Le Media à la rentrée, enfin.


Il s’est lancé comme il a pu.

Qui pense qu’il est simple de lancer un média ?

Il a affiché ses options politiques, contrairement aux autres qui les cachent mais nous les assènent. Ce fut sans doute son premier tort et sa plus grande qualité.

Il a aussi expliqué qu’il se voulait indépendant des forces de l’argent, qu’il serait différents du Parti médiatique. il s’est logiquement aliéné les grandes gueules de l’éditocratie dominante. Les braillards du parti médiatique n’aiment pas qu’on les défie et, surtout, ils peuvent brailler en toute tranquillité.Ils font cela à longueur d’année.

Brailler est même une preuve de vassalité bienvenue.

Bien sûr, il a fait des bêtises, commis des conneries, souvent réjouissantes. Il a été un bol d’air frais dans cette Macronista rance et dense où le temps de la lecture et de l’écoute a été autre chose que ce que nous sert à longueur de journée.

Comme chez d’autres, le Média a été transpercé par un conflit interne au début de l’été. L’ancienne patronne Sonia Chikrou, qui se défend de toute malversation, est accusée d’avoir facturé trop via sa propre société. Mediapart a sorti l’info la semaine dernière.

Dans quelques semaines, la rentrée. La nouvelle direction du MediaTV a déjà expliqué que le journal va changer aussi dans son fonctionnement interne: pas de contrats précaires, (notamment celui d’auto-entrepreneur, largement utilisé par l’ex-direction.). Pour sa saison 2, le Media a précisé à ses participants qu’ils  se verront proposer un CDI. N’imaginez le même engagement chez bien d’autres organes de presse plus installés. Le Media s’impose quand les autres disposent.

Dans quelques semaines, la rentrée, vivement cette rentrée. Il parait que le Media ne reprendrait peut être pas son JT quotidien, trop coûteux à produire. Il me semble que l’exercice était en effet lourd, trop lourd, pour un environnement qui n’a rien à voir avec celui plus encadré de la télévision. Internet est un espace bien vaste où la simple reproduction  de formats télévisuels classiques n’est pas adéquat: le format peut être court (Brut, par exemple) ou long (les Jours), sérieux (Mediapart) ou drôle (Osons Causer), posé ou polémique, mais pourquoi s’embarrasser de la forme télévisuelle classique ?

Le Media peut contribuer à fournir un autre regard, porté par le format video. Mais il a beaucoup à penser et à panser. Il faut redémarrer, se montrer peut être moins agressif contre le reste du monde sans pour autant abandonner cette rage froide qui nous saisit toutes et tous, injecter de l’humour car il faut bien rire parfois.

Longue vie !

 

37 réflexions sur « Le Media à la rentrée, enfin. »

  1. L’intérêt du journal était de proposer une alternative à la messe télévisuelle dont les gens ont l’habitude. J’espère que les chroniques liées au journal ne disparaîtront pas. Je pense à la météo sociale, qui était assez bénéfique. Présenter des mouvements sociaux dans le monde et pas juste franco-français permet d’éviter le délire « y’a qu’en France que nous faisons grève ».

  2. Les histoires internes c’est toujours un peu lassant… L’essentiel c’est ce qui en sortira et la manière dont les choses vont évoluer… Le temps nous dira… Patience…

  3. Lorsque Maurice et Jeanne Maréchal ont fondé le  » Canard Enchainé « , durant la grande guerre, leur ambition première était de lutter contre  » le bourrage de crâne « , ce que ce journal s’efforce de faire encore aujourd’hui . Que le Média, présentement, lutte contre le service de la soupe par la grande presse écrite et télévisuelle doit être encouragé . Marre des « éléments de langage  » !

  4. Le Média nous sert sa pensée unique, celle de Lordon, et est donc condamné à péricliter, comme tout média dont les contenus sont prévisibles ; aujourd’hui, seul Le Monde Diplomatique arrive à produire des articles originaux et bien structurés hors libéralisme économique.

    L’avenir du Média est de se transformer en une sorte de blog tenu à plusieurs, avec une toute petite poignée de suiveurs fidèles. Suiveurs qui s’apparentent à une secte : voir ci-dessus la réaction de Sylvie sur le travail pseudo-bénévole de Chirikou, et imaginer ce qu’elle aurait été si la même information concernait un média pseudo-bénévole de LREM. ..

    1. La pensée unique de Lordon ?! Elle est cocasse celle-là.
      Lordon écrit sur le monde diplomatique d’ailleurs, peut-être est-ce un organe de pensée « unique » ?
      En tout cas, tant que ce n’est pas une pensée inique, moi ça me va.

      1. Chuuut… Ne le perturbez pas… Il rame dur depuis que Marianne l’a remercié…

        ***

        1. @ petite plume perdue

          (toujours un mot gentil pour moi,ça me touche énormément ); oui, viré de Marianne en même temps que Juan et quelques autres. ..mais, contrairement à Juan, je ne me sens pas l’énergie d’ouvrir un blog pour répéter toujours les mêmes choses.

          1. Sincèrement je vous remercie de me remercier pour ma gentillesse, ça me touche énormément…
            Vous voyez bien que je suis toujours là pour vous faire des compliments surtout quand vous les méritez en ramant si dur ! Je vous trouve très gribouille ces temps-ci…

            ***

            1. @ petite plume perdue
              …et ça ne s’arrangera pas avec les années qui passent. ..
              Bon, 80 ans en octobre, je trouve que c’est largement suffisant; je me suis bien amusé, j’ai fait mon numéro, mais je crois qu’il serait temps de quitter la scène .

              1. à défaut Elie (pas dit au pire; rarement juge, sinon peut-être du meilleur) je vous croisais,
                ..et me fait penser à qql propos échangé l’autre jour avec Sylvie Haller (la fille de Bernard) une vieille copine -par la force des choses- à qui je disais, toujours le goût de la pirouette sans crainte du ricochet, un théâtre ou sa comédie en fond d’écran:
                « j’usais la planche, pas le contraire »,

                1. @ p’tit suisse :

                  On en revient toujours à la même question : je crois qu’il vaut mieux vivre une courte vie intéressante (quoique 80, ce n’est vraiment pas court, c’est même 10 ans de trop ! ) qu’une longue vie « sécurisée  » par les « avantages acquis  » !

              2. @ Arié
                Effectivement, ça ne s’arrange pas pour vous… Cela fait au moins trente fois depuis l’année dernière que vous nous rabâchez que vous allez avoir 80 ans en octobre !

                Quant à faire votre numéro, vous avez raison quand ça devient trop c’est trop, ça use les godillots.
                Quitter la scène et les regards, dure épreuve quand la notoriété espérée n’est pas au rendez-vous.
                Peut-être auriez-vous dû faire preuve d’un peu d’humour dans votre scénario, ça aurait détendu l’atmosphère… 🙂

                ***

                1. @ petite plume perdue
                  Vous ne comprenez rien : heureusement pour moi, ce n’est pas ici que mon « numéro  » s’est réalisé, mais dans la vie réelle.

                  1. Sans doute, mais pas que… Votre « numéro » en annexe de votre vie réelle se réalise bien ici !

                    ***

    2. Elie Arié

      Une « pensée » me semblant « unique » ou « prévisible » dans certains milieux français  :

      « Je suis pessimiste avec l’intelligence, mais optimiste par la volonté » écrivait Gramsci, citant Romain Rolland, ai-je appris avec quelque déception (« Il faut allier le pessimisme de l’intelligence à l’optimisme de la volonté »). (…) »
      https://www.fondation-res-publica.org/Intervention-de-Regis-Debray_a977.html

      Avez-vous trouvé excellent le livre Bilan de Faillite, ce qui peut (ré-) conforter dans ce pessimisme dit parfois abusivement typiquement français (la laïcité serait en péril, etc.) ?

      1. Extrait d’un entretien avec Régis Debray

        « ( …) Le bilan de ma génération n’est pas très brillant, nous n’avons pas vu que l’on s’engageait dans de l’irréel, du fantasmatique. Mais au fond, je trouve que c’est bien : on a fait place nette d’un certain nombre de fausses pistes. Mon fils devrait gagner du temps parce que nous en avons beaucoup perdu. Nous, les jeunes gens politisés des années 50 et 60, n’avons abouti qu’à ce feu d’artifice, avec tous les sens du mot « artifice », que fut Mai 68. Cette embardée à gauche marquait en réalité le grand virage à droite de la société française. (…) »
        http://www.gallimard.fr/Media/Gallimard/Entretien-ecrit/Entretien-Regis-Debray.-Bilan-de-faillite

        C’est ce sur quoi vous pourriez réfléchir et écrire – pour les autres, pour vos proches, etc., tant qu’à « penser contre soi » ? En fait avec ces deux commentaires, je ne cherche pas du tout à vous consoler, cela me semble impossible :-)) Le temps ne fait rien à l’affaire, quand on est pessimiste, on est pessimiste ? Quant à l’intelligence, nous sommes a priori d’accord sur le fait que c’est difficile à définir.

        1. @ Laure CP

          Mais, vous savez, le pessimisme n’est pas un sestiment plus ou moins désagréable que l’optimisme ; le seul sentiment vraiment désespérant est l’optimisme de commande tel que l’expriment tant de commentateurs de ce forum (« Nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts « , etc.): en fait, les sentiments auxquels on fait semblant de croire, aux dépens de la lucidité.

          1. (suite ) Peut-être vous rappellez-vous que la préface que Chevènement avait écrit pour mon petit bouquin était basée sur cette opposition / complémentarité entre pessimisme de l’intelligence et optimisme de l’action; mais je me demande si, aujourd’hui, il écrirait la même chose. ..

            1. Elie Arié
              Je m’en souviens, mais en n’ayant pas été d’accord et en vous l’ayant dit plusieurs fois sur Internet, à l’époque.
              Selon cette définition de pessimisme, cela ne me paraît pas agréable d’avoir cette disposition d’esprit :
              « 1. Disposition d’esprit qui consiste à ne voir que le mauvais côté des choses, à trouver que tout va ou va aller mal. Pessimisme foncier, fondamental, noir, radical. Telle chanson, comme la Mal mariée, révèle le pessimisme résigné de gens qui sentent que la vie est mauvaise, et mauvaise sans remède (Gourmont, Esthét. lang. fr., 1899, p.272).Mon pessimisme, ma vue très noire du monde et de la vie (Green, Journal, 1949, p.249) … »
              http://www.cnrtl.fr/definition/pessimisme

              De là à être optimiste en toutes circonstances, non. Puisque vous appréciez la philosophie d’Albert Camus, je copie ceci sans me permettre de vous adresser cette injonction  :

              «…  Mais ne soyez pas toujours aussi pessimiste! Vous ne rêvez que de catastrophes! (Camus, Cas intéress., 1955, 2etemps, 8etabl., p.690) … » (copié sur le site CNRTL.fr, pour la définition de « pessimiste »).

              1. @ Laure CP
                Camus est mort trop jeune; son dernier roman (en dehors du manuscrit retrouvé dans sa voiture, une histoire de sa famille publiée sous le titre « Le premier homme « ) est un roman absolument génial, « La Chute « , d’un pessimisme complet, et qui dérange beaucoup les « camusiens « : on ne saura jamais comment il aurait évolué s’il n’était pas mort si tôt, et, me semble -t-il, en plein virage, bien loin du « Sisyphe heureux « .

                1. Elie Arié

                  Mais je vous rappelle que « penser contre soi » est aussi une des idées que vous défendez dans le but ne pas s’enfermer dans ses certitudes, sauf erreur de ma part … Et cela peut concerner des idées et des observations estimées lucides, mais aussi des sentiments ; tout cela est imbriqué dans le  pessimisme, non ?

                  Une grande différence entre la philosophie de Camus dans la culture française et celle de Confucius dans la culture chinoise, me semble là :
                  Camus
                  “Dieu nie le monde, et moi je nie Dieu ! Vive rien puisque c’est la seule chose qui existe !”
                  Mais comment savoir si seul « rien » existe, et pouvons- nous prouver cette idée (avec ces points d’exclamation)  ?

                  Confucius aurait eu celle-ci, ou du moins à peu près celle-ci, éloignée de la métaphysique « occidentale », à mon avis

                  « Quand on ne sait pas ce qu’est la vie, comment pourrait-on savoir ce qu’est la mort ? »,
                  (avec un point d’interrogation)

                  A bientôt

                2. René Girard a des mots très élogieux au sujet de La Chute. Il fait même un parallèle avec Dostoievski, notant que Camus est mort à l’âge où le Russe a attaqué la série de ses très grands livres. D’après lui, le dernier roman de Camus annonçait probablement une « conversion » du même genre. Enfin, était l’annonce de chefs-d’œuvre possibles.

                  En revanche, je ne me souviens plus du tout dans lequel de ses livres Girard parle de ça !

                  1. D’après une recherche Google, ce serait dans  » Vérités Romantiques et mensonges romanesques  » (pas lu)

                    1. Si vous l’aviez lu, vous sauriez que c’est Mensonge romantique et vérité romanesque ! C’est possible que ce soit dans celui-là (son tout premier ouvrage (1960 ou 61) et l’un des meilleurs livres de critique littéraire de ces 100 dernières années), mais en fait j’en doute un peu.

  5. J’ai trouvé l’émission super intéressante jusqu’à ce que Guaino parle. Là, j’ai décroché. Je regarderai la suite demain en sautant l’intervention de Guaino.

  6. Guaino ne maîtrise pas le sujet, on se demande ce qu’il fiche là, Moreira est traité comme celui dont la parole compterait plus que tout autre alors qu’il est loin d’être omniscient et les autres, en particulier Maler qui est l’un des plus intéressants, est nettement moins respecté. Lancelin a visiblement son chouchou.
    C’est gênant.

    1. Lancelin à certes un joli minois (désolé, M. ou Mme Euterpe ), mais elle n’est pas très crédible en première de cordée de l’anti-pensée unique après avoir été, pendant des années, rédactrice en chef adjointe du Nouvel OBS (dont elle a été virée de façon scandaleuse, mais c’est un autre débat .)

  7. euterpe
    Que des hommes, vous vous laissez aller.
    2 commentaires sans sexe, vous nous décevez….

    1. Ah ca y est. Un tout crétin se détache de la meute des nuisibles pour étaler sa profonde imbécilité.

  8. Le Media… mieux que rien
    mais pas beaucoup si on en juge par cette émission très longue et plutot creuse.(j’avoue avoir sauté pas mal de ce pseudo débat)
    Guano serine pas de problème donc pas de solution (à zapper)et Moreira dans son auto-congratualtion et nous rabachant la fakenews sur les attaques chimiques.
    ça situe le niveau.

    Parti médiatique, évidement, Pensée unique assurément et ça donne fusion Politiques et Merdias .

    Disculper les journalistes de base, précaution obligatoire, certes, mais ne pas Dire et nommer qui sont les proprioétaires, quelles sont leur tendance politique, leur convergence globale d’intérets, leur pratiques managériales dont pourtant Aude Lancelin a l’expérience, ça s’appelle esquiver les sujets qui fachent:
    – Unanimisme Anti- Brexit
    – Unanimisme Anti-Russe
    – Unanimisme Interventionisme belliqueux
    – Unanimisme sur le TINA ultra libéral
    – Unanimisme sur l’Otan

    et ne nous laissons pas berner par leur soi-disante opposition à Trump qui ne saurait cacher leur allégiance profonde à l’Etat profond USain, à l’Ordre Mondial et aux Big Business.

    Et le Guano qui affirme que ce n’est pas la même chose aux States ???
    citant le Washington Post comme journal Indépendant ?
    Le WP racheté par Jeff Bezos pour 250 millions $
    Bezos l’homme le plus riche du monde (150 milliards $), proprio d’Amazone, copain de la CIA comme tous les Gafa.
    c’est à dire les nouveaux réseaux de com.

    Y sont légers au Media.

    1. D’ailleurs en qualité de quoi Guaino est-il invité ? Comme communiquant de Sarko ?

      1. En dehors du Renouveau National (expert -FN), Guaino est un des rares vrais souverainistes de droite.

  9. Etant peu occupé, .. »en août évite le knout »,
    disons la nuit dernière (oui Bob, multiples sont les options, idem des sensibilités; personnel merci)
    je me faisais, car abonné au blog, le film « Média ».

    J’appris quoi ? je vais vous le dire :
    – Sarko est un p’tit nerveux (et) « faut le comprendre »,
    /aparté: j’fais qu’ça, capter et piger mon contemporain, ooh rien de fatigant ! simple réflexe, atavisme, puisque pas le loisir ermite (chic !?) ainsi tout plein de gens « vivent » là tout-près, à proximité.
    Vous je ne sais pas, ni ça me regarde,
    chacun gère son énergie; j’ose: sa vie,

    – l’actionnaire est gourmand, avide même,
    = pas faire chier son image NI son capital,
    Quid du client ? (toi-moi etc.) aussi appelé « valeur », celle soudée au râtelier, enfin vous voyez,
    – le citron et son jus (image) pourtant rapporte !
    – hélas le nez de bœuf goûte (raque) aussi qql dérision.

    Ah-que c’est cornélien ! pour la press ou x diffuseurs.. ou comment « faire & avoir » ++ de beurre ?
    Tout en gardant cette putain de ménagère, elle distraite comme un cochon (genre: « arrêtez de me prendre pour une chèvre ») s’en va créditer du site complotiste (Bingo!) qui lui, ils le savent bien, ne restitue (du verbe fructifier*) aucun kopeck.

    Sorry (à) la monnaie russe,
    la nèfle* faisait très bien l’affaire,

    (conclusion) le Monde va mieux !
    ni perdu mon temps, ..merveilleux,

    NB, inutile de me pencher sur diverses idéologies, ce brouillard tellement personnel,
    j’en ai pas les codes, ni leurs lumières,

  10. Vous fatiguez pas, ce média aura une vie très brève.
    Mélenchon se fait des illusions, hum, j’ ai bien peur que ses supporters aussi.

Les commentaires sont fermés.