Blanche Gardin, petit plaisir


Quand elle s’est remis son propre Molière de l’Humour, il y a quelques semaines, Blanche Gardin s’est livré à un court numéro très réussi que je vous laisse redécouvrir.

 

 

A l’écouter, Blanche Gardin enfonce, insiste et défonce nos pudeurs, nos bienséances, notre stress collectif qui s’est transformé en hystérisation collective. Elle provoque le sourire et le rire, sans violence, sans se moquer des plus faibles.

Elle amène surtout un recul.

En revoyant cette séquence propulsée par un algorithme de YouTube, je n’ai pas pu ne pas penser à cette saillie de Christine Boutin contre l’affichage d’une banderole arc-en-ciel sur l’Assemblée nationale en clin d’oeil à la Marche des Fiertés (ne vous méprenez pas, cette « cool-attitude » de la part d’un gouvernement des plus répressifs est une belle hypocrisie), à nos propres intolérances quotidiennes, à nos énervements systématiques.

Blanche Gardin n’a pas appelé au silence, mais à l’humour décomplexé, et ce soir-là, cela faisait du bien.

 

Publicités

67 réflexions sur « Blanche Gardin, petit plaisir »

  1. Ce gouvernement est répressif en matière de sexualité ?
    C’est franchement n’importe quoi.
    Là, Juan, j’abandonne, pour ne pas basculer dans l’analyse psychiatrique de vos obsessions.

    1. j’ose.. maladroit et hors sujet (routine) je voyais la foto d’une fille à poil à proximité du Mur des Lamentations,
      = pataquès etc.,
      son ‘argument’.. Dieu créa aussi la peau,
      (l’obsession ? si pas subie, sans habilité)

  2. mhum un peu d’humour.. nous change de la dérision, blasphème ou insulte (sorry j’ les confonds)
    une copine ! ..toutes le sont (au commencement; ainsi le verbe, si l’on croit Jésus ou Péguy)
    car, dit-elle: « je dis bcp de conneries », (et) opiniâtre !

    C’est si-bon de partager, aussi qql aptitude,
    ..avant de vous laisser (mon gosier: sec !) je m’autorise, ..s’il y a gêne, où est le plaisir ?!
    un accessit à Sylvie (entre autres) fidèle à ses idées (etc.) sans jamais vilipender celles d’autrui,

    Zen, ..après l’apéro, une journée chez le dentiste,

      1. Bien passée, Sylvie ! (pas fini; commencé tout p’tit) ..sauf les fois ou j’avale un truc qu’y faut pas ? flute ! régime poireaux pendant deux jours, ..il enrobe le corps étranger; souvent saillant.
        (oup’s.. x cliché sexué/phallique ? pas exprès !)

        Franchement j’aime bien le dentiste, c’est confortable, propre (?) tu vois, et Charles: cool et top! investi, précis, ..une technologie où tu sembles acteur d’une prod Hollywoodienne (sans les méchants, ni attaché !)
        Aussi, programmer et caler mes rdv sur mon réveil, façon fin de nuit, ainsi la terminer (héhé)
        pas vu pas pris,
        tant pis pour la patate dans la bouche, je la mangerai en chemin; vendredi: le marché, ..cheval ! (steak)

        Pareil le coiffeur ! ..découvert tardivement, comme la politique; Juan ou Ségolène.
        Bref, les phobies sont pas mon kif,
        tu savais; sauf les obligées.

        suis-je hors sujet ?
        bah, ..tant qu’on ne s’ennuie pas,

  3.  » j’abandonne, pour ne pas basculer dans l’analyse psychiatrique de vos obsessions…………. »

    ah, ça c’est bien un truc de castrateur décomplexé : priver les lecteurs d’une bonne occasion de se poiler..

    y nous aura tout fait çui ci…

  4. La marche des fiertés……fiers d’ être déviant sexuel, ou arrive -t- on à placer sa fierté, je n’ ose dire l’ endroit.
    La région Ile de France a investi 800.000 € dans ce cirque
    Bien moins important, pendant ce défilé, 4 militaires français étaient blessé gravement au Mali, silence des médias……

  5. Ah, la marche des fiertés, quelle jouissance, pour les amateurs de connerie post-moderne, dont je crois faire partie ! Comment peut-être être assez béatement stupide pour être fier d’une chose qu’on ne contrôle en rien ? Ça n’a aucun sens : on ne peut pas plus être fier d’être homosexuel que d’avoir deux reins ou une seule vessie, de posséder cinq orteils à chaque pied plutôt que quatre.

    Mais il y a évidemment encore plus savoureux que la « fierté » des folles à plumes fluo dans le cul : c’est le sérieux papal des petits curés progressistes (c’est-à-dire de vous, en gros) lorsqu’ils évoquent la

    1. lorsqu’ils évoquent la dite fierté, avec une onction et une gravité digne des causes les plus sacrées.

      Alors que, au fond, la « marche des fiertés » consiste simplement à se grimer en échappés d’asiles et à parcourir quelques rues d’une ville, en gâchant la journée de la moitié de ses habitants grâce au vacarme infra-musical que l’on produit.

      Car, évidemment, comme tous les semi-débiles, ces gens sont incapables d’être fiers en silence.

  6.  » ne vous méprenez pas, cette « cool-attitude » de la part d’un gouvernement des plus répressifs est une belle hypocrisie…..

    Juan, Il se pourrait que Marron vous surprenne. Je parie qu’il fera voter un projet de loi, à la fin de l’automne, pour que l’état prenne en charge les dépenses de cartons des SDF…..

    …………et ensuite, il leur fera payer la taxe foncière

    Oui je sais, mais c’était un essai pour blanche…

  7. Aïe et zut.. je n’avais pas lu votre billet Juan ! vous pouvez m’en vouloir -à force- aussi j’eus un résumé par la vidéo et par la chronique des commentaires ou inversement, avec la nouvelle d’une Marche (!) pathologie et souveraineté pré-présente en vitesse illimitée, à vue de nez, naturellement accompagnée du peu d’humour rituel, surprise idoine, ..pas là pour se marrer, surement pas avec qql espèce de noblesse ou dignité,
    sans dire ersatz, sous peine de passer pour un vieux con (tout arrive ?) non plus grand chose à dire, car pas certain d’avoir bien compris, ou l’avantage de vivre à Plouc city.
    J’appris le ‘stress collectif’, enfin pas vraiment car jaugé il y a longtemps l’époque neurasthénique,
    tête en l’air alors visionnaire ? (l’huile n’est pas magic ! dans la lampe) d’avoir tort serait davantage plaisant.

    Le Mali ? lancien (prim’s, info la Marche; le tour, fait) reportage & images sur la chaîne public; évidemment.
    Mais t’as vu « Aujourd’hui au Faso » quotidien burkinabé, ou « Le Pays » de Ouagadougou, ..qu’importe,
    il s’y dit : « l’Afrique encore en compétition à la coupe du Monde en Russie, via ses fils ! »
    ou « la France, 6° équipe africaine ! »
    hein, ..plutôt bon esprit, tant pis si il tiraille le point de vue, ni l’exagération a de patron, de maître,
    ignorent-ils la rancune.. sinon imitée sur celle du blanc, l’occidental, dont la raison (origine?) me sera tjs un mystère,

    autre passage, deux paragraphes:
    « Autant d’exploits et de bonheur qui doivent appeler l’extrême droite française à plus d’humilité, de sagesse, parce qu’on n’est jamais fort tout seul.”

    Et le journal burkinabé d’enfoncer le clou :

    « Les partisans de l’extrême droite ne doivent pas oublier que ce sont les immigrés qu’ils traitent de tous les noms d’oiseau qui sont en train de faire de la France ce qu’elle est actuellement et sera encore plus demain dans ce Mondial. »

    Chacun ses fiertés (et vive le sport)
    tout le monde est honnête; je ne connais personne avec un problème de miroir (se regarder dedans)
    ça existe, ainsi le suicide par ex.,

    C’est tout moi ! sujet: « plaisir », ..et plomber l’ambiance,
    (adaptation ?!)

  8.  » Elle provoque le sourire et le rire, sans violence, sans se moquer des plus faibles……. »

    Il paraît que Marron va évaluer ses ministres.
    Blanche n’est pas la seule à provoquer le rire sans se moquer des plus faibles..
    Un regard circulaire sur les membres de la bande, cette année passée, ne laisse aucun doute sur le fait qu’ils ont été tous très bons.

    Après avoir jeté un oeil distrait sur les projets de lois écrits par des groupes de technos (je suis très positif faut se les payer les lois fourre tout), nos chers ministres, se sont surtout attachés à bien lire les éléments de langage accompagnés pour n’oublier aucun mot important…

    Que celle ou celui qui en a vu un seul se relever devant le caîd ou se gratter la tête hors de sa présence, leur jette la 1ère pierre.

    A vrai dire, on peut même affirmer qu’ils prennent tous le risque d’une promotion par inertie..

  9. Ti suisse
    T’as raison, où placer sa fierté…..
    Tu sais que le Burkina est un des pays le plus pauvre du monde, mais arrive quand même à avoir des kalachs et des chars. Plus de munitions que de grains de blé.
    Pleurer sur l’ esclavage et voir certains de leurs descendants disputer la coupe du monde dans l’ équipe d’ un pays d’ hommes blancs ( oh dis donc), pays raciste colonialiste, esclavagiste…. et j’ en oublie……
    Tu sais, la fierté de voir ses jeunes se débiner du pays pour fuir religion,misère, trafiques, et crapuleries divers, ça laisse rêveur.

  10. Pour ceux que ça intéressent.
    L’ESCROQUERIE DU RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE : LA PREUVE PAR LES JOURNALISTES SCIENTIFIQUES !
    AUJOURD’HUI

  11. Blanche Gardin quand on le dit vite ca fait « ange gardien ». Je me demande si ce n’est pas l’ange gardien du patriarcat. Ses vannes sont ambivalentes du coup tout le monde se sent flatté même le violeur Polanski. En tout cas, c’est très fort d’avoir fait remettre le premier prix attribué à une femme par la femme en question, genre « elles s’accaparent nos prix ».
    Sinon il y a Typhaine D. dont l’humour ne fait pas plaisir aux mâles suprémacistes, par contre.

  12. J’aime beaucoup l’humour de Blanche Gardin…mais je n’aime pas les moliéres, ni les oscars ni les Césars …je n’aime pas qu’il y ait des perdants quand chacun mérite différemment mais autant !

  13. « Molière », « Oscar, « César ». Pas du tout genrés mâles ces noms de « distinctions » qui représentent toutes trois des hommes en or.
    « Oscar » tient même son zizi-épée à deux mains.
    L’extrême vanité masculine se pose là.

  14. « « Molière », « Oscar, « César ». Pas du tout genrés mâles ces noms de « distinctions » qui représentent toutes trois des hommes en or. »

    Alors même que tout le monde sait bien que 90 % de l’histoire du théâtre et autant de celle du cinéma sont dus aux femmes.

    1. Bah ouais, les mecs, ces grands génies (à condition de rester entre eux, bien sûr), interdisent pendant des siècles aux femmes d’écrire du théâtre, de peindre et de composer, de peur d’être surpassés, se réunissent au concile de Trente pour décider entre eux que les femmes sont nées pour passer la serpillière et que si elles ne sont pas contentes c’est le viol, la torture, le bûcher, la lapidation, l’emmurement vivant et autres inventions gé-ni-ales ensuite de quoi ils ricanent imbécilement : hinhinhin les meufs elles ont jamais écrit de théâtre, ces cruches ! Nous, les mecs on est des César ! Des Jupiter ! Des Supermeeeen ! On est absolument super ultra bons intelligents magnifiques insurpassables ! Prosternez-vous les meufs, les mioches, les bestioles, les astres ! Vous avez devant vous des DIEUX et que la chose, on sait pas quoi, là, qui crée des êtres vivants, la faune, la flore, tout ça, ferme sa gueule, on va lui montrer qui c’est le chef.

      Voilà pourquoi les humains chromosomés XY, ivres d’eux-mêmes, fabriquent maintenant des robots pour remplacer la VIE, cet affront à leur génie suprême.
      Jamais rien ne les dissuade d’éliminer la concurrence.
      Hantés qu’ils sont par l’angoisse de perdre la suprématie qu’ils se sont fabriqué de toute pièce par la terreur (mais chut faut pas le dire ils croient que c’est naturel).

      1. Toujours aussi frappée, vous, hein ? Ça fait tout de même plaisir, dans un monde où tout bascule cul par-dessus tête, de voir qu’il y a encore des gens qui ne changent pas, qui s’obstine à vivre dans leur petit univers fantasmagorique personnel. Chapeau bas.

        1. Tout ce que j’ai écrit sur la profonde stupidité masculiniste est parfaitement exact et vérifiable.
          Donc c’est qui l’éternel frappé qui coasse éternellement depuis sa mare, vexé que tout le monde le dépasse (Edouard Louis, Blanche Gardin. Médine, etc) ? C’est le Didi-égoût !

            1. Didi-Égoût et Av’arié c’est un peu Dupont et Dupond. Quand l’un dit un truc définitif bien coucouille, l’autre ajoute son petit commentaire à la « je dirais même plus ».
              Si jamais un cirque lunaire a besoin de deux clowns…

              1. M’dame Euterpe,

                (Av’Arié: quel humour ! Il y a aussi Sal’Arié, Ar (r)iété, etc: depuis la maternelle -c’est votre niveau -je les connais toutes )

                Vous êtes l’inverse de la féministe que vous croyez être; car vous ignorez l’existence des femmes hétéro ou bi qui prennent plaisir à faire l’amour, mais aussi tout simplement à partager la compagnie et les propos de certains de ces êtres pourvus de couilles que vous haïssez tant ;si,si: je vous assure que ce genre de femmes, ça existe, même si vous n’en ferez jamais partie (sans parler de celles qui aiment dominer les hommes, et des hommes qui aiment être dominés par les femmes) .Non, le féminisme, ce n’est pas votre haine de tous les hommes.

                Vous voyez : vous n’êtes pas venue pour rien, je vous ai appris quelque chose.

                1. (suite )

                  Et il y a aussi des hommes qui,sans avoir fait des études approfondies de médecine, connaissent l’existence du clitoris et son importance…

                  1. « Et il y a aussi des hommes qui,sans avoir fait des études approfondies de médecine, connaissent l’existence du clitoris et son importance… »

                    Important pour qui ?

                    1. C’est très important (enfin, pour moi : chacun ses goûts. ..) de faire plaisir aux femmes qu’on aime, non ? Parfois plus qu’à se faire uniquement plaisir à soi-même, ce qui s’approche de la masturbation ou (pas encore essayé, tiens ) de l’amour avec des poupées gonflables.

                      (grâce à M’dame Euterpe, les commentaires de ce blog deviennent enfin intéressants )

                    2. Breaknews : Did’Arié découvrant le clitoris à l’âge de 168 et demi à eux deux. Comme c’est émouvant (lol).

                2. Le pire c’est qu’il croit ce qu’il dit :DDDD. Votre vanité est une source inépuisable d’hilarité.

                  1. En fait, je répondais à votre fine analyse sur ma personne. Colossale la finesse, chez vous.
                    Et puis c’est normal en bitocratie de parler cul, vagin et clitoris quand on parle féminisme. Les femmes c’est juste des sexes, non ?

                    Ou pas ?

                  2. Je dois remercier M’dame Euterpe, sans laquelle je n’aurais jamais su ce qu’est un clitoris.
                    Ce blog est de plus en plus instructif ; il faudra maintenant qu’elle m’explique ce que signifie ce mot de « couilles  » qui parsème tous ses commentaires et auquel elle semble réduire tous les hommes. ..comme si je n’avais pas une âme, moi ! (zut, c’est vrai que je n’ en ai pas. ..elle a finalement raison, la dame !)

                    1. (suite )
                      Et puis,M’dame Euterpe, vous savez, les couilles, à mon âge…Je discutais l’autre jour avec un copain :

                      « – Tu te souviens du temps où nous courions après les filles ?
                      -Oui, oui, je m’en souviens ; mais j’ai oublié pourquoi  »

                      Heureusement, comme vous venez de me l’apprendre, il reste le clitoris ! Envoyez-moi votre photo, pour qu’éventuellement nous prenions langue.

          1. Euterpe

            Je trouve que vous êtes dur(e) avec ceux qui sont venus en ce bas monde avec une paire de baloches, ce qui est mon cas

            En plus de ces outils mais finalement assumés avec joie, la vie (Dieu, pour ceux qui pensent qu’il est dans le coup), m’a donné aussi des yeux et des mains.
            C’est sûr que si on résume çà à la compétition, le dossier est vite bâclé, mais il y a des subtilités qu’il faut relever.

            Avec tout ça donc, à part aller au couvent dès la maternelle, lorsque je rencontrais dans la rue de jolies personnes, la stupidité masculine aurait été alors de détourner les yeux, au risque de me péter contre un poteau de stationnement.
            J’aurais personnellement considéré comme une autre stupidité masculine, le fait de refuser d’apporter ma modeste contribution à la création, et il aurait été très égoïste de ma part de décliner une invitation à quelques moments de tendresse dans ce monde de brute.

            Excusez moi d’avoir posé le décor parce que je ne comprends pas bien votre dureté à l’égard de l’homme. Il y a aussi des doux, des gentils, des tendres vous savez. ….

            1. Voyons, mon cher, vous devriez savoir que les féministes post-modernes – celles qui s’obstinent à voir des géants où il n’y a que des moulins… ou des éoliennes – sont le strict équivalent des punaises de sacristie du XIXe siècle et des bigotes de tous les temps : de celles qui vouent aux gémonies ce qui les attire et les effraie à la fois. Elles doivent représenter 2 à 3 % des femmes et, finalement, elles sont plutôt attendrissantes.

            2. Stanislas : je ne parle pas ni de rapports amoureux ni de cas particuliers, je parle de la domination masculine.
              Elle est aussi dénoncée par des hommes. Des tas d’hommes en ont marre d’elle. Et il y a toujours eu des hommes qui la dénoncait. Dans des temps reculés beaucoup ont fini brûlés par les suprémacistes. Les autres ont dû se cacher.
              Aujourd’hui, on se fait énormément insulter. Comme ici.
              Ce film par exemple a été fait par un homme qui a exploré la mentalité masculiniste dans le but de la dénoncer, y compris en montrant les femmes qui sont fières de répondre aux clichés masculinistes et qui croient ferme dans les valeurs masculinistes.

              1. Ma chère, personne ne vous a insultée (« Frappée » relevait uniquement du diagnostic…). en revanche, la manière dont, comme tous les gens dénués d’arguments, vous avez déformé les noms de M. Arié et de moi-même, pourrait être considéré comme insultante, si jamais qui que ce soit s’intéressait à vos délires post-modernes. En tout cas, c’est un travers qui en dit long sur vous ; de même que votre irrésistible propension a ramené systématiquement les couilles dans n’importe quelle conversation.

                Quant aux pauvres petits mâles dont vous parlez, ceux qui pleurnichent pour être admis dans les cercles que vous fréquentez « comme des femmes à part entière », une chose est absolument et tristement certaine : jamais aucune femme ne s’intéressera à eux (sur le plan sexuel, veux-je dire), y compris dans vos propres cercles.

                Car, chez les féministes comme chez les femmes normales, ce sont, in fine, les muqueuses qui commandent. Et les muqueuses préfèrent toujours les maîtres-nageurs aux tristes avortons qui passent leur temps à s’excuser d’être ce que, en réalité, ils ne sont jamais parvenus à être.

                Lisez les romans de Houellebecq : vous comprendrez tout.

                1. Je ne me souviens pas avoir jamais rencontré une féministe,; ou alors elles n’ont pas osé me le dire mais j’en doute…

                  Faut dire que les femmes que je connais et que je rencontre, savent que j’ai toujours une bonne histoire de cul de derrière les fagots pour détendre l’atmosphère. ..
                  Le jour où j’en rencontrerais une ou plusieurs, je parlerai politique, voilà tout…

                  1. ah ouais ! t’en a une là.. une balèze histoire graveleuse, tutto et tutti, avec ou sans Toto, ni rien à cirer de sa trombine (!) on sait bien que la haut il ne se passe pas grand chose (ça se saurait; ni rigolo !)

                    1. Ti SUISSE

                      Je prends le risque de perdre ma réputation d’homme modéré..mais bon. puisque tu sors de chez le dentiste…

                       » il était une fois une femme qui entrait chez le dentiste avec un air un peu bizarre. En entrant dans son cabinet, elle enleva tout de suite son pantalon et sa petite culotte et s’assit sur la chaise du dentiste, qui avait un air très étonné.

                      Sans attendre un instant, il dit à la femme: « Je crois que vous vous tromper de spécialiste madame, vous êtes chez le dentiste ! »

                      Et elle de lui répondre : » Je sais très bien, et je sais que c’est vous qui avez posé le dentier de mon mari, alors allez le chercher ! »

                2.  » Et les muqueuses préfèrent toujours les maîtres-nageurs aux tristes avortons qui passent leur temps à s’excuser d’être ce que, en réalité, ils ne sont jamais parvenus à être…… »

                  J’aime bien la manière de présenter la chose….

                  D’ailleurs je me suis souvent demander ce qu’il en était réellement de ces histoires de « pouvoir » entre sexes, à côté des hommes de pouvoir il y a fréquemment des femmes de l’ombre qui inspirent fortement les décisions…

                  Tiens la bribri, je suis sûr que c’est elle qui a le futal à la baraque…
                  (C’était juste pour illustrer au cas où l’idée soit mal présentée..)

                3. « frappée » n’est pas une insulte et relève du diagnostic du bon docteur Didi-Égoût, télépsychiatre diplômẃ qui consulte uniquement sur fil de commentaires au cabinet « Juan » gratuitement et sans même qu’on le lui demande !
                  Je vais vous dénoncer pour concurrence déloyale.

                4. Bien le bonjour à votre chère et tendre Muqueuse pour laquelle vous remuez la queue, à savoir Bobonne Goux qui a le grand mérite ne pas être dé-goux-tée ni par votre laideur visible ni par votre hideur mentale.
                  On devrait la décorer.

  15. Pourquoi pas le redire.. j’aime les gens, les genres et les animaux (aussi les plantes; sauf le moustique)
    mon côté feignant probablement: trier est d’un chiant !
    certes je ne connais pas d’eskimos, ni je désespère,
    avec un peu pot, ils ne me feront pas mentir.

    Ainsi, qu’il soit jaune ou mauve, grand, gros, chauve, féminin ou musulman, m’indiffère.
    Mais! dit le capitaine de vaisseaux, qu’importe son âge
    ou non alpin: « faut pas faire chier le marin. »
    Énoncé autrement:
    pas grave si affidé, mais le zélote, disons le radical (ou dogmatique) est gonflant; version polie.
    Pareil à celui qui doute trop, le même en certitude.

    °°° °°
    4 juillet, ou « petit plaisir » ..alors Quiz !
    j’ignore (posture machinale néanmoins usuelle; héhé)
    ce que l’on gagne; je trouverai, ..comme la solution !
    Deux questions :
    chacune 1 point (facile!)

    – « travailler pour de l’argent », ..est-ce possible ?
    /des gens, façon humains, en seraient-ils capables,

    – sauriez-vous compléter le dicton finissant par « d’abord » ?
    /tel tout dicton? ..usage, utilité et locuteurs multiples,
    qql indice: il est un principe formulé par l’officier du navire en train de sombrer, adressé et concernant une paire d’individus (sorte, espèce) l’un souvent dans nos pattes à couiner, sinon roupiller (avant d’hériter) l’autre dans notre lit, option: sa cuisine.
    (assurément mes préférés)
    Dont la considération, à mon avis, laisse-à-désirer,

    vous avez jusqu’à Noël,

  16. Bon sinon ce billet a éveillé ma curiosité sur le show de Blanche Gardin pour lequel elle a obtenu sa distinction. Je l’ai donc regardé.
    C’est drôle, effectivement, mais il est difficile de faire plus graveleux.

  17. Crotte ! mon ignorance, jamais loin, ..refait surface,
    mais! peut-être m’aideriez-vous ? (aïe-aïe)

    voilà: je ne sais-pas (!)
    ..quel est le con ou la conne, cela va de soi (évidemment) le quota étant quasi, presque similaire,
    peut-être préciser: nul en maths et démographie,
    ou que, par ex., l’armée (Big Entreprise!) à défaut d’être un » fléau de Dieu » ..hélas et surtout pas!
    on devine aisément, si qql amazone (ni dit qu’elle se courre après) s’y frotte, est mal barrée.
    (nous savons l’histoire une science dangereuse)

    – Qui ??! ..inventa le discernement ?

    sûrement pas Dieu; ni sonné,
    surement pas Caïn ou Frédégonde (elle, étymologie: Paix & Bataille, fried & gund; chouette programme; exécuté)
    ni Van Damme ou Lara Croft,

    eh, sans déconner (ce qui est rare) même pas j’ai le moindre ti bout d’une petite idée (rare pareil)
    (et) pendant que je suis là: demander pour l’humour,
    j’ose: etc.,

    j’oubliais ! (long time no see) vive les Femen !
    le paradoxe ? aussi la contradiction, est (tjs) camarade des dimensions appréhendées (ou savoir compter?)

  18. Titre d’un article du canard enchainé de cette semaine :

     » retraites « les caisses menacées par le casse du siècle  »

    Ca fait plaisir de se sentir moins seul, mais surtout se savoir que des vrais journalistes appellent un chat, un chat, dès qu’il s’agit d’expliquer le fondement simple de l’esbroufe d’envergure du gouvernement Marron et une bande de technos non élus qui veut faire main basse sur les excédents accumulés ici et là depuis des décennies. .

    Le plus farce de l’histoire, c’est que selon les sondages, ce sont les retraités qui accordent le plus leur confiance à ce gouvernement de salariés à la pogne des groupes privés financiers et non financiers…

    Je vous encourage à nouveau à lire un opuscule assez accessible de Jacques Rigaudiat « la dette, arme de dissuasion massive ».

    Oui Mesdames, Messieurs, la France a des actifs accumulés depuis des décennies, actifs et biens communs payés par des générations de pékins…

  19. Sinon pour les suprémacistes blancs mâles, une triste nouvelle (pour les autres une plutôt bonne nouvelle) la fille du bras droit d’Hitler, Heinrich Himmler, vient de mourir à l’âge de 88 ans. Jusqu’au bout Gudrun Burwitz resta fidèle à son pôpa et à ses idées. Peu le savent mais elle créa une organisation d’aide aux anciens nazis dont profita, entre autres, le « boucher de Lyon », Klaus Barbie.
    Gudrun Burwitz n’a malheureusement pas pu dissocier l’homme et ses qualités paternelles de l’idéologie qu’il servait.
    https://www.t-online.de/nachrichten/wissen/geschichte/id_84024534/heinrich-himmlers-tochter-arbeitete-fuer-den-bnd.html

    1. Une piété filiale émouvante, qui mérite d’être saluée, en cette époque de salopes dégénérées (et souvent gouines, en plus).

      1. Oula ! D’où vient ce parfum de cloaque ? Ah ok, c’est juste le didi des égoûts qui a encore pété.

  20. Aah bravo Blanche ! ..je pensais le sujet relativement paisible (si-si, parfois) à défaut d’être risible,
    diable et certes, on ne peut pas tout avoir (on le saurait !)
    quant aux rêves, relèvent de l’intime, ni contrôlables.

    On s’écharpait (tiens? conjugué au passé) vaille que vaille, en famille (expression* n’est-ce pas) j’ose: bonhomme,
    pas dit ronronnant, puisqu’un chef (*) se débrouillait tjs pour y poser sa patte, telle une surprise,
    accompagnée le plus souvent de sa gueulante; ni tjs.
    Chacun son style, sa façon, faconde, mordache (suisse; javanais, pidgin, argot) pirouette & cacahuète,
    bien sûr, chacun sa susceptibilité (etc.)
    ou ses affections, ses poteaux, ses pétasses (aïe)

    Était-ce trop beau ? (pas assez belle ?)
    Oh, des insultes ont volé ! (pas compté; désolé) aussi des jugements, et des patins et des couffins,
    « ok c’est bon Jaco, on a le tableau, lâche le pinceau »

    Aussi, qu’importe (!) d’être copain ou pas, avec Didier, ou lancien, Elie, Sylvie.. gnâgnâ..
    je désapprouve, et le dit, l’usage (ensuite l’us ?!) du pseudo ou ce qui y ressemble, tripatouillé en vulgarité,
    par exemple; et autre préjudice physionomique.
    Ne doit-on pas.. se moquer des handicapés ?!
    Perso: « j’ai besoin » des autres, Et commentateurs ! son tri (déjà dit) me casse les bonbons, ou! ne vous regarde pas.
    Point.
    NB, quand le Monde sera à Mon Image (chic & chouette !)
    ..je vous vendrais des cordes pour vous pendre (= €€€ !)

    Ni je m’inquiète ! le complexé, jaloux, étriqué, vaniteux, ..e tutto, n’a aucune chance (aucune!) de disparaître,
    zut, ..j’oubliais le macho.
    De preciser, j’aime bien les pétroleuses (ouiz, un kif pour les gonzesses, en particulier l’emmerdeuse)
    mais beaucoup moins son ‘troll’ porté,
    C’est tout.
    Une phrase de Cioran sous le coude, peut-être plus tard,

  21.  » Tu te souviens du temps où nous courions après les filles ?
    -Oui, oui, je m’en souviens ; mais j’ai oublié pourquoi »…………

    La réflexion type de mecs qui n’ont jamais joué au foot. On courait après les filles pour continuer l’entrainement entre deux matchs ou pendant l’inter saison…. .

    Bon allez ; l’honnêteté m’oblige toutefois à dire que dans les années 70, on n’avait pas besoin de courir beaucoup, les dames étaient souvent disponibles pour nous apprendre le tricot..

    1. faut dire qu’à l’époque, en campagne, il n’y avait pas la télé, pas de cinéma et pas de réseaux sociaux.. alors que restait il pour occuper les longues soirées d’été et d’hiver..?
      L’ébénisterie,.
      C’est comme ça que j’ai appris à faire un assemblage tenon-mortaise..

      Aujourd’hui c’est bien utile, pas besoin d’aller chez Ikéa

  22. (nickel Stan, l’histoire du vagin hier ! tiens, j’y retournais cette aprèm; pas le gynéco, l’autre)

    En parlant de vieux et de baloches, Robert me disait,
    ..autre Bob, pote d’Edouard mon pépé, eux dans leur jeunesse courraient après le boche (bref)
    – « quand les besaces dépassent le fusil [besoin de dessin?] t’es près de la fin, donc du plaisir »

    Ils sont morts, évidemment.
    Merci de qql legs (…)
    le goût de l’image (héhé) le boulot (bof) l’amitié, les rencontres, le partage, le respect, et les copines !

    Robert Bel, Edouard Conus, l’un les bagnoles (gazogène en 40) l’autre les fromages (parabellum à l’intérieur)
    ont leur page Google,
    /marrant, ..l’héritier accole un prénom à sa société autre que le sien; une respectabilité, légitimité ‘disparue’ ?
    autre sujet,

  23. Vous voyez, Madame Euterpe (qui ne pousse pas le courage jusqu’à parler en son nom propre) : personne ne vous prend au sérieux, même ici, sur ce blog de progressistes ravagés. Cela vient entièrement de vous, je vous assure : ces expressions ridicules (« blancs suprémacistes »), qui vous font ressembler à ce pauvre Gauche de Combat, qui voit du fascisme partout, ruinent d’avance tout ce que, éventuellement, vous pourriez avoir à dire. Et, du coup, montrent que vous n’avez rien à dire, que vous ne comprenez rien à ce que peuvent être les rapports entre les hommes et les femmes, comme me le confirment les femmes qui m’entourent.

    Vous êtes aux femmes « normales » ce que les « gay-prideurs » sont aux homosexuels : une triste caricature. C’est en tout cas ce qu’elles disent.

    1. Monsieur Didier Goux..

       » sur ce blog de progressistes ravagés. »

      Progressiste peut être, ravagé, possible, mais je souhaiterais que vous fassiez preuve à l’avenir de discernement en remarquant ma lutte solitaire et insonore contre le mouvement politique « en marche », qu’on peut déjà qualifier d’ « escroïsme ravageur ».

      Merci….

          1. Ah, mais j’ai toujours été anti-Macron, moi ! Dès le soir du premier tour de la présidentielle (mon journal en fait foi), comprenant qu’il était d’ores et déjà président, je l’ai surnommé « le syndic de faillite ». Je n’ai pas changé d’avis depuis.

            La différence entre nous, c’est que, moi, je m’en fous.

            1. Je ne sais pas de qui je tiens, j’avais peut être des ancêtres hargneux

              .., j’aimerais vraiment bien m’en foutre mais je n’y arrive pas…. et pourtant plus conscient que moi que je ne suis rien, il n’y a pas..

              1. Ce n’est pas une question de hargne, plutôt de « désespoir ontologique », si je puis me permettre cet accès de pédantisme. Comme je pense que nous sommes presque déjà morts (nous, Occidentaux ; nous, Européens), les modalités de l’agonie m’indiffèrent.

                Vous, au fond, vous êtes un optimiste.

                1. Perso (de quoi je me mêle ?!) reconnaître, du verve voir et lire chez Didier qql similitude; pas dit littéraire, disons politique, ..n’engage que moi (donc responsable de la baffe qui suivra)

                  Heureusement: pas la même vallée, ni ambition, ni l’idoine étanchéité cérébrale (plus bas: pas mes oignons) ou autre conception du genre, pourtant à l’issue connue et déterminée, aussi partagée (l’idée; funeste) j’en déduis que je suis -aussi- un optimiste.

                  Pas dit insouciant, ni l’autre bilieux.
                  Serait-ce les enfants, les chats ?
                  Ou autre connerie ?

                  J’en sais rien.
                  Déjà je suis mal né, swiss frouze! et mâle blanc! je ne vois qu’une alternative,
                  autre que justif sur un réseaux (hahahah!)
                  celle d’accabler mes parents ! et ceux d’avant, ..

  24. Si Blanche Gardin savait que je lui vole la vedette sur un blogon parlant d’elle… hihihihi… Cela dit, vu que c’est auprès de régressistes très faisandés qui ne rient qu’aux blagues de Jacqueline Maillan, c’est pas si glorieux.

Les commentaires sont fermés.