Medine au Bataclan ?


C’est un rappeur talentueux (on parle de l’artiste), qui a décidé de se produire au Bataclan. Le gars a commis un album intitulé JIHAD, il y a longtemps. Puis une chanson titrée « BATACLAN », après les attentats.

Le voici qui va chanter deux soirs en octobre au Bataclan.

 

 

Un arabe, un rappeur, une chanson sur le JIHAD que peu ont écouté, le Bataclan, tous les ingrédients sont là. Forcément, ça fait jaser, brailler, hurler, surtout à droite et à l’extrême droite.

J’ai du écouter JIHAD. Le flow est habile, la musique est douce, le texte est talentueux. Oui, le garçon se moque de ceux qui partent au JIHAD. Oui, il leur dit que ce n’est pas la solution pour exprimer leur révolte (« Ceux qui choisissent la solution militaire, n’ont-ils pas vu qu’elle nous dessert beaucoup plus qu’elle nous sert?« ). Mais j’étais mal à l’aise à l’idée que ce rappeur aille chanter ceci sur les lieux du Bataclan.

N’y avait-il pas d’autres lieux ?

« Grâce » à cette polémique, le rappeur a du s’expliquer, et lâcher ce communiqué simple et efficace:

« Avant tout, afin de lever toutes ambiguïtés, je renouvelle mes condamnations passées à l’égard des abjects attentats du 13 novembre 2015 et de toutes les attaques terroristes, et assure avec la plus grande sincérité l’ensemble des familles des victimes de mon profond soutien, commence-t-il. Voilà 15 ans que je combats toutes formes de radicalisme dans mes albums. Un engagement qui me vaut les foudres de l’extrême-droite et de ses sympathisants, qui n’hésitent pas à détourner le sens de mes chansons ; ceux-là même aujourd’hui qui tentent d’instrumentaliser la douleur des victimes et de leur famille. Désormais notre question est la suivante : ‘Allons-nous laisser l’extrême droite dicter la programmation de nos salles de concerts voire plus généralement limiter notre liberté d’expression ?’ « 

Une fois n’est pas coutume, j’ai bien apprécié cette réaction de Benjamin Griveaux:

« Les salles sont libres de programmer qui elles veulent. (…) « la liberté de l’artiste est totale sauf s’il y a incitation à la haine raciale, s’il y a trouble à l’ordre public et ça c’est au droit de le dire. »

Dingue.

Publicités

79 réflexions sur « Medine au Bataclan ? »

  1. Pour ceux qui disent que, suite à certains de ses textes, Médine s’est depuis excusé d’être aller un peu loin, il y a aussi cette chanson :
    https://genius.com/Tiers-monde-angle-dattaque-acte-1-lyrics
    Ici donc, le « pas d’amalgame » ne marche pas du tout quand il s’agit de blancs. 🤐

    Hum…Des excuses ? A la bonne heure… mais la plus belle des excuses, la plus sincère, serait qu’il ait lui-même refusé de chanter au Bataclan quand il en a reçu la proposition. Maintenant osera-t-il chanter ses chansons polémiques dans ce lieu ? On le saura bien assez tôt. Et que l’on ne nous détourne pas le regard sur le FN, dans cette affaire. Il était loin d’être le seul, et surtout pas le premier, à contester la venue de ce chanteur dans un tel lieu.

  2. Je ne doute pas un instant de la sincerite de son communiqué…pour autant une personne qui a son talent et son intelligence devrait , a mon avis, faire plus attention à l’empreinte que laisse certains de ses textes ….
    Certains sont gènés par sa présence au Bataclan, je les comprends …mais heureusement la loi prime sur un simple avis …c’est heureusement ca la démocratie ….

  3. Je pense que le bataclan est marqué par le massacre.
    Y faire venir un rappeur n’ est pas forcément une bonne idée. Ajoutez de plus un padamalgame n’ arrange rien.
    Même la tentative de vacherie envers le Fn, qui est le RN est inutile. Pour info ; l’ extrème gauche me parait beaucoup plus nuisible que l’ extrème droite. Mais chacun juge selon ses critères de nuisances.
    Encore des polémiques inutiles, car un minimum de réflexion, un minimum d’ intelligence, et cette invitation n’ aurait pas existée..
    Le Grivaux me semble un fieffé crétin pour comparer les salles de spectacle avec le bataclan qui restera marqué pour longtemps.

  4. J’imagine que le directeur du Bataclan savait ce qu’il faisait en ouvrant sa salle à ce garçon, car, comme le dit B. Griveaux, c’est sa liberté de choix .
    Perso, le rap, c’est pas mon truc et donc, je suis incapable de porter un jugement sur les textes de ce gars là . Y en a à qui il plait, y en a d’autres à qui il ne plait pas et, dans ce cas, est-ce bien nécessaire de lui faire une forme de pub ?

  5. Vous avez vu, notre voyageur de commerce se fâche avec les italiens.
    Il parait que les italiens ne sont pas hospitaliers puisqu ‘ ils refusent d’ accueillir tout ce que médecins du monde et ‘ autres ONG largement subventionnées par l’ argent public vont chercher au large de l’ Afrique pour les amener en UE.
    En bref, fâché avec Trump, Merkel, les italiens, Poutine, Assad…… mais ami avec tous les autres, en attendant la suite.
    Et puis, trop de social, malgré ce trop, les gens reste pauvre…..incompréhensible.
    Macron n’ a pas compris que prendre toujours aux mêmes pour donner aux pauvres, augmente le nombre de pauvres.
    Etrangement il parle du RSA et d’ autres aides, mais pas du coût de l’ immigration clandestine qui se chiffre en milliards.
    Paris est transformé en immense camp de nomades, une poubelle à ciel ouvert, des milliers de gens dormant sur les trottoirs, sous les ponts, dans les parcs. Paris où les rats courent les rues. Paris qui organise le championnat du monde de rugby . La ville lumière va étonner le monde. Si après la coupe il y a encore des touristes……

  6. De moins en moins de commentaires et de commentateurs, de moins en moins de billets (1 seul par semaine ) : on ne peut pas passer 5 ans à faire du Macron -bashing systématique. ..

    1. Macron n’a rien à nous dire que de la com’, il ment, mais ce n’est pas grave, personne ne le croit.

      1. Macron tient le discours social-libéral type, en rupture avec le discours social-démocrate d’autrefois: il ne sert à rien de lutter contre la pauvreté une fois qu’elle est installée, il faut permettre l’émancipation par l’emploi plutôt que de tout miser sur des prestations sociales coûteuses et inefficaces (« elles coûtent un pognon fou et les gens restent toujours aussi pauvres« ); ce n’est pas du Thatcher, mais du Blair ou du DSK.

        1. « social-libéral type »

          drôle de manière de qualifier une escroquerie d’envergure préalablement blanchie par la loi..
          la langue française est d’une richesse.!!!

          1. La loi n’a rien à blanchir là-dedans; le social-libéralisme est un choix politique en rupture avec l&a social-démocratie condamnée par la mondialisation.

          2. Stan …
            Il faudra qu’Elie nous explique où il voit du social dans la politique menée par Macron…
            Il faudra aussi qu’il nous explique comment on peut justifier tous les mensonges débités par les gouvernemts successifs ….Sarkozy voulait diminuer les indemnités chômage parce que les chômeurs étaient trop nombreux …et le petit marquis veut la même chose pour des raisons inverses !
            Et ne pas oublier que dans son discours il reparle de refondre le systeme de santé alors que de nombreuses économies ont été entreprises pour soit disant sauver le système ….Et qu’une fois le systeme à l’équilibre ( c’était deja le cas sous Hollande ) il veut le changer …
            Quant à la prise en charge des lunettes et des prothèses je crains qu’au vu de l’augmentation de leur mutuelle de nombreuses personnes seront déçues et peut être certaines la résilieront …

          1. @ Robert Spire

            Je vois que Coluche est votre maître à penser « Ce que les gens veulent, ce n’est pas du boulot, mais du pognon« 

        2. On ne bosse pas par plaisir – sauf ceux qui ont une vocation – mais par nécessité . Donc, travailler, c’est pour gagner de quoi vivre et, accessoirement, contribuer à l’intérêt général .
          Dans l’esprit d’un gars comme Macron, les gens sans boulot n’en cherchent pas – se rappeler sa sortie sur ceux qui pourrait aller travailler à 100 bornes de chez eux – . Si le petit marquis et son équipe d' »élites » jetaient un coup d’œil sur le tas de lettres de demandes d’emplois que reçoivent les boites et auxquelles elles ne donnent pas suite, ça leur débloquerait les neurones . Et que dire de l’hôtellerie française qui a pleuré durant des années pour avoir une baisse de la TVA, au prétexte que ça lui permettrait d’embaucher et qui, lorsqu’elle l’a obtenue, s’est mis le fric dans la poche . Et G.M et sa promesse de créer des emplois en France, devant un gouvernement de l’époque aux anges et qui fait exactement l’inverse . On ne parlera pas du CICE, par pure bonté d’âme…!
          On peut continuer longtemps comme ça . Alors, avoir le culot de dire qu’il faut « responsabiliser  » les bénéficiaires de l’aide sociale, ça mérite de grands coups de pieds dans l’arrière-train !

          1. Petite précision : G.M prenant le contrôle d’Alstom Energie, c’était pour refiler à Bouygues le montant de ses parts dans Alstom – le petit marquis était, du reste, à la manœuvre en coulisses – l’emploi n’étant qu’un cache-sexe !

          2. Alain

            Faut il que Marron soit idiot pour ne pas savoir qu’un contrat de travail suppose un lien de subordination.

             » Le lien de subordination est caractérisé par l’exécution d’un travail sous l’autorité de l’employeur qui a le pouvoir de donner des ordres et des directives, d’en contrôler l’exécution et de sanctionner les manquements de son subordonné……

            Voilà c’est tout.
            Il y a 22 millions sous cette forme et 2 à 3 millions de non salariés dont une masse d’auto entrepreneurs dont le salarie moyen est je le rappelle de 500 € /mois…

            Le coup de « l’émancipation par le travail » dans la bouche d’un larbin dont l’avenir dépend de sa stricte obéissance aux ordres de multiples origines, dont l’UE, est un délice..

            La grande défausse de responsabilité des gouvernements sur les chômeurs, ne datent pas d’hier,. Infoutus de régler le problème puisqu’ils n’ont plus les leviers du pouvoir, ils n’ont trouvé que quelques astuces à faire gober pour faire croire que les victimes sont les coupables de leur sort.

            Et tout est à l’avenant.
            Quand on voit l’action et les prévisions de Marron, ça devrait même commencer par foutre les jetons à tous ceux qui trouvent financièrement le nombre de jours dans le mois un peu trop nombreux…

            1. Stanislas,

              Quelle inconscience, quand même, de vous imaginer que Macron ne sait pas des choses aussi élémentaires et que vous, vous savez. ..
              Heureux les simples d’esprit. ..

              1. Oui il faut être simple d’esprit pour répondre à un abruti de votre envergure complètement à côté de ses pompes

                J’ai de plus en plus de boulot et venir ici pour me retrouver quasi seul avec un crétin cynique , ça n’a plus de sens..

                1. Dites-moi @ Stan, j’ai comme un doute…
                  En fait, le monsieur à qui vous répondez n’a de cesse jour après jour que de critiquer le taulier et d’insulter ses commentateurs…
                  Il donne l’impression d’être investi d’une mission divine consistant à dicter ses propres choix éditoriaux à Juan et à faire fuir ses gentils commentateurs tout en se plaignant de les voir disparaître.
                  Alors, je me demande : Si on écarte (ou pas) l’hypothèse d’un trouble psychique, que cherche donc exactement ce monsieur, d’autant que son comportement était le même sous Sarkozy ?

                  ***

                  1. TITE PLUME

                    C’est le blog de Juan, il a le droit d’en faire ce qu’il veut, et c’est son choix d’accepter de se le faire pourrir. Rien à dire à ça..

                    Balancer n’importe quel texte venu d’ailleurs et écrit dans le Figaro et le Monde et de la pensée unique orthodoxe parfaitement médiatisée par ailleurs, est à la portée de n’importe quel con et ne nécessite de déployer aucune énergie, ni aucune connaissance d’ailleurs….

                    Expliquer et tenter de synthétiser des rapports et études officiels (y compris du monde orthodoxe d’ailleurs) qui démontrent que Marron et sa bande de hauts fonctionnaires sont à la solde d’une minorité et que les opérations en cours ne mènent nulle part, prend du temps, nécessite de réfléchir et demande de l’énergie.. Et pourtant les messages d’alerte ne multiplient.

                    Macron est venu pour régler la France sur le très court terme, brader l’avenir de ses habitants et mettre en place les conditions légales pour museler l’information dérangeante ou/et révélatrice de ses escroqueries en cours, et réprimer les réactions quand les gens auront compris où il les a mené. Organiser son irresponsabilité future en rendant responsables les gens qu’on domine est un métier..

                    Arié peut donc bien pourrir le blog de Juan si ses petites impulsions du jour lui en donnent l’ordre…il est en accord total avec le modèle du moment…

  7. La religion, ..que dire encore! sur ce mythe, largement plagié sur la culture, la société de Sumer.
    Les copieurs, falsificateurs, en panne d’originalité (surtout les deux premières religions monothéistes; la troisième, ..roue du carrosse) s’appliquèrent à s’attribuer tout le-mérite, ..banalité.
    Reste Abraham, sumérien (d’Ur) aïeul du judaïsme, du christianisme et prophète Ibrahim dans le Coran.
    Les découvertes archéologiques (19° siècle) furent évidemment controversées, et des baffes volèrent.
    Le monde Grec, pédé païen, était si pratique.

    Galilée empreinte la lunette militaire (son rôle, usage) et la rend astronomique, ..échappe au bûcher,
    mais pas son collègue G Bruno,
    ni W Tyndale, puni pour les mêmes ‘raisons’: éveiller l’homme (il traduisit la Bible en anglais, ce con)
    La liste est longue.
    Le spirituelle est une « affaire » qui ne tolère pas la concurrence. Ni le sexe ni l’agrément détournant de Dieu.
    Quid du rap ?
    Au Maître du manche, celui aussi des paradoxes.

    *** **
    Quand ?! avons-nous eu un président non-libéral ? de Gaulle a l’excuse des Trente Glorieuses ou d’être militaire.
    Le podium l’année dernière: Fillon, Le Pen, Macron,

    j’ai le choix: me pendre, ou aller à la pêche,
    ..j’hésite,

  8. Ti suisse, ne te laisse pas aller.. »La religion est le soupir de la créature opprimée, la chaleur d’un monde sans cœur, comme elle est l’esprit de conditions sociales d’où l’esprit est exclu. Elle est l’opium du peuple.Abolir la religion en tant que bonheur illusoire du peuple, c’est exiger son bonheur réel. Exiger qu’il renonce aux illusions sur sa situation c’est exiger qu’il renonce à une situation qui a besoin d’illusions. La critique de la religion est donc en germe la critique de cette vallée de larmes dont la reli­gion est l’auréole.  » (Marx)

  9. Sitôt le social lancé, les députés étudient une manière d’ enrichir ( un peu) les pauvres et de diminuer ( beaucoup) le revenu du pas encore trop pauvre. La taxe de la redevance serait fluctuante suivant les revenus. Quand le coeur parle, la raison l’ ignore.
    Je connais des pauvres qui sont abonnés à canal + et ont de beaux smartphones. Et l’ on s’ étonne que le nombre de pauvre augmente

    1. «  La taxe de la redevance serait fluctuante suivant les revenus. »

      Ca n’a rien de choquant : en fait, ça revient à la fiscaliser par tranches de revenus.

    2. et moi je connais des pauvres qui boivent de la 1664,.. si on leur donne plus ils vont tourner au single malt les salauds……

      1. Vu la nullité de 80% des programmes ( les 20% de bons passent à pas d’heure ), c’est le téléspectateur qu’on devrait rémunérer !

  10. si l’illuminé a un peu de culture historique , il va se souvenir que la meilleure méthode pour les inutiles ( il va bientôt y arriver…) c’est d’ouvrir des camps avec une bonne pancarte à l’entrée genre « le travail émancipe  » …

    Et là seulement, on responsabilise. ; sinon pas de bras, pas de chocolat

    ¨Putain…….

      1. J’ai bien relu, « l’émancipation par le travail » c’est bien vous qui l’avez écrit, et entouré de mots savants en plus….

        Finalement vous ne pouvez me reprocher que de ressortir des vieilles ficelles. Comme Marron, vous devriez aimer..non ?..

        Ah les oxymores comme dirait Robert Spire..!!!!

  11. Le progrés social réside dans le fait que l’on s’émancipe du travail, relire André Gorz.

    1. Ça dépend de ce qu’on entend par » travail « …Le progrès social, même pour Gorz/Bosquet, ne consiste pas à ne rien faire.

  12. En parlant de religion, je connais un pâtissier qui fait d’excellentes religieuses . Si on y ajoute les bulles que nous devons à Dom Pérignon, c’est quasiment le Nirvana !

      1. C’est ma façon à moi de m’émanciper !
        Plus sérieusement, j’en vois qui devraient relire le préambule de la Constitution de 1946, repris mot à mot dans celle de 1958 . Ca éviterait au petit marquis de sortir des âneries de communication !

        1. Les Constitutions, ça se change…Les USA vivent avec la même Constitution très brève depuis l’origine (plus quelques amendements), les Anglais sans Constitution du tout, et la Chine avec une Constitution que les tribunaux sont libres de ne pas respecter. ..C’est nous qui passons notre temps à changer les Constitutions, vivant du mythe qu’il suffit d’y inscrire une chose pour qu’elle devienne réalité (L’extinction du paupérisme après 8 heures du soir, du regretté Ferdinand Lop )

          1. Elie
            Certes mon bon toubib . En attendant, c’est la Constitution qui régit la Vème République et le petit marquis, en tant que Président, en est le garant, ce qui devrait l’inciter à éviter de proférer des stupidités ( et surtout d’en faire ) .
            Ce serait, au moins, ça de gagné !

  13. « le cœur a ses raisons que la raison ne connait point » (Pascal; Pensées) il n’est pas dit: « un cœur » sinon une généralité, et ici Pascale traite de la croyance religieuse.
    (suite) suggestionnée par le site la-Philo.
    La vérité est accessible par deux moyens: le cœur et l’esprit; la théorie selon laquelle le cœur est une meilleure voie d’accès à Dieu que la raison, elle-même limitée.
    Le cœur est donc antérieur, supérieur à l’esprit.
    L’existence de Dieu ne peut se justifier rationnellement. Il faut croire, nous dit Pascal, parce que c’est absurde.
    C’est donc par le cœur et non par la raison que nous devons appréhender les vérités religieuses (qui a dit oxymore ?!) Et c’est aussi par le cœur que nous devons, pouvons, convaincre les incrédules.

    A vous les parallèles,

    Je connais un pauvre, et sa BMW (crédit XXL, assurée par mémé) et un autre qui vient en scooter me taxer une pièce pour acheter son pain (apéro inclus)
    Quelle différence ? le prix de l’essence ?

    *** **
    En lisant le post taquin d’Elie (« peu de commentateurs, peu de billets ») je me suis dit: « c’est parti ! »
    ou, qu’importe la furtivité du sujet (à part le blondinet Eminem, nul en rap) qql rare chronique dérange peu (ouf!) tant Juan nous laisse une paix royale (chouette!) celle dont nous-tous profitons allègrement (chic!) pour, la plupart du temps, la déborder !
    tel quitter son lit pour un cours d’eau, héhé,

    D’ailleurs, ni très loin, je voyais par hasard (ce soir sur Arte; ni certain de regarder) l’histoire récente de ses gamines (une 50aine, banlieue de Manchester; pendant 15 ans) pauvres, blanches, abusées, vendues, violées, par des pakistanais (un gang)

    incurie des institutions, l’indifférence des services sociaux et de la police, ..onde de choc.. misère et racisme, lui en mode ping-pong ou boomerang culpabilisateur,
    des victimes, un occident supposé présent,
    protection de l’enfant déficient,
    appartenance ethnique, etc.,

    y a de quoi faire, ni s’ennuyer avec le Brexit,

  14. Ah, la religion, quel fléau.
    En réalité, la religion existe depuis l’ apparition de l’ homme.
    Il adorait les animaux, le feu, le soleil, c’ était une forme de religion.
    Dire que c’ est l’ opium des peuples est l’ alibi classique de gens croyant à des paroles de mortels. Pas de dieu, mais du blabla.
    Personne n’ a vu dieu, tout le monde a vu les méfaits du communisme. Il est impensable que des gens puissent encore croire qu’ il représente l’ avenir du peuple.
    Nier l’ existence d’ un dieu est parfaitement un droit, mais proposer le communisme en remplacement est une folie.
    Vous ne croyez pas en dieu, bien, foutez la paix aux religions, pourquoi en parler puisqu’ il n’existe pas.

    1. (« fléau de Dieu » disait mémé, ni s’adressait à lui)
      nier son existence ? trop d’effort !
      constater, qql inanité par ex, suffit,
      ni sectaire (hahah!) parfois je laisse un fond de whisky ou 2 clops au Bouddha en Asie, il est si gentil,
      en occident: rien, ni de fric !! (escrocs !)

      Je fous la paix au Dieux (!) crois-moi,
      mais-eux, ..hein lancien, c’est une blague ??!

  15. Ce matin, la télé fait un reportage sur la misère des retraités de l’ agriculture.
    Le couple a moins de 1500€/ mois ( l’ homme 800, la femme 600).
    Evidemment, ce n’ est pas la fortune. La ferme et l’ élevage, le fils les a repris.. Ce reportage a tellement de non dit, renferme tellement de fausses appréciations qu’ il en est risible.
    Pourquoi faire de tels reportages, quel but, quelle utilité.

  16. Gilbert Collard aurait violé une cliente (Huff’Post) façon: « Il m’a couchée sur le bureau, il a soulevé ma robe que j’avais, il a ouvert sa braguette et m’a pénétrée de force »

    mais.. rien ne dit ce qu’il y avait derrière la braguette ?
    hahah! on ne s’ennuie jamais !

  17. Bonjour, ..j’oubliais; réveil matinal car rencard avec mon banquier (rien à signaler; ça monte ou ça descend)
    aussi prendre du cheval (steak) au-marché.
    Tutto en vélo; ensuite saignant et gros sel.

    Que vois-je ?! el Mundo del fùtbol se réunit en Russie,
    et.. c’est parti !
    Chouette ! ainsi aérer mes drapeaux* !
    (au balcon; varier la déco de Noël)

    *bien sûr aussi les ‘tout vert’, agrémentés d’un sabre ou de qql verset, je sens que ça va plaire !

    vive le sport

  18. Illustration caricaturale de la différence entre social- libéralisme (« Il faut prévenir l’apparition de la pauvreté: une fois installée, c’est trop tard« ) et social-démocratie («  On ne pourra pas tout prévenir, il faut aussi s’occuper des gens qui continueront à tomber dans la pauvreté« ) dans les 2 tribunes libres parues dans « le Monde » daté du 15 juin des 2 ministresde s affaires sociales et de la santé, Agnés Buzyn (l’actuelle) et Marisol Touraine (la précédente)..

    1. (pauvreté) prévenir, mieux que guérir n’est-ce pas,
      bref, est-ce :
      – trop tard,
      – donc pourquoi s’en occuper ?

      (le-pauvre) naka apprendre à pêcher !
      du poiscaille; pas le dogme,

      « oui mais les japonais (par ex.) PILLENT nos eaux ! »

      Aah, toujours une bonne excuse ! ..espèce de branleur dilettante, velléitaire Et assisté !
      Bientôt tu diras: c’est de « notre faute » !
      Nous! qui avons édicté la « gourmandise », disons avidité, voracité, comme mode de pensée, au détriment de qqls untermensch, forcément, sinon comment s’y reconnaître ??
      Pis ta-ka demander à ton curé !
      il confirmera,

      zen ! le royaume des Cieux t’es promis,
      et pour l’Éternité !!
      /ta gueule et cesse de te plaindre,

      N’est-ce pas Merveilleux,
      ..santé, et bonne appétit,

      Pourvu qu’ça dure (what else)

      1. tiens, on fait la guerre (un concurrent mal embouché)
        – On a besoin de toi !!
        dans la tranchée,
        pour défendre nos-intérêts, donc les tiens (hahah)
        te payer ??
        ..et pourquoi pas une pipe ?!
        t’es con ou-quoi, ..sale pauvre,

    2. Touraine avait eu des soucis de conflit d’intérêts et pour Buzyn, le conflit d’intérêts est en cours.
      Pour un pauvre, le conflit d’intérêts, ce serait le super luxe …!

      1. Non mais Alain …un pauvre vous lui filez du  » pognon » et ca vous rapporte rien !! C’est un mauvais placement tout de même ! Tandis que tous ces politicards ont au moins le mérite de faire augmenter la pauvreté !

      2. Quel rapport, les évrntuels conflits d’intérêt avec mon commentaire ? ??

        1. Elie
          C’est simple : peu importe que ces dames soient sociales démocrates ou sociales libérales, elles parlent du traitement de la pauvreté, alors que les conflits d’intérêts qui les mettent en cause supposent que la pauvreté ne les menace pas et que ça les décrédibilise pour en parler, d’autant que leur positionnement idéologique porte une forte responsabilité dans le développement de ladite pauvreté .
          Les belles paroles, ça s’apparente au  » cautère sur une jambe de bois  » !

            1. bonne question,
              /les réponses feront florès, n’en doutons pas; bien sur elles viendront de ceux qui ont (encore) un PC, son abonnement, etc.

              Quand.. le serpent se mord-il la queue ?
              ça dépend du serpent je suppose,
              (ou autre histoire, mais j’ai déjà bcp abusé)

            2. Pas lorsqu’on est coresponsable de ladite pauvreté, car c’est bien la sociale démocratie – devenue social libéralisme -, représentée par ces deux intervenantes, qui est coresponsable avec la droite des décisions qui amènent à cette pauvreté .

                1. Mon bon toubib, elle n’est pas seule : la droite y a aussi contribué . Mais lorsqu’on se prétend de gauche et qu’on mène une politique de droite, on est prié de ne pas la ramener sur la pauvreté !

                  1. Au fait : qui a supprimé l’échelle mobile des salaires, mettant dans la panade un grand nombre de propriétaires de biens immobiliers achetés à crédit ? Un certain Jacques Delors, digne représentant de cette sociale démocratie devenue sociale libérale .
                    Ca a bien contribué à l’extension de la pauvreté .

        2. Les conflits, ..pas mon kif; je préfère (de loin) l’Enfer ! avec lui, la certitude de qql équité.

          Ou le Paradis bien sûr !
          à mon avis ses meilleurs places sont prises; aah si j’avais une CB Gold ou Platine, je serais rassuré (!)
          bref,
          en attendant j’vais parier (rare; sinon tricher)
          pour une finale, de joueurs donc,
          /c’est de l’info Internationale !
          ..pour une fois qu’elle intéresse,
          ouiz, une finale: Swiss-Perù !
          à Moscow,

          si je gagne: c’est ma tournée,
          promis !

  19. Extrait de l’intervention d’un député de la F.I, durant le débat sur le texte touchant aux fakes news :  » si nous vous suivons dans l’idée que la loi puisse fixer la vérité, ou qu’un organe en soit capable, il va falloir dire tout de suite à Mme Le Grip ( député L.R ) qui s’est exprimée tout à l’heure, qu’elle court un très grave danger, car elle a osé nous dire que l’enfer était pavé de bonnes intentions . Ce qui, si j’en crois l’article 1, est une  » allégation ou imputation d’un fait dépourvue d’éléments vérifiable de nature à la rendre vraisemblable  » et cela constitue donc une fausse information . Trois fausses informations : premièrement, que l’enfer existe; deuxièmement, qu’il est pavé; et troisièmement, que vous ayez de bonnes intentions  »
    Comme quoi, même dans le temple de la loi de 1905, on peut parler religion !

  20. L’Obs

    Ces 3 économistes ont conseillé Macron. Ils tirent la sonnette d’alarme
    Ces 3 économistes ont conseillé Macron. Ils tirent la sonnette d’alarme. Pas facile d’être économiste sous Macron !

    Le trio d’économistes qui a conseillé Emmanuel Macron pendant sa campagne se rappelle à son bon souvenir et lui enjoint de ne pas oublier son ambition sociale.

    Pourtant, Philippe Aghion, Philippe Martin et Jean Pisani-Ferry y ont cru. Dur comme fer. Ces trois experts reconnus internationalement, incarnant une gauche libérale, se sont personnellement engagés dans la campagne du futur président.

    Alors qu’Alexis Kohler , parti gagner sa vie en Suisse chez l’armateur MSC, propriété de cousins, peinait à diriger les opérations à distance et surtout à accoucher d’un programme construit et cohérent, Jean Pisani-Ferry a été appelé à la rescousse. Il a quitté France Stratégie (l’ex-commissariat au Plan) pour coordonner les équipes. Il a fait atterrir le fameux document en travaillant jour et nuit avec Philippe Martin, économiste à Sciences-Po et ancien conseiller d’Emmanuel Macron au ministère de l’Economie, épaulé par David Amiel, un jeune économiste diplômé de Normale et passé par l’université américaine Princeton.

    Philippe Aghion, professeur au Collège de France, lui, a rencontré le futur président dans la fameuse « commission Attali ». Ils se sont ensuite retrouvés lors de la campagne de François Hollande. Parfaitement en phase, les deux hommes partagent la même vision dynamique de l’économie : il faut encourager l’innovation et l’investissement en capital (en diminuant la fiscalité) pour soutenir la croissance et rétablir l’égalité des chances.

    Un an plus tard, Philippe Aghion, Philippe Martin et Jean Pisani-Ferry sont déçus. Ils l’ont dit au président de la République dans une note confidentielle révélée par « le Monde », lui reprochant de « donner l’image d’un pouvoir indifférent à la question sociale« .

    Mais déçus par quoi, exactement ? On ne peut pas soupçonner Philippe Aghion d’avoir recherché un poste auprès du président. Débordé par ses recherches, ses multiples projets au Collège de France, professeur à la London School of Economics, toujours proche de ses anciens collègues de Harvard, c’est avant tout un chercheur indépendant. Mais il aime être écouté, il veut inspirer et participer au débat. Or, à l’Elysée, Emmanuel Macron ne prend plus guère le temps de le consulter. Même par SMS. Comment lui transmettre un message urgent ? En passant par la bonne vieille presse ! L’économiste s’en amuse lui-même. Cette fois, il a choisi le mensuel « Alternatives économiques », relayé par la matinale de France-Inter.

    Il faut dire qu’il est inquiet : la politique fiscale qu’il a conseillée au président (réformer l’ISF et baisser la taxation du capital) risque selon lui de ne pas porter ses fruits si l’on ne développe pas deux autres domaines critiques pour l’innovation : la recherche et l’enseignement supérieur. Or une mesure lui reste en travers de la gorge : plutôt que d’augmenter les moyens de l’université, confrontée à un boom démographique, l’exécutif a choisi de supprimer totalement la taxe d’habitation. Coût : 9 milliards d’euros, soit trois fois le budget du CNRS…

    Il s’inquiète aussi des déclarations des ministres de Bercy prêts à raboter les aides sociales pour faire des économies, un an à peine après avoir allégé la taxation sur le capital des plus riches… Ce fervent défenseur du modèle scandinave, mis en avant pour justifier la fin de l’ISF, tient à rappeler au président l’importance de l’accompagnement social dans les démocraties du nord de l’Europe. Le « coup médiatique » de Philippe Aghion a plutôt bien fonctionné puisque Macron lui a demandé la fameuse note…

    Jean Pisani-Ferry, également signataire du document, aurait-il voulu être plus proche du président dans l’exercice de ses fonctions, après avoir été à la fois la tête pensante et la cheville ouvrière de son programme ? Sans doute. Il a pourtant refusé d’être haut commissaire chargé de la réforme des retraites. Même pas au gouvernement, le fils du ministre Edgard Pisani et petit-fils d’Abel Ferry, le neveu de Jules Ferry ? Certains de ses amis l’auraient pourtant bien vu secrétaire d’Etat au budget. Mais Macron a choisi de placer à Bercy des transfuges des Républicains. Depuis, l’économiste est mal à l’aise.

    Le programme qu’il a coordonné comportait deux colonnes, bien équilibrées : d’un côté, des réformes pour renforcer la compétitivité de l’économie (ordonnances travail, réduction du déficit, réformes fiscales) ; de l’autre, « la vraie marque de fabrique de Macron, explique-t-il à ‘l’Obs’, un volet d’émancipation, de construction de nouvelles protections pour l’économie du XXIe siècle » (à savoir la réforme de la formation professionnelle, de l’assurance-chômage, du logement, de l’école…). Or, aujourd’hui, tout le monde a bien compris que le premier volet avait été intégralement mis en œuvre par le « président des très riches », comme dit Hollande, mais personne ne comprend vraiment où est passé le deuxième, malgré le dédoublement de certaines classes de CP ou la réforme encore abstraite de la formation professionnelle… « Ce volet du programme n’est pas porté« , constate Jean Pisani-Ferry.

    L’expert a déjà pris ses distances avec l’Elysée en cosignant une tribune avec Thierry Pech (Terra Nova) et Laurent Berger (CFDT), contre le projet de loi Collomb sur l’asile. On lui a battu froid pendant un moment. Il se veut donc constructif et propose à Emmanuel Macron une mesure symbolique – et peu coûteuse – pour débloquer l’ascenseur social : s’attaquer au sommet de la pyramide en déverrouillant les postes les plus prestigieux en France, monopolisés par les grands corps d’Etat (Inspection des Finances, Conseil d’Etat, Corps des Mines, que l’on intègre à la sortie de l’ENA ou de Polytechnique).

    Les grands corps, c’est aussi la bête noire de Philippe Martin. L’économiste, prof à Sciences-Po, a un immense regret : que la haute administration ait repris la main sur la politique économique. De fait, plus aucun universitaire n’est dans la boucle de décision. Seul David Amiel, chargé de mission à l’Elysée, a eu un petit rôle.

    Philippe Martin, lui, a pris en janvier la présidence du Conseil d’Analyse économique rattaché à Matignon. Le hic, c’est que le Premier ministre, Edouard Philippe, ne s’y intéresse pas beaucoup. Les ministres de Bercy non plus. La preuve : ils envisagent pour faire des économies de raboter la prime d’activité (ex-prime pour l’emploi), qui donne un coup de pouce (158 euros par mois en moyenne) pour les salaires inférieurs à 1,2 smic. Visiblement le gouvernement n’a pas consulté le président du Conseil d’Analyse économique.

    Philippe Martin est en effet convaincu, comme il l’a dit au « Monde », que « la prime d’activité fonctionne très bien. Elle a deux objectifs qu’elle atteint, à savoir réduire la pauvreté [dont le taux a baissé de 0,4 point grâce à ce dispositif, NDLR] et inciter les futurs bénéficiaires à reprendre un travail« . En outre, le programme du candidat Macron prévoit de revaloriser cette prime de 80 euros, pas de la remettre en question pour financer la suppression totale de la taxe d’habitation.

    Parallèlement à la mise en œuvre de la politique de l’offre, des mesures de soutien social devaient être prises, conformément au modèle scandinave. Sur ce point-là, l’Elysée peut encore rectifier le tir. La note des économistes tombe à point nommé.

    1. Elie Arié
      Extraits de cet article que vous avez cité :

      « (…) Même pas au gouvernement, le fils du ministre Edgard Pisani et petit-fils d’Abel Ferry, le neveu de Jules Ferry ? Certains de ses amis l’auraient pourtant bien vu secrétaire d’Etat au budget. Mais Macron a choisi de placer à Bercy des transfuges des Républicains. Depuis, l’économiste est mal à l’aise. (…) On lui a battu froid pendant un moment. Il se veut donc constructif et propose à Emmanuel Macron une mesure symbolique – et peu coûteuse – pour débloquer l’ascenseur social : s’attaquer au sommet de la pyramide en déverrouillant les postes les plus prestigieux en France, monopolisés par les grands corps d’Etat (Inspection des Finances, Conseil d’Etat, Corps des Mines, que l’on intègre à la sortie de l’ENA ou de Polytechnique). (…) »

      L’auteur de l’article me semble ironique, là, mais je peux me tromper.

      Le principe de  » méritocratie républicaine » entraînait le fait qu’un enfant d’ « anonymes » de n’importe quel milieu puisse intégrer l’X ou l’ENA, et peut-être un grand Corps d’Etat, etc., de la même manière qu’un enfant de « personnalités », n’est-ce pas ? C’est ainsi que j’ai compris « ascenseur social » … possible …

      1. Certes, mais il n’était pas prévu que 3 ou 4 grandes écoles monopoliseraient tous les postes de direction…À l’origine, les élèves sortis de Polytechnique et de l’ Ecole des Mines devaient être des ingénieurs, ceux issus de l’ ENA des membres de la haute administration, etc. : il n’était pas prévu qu’ils soient des dirigeants de grandes entreprises, grâce à leur passage dans des cabinets ministériels et à leurs réseaux.

        1. Elie Arié

          Tous les diplômés de Polytechnique, de l’Ecole des Mines ne sont pas des dirigeants de grandes entreprises, tous ne passent pas par des cabinets ministériels. J’en connais un certain nombre (mais pas de diplômés de l’ENA) qui ne sont que de « simples » ingénieurs, dans le public ou dans le privé, dans l’industrie ou dans la recherche. Les annuaires sont consultables, pour vérifier. Quant aux réseaux, je préfère ne pas en parler, cela me ferait écrire un commentaire trop long et peut-être désagréable (pas pour vous, à mon avis)
          A Polytechnique (ou ENS), le nombre d’élèves qui intégrent les « Corps » ne sont qu’une petite minorité. En général, ils sont les mieux classés à la sortie, et certains de ces étudiants mieux classés ne choisissent pas les « Corps ».

          1. Certes, la majorité des élèves sortis de Polytechniques, Mines ou ENA ne sont pas des dirigeants d’entreprise et ne passent pas par des cabinets ministériels.

            A l’inverse, l’immense majorité des dirigeants des très grandes entreprises sont issus d’une de ces 3 écoles après, le plus souvent, passages dans des cabinets ministériels !

            Car il y a beaucoup moins de très grandes entreprises ( publiques ou privées) que d’élèves issus de ces 3 écoles, avec une promotion par an pour chacune d’elles!

            1. Elie Arié

              Certes, également :-)). Mais il s’agit d’une pyramide inversée, et encore une fois, tous les ingénieurs diplômés de ces écoles ne voulaient pas obligatoirement devenir dirigeants de Grandes Entreprises, ou n’ont pas choisi Mathématiques financières à l’X, autre exemple, et à ma connaissance. Certains sont simplement passionnés par la recherche ou l’industrie.

              J’ai dit ne rien vouloir écrire sur les réseaux, quels qu’ils soient, dans n’importe quel domaine, et pour insister particulièrement sur ce point.

              1. Je crois que les réseaux ont pris une importance qu’ils n’avaient pas à l’époque du plein emploi : certes, ceux des anciens de Polytechnique ou des Mines ont toujours existé ; mais aujourd’hui les politiques puisent beaucoup dans leurs camarades de promotion de l »ENA (peut-être tout simplement parce qu’ils les connaissent), et un truc comme Linkedin ne sert qu’à se constituer des réseaux pour ceux qui n’en ont pas.

  21. Dans la quasi totalité des cas, les diplômés de l’ENA sortis dans les premiers, optent pour la direction du Trésor , dont ils font une sorte de secte .

Les commentaires sont fermés.