« Mondialisation de l’indifférence »


IMG_0461

 

Le pape François a parlé de la « mondialisation de l’indifférence », dans une homélie en 2013, à propos des réfugiés. Le voici qui rencontre Macron. Justement, il aurait été temps de répéter son appel à davantage de tolérance à notre jeune monarque qui vient se montrer devant les photographes et journalistes au Vatican. Cela aurait pu être la seule utilité de ce périple. Il n’en fut rien, juste un petit rappel papal à la considération envers les pauvres.

A force de planer haut dans le ciel, le pape ne sert plus à grand chose.

Le Vatican semble inspirer Emmanuel Macron, voire lui porter chance. Nous sommes en 2015. Le chef de l’État n’est encore que le jeune prodige du gouvernement mais caresse secrètement l’idée de briguer la présidentielle. Pour les fêtes de fin d’année, le sémillant ministre de l’Économie s’offre une parenthèse spirituelle à Rome avec son épouse, Brigitte. Le 24 au soir, trois jours après son anniversaire, Emmanuel Macron assiste, à titre privé, à la messe de la Nativité dans la basilique Saint-Pierre. Source: La Vie

En face, Macron fatigue.

1. Il est fatiguant de le voir nier ce qui paraît une évidence. Il a besoin de ces visites symboliques pour fracturer la droite conservatrice jusqu’au bout. On a compris la démarche. Il l’a dément, sans rire: « Je ne crois pas en l’existence d’un électorat catholique ou musulman. Il n’y a pas de religion politique ».

 

2. Il nous impose ces génuflexions devant une autorité religieuse. C’est pénible. Ce n’est pas la République. Le lien avec l’Eglise a été coupée en 1905. Cette tradition de chanoine est absurde, grotesque.  Et quid des autres religions alors ? Un aimable twittos l’a rappelé: ni Pompidou, ni Mitterrand ni Hollande ne sont allés claquer la bise du pape pour récupérer ce quolifichet catholique.

3. Le silence de certains camarades laïcards si prompts à hurler quand l’Islam nous emmerde est surprenant. Ben alors mesdames, messieurs ? Y a plus personne quand le jeune Jupiter va se faire la croix en public au nom de la République ?

 

 

Publicités

159 réflexions sur « « Mondialisation de l’indifférence » »

  1. C’est également un héritage monarchique ….tout un symbole !
    Sinon si le President etait une femme serait elle chanoinette de Latran ?

  2. Pour mémoire, le pape représente la religion chrétienne et ses principes.
    En lisant les commandements vous comprendriez mieux sa position.
    Macron représente la politique
    Evidemment il est difficile de comprendre la différence entre les deux pour des personnes haïssant la religion.
    Lisez donc ce que signifie chanoine de Latran, en réalité, c’est le pape qui a décerné ce titre à Louis XI et la coutume s’ est transmise. Rien à voir avec la royauté ou la république.
    Pour la génuflexion qui vous gène tant, elle se fait dans toutes les maisons de dieu. Pourquoi Macron y dérogerait- il.
    Les autres présidents l’ ont faite et ont été nommé chanoine de Latran sans commentaire spécial
    Faites gaffe votre sensibilité vous perdra.

    1. votre religiosité est réjouissante. Je pense que les croisades sont pour les crétins (pardon). Le catholicisme est une bêtise. Comme l’Islam.

      1. Je viens de voir votre réponse suintante d’ intelligence.
        Il est certain que le communisme est , pardon, a été l’ avenir des peuples, 100 millions de morts à son actif, question avenir, pas joyeux.
        Pour mémoire, vous avez conseillé de voter Macron, choix plutôt mauvais, alors, vous donner le droit de le critiquer est risible.
        Votre deuxième choix , Mélenchon, n’ est pas plus heureux, ….
        Peut être qu’ en allant brûler un cierge à Lourdes….
        Et oui, de hauts personnages s’ inclinent devant le pape, des millions de personnes se déplacent pour le voir sans y être obligées
        Il y a des milliers d’ années que la religion catholique existe et existera longtemps encore, désolé pour vous.

          1. 100 millions correspond au nombre de victimes du communisme dans son ensemble, c’est-à-dire en comptant la Chine, Cuba, divers pays d’Asie du Sud-Est, etc. Et c’est un nombre parfaitement étayé et irréfutable, n’en déplaise à tous les staliniens attardés. (Dont certains ont un tel besoin de gourou qu’ils en sont réduits à se précipiter dans le giron d’un Richard Dawkins, ce qui est bien triste pour eux.)

            1. Étayé par des margoulins idéologues donc totalement refutables.
              Le plus triste est que vous vous complaisez dans le giron de Renaud Camus, vous lui empruntez toute sa bouillie nauséabonde.

              1. Je ne vois pas ce que Camus bien foutre dans cette histoire, mais je comprends bien que n’importe quelle manœuvre de diversion est bonne à prendre, dès qu’on aborde les sujets pénibles, hein ? Les chiffres de Stéphane Courtois et de son équipe n’ont même pas été sérieusement contestés par le parti communiste, à l’époque de la sortie du Livre noir du communisme : comme d’habitude, vos camarades se sont contentés d’éructer et de tenter de braquer ailleurs les projecteurs, exactement comme vous tentez maladroitement de le faire avec moi.

                À peu près à la même époque, Yves Montand reconnaissait : « Nous avons été cons et dangereux. »

                Grâce au ciel, vous avez à peu près cessé d’être dangereux.

                1. Didier, vous semblez un peu perdu dans le passé, des Kommunistes y’en a plus beaucoup.
                  des colonialistes par contre depuis 5 siècles ça tue très bien. Aujourd’hui comme hier.

                  Bon ayez peur tout votre saoul, si ça peut être une source d’inspiration… mais attention aux redites.

                  1. Les thèses de Stéphane Courtois sont approximatives et très contestées par ses confrères historiens.

  3. Et pendant ce temps, notre colombin ministre de l’ intérieur lance une réflexion sur le futur bien être de l’ islam en France.
    Et oui, suite à l’ arrestation de 10 personnes ( sans casier judiciaire, sans même de projet préparé) de l’ ultra droite, le comité des musulmans de France réclame la protection des musulmans contre ces supposée assassins.
    Le monde à l’ envers, il faut payer pour protéger les musulmans des français.
    Servile comme toujours, G.Colomb s’ empresse de répondre présent et d’ approuver les demandes de l’ islam.
    Et nos journaleux parle de génuflexion de Macron devant le pape alors que l’ ensemble de nos politiques rampe devant l’ islam.

  4. D’autre part, contrairement à ce que feint de croire le maître de céans (mais peut-être le croit-il vraiment ?), le lien avec l’Église n’a jamais été rompu. Ce qui a été proclamé, établi, en 1905, c’est la séparation de l’Église et de l’État, rien de moins mais rien de plus. Le fait d’être séparés n’implique nullement qu’un certain nombre de liens (historiques, culturels, mentaux, géographiques même) restent pleinement actifs.

    Et puis, il vaut toujours mieux conserver des liens avec le catholicisme que se charger de chaînes avec l’islam. Même si vous ferez jusqu’au bout semblant de n’en pas sentir le poids, ni d’en entendre les cliquetis.

    1. Quelles chaînes ? ….pourquoi craignons nous l’islam dans un pays laïc comme le notre …à moins que nous ne le soyons pas totalement …et c’est ce qui explique les exigences des uns et des autres !

    1. Le deuxième était de Gaulle qui s’est agenouillé devant Jean XXIII en 1959.

    2. Les deux choses sont cependant différentes. Quant René Coty, président de la République, se rend en visite officielle au Vatican, c’est une simple rencontre entre deux chefs d’État. Quand de Gaulle s’agenouille devant Jean XXIII, c’est l’allégeance d’un catholique envers le souverain pontife (ce qui est, du reste, parfaitement légitime, et nullement en désaccord avec cette fameuse loi de 1905 que chacun brandit à tort et à travers).

      1. Cette fameuse loi de 1905, c’est vrai, avalise le relativisme, l’égalité entre la pensée rationnelle et la pensée magique. Cette loi ne régle rien puisque la religion est une projection fictive de ce que les gens désirent profondément. Karl Marx le dit mieux: « La détresse religieuse est, pour une part, l’expression de la détresse réelle et, pour une autre, la protestation contre la détresse réelle. La religion est le soupir de la créature opprimée, l’âme d’un monde sans cœur, comme elle est l’esprit de conditions sociales d’où l’esprit est exclu. Elle est l’opium du peuple. L’abolition de la religion en tant que bonheur illusoire du peuple est l’exigence que formule son bonheur réel. Exiger qu’il renonce aux illusions sur sa situation c’est exiger qu’il renonce à une situation qui a besoin d’illusions. La critique de la religion est donc en germe la critique de cette vallée de larmes dont la religion est l’auréole. »
        La visite de Macron, sans aucun doute, vise à maintenir ces « illusions » qui bercent les catholiques de gauche et de droite, un bon paquet de voix aux élections.

        1. Les pauvres lieux communs que vous nous resservez, à propos de la religion, n’engagent que vous (et encore…), et n’ont surtout pas le moindre rapport avec la loi de 1905. Ni, d’ailleurs, avec la moindre amorce de discussion un tant soit peu sensée.

          1. Vous avez raison il ne peut y avoir de discussion sensée avec des pseudos laïcs à l’éthique judéo-chrétienne et autres chanoines, papes, ayatollahs, imams, rabbins, etc, etc… qui racontent des histoires à dormir debout et qui ont aux lèvres comme ultime argument le mot « mystère »…et boule j’te dégomme.

            1. Robert Spire

              « (…) ultime argument le mot « mystère »…et boule j’te dégomme. », dans votre commentaire en réponse à Didier Goux.

              M. Marx « pensait » à « esprit » et à « âme » selon le texte que vous avez cité auparavant.

              « (…) Le spécialiste de la théorie des cordes Edward Witten, estime que la conscience restera un mystère pour la science.
               « Je tends à penser que la manière dont fonctionne le cerveau conscient sera en grande partie élucidée. Les biologistes et peut-être les physiciens comprendront bien mieux comment le cerveau fonctionne. Mais pourquoi ce que nous appelons conscience va avec ce fonctionnement, je pense que cela restera mystérieux ». (…) »
              extrait de cet article, ici :
              http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1628946-le-cerveau-humain-abriterait-la-conscience-et-si-la-science-eventrait-le-concept-d-ame.html

              « Edward Witten, né le 26 juillet 1951 à Baltimore, est un physicien mathématicien américain, professeur de physique mathématique à l’Institute for Advanced Study de Princeton, dans le New Jersey. En 1987, il était considéré comme l’un des plus éminents physiciens vivants1.(…) »
              Extrait copié sur la fiche lui étant consacrée, sur le site Wikipedia.fr

              Ceci écrit sans vouloir « dégommer » quelqu’un ou les idées, dans l’ « esprit » de quiconque : M. Witten aurait dit :
              « … ce que nous appelons conscience … »

              1. Je parlais du dogmatisme des chefs religieux, ayatollahs, etc,..Witten est un scientifique, ce qui est « mystérieux » aujourd’hui pour la science, a des chances de l’être moins dans le futur.

                1. Robert Spire
                  Oui, j’avais cru comprendre que vous parliez de cela.

                  Tous les mots avec les suffixes -isme ou -iste peuvent faire craindre un dogmatisme intolérant et propagandiste, etc., à mon avis. Plus j’entends parler d’individualisme dit égoïste, plus le nombre de courants de pensées en -isme me semble augmenter. Mais c’est sans savoir s’il y a une relation de cause à effet.

                  Copié sur le site CNRTL.fr pour la définition de grégarité
                  « (…) Grégarisation, subst. fém.Évolution vers l’état grégaire. Le développement de la grégarisation n’est en effet que l’autre face du progrès de l’individualisme (J. Vuillemin, Essai signif. mort,1949, p. 164). (…) »

                  Vu autrement  :
                  https://blogs.mediapart.fr/charlotte-entote/blog/031113/le-suffixe-isme-est-il-un-nouvel-humanisme

                  Mais si le titre du billet est « mondialisation de l’indifférence », je ne pense pas que ce soit le cas pour tous (cette prétendue indifférence mondialisée).
                  Ce pourrait, au conditionnel, être seulement des manifestations différentes d’une tendance spontanée à la grégarité, supposée majoritaire (nationalisme, communautarisme, clanisme, tribalisme, …, et, ou versus, mondialisme).

                  1. Suite et fin, puisque M. Arié a cité un texte de Marcel Gauchet.
                    Lorsque je vois que cette question « Les réseaux sociaux ont-ils tué le dialogue ? » est débattue sur France Culture, je me souviens d’avoir lu cet article, dont voici un extrait
                    « (…) Michel Foucault avait qualifié ce livre de «merde néo-aronienne», rapportait le sociologue Didier Eribon dans son livre «D’une révolution conservatrice et de ses effets sur la gauche française». (…) »
                    https://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20140801.OBS5330/polemique-entre-marcel-gauchet-et-edouard-louis.html

                    Si ce n’est pas insultant pour l’auteur du livre, je veux bien que quelqu’un m’explique ce qu’est une insulte. Les réseaux sociaux (représentatifs de tous les débats dans une démocratie ?) ont bon dos, car en ce qui concerne le dialogue entre « Intellectuels » (idem …?), ce n’est pas toujours « au-dessus de la ceinture », dit ainsi afin de ne pas dire autre chose.

  5. Pourquoi, mais pourquoi toutes ces suspicions ?

    Il est plus que vraisemblable que l’Olibrius soit tout simplement allé confesser ses turpitudes actuelles et futures au nom du Veau d’or contre les plus vulnérables.
    Peut-être aussi quelques mauvaises pensées dans la chaleur de la party elyséenne ?

  6. Pour en finir avec la politique de l’autruche…

    Marcel Gauchet : « La pression migratoire va troubler l’horizon européen pendant des décennies »

    Philosophe et historien, directeur d’études à l’EHESS et rédacteur en chef de la revue « le Débat », Marcel Gauchet est l’auteur, entre autres, de « la Révolution des droits de l’homme » (Gallimard, 2013). Dernier ouvrage paru : « l’Avènement de la démocratie, tome 4. Le nouveau monde » (Gallimard, 2017).

    Les démocraties européennes semblent impuissantes face à la crise migratoire. Cela vous étonne-t-il ?

    Non, car, précisément, ce n’est pas une crise. Une crise, c’est un moment aigu dans des circonstances particulières. Ce à quoi nous assistons n’est, au contraire, que la poursuite d’une tendance de fond qui s’est amplifiée ces dernières années avec les migrations africaines et asiatiques notamment. Cette pression migratoire accrue n’est pas un accident, c’est un problème chronique structurel, un phénomène fondamental qui va troubler l’horizon européen pendant des décennies, bien au-delà de la question ponctuelle de tel ou tel bateau de migrants qui ne trouve pas de port d’accueil.

    Il faut regarder les choses en face : l’Europe représente un havre de paix, de prospérité et de protection sociale unique au monde, alors même qu’elle n’abrite que 7% de la population mondiale. Nous ne sommes qu’un demi-milliard d’habitants et nous avons beaucoup plus que les autres. Il suffit de comparer une ville européenne et une ville qui pousse en Afrique… A l’échelle globale, pour tout individu désireux d’améliorer son sort, la solution la plus sûre est de passer du côté de cet îlot privilégié. L’expression « appel d’air » recouvre donc au fond un phénomène très normal, très humain.

    Certes, l’histoire de l’humanité est une histoire de migrations, mais elle s’est déroulée dans un espace très différent sur le plan démographique et politique. Le XXe siècle a vu la population globale plus que tripler et la planète achever de s’organiser en Etats-nations souverains qui ont leur mot à dire sur ce qui se passe sur leur territoire. Cela change tout.

    Y a-t-il eu défaut d’anticipation de nos gouvernants ?

    Evidemment. Les spécialistes de l’Afrique subsaharienne comme le Français Serge Michailof ou l’Américain Stephen Smith, pour ne citer que les auteurs des livres les plus récents, avaient prévenu depuis longtemps de l’ampleur de ce phénomène à venir. Encore ne faut-il pas oublier le potentiel migratoire asiatique. En France, la première alerte a eu lieu il y a près de quarante ans, avec la percée du Front national aux élections municipales de 1983, qui était une réaction à la régularisation massive d’immigrés effectuée par François Mitterrand. La question migratoire est donc à l’agenda depuis une quarantaine d’années. Mais elle a été traitée au départ avec une idée fausse : « On légalise, on intègre, et puis on ferme la porte. » On n’a pas intégré l’idée de pression migratoire continue. Nous continuons de traiter le problème avec les outils légaux du passé. Le droit d’asile a été élaboré en fonction de notre propre histoire des persécutions politiques. Ces critères s’appliquent mal à l’afflux actuel de populations déshéritées pour lesquelles la distinction entre asile politique et motivation économique est un casse-tête, et dont la présence suscite souvent le rejet des populations autochtones.

    Parce qu’il y a un « seuil de tolérance », comme l’avait dit François Mitterrand ?

    C’est une vision comptable et abstraite d’une question qu’il faut au contraire regarder très concrètement. Ce prétendu « seuil » varie complètement en fonction des caractéristiques de populations qui ne se définissent pas par leur nombre. Ce n’est pas à « l’Autre » en général qu’on a affaire, mais à des autres bien particuliers, avec leurs cultures, leurs religions, leurs mœurs, leurs comportements, etc. Le vrai problème est ailleurs. Il est politique : nos gouvernements ont-ils le contrôle de ce processus qui change profondément la vie collective ?

    On a occulté la réalité ?

    Les gouvernements n’ont pas assumé la réalité du phénomène migratoire. Je vous rappelle qu’officiellement, en France, l’immigration est arrêtée depuis des décennies. Le décalage entre le discours officiel et la réalité perçue est donc tout simplement interprété comme un mensonge. D’où le succès rencontré par les populistes ces dernières années en Europe.

    Pour vous, le lien entre pression migratoire accrue et montée des populismes est évident ?

    Oui, même si cette corrélation est tout sauf simple. Les dégâts économiques et sociaux de la mondialisation ont aussi leur rôle, mais les migrations sont un aspect de la mondialisation dans l’esprit des populations. Encore une fois, il faut prendre le problème par ses aspects les plus concrets, loin des généralités moralisatrices. La sécurité, par exemple, c’est la question du lien social au quotidien. Pouvez-vous faire confiance à votre voisin quand vous oubliez la clé sur la porte ? La mise en scène du débat sur l’immigration est désastreuse. Si on oppose d’un côté « les fachos » et de l’autre « les belles âmes », on n’en sort pas. On risque même de jeter l’électorat qui se sent méprisé dans les bras d’un Donald Trump…

    Ce n’est quand même pas anormal de convoquer la morale lorsqu’il s’agit du sort d’êtres humains

    Bien entendu. Mais les débats qui se limitent à la morale sont stériles. Il est vrai que le consensus est extrêmement difficile sur ce sujet. Deux sensibilités se heurtent : celle des gens qui ne raisonnent qu’à l’échelle collective et politique – « On est chez nous, on les met dehors » – et celle de ceux qui ne raisonnent qu’en termes individuels et humanitaires – « Nous devons accueillir ». Chacun de ces camps détient une part de vérité. Ils représentent deux positions aussi inévitables qu’inconciliables. Le problème, à partir de là, est néanmoins de bâtir un compromis praticable et acceptable. Le moment est venu de définir une politique en se posant les vraies questions : devons-nous sélectionner les migrants, comme le fait le Canada avec un système à points ? Si oui, sur quels critères ? Faut-il accueillir les plus démunis, avec les tensions que cela suppose sur nos systèmes sociaux, ou bien seulement les plus diplômés, avec le risque de favoriser la fuite des cerveaux ?

    Vous écrivez que la pression migratoire « sert de révélateur » à la crise de la démocratie . Que voulez-vous dire ?

    La démocratie est un régime faussement simple qui répond à deux exigences : la protection des droits individuels, à commencer par celui de voter ; et la représentation du pouvoir collectif pour décider des projets à engager, autrement dit la souveraineté du peuple. La traduction politique de cette souveraineté, c’est le gouvernement majoritaire. Mais le fait majoritaire pose la question des droits de la minorité et du droit des individus qui ne sont pas d’accord avec lui. Il peut survenir une contradiction, voire une dissociation, entre les deux composantes de la démocratie. Le sujet de l’immigration soulève typiquement cette question philosophique. Puisqu’il y a un droit des individus à la libre circulation, y a-t-il un droit des migrants à s’installer librement partout dans le monde, indépendamment de l’avis des communautés politiques concernées ? Que reste-t-il alors de la souveraineté du peuple au sein de celles-ci ? Mais, dans l’autre sens, cette souveraineté collective peut-elle aller jusqu’à nier les droits personnels de ceux qui ne sont pas membres de la communauté concernée ?

    D’un côté, il y a le principe de liberté, fondé sur des droits fondamentaux, qui correspond à l’individualisation de nos sociétés. Mais au bout de cette logique de la liberté inconditionnelle des individus, toute capacité de décision collective disparaît. De l’autre côté, il y a le principe de pouvoir, le droit à l’autogouvernement de la communauté des citoyens. Le risque est alors celui de la tyrannie de la majorité. On aboutit, d’un côté, à la liberté sans pouvoir, et, de l’autre, au pouvoir sans liberté.

    Que pensez-vous de l’expression « démocratie illibérale » ?

    La « démocratie illibérale », c’est au fond l’idée que la majorité a tous les droits. Cette expression nous vient du politologue américain Fareed Zakaria. A la fin des années 1990, Zakaria soulignait à quel point le « libéralisme constitutionnel » est distinct de la démocratie, même s’ils ont été historiquement entremêlés en Occident. Il y a toujours une tension entre le besoin de gouverner et le besoin d’affirmer une liberté qui s’accommode mal d’être gouvernée. Au sein même de la Révolution française, on trouve cette tension : on passe d’un moment libéral à un moment autoritaire.

    La démocratie illibérale n’a donc rien d’un oxymore. Ce serait commode si Orbán ou Poutine n’étaient que de vulgaires dictateurs ! Ils gagnent les élections et ont le soutien de leur population.

    Mais ces nouveaux régimes populistes, en Hongrie, en Italie, ne contiennent-ils pas en germe une propension à une dérive de plus en plus autoritaire ?

    Bien sûr. La tentation de tous ces pouvoirs est de se pérenniser avec l’argument bien connu : « Nous sommes le peuple, et l’opposition est suscitée par l’étranger. » Les points clés qui garantissent la démocratie sont le droit de vote, la manière dont sont organisées les élections, et le droit d’informer. Tant que l’alternance est possible dans ces pays, nous ne sommes pas dans des régimes autoritaires. Mais le péril est grand.

    Quelle différence faites-vous entre le populisme de Trump et les populismes européens ?

    Aux Etats-Unis, personne ne doute de la prééminence de la nation américaine. C’est une énorme différence avec nous. L’Europe, loin d’être une aide sur toutes ces questions, est un frein. La belle idée de départ, « l’union fait la force », s’est muée en « l’union fait la faiblesse ». Ses mécanismes paraissent un empêchement à l’adoption de politiques lisibles. C’est une source de grande anxiété pour les peuples européens. D’où le succès des réponses simplistes qu’apportent les populistes : on se retranche derrière ses frontières et on envoie les migrants chez le voisin. Voilà pourquoi le populisme européen me paraît plus profond et plus menaçant que le populisme américain, malgré les récents délires de Trump, notamment concernant les enfants qui ont été séparés de leurs parents dans les familles de migrants.

    Que faire sur la question migratoire ?

    La grande idée depuis des années est qu’on va tarir le problème à la source en aidant le Sud à se développer. Personne ne peut être contre, sauf que ça ne répond absolument pas à la question posée. Stephen Smith établit cela très bien dans son dernier livre (3) – dont la lecture devrait être obligatoire pour tous les responsables politiques. Dans un premier temps, le développement encourage les migrations car il crée un niveau minimal d’instruction et de richesse qui favorise les départs. Ce ne peut donc pas être une réponse aux défis que posent les déplacements humains… A long terme, sans doute, nous serons tous riches (sourire). Mais nous en sommes loin.

    Donc, c’est une impasse ?

    Non, un nouveau défi. Au fond, c’est la question inverse du colonialisme qui nous est posée. Le colonialisme partait de l’idée d’une supériorité qui nous justifiait d’apporter la civilisation aux autres. Aujourd’hui, nous sommes devenus un objet d’attraction. Il nous faut répondre à l’affection démesurée que nous portent ces populations auxquelles on ne sait pas quoi dire. Ce n’est pas qu’un problème de décision politique. Cela réclame une doctrine de ce qui est possible, une redéfinition de l’équilibre entre le principe de liberté et celui de souveraineté populaire, entre la nécessité du collectif et celle des droits individuels. Qui plus est, la nouvelle donne migratoire nous oblige à redéfinir notre rapport au reste du monde. L’humanité se trouve face à une question de justice mondiale. Faut-il sacrifier nos privilèges, notre modèle social ? Ou les défendre ? C’est l’immense question qui se trouve devant nous, celle qui supplante la question sociale. En somme, c’est la même question, mais dans un cadre qui a changé : il ne s’agit plus de discuter de la redistribution à l’intérieur des frontières, mais à l’échelle du monde.

    1. Mais vous semblez oublier que votre Marcel Gauchet n’est qu’un ignoble facho, qu’il est urgent de faire taire ! Du moins si l’on en croit Édouard Louis, ce grand écrivain dévotement admiré par le maître de ces lieux.

  7. Dommage que pour être chanoine du Latran, y a pas de vérification de  » bene pendantes  » . J’imagine le petit marquis se faisant tâter les bijoux de famille par un cardinal du type de feu Marcinkus …!

  8. (l’intemporel, j’en sais rien) ne trouvez-vous pas que Macron a prit un coup de vieux ?
    hein, quand on peut faire court;
    une seule coquetterie m’intéresse: la mienne,

    c’est Qui la vie ?
    ..et le défi,

  9. Breaking news (zen, Dieu n’est jamais loin)
    et brèves: les allemands lâchent la Russie,
    aussi swissland vs côte riche = match nul,
    Aah.. c’est un métier,
    merci mon assistante ! (nâân pas toi le chat, héhé)

    Stan, en big week-end ? gaffe, les jours sont longs !

  10. Bonjour,

    Marcel Gauchet l’auteur de « la Révolution des droits de l’homme » (Gallimard, 2013) nous balance l’Antique.
    Merci pour cette belle suites d’interventions massacreuses qui rappelons le encore une fois sont à l’origine des flux migratoires récents et des attentats djihadistes.
    Ah, la responsabilité de protéger, si furieusement en écho 2.0 au White Man Burden de Kipling.

  11. je suis d’humeur joyeuse ce matin:
    comme il est admis maintenant voici en copier-coller le début d’un article de Cassandra Galacteros:

    L’Europe va mal et c’est de sa faute. Elle persiste dans l’aveuglement, signe son effacement progressif de la nouvelle carte du monde et se laisse glisser dans une sorte de coma inquiétant. Elle aurait besoin d’un vigoureux massage cardiaque, d’une séance de défibrillation radicale. Elle préfère tirer nerveusement sur sa pompe à morphine, croire aux contes de fées et attendre le baiser salvateur, en l’espèce d’une Amérique… dont le président est tout sauf un prince charmant. Elle doit pourtant échapper toute seule à la prise en tenaille qui va la broyer. Mais ses sauveteurs eux-mêmes sont ambivalents. Ils s’indignent beaucoup, se réunissent sans cesse et cherchent des parades à une offensive… à laquelle ils ne veulent toujours pas croire. Ils se trompent de diagnostic et donc de recommandation thérapeutique. Nos élites communautaires prennent en effet chaque manifestation de bon sens et de santé démocratique des peuples européens (comme récemment le scrutin italien, ou la crise politique déclenchée en Allemagne par le ministre de l’Intérieur qui implore la chancelière de traiter enfin sérieusement le défi migratoire) pour une attaque contre « Leur Europe », celle de l’utopie initiale, celle de l’incomplétude d’une création qui se meurt de n’avoir jamais osé exister vraiment, et qui s’étouffe toute seule, empêtrée dans ses bons sentiments. Attitude typique d’une confusion entre les effets et les causes.

    L’Europe est en manque de souveraineté, de clairvoyance et d’audace. Les pulsions dites populistes ‒ terme qui mélange à dessein des sensibilités diverses pour disqualifier globalement toute résistance à la doxa européenne ‒ ne menacent pas son unité ; elles révèlent combien celle-ci est fragile et peut conduire l’Union européenne (UE) à sa perte si l’on continue à nier des évidences. L’Europe est parvenue au bout du mensonge dans lequel elle s’est complu si longtemps, celui d’un ensemble de plus en plus vaste, disparate et prospère, mais sans colonne vertébrale politique ni stratégique, élevé au bon lait d’un globalisme désormais battu en brèche partout ailleurs par un retour en force des États et des peuples. Une Europe consentant docilement à la tutelle psychologique et normative d’une Amérique qui n’a plus le temps, désormais, de lui raconter des histoires à dormir debout, toute entière occupée à s’affirmer face à son nouveau Peer Competitor chinois. Depuis toujours, et surtout depuis les années 1990, Washington lui a coupé les ailes stratégiquement, l’a entravée dans l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) qui ne défend que très marginalement les intérêts communautaires, l’a méthodiquement isolée de sa part orientale (la Russie), diabolisée à outrance pour délégitimer tout rapprochement qui aurait pu faire exister une masse critique stratégique continentale autonome. Et depuis un an, c’est pire : un mépris ouvert, une guerre commerciale radicale, l’ordre de se soumettre à l’extraterritorialité du droit américain, de rentrer dans le rang sans céder aux avances de l’autre Grand, qui propose avec un aplomb chaque jour grandissant un autre type de sujétion, un imperium inédit et déroutant.

    l’article complet :
    https://www.lecourrierderussie.com/opinions/2018/06/nouveau-yalta/

    Caroline Galacteros prèche cependant dans le désert et la faille évidente est que l’Europe supranationale n’existe pas, n’existera jamais.
    Que ce soit comme aujourd’hui contre la Russie au nom de Droits de l’Homme bien propagandisés
    ou contre les USA ou la Chine.

    L’UE est un déni de réalité.

    1. L’Europe est une belle idée pleine d’avenir et destinée à le rester.

      1. L’Europe se réduit à des directives …en dehors de cela ell n’est pas capable de s’unir…et pourtant le parlement européen nous coute  » un pognon de dingue » ….

        Mais où sont passés Helene et Stan ?

      2. C’est bien Elie, très bien.

        et pour une fois vous soutenez la minorité, courageux insoumis que vous êtes.

      3. Elie
        Pas mal , toubib . Mais encore eut-il fallut que l’idée fut belle lors de sa naissance !

        1. L’idée était belle à sa naissance : un bloc économique, politique et militaire de taille à faire pièce aux 2 grands blocs qu’étaient à l’époque des USA et de l’URSS (aujourd’hui, ce serait des USA et de la Chine ), entre 6 pays de développement économique et au modèle social-démocrate comparable, protégé par des taxes douanières communes et la préférence européenne.

          Mais la mondialisation a dynamité ce schéma, et l’idée d’une union politique fédérale jamais été que française; et, avec l’entrée des pays ex-communistes de l’Europe de l’Est, qui avaient une autre Histoire, elle est devenue impossible (et encore plus avec celle, envisagée un moment, de la Turquie)

          Mais surtout, une union politique n’est possible que s’il existe un peuple européen ; cela viendra peut-être un jour, dans 2 ou 3 générations, mais cela n’existe pas aujourd’hui; on peut le regretter, mais c’est comme ça. Et c’est pourquoi Macron va se planter.

          1. L’idée, à sa naissance, était surtout économique . Monet et R.Schuman en furent les architectes . Si la notion politique avait réellement été une locomotive, peut être l’Europe ne serait- t -elle pas dans l’état où elle est aujourd’hui .

            1. Monnet, ..quelle vie ! tiens, Simone Jacob, et son mari, seront à côté de lui au Panthéon.

              L’Europe.. une balèze lubie ! le lobby, lui est américain, est-ce que l’Etat et l’Economie* sont du même avis ?
              (paque l’acier ou charbon dans la vie)
              Peut-être (pas certain) pour le citoyen,
              probablement pour Macron (ou autres)

              vu Monnet* sur wiki (et) de Gaule, notre Tintin gaulois: «L’Europe ? c’est la France et l’Allemagne; le reste, des légumes !»

              Put’.. c’est pas demain que nos tongs seront à l’abri (mais) elles existent, et en plastiques !

              1. de Gaulle.. je lui ôtais une aile (oups) heureusement, rien qui ne l’empêcherait de décoller, ni même de toucher terre (les voies ne sont-elles pas impénétrables; les voix, elles attendront dimanche)

  12. Macron vient de constater que les ONG sont des passeurs subventionnés par…… au fait : qui les subventionnent réellement?
    Le bateau allemand déclare en avoir amené 27.000 sur les cotes de l’ UE. Cela nécessite beaucoup de voyages, de gaz oil, de nourriture, matériels de soins, de secours etc etc d’ où vient l’ argent?

    1. Rendre les ONG coupables de sauver des gens est d’une malhonnêteté intellectuelle grave ….les seuls coupables sont les passeurs …et quand on n’a pas le courage de lutter efficacement contre eux on se tait ….l’incompétence de l’Europe a ete mise en évidence malheureusement par l’attitude de l’Italie et pour ne pas l’assumer des coupables ont été désignés….les ONG …
      Alors oui il n’est pas facile de régler l’immigration mais ce n’est pas une raison pour se défausser et d’accuser n’importe qui !

      1. « quand on n’a pas le courage de lutter efficacement contre eux on se tait »

        Mais voyons ! Si jamais on le trouvait enfin, ce courage (en envoyant par le fond leurs bateaux, par exemple), vous seriez les premiers, ici, à hurler et à sangloter que c’est ignoble, contraire aux droits-de-l’homme et ainsi de suite.

        Et il semble bien que les ONG (à qui toute subvention devrait être coupée : on verrait alors ce qu’il en est de leurs grands sentiments désintéressés…) travaillent main dans la main avec les passeurs en question.

        1. Allons Didier, vous devenez sanguin sanguinaire…

          Sur les ONG et leur financement: par des âmes charitables ? ou par des forces obscures cherchant à s’ingérer ? ou est-ce un charity business ?
          J’en ai une longue expérience:
          Un collaborateur de Wolfovich pendant 5 ans m’a tout à fait confirmé les financements sélectifs par la CIA en me disant texto:
          – non, non maintenant c’est une vraie ONG qui n’est plus financée par la CIA.
          – a Athènes les ONG auraient loué 4 à 5.000 appartements et maison pour loger des réfugiés et les nourir, je suppose sur fonds européens.
          – Putin a sérieusement controlé les ONG, suivi par Orban (très, très méchant aussi dans la doxa humaniste, sociétale) et viré toute organisations financée et:ou liée à Soros.

          La liste est longue d’enrichissement personnels, de présence de pédophiles; mais surtout d’instrumentalisation dans des endroits stratégiques.

          Maintenant sur le fond, c’est à dire les sources; il y en a deux: les guerres humanitaires de choix dans les pays arabes ou à tout le moins musulman et les africains paupérisés et là ça fait du monde.

          dans les deux cas l’Occident récolte les fruits de son « humanisme compassionnel »
          Qui n’est que colonialisme 2.0 par action militaire et/ou économique.

        2. De toute façon il est impossible d’évoquer le sujet tant il est instrumentalise à gauche comme à droite… Et personne ne cherche de solution…

          1. Sylvie
            ONG : Organisation Non Gouvernementale . C’est un gros problème lorsqu’une organisation indépendante, ou supposée telle , quand bien même ses intentions seraient louables, se substitue aux Etats – et surtout à leurs dirigeants – qui refusent d’assumer leurs responsabilités face à des situations qu’ils ont, sinon créée, du moins tolérée !

          2. Macron n’étant ni d gauche ni de droite, ou en même temps de gauche et de droite, pourrait tenir le discours suivant:

            « Des États-Unis à l’Europe, la “crise des migrants” suscite de vives polémiques intérieures et internationales sur les politiques à adopter à propos des flux migratoires. Partout ce-pendant ceux-ci sont représentés selon un cliché qui inverse la réalité : celui des “pays riches” obligés de subir la croissante pression migratoire des “pays pauvres”.

            On dissimule ainsi la cause de fond : le système économique qui dans le monde permet à une minorité restreinte d’accumuler de la richesse aux dépens de la majorité croissante, en l’appauvrissant et en provoquant ainsi l’émigration forcée.

            Concernant les flux migratoires vers les États-Unis, le cas du Mexique est emblématique. Sa production agricole s’est écroulée quand, avec le Nafta (l’accord nord-américain de “libre” commerce), USA et Canada ont inondé le marché mexicain avec des produits agricoles à bas prix grâce à leurs propres subventions publiques. Des millions de paysans se sont retrouvés sans travail, venant grossir le bassin de main d’oeuvre recrutée dans les maquiladoras : des milliers d’établissements industriels le long de la ligne de frontière en territoire mexicain, possédés ou contrôlés, pour la plupart, par des sociétés étasuniennes, dans lesquels les salaires sont très bas et les droits syndicaux inexistants.

            Dans un pays où environ la moitié de la population vit dans la pauvreté, a augmenté la masse de ceux qui cherchent à entrer aux États-Unis. D’où le Mur le long de la frontière avec le Mexique, commencé par le président démocrate Clinton quand en 1994 est entré en vigueur le Nafta, poursuivi par le républicain Bush, renforcé par le démocrate Obama, même mur que le républicain Trump voudrait maintenant compléter sur tous les 3000 Km de frontière.

            Concernant les flux migratoires vers l’Europe, est emblématique le cas de l’Afrique. Elle est richissime de matières premières : or, platine, diamants, uranium, coltan, cuivre, pétrole, gaz naturel, bois précieux, cacao, café et de nombreuses autres.

            Ces ressources, exploitées par le vieux colonialisme européen avec des méthodes de type esclavagiste, se trouvent aujourd’hui exploitées par le néocolonialisme européen s’appuyant sur des élites africaines au pouvoir, une main d’oeuvre locale à bas coût et un contrôle des marchés intérieurs et internationaux.

            Plus de cent compagnies cotées à la Bourse de Londres, britanniques et autres, exploitent dans 37 pays de l’Afrique sub-saharienne des ressources minières d’une valeur de plus de 1000 milliards de dollars.

            La France contrôle le système monétaire de 14 ex colonies africaines par le biais du Franc CFA (à l’origine acronyme de “Colonies Françaises d’Afrique”, recyclé en “Communauté Financière Africaine”) : pour conserver la parité avec l’euro, les 14 pays africains doivent verser au Trésor français la moitié de leurs réserves monétaires.

            L’État libyen, qui voulait créer une monnaie africaine autonome, a été démoli par la guerre en 2011. En Côte d’Ivoire (aire CFA), des sociétés françaises contrôlent le gros de la commercialisation du cacao, dont le pays est premier producteur mondial : aux petits cultivateurs restent à peine 5% de la valeur du produit final, si bien que la majeure partie vit dans la pauvreté. Ce ne sont que quelques exemples de l’exploitation néo-coloniale du continent.

            L’Afrique, présentée comme dépendante de l’aide extérieure, fournit à l’extérieur un paiement net annuel d’environ 58 milliards de dollars. Les conséquences sociales sont dévastatrices. En Afrique sub-saharienne, où la population dépasse le milliard et se compose à 60% d’enfants et jeunes d’âge compris entre 0 et 24 ans, environ les deux tiers des habitants vivent dans la pauvreté et, parmi ceux-ci, environ 40% -c’est-à-dire 400 millions- dans des conditions de pauvreté extrême.

            La “crise des migrants” est en réalité la crise d’un système économique et social insoutenable. »

            Ah, finalement non c’est pas l’Olibrius,

            titre de cet article:
            Néocolonialisme et “crise des migrants”

            Manlio Dinucci
            Edition de mardi 26 juin 2018 de il manifesto
            Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio.

            1. Charles
              Article on ne peut plus clair !
              Mais c’est trrrrrès difficile de faire pénétrer ces évidences dans le crâne de certains !

            2. Merci ! à la source ! (pas dit celle de l’article; enfin merci à elle aussi) qu’elle soit verte ou noire n’y change rien, en tous cas pour moi.
              Aussi, ..en effet Alain, pour dénoncer, disons se pencher sur qql profit et avidité (mhm, ..atavisme) il est quand même plus pratique, confortable etc., de regarder ailleurs, surtout si l’on est concerné !

  13. Sylvie75
    ONG asile terre de France qui fait miroiter le bonheur de venir en UE
    ONG médecins sans frontière idem et des dizaines d’ autres ne vivant que pour des subventions.
    Comme déjà dit, êtes vous préparer pour recevoir les 2 milliards d’ africains voulant quitter leur pays. Les pays africains sont- ils volontaire pour accepter d’ héberger leurs frères de couleur, les pays musulmans sont- ils volontaire pour accueillir des musulmans, eux n’ en ont rien à foutre de vos âneries des droits de l’ homme.
    Etre aveugle à ce point de ce qui se passe dans l’ UE, jetez votre média à la poubelle et lisez autre chose. Un média sérieux que vous classez fasciste. Classé fasciste par la gauche veut dire parler vrai.
    NB ; les pays musulmans prennent excuse que, sitôt installé dans un lieu, celui ci est transformé en décharge à ciel ouvert. Mais ces pays sont menteurs, car en France nous constatons qu’ ils mentent.

    1. Vous pourriez être un poil plus crédible si vous arrêtiez de fantasmer à propos des 2 milliards d’Africains qui veulent quitter leur pays. D’abord, la population de l’Afrique n’atteint pas les 2 milliards (ils étaient un peu moins de 1 250 millions en 2016), ensuite, ils sont loin, très loin de vouloir tous quitter leur pays, ou l’Afrique, de vouloir venir en Europe (et encore moins en France).

      Si les Anglais affirmaient, parce qu’il y a 300 000 Français installés chez eux, que les 65 millions de Français voulaient s’établir dans leur pays, vous diriez qu’ils délirent. Mais c’est pourtant ce que vous faites à propos de l’Afrique, en ignorant superbement le fait que beaucoup d’Africains émigrent en Afrique même.

      1. Ah, mais alors, tout va bien ! Si sur 1,2 milliards d’Afrcains, les trois quarts veulent rester chez eux (mais qu’est-ce que vous en savez, au juste ?), nous n’aurons à en accueillir (loger, nourrir, etc.) que 300 millions ! Je me demande en effet pourquoi on fait tant d’histoires à propos d’un truc aussi dérisoire, tiens.

        Mais vous avez raison, cela doit tenir du fantasme. Il paraît qu’il y a même des gens (ils doivent se droguer, c’est pas possible autrement), qui voient des bateaux chargés d’hommes noirs, accoster presque chaque jour sur les côtes italiennes, grecques, maltaises, etc. pour y décharger leur cargaison, avant de repartir en chercher une nouvelle. On se demande où ils vont chercher tout ça.

    1. Il va surtout rester une magnifique usine à gaz, dont les élites technocratiques ont le secret . Lire  » Rail Passion » de juillet, un journal spécialisé, pour des informations plus concrètes !

      1. À la micro -manif d’aujourd’hui (si,si, il y en avait une, personne ne sait au juste contre quoi, même pas les manifestants. ..), un « étudiant  » déclare :  » Les forces accumulées aujourd’hui serviront à la rentrée ».

        À se demander quelle est la déclaration la plus stupide : celle-là, ou celle de Mélenchon se félicitant de l’élimination de l’ Allemagne au foot…

        1. Vous avez tort de vous moquer des cheminots Elie….ils sont allés jusqu’au bout…ils n’ont pas flanchés et sont dignes des luttes des anciens ! Je n’espère pas que la situation de la SNCF s’aggrave mais si tel est le cas il faudra se souvenir d’eux …et maintenant place aux restes des destructions sociales !!! Les gens risquent de moins applaudir …

          1. Yes, Sylvie 75,
            et vu les prévisions de croissance en berne depuis Janvier 2018, il est certain que l’Olibrius dont l’Antique s’est entiché, à déjà raté. son programme économique.
            en plus de se ridiculiser chaque fois qu’il ouvre son clapet .

            la sortie de Giscard s’est faite sous les insultes, l’enterrement de Louis XV (le Bien aimé) furtivement de nuit.

  14. Hier je lisais que la ministre à la condition féminine était allé voir une femme poignardée par son mari.
    Mari en prison sous mandat d’ expulsion qui avait trouvé un juge se donnant le droit de le libérer.
    Bon, nous savons que la justice chez nous est digne d’un pays en voie de développement, mais à ce niveau!!!
    Et puis, je me dis que pour les hommes il n’ y a aucun ministère pour nos droits. Un ministère du travail sans boulot, un ministère pour l’ agriculture pour importer des produits mais aucun pour le droit des hommes. Ben où est l’ égalité
    Dire que de braves types, travaillant, cotisant se trouvent en prison parce qu’ ils ont bu un coup un jour de fête, au risque de perdre famille et travail, condamnés par ce juge, que des voyous sont libéré par ce même coco y’a comme un défaut.

    1. un ministère du droit des hommes (qui picolent) à poignarder leur femme en toute impunité ? C’est pas très utile, non. S’ils ont peur de perdre leur boulot, qu’ils ne poignardent personne, ca aidera, je pense. Déjà qu’il n’y a même pas de ministère des droits des femmes mais seulement un vague secrétariat…

      1. Euterpe.
        Pourquoi un ministère pour le droit des femmes?
        Un peu vexant pour des femmes qui se disent libres et qui le sont chez nous.
        Entre nous : dites, pas mal de femmes picolent aussi, déjà qu’ elles sont plus nombreuses adeptes de la clope que les hommes……
        Et puis, relisez votre commentaire
        un ministère du droit des hommes (qui picolent) à poignarder leur femme en toute impunité ? C’est pas très utile, non.
        Bon, j’ insiste pas.

        1. Les femmes ne sont pas libres « chez nous ». Pas de se promener seule la nuit,l’égalité des salaires n’existe pas et le sexisme leur pourrit la vie en permanence.
          Picoler n’implique pas de poignarder l’autre sexe sauf pour les hommes, apparemment.
          OK, « le droit des hommes à poignarder » aurait suffi mais les féminicidaires aiment bien avoir le prétexte de l’alcool.

  15. Frontière France-Italie à Mont Genèvre il y a une semaine : quatre flics – venus en renfort de Toulouse – se font royalement braire , ne voyant, telle sœur Anne, aucun émigrants à l’ horizon . Faute de réfugiés, ils se rabattent sur un citoyen français revenant de faire quelques courses en Italie ( mon Dieu, quelle horreur ! ) et souhaitent contrôler ses papiers . Les pauvres : personne ne leur avait dit que le réseau internet, dans le coin , est pourri de chez pourri . Résultat, pas moyen de savoir si ledit citoyen avait tout ses points ou un casier tout blanc ( ou tout noir ) . Compte tenu de la taille de la bagnole ( une 208 ), pas de migrants dans le coffre . Le citoyen est reparti avec le sourire et souhaitant bon courage à nos valeureux pandores !

  16. Zap pow
    Avec leur vitesse de reproduction, je ne me trompe pas de beaucoup.
    L’ONU évalue la population africaine à 4,5 milliards en 2100.
    Un reportage a fait voir les soldats français forer un puits au Mali, le chef du village est content, les gamins n’ iront plus chercher de l’ eau à des km…….après 60 ans d’ indépendance.
    Plutôt que palabrer, les hommes du village auraient pu ( peut être) creuser ce puits….. que les vilains colons n’ ont pas fait.
    Et l’ autre coco, avec les richesses de l’ Afrique, ces noirs sont donc si cons qu’ ils se laissent piller par des voleurs français, ils sont donc si cons pour élire et réélire les mêmes voleurs, ils préfèrent immigrer plutôt que lutter pour leurs droits…… même l’ armée française doit se battre pour les sauver de l’ esclavage, qu’ ont fait ces pays depuis leur indépendance…..
    Dernièrement je discutais avec un africains, il accuse les colons d’ être parti trop vite !!! surprise !!! ils auraient du rester pour nous former…. il omet de dire qu’ ils auraient été massacré.
    Tout ce que vous niez est cependant la vérité, nous ne pouvons accueillir tout le continent africain. Ouvrez les yeux, trouvez vous normal de voir des centaines de personnes dormir sur les trottoirs de Paris, de voir le gouvernement tenter de les évacuer dans tous les villages de France comme des objet encombrants, qui est raciste celui qui trouve cela anormal ou celui qui fait semblant d’ ignorer leur état, se disant prêt à en accueillir plus….. mais au loin de préférence.
    Zap pow, que fais -tu pour eux……

  17. A première vue, la station de montgenèvre n’est pas le bled perdu où des flics se désespèrent.
    Et puis, il y a des distractions, faire c… le pélerin du coin dans sa 208…ben laquelle, celle à 18000€.
    et puis
    A MONTGENEVRE (05100), 100% des habitants ont accès à internet.
    84.1% des logements genèvremontains ont accès au très haut débit .
    Le haut débit (entre 8 et 30Mbit/s) concerne 7.8% des Genèvremontains tandis qu’il y a encore 7.3% des 536 Genèvremontains qui n’ont accès qu’au bas débit (< 3Mbits).

    1. Gi Joe
      J’étais sûr que tu allais réagir stupidement : 1) Qu’est ce que le prix d’une 208 a à voir là dedans ? . 2) Les Hautes Alpes, j’y habite 365 jours par an ( 366 les années bissextiles ) et je sais parfaitement qu’internet fonctionne très mal dans le coin, Suffit d’interroger les commerçants locaux . Alors, tes statistiques à la noix, tu peux te les garder .
      Quand à laisser des flics se morfondre durant des heures à attendre le migrant qui ne vient pas, un mec comme toi qui pleure parce que ses impôts sont mal employés, devrait crier à la gabegie !

  18. Dieu, la politique et le sport,
    l’épistémologie, l’histoire.. gnâgnâ,
    que sont les sciences sans les émotions,
    (paque la science ni que l’émotion)

    y échappe t-on; est-on obligé d’avoir une solution ?
    peut-être qu’à-coup de détente, répit, distraction,
    alors une blague (vite ! ..avant de l’oublier)

    c’est Jésus, il marche sur l’eau, ses apôtres eux nagent à ses côtés, il y en a qui lui dit:
    – « Oh Jésus, tu devrais la goûter, elle est bonne ! »
    ..n’est-ce pas, héhé,

    1. ti suisse

      Les sciences ne sont pas censées donner des réponses à tout (?).

      J’ai écouté :

      et ne -sais- pas que la vie (et la mort ? ) n’a pas de sens ni qu’elle en a un, ni ce que M. Enthoven (Albert Camus, etc.) entend par sens, par Dieu ou Divinité. Comment choisir l’une ou l’autre de ces hypothèses sans faire un acte de foi, ou un pari, dans les deux cas  ? Je ne -sais- pas non plus si le hasard, le temps, rien ou vide absolu et la gravité ou Dieu existent.
      Je ne serai probablement jamais surnommée « Darwin’s rottweiller » comme M. Dawkins, selon des articles de presse, ni dite adepte d’une religion scientiste.
      Les scientifiques sont censés chercher comment, et pas pourquoi, pour quelle raison ou dans quelle intention, ni affirmer que le monde est sans intention, absurde.
      Même pour des scientifiques, n’étant pas réductibles à ce critère, cela reste un choix individuel : athée, agnostique, croyant en une divinité, en un sens de la vie ou en un monde absurde, etc., ou encore ne se posant pas ce genre de questions.

      1. Correction
        … les scientifiques ne sont pas plus censés affirmer que le monde est sans intention, absurde …

        1. La science est une méthode destinée à comprendre le fonctionnement des choses et à agir sur lui, mais elle n’est pas un système de valeurs.

          « Elle peut envoyer des hommes sur la lune, mais elle ne peut pas vous enseigner comment élever un enfant  » (Malraux ).

          Les religions sont des systèmes politiques fondés sur des valeurs non négociables, et dont découlent des obligations et des interdits – comme dans tout système politique ; mais les valeurs sur lesquelles elles sont fondées ne sont pas démontrables. « La façon d’élever un enfant  » varie suivant les religions et /ou les partis politiques.

          Le scientisme a cru, à ses débuts, qu’il pourrait remplacer les religions, mais cette mégalomanie n’a pas duré (quand il dirigeait l’École Normale, Pasteur avait rendu la messe obligatoire ).

          1. Elie Arié

            Je suis plutôt d’accord.

            Copié sur le site de France Culture pour : « Le scientisme : une nouvelle religion ? » (01.03.2017)
            « Le scientisme, idéologie selon laquelle tous les problèmes qui concernent l’humanité pourraient être réglés suivant le paradigme de la méthode scientifique. Le scientisme croit que « l’esprit et les méthodes scientifiques doivent être étendues à tous les domaines de la vie intellectuelle et morale. » »

            Je lis par exemple

            Comment prétendre prouver avec des méthodes scientifiques la validité de cette théorie, alors que de mon point de vue cela ne reste qu’une hypothèse : « tout le monde porte en soi la tendance à faire des procès d’intention, des attaques personnelles… » ?
            Avec leurs méthodes, les scientifiques des sciences dites dures ou exactes ne mesurent que des faits mesurables.

            « Il n’y a pas de faits mais seulement des interprétations » dans Fragment posthume de 1887 par Friedrich Nietzsche me fait penser que M. Nietzsche (ou si ce n’est pas lui, un usurpateur) a eu cette idée en esprit et l’a écrite.
            Je n’imagine pas la possibilité d’interprétation de ce fait.

            1. Les sciences dites humaines (histoire, sociologie, économie, etc.) s’appuient aussi sur des données mesurables (évolution de la population, du taux de suicides, des effectifs de chaque profession, de différents indicateurs :PIB, pouvoir d’achat, etc.), mais, le contexte étant toujours différent, elles doivent se livrer à des interprétations toujours discutables, et elles ne peuvent faire des prévisions, car trop de paramètres nouveaux et imprévus peuvent apparaître (par exemple, les économistes annonçaient tous une hausse du PIB pour 2018, prévision remise en cause par le combat protectionniste lancé par Trump ).

              1. Voilà; ainsi par ex., qu’importe si le foot (je, tu, il s’intéresse) j’entendais, ou disons: « je sais » que chaque Nation représentée (en short; chic!) a scoré, a marqué UN but, un goal.
                (donc aussi les français !)
                C’est tout.
                Une moralité ?? ..ils ne ne sont pas venus pour rien, ni repartis les mains vides.
                Peut-on, ou pas, s’en féliciter ?
                ..aïe, ça se complique,

              2. Bonjour Elie Arié et ti suisse

                Interprétations, sciences dites humaines et certitudes, données mesurables ou pas mesurables, lieux de naissance, langue dite maternelle quand elle n’est pas dite « fasciste » (Roland Barthes) etc. …
                Je lis un entretien datant de 2003, cela me semblant nécessaire de le préciser, extrait :

                « (…) Les Français sont persuadés que Paris sera toujours Paris, que la haute couture sera toujours celle qu’elle est – preuve est faite que ce n’est pas vrai -, que la cuisine française sera toujours la cuisine française… c’est une question… Il y a comme ça toute une série de choses qui sont dans l’imaginaire français, que c’est donné par le Bon Dieu. (…) »
                https://www.lexpress.fr/culture/livre/un-debat-de-societe_807579.html

                Là encore, comment prouver cela avec des méthodes scientifiques « dures » ? Et si ce n’est pas prouvé ainsi, comment cela pourrait-il l’être pour ce qui concerne tous les individus français ou dits tels (une sorte d’imaginaire français AOC :-)) ?

                1. Bonjour Laure, ..sorry, pas grand chose à dire (ou déjà dit ?) la science n’est pas-tout, heureusement ? ..qu’elle existe !

                  Et merci! aux personnes, savantes, en tous cas curieuses (!) ..toutes celles qui ont du se débattre (certaines le payèrent de leur vie) insister ou bousculer la-masse des préjugés !
                  Sans elles, la vitesse ne serait pas limité !
                  Ainsi un monde ‘égalitaire’: tous à pied !
                  Bon week-end 😀
                  ..des nèfles à ramasser (si-si!) celles qui débordent dans mon jardin, et une autre voisine d’en faire de la confiture (miam !)

      2. bonjour Laure, ..que serait-on, sinon moi-même, sans qql syllogisme (pas dit apagogie?) ni oublier tout ce qu’il se passe entre le pied et le nez, et bien sûr l’affection pour les animaux (ça en fait du monde !)

        Le sentiment, ..la notion la plus répandue, la plus universelle, aussi la plus mal partagée !
        car, sujette à tant de différences (chic!) elle oblige (aïe) à distinguer, ..pas glop ou youpie,
        évidemment suivant où l’on se place; le lieu de naissance (par ex.) souvent suffit,

        Jésus ? dans la blague, l’allégorie du dirigeant (élite etc.) démiurge ou champion (ou) toute autre ‘affirmation’ refusant la critique ou opposition; mais bienvenue à la la vérité (certitude) disons tautologie,

        tiens, j’ai un point de vue concernant « les anti » (en gnl) eux, pas près de disparaître, ..je repasserais; ni la vie ne manque de sel !
        Soleil !

    2. Ti suisse
      C’est pas sur l’eau que marchait Jésus, c’est sur les pierres . Ainsi, il ne mouillait pas ses tongs !

  19. Pour tous ceux qui se battent contre la fermeture de leur petit hôpital local », « leur petite maternité locale », etc.

    Les pistes de l’Assurance-maladie pour améliorer l’accès aux « bons soins »

    La CNAM souligne les risques de surmortalité pour les patientes opérées d’un cancer du sein dans les hôpitaux réalisant peu d’actes.

    Mieux vaut se faire opérer d’un cancer du sein dans un établissement réalisant plus de 150 interventions de ce type par an que dans une structure qui en effectue moins de trente, le risque de surmortalité y étant supérieur de 84 %. La mortalité est même plus que doublée la première année : pour 1 000 patientes opérées, il y a 25 décès quand la prise en charge a eu lieu dans un établissement réalisant moins de 30 opérations par an, et 12 quand elle a été faite dans un établissement en réalisant plus de 100.

    Ces chiffres-chocs, révélateurs d’une importante inégalité d’accès aux « bons soins » parmi les 45 000 patientes prises en charge chaque année pour ce type de cancers, ont été publiés, jeudi 28 juin, par la Caisse nationale d’Assurance-maladie (CNAM) dans son rapport « Charges et produits ». Il a été obtenu sur la base du suivi de patientes traitées entre 2012 et 2014.

    A l’origine de cette surmortalité dans les petits établissements, où l’activité est plus faible : une « capacité organisationnelle et technique » moins efficiente, avec des réunions de concertation pluridisciplinaire moins nombreuses, des plateaux techniques moins complets, des médecins moins au fait des bonnes pratiques…

    Pour la CNAM, le résultat de cette enquête plaide pour un rehaussement drastique du seuil (aujourd’hui fixé à 30 par an et par centre) en dessous duquel un établissement n’est pas autorisé à pratiquer ce type d’opération. Comme c’est déjà le cas en Allemagne, en Espagne, ou en Italie, ce seuil devrait être fixé à 150.

    « Cela pourrait s’accompagner en France d’un bénéfice en termes de survie, à court et long terme », relève le rapport. En dépit de ce que prévoit aujourd’hui la réglementation, environ 1 000 femmes par an seraient aujourd’hui opérées dans des établissements réalisant moins de 30 interventions par an.

    Pour les hôpitaux et les cliniques, la conséquence d’un tel relèvement serait spectaculaire : 338 établissements (sur un total de 571 en 2014) ne pourraient plus continuer à opérer des cancers du sein. Afin de limiter une trop forte concentration des établissements, la CNAM précise que la mesure devrait être mise en œuvre de manière « progressive » et « concertée avec les professionnels » et qu’une autorisation pourrait être « répartie sur plusieurs sites » ou accordée à une équipe. Des mécanismes de seuil individuel pourraient à terme être également instaurés, un praticien étant « accrédité » sous réserve de réaliser un nombre minimal d’interventions chaque année.

    Dans la droite ligne de l’évolution du mode de financement de l’hôpital promise par Emmanuel Macron pendant sa campagne, la CNAM propose enfin de soutenir la mise en place de ces nouveaux seuils par un système de bonus-malus. En clair, réduire le tarif de base auquel l’Assurance-maladie paye un acte chirurgical de cancérologie à l’hôpital, tout en le valorisant davantage – par exemple 20 % à 30 % de plus – si des critères de qualité et de sécurité définis avec les sociétés savantes, les représentants des patients et la Haute Autorité de santé, sont respectés.

    https://abonnes.lemonde.fr/sante/article/2018/06/29/les-pistes-de-l-assurance-maladie-pour-ameliorer-l-acces-au-bon-soin_5322884_1651302.html

    1. Et comment feront ils pour régler la surcharge des hôpitaux spécialises déjà extrêmement tendus …? Et la prise en charge quand vous êtes obligé de faire des kilomètres ?

      1. On parle ici de sécurité et de qualité des soins, pas de coûts ! Mais les coûts seront largement couverts par la fermeture des petits hôpitaux à faible activité, dans lesquels les blocs opératoires ne fonctionnent que 2 ou 3 matinées par semaine, dans lesquels tout le monde a fini sa journée à midi, mais est quand même payé plein temps.

    1. Et que voulez-vous que l’Europe fasse? Qu’elle déclaré la guerre à l’Algérie, qui est un Etat souverain et expulse ses immigrés clandestins comme elle l’entend ?

      1. Elie …Entre ne rien faire et déclarer la guerre ….il me semble qu’il y a un large espace d’action ….

  20. Ah jobards
    Nouvelle Peugeot 208 : les premières infos avant 2019 – L’Internaute
    https://www.linternaute.com › Automobile › Citadines

    Ben tu vois, la 208 est une voiture neuve, alors ton miséreux…..
    Pour la couverture internet…. simple, je consulte internet, il faut y penser.
    Tu ne t’ améliores pas, l’ air des montagnes peut être ou ton besoin de vouloir briller.

    1. Gi Joe
      Tu ne sais décidemment pas lire : où as-tu lu que je parlais d’un miséreux ?. Qui plus est, tu avales tout ce que tu vois sur internet . Moi, je te parles de la réalité quotidienne d’un département
      Vis à vis de gens comme toi, y a pas besoin de vouloir briller : ça dépasse leur intellect .
      L’air des montagnes, tu devrais venir le respirer, ça te débloquerait les neurones .
      Mon pauvre gars … !

      1. Jobards. Tu écris tes conneries habituelles et tu déclares qu’ internet ne fonctionne,pas dans ta région.
        Ensuite la 208 a un coffre assez grand pour y loger un ou plusieurs migrants.
        Pov mec, t’es sacrément limité, va en vacance à la mer, l’ iode est bon pour les handicapés du bulbe.

        1. Gi Joe
          J’ai essayé de faire rentrer des migrants dans le coffre de ma 208 et ça n’a pas marché . Dans une 3008, peut-être …!
          C’est pas de ma faute si internet fonctionne mal dans les Hautes Alpes . Y a même des communes en zone blanche .i
          Est ce que tu vas en vacances à la mer ? Parce que, visiblement, l’iode ne marche pas sur toi, le pro du bulbe atrophié !

      2. Sport ? ..section salon de l’auto (hahah) franchement, de ma Peugeot, je ne sais jamais son numéro ! (finit par un 9 je crois) par contre, le zéro du milieu, tjs en place, vient à l’origine du ‘trou’ dans la calandre pour y insérer la manivelle.
        On n’arrête pas le progrès ?
        Vrai que lancien est prévisible, mais! il surprend toujours, ..quel athlète (salut)
        La montagne ? en effet, si elle avait plus de palmiers (et de transat) elle serait parfaite ! ni se plaindre de ses eaux non salées et sans marées !

  21. Charitable transaction au marché de Bruxelles :

    Bon alors, toi tu en prends combien ???… Oh pas plus !?
    Fais donc un effort… Pourquoi non ?
    Allez concluons un accord, je te les fais au kilo… tu sais en te rajoutant des bébés ça ne pèsera pas plus lourd sur ton porte-monnaie…

    ***

    1. Oui petite plume… Et encore trois petits bébés morts…
      Que sommes devenus ? Si la crise c’est s’asseoir sur ses valeurs alors oui nous sommes en crise… Petit à petit la peur envahit nos esprits et detruit notre humanité

    2. Bof …! Tout ça va se régler à la fin de l’année, avec des élections en Libye, c’est Macron qui l’a dit ….Ah ! J’entends dans l’oreillette que le petit marquis prend ses désirs pour des réalités, vu le souk (?) dans ce pays !

  22. Ouf, gros Ouf de soulagement !!
    l’europe n’a pas éclatée
    Nos 28 Chefs sont d’accord et ont signé un ensemble de mesures juglant la crise migratoire.

    Que se soit tout communication et tout flou surprendra Qui ?
    détail sur Notre ProjEEEEEt !!! jupitresque:

    .https://www.romandie.com/news/Migrations-ce-que-contient-l-accord-conclu-entre-les-28/932059.rom

    Sonnez hautbois, résonnez trompettes ou pleurnichez devant BFMTV vous l’avez bien mérité
    Après Sarko et Hollande la synthèse Macron, plus que l’alliance du goret et du lapin est celle de l’arrogance et de la lâcheté .

  23. Sylvie75
    Toute personne entrant sur un territoire est considérée comme envahisseur s’ il ne dispose pas d’ autorisation.
    C’est la loi dans tous les pays du monde.
    Ensuite vous avez la possibilité d’ accueillir les personnes provenant de pays en guerre où leur vie seraient en danger.
    Plus de 90% de sans papier ne sont pas dans ce cas.
    Vient ensuite les mineurs bénéficiant d’ un statut spécial : plus de 60 % ne sont pas réellement mineur
    A noter que les pays musulmans n’ acceptent pas les migrants clandestins, être musulman n’ a aucune influence sur l’ acceptation ou non. Pour beaucoup, immigré clandestin égale peine de mort.
    A savoir . la Russie n’ accepte pas de  » migrant sans papier » encore moins s’ ils sont musulmans. Chine et Japon idem.

  24. Sylvie75
    Vous avez raison, mais vous oubliez volontairement les 211900 IVG fait en 2017 en France. Mais il est vrai que ce ne sont que de vulgaires foetus.
    Depuis 1975 combien de millions de foetus, futurs bébés, ont été supprimé?
    Alors, vos 3 bébés noyés, et encore est- ce vrai?……

    1. Arrivé à ce niveau d’argumentation , je ne saurais trouver les mots à moins de me rabaisser à votre niveau …il y a parfois des nuances dans les différences d’opinion qui permettent d’échanger mais il semble que vous en soyez totalement dépourvu…

      1. Les anti-IVG ne font aucune différence entre un enfant et un embryon parce qu’ils s’en fichent pas mal des enfants et de leur bien-être. Ce qui compte pour eux c’est que les mâles blancs restent suprémacistes sur le reste du vivant y compris sur les femmes et les enfants. Les femmes doivent leur pondre du renfort et aussi un bon pourcentage de chair à canon.

        1. Par contre vous, cela ne vous gène nullement.
          Pour mémoire, l’ IVG avait pour but de protéger les femmes présentant des risques ou victimes de viol.
          Je ne suis pas anti IVG ( cela vous arrange de le dire) je suis anti vide poubelle. Il existe assez de moyen de contraception pour ne pas avoir recours à l’ IVG.
          Euterpe, vos enfants ont commencé par être foétus ( si vous en avez) et vous prétendez aimer les enfants, vaste blague.

          1. Vrai: on manque totalement de considération pour mon crachat ! (ni je mollarde qu’en Chine) alors que tout mon profil génétique s’y trouve !
            ..un peu de sympathie bordel.
            Ou, dit mon frangin (toubib) : « le contenu importe, pas le contenant, un récipient »
            ..telle la poubelle.

          2. Pas du tout. L’IVG a toujours eu pour but de se débarrasser d’une grossesse non désirée, point. Souvent parce que le « papa » s’en fout d’engrosser la fille pourvu qu’il tire son coup mais si elle annonce sa grossesse, il dit « j’en veux pas, démerde-toi », soit que la future mère a déjà 50 enfants et n’en veut pas un 51e juste parce qu’elle a accompli son « devoir conjugal » de peur d’être jetée à la rue, soit que l’enfant ne sera jamais accepté par une famille de racistes, classistes ou autres. Si les mecs ne veulent pas d’IVG, qu’ils aient donc recours à la vasectomie au lieu de nous casser les ovaires.
            Les enfants, je m’en occupe, moi, pas comme les donneurs de leçons scientifiques et faiseurs de lapalissades comme vous concentrés sur le statut du foetus qui,entre nous soit dit est tellement respectable qu’on l’a entre temps transformé en marchandise. Les patriarcaux ne sont pas à une contradiction près, faut dire.

            1. je répondais à lancien.
              Pour ce qui est des foetus dans les poubelles et même des bébés finis prêts à naître, cela ne dérange pas grand monde quand il s’agit de tuer des vaches ou des brebis gestantes dans les abattoirs pour satisfaire votre faim de bidoche quel qu’en soit le prix et donc de jeter leurs bébés à la poubelle après les avoir éventrées. Lire Mauricio Garcia-Pereira « Ma vie toute crue » que cette vision a décidé à se faire lanceur d’alerte de l’industrie de la viande.
              Alors pas la peine de faire les saints remplis de compassion pour le résultat de vos activités de quéquette. Vous n’êtes pas le moins du monde crédibles.

              1. Euterpe
                Niveau intelligence, pas resplendissant. Même la comparaison entre foétus et vaches et brebis ne relève pas votre niveau.
                Après, 51 enfants, dites, comme excuse bidon, impossible de trouver mieux
                Peut être simplement que si la fille prenait le temps de réfléchir avant d’ écarter les cuisses, prenait le temps de prendre des précautions, prenait simplement le temps de lui faire mettre un préservatif……..
                Et puis ce pseudo, euterpe pour cacher votre premier pseudo…….
                laissez moi deviner…. hem…… crétine?

                1. D’abord foetus ne prend pas d’accent, alors arrêtez avec votre accent d’anti-IVG sur ce mot. Ensuite vaches et brebis et même n’importe quel être VIVANT (c-à-d pas vous qui n’êtes qu’un cadavre dégoisant parmi une multitude de cadavres dégoisants comme vous) commence par être un foetus et même, devinez quoi, les filles ! Elles écartent les cuisses parce qu’elles ont le droit de vivre leur sexualité hétéro mais vous avez raison, le mieux c’est qu’elles se fassent lesbiennes parce que le mépris de leur existence ainsi que celui envers toute vie FEMELLE est insupportable à la longue (et même à la courte) de la part de zombies dans votre genre.

            2. C’est pourtant simple ! n’est-ce pas Eurterpe,

              tu sais, ..moi j’ignore si de dire autant conneries ‘ça marche’ (qu’importe l’échelle de degré) vu qu’elles le font si bien toutes seules,

              1. ti suisse tu te gargarises de mots.
                Le seul que tu aurais du garder dans ton commentaire c’est :
                « j’ignore ».

                1. de faire ce qu’il me plait ne m’a jamais dérangé; besoin de rien ni de personne (fric, affection, ordre et sujétion bien sûr)
                  ..ce qui, hélas! a le don (?) d’être relativement contrariant (pas envie, disons inutile de dessiner qql parcours, ou familiaux etc; ma mangue est droite: aisé de la croire/si on veut évidemment)

                  Aussi: je déteste !! faire chier ! (gêner, imposer, dicter..) Zen ! j’ai la solution: « évitement », efficience d’enfer.

                  et une astuce: aimer & tolérer (mhm) satisfait pleinement ma vie de touriste. Mais en effet, « j’ignore » combien les autres en possède (mes chats: 7x)
                  Pas certain d’ailleurs que cela me regarde (certes, des fois je me penche; tant que mon dos ne me l’interdit pas)

                  1. la mangue: un fruit, je dirais exotique, souvent rencontré ici, ..je pique* l’expression à un commentateur de ses lieux, qui! comme tout le monde -ah ça en fait ! n’oublie pas d’être pénible (lui même en rajoute: déplaisant) ou parfois son contraire.
                    Quel cabaret !
                    Et il tourne !
                    *copier, guigner, influencer.. n’est-ce pas formateur, créatif ?! ni uniquement en littérature,

        2. Euterpe,

          Les anti-IVG ne sont pas tous ni mâles, ni blancs, loin de là : la connerie est très équitablement répartie entre les sexes et entre les couleurs de peau, et leurs motivations sont bien plus complexes et différentes que vous ne le dîtes.

          1. Non, c’est vrai ? Heureusement qu’Elie Arié est là pour enfoncer des portes ouvertes en pensant écrire des choses intelligentes sinon on pourrait parler vraiment de choses intelligentes sans nager dans la connerie, trop dommage !
            Tiens, lisez donc quelque chose qui sort de votre zone de confort dans laquelle vous moisissez depuis cent ans http://hypathie.blogspot.com/2018/07/intersectionnalite-ou-communaute-de.html
            Extrait :
             » (…) Pour les femmes au contraire, non seulement la fonction sexuelle oriente tout le destin et toute la place dans le monde, mais ce qu’elles ont de plus intime, de plus privé, fait l’objet de la préocupation la plus officielle du pouvoir ; on fixe l’âge de leur « détournement » (les affaires de mineurs restent exceptionnelles quand il s’agit de garçons, et la plupart du temps homosexuelles), on leur accorde ou refuse le droit de procréer ou avorter, certains pays vont jusqu’à leur fixer des normes de maternité (quatre enfants minimum à Bucarest, trois enfants maximum à Tokyo) ; on exhorte la femme, on la flatte, on lui fait honte, on la manipule. Beaucoup plus générale encore, pratiquement universelle est l’obligation quasi fatale, constituée par l’attente de la société, de n’être née que pour accompagner le destin d’un autre être, autonome celui-là (…) « 

  25. La Jordanie, pays musulman, a accueillit environ 1 million de réfugiés Syriens ( sans compter les réfugiés Irakiens ) . Et tout le monde laisse la Jordanie se débrouiller avec ce problème, la Jordanie qui n’est pas un pays particulièrement riche !

    1. NB: Liban Jordanie, routine idoine, ni couine.
      Surement qql subside de « pays riches » (ça aide; la pilule d’aller du gosier à l’estomac) désireux de laisser le leur « aussi propre que vous aimeriez le trouver en arrivant », eux, évidemment à l’hygiène irréprochable, au dessus de tout soupçon (on ne prête qu’aux riches) ou le syndrome du « regardons ailleurs », si douillet; ni culpabilité.

  26. Les 28 pays de l’ U.E ( enfin, union… ) :  » il faut créer des plates-formes d’accueil des migrants/réfugiés  » …! Les 28 pays de l’U.E ( laquelle ? ) :  » il faut créer des plates formes d’accueil des migrants/réfugiés ….mais pas chez nous !  » . » Bon », s’exclame le bon peuple, » on prend note . Mais alors, ou seront ces plates formes ? »  » Sait pas « , répond l’U.E ( plutôt désunie )  » Ailleurs, ce sera bien ! Comment ça, ailleurs, ils crient haut et fort que l’U.E se fout de leur fiole ?  »
    Et on repart pour un tour !

    1. C’est tellement vrai Stan qu’on ne parle plus qu’en termes de coûts ….celui du travail, de la sante, de la vieillesse …il n’est plus question de conditions de travail, prise en charge, bien etre ….l’immigration est traitée comme une crise qu’il faudrait faire disparaître en séparant ceux qui crèvent de faim et ceux qui crèvent de la guerre …il n’y a plus de convictions politiques parce que rien ne se justifie….mais plus grave encore , nous ne nous mobilisons pas !

      1. SYLVIE

        Ce gouvernement peuplé d’employés à la solde des groupes privés et/ou de corrompus à la petite semaine qui utilisent le service législatif (fort peu représentatif du collectif) pour blanchir leurs petites magouilles budgétaires, devrait outrer l’essentiel de la population jusqu’au 7eme décile de niveau de vie

        Il arrive un moment où quelques phrases ne suffisent plus pour décrire ce présent de dingue….

        1. En politique, l’injure témoigne toujours de la faiblesse de l’argumentation et de la superficialité infantile de l’analyse.

          1. Elie
            « Ceux qui ne sont rien  » ,  » au lieu de se plaindre, ils feraient mieux d’ aller prendre un boulot à 100 km de chez eux  » etc…! Donc, Macron est un sale type, infantile et immature !
            J’ai bon, là ?

            1. Malheureusement, je crains que vous ne vous rendiez pas compte de l’absurdité de votre critique du « feraient mieux de prendre un boulot à 100 km. de chez eux  » : comme si ce n’étaient pas les travailleurs qui devaient aller là où il y a du travail ( qu’est-ce que 100 km., et sans même changer de pays ?) et que, lorsqu’une usine ferme quelque part, ils devraient rester sur place à se les tourner en attendant qu’une autre ouvre et veuille bien les embaucher !

              Comment la France aurait-elle eu une industrie si, du milieu du XIX è siècle à celui du XX ème siècle, les paysans n’avaient pas migré pour devenir des ouvriers à mesure que les gains de productivité dans l’agriculture les mettaient en sureffectifs ?

              Pendant ce temps, des milliers d’ Africains parcourent des milliers de kilomètres, en risquant leur vie, pour atteindre une Europe où ils espèrent trouver du travail…

              Mais quels sont les thèmes qui mobilisent les manifestants, en France? (j’ai été coincé hier dans une manif de « motards en colère ») : les 80 km./h. sur les routes secondaires !

              1. Elie
                C’est bien vous n’ayant JAMAIS changé de boulot,de votre propre aveu, qui avez le culot de parler d’absurdité sur ceux qui rechignent à faire 100 bornes ( dans des conditions routières et ferroviaires déficientes ) et qui osez parler des Africains qui tirent la langue parce que ce sont les occidentaux – et les Chinois – qui les exploitent pour trois francs six sous . La comparaison avec les paysans du XXeme siècle est inepte ; c’est le présupposé meilleur revenu ( absolument pas garanti ) qui les incitaient à changer de boulot , avec de mauvaises surprises à la clé . Sur le sujet, lisez Henri Vincenot  » La vie quotidienne dans les chemins de fer  » !
                Mon bon toubib, vous touchez le fond, là !

                1. @ Alain Bobards

                  «  vous, n’ayant jamais changé de boulot de votre propre aveu »

                  Ce n’est pas la 1ère fois que vous me sortez ça, et je me demande bien d’où vous le tenez…J’ai pris ma retraite prématurée de médecin à 60 ans ( c’était à 65 ans : mais ils ont un métier peinard et pas stressant, ce n’est pas comme le personnel de bureau de la SNCF), en perdant 30 % de son montant, pour entrer dans une boîte d’économie de la santé, puis devenir enseignant de cette même discipline au CNAM.

                  Mais ceci n’intéresse personne; et je constate que vous êtes (heureusement pour vous: un reste de bon sens ?) incapable votre idée ahurissante selon laquelle c’est le boulot qui devrait aller aux gens, et non les gens vers là où il y a du boulot.

                  1. Mais, mon bon toubib, vous renforcez votre aveu : vous avez exercez le même boulot pendant l’essentiel de votre carrière , l’ économie de la santé étant de votre plein gré .
                    Ce que vous ne pigez pas ( ou faites comme si ), c’est que ceux qui restent sur le carreau, on ne leur a pas laissé le choix . La majorité des licenciements est liée à la soi disant rentabilité pas assurée – goinfrerie des actionnaires – le reste étant dû à une gestion déficiente et, marginalement, à un vieillissement des modèles produits . Vouloir déplacer des personnes, au prétexte que les actionnaires – qui ne fichent, pour la plupart, rien pour la boite – ne percevraient pas leur 15% de RsI, ou que l’élite dirigeante de la boite est constituée de parfaits manches, relève du mépris le plus profond . Et tout travail génère du stress, pour des histoires de délais, de productivité, de satisfaction des clients, voire, pour les personnels de R.H, la satisfaction des salariés, etc…!
                    Vous devriez évitez de vouloir, à toute force, filer des leçons . Tous ceux qui commentent sur ce blog sont tout aussi intelligents que vous !

                    1. Sans compter Alain que le vilain travailleur, qui rechigne à migrer au gré du vent et à se plier aux politiques libérales, n’est pas seul au monde …qu’il a souvent une famille parfois une compagne ou un compagnon qui travaille ou pas, des enfants en âge scolaire ou universitaire des parents etc …bref une vie, une maison qui parfois ne vaut plus le prix qu’il a payé si elle est située dans une zone sinistrée par le chômage ….et que,cerise sur le gâteau, n’a pas forcément les moyens de la mobilité …parce que la mobilité a un prix que nos politiques ignorent …bref des détails pour eux ….seuls comptent les chiffres du chômage..

                2.  » Mon bon toubib, vous touchez le fond, là !….

                  Comme disait Confucius « on ne peut pas faire pas tenir debout un sac vide »…

                  1. @ Sylvie

                    Parce que, pour vous, seules les politiques libérales obligent les travailleurs à aller là où il y a du travail, et pas les politiques socialistes ou communsites ?
                    Mais dans quel monde vivez -vous ? ??

                    1. Je ne crois pas que Sylvie prône une politique socialiste ou communiste . Elle voudrait simplement que les salariés soient considérés autrement que comme la principale variable d’ajustement .
                      Elle n’est sûrement pas la seule dans ce cas !

          2. Si j’ai bien compris, Marron, président des français, qui les insulte en permanence  » témoigne toujours de la faiblesse de l’argumentation et de la superficialité infantile de l’analyse…….. »..

            j’ai l’impression d’être plus sympa avec lui en ne le qualifiant que d’employé à la solde des groupes privés…

  27. Extrait du journal mensuel de Didier Goux :

    « Ce pauvre “Juan Sarkofrance” qui, chaque semaine, s’oblige à une indigeste tartine “politique” dans laquelle il tente de résumer à charge (contre Sarkozy d’abord, contre Hollande ensuite, contre Macron désormais et contre le suivant j’imagine) l’actualité des sept derniers jours. Il est difficile d’avoir une vue plus courte, plus appliquée, que ce garçon : je me le représente en écolier à blouse grise, comme sur une photo de Doisneau, son porte-plume à la main, penché sur sa page de cahier quadrillée, la lèvre légèrement baveuse, essayant de s’intéresser à ce qu’il est en train d’écrire. C’est un devoir auquel il s’astreint, on le voit se persuader de faire œuvre utile. Suivant sa propre humeur du moment, on a envie d’éclater de rire ou de pleurer. Et quasiment jamais un commentaire… des tartines de lieux communs d’une gauche qui a totalement cessé d’exister et que personne ne lit… Le petit-bourgeois parisien boboïde dans toute sa décrépitude… Fin de race absolue… »

    http://didiergouxjournal.blogspot.com/2018/07/juin-2018.html

    1. Ce qui me trouble le plus Elie d’un …c’est que vous rapportiez des propos que s’il l’avait voulu Didier Goux aurait écrit ici et deux que Didier Goux fasse cette critique sur son blog plutôt que directement chez Juan …
      Mais bon je ne dois pas avoir la même notion de droiture que vous deux !!

      1. Tout le monde ici sait ce que Didier Goux pense de ce blog, de son taulier et de ses intervenants depuis un bon moment… ce n’est pas une surprise quand même…

        Le plus drôle est qu’Arié, le moraliste, se serve de Goux pour étaler son trop plein de fiel du jour, ça en montre un bon bout sur son organisation psychique.

        Goux gourou d’Arié…. quel révélateur ce blog finalement..

        1. Oui Stan …je suis d’accord…
          De plus, c’est une chose de critiquer les gens directement leur permettant ainsi de se défendre ou pas.et c’en est une autre de le faire ailleurs auprès de lecteurs qui ne connaissent pas forcément ce blog …je n’aime décidément pas cette facilité de mépris !

      2. Sylvie,

        1- Quand on écrit quelque chose sur son blog, on sait qu’on assume le fait que ses propos, désormais publics, soient repris n’importe où; et j’ajoute que Didier Goux, comme moi-même, avons toujours écrit sous nos vrais noms, contrairement à beaucoup d’entre vous, ô vaillants révolutionnaires anonymes !

        2- J’ai suffisamment écrit, ici et ailleurs, les questions que je me pose sur les ahurissants billets de Juan pour être content de voir que je ne suis pas le seul; par contre, je ne partage pas totalement l’interprétation de Didier Goux.
        Certes, Juan ne se complaît que dans le bashing, quel que soit le président en exercice (il en serait de même si c’était Mélenchon); mais je ne crois absolument pas qu’il soit lui-même dupe de ses « arguments » , et je me demande quel est son vrai objectif.

        1. Comment voulez vous cautionner une politique désapprouvée sous Sarkozy et prolongée avec Hollande ( bien que Hollane ait protègé le socle social) et maintenant accélérée par Macron …et oui MElenchon serait critiqué s’il devenait Président et pratiquait la suite de cette politique mortifère ! Ce n’est pas la personne mais bien sa politique qui est critiquée !

          1. Inutile de discuter avec quelqu’un qui ne se rend pas compte que les politiques menées par Sarkozy, Hollande et Macron ne sont pas du tout les mêmes ( le moins libéral de tous ayant été Sarkozy).

            1.  » inutile de discuter avec quelqu’un qui ne se rend pas compte que les politiques menées par Sarkozy, Hollande et Macron…….

              SYLVIE est effectivement incorrigible…

              1. Il me paraît évident que si Sylvie écrivait la même chose sous son vrai nom, ses propos ne seraient toujours pas compris par l’adepte du gourougoux !

                Et puis, s’il se pose autant de questions sur « les ahurissants billets de Juan », pourquoi ne l’inonde-t-il pas de mails privés pour obtenir des réponses de sa part, plutôt que d’essayer de chauffer la salle ici avec un hors sujet qui n’intéresse que lui, hein ?!
                Allez savoir…

                ***

                1. «  un hors sujet qui n’intéresse que lui« …et qui a fait l’objet de 7 commentaires ( sans compter les miens, ça va de soi).

                  Ainsi, il y a des gens qui lisent et commentent un blog sans se poser des questions sur son objectif ?

                  1. Elie
                    Vous avez mal dormi ? Un méchant vous a piqué votre pain au chocolat ? L’aide soignante ne vous a pas fourni votre brumisateur ? Ce sont les relents de la manif des motards en colère qui vous restent sur l’estomac ? Vous n’êtes pas sûr d’avoir votre TGV pour les vacances, à cause de ces §*£ de CGT/ SUD forcenés de ces mouvements de grève qui vous filent des boutons ?
                    Au fait, ne vous y trompez pas : tous ceux qui lisent ce blog et y font des commentaires savent très bien à quoi s’en tenir sur ses objectifs !

                    1. Au fait : autant que je me rappelle, Juan n’a pas dégommé Hollande immédiatement . Il fallait le temps de la déception et le sentiment de s’être fait enfumer !

                    2. Quand aux politiques menées par Sarko, Hollande et Macron, y a que la forme qui diffère, le fond – l’Europe, l’Europe, en sautant comme un cabri, dixit le grand Charles – est le même !

                    3. Alain Bobards

                      Ne trouvez -vous pas cette définition un peu simpliste (« l’Europe « ) ? Quelle Europe ? N’y a-t-il pas eu quelques changements depuis le traité de Rome de 1956 ?

                    4. Elie
                      Mais quelle Europe ? Le traité de Rome n’était rien d’autre qu’un accord de libre-échange et tous les traités successifs avaient pour but de développer ce libre-échangisme .
                      Aujourd’hui, on est face au mur et n’avoir vu que le côté commercial de l’Europe laisse ladite Europe – et ses 28 membres (? ) – sans armes face aux problèmes amplifiés par cette soif commerciale, ayant négligé l’humain .

  28. j’me lève, ..j’émerge plutôt (le monde est si brillant ! le temps de trouver mes lunettes de soleil)
    j’avais un truc sur le Liban (coreligionnaire jordanien; post d’Alain hier) au sujet de « qql réfugié »,
    lui sachant que le Monde n’est pas carré,
    j’usais même ma calculette !
    Liban = 55x plus petit que la France, ..770x que l’Australie ! mais lui a une excuse: même le sandwich à la tomate y est prohibé (shut up l’Helvétie)
    Aah la Bella Europa ! et sa solidarietà,
    ..pensait l’italien (stupido) qui, à cause d’une (unique ?!) colonie microscopique, Lampedusa, mais! flotte à proximité du continent Noir, se coltine une tartine de réfugiés.
    Porqué no Gibraltar ? aucune idée.

    °°° °°
    la nature.. est-elle branleuse ou inefficiente ?
    aucun des deux ne m’arrangent, ..ni douter de qql réponse, ou solution, d’une autorité Supérieur, responsable du-contrôle, celle qui tient le manche,
    de lâcher son blase (tel l’Allemagne/la Russie?) limite qql accès pareil, pas plus d’avantage qu’inconvénient,
    l’homme est si marrant !
    prévisible mais surprenant (déjà dit)

    s’il fallait se méfier (avoir peur) des:
    jaloux, frustrés, vaniteux, complexés, néophobes, racistes, gauchistes, droiteux, impérialistes, communistes..
    Comment se faire plaisir !
    Quoi accorder à la terre, la mer et au soleil !
    (pas dit: aux voisins)

    Comprendre, se comprendre,
    ..n’est-ce pas le défi de toute existence,
    (certes, on a le droit de tirer la langue)

    1. Ti suisse
      J’avais escamoté le Liban, ce pays n’étant pas considéré comme  » musulman » . Mais le Liban, lui aussi, reçoit un nombre de réfugiés conséquent . Et que dire du Bengladesh, pays pauvre si il en est, et ses camps de réfugiés Rohinghas ( pas sûr de l’orthographe ) …!

  29. https://abonnes.lemonde.fr/international/article/2018/06/29/soli-ozel-les-turcs-aiment-en-erdogan-ce-que-les-etrangers-detestent-en-lui_5323306_3210.html?xtmc=erdogan&xtcr=2

    De l’universitaire turc Soli Özel:

    « aiment précisément ce que les étrangers détestent en Erdogan. Il défie cet Occident qui avait démantelé l’Empire ottoman. C’est un redoutable animal politique. Il a présenté l’élection présidentielle comme un duel entre lui et Muharrem Ince, le candidat du CHP (parti républicain du peuple), le parti créé par Mustapha Kemal, le fondateur de la République. Ince est un excellent orateur et il a réussi un demi-miracle en engrangeant 30 % des voix, mais son parti est un repoussoir pour cette Turquie conservatrice, pieuse, sunnite, nationaliste, qui est le socle électoral d’Erdogan, et qui pèse quelque 60 % de la société – un pourcentage qui ne varie guère.(…)

    La Turquie est nationaliste comme jamais, comme aujourd’hui la Russie est de plus en plus nationaliste, la Chine est de plus en plus nationaliste, la Hongrie est de plus en plus nationaliste, les Etats-Unis sont de plus en plus nationalistes. C’est une tendance générale. La France a choisi Emmanuel Macron, un pro-européen multilatéraliste, mais on verra ce qu’il en sera dans quatre ans.« 

  30. Ca fait un moment qu’on sait que l’ambition d’Erdogan est de reconstituer l’empire Ottoman . Suffit de voir qu’il prend pied en Syrie, sous prétexte de mettre les Kurdes à la raison .
    Les U.S. n’ont jamais cessé d’être , non pas nationalistes ( vu qu’il s’agit d’un groupement d’états ), mais impérialistes . La Chine est également impérialiste : son communisme n’est qu’une adaptation actualisée des pratiques de l’empire du Milieu .
    Quand à l’U.E., elle est…rien du tout, sauf un conglomérat d’intérêts de plus en plus divergents, d’où un retour en force des nationalismes, l’aveuglement des dirigeants européens, obnubilés par le « marché  » depuis plus de 40 ans, en étant la cause principale .

  31. Ah oui, la Jordanie, le Liban, le Bengladesh, les réfugiés sont soignés, nourris, logés
    Même ces bons ro machin, qui après avoir massacré les adeptes des autres religions, se voient affublé de titre de martyrs par les communistes et les mêmes ONG.
    Et puis, à quel titre l’ UE devrait être solidaire de l’Afrique, devrait être solidaire des musulmans, jusqu’ où êtes vous solidaire, avez vous accueilli des réfugiés chez vous, êtes vous vrai bénévoles dans un organisme quelconque, parce que, des grandes g., il y en a partout mais équipés de petits bras, vous savez, les crocodiles……
    L’ immigration des sans papier est un problème, des pays de l’ UE le constatent, Merkel a fait une belle connerie en ouvrant ses frontières, l Italie constate son envahissement et voudrait rejeter ses migrants dans les autres pays sous divers prétextes.
    Macron un jour refuse les passagers d’ un transporteur d’ esclaves, le lendemain se déclare près à en accepter, politique du
    p’ tét ben qu’ oui, p’tet ben qu’ non

  32. La pression des marchés occulte tout débat démocratique par l’avènement de bouffons schizophrénes dans le PAF qui racontent des histoires à dormir debout.

  33. Pour se donner bonne conscience,  » on  » compare les réfugiés( ées) de pays en guerre, Syrie, Irak, Iran, avec les migrants sans papier de pays où il ne risquent pas leur vie.
    « Les organisations des Nations unies ont demandé 5,6 milliards de dollars pour 2018 afin de pouvoir aider les réfugiés syriens de la région, mais elles n’ont reçu que 18 à 20 % des fonds », a fait savoir Amin Awad, directeur du bureau du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.
    Pour le Liban
    Le Liban compterait 54 % de musulmans (dont environ 27 % de chiites et 27 % de sunnites), 5 % de druzes, 41 % de chrétiens (23 % de maronites, 8 % de grecs orthodoxes, 5 % de melkites, 1 % catholiques romains, 1 % de protestants et 2 % d’autres groupes chrétiens) et 1 % d’autres confessions.

Les commentaires sont fermés.