Les 12 éléments de langage macronistes contre le BenallaGate

Voici 12 éléments de langage entendus durant le weekend (avant, de mercredi à vendredi, les macronistes officiels étaient globalement aphones), et 12 réponses rapides.

#1. « C’est un complot des insoumis », les insoumis les savaient depuis début mai et ils ont attendus le milieu de l’été pour dévoiler l’affaire (NDR: c’est le MONDE qui a révélé l’affaire). Pire, ils étaient de mèche avec les prétendues victimes. Réponse (scoop) : Benalla a bien frappé, il a été filmé d’ailleurs; un témoin photographe affirme que les deux victimes n’avaient rien de menaçant.

#2. Puisqu’ une grande partie des images permettant d’identifier les violences d’Alexandre Benalla émane d’un militant insoumis, les faits ne sont pas si graves. Réponse: argument sidérant et effrayant.

#3. Macron n’y est pour rien. D’ailleurs, il était « en voyage le 1er mai (une journaliste de Paris Match). Réponse: c’est au pire faux, au mieux prématuré de l’affirmer puisque l’enquête débute. Macron a été mis au courant dans les heures qui ont suivi. Benalla est également très proche de Macron.

#4. Benalla a été sanctionné immédiatement. Réponse: #lol… 15 jours de suspension administrative puis il est retourné au service, notamment pour un sommet de l’OTAN ou l’escorte des Bleus après la victoire. « Je ne comprends pas pourquoi Alexandre Benalla n’a pas été viré le 2 mai » explique la députée dépitée LREM Sonia Krimi. Nous non plus.

#4bis Variante: Macron a réagi immédiatement « dès qu’il a eu connaissance des faits » la semaine dernière. Réponse: doublement faux. Les faits se sont déroulés le 1er Mai. Macron a été prévenu immédiatement. Il n’a pas jugé bon de faire plus qu’une suspension administrative pour des faits de violence par son garde du corps. Il a attendu près de 3 mois, et a réagi une seconde fois tardivement (vendredi matin, deux jours après les révélations du Monde).

#5. Il n’y a pas d’affaire d’Etat puisque … la majorité macroniste a accepté une Commission d’enquête; la commission des Lois de l’AN va auditionner quelques responsables; l’Inspection Générale de la Police Nationale a été saisie; et le Parquet a ouvert une enquête préliminaire. Réponse: c’est presque l’inverse. La Macronista a caché les faits durant deux mois et demi et maintenant tout éclate enfin. Choisissez les qualificatifs qui vous conviennent, les faits importent et les mots ont un sens.

#5. L’opposition exagère, elle fait de l’obstruction. Elle en fait trop. C’est l’alliance des contraires. Quelle horreur ! (Extrême) droite et (extrême) gauche s’unissent contre les gentils modérés. Réponse: belle diversion que d’attaquer les messagers ou les relais plutôt que de répondre sur le fond.

#6. Cette affaire est montée en épingle. Il ne faut pas en faire tout un plat, ils ne sont qu’une poignée de barbouzes. Réponse: argument sidérant.

#7. Le sommet de la Macronista est resté silencieux (Macron cesse même de tweeter… Philippe part sur le Tour de France), voire absent de l’Hémicycle (Castaner) pour ne pas  interférer dans l’enquête judiciaire en cours. Réponse: #lol

#8. Comme il n’y a rien contre Macron, « ils » s’en prennent à sa femme Brigitte. Réponse: Benalla s’occupait de la sécurité de Brigitte Macron également.

#9. Les barbouzes de l’Elysée avaient le droit d’agir le 1er mai puisqu’il y avait danger. Réponse: des preuves ? Tout indique le contraire, notamment les videos et les témoignages.

#10. L’affaire est « compliquée« . Réponse: qu’est-ce qui est « compliqué » ?

#11. Les Français s’en fichent, la preuve, personne n’en parle sur Facebook. Réponse: #lol.

#12. Il y a plus important à traiter que de s’occuper de cette affaire maintenant que la Justice suit son cours. Réponse: plus de deux mois de silence et d’étouffement plus tard il faudrait détourner le regard ? C’est au contraire la pression médiatico-sociale qui fera avancer l’enquête.

Publicités

Le Watergate d’Emmanuel Macron

Cette affaire ressemble au Watergate.

Les faits stricto sensu sont évidemment très différents – le Watergate était l’un des sièges du Parti démocrate où des poseurs de micro ont été arrêtés. La double enquête journalistique a permis de remonter quasiment directement … à la Maison Blanche.

Dans l’affaire des barbouzes de l’Elysée, on retrouve ce même lien direct entre des délinquants et le bureau même du chef de l’Etat.

C’est triste et fascinant, incroyable, peu croyable.

« Et en même temps »…

Le sentiment de toute puissance semble habiter la Macronie depuis sa création ex-nihilo.

 

 

 

Chanson du dimanche: lapin blanc

Pourquoi je soutiens le Media

Le Media aurait vécu sa première vraie crise de croissance, à en croire quelques confrères pas toujours bien attentionnés.  Le nouveau media a tous les défauts des autres médias: c’est un journal qui demande beaucoup, peut-être trop; c’est une entreprise qui gère sa vie interne du salariat et du management, qui a ses conflits et ses réconciliations.

Ainsi a-t-on beaucoup commenté les arrivées, les départs, la gestion et la personnalité de celles et ceux qui le composent. Le tout avec une attention que d’autres médias n’ont pas.

La Media a des difficultés financières. Quelle surprise ? A part le supplément publicitaire hebdomadaire du Monde, la presse financière, l’Opinion financée par quelques actionnaires anonymes, Le Canard Enchainé et le Figaro de la famille Dassault, la presse est fragile.  BFM a couté des millions avant d’être rentable, CNEWs est un gouffre. Qui a des actionnaires puissants pour laisser un journal audiovisuel prendre son envol ?

La mauvaise presse – au sens littéral du mot « mauvais« , c’est-à-dire, celle qui veut du mal et le fait parfois avec talent – affuble le Media du complément « proche des insoumis ». C’est de bonne guerre.

Moi-même, je lis avec assiduité Le Monde proche de Macron, Le Figaro proche de Sarkozy, Libération proche du PS, L’Obs proche de Macron ou du PS, L’Express proche de Macron, Le Point  proche de Macron, Challenges proche de Macron, Les Echos proche de Macron, l’Opinion proche de Macron. Je regarde les actualités de  TF1 proche de Macron, France 2 proche de Macron, France 3 proche de ?, M6 proche de Macron, LCI proche de Macron, BFM proche de Macron, CNEWS proche de Macron ou de LR. J’écoute parfois Les Grandes Gueules proche de Le Pen, l’humour de France Inter proche des insoumis, le traitement politique de France inter proche de Macron.

Je m’efforce d’affubler chaque média de son trait politique dominant. Faites de même, cela repose.

J’aime le Media malgré ses défauts de jeunesse, pour une raison essentielle: le Media s’efforce de couvrir une actualité qui attire peu, pas, ou moins l’attention de la presse de la France d’en haut: celle des luttes sociales,  des mal-nés, des mal-logés, des invisibles, de l’envers de la « start-up nation« . Une actualité de la lutte d’une classe contre toutes les autres, pas encombrée de ces religions qui nous fatiguent non plus.

Un media progressiste de plus, cela fait du bien. Comme les Jours, Mediapart le Canard, Charlie, le Bondy Blog, Regards, Fakir, Bastamag, Politis ou quelques autres, la petite galaxie indépendante, qui parfois se déchire en son sein, mérite notre attention.

 

Les Bleus contre les bleus

La victoire de notre équipe nationale est réjouissante. Réjouissante car symbolique à plus d’un titre.

Point.

Ensuite, le reste peut provoquer nausée et tiraillements.

La rapidité et le soin apportés à la récupération macroniste ne surprennent pas. Jupiter a répété son geste de victoire. Il a pris soin de se faire photographier par l’agence TASS. Puis le cliché de double bras tendu a été publié. Il fallait récupérer, incarner la macronista dans cette victoire.

Faire oublier les bleus d’une politique clivante, xenophobe, antisociale grâce à ces Bleus black-blancs-beurs, la tentation est grande. Le jeu donne la nausée.

« On est champion!! »

Mais qui est champion ? Les 11 Bleus, la vingtaine de l’équipe, leurs entraîneurs et le brillant Deschamps.

Merci à la patrouille de France

L’équipage de l’avion qui s’est autorisé à lâcher du rouge plutôt que du bleu lors de son passage aérien au-dessus du jeune monarque sur les Champs Elysées le 14 juillet 2018 sera sans doute sanctionné. Pourtant, cette erreur humaine a plutôt suscité amusements que commentaires rageux, et ce fut heureux. Merci à al patrouille de France d’avoir rappelé que l’erreur est humaine.

En ce weekend caniculaire, chacune et chacun attendait surtout cette finale footballistique.

J’hésite encore à profiter du plaisir du spectacle, la joie est communicative et celle-là, bigarrée à souhaits, l’est assurément. J’imagine aussi la rage haineuse et raciste qui s’exprimera si les Bleus perdent cet après midi face à la Croatie. Il y a 20 ans, la joie était immense, mais nous sommes à un autre moment. Depuis cette fameuse coupe Black-Blanc-Beur, nous avons connu le 11 septembre 2001, les Le Pen à deux reprises en finale de l’élection présidentielle, la droite furibarde, la haine sécurité, le terrorisme islamiste, et les attentats de 2015-2016 en France.

Quelque soit l’issue de cette finale, notre sentiment collectif sera différent.

Nous sommes collectivement différents.

 

 

 

(Une heure avant le match France/Croatie, 15 juillet 2018. )