Richard Ferrand est un symbole


Richard Ferrand a été élu sans surprise président de l’Assemblée.

Il a eu la victoire « étriquée« . Son propre camp n’a pas entièrement voté pour lui.

Il obéira à Macron « le doigt sur la couture du pantalon ». L’Assemblée sera un corps vide où seul le bruit et la fureur exprimée par l’opposition lui donneront un minimum d’existence et une justification médiatique.

Ferrand a des casseroles judiciaires graves. Qui a pu penser au sein des macronistes que c’était une bonne idée ? N’y-avait-il pas un(e) autre député(e) ? Si Macron a pensé que c’était une bonne idée, il a prouvé une fois de plus qu’il n’est qu’un monarque, c’est-à-dire un homme qui préfère la loyauté sur la compétence. S’il n’a trouvé personne d’autre que cet homme, soupçonné de corruption, par ailleurs goujat, cela en dit long sur la décrépitude de cet aréopage qui a pris le pouvoir.

Comme l’écrit l’estimable REGARDS, « On vous aurait bien fait un Top 10 des macronistes confrontés à la justice, mais ils sont déjà treize. » Et voici donc l’un d’entre eux à l’un des sommets de cette Vème République vieillissante.

 

43994c174a4e3b9afb89367577b7ba

 

Publicités

113 réflexions sur « Richard Ferrand est un symbole »

  1. « il a prouvé une fois de plus qu’il n’est qu’un monarque, »

    Quelle déchéance, en effet ! Alors qu’il avait l’occasion d’être un glorieux président de la République, le voilà rabaissé à sa juste place, celle d’un vulgaire souverain ! C’est-à-dire rien de plus qu’un malheureux Philippe Auguste ou un pitoyable Louis XIV : qué misère !

    Le reste de la phrase est tout aussi amusant, notamment votre « c’est-à-dire ». Il est vrai que les monarques (pour se cantonner à la France) ont toujours méprisé la compétence. C’est bien pourquoi Clotaire n’a jamais eu recours aux services de saint Éloi, ni Louis IX à ceux de Joinville. Encore moins Henri IV fit-il appel à Sully, ni Louis XIII à Richelieu, ni son fils à Colbert. De même, enfin, Napoléon a-t-il systématiquement tenu Talleyrand éloigné de sa politique étrangère.

    Enfin, il est notoire, vous avez raison de le souligner, que nos modernes présidents, contrairement à ces crétins de monarques, ne se sont jamais entourés de gens en se basant sur leur seule loyauté (que l’on appelle aussi parfois « soumission ») : sinon, ça se saurait, hein ?

    1. Il me semblait que Saint Eloi était plutôt proche de Dagobert, vous savez : celui qui avait mis sa culotte à l’envers !

  2. Je n’ai toujours pas pigé comment le tribunal avait pu rendre un non lieu dans cette affaire des Mutuelles de Bretagne . N’importe quel propriétaire bailleur qui se serait amusé à ce genre de jonglerie en aurait pris pour son grade et son banquier itou, soit dit en passant !

    1. Pardon, c’est pas un non lieu mais un classement sans suite . Ce qui ne change rien au fond !

  3. Préférer la loyauté à la compétence.
    Dans ce gouvernement qui est compétent? Dans les précédents aussi d’ ailleurs, trouver un député ou ministre compétent est une gageure.
    Mais quand on se base sur un quota pour trouver du petit personnel il est impossible d’ être satisfait.
    L’ époque est proche où les maternités devront respecter un quota entre fille et garçon. Le ou la en rab, crématorium. L’ égalité je vous dis mon bon monsieur et bonne madame.
    Et notre armée, kif kif hommes femmes, tous au front, et si le bateau coule, quota à sauver, le pas ( ou la pas) de pot en rab, en rata que le quota se la bouffe.
    Dites un peu con le truc de quota, jamais eu de femme au perchoir, est- ce une raison pour en mettre une, il serait judicieux de dire : elle est capable.

    1. Lancien
      Françoise Giroud disait :  » Les femmes seront vraiment les égales des hommes lorsqu’on trouvera autant de femmes încompétentes à des postes importants qu’on y trouve aujourd’hui d’hommes incompétents « .

      1. Elie Arie
        Pour l’ instant seules quelques femmes sont sorties du lot
        Mais tout cela pour dire la bêtise des quotas
        Dans les régions il nous faut 2 présidents, 1 homme, 1 femme.
        Rien à faire de la compétence de l’ une ou de l’ autre, il faut le quota.
        Ce qui a l’ avantage de multiplier le nombre de piques assiette, mais ne fait pas avancer les résolutions des problèmes.
        Le quota aux ministères, le quota au parlement, mais pour mémoire le parlement est élu par le peuple, et le peuple, les quota……

  4. Dans sa dernière édition, le « Canard » fait dire à Ferrand:  » Macron est bien le président des Richard! »

  5. Emmanuel Macron a détaillé son plan de lutte contre la pauvreté. Les principales mesures concernent l’enfance et l’accès à l’emploi.

    Le président de la République a prononcé ce matin, au Musée de l’Homme à Paris, un discours de plus d’une heure consacré à une «stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté». La France comptait en 2016 quelque 8,8 millions de personnes pauvres, soit 14% de la population, selon l’Insee. Ce taux monte à 19,8% pour les moins de 18 ans. .

    Le chef de l’État entend avec ce plan «enrayer les inégalités de destin qui se perpétuent de génération en génération» et permettre aux gens de «sortir de la pauvreté», selon son entourage. «Refuser la fatalité sociale, c’est lutter contre ce déterminisme qui, dès l’enfance, détruit des trajectoires de vie (…). Il y a dans chaque enfant, à commencer par un enfant qui naît dans une famille pauvre, un Mozart qu’on assassine parce qu’on décide de fait qu’il n’a aucune chance de devenir Mozart», a ajouté le chef de l’État, citant une expression de Saint-Exupéry dans son roman Terre des Hommes.

    Le plan sera doté de «8 milliards d’euros répartis sur quatre ans», avait indiqué Benjamin Griveaux. Les mesures déjà «entièrement financées», a promis l’Élysée. Concernant sa mise en place, le chef de l’État a promis de réunir «tous les six mois les acteurs concernés». Il s’est voulu optimiste en affirmant que la France pouvait «à hauteur d’une génération, éradiquer la grande pauvreté».

    Démarrant par un hommage aux associations de lutte contre la pauvreté, le président est rapidement entré dans le vif du sujet en déclinant deux grands piliers d’action des pouvoirs publics: celui de l’éducation, et celui du retour au travail pour les pauvres.

    Voici les principales mesures annoncées par Emmanuel Macron

    Des repas à la cantine à 1 euro.

    Emmanuel Macron souhaite un «accès universel» à la cantine pour les enfants les plus défavorisés «en développant les repas à un euro» dans les petites communes et les quartiers prioritaires, lors de la présentation de sa stratégie pauvreté. «L’alimentation est un droit fondamental des enfants qui peine à être garanti», a déclaré le chef de l’État, souhaitant un «accès à la cantine plus universel» avec «des repas à un euro» et des petits-déjeuners proposés dans les écoles prioritaires «afin de s’assurer que tous les enfants commencent la journée dans les mêmes conditions». Actuellement, plus d’un Français sur deux dont les revenus mensuels sont inférieurs à 1200 euros a indiqué avoir des difficultés à payer la cantine de ses enfants et près d’un sur deux (48%) estime avoir des difficultés à se procurer une alimentation variée.

    Davantage de crèches dans les quartiers prioritaires.

    Le plan prévoit également d’ouvrir davantage les crèches aux enfants de quartiers prioritaires ou défavorisés – via des bonus financiers aux collectivités -, de créer un fonds pour financer des petits-déjeuners dans les écoles prioritaires. De même, il faut pour Emmanuel Macron passer de 40 à 300 crèches à vocation d’insertion professionnelle d’ici 2020. Les 600.000 professionnels de la petite enfance «seront mieux accompagnés», recevant une formation concentrée sur le langage, l’empathie, et la confiance en soi des enfants. Au total, 50 millions d’euros seront consacrés à l’aide sociale à l’enfance.

    Par ailleurs, un fonds d’innovation sociale de 100 millions d’euros diffusera sur tout le territoire de nouvelles méthodes d’apprentissage.

    L’obligation de formation passera de 16 à 18 ans.

    Pour les jeunes, l’obligation de formation passera de 16 à 18 ans. Des moyens supplémentaires seront attribués aux missions locales pour qu’elles repèrent les décrocheurs du système scolaire et leur proposent des formations. En outre, le dispositif «garantie jeune», pour les 16-25 ans les plus éloignés de l’emploi, sera étendu à «500.000 jeunes avant la fin du quinquennat», contre 100.000 actuellement.

    La création d’un «service public de l’insertion»..

    Emmanuel Macron a souhaité que l’État aide les départements à mieux accompagner les personnes les plus éloignées de l’emploi, notamment bénéficiaires du RSA, en créant un «service public de l’insertion». «C’est le seul moyen de garantir l’universalité des droits» alors que le système est «aujourd’hui trop éclaté», «inégal territorialement», a détaillé le chef de l’État, souhaitant qu’à partir du 1er janvier «chaque personne qui s’inscrit au revenu de solidarité active (RSA) puisse avoir un rendez-vous dans le mois», dans «un lieu unique», pour bénéficier d’un accompagnement. «L’objectif est de ‘réhumaniser’ le parcours de retour à l’emploi», un objectif pour lequel «l’État doit reprendre toute sa place».

    La création d’un revenu universel d’activité.

    Le président a annoncer la rénovation du système des minima sociaux, en allant «au bout de cette logique d’universalité». Pour Emmanuel Macron, «le maquis des aides existantes ne permet pas de sortir de la pauvreté». Reprenant un thème de campagne, le président a donc annoncé un «revenu universel d’activité», via une loi en 2020. Il s’agirait en fait de la fusion de plusieurs prestations sociales pour «garantir un seuil minimal de dignité» à tous. Ce revenu sera «universel car chacun pourra y prétendre dès que ses revenus passeront en dessous d’un certain seuil». Il sera «simple, équitable et transparent», a-t-il précisé. «Nous allons fusionner le plus grand nombre des prestations sociales pour enfin apporter une réponse unique pour s’assurer que des gens vivent dignement». Il s’agit de permettre aux gens un retour à l’emploi. La grande nouveauté réside dans le fait qu’il serait conditionné à l’existence d’une activité, et donc «soumis à des droits et des devoirs supplémentaires, en contrepartie d’un droit à être aidé et accompagné (…)». «Nous veillerons à ce que les devoirs soient respectés» par les bénéficiaires, a souligné le chef de l’État. Chaque allocataire s’inscrira dans un «parcours d’insertion où il sera impossible de refuser plus de deux offres d’emplois raisonnables», a ajouté le président de la République.

    1. Mesures complémentaires oubliées dans l’article précédent :

      Le chantier d’un « revenu universel d’activité », fusionnant plusieurs minima sociaux sans que l’on sache précisément lesquels, sera lancé. En attendant, l’exécutif veut poursuivre ses efforts pour lutter contre le non-recours, c’est-à-dire des personnes théoriquement éligibles à ces aides mais qui ne les demandent pas. Cela passera par un échange automatique de données entre guichets sociaux et le développement d’un portail numérique qui permette de simuler l’ensemble de ses droits.

      Autre exemple : le renouvellement de la couverture-maladie universelle complémentaire sera automatisé pour les bénéficiaires du RSA. Par ailleurs, les « accueils sociaux inconditionnels » seront généralisés à l’échelle nationale au travers des centres sociaux ou d’associations agréés, et des expérimentations de « territoires zéro non-recours » seront également lancées. Cela devrait faire gagner un temps précieux aux travailleurs sociaux qui pourront mieux se consacrer aux personnes qu’ils accompagnent et redonner du sens à leur travail.

      Sur le logement : résorber les bidonvilles

      Le gouvernement avait posé comme principe le logement plutôt que la mise à l’abri, espérant des économies sur les crédits des centres d’hébergement. Confronté aux campements qui se multiplient, il accorde 271 millions d’euros de plus pour l’hébergement. Des structures pour accueillir les familles seront créées afin de leur éviter l’hôtel (125 millions d’euros). Des maraudes conjointes entre Etat et aide sociale à l’enfance seront organisées pour aller chercher les familles et les enfants à la rue et les mettre à l’abri. L’objectif, d’ici à 2022, est de résorber les bidonvilles.

      1. Comme j’ai du mal à croire que vous avez vous-même écrit ces articles… Pourriez-vous donc citer vos sources ?

        ***

  6. ● La création d’un «service public de l’insertion»..

    Comme c’est présenté, ça ne veut rien dire du tout.. l’escroc fait des jeux de mot avec « service public ».. et « universalité des droits ». Il

    qu’il commence déjà par refinancer les 259 000 emplois aidés supprimés en 2017 et 2018 pour éviter de renvoyer tous ces gens au RSA…

    « deshumaniser le parcours de retour à l’emploi..

    les débiles qui nous gouvernent ne se sont pas encore rendu compte que les démarches de paul emploi, de formation type CPF sont dématérialisées, les personnes qui ont des difficultés de toutes natures sont déjà dans la merde rien qu’en faisant les démarches.. des projets de loi comme PACTE, CAP 22, ne proposent que de dématérialiser les points d’accueil et de conseil en les remplaçant par de la dématérialisation …

    d’autre part, ces cons doivent ignorer que 40 % des personnes qui pourraient bénéficier du RSA ne le demandent pas parce que c’est compliqué alors qu’il y a du monde pour s’occuper d’eux sur le terrain..

    L’escroc et sa bande sont dans un délire complet pour tenter de gratter deux points de sondage en faisant passer les gens de terrain du milieu social pour des branleurs ?

  7. « ça ne veut rien dire du tout, l’escroc fait des jeux de mots (…) les débiles qui nus gouvernent ne se sont pas encore rendu compte que (…) ces cons doivent ignorer que (…) l’escroc et sa bande sont dans un délire complet »

    Pauvre Stanislas.

    1. « Pauvre Stanislas.

      Pas du tout je n’entre pas dans le plan pauvreté….

      Mais je peux comprendre votre dépit à la fois, en tant que suce boules de Marron et en tant qu’ignare sur ces sujets techniques…

      1. Quant au fait que nous avons à faire à des imposteurs ou des escrocs, la liste de ceux qui l’observent, s’allonge chez les techniciens de haute volée de nombreuses disciplines…

  8. « Un plan de lutte contre la pauvreté »…Il y a bien celui, au temps jadis, prôné par Marius Jacob: « Plutôt que mendier ce à quoi j’avais droit, j’ai préféré m’insurger et combattre pied à pied mes ennemis en faisant la guerre aux riches, en attaquant leurs biens. »…:-)

  9. Pour l’immédiat, ce que l’on peut déjà retenir : C’est que les effets de ce projet de loi mise place en 2020, ne se feront sentir qu’en 2021(décrets obligent). Les effets sur l’I.S.F. ont été, si je ne commets pas d’erreur, immédiats…
    Macron a d’évidence un très gros problème en ce qui concerne l’appréciation des urgences.

    1. Il a un problème avec l’appréciation des urgences mais pas avec celle des priorités : après 2021, il y a 2022 et la Présidentielle . Et ça, c’est trrrrrrès important pour le petit marquis !

  10. Petits tableaux simples depuis l’arrivée du pompier pyromane Marron qui annonce la bouche en cul de poule un plan pauvreté qu’il contribue à créer, projet de loi après projet de loi..

    https://www.bastamag.net/Reduction-des-contrats-aides-un-seisme-social-pour-les-quartiers-populaires-et

    https://www.bastamag.net/La-revolution-fiscale-selon-Macron-une-grande-machine-a-redistribuer-a-l-envers

    Pendant ce temps là un rapport d’une députée en marche et d’un prof de science sur « la juste prestation pour des prestations et un accompagnement ajustés » affiche ni plus ni moins l’intention à la clé de faire 1.2 milliard d’euros d’économie sur le compte du social

    Il y a la scène, chez en marche, et des coulisses.. Il faut regarder les coulisses pendant que les suce boules vous racontent la scène..

  11. La revue spécialisée Espace Sociazl Européen donne un inventaire plus « ramassé », mais plus comple, des mesures du plan de lutte contre la pauvreté de Maron :

    Lutte contre la pauvreté : la feuille de route du gouvernement

    Emmanuel Macron a présenté ce matin la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté, au Musée de l’homme, à Paris.
    Le chef de l’Etat a appelé à en finir avec « la boucle de la fatalité sociale » et a en particulier insisté sur les failles de notre système en matière d’accompagnement des personnes en situation de fragilité. « La stratégie pourrait se résumer ainsi: il convient d’agir plus tôt et d’accompagner mieux pour éviter les ruptures à chaque étape de la vie », a déclaré Agnès Buzyn en détaillant cette feuille de route.
    Le gouvernement mise sur 21 mesures articulées en trois grand axes : « investir sur les personnes et leurs compétences dès le plus jeune âge » ; « les accompagner vers l’autonomie et l’emploi » ; « garantir un cadre collectif de solidarité ».
    L’enveloppe globale atteint 8,5 Mds €.

    Parmi les mesures à retenir :

    – Aller vers un revenu universel d’activité (qui comprendra a minima le RSA, la Prime d’activité et les aides au logement), pour rendre notre modèle « plus lisible, plus équitable et plus incitatif ».
    – Intégrer l’ACS dans la CMU-C, ce qui aboutira à la création d’une sorte de « CMU-C » élargie.
    -Rénover le travail social « pour mieux accompagner les parcours de vie ».
    – Un pacte social Etat/collectivités sera lancé pour piloter la stratégie à partir des territoires (création d’un fonds de lutte contre la pauvreté d’accès à l’emploi, …).
    – Obligation de formation jusqu’à 18 ans.
    -Accompagnement vers l’emploi des jeunes les plus fragiles et extension de la Garantie jeunes (500 000 bénéficiaires supplémentaires en 2018 et 2022).
    – Création d’une « garantie activité » alliant accompagnement social et insertion dans l’emploi pour 300 000 allocataires par an.
    – Instauration d’un « Service public de l’insertion », avec un renforcement des droits mais aussi des devoirs.
    – Développement de l’accueil de la petite enfance sur tout le territoire, attribution d’un bonus dans les communes pauvres (+ 1000 € par place de crèche) et création de 300 crèches à vocation d’insertion professionnelle (AVIP) d’ici 2020.
    -Mise en place d’un bonus mixité dans les crèches pour favoriser la mixité sociale.
    – Plan de formation et nouveau référentiel pour 600 000 professionnels de la petite enfance.
    – Prévention accrue en santé avec la création de 100 centres et maisons de santé dans les quartiers prioritaires.
    – Renforcement des moyens éducatifs dans les REP et REP + (instruction obligatoire à 3 ans,..).

  12. Une analyse plus intelligente que celles proposées jusqu’ici sur ce blog du plan pauvreté de Macron par la revue spécialisée Espace Social Européen :

    1.  » Une analyse plus intelligente que celles proposées jusqu’ici sur ce blog

      Ecrit par un troll qui n’en n’a émis aucune de personnelle, on peut dire qu’il fracasse le mur du çon. A force, c’est pas étonnant qu’il soit secoué…

      1. Tiens, c’est curieux tout de même qu’il n’ait toujours pas répondu à ma demande, ce n’est pourtant pas compliqué… Vous noterez que je m’étais pourtant exprimée très poliment à 15h42 !

        ***

        1. Mais non, aucune référence : j’ai tout inventé, voyons, même si ça se trouve dans toute la presse.

          1. OK mais vous ne répondez toujours pas à ma question, quelle presse citez-vous alors en copié-collé ?

            ***

              1. Ben voyons ! Vous n’avez rien inventé puisque vous dites précédemment que ce que vous avez écrit « se trouve dans toute la presse »… Je vous repose donc aimablement ma question : Quelle presse citez-vous alors en copié-collé ?

                ***

                1. Frachètent, j’ai oublié d’où vient le premier article, qui était d’ailleurs incomplet.
                  Votre question est totalement dépourvue d’intérêt, puisqu’il s’agit de rapporter sans commentaires des propos tenus devant toute la presse ; par contre, j’ai cité la source du commentaire d' » Espace Social Européen « , qui m’a paru très pertinent.

                  1. L’intérêt de ma question est de connaître le véritable auteur de cet article et la presse qui le publie puisque sans faire état de ces informations vous vous autorisez à vous l’approprier par un copié-collé sous votre nom… et vous ne vous souvenez pas de sa provenance ?!

                    Cher ami, franchement votre capacité à prendre les gens pour des andouilles est tout à fait éblouissante !

                    ***

                    1. Certaines gens le sont, indiscutablement.
                      Fin de cette passionnante discussion, en ce qui me concerne.

                    2. @ Arié
                      Discussion passionnante en effet.
                      J’aurai juste en ajout à exprimer mon regret que vous ayez une si fâcheuse tendance à ignorer la déontologie en matière de reproduction d’écrits ne vous appartenant pas !
                      Bonne journée.

                      ***

    1. Merci Robert…de montrer par cet article de jean gadrey toujours pertinent qui montre de quel côté penche la balance …

  13. En admettant que ce fameux plan pauvreté soit financé ( ce dont on peut douter, y a des précédents ), qui va allonger le fric, vu qu’il ne semble pas que le gouvernement ai décidé de faire des misères aux entreprises et aux banquiers ?
    J’ai ma petite idée !

    1. @ Alain Bobards

      Ah, évidemment, si c’était Mélenchon qui avait proposé ce plan, vous ne vous seriez pas posé la question. ..
      Pourtant, Mélenchon avait très bien répondu, pendant la campagne présidentielle, sur un marché, à un passant qui lui demandait avec quel argent il comptait financer son programme:  » Avec le vôtre, pardi ! « 

      1. Elie
        Mais qu’est ce que vous venez me prendre la tête avec Mélenchon ? Je vous ai dit, maintes et maintes fois, que les idées et les propositions – pas toutes – de la F.I. correspondaient à mes opinions . Que ce soit Mélenchon ou Tartempion qui les expriment m’est indifférent .
        Maintenant et puisque vous y tenez, sur les 8 milliards du plan pauvreté, 2 milliards proviennent de la suppression des emplois aidés et 2 autres milliards de la réduction de l’APL . Pour les 4 derniers, ce sera, aussi, dans la poche de la classe moyenne, comme les 4 premiers . Sur ce plan, y a pas de souci !
        Qui plus est, l’anecdote de Mélenchon , ce n’est pas sur un marché qu’elle a eu lieu mais sur le plateau d’ « on n’est pas couché  » , où une Léa Salamé s’était fait moucher lorsqu’elle avait demandé à Mélenchon ou irait les droits d’ auteur de l’ « ère du Peuple  » .  » Mais dans ma poche, qu’est ce que vous croyez ? « , avait-il répondu, avant d’expliquer qu’il n’en avait pas besoin et les reversait à la F.I.

    2. Il y a Alain …un petit indice …la fusion des minimas sociaux..comme il y a une disparité des aides et des droits en fonction des revenus, de la composition familiale, du logement etc..je crains que cette fusion permette de faire des économies en excluant certains …j’espère me tromper !

      1. Les économies réalisées par ce gouvernement sur le dos des prestations sociales s’elevent à 4 milliards… près de la moitié du financement des 8,5 milliards du plan pauvreté. Lol.

        1. Encore une fois l’ajustement se fera entre pauvres et moins pauvres et sous conditions alors que les premiers de cordée pourront continuer à s’empiffrer sans effets secondaires et que la fraude fiscale continuera à progresser de manière indigeste …tous les gouvernements successifs sont responsables de cette précarité galopante …alors vouloir faire semblant d’éteindre l’incendie quand on a mis le feu..

  14. J’adore le « bonus mixité » dans les crèches ! Mais il faudrait aller plus loin, être plus franc du collier. Et instaurer un « malus mixité » pour les crèches qui ne reçoivent que des petits blancs : faut les faire payer, ces salauds !

  15. Quelle générosité de notre président. Et 1 milliard à droite, et 2 milliards à gauche mais ou trouve- t -il cet argent !
    Il est multicartes , il pond des plans pauvreté, mais il trouve le temps d’ aller demander pardon…. au nom de la France. pour un événement vieux de plus de 60 ans dont personne ne se souvient
    Je me demande si les français l’ ont élu pour cela, N’ oubliez pas que sa position n’ est stable que 5 ans.

    1. « C’est Mozart qu’ on assassine  » est le titre d’un roman de Gilbert Cesbron (la phrase est tirée de « Terre des Hommes  » de Saint – Exupéry » ) vendu à plus d’un million d’exemplaires ; l’expression est archi -connue…sauf de ceux qui n’ont aucune culture littéraire.

      1. (suite ) Par ailleurs, « le Yéti -Pierrick  » (qui a le courage de donner son vrai nom sur son blog ) pense réellement ce qu’il écrit sur ses billets ; mais c’est aussi un remarquable homme d’affaires, qui n’attend pas que le monde ait changé (parce qu’il sait que ce n’est pas pour demain ) pour profiter de la seule vie dont nous disposions !
        (et qui, comme je l’ai déjà dit, a décidé de supprimer les commentaires de son blog, compte tenu du niveau moyen de ceux qui s’y expriment )

        1. Stanislas : si vous écriviez en français, on comprendrait ce que vous voulez dire… (de quel taulier parlez -vous: le Yéti ou Juan ? qui a écrit quoi ? etc. )

      2. J’ai beau chercher, je ne vois pas le rapport entre Cesbron et la littérature. D’ailleurs, c’est tout juste si je l’entr’aperçoit en ce qui concerne ce pauvre Saint-Exupéry, alors…

        1. La remarque restera sans réponse d’Arié..dommage, j’aurais appris appris quelque chose..
          Mais bon, le sujet Cesbron -et/ou St Exupéry n’a pas dû être traité récemment dans le Monde ou le Figaro sinon on en aurait déjà eu une pensée…

            1. Je dirai même plus, wiki est sa bible…
              Reconnaissez qu’il nous inflige fréquemment en des termes plutôt méprisants de bien vouloir gober ses approximations et ses vérités aussi vraies que des paroles d’évangile !

              Malgré cela, notre pardon est infini…

              ***

                1. Vous avez raison, j’ai bien pris note de votre remarque !
                  Je rectifie donc mon propos : « Malgré cela, mon pardon est infini…»
                  😉

                  ***

            2. Malheureusement, j’étais déjà en âge de lire « C’est Mozart qu ‘ on assassine « lorsqu’il est paru… (À l’époque et à l’âge que j’avais, j’avais aimé , mais aujourd’hui ce serait certainement illisible).
              Mais votre remarque sur Wikipedia (et celle de ceux qui suivent ) en dit long…sur votre rapports à vous tous avec la littérature.

              1. Pour plus de clarté malgré votre précédent propos, et puisque vous en parlez, il me serait agréable d’entrevoir ce qu’est réellement votre propre rapport avec la littérature, pourriez-vous développer ?

                ***

  16. À noter (voir l’article du Figaro, je ne sais pas faire des liens avec mon smartphone ) que Macron veut maintenant alourdir l’impôt sur les successions en ligne directe, successions qui constituent un vrai facteur d’inégalité dès la naissance, qui favorisent ceux qui préfèrent la rente au risque, et dont la majoration serait bien plus juste que l’ ISF.
    (Je crois que la même mesure figurait dans un des nombreux programmes de Mélenchon, je suppose qu’ elle doit y être toujours ).

    1. Comme je suis pour la suppression totale de l’impôt sur les successions (bien que n’en espérant aucune), ce n’est pas demain que ce monsieur Macron pourra se flatter d’avoir mon vote ! Pas plus que l’un ou l’autre des godillots dont il a encombré le Parlement, d’ailleurs.

      1. Ce n’est pas votre cas qui est intéressant, c’est celui de tous les mélenchonistes anti-macroniens systématiques qui n’ auront le choix qu’ entre défendre un projet de Macron ou attaquer le même projet de Mélenchon ☺☺☺)

        1. C’est quand même malheureux que le petit marquis soit obliger de piquer les propositions de la F.I.
          Quel manque d’imagination . En plus, il n’a pas le sens de la famille : il va plomber ses beaux enfants !
          Mais pas de panique : on en reparlera après les Européennes !

          1. @ Alain Bobards
            C’est quand même une proposition qui doit bien dater de 2 bons siècles, sans parler de sa version la plus radicale : suppression de tout droit à la succession.

  17. Le paon et le palais
    Un jeune paon, imbu de son plumage
    > > > > Fût pris dès son plus jeune âge
    > > > > En mains par une vieille pintade
    > > > > Qui laissa son vieux coq en rade.

    Lors, notre jeune volatile
    > > > > Qui se trouvait fort volubile
    > > > > Ne fût plus satisfait de son habitat
    > > > > Et se rêva en costume d’apparat.

    Pourquoi, se disait-il, se contenter
    > > > > D’un simple poulailler, fût-il doré,
    > > > > Alors que, sans travailler,
    > > > > Je puis demeurer au palais.

    Il me suffit, si mes calculs sont bons,
    > > > > De prendre mes congénères pour des pigeons
    > > > > Et, pour les prochaines élections,
    > > > > De bien jouer les trublions.

    Ainsi fût fait, et contre toute attente,
    > > > > Il prît la place laissée vacante
    > > > > Par tous les vieux coqs déplumés
    > > > > Dont tout le monde s’était lassé.

    Pour constituer sa basse-cour
    > > > > Il fit appel à des vautours
    > > > > Aptes à tondre la laine,
    > > > > A amasser toutes les graines.

    Ses anciens congénères
    > > > > Qu’Il jugeait fort vulgaires
    > > > > Virent enfin, mais un peu tard,
    > > > > Qu’on les prenait pour des bâtards.

    Fort de son plébiscite aux élections,
    > > > > Nôtre dieu-paon, tel Pygmalion,
    > > > > Favorisa un jeune sardouk (1)
    > > > > Dont il se servait comme bouc.

    Grisé par ses nouvelles prérogatives,
    > > > > Celui-ci, de manière fort hâtive,
    > > > > Se crût par son maître autorisé
    > > > > De jeunes oisons brutaliser.

    Las, malgré la volonté manifeste
    > > > > De celer ces faits funestes,
    > > > > L’histoire vînt à transpirer
    > > > > Hors de murs du Palais.

    Devant ce gros scandale,
    > > > > Notre apprenti Sardanapale
    > > > > Dût rétropédaler
    > > > > A son grand regret.

    Ce pourrait être de Jean de la Fontaine

    1. Lorsqu’on lit l’article, on constate qu’il ne s’agit pas d’autre chose que de la tambouille électoraliste .
      Ces gars là sont obnubilés par un siège de député, quand bien même ils seraient inaudibles dans l’hémicycle Européens .
      Pouah !

  18. Ma société idéale et anti pauvreté …mettre la gratuité au cœur des débats pour libérer le pouvoir d achat…
    Crèche entièrement gratuite et pout tous..
    Fournitures gratuites de la maternelle au lycee
    Transport en commun entièrement gratuit
    Prix du train uniforme quelle que soit la destination et plafonnée à 30 euros par place ..
    Revalorisation du congé parental indemnise au niveau du chômage avec liberté de le prendre quand on le souhaite ..
    Prise en charge totale de la vieillesse …
    Prise en charge totale et gratuite de la sante …revalorisation de la consultation médicale et fin des dépassements d’honoraires ( fin des dépassements de notoriété ) etc etc
    La société et l’économie s’en portera beaucoup mieux grâce aux économies faites par tous et qui seront utilisées autrement !
    ( si on pouvait en prime baisser le prix du cinéma et démocratiser la musique classique et l’opéra en les amenant par exp dans des banlieues défavorisées ça serait super !)
    Bon je repars rêver ….

    1. @ Sylvie : rien n’est jamais gratuit : il s’agit de savoir qui paye : l’ usager ou le contribuable.

      1. Tout le monde en rapport avecses moyens …remettre l’impôt au cœur de l’égalité de la liberté et de la fraternité …actuellement nous payons beaucoup d’impôts et nous ne voyons rien s’améliorer !
        J’ajouterai …fin des privilèges des parlementaires et autres sénateurs …après tout la plupart des cadres a salaire égal d’un parlementaire se débrouillent pour se loger, s’habiller, se déplacer, déménager etc..Remettons tout à plat et faisons les bonnes économies ..plutôt que d’abandonner nos services publics améliorons les plutôt que des lacher en pâture au privé …Macron a rappelé aux pauvres qu’ils avaient des devoirs , nous devons aussi leur rappeler qu’ils ont autant de droits ..

        1. Sylvie, vous avez une vision surréaliste de l’économie ! Même en Union Soviétique du temps de Staline jusqu’à Brejnev, le métro, le bus et le train ont toujours été payants . Ce dont vous rêvez n’a jamais existé nulle part.

          En fait, il y a des petites villes, comme Dunkerque, où les transports en commun sont gratuits, parce qu’ils sont très peu nombreux, et ne représentent que 10 % du budget municipal (donc seulement 10 % de hausse des impôts municipaux ).
          Par contre, à Paris, avec toutes ses lignes de métro, de bus et de tram, cela représente près de 40 % du budget municipal, ça coûterait une fortune ( ils sont quand même gratuits pour les handicapés et les personnes âgées, sous conditions de ressources ).

          1. Même chose au Plessis-Hébert : les transports en commun sont gratuits, mais c’est parce qu’il n’y en a pas. C’est idem pour la patinoire, le restaurant bio et le lupanar grand luxe : tout gratuit, tout inexistant ! C’est ce qu’on pourrait appeler : le communisme par le vide. Un vide dans lequel Dame Sylvie devrait se sentir comme chez elle…

          2. Et payant pour une grande partie de fauchés qui s’acquittent malgré tout de pres de 19 euros par mois de forfait solidarité

          3. Elie Et les milliards qui nous passent au dessus de la tête sans aucune autre vertu que celle de goinfrer encore plus ceux qui s’empiffrent sur notre dos …c’est pas surréaliste…ne croyez vous pas qu’il est grand temps de redonner ses lettres de noblesse à l’argent….et l’utiliser à l’amélioration de la vie de chaque individu…n’est ce pas la modernité nécessaire si on veut que chacun des progrès sert vraiment à quelque chose …ce changement est salutaire même pour les super riches !

  19. J’allais oublier l’encadrement strict des loyers et développement des aides personnalisées parce que les besoins ne sont pas
    Les mêmes selon so secteur d’habitation !

    1. J’adhère totalement à vos suggestions.
      Seulement voilà, votre rêve ne serait pas une utopie si les nantis mettaient un peu la main à la pâte plutôt que d’avoir peur de se les salir, Macron y compris…
      Les mesures soi-disant prises sont une insulte à la véritable pauvreté. Je parie que dans un an rien n’aura changé.

      ***

      1. Merci petite plume …Didier Goux me parle de vide …mais ce sont les pauvres qui sont plongés dans un vide sidéral …comment avoir la pêche pour chercher du travail quand l’inconfort dans lequel de nombreuses personnes vivent les freinent dans chaque moment de leur quotidien…comment se sentir à l’aise quand la moisissure envahit votre habitation…comment s’en sortir quand on n’a pas de domicile fixe et que se laver est déjà une épreuve …comment pousser ses enfants à poursuivre se études quand on s’entasse dans un logement trop petit …comment ne pas être envahit par la peur quand des le 1er du mois on se demande comment on arrivera à subvenir aux besoins de se famille ..que dire quand on apprend que des bébés se retrouvent a la rue avec leur maman malgré les efforts des maternités pour les garder le plus longtemps possible.
        Oui petite plume ses mesures sont une insulte et une méconnaissance de la véritable pauvreté …
        Elie …ce qui est surréaliste ce n’est pas ma vision des choses mais ce que vivent dans une indifférence la plus totale une majorité des gens dans l’extrême pauvreté …
        Bien sûr ce n’est pas facile à mettre en place mais face aux 300 milliards de cadeaux aux plus riches, la difficulté paraît bien supportable !!! Est ce trop demander que celle de la dignité pour tous !

    2. Sylvie
      On pourrait , aussi, imposer aux dignitaires gouvernementaux de prendre les Ouibus pour leurs déplacements en province, plutôt, qu’a l’instar d’un Edouard Philippe, claquer 150 000 euros d’argent public pour une visite ministérielle dans les Hautes Alpes !

      1. 10 a 12 heures de route …ca leur laisserait le temps de réfléchir…avec nausées garanties sur la route de Lus…tiens à propos à Gap le bus est gratuit !

    3. Il existe des hommes et des femmes (réfugiés ou autochtones) qui n’ont rien et qui surtout aux yeux des autres ne sont plus rien, ne comptent plus et dont le besoin fondamental ne figure sur aucun graphique des plans de pauvreté.
      « Je cherche dans les poubelles
      De l’amour fraternel »

    4. Si les loyers ne rapportent pas assez, plus personne n’investira ses capitaux dans l’immobilier, et la pénurie de logements s’accentuera, avec les conséquences qu’on avait connues jusqu’aux années 1960 : obligation de filer une enveloppe de billets au noir pour pouvoir décrocher un bail.

      1. si le prix des loyers est encadré le prix de l’immobilier suivra …et ça continuera à valoir le coup …il n’y a pas plus d raison de faire des cadeaux fiscaux aux investisseurs …que mes impots et les vôtres paient …c’est totalement injuste..le prix du logement est le principal frein au pouvoir d achat …
        De plus plutôt que de bétonner à outrance pour enrichir le btp …commençons par réhabiliter l’existant et il y a du boulot !
        Je vous signale que c’est également une avancée écologique qui éviterait aux gens de vivre à des kilomètres de leur le lieu de travail et de prendre leur voiture et qui permettrait de re dynamiser les centres villes .

        1. Sylvie

          Mais qu’est-ce que vous racontez ? Ce ne sont pas les impôts locaux qui payent les investisseurs dans l’immobilier, ce sont les loyers qu’ils encaissent; si ceux-ci sont jugés trop peu rentables, ils investiront ailleurs que dans l’immobilier; d’où pénurie de logements par rapport à la demande.

          1. J’ai pas parle d’impôts locaux..toutes niches fiscales à un coût …il faut bien remplir le manque à gagner en le répartissant sur tous …

            1. Sylvie
              Vous vous faites une idée fausse des niches fiscales .

              La plupart de celles qui n’avaient qu’un but électoraliste (minoration d’impôts pour les fabricants de pipes de Saint -Claude, instituée par Edgar Faure qui était l’élu de la région, etc.) ont été supprimées depuis longtemps.

              Beaucoup de niches fiscales profitent aux plus démunis :

              – un foyer fiscal français sur deux est dispensé d’impôt sur le revenu ;

              -les revenus du livret A de Caisse d’Épargne de la poste, bien que très faibles, ne sont pas imposables, ce qui les rend quand même intéressants en période de faible inflation, surtout pour des revenus immédiatement disponibles à tout moment , et garantis sans risques (tous les gens riches que je connais, et qui savent compter, ont un livret A rempli au maximum pour chaque membre de la famille);

              -les différentes niches fiscales pour gens qui investissent dans l’immobilier (lois Pinel et équivalents) ont pour but de rendre intéressants les placements dans l’immobilier même si les loyers sont limités. ..donc de fréner la hausse des loyers sans décourager les investisseurs.

        1. Zap Pow

          Difficilement transposable dans n’importe quelle ville grande ou moyenne…Je n’aimerais pas vivre, à Paris, dans une tour construite par moi et mes voisins, même avec l’aide d’un maçon…

          Déjà, avant guerre, Alfred Sauvy, créateur de l’ INED, faisait remarquer que :

          -si on demande aux gens s’ils préfèrent habiter une maison avec jardin ou un appartement dans un immeuble, la grande majorité choisit la 1 ère réponse;

          -mais si on leur pose la question telle qu’elle se pose souvent dans a réalité : «  Préférez-vous habiter dans une maison avec jardin à 2 heures de transport de votre travail en ville, ou bien dans un appartement en ville situé à 10 minutes de votre travail ?« , c’est la 2 ème réponse qui l’emporte…

          1. « dans un appartement en ville situé à 10 minutes de votre travail ?

            la variable de la période du travail au sein d’une même entreprise fait tomber votre argument à l’eau.

            1. @ Hélène D’ici
              Cette phrase de Sauvy, comme je l’ai dit, remonte à l’avant -guerre, une époque où on passait souvent toute sa vie dans la même entreprise (quel cauchemar ! !! ); mais elle illustre l’intérêt de poser les questions de la façon dont elles se posent réellement.

          2. Le mode d’action est difficilement transposable, le principe non. Ce qu’a fait Marinaleda, c’est sortir le logement du marché spéculatif, et il doit bien exister des moyens de le faire dans des villes plus grandes. Encore que je doute que ce soit vraiment possible dans un système capitaliste, où la propriété foncière spéculative prend le pas sur le droit au logement (Marinaleda a fonctionné plus ou moins comme une coopérative dès le départ).

            1. @ Zap Pow

              Je connais mal les finances de l’immobilier ; mais je constate que la disposition introduite en Grande -Bretagne par Tony Blair, selon laquelle on est propriétaire de son logement, mais pas du terrain sur lequel il est construit qui est propriété de l’Etat, n’a pas empêché Londres de devenir la ville où l’immobilier est le plus cher du monde, à l’achat comme à la location.
              Il y a tout de même une loi qui est très puissante, c’est celle de l’offre et de la demande : tout le monde préfère habiter Londres plutôt que sur une île au nord de l’Ecosse..mais ce n’est pas possible !

      2. Pour les plus riches propriétaires c’est gagner toujours plus en ne foutant rien, juste spéculer …telle est la devise de ce libéralisme triomphant et pendant ce temps ce gouvernement veut obliger les gens à accepter un travail meme s’il ne rapporte rien…ceux qui auront le moins d’effort à faire seront les premiers de cordée ? Pas sûr que « l’attelage » tiendra encore longtemps ainsi !

        1. Sylvie
          Les « riches propriétaires qui spéculent » ne font pas rien, ils prennent des risques financiers permettant aux gens de se loger: lorsque la bulle immobilière à éclaté en Espagne, beaucoup se sont trouvés ruinés, et le pays est aujourd’hui plein non seulement de logements vides, mais aussi de villes nouvelles vides.

    1. « Rien n’y fait.
      La condamnation de Monsanto par la justice américaine,
      la multiplication des cancers chez les enfants,
      les rapports scientifiques accablants.
      Le gouvernement et sa majorité persistent à refuser l’interdiction du #glyphosate dans la loi.  »
      Benoît Hamon twitter

  20. Je vois que Marron vend tout un tas de truc avec sa gueule dessus,

    Je m’étonne quand même qu’il n’ait pas penser à faire mouler sa paire de baloches sous forme de bonbons à sucer…
    Les bijoux de famille pour la cause du patrimoine, c’était logique..

    ..Si vous voyez une poupée avec ses aiguilles comme pour Sarko, faites moi signe..

    1. Avec la croix de Lorraine sur l’emblème de l’Elysée, le Président tient (d’aprés un conseiller de la présidence) à marquer son admiration au Général. Les communiquants macronistes n’ont pas tout compris…
      « Il n’y a de réussite qu’à partir de la vérité ». ( Mémoires de Charles de Gaulle)

    2. Ou une boule pour faire infuser le the …imaginez une boule a l’effigie de Macron trempant dans l’eau chaude …hummmmmmm
      Ou mieux ..vous savez la boule qui sert à mesurer le Ricard …et un Macron, un pour le petit monsieur assis au comptoir !
      mais si vous préférez il y a des petites cartes postales de toute beauté …
      Que du bonheur pour les gaulois analphabètes et réfractaires que nous sommes tous !!

      1. J’aurais acheter s’il avait mis en vente sa tronche sur un ballon de foot ou un punching ball juste pour taper dedans..

        Bref, question idée pragmatique, il est zéro,…

        En revanche pour en refiler en masse à ses maitres, c’est le meilleur…

  21. Dans les années 80 le gouvernement socialiste met en place la « politique de la ville » avec la création d’un ministère de la ville, pour venir en aide aux plus démunis. Ce fût un remarquable échec comme on l’a signalé un rapport du 17 juillet 2012 de la Cour des comptes. Sous Sarkozy le plan Espoir banlieue de Fadela Amara se soldera aussi par un échec, toujours selon la Cour des comptes. Il en sera de même avec le plan Pauvreté qui comme les autres n’est qu’une adaptation de la société française au mutations du capitalisme contemporain. Ces plans (avec la complexité de leur application) ne sont que des « machines à laver les pauvres » selon l’expression des sociologues (Jean-François Lae et Numa Murard-Deux générations dans la débine) et en plus font disparaître la solidarité en demandant des efforts à ceux qui ont peu, et renforcent le FN.

  22. Tout d’ abord, il faut savoir que rien n’ est gratuit il y a toujours un con qui paye.
    Le petit déjeuner gratuit dans les écoles, sauf pour l’ enfant qui a ses parents qui travaillent évidemment.
    Vous savez qu » au même titre que les dettes de l’ état, vos milliardaires le sont en fric virtuel. Le papier n’ a aucune valeur, seules les pièces représentent une petite partie de la valeur qu’ elles affichent.
    Depuis que les monnaies ne sont plus basées sur l’ or, du jour au lendemain; pfiiit, le papier est bon pour…..suivez l’ idée.
    A force de frapper sur la catégorie dite moyenne, elle tend à disparaître, ce qui n’ a pas enrichi les plus pauvres, mais permet à l’ état de garder un semblant de paix sociale, combien de temps encore ???
    J’ aime bien l’ idée de restaurer certains châteaux et monuments, ainsi l’ état pourra les vendre plus facilement
    Et puis, l’ idée des soins gratuits, mais cela existe déjà, surtout pour les étrangers, même le président de l’ Algérie est soigné gratuit chez nous.

    1.  » le papier est bon pour…..suivez l’ idée……. »

      c’est juste pour confirmation ;
      est ce que c’est bien la même idée que suivent les mouches ?

  23. Stanislas
    Exactement. Le même usage que certains faisaient des journaux de mode sous prétexte qu’ il y avait des patrons

Les commentaires sont fermés.