Médine, loin des clichés

Je suis tombé par hasard sur cette interview de Médine, ponctuée de reportages (voir celui sur Amina, jeune boxeuse havraise coachée par Medine). Elle vaut le coup d’être écoutée sur la longueur.

Je ne suis pas fan, loin de là, de ce rap-là, mais l’entretien, qui provoquera indifférence et/ou railleries de certain(e)s, mérite le détour. Il révèle la personnalité d’un gars qui s’interroge, qui reconnait que sa chanson Jihad d’il y a une décennie n’a aucune chance d’exister aujourd’hui car elle choque trop.

Caroline Fourest s’est vautrée quand elle expliquait que Medine appelle à la guerre. Et en même temps, le garçon s’amusait à faire des quenelles. On dirait qu’il a une fascination a marcher plus ou moins droit sur le fil rouge de nos excitations.

« Si j’ai un mode de vie, ce mode de vie est pour moi. J’espère de ne pas les imposer. »

Lâchez-vous.

« Je fais peur aux fainéants ».

Publicités

Chanson du dimanche: « oui, je le veux »