ne parle pas de celles de l’Iran où tous les espoirs ont été douchés.

          Macron fait ce qui me paraît le plus sage puisque seule la diplomatie nous reste.

          En même temps j’écris Macron, mais c’est désincarné pour moi, car ces décisions se prennent par bien d’autres personnes et qui l’envoie en négociateur.

          1. Plein de fautes d’orthographe, désolée.
            J’ai oublié de vous dire que Trump et le néoconservateurs ont déclaré la guerre à l’Europe, une guerre économique certes, mais une guerre quand même.
            Avec Obama ça n’a pas été mieux puisqu’ils nous ont ficelés pour les échanges commerciaux avec la Russie.

            Merkell hier a été très claire. Il faut l’écouter.

            1. @Helene
              J’entends bien que la réponse ne doit pas être que franco-française.
              Mais je trouve alarmant qu’un pays comme la France, loin d’être une petite puissance, ne fasse pas preuve d’une ligne diplomatique claire. Affirmons qu’il est révolu le temps de suivre les volontés du « gendarme du monde » et discutons avec nos partenaires pour arriver à cet objectif.

              Je veux bien gager qu’il y a une différence de forme, mais le fond reste identique.
              Je n’ai pas encore entendu ce qu’a dit la chancelière allemande, donc j’irai dès que possible me renseigner.

              Pour ce qui est des sanctions contre la Russie, je suis d’accord avec vous. Elles sont inefficaces, tout comme celles sur l’Iran. J’entends dire que l’arrêt des sanctions n’a rien changé. Ah bon ? Pourtant le président iranien Hassan Rohani est nettement plus modéré. La population est bizarrement plus audible sur les sujets sociétaux (remise en question du pouvoir des gardiens de la révolution, manifestations pacifiques contre le port du voile…). L’ouverture au monde est une bonne chose. Les points de vue pseudo-moraux sur l’Etat Iranien n’ont aucune importance en matière diplomatique (pour moi l’arabie saoudite et Israel sont bien plus dangereux que l’Iran).

              Pour la Russie, à l’est rien de nouveau, Poutine est le seul maitre à bord.

            2. Hélène
              L’Europe pourrait, sans doute, faire entendre sa voix . Encore faudrait-il qu’il y en ai qu’une seule . C’est tout le problème de l’U.E. et ce n’est pas d’aujourd’hui . Faut dire qu’à 23 pays, avec intérêts plus où moins divergents, quand ce ne sont pas des arrières pensées, c’est pas gagné !

              1. @Alain
                Bien d’accord, entre les pro-USA et les pro-Russie, il est difficile d’avoir autre chose qu’une cacophonie. C’est pour ça que la France doit s’avancer, avec une ligne diplomatique claire et nette. Là elle pourrait aller chercher ses partenaires européens pour discuter.

  29. Si on veut faire un peu d’anti-macronisme qui dépasse la géopolitique du café du commerce…

    En octobre dernier, le gouvernement présentait la hausse de la CSG de 1,7% comme ayant deux finalités :

    1-Le financement salarial de substitution de la cotisation classique de 2,4% au profit d’une assurance chômage universelle dédiée aussi aux démissionnaires et aux travailleurs indépendants, certes sous conditions.
    2-Le moyen de rendre du pouvoir d’achat aux actifs en faisant contribuer les retraités imposables. La suppression ultérieure de la taxe d’habitation devant parachever cet effort de redistribution socio-fiscale

    .

    Que s’est-il passé depuis ?

    La LFSS 2018 avec la hausse de la CSG s’applique. Evidemment, forte colère des retraités…
    Mais point de réforme universelle de l’assurance chômage sauf à la marge.
    Du coup, la réforme atteint un summum de confusion.
    Le Conseil constitutionnel avait validé la hausse de la CSG des inactifs au motif qu’elle s’inscrivait dans une réforme d’ensemble, bien que les dispositions incriminées par le recours des députés LR aient été jugées non conformes à la loi organique de financement de la Sécurité sociale.

    Depuis, exit la grande réforme de l’assurance chômage.
    Plus encore, Muriel Pénicaud, oubliant l’existence de la LFSS 2018 a fait savoir aux partenaires sociaux que le léger surcoût de la réforme de l’assurance chômage serait autofinancé par des économies prises sur le cumul emploi-indemnisation. Tollé chez les syndicats, bien sûr.
    Pis encore, le Conseil d’État vient de retoquer le projet de loi de réforme du travail au motif que les travailleurs indépendants ne sauraient être éligibles à un régime indemnitaire du chômage puisqu’ils n’y cotisent pas ! Incroyable argument mais faux puisque la CSG de la LFSS, payée aussi par les indépendants, vise normalement à compenser la suppression de la cotisation salariale et permettre un régime indemnitaire plus large. A moins que le gouvernement ne nous ait menti depuis le début…

    Solution ?

    -soit réparer un peu la mauvaise manière faite aux retraités en utilisant les 3 à 4 Mds € de surplus de tout ce fatras socio-fiscal pour la perte d’autonomie. Ce serait utile et fort peu contesté;

    -soit saisir à nouveau le Conseil Constitutionnel, puisque la réforme d’ensemble dans le cadre de laquelle il avait autorisé la hausse de la CSG des retraités est abandonnée…Mais quel groupe parlementaire pourrait le faire, à part le FN ?

    1. @Elie
      Sur la question de l’assurance chômage, je doute que le gouvernement s’arrête là. Il faudra bien qu’ils trouvent mieux qu’une hausse de la CSG pour compenser la suppression (bientôt totalement effective) des cotisations chômage et sécurité sociale. On ne peut bâtir des revenus d’Etat sur la simple spéculation d’une baisse du chômage. C’est pour ça qu’à chaque « réforme » (je mets entre guillemets les réformes, parce que bien qu’elles soient assez injustes, elles ne sont pas d’ampleur. Hormis les ordonnances sur la loi travail) le gouvernement met en place des recettes à peu près équivalentes.

      En ce qui concerne la « réforme » pour les indépendants, un peu de retenue puisqu’il est question d’obliger au dépôt de bilan pour prétendre à une allocation chômage de 800 euros sur six mois.
      Effectivement, les indépendants n’étant pas salariés de leur structure (donc de fait les auto-entreprises) ne cotisent pas. Et je confirme, la hausse de la CSG a bien été appliquée (j’ai vu mes cotisations bien augmenter de ce côté, merci Macron).

      Pour la saisie du conseil constitutionnel, sur quelle base ?

      Et pour ce qui est de l’effet « redistributif » des mesures, je gage que nous en verrons les conséquences dramatiques sur les collectivités (pour la suppression de la taxe d’habitation), les retraités qu’il faudra aider davantage (1200€, le début de la richesse ? Sérieusement ?!) puisqu’on vit certes plus longtemps mais moins longtemps en bonne santé. Il faudra également suivre le carnage dû aux ordonnances, qui est contre-productif dans la volonté de « simplifier » le code du travail. Ma mère est responsable de ressources humaines et apprécie beaucoup l’humour du gouvernement.

      Vous parlez d’anti-macronisme primaire, mais pensez-vous réellement que nous parlerions des réformes ?
      Personne n’a parlé de la personne du président, ça n’a aucune espèce d’importance. Par contre je continuerai à parler des effets de sa politique, de sa croyance en la mondialisation, etc… De politique en somme.

    2. Prenez patience Elie…
      La reforme des retraites ne va faire que des perdants ….avec la sncf et d’autres …cela va faire beaucoup de contestations à venir…
      La politique menée par Macron est en train de s’effriter ….parce que le pouvoir d’achat n’est pas au rendez vous ….

    3. Elie
      Même pas le F.N puisqu’il n’a pas de groupe à l’Assemblée .

    1. @Elie

      Et vous continuez à moquer ceux qui ne sont pas d’accord avec vous.
      Sérieusement, arrêtez. Vous avez sans doute mieux à dire non ?

      1. Simon

        Il va vous falloir apprendre à reconnaitre un sac vide ou gonflé à l’air vicié et un sac vraiment plein….

    1. @Hélène

      Merci pour les liens 🙂
      Oui, peut-être que Macron peut progresser sur une voie diplomatique différente. Nous verrons.

      Pour ce qui est d’Angela Merkel, sa position est vraiment dangereuse. Ce n’est pas la première fois qu’elle fait preuve de pragmatisme à l’égard de la Russie mais j’espère qu’elle ne recevra aucun coup de poignard dans le dos, contrairement à son engagement sur les migrants.

  30. Y a une profession qui ne doit pas chômer, en ce moment, avec tous ces gens qui se téléphonent, ce sont les interprètes : Nétanhyaou téléphone à Poutine pour l’avertir du bombardement de bases Iraniennes, afin d’éviter de zigouiller des Russes qui seraient présents . Trump et Macron en font autant avant de balancer des missiles ( avec plus ou moins de bonheur ) sur des bases Syriennes . Macron téléphone à Trump pour lui dire qu’il n’est pas content de sa décision concernant l’accord avec l’Iran . Térésa May téléphone à Macron pour lui dire qu’elle est d’accord avec lui t à Trump pour lui dire qu’elle n’est pas d’accord avec lui . Merkel téléphone à Poutine pour le maintien de ce même accord . Poutine a téléphoné à Rohani pour l’assurer de son soutien ( enfin, je pense ) . Personne n’a encore téléphoné à Xi Jin Ping ( mais ça devrait venir ) pour lui demander son avis et savoir ce qu’il compte faire . Kim Jong Hun fait la gueule parce que personne n’a songé à lui téléphoner pour connaître sa position .
    Et le citoyen téléphone à son toubib à cause de la migraine que ces multiples coup de fil lui filent !

      1. Elie
        Cette affirmation, mon cher toubib, n’engage que vous ! Tout le monde n’est pas Roland Dumas en matière de maniement des langues !

  31. « Poutine a téléphoné à Rohani pour l’assurer de son soutien ( enfin, je pense ) .  »
    Ca reste à voir …

    1. Voilà ce qui arrive lorsqu’on oublie de payer sa facture de téléphone !

      1. Et voilà à quoi on est réduit à cause des sanctions, le telephone est coupé ! 🙂

  32. On n’arrête pas le progrès !!!

    Au Sénégal, la polygamie ne rebute plus les femmes instruites

    Tous les matins depuis trois mois, c’est le même rituel. Mor* prépare un petit sac avec quelques vêtements de rechange. Ce soir, il dormira ailleurs. Ce journaliste sénégalais, correspondant d’une grande agence de presse internationale, partage sa vie entre deux foyers, deux femmes. La première, Djeneba*, 40 ans, est diplômée en gestion du tourisme. Epousée il y a douze ans, elle est la mère de ses trois enfants. Et puis, il y a Anta*, pimpante journaliste de 27 ans, fille d’un médecin et d’une enseignante. Elle a 19 ans de moins que lui.

    Devenir la niarel (seconde épouse, en wolof), Anta en rêve, dit-elle « depuis [qu’elle est] gamine ». Elle revendique une certaine indépendance. « J’ai toujours voulu être dans un ménage polygame. C’est une forme de liberté, car j’ai du temps pour moi quand mon mari est chez la première épouse. Je ne me vois pas m’occuper seule de lui », explique-t-elle avec décontraction.

    Son assurance tranche avec la colère rentrée de Djeneba. La quadragénaire au visage émacié est sonnée depuis ce jour où son amour de jeunesse lui a annoncé son second mariage. Abasourdie, elle a perdu du poids ainsi que sa confiance en elle et en son mari. La noce a été scellée en catimini, après quarante-cinq jours de relation cachée. « Je n’ai jamais pensé devenir polygame », jure Mor. « Ça m’est tombé dessus », poursuit-il pendant que Djeneba sert le déjeuner. La tension est palpable dans ce coquet appartement d’un quartier résidentiel de Dakar.

    A l’image de ce trio, 35,2 % des ménages sénégalais se déclaraient polygames en 2013, d’après l’Agence nationale de la statistique et de la démographie, contre 38,1 % en 2002. La pratique recule globalement, mais se répand dans les milieux intellectuels. Ainsi, près d’un quart des femmes ayant un diplôme universitaire acceptent de devenir deuxième, troisième ou quatrième épouse, d’après le dernier recensement démographique paru en 2013. Une tendance qui va à rebours d’une idée reçue : la polygamie n’est plus réservée aux milieux populaires et ruraux.

    « On est passé d’une génération de femmes instruites dans les années 1960-1970 farouchement opposée à la polygamie à une génération qui l’assume, voire la revendique », explique Fatou Sow Sarr, maître de conférences à l’université Cheikh-Anta-Diop, à Dakar, et fondatrice du laboratoire Genre et recherche scientifique de l’Institut fondamental d’Afrique noire (IFAN). « A l’indépendance, les premières femmes diplômées la combattaient. Pour elles, c’était une violence faite aux femmes et il fallait l’éradiquer. » Ces cadres de la première génération post-indépendance, enseignantes, fonctionnaires ou infirmières, ont reçu le soutien du président sénégalais, Léopold Sédar Senghor. Marié à une Française et très imprégné de culture européenne, il fera inscrire la monogamie comme une option dans le Code de la famille de 1972.

    Ce code est toujours en vigueur quarante-six ans plus tard. Au moment de se marier pour la première fois, l’homme – en « concertation » avec sa promise – choisit devant le maire si son futur ménage restera un duo ou s’il pourra accueillir une, deux ou trois épouses supplémentaires.
    Des hommes beaucoup plus âgés

    Comment la polygamie, perçue comme rétrograde par ces premières élites d’après l’indépendance, est-elle devenue acceptable pour nombre de femmes issues des milieux bourgeois et intellectuels ? « Faute de travail, les jeunes hommes instruits n’ont plus les moyens de fonder une famille. Les femmes de leur classe d’âge ayant fait de longues études épousent donc des hommes beaucoup plus âgés mais avec une bonne situation matérielle et, très souvent, mariés. La pression sociale autour du mariage contraint les femmes à choisir la polygamie par dépit très souvent », explique Fatou Sow Sarr, qui observe cette tendance parmi ses étudiantes en thèse.

    Mais la chercheuse constate un autre bouleversement dans les rapports conjugaux. Apparue au Sénégal avant l’arrivée de l’islam, mais codifiée par la religion, la polygamie était inscrite dans une organisation sociale. « Il fallait des bras pour cultiver la terre et remplir son grenier. L’homme se devait d’être équitable et respectueux envers ses épouses. Chacune avait un statut spécial. Ce qui a changé, c’est qu’aujourd’hui, en milieu urbain, on assiste à une forme d’exploitation des femmes. Pour rester mariées, certaines sont prêtes à tout, quitte à inverser les rôles en étant celles qui entretiennent leur mari. Ce dernier joue sur les rivalités entre les coépouses. Ces rivalités épuisent les femmes, détournent leur énergie et les empêchent de prendre leur place dans la société », regrette Fatou Sow Sarr.

    Qu’en est-il des hommes ? Selon l’Agence nationale de la statistique et de la démographie, ils sont 14 % issus de milieux intellectuels à se déclarer polygames. Birame*, 45 ans, élégant professeur de lettres à l’université Gaston-Berger de Saint-Louis, a opté pour la polygamie lors de son mariage, mais n’envisage pas de franchir le pas. « Je n’ai pas les moyens d’entretenir deux femmes. Mais j’ai un filet de sécurité, un pouvoir face à mon épouse. C’est comme une arme de dissuasion pour qu’elle ne me fasse pas la guerre », ironise-t-il.

    Source de souffrance pour beaucoup de femmes et leurs enfants, la polygamie peut aussi être vécue comme une contrainte par certains hommes. « Je vis une situation ubuesque », lâche Abdou*, 62 ans, éminent universitaire et acteur de la vie intellectuelle sénégalaise. Après trente-six ans de mariage et trois enfants, il a épousé en secondes noces, sans tambour ni trompette, une consœur divorcée d’un premier mariage. « Ma première femme n’a pas voulu qu’on se sépare, car le divorce au Sénégal est une catastrophe sociale, surtout pour la femme. La polygamie est dans mon cas un divorce qui ne dit pas son nom », confie-t-il.

    Bataille perdue des féministes sénégalaises, la polygamie a même résisté à l’arrivée massive des femmes en politique. Depuis la loi sur la parité votée en 2010, celles-ci sont aussi nombreuses que les hommes sur les bancs de l’Assemblée. Sans effet sur l’ouverture d’un débat, comme dans d’autres pays musulmans.

    * Les prénoms ont été modifiés à la demande des personnes interrogées.

    1. J’ai jamais compris , quand on en a une, pourquoi en vouloir plusieurs ? Ca coûte un bras, ces petites choses là !

      1. Il semble qu’elles travaillent toutes les trois.
        Je n’ai pas vu quel est son travail à lui, ça a dû m’échapper en lisant.

        1. Hélène
          Dans la Chine Impériale , la polygamie était hiérarchisée : première épouse, seconde épouse, etc… ! Et toutes avaient des fonctions bien définies . La première épouse gérait le ménage, la seconde s’occupait de l’éducation des enfants, la troisième de l’agrément de la demeure familiale et ainsi de suite .
          Le maitre assurait l’aspect financier et informait l’épouse qu’il souhaitait honorer tel soir !
          La belle vie, quoi !

  33. Tiens, revenons au billet de Juan, et à son étrange conclusion: il met en demeure Raphaël Enthoven de traiter de certains sujets précis ( de quel droit? et s’il a envie de parler d’autre chose ? Il n’est pas un homme politique, que je sache!) mais, surtout, il lui demande de penser contre sa classe sociale.

    Mais quelle est la classe sociale d’un prof de philo (même si son talent et /ou ses relations lui permettent de tenir quelques chroniques à la radio)? Celle d’un banquier ou d’un milliardaire? Bien sûr que non.

    Alors…Est-ce à dire que Juan exige d’Enthoven qu’il ait les mêmes opinions que lui ?

    Bizarre conception du débat et de la liberté d’opinion…

    1. vous vous fatiguez pour rien, Elie.
      Je suggérais à ce philosophe qui aime le défi de la pensée de penser contre sa classe. Un exercice de style en quelque sorte.

      1. à Elie Arié et Juan S.

        M. Enthoven invite au doute (et pas au doute en système ou systématique soit scepticisme absolu, quand tout se vaut et plus rien ne vaut), et voici ce que je lis :

        « (…) La science, chaque jour davantage, apporte des réponses déterministes à ce qui jadis était considéré comme pure énigme. Le mythe du libre-arbitre s’effondre ainsi par pans entiers sous les coups de boutoir de la science. (…) »
        http://blog.franceculture.fr/raphael-enthoven/la-science-est-elle-inhumaine-2/

        Suite dans un autre commentaire, pour un défi de la pensée, à mon avis ….

        1. Voici ce qu’écrit un scientifique :

          « (…) De manière plus générale, ce site a pour objectif de sensibiliser les esprits à l’incroyable changement de paradigme auquel la science nous prépare aujourd’hui en remettant en question les quatre croyances associées à ces quatre dogmes:
          • La conscience serait un sous-produit du cerveau (Matérialisme)
          • La nature jouerait aux dés pour faire ses choix (Darwinisme)
          • La réalité évoluerait mécaniquement dans le temps (Mécanicisme)
          • La causalité ne pourrait être inversée (Passé figé)
          Ces croyances ont engendré à leur tour beaucoup d’autres croyances dont la plus dangereuse aujourd’hui est probablement celle qui nous conduit droit au transhumanisme et plus généralement à la négation de la nature humaine avec la dégradation de toutes nos valeurs morales: le fait de penser que nous sommes des machines nous conduit invariablement vers un futur d’aliénation totale où nous deviendrons des machines. (…) »

          http://guillemant.net/

          1. @Laure CP
            Mais qu’ est-ce que « la nature humaine « ? Êtes – vous certaine que ça existe ?

            1. @ Laure CP (suite )

              Si nous en venons au transhumanisme, cela signifiera que la nature humaine était d’y venir. Je crois que le concept de nature humaine est une construction artificielle destinée à justifier nos comportements et nos évolutions à posteriori.

              1. Laure CP ( suite -pas encore bien réveillé )
                J ‘ai lu que certains travaux de génétique donneraient un peu raison à Lamarck -l’inventeur de l’évolutionnisme – dont on s’est tellement moqué depuis Darwin – et qu’il existerait bien une petite part de transmission des caractères acquis.
                Et si cela existait aussi chez cest aussi chez certains animaux? Cela voudrait dire que nous sommes la
                moins douée des espèces animales, puisque nous avons besoin de comprendre pour réussir à faire ce que d’autres animaux font naturellement. ..

                (Sans même parler de la fascinante théorie du gène égoïste, qui amène à la conclusion qu’il n’y a pas une « nature humaine « , mais juste une « nature génique « …)

            2. Elie Arié

              Grâce à « quoi » me posez-vous cette question, avec des mots, une grammaire, etc., appris ? Nous serions en face à face, je pourrais croiser votre regard, voir d’autres « informations », etc., et vous aussi si vous m’écoutiez, me regardiez, prêtiez attention à certains signes. Et nous aurions aussi des « sentiments », etc., voire de l’indifférence :-)).

              Avec ma conscience, je pense ne pas savoir ce qu’est « cette conscience », et ne pas savoir s’il y a une seule « nature humaine ».
              Nous faisons l’expérience de ces états de conscience, et pouvons en parler grâce à ces mots, etc.. Les animaux ont peut-être d’autres formes de langage, ils sont probablement doués d’une conscience de mon point de vue, etc.. Mais nous sommes « humains », parce que nous avons un langage spécifique et avec ce langage, cette possibilité d’échanger, et celle de mieux nous comprendre ou de comprendre notre « environnement » (bien que nous soyons dans cet « environnement »), nous organiser en des sociétés. C’est sans déjà pouvoir tout expliquer, de mon point de vue encore. Des mystères restent
              Le « cerveau » est constitué de « matière », selon des observations. Quant à ce que nous appelons « temps », …, et des théories en mécanique quantique, etc., l’hypothèse des « multivers », je préfère ne pas en trop en parler ici.
              (aucune référence à Dieu, difficile à définir donc à « nommer », dans ce cas :-)).

              1. suite

                a priori vous croyez en le déterminisme, car c’est en pouvant me tromper,
                et je n’y crois pas …

                1. @ Laure CP

                  Il y a 3 mots qu’il ne faudrait jamais employer, à mon avis, dans un raisonnement :
                  -nature
                  -croire
                  -besoins

                  1. Elie Arié

                    M. Guillemant, écrit cela dans le texte cité précédemment, en le citant à nouveau car cela me semble important : – croyances – dogmes – :

                    « (…) changement de paradigme auquel la science nous prépare aujourd’hui en remettant en question les quatre croyances associées à ces quatre dogmes (…) »

                    A bientôt peut-être, je dois partir et ne pourrai répondre que demain soir (éventuellement).

                  2. Israël a ‘aussi’ du barbu armé ?!
                    oui, et le zob pareillement raccourci.
                    Mais l’histoire, -surtout la leur, culture et toute sa bande, est fondamentalement différente.

                    Qql hégémonie ou prosélytisme (etc.) ne gère pas le mécréant (moi par ex.) de la même manière.
                    Une sacrée-divergence !
                    Y a pas foto entre un condamné au djihad (devoir religieux) et un (déjà) élu de Dieu.
                    ..on se comprend (perso m’adapter)

      2. @Juan

        Mais (je me répète ) : quelle est sa classe ?

        De toutes façons, Sartre a écrit :  » Penser, c’est penser contre soi ». Chiche ?

        1. Elie
          « Penser, c’est penser contre soi  » .
          Ca ne semble pas être votre cas !

    2.  » Bizarre conception du débat et de la liberté d’opinion…  »

      En direct de cap Juan, nous assistons à la transmission de la dernière émission du satellite « toubib 1er » en orbite autour de la terre depuis quelques années.

      Les services scientifiques de cap Juan dépités communiquent :

      « toubib 1er » a été conçu pour retransmettre les informations de Jupiter vers la terre à l’aide de l’application « castanide » , ce qu’il fait très bien ; en revanche nous enregistrons des bugs réguliers dont celui ci dessus;
      « Toubib 1er » est doté d’un système de communication uni-directionnel, ce qui en fait un satellite aveugle et sourd.
      Nous pensons que ces bugs sont certainement liés à des interférences intersidérales considérables observées à la périphérie de Jupiter…..

      « toubib 1er devrait à nouveau transmettre de nouvelles infos de Jupiter dans les prochaines 24 h.

      Fin de communiqué.

  34. Ça bouge …

    « Nucléaire iranien : Iran, France, Allemagne et Royaume-Uni discuteront à Bruxelles
    La chef de la diplomatie de l’UE recevra les ministres des affaires étrangères de ces pays, tandis que les Européens se montrent déterminés à sauver l’accord. »

    « Avant sa visite à Bruxelles, le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, se rendra à Pékin et Moscou pour discuter des moyens de sauver l’accord nucléaire. »

    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2018/05/11/accord-sur-le-nucleaire-iranien-iran-france-allemagne-et-royaume-uni-discuteront-a-bruxelles_5297537_3218.html#Dh0DBYxKbU8IiuJh.99

    1. Hélène
      On peut penser que l’essentiel des discussions porteront, d’abord, sur le volet économique, afin de contrer les Américains et leur interdiction de commercer avec l’Iran . Les intérêts des Européens sont certainement plus menacés d’une extension du chômage, d’un surcoût énergétique et de pertes de parts de marché que des risques d’un conflit guerrier .
      Lorsque Merkel dit qu’il ne faut plus compter sur la protection U.S. et que ce temps est révolu, elle pense fric ( elle n’évoque pas le parapluie nucléaire ) . Les Anglais, malgré leur proximité avec les U.S., ne pensent guère autrement .
      Il serait, comme le dit la chancelière, grand temps que l’U.E. se prenne en main . Quand aux pays de l’Est faisant partie de l’Union, une amicale pression financière, peut-être…!

  35. Quelques réponses en vrac.
    Pour la CSG des retraités, en réalité cette augmentation est de 1,9%.
    Elle n’est pas déductible des impôts.
    Merkel ne connait qu’ une règle, avantage Allemagne envers et contre tout. Les autres pays ne compte que pour ce qu’ ils peuvent amener. Elle jouera SON jeu.
    Macron jouera le jeu de ses sponsors. Trump croyait le tromper, il croyait tromper Trump. 2 roublards de la finance.
    Il est évident que les caisses chômage et SS ne peuvent continuer d’ être pillées par l’ état. Refuser obstinément de voir l’ évidence ne sert à rien. La caisse de régime générale est une grande tirelire pour l’ état, les gouvernements succéssifs y ont largement puisé, elle sert aussi d’ alibi pour une foultitude de taxes et prélèvement divers qui finissent invariablement dans les caisses trouées de l’ état.
    Peu de taxes vont vers la destination de leur création.
    L’ état jongle avec des milliards….. qu’ il n’ a pas
    Tous les ministères réclament des milliards qui servent entre 70 et 80% à payer les salaires et retraites
    Tout est prétexte à taxes, le bio, le climat, la pluies, les inondations, l’ eau, la pollution, la voiture, le carburant…….. et plus il y a de taxes, plus la dépense augmente, plus les dettes augmentent..

  36. Marrant . Le PDG de la sncf promet de faire un  » geste » après la fin de la grève envers les usagers. Remboursement , billet moins cher ….est
    En bref : dette 50 mds, apport des régions 14 mds/ an, coût de la grève xxx mds, intérêts de la dette 2 à 3 mds/ an, augmentation normale annuel du déficit sncf 3 mds.
    Voila un PDG généreux, il a du faire l’ ENA

  37. Encore un mythe qui s’écroule…

    Selon l’OCDE, la part des travailleurs pauvres est deux fois plus élevée en France qu’en Allemagne

    Des chiffres publiés par l’OCDE indiquent que la part de travailleurs pauvres est plus élevée en France qu’en Allemagne.

    Le chiffre a suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux – en particulier en France : en 2015, la part de travailleurs pauvres (vivant sous le seuil de pauvreté, à 50 % du revenu médian) était de 3,7 % en Allemagne, soit deux fois moindre que celle de l’Hexagone, à 7,1 %, selon les chiffres publiés, le 8 mai, par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Voilà ce qui, à première vue, bat en brèche l’idée selon laquelle l’Allemagne est la championne des travailleurs pauvres, en dépit de sa puissance économique. Le généreux modèle social français n’était-il pas censé mieux protéger ses salariés ?

    Si l’on se fie à Eurostat, c’est pourtant toujours le cas. Selon les données de l’office statistique de l’Union européenne, fréquemment citées sur le sujet, 9,5 % des travailleurs allemands étaient considérés comme pauvres en 2016, contre 7,9 % pour les Français. Soit un constat bien différent de celui de l’OCDE.

    Mais alors, qui dit vrai ? « Les deux, car ces données ne mesurent pas exactement la même chose », explique Stefano Scarpetta, directeur de la division emploi à l’OCDE.

    Ces nuances de paramètres statistiques ont de quoi donner le tournis aux non-initiés, mais elles sont importantes pour comprendre ce qui sépare nos deux pays. Si l’on schématise, Eurostat regarde la part des travailleurs pauvres pris individuellement par rapport à l’ensemble des personnes en activité, tandis que l’OCDE mesure le pourcentage des personnes membres d’un ménage vivant sous le seuil de pauvreté, et où au moins l’un des adultes travaille. Ici, la composition du foyer entre donc en compte, avec le nombre des adultes en emploi, et une pondération selon le nombre d’enfants. Et cela explique les écarts. « Tous ces chiffres montrent que la part des travailleurs pauvres est plus élevée en Allemagne qu’en France, lorsqu’ils sont comptabilisés individuellement, mais elle est plus basse si l’on prend en compte la composition du foyer », détaille M. Scarpetta.

    Et ce, pour une raison bien simple : le taux de chômage est plus bas chez nos voisins (3,4 % en mars, contre 8,8 % chez nous), tandis que leur taux d’emploi, c’est-à-dire la proportion de personnes disposant d’un emploi parmi celles en âge de travailler, est à 75,6 %, soit 10 points de plus que le nôtre (65,2 %). Il y a donc beaucoup plus de ménages allemands où les deux adultes travaillent, ce qui explique que les chiffres de l’OCDE soient plus bas. D’autant que les Français font plus d’enfants. Les membres d’un ménage tricolore avec trois enfants où un seul parent touche un salaire seront mécaniquement plus pauvres que le même couple allemand, mais sans bambin.

    « Ces chiffres éclairent surtout les différences de modèles choisis par nos pays », commente Patrick Artus, économiste chez Natixis. L’Allemagne a fait le choix d’inclure un maximum de personnes dans l’emploi, quitte à ce que certains métiers soient plus précaires. En 2017, la proportion des temps partiels y était de 29,6 %, contre 18,1 % chez nous, selon Eurostat. Et elle est particulièrement élevée chez les femmes (46,4 %, contre 29,6 % en France). Les jobs tricolores sont moins précaires, mais davantage de personnes sont exclues du marché du travail.

    C’est d’ailleurs la grande faiblesse du modèle français, car elle fait grimper les inégalités de revenus entre ceux inclus et ceux exclus de l’emploi. « Voilà pourquoi les inégalités de revenus avant redistribution sont plus élevées en France qu’aux Etats-Unis ou en Allemagne, mais elles sont largement corrigées, ensuite, par les transferts sociaux, ajoute M. Artus. Pour les réduire, nous avons intérêt à améliorer l’éducation et la formation pour faire revenir un maximum de personnes sur le marché du travail. »

  38. Artus qui découvre que le système d’évaluation du chômage est différent entre les pays !
    Ce gars ne me décevra jamais !

    1. Il n’est pas question, dans cet article, des systèmes d’évaluation du chômage, mais de ceux d’évaluation des travailleurs pauvres.

      1. Elie
        Vous me fatiguez :  » et pour une raison bien simple: le taux de chômage est plus bas chez nos voisins, 3,4% que chez nous 8,8% « . Le chômage engendre les travailleurs pauvres . Quand à la notion de temps partiel, il faudrait ajouter  » subit et pas choisit  » .
        Quand au couplet sur l’éducation et la formation, ça sous entendrait qu’il y a une masse d’emplois non pourvue par manque de formation ou d’éducation, alors que le chômage des jeunes, y compris les diplômés, est plutôt élevé , couplet qu’on nous sert depuis plus de 20 ans !

        1. Ca vous arrive de comprendre les articles que vous copiez plutôt que de les utiliser comme un outil renforçant vos propres assertions ? Regardez la comparaison entre l’approche d’Eurostat et celle de l’OCDE . Ca ne fait que confirmer qu’on fait dire ce qu’on veut aux chiffres, tout étant dans leur présentation !
          Et ça me permet de dire qu’Artus, qui sévit depuis des années, a toujours un train de retard ( et encore plus en ce moment avec les grèves à la SNCF )

          1. Alain

            Eh oui….
            tu es vraiment sympa de tenter d’expliquer à un expéditeur les subtilités du texte qu’il vient d’envoyer…

        2. Vous n’avez toujours pas compris que les formations ne correspondent pas aux emplois recherchés par les entreprises…Oui, il y a beaucoup de sociologues et de psychologues promis à Pôle Emploi, c’est le brillant résultat de l’absence de sélection et d’orientation.

          1. Elie
            Vous me faites rigoler : le taux de pauvreté est exponentiel en Europe ( et ailleurs ), quelque soit le mode de chiffrage . Il suffit de regarder l’écart salaires/profits depuis des années . Ca n’a pas grand chose à voir avec une inadéquation des formations .

  39. Et quand je regarde ceux qui ont l arme nucléaire et qui interdisent à d’autres de l’avoir …suis je rassurée ?…pas vraiment …
    et pendant que chacun avance son pion …les iraniens qui devraient tous être riches du pétrole …trinquent encore et encore !

    1. @ Sylvie

      Ils interdisent de l’avoir à ceux qui, comme l’ Iran, proclament toujours leur objectif de détruire Israël.

      1. Israel détient l’arme atomique et ça n’a pas fait tant de remous dans la « communauté internationale  » !

        1. ce doublon retrouve sa place..

          Israël a ‘aussi’ du barbu armé ?!
          oui, et le zob pareillement raccourci.
          Mais l’histoire, -surtout la leur, culture et toute sa bande, est fondamentalement différente.

          Qql hégémonie ou prosélytisme (etc.) ne gère pas le mécréant (moi par ex.) de la même manière.
          Une sacrée-divergence !
          Y a pas foto entre un condamné au djihad (devoir religieux) et un (déjà) élu de Dieu.
          ..on se comprend (perso m’adapter)

  40. AH , ces comparaisons entre France et Allemagne
    En premier, leurs euros n’ ont pas la même valeur que les autres pays.
    Ensuite, leur commerce extérieur est largement bénéficiaire, ils sont largement battus par nos taux d’ imposition, la gestion des lands est rigoureuse, leur gouvernants n’ habitent pas des palais avec un nombre de serviteurs, de conseillers, de cuisiniers etc digne d’ un roi.
    Ils n’ ont pas un nombre de fonctionnaires à vie payé à l’ ancienneté.
    Un prof doit prouver sa capacité de transmettre son savoir, les syndicats savent discuter. Combien de pays auraient été capable d’ intégrer les allemands de l’ ancienne RDA complétement en ruine.

    Et puis, en France, on vous le répète, les retraités sont riches, ils arrivent à avoir jusque 1200€ / mois de retraite et de survivre avec ce que le roi leurs laisse. C’est que ça coûte cher les aristos, les seigneurs et courtisants. Et puis, ces sans dent refusant de mourir dans les ehpad, investir pour des vieux, quelle idée.

  41. Sylvie,

    Il ne s’agit pas de me rassurer.

    Indéniablement, (et comme Macron), à la surprise générale de ceux qui prétendaient qu’une fois élu, il se calmerait, Trump applique ses promesses électorales: rupture du traité avec l’ Iran (et tant pis pour les conséquences économiques pour l’ Europe!), politique économique protectionniste – très peu « libérale »- vis-à-vis de l’ Europe (acier, aluminium, fin du TAFTA), politique anti-immigrationniste (et que l’ Europe se démmerde avec les migrants), retrait prochain des troupes US de Syrie (et que l’ Europe se débrouille avec Poutine, la Turquie et le Hezbollah), etc.

    Cela a le mérite de mettre l’ Europe au pied du mur: veut-elle faire bloc contre cette politique en se constituant comme une véritable puissance économique, politique t militaire ( comme le souhaite Macron), ou bien chacun de ses Etats va-t-il aller négocier, séparément, avec Trump, des petites concessions qui lui rendraient sa note personnelle moins douloureuse ? Compte tenu de la faiblesse politique actuelle de l’ Allemagne, et de la multiplication de gouvernements anti-européens dans l’ UE ( Hongrie, Pologne, et bientôt Italie) , c’est la 2 ème hypothèse qui semble la plus probable.

    Personne, parmi les anti-atlantistes féroces de ce blog, ne semble se rendre compte que Trump, qui ne croit pas à l’ Europe, est un anti-atlantiste forcené.

  42. Mais si, mais si, les anti-atlantistes féroces de ce blog savent très bien que Trump est un anti-atlantiste forcené…sauf lorsqu’il met l’OTAN dans le bain quand il menace la Russie des pires foudres .
    Nous avons tous compris que Trump doit satisfaire son électorat de base, tout en favorisant les entreprises U.S. Nous avons tous compris qu’il a bien piègé le parti Démocrates qui est devenu anti Russe, plus encore que les Républicains .
    Nombreux sont ceux ( et pas seulement Macron ) qui voudraient une véritable Europe forte dans tous les domaines . Encore faudrait-il accepter d’analyser ( le terme est …gentil ) les causes de ce rejet de l’U.E, cette U.E. qui devait « protèger » ( premier éléments de réponse dans le préambule et la première partie de Maastricht ) !

  43. Elie
    Et donc le peuple a toujours tort quand il’revendique son opposition ..car à l’inverse quand les présidents ne tiennent pas leurs promesses on dit que  » les promesses n’engagent que ceux qui y croient » …
    Nos démocraties auront de plus en plus de mal à donner des leçons à la terre entière …

  44. Tiens, dans un autre domaine : personne n’a remis -sérieusement – Trump à sa place lorsque, devant la NRA, il a fait son sketch sur le Bataclan : il aurait suffit de lui mettre dans les dents les 59 morts et 527 blessés lors de ce concert à Las Vegas par un type surarmé ( merci le second amendement ) . Les spectateurs de ce concert auraient pu être tous enfouraillés, ça n’aurait strictement rien changé !

    1. (si, un peu l’anglais et le français, pour maintenir la forme; au vue d’un propos de politique intérieur, qui déborde ?)
      Sinon le principe, ou syndrome de celui qui parle en dernier, de préférence proprio du micro; et du bâton,

  45. L’Europe, ..qui n’en a pas rêvé ??
    Bien sûr chacun son histoire; n’empêche parfois celle-ci accorde tout le monde sur le même tas de gravât.

    Bref (aux chiottes les schnocks) nous voilà, et armé avec des camemberts calibrés, ..chic !
    Ainsi le Monde nous ‘craint’, ..c’est ça,

    1. Oh,vous, les Suisses, même pas foutus de faire des fromages sans trous, ça va comme ça, hein !

      1. aïe.. un witz qui contrarierait mon pépé, déjà que jamais il ne pût voter pour son héros (Charles de G) lui qui fit barrage, le fusil à l’épaule, à la germanisation du quartier,
        ..lui dire que son fromage*, le Fribourg, a des trous.. malheureux ! aussi, des-deux gruyère, le frouze est le troué (que faire ?)

        *si vous achetez du gruyère suisse (en France) avec sur la croûte l’impression en bleu « Switzerland », c’est pépé, donc la famille, l’importateur, ..héhé,
        – hein qu’il est bon !

        1. Fromagerie Edouard Conus, 74,
          ..et quel terrain de jeux ! gamins, avec les cousins à « jouer à la guerre » dans les dédales des caves, armés de sonde à fromage dans leur ‘holster’ en cuir,
          ..combien en avons-nous goûté ? aucune idée !

        2. Je me souviens d’un titre des journaux suisses, à Genève ;  » Exploit suisse dans le Gruyère « 

  46. Regardez le blog….. combien d’ opinions différentes.
    Pour l’ UE, la cee a démarrer avec

  47. Erreur de manip.
    La CEE a démarré avec 5 pays.pour rapidement être 13.
    Ce grand projet aurait pu servir les pays européens, mais en confier la gestion à des pistonnés de chef d’ état va rapidement tout ruiné.
    Obéissant au pouvoir de l’ argent, les dirigeants ont rapidement décidé d’ agrandir cette communauté sans étudier les conséquences.
    Par défit envers l’ URSS, on intégra des pays de l’ Est, complêtement ruinés, outils de production dépassés. l’ intégration de la Grèce sans réellement étudier l’ état de ses finances ( mais base américaine) fut aussi une erreur.
    Actuellement l’ UE ne survit que par le désir de quelques pays intéressés par la main d’ oeuvre à moindre coût, ce qui tend à disparaître par l’ apport massif de jeunes migrants.
    Au moment ou l’ on prétend célébrer la fin de l’ esclavage, il est risible de voir des pays de l’ UE en faire venir massivement. Car c’est cela qu’ ils deviendront, des esclaves!
    Mais chut….il paraît que c’est un bien pour le pays.

  48. Et puis, la routine, un attentat, du sang, des politiques en pélérinage sur les lieux, les mêmes paroles, les mêmes promesses.
    L’ assassin est inconnu pour l’ instant, bon, j’ ai bien ma petite idée,peut être un padamalgam.

    1. Je suis vraiment content que tu commences à compter. Je t’encourage à continuer, mais gaffe ça fait mal..

      Puisque tu aimes, je te suggère maintenant de calculer le coût d’un emploi CICE

      pour cela tu fais :
      40 000 000 000 €
      80 000 emplois crées (fourchette basse)

      opération 40 000 000 000 : 80 000 = ???? (tu vas trouver)

      Pour la comparaison un emploi aidé c’est environ 10 000 €/an par emploi, pour l’état..

      Poursuivre l’esbroufe pur jus, c’est vraiment passionnant…

  49. Stanis.
    Pourquoi me fatiguer, tu le fais pour moi.
    Un autre calcul; 70.000.000.000 d’ € sans création d’ emploi.
    Moi aussi je suis actionnaire. En intérêt j’ ai encaissé: je te laisse le soin la aussi de calculer : livret A 200€ à 0,75%, ramené à l’ inflation soit une dévaluation de 0,25%, total du livret A 199,5€

Les commentaires sont fermés.