Le climat insurrectionnel, les Gilets Jaunes et le stress jupitérien.


Les images des scènes de violence à Paris, de l’Arc de Triomphe aux quartiers chics et aux vitrines de Noël des grands magasins, ont effrayé, surpris, choqué, indigné. A juste titre car ce déchainement a encore fait des blessés, parfois graves.

 

J’ai regardé le traitement de cette actualité le lendemain soir, avec 24 heures de recul, sur le journal télévisé le plus regardé de France, sur TF1. Les reportages étaient assez équilibrés – notamment ce dernier qui retraçait les évènements du samedi: la présence de casseurs dès 9h, le gazage de tous les manifestants dès leur arrivée et sans distinction; le défoulement dans les rues de Paris; des gilets jaunes qui aident et protègent les CRS, d’autres qui les assaillent; des hommes sans gilets qui incendient une voiture sde police dans une rue chic; de la brutalité masculine testostéronée.

Il y avait d’autres endroits où les manifestations étaient bon-enfants, calmes et familiales.

 

Dimanche, Ruffin est allé parler devant l’Élysée, drapeau en bandoulière. La démarche est symbolique, il est venu relayer ce qu’il a entendu dans son département: rends l’ISF d’abord, camarade président. Et surtout, démissionne.

Le slogan n’est pas nouveau, mais il est rare, très rare. D’autres jacqueries, révoltes et grèves ont usé du même slogan en leur temps. Mais le climat est aujourd’hui particulier. Il n’y a que quelques idiots utiles de la Macronista pour ne pas le voir.

Ne pas se demander pour quoi une telle convergence existe, mais contre quoi. La réponse semble évidente : Emmanuel Macron « et son monde », ses réformes, la philosophie économique et politique qui les sous-tend.

Source: le Monde

 

A défaut de démission présidentielle, celle de Christophe Castaner parait évidente et nécessaire. Le ministre de l’intérieur pourrait avoir un peu de respect pour sa fonction.

 

Ce climat quasi-insurrectionnel déstabilise Macron. Jupiter se raccroche aux corps intermédiaires comme un naufragé à sa bouée. Le voici qui réclame à son premier ministre de recevoir à nouveau des gilets jaunes (n’importe lesquels pourvu qu’ils portent un gilet jaune !), et les représentants de partis politiques. Le second sur la liste à être reçu ce lundi matin est … Florian Philippot, président du groupuscule des « Patriotes« . On attend Nicolas Dupont-Aignan, et, pourquoi pas Jacques Bompard de la Ligue du Sud…

On sent la panique.

Macron cherche le pourrissement. Mais nombre de Gilets Jaunes ont déjà une vie pourrie.

Pour finir, regarder cette séquence, gênante.

 

Publicités

109 réflexions sur « Le climat insurrectionnel, les Gilets Jaunes et le stress jupitérien. »

  1. Comment avec 5000 policiers sur équipé, disposant de divers munitions ( sans soucis d’ économie) de moyens visuels permettant de tout filmer ont fait pour ne pas intervenir quand l’ arc de triomphe a été tagué.
    Pourquoi les responsables des forces de l’ ordre n’ ont rien dit?
    Pourquoi un ministre en direct alors que des gilets jaunes protègent la tombe du soldat inconnu déclare que ce n’ est pas ces images là qu’ il veut voir.
    Macron avait pris la précaution de partir se pavaner ailleurs laissant ses sbires gérer la casse. Il espère sortir sans tâche et pouvoir accuser les voyous de gilets jaunes.
    Il oubli trop vite que ventre affamé n’ a pas d’ oreille.

  2. Cette caricature de ministre, modèle parfait du moi je, qui ne sait pas son salaire mais fini par le dire ( en oubliant ses avantages en nature et en remise de taxes et d’ impôts ) se gargarise de ses paroles. Elle est :
    SECRÉTAIRE D’ÉTAT AUPRÈS DU MINISTRE D’ÉTAT, MINISTRE DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE ET SOLIDAIRE

    Dans sa longue liste de fonctions exercées, j’ ai noté celle ci :
    Directrice de cabinet de Martin Hirsch, Haut-commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté (2007).

    La blague, en 2007 elle s’ occupait de la pauvreté!!! Que dire d’ autre ?

  3. Hier soir, débat sur France 2 : membre du gouvernement présent, le jeune Attal . Précision de Thomas Sotto : Attal est le seul ministre et secrétaire d’état ayant accepté de venir .
    Trois choses : 1) il faut souligner le courage de ce jeune LREM . 2) Il a mis une magnifique baffe à Eric Ciotti 3) le décalage est impressionnant entre les gilets jaunes présents sur le plateau et Attal, avec ses éléments de langages . Il dit que le gouvernement se préoccupe des régions mais il oublie la réduction des dotations et le démantèlement des services publics de proximité, un des ( nombreux ) reproches des gilets jaunes . Il reprend le baratin du  » nous faisons ce pour quoi nous sommes élus  » et se fait mettre dans la figure que 1) Macron c’est 20% des votants et 2) que c’est un rejet du F.N plus qu’une approbation de sa politique .
    Les deux gilets jaunes présents ont bien fait comprendre qu’ils n’avaient aucunes illusions sur le monde politique et qu’ils considéraient que la politique macronienne était la continuité de celle de ses prédécesseurs .
    Ce débat n’a fait que confirmer ce qu’un grand nombre de citoyens ressent et la complète déconnexion de LREM !

      1. Stan
        Tu sais ce qu’on dit : la connerie des gens du gouvernement est insondable . Eh ben, lorsque tu les écoutes, tu t’aperçois que « insondable  » est encore en dessous de la réalité !

  4. Cette violence là se voit !elle est insupportable…
    Mais il y a celle qui ne se voit pas et que subissent des millions de gens..et face à elle les gens ont peur.. Peur du chômage, peur du déclassement, de la pauvreté..peur de se retrouver à la rue…peur du mépris…peur pour l’avenir de ses enfants..peur pour sa retraite.. Pour sa fin de vie ou celle de ses parents..etc
    Et les politiques ajoutent de la peur à la peur..les gens n’en peuvent plus..et parmi ceux qui y arrivent bien, il y a de plus en plus de gens solidaires qui les soutiennent…parce qu’ils ne veulent pas de cette société injuste.

  5. Un petit mot sur Castaner : dans tout conflit, il faut une note comique et Simplet a toutes les qualités requises pour tenir ce rôle de clown ;
    Faut, cependant, que ça ne dure pas trop longtemps : un retour accéléré à Forcalquier s’impose dans les plus brefs délais !

    1. Que reprochez-vous au juste à Castaner?

      -d’avoir pris exemple sur Grimaud en 68 : pas une seule victime parmi les manifestants et les casseurs jusqu’à présent (manifs autorisées, seul usage des grenades lacrymogènes )?

      -ou de ne pas avoir mis le paquet pour enlever aux manifestants l’envie de recommencer ?

      1. Si vous connaissiez Castaner autant qu’on le connait en Paca, vous ne poseriez pas la question !
        En ce qui concerne les casseurs, surtout à Paris, c’est le mentor qu’on lui a collé qui a fait le boulot . Castaner est parfaitement incompétent dans le domaine, comme l’était Alliot-Marie !

        1. Qui plus est, comparer Castaner à Grimaud, c’est hyper désobligeant pour ce dernier !

      2. E.A
        Ne soyez pas modeste:
        seul usage des grenades lacrymogènes )? N’ oublions pas voiturelance eau sous haute pression, grenades assourdissantes et aveuglantes, sans oublier la matraque.
        Et puis, cher monsieur n’ oubliez pas, que manifestants, casseurs ou non sont libres de manifester. Que la grande majorité des présents n’ était pas des casseurs. Vous allez sortir les mêmes âneries que ce délégué de la police qui conseille de faire appel à l’ armée. Comme preuve que les syndicats de police valent les autres
        Chaque manif a ses casseurs, depuis le temps, la police les connait, pourtant les casses sont répétitives……..question?

  6. « Mais, semble s’interroger le gvt, qui sont tous ces gens, disons ces français avec un gilet sur le dos ?? »
    tu sais bien, ce machin jaune dont on fut « obligé de s’acquitter » (entre x autres choses) t’en as pas ??
    Ben non, ..ni casque, ni triangle, ni vignette d’x contrôle, ni PV j’parie, ni rien n’est-ce pas.
    A-que c’est con; dommage ou ballot.

    (analogie; again) les camions nous emmerdent; ils puent, polluent, nous encombrent, nous écrasent et autre sécurité, sans compter son méga gaspi: un container (deux?) par bahut !
    ..du Havre à Digne-les-Bains.
    Bref, est-ce « le routier » le responsable ?!
    pas plus ni moins que « le journaliste », n’est-ce pas,

    Bon app, et bonne journée,

  7. Nous, en France, on a un prix nobel d économie, d’un il a dit qu’il fallait que Macron réforme vite pour y arriver( hihi !!) et deux que « face à la crise climatique, la persuasion ne suffit pas, il faut toucher au portefeuille »
    Combien on lui a filé à Tirole pour son prix nobel 🙂 ou alors les gilets jaunes ne sont sensibles à sa prose !

    1. Déjà, le prix Nobel d’économie est une fumisterie, au même titre que ceux de la paix ou de littérature (les mauvais esprits insinuent qu’on les a créés, ces trois-là, uniquement pour que les Africains puissent en décrocher quelques-uns : il va de soi que je ne me rendrai pas jusqu’à ces extrémités hautement condamnables…).

      Ensuite, ce n’est pas parce qu’on est (ou qu’on passe pour) doué en économie qu’on y comprend quoi que ce soit en climatologie. Vu que, déjà, les auto-proclamés climatologues n’y pigent pas grand-chose.

      1. Si je ne m’abuses, les prix Nobel de la paix et de la littérature figuraient dans le testament de ce brave Alfred .
        L’escroquerie, c’est le Nobel d’économie qui, d’ailleurs n’est pas remis en même temps que les autres, puisque ne figurant pas au testament cité plus haut .

        1. @ Alain Bobards
          Le prix dit Nobel d’économie récompense un travail précis en économie, comme les prix Nobel de physique, de chimie, de médecine etc. Il ne confère pas l’infaillibilité, à leurs bénéficiaires, pour toutes leurs autres déclarations passées ou à venir dans leurs domaines (Montagnié à beaucoup pété les plombs après son Nobel de médecine, mais c’est bien lui qui a découvert le virus du SIDA)

          1. (suite) Bizarrement, et contrairement aux autres prix Nobel (y inclus d’économie), le prix Nobel de littérature est le seul accordé à un écrivain, pour l’ ensemble de son oeuvre et non pour un livre en particulier.

            1. (suite et fin)
              Tirole a obtenu son prix dit Nobel pour une publication sur  » Les mécanismes de marché et leur régulation » (travail que vous et moi serions bien en peine de comprendre, encore moins de démolir…Tout le monde n’est pas Stanislas !) et rien de plus…même si (voyez sur wikipédia ) ses cursus français et étranger sont impressionnants, et qu’il faut être un imbécile pour le considérer comme un imbécile !

              J’ai lu un livre de vulgarisation (vulgarisation est un bien grand mot, j’ai dû en comprendre 30 %) d’ un économiste hongrois dont j’ai oublié le nom sur les seuls travaux d’économie qui ont valu à leurs auteurs le prix dit Nobel ; il y a vraiment des choses fabuleuses et accessibles, par exmple sur la théorie des jeux appliquée aux mécanismes des marchés.

              1. Venant d’un mickey,comme vous, votre remarque me fait le même effet que si je regardais une vache à la gueule enflée ruminer une betterave pourrie. Elle en a le droit..

    2. Sylvie

      Allez je vais vous aider à comprendre les Tirole, Daniel, Cahuc, Attali, Minc Sylvestre etc…,Vous verrez 50 minutesd’expériences pour mettre la théorie dans le réel. C’est le laboratoire d’idée Coyotte qui s’y est collé.

  8. Un député LREM, Aurélien Taché, explique que son mouvement veut transférer la souveraineté de la France à l’U.E.
    A ce niveau d’ânerie, c’est au delà du hors sol, c’est stratosphérique !

      1. « Je me méfie des 10 et 11 décembre prochain. »

        Vous avez raison : on ne se méfie jamais assez des 10 et 11 décembre. À plus forte raison quand ils sont prochainS…

        1. (Oui, c’esr pas comme ceux de 2019.)
          Il s’agit du pacte de Marrakech. En définitive çà peut intéresser au premier plan lancien et vous.

    1. Quand on a un certain âge, on sait que les mouvements spontannés le sont tout autant que les paroles des politiques 😀
      Rien ne se fait sans le grand Sam de mai 68 aux printemps arabes (mais chut on pourrait être taxé de complotiste).

      Et oui, l’Amerique de Trump ne veut pas plus d’armée européenne que d’Europe.

      La question est de savoir si ses intérêts ne vont pas dans le sens de la population Française traitée par dessus la jambe depuis 25 ans.

    2. C’est la vengeance des amerlocks , puisque Vladimir aurait fomenté l’élection de Donald .
      C’est formidable la quantité de conneries qu’on peut lire et entendre, alors que la demande de fond des G.J est simple : ne plus être plumés au profit des riches et ne plus voir les services publics, dont ils ont besoin, disparaitre , sabotés par des technocrates néo libs hors sols, affidés de ces mêmes riches !
      ( Y a des pléonasmes qui trainent, dans ce commentaire )

      1. @ Alain Bobards
        Il n’y a pas de pléonasme, il y a surtout des oxymores.
        Les Gilets Jaunes demandent à la fois un développement des services publics et une baisse drs impôts; un développement de la politique écologique et la baisse de la taxation des énergies fossiles et en particulier du diesel, etc.

        1. « Les Gilets Jaunes demandent à la fois un développement des services publics et une baisse drs impôts »

          Je ne vois aucune aporie là-dedans : il suffirait de faire enfin maigrir notre État atteint d’obésité morbide, de le déclarer incompétent dans tous les secteurs qui ne sont pas de son ressort mais dont il prétend s’occuper quand même, en y produisant d’ubuesques gâchis ; de couper les vivres à toutes les associations lucratives sans but, à simplifier drastiquement l’organisation territoriale (ou plutôt sa désorganisation), etc. Et, ensuite, à contraindre cet État redevenu svelte à s’occuper vraiment des quelques services publics qui resteraient de sa compétence.

        2. D’autre part, je n’ai pas beaucoup entendu les gilets jaunes réclamer un « développement de la politique écologique ». J’ai même l’impression que, tout comme moi-même, ils s’en branlent à deux paluches.

  9. Je ne vois pas trop comment un mouvement insurrectionnel aux revendications profondes mais si contradictoires ( c’est en cela qu’il rappelle les débuts de mai 68 ) pourrait prendre fin alors qu’il n’y a aucune issue classique : ni « convergence des luttes » comme le réclame ce pauvre Ruffin, ni négociations (avec qui et sur quoi le gouvernement pourrait-il négocier ?) , ni démission du président (pour le remplacer par Mariine Le Pen ?), ni reprise en main par les syndicats déconsidéres ( échec total, samedi, de leur manif à la République ), et encore moins par les partis politiques d’ opposition.

    1. En 1789, déjà les amerlocks avaient envoyé un bateau messager aux français pour leur dire de foutre la merde et les russes avaient prévenu les journalistes du Monde par cosaque à cheval

      tout circule, aux ronds point locaux les plus proches , j’ai entendu dire des plus mordus que c’était les coréens du nord qui envoyaient du pognon pour alimenter le barbecue en saucisses..

      C’est d’une simplicité enfantine à comprendre, chaque journée passée à bouffer sur le compte des USA et des coréens du nord (peut être que selon les régions ce ne sont pas les mêmes qui raquent,) est une journée qui rapproche de la fin de mois sans dépasser d’argent.

      Dans l’histoire de novembre et décembre de l’année 2018, il restera que les gilets jaunes aux ronds points ont été les seuls démerdes à économiser du fric en bouffe pour payer des cadeaux à leurs gosses à Noël….

      Accessoirement, les meilleurs médias profitent eux aussi de ces moments idéaux pour doubler ou tripler les ventes de leurs colonnes en cherchant à tout prix à trouver un leader, un responsable, un coordinateur, un rassembleur, à mettre en face du morpion tellement c’est improbable que les gens puissent tout à coup en avoir marre de voir qu’une bande d’enfoirés qui se succèdent revendent la France aux plus offrants

      Un peuple répond toujours bêtement à un leader merde, c’est logique ……Puisqu’en France ils se sont tous tiré une balle dans le pied en faisant disparaitre l’alternative commerciale du vote gauche droite et que les syndicats se sont dissous par convergence d’opinion aux « réformes libérales financières » il faut vite en recréer une. Alors les politologues qui sont en train de perdre leur boulot essaient :
      – modérés LREM /extrémistes fachos et gauchos
      – USA/russie et inversement selon le sujet
      – bacebouque/presse des milliardaires
      – pavlov/cerveau

      Finalement tout le monde est d’accord sans le savoir en haut et en bas, il faut « réformer » . Sauf que ce n’est pas forcément dans le même sens…

      Ici Stanislas, qui voudrait lui savoir pourquoi on se retrouve avec une bande d’escrocs détachés des groupes privés au sommet de l’état…

        1. Ca fait déjà un moment qu’on parle d’une réforme de la zone euro . Ce qui est croquignolet, c’est que les ministres et chefs d’états se mettent d’accord, sans en référer aux citoyens et alors que l’institution U.E . est , de plus en plus, contestée par ces mêmes citoyens !
          Vous avez dit  » démocratie  » ?

          1. Une réforme de la zone euro devra être avalisée par les Etats- membres, que ce soit par référendum ou par leurs Parlements nationaux ďémocratiquement élus.

    2. En cas de démission de Macron, son remplaçant (par intérim ) serait Gérard Larcher , l’actuel Président du Sénat . C’est la Constitution qui veut ça .

      1. @ Alain Bobards
        À titre provisoire, jusqu’à la prochaine présidentielle qui devrait se tenir au bout de quelques semaines au plus tard: on n’est pas aux USA, le président du Sénat n’est pas le vice- président de la République !

  10. Les USA et les russes sont minables finalement, obligés de manipuler de manière subreptice par l’intermédiaire des nouvelles technologies pour mettre le peuple au pied. En plus faudrait pouvoir le vérifier..

    Bruxelles , c’est à l’ancienne qu’ils l’ont réussi par traité écrit. Et là, c’est pas du fantasme, tout le monde peut s’en rend compte….

    D’ailleurs tout n’est pas perdu, nous avons aussi réussi à transférer le social à l’intelligence artificielle. Ne dit on pas les réseaux sociaux ? hein ?

  11. Et on a mieux que Jean Tirole, on a le groupe d’expert du Smic ( mis en place sous Sarkozy ) …qui veut freiner la hausse du smic…
    Au fait, ca gagne combien « un expert du smic » …ils sont combien d’experts …sinon on peut creer « un groupe d’expert » des salaires des experts du smic …

    1. Sylvie
      Le SMIC est un salaire horaire, et non mensuel; institué à l’époque du plein emploi ( il s’appelait alors le SMIG), il perd beaucoup de son sens lorsque tant de gens travaillent , comme aujourd’hui, dans un temps partiel non choisi.

      Par ailleurs, comme l’avait dit Rocard, il n’a de sens que si c’est un salaire d’embauche , que les gens toucheront peu de temps avant de progresser dans l’entreprise à un salaire supérieur; mais si les gens restent au SMIC et que celui-ci progresse plus vite que l’inflation (contrairement aux salaires plus élevés ), on aboutit à un écrasement de la grille des salaires et à un nombre croissant de gens au SMIC.

      1. SMIC : Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance .
        SMIG : Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti ;

        Vous pigez la nuance ?

  12. Zut ! pas le temps de lâcher un commentaire ni un extrait, même de P Dac, ..crevé, je vais me coucher.
    Vrai que je pourrais attendre qqls heures (comme souvent, zen) ni l’envie de vous soustraire davantage ce billet illustré, si coloré donc divers et avec son contre pied, façon giratoire à l’envers; aussi de songer à l’accroche célèbre, conforme, fondée: « le poids des mots, le choc des fotos ».
    L’info surement se disperse mais n’attends pas.
    L’opinion est taquine, pourquoi s’en priver ?
    Bon p’tit dèj’,

    http://www.deblog-notes.com/2018/12/gilets.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

  13. De par son origine, il est normal d’ avoir des revendications différentes.
    C’ est cela un mouvement de foule spontané. Il est issu du ras le bol des gens sur le coût et le nombre de taxes.
    Si nous commencions par les plus flagrantes : la CSG qui devait être provisoire, qui est devenue permanente et augmente régulièrement.
    C’est une taxe dont vous déclarez une part dans vos impôts, double peine.
    La TVA que certains trouvent juste . taxe sur la valeur ajoutée
    Elle devrait s’ appeler TAV, taxe ajoutée à la valeur. Elle s » applique sur tous services, même sur les taxes, sur un abonnement pour avoir droit à l’ eau ou l’ électricité. La TVA sur taxes locales…..
    En 2018 l’ état pense récupérer 158 milliards d’ € en TVA.

  14. J’ ajouterai que les GJ n’ ont pas a se présenter devant un ministre quelconque. Le chef de l’ état sait très bien ce qu’ ils demandent.
    Les journaleux habituels parlent de x et x nombres de réclamations, du refus de venir discuter avec eux. Quel plaisir ils auraient à démolir le premier pioupiou se présentant.
    C’est a macron de bouger, demain est déjà passé.
    Que les députés se souviennent que leur place il la doive à l’ électeur, demain oust
    Que ministres et secrétaire d’ état même pas élus par le peuple mais nommés plus ou moins par copinage ,quota ou autre sont là provisoirement, cela peut même être très bref.
    Tout ce beau monde est au service de l’ état, donc du peuple; Leur travail ne doit pas être que salaire et avantages, le pays est ruiné, la misère frappe .

  15. Moi, ce qui me fait marrer c’est de voir réapparaître à la télé les chantres de l’ultra libéralisme qui proposent des mesures qui relèvent de la politique de la demande 😄

  16. @ Hélène
    Ils sont trop contents …un gilet jaune vient de dire qu’il n’y a pas assez de différence entre le salariat et l’assistanat ! Une aubaine pour la droite furibarde …ce mouvement risque aussi d’accoucher d’un monstre !

    1. Sylvie,

      c’est normal qu’il y ait des notes discordantes puisque tous les partis sont représentés (qu’on le dise ou non) dans le mouvement des gilets jaunes.
      Un gilet jaune L R reprochera toujours ce genre de chose (pour le fn c’est différent car ce sont les classes défavorisées qui en font le force).
      C’est d’ailleurs là dessus que compte le pouvoir en place : la disparité des demandes. Pas sûr que ce pas glissé le sorte de çe piège.

    2. C’est, au contraire, très intéressant . Tous les édito-médiato-économico-sociolo-politicards qui nous bassinent avec le « pouvoir d’achat » ne parlent jamais des salaires . Les stats de tout genre démontrent que, depuis trente ans, l’écart salaires/profits se creuse d’années en années . Que les grosses boites commencent par augmenter les bas salaires et les PME et TPE suivront dès que ces augmentations relanceront la consommation . Et tant pis si ça fout des boutons aux actionnaires : ça fait suffisamment longtemps qu’ils se goinfrent en pionçant ( pour paraphraser tonton Mitterrand ) .

      1. @ Alain Bobards
        Je ne comprends pas ce que vous avez contre le pouvoir d’achat, qui est la seule chose qui compte, et non pas les salaires !

        Préfèrez vous :

        – un pouvoir d’achat qui baisse, avec une hausse des salaires de 10 % et une hausse des prix de 15 % ,
        .
        -ou un pouvoir d’achat qui augmente, avec une hausse des salaires de 5% et une hausse des prix de 1% ?

        1. Il peut y avoir aussi un pouvoir d’achat qui augmente par la baisse des impôts et pour eux une bonne occasion de réduire les services publics.
          (alors qu’une sérieuse réorganisation donnerait probablement des bons résultats).

          1. Hélène
            Outre que la baisse des impôts n’a pas un effet immédiat sur le « pouvoir d’achat » ( contrairement à une augmentation de salaire ), la dite baisse conduit à saboter davantage des services publics déjà suffisamment dégradés, effectivement .
            Et qu’on ne vienne pas nous la raconter avec l’augmentation des salaires qui générerait de l’inflation : elle est présente par la grâce des marchés, ces soi-disant régulateurs !

            1. Vouala, mais notre Elie national n’y avait pas pensê.
              Sur l’impact de l’impôt sur les services publics, commençons par le commencement, à savoir la réorganisation, séparer le bon grain de l’ivraie dans chaque organisme.
              Apres le tri, on verra ce qu’il reste à charge

            2. Un peu d’inflation n’est pas nécessairement malsain pour la croissance, au contraire; et la hausse des salaires ne génère pas nécessairement toujours de l’inflation- et réciproquement ( la stagflation = inflation sans croissance ).

              Ce qui est malsain, par contre, c’ est la hausse de salaires qui ne génère aucune croissance, parce que la consommation se porte sur des produits non fabriqués en France : ce fut déjà le cas en 1981, où Michel Jobert dut arrêter à Poitiers la déferlante des magnétoscopes japonais en France; et comme l’a dit alors Pierre Mauroy :  » Si j’avais su que l’industrie française était tellement en retard, je lui aurais laissé le temps de se remuscler avant de distribuer du pouvoir d’achat! » Que serait-il aujourd’hui avec la mondialisation…

              À noter tout de même que si la mondialisation à fait perdre des emplois en France, elle a fait gagner du pouvoir d’achat par l’arrivée de produits bon marché fabriqués dans des pays à faible coût de main d’oeuvre ( textiles, ordinateurs, smartphones, etc. )

        2. Elie
          Je ne comprends pas que vous ne compreniez pas que l’écart salaires/profits qui se creuse depuis des années est la première cause de la stagnation, voire de la baisse du pouvoir d’achat !

  17. Je n’ai pas d’opinion bien arrêtée sur la taxe carbone (sparadrap contre, je suis tout à fait favorable à celle sur le diesel qui est un autre problème ), mais ce recul du gouvernement sous forme de « moratoire » me semble stratégiquement une erreur grossière et un signe d’ affolement.
    Si j’étais Gilet Jaune, je demanderais non pas un moratoire, mais une suppression; et je crois que cette affaire de taxe est depuis longtemps dèpassée.

        1. Un sparadrap comme celui que vient de coller Philippe sur la plaie béante qui fait souffrir le peuple français sans l’avoir préalablement nettoyée !
          Jupiter ferait bien de changer de médecin…
          Acte 4 ?

          ***

          1. À cela près qu’il y a mis un peu de poivre dessus 😬😬😬
            Le bébé se présente mal.

    1. Élie..
      Le gouvernement n’a pas eu le choix… 6 mois ça laisse le temps de la réflexion.. Par contre toutes autres réformes seront difficiles à mener ou pas…cette époque montre que tout redevient possible alors que nous étions depuis devant des années face à des impasses imposées..les gens refusent enfin le fatalisme ! Par contre le silence de Macron est incompréhensible à mon avis..

      1. Sylvie
         » Le premier ministre conduit la politique du gouvernement  » ( Constitution de 1958 ) . Le premier ministre est, de fait, un fusible et le petit marquis et ses conseillers viennent d’un seul coup de se le rappeler , d’où le silence religieux de l’Elysée !

      1. Tu parles !
        Comme si un cautère sur une jambe de bois pouvait calmer une rogne qui va bien au delà d’une taxe sur les carburants !

          1. C’est bien, mon bon ! Vous commencez à ouvrir les yeux . Il n’est jamais trop tard …!

          2. Je pense que le fait que vous ayez raison @ Elie…va changer le cours de l’histoire 😀

    1. (voilà) Qué négocier ? ni camelot ni maquignon; t’as le choix: soit tu recules soit tu fais marche arrière.
      Tu verras, ..même pas mal ! (peut-être pas au début)

  18. Cohn bendit ne trouve aucune comparaison avec mai 68…pourtant depuis les shadoks rien n’a changé …à croire que son mouvement n’a pas vraiment changé le cours de l’histoire..dans le fond !

    1. Sylvie
      DCB ne devrait jamais sortir de la naphtaline !
      Fumiste un jour, fumiste toujours !

      1. En effet @ Alain de plus, ce mouvement montre enfin un monde décomplexé ..et quand on reproche aux gilets jaunes soit disant od’avoir la faiblesse de ne pas avoir de solutions et d’organisation, ils n’hésitent plus à dire aux députés, ministres, sénateurs etc…que c’est leur job et que c’est à eux tous de trouver des solutions face à cette crise…les gilets jaunes ont l’intelligence de remettre chacun à sa place…et de rappeler aux politiques leur mission ..

  19. « le pouvoir d’achat », n’est-ce pas le seul, l’unique pouvoir reconnu, concédé à la plèbe ?!
    Besancenot, ..sinon Tartempion, dis-je dans une tentative d’alimenter le propos en écartant un patronyme forcément taxé d’idéologie d’essence fétide, donc incapable d’aligner une lapalissade (youpie) précise: « pas le pouvoir d’une pensée critique, ou celui de se révolter » (etc.?) mais le pouvoir de consommer et acheter !
    Puisque tout! augmente, exceptés les revenus, salaires, pensions, retraites.. relevez-les !
    Applaudissement, ..Onpc dimanche dernier.
    Et autres joyeusetés; dividendes, spéculation, no-investissement (et) aïe une bulle !? (par ex) un grain dans l’air, une punaise dans le rouage la fait péter ? donc la banque !
    Nâân, paisible, le peuple solidaire va la sauver.
    Ni rien de nouveau, hélas :

    1. Parce que vous n’aviez pas prévu ça ?
      Vous manquez d’esprit d’analyse.

      Il n’empêche que si la tendance « je voulais juste passer à la télé » des GJ se contente des miettes après avoir fichu la pagaille, il n’en sera pas de même pour ceux qui en bavent et ne sont pas « vu à la télé ».

      Ils seront moins, mais plus justes et plus radicalisés.
      Après réflexion, vous ne pensez pas la même chose que moi ?

      1. On peut se radicaliser tant qu’on veut, mais tant qu’on n’aura pas de solution alternative, cohérente, et compatible avec le monde tel qu’il est à proposer, on devra se contenter de brûler des voitures (au nom de la défense du droit de rouler en voiture, bien sûr…)

  20. Excellent résumé, qui pointe ce que personne ne voit : les risques pour la démocratie.

    « Les “gilets jaunes”, un terrible effet boomerang pour Emmanuel Macron »

    Alors que ses prédécesseurs, même au plus fort de la tourmente, disposaient encore de la protection de leur camp, il n’y a rien de tel aujourd’hui pour le président : le roi est nu, constate, dans sa chronique, Gérard Courtois, éditorialiste au Monde

    Il y a dix-huit mois, Emmanuel Macron a fait table rase du passé. Paysage bouleversé, caciques balayés, partis traditionnels marginalisés : pour paraphraser Tocqueville, la « révolution » dont ce jeune président se voulait le héraut n’a pas renversé un système vermoulu, « elle n’a fait qu’en disperser les ruines ». Mais sa promesse d’une nouvelle manière de faire de la politique, plus horizontale, participative et à l’écoute des Français s’est dissipée dès le lendemain de l’élection. Verticalité, rapidité, efficacité ont été les maîtres mots de la première année du quinquennat. La souveraine intelligence du prince, croyait-il, suffirait à désarmer les résistances et à emporter l’adhésion.

    Aujourd’hui, les « gilets jaunes » veulent faire table rase du président. Ils récusent son autorité, contestent sa légitimité et, pour nombre d’entre eux, réclament sa démission. Faute qu’on leur ait donné la parole, ils l’ont prise. Ils se veulent la voix du peuple et n’entendent la déléguer à personne, y compris à ceux des leurs qui se disent prêts, même de façon comminatoire, à discuter avec le gouvernement. Pour Emmanuel Macron, l’effet boomerang est terrible. Il n’est pas moins inquiétant pour le pays, ébranlé par ce séisme d’une violence inédite depuis des lustres

    L’actuel chef de l’Etat n’est pas le premier à subir un tel rejet. La jubilation d’abattre la statue du commandeur de Gaulle fut l’un des moteurs de Mai 68. En 1981, Valéry Giscard d’Estaing quitta l’Elysée sous les injures, les crachats même. Au moment de la crise de l’école privée, en 1984, François Mitterrand était, disait-on, l’homme le plus haï de France. A-t-on oublié l’exécration rageuse dont Nicolas Sarkozy fut très vite la cible ? Ou la vindicte méprisante à l’encontre de François Hollande ?

    A la différence près que tous ces prédécesseurs, même au plus fort de la tourmente, disposaient encore, outre celle des institutions, de la protection de leur camp : des partis expérimentés, des élus enracinés, des ministres chevronnés, des majorités (plus ou moins) soudées, à quoi s’ajoutaient des relais sociaux. Rien de tel aujourd’hui : un parti hors sol, des élus novices, un gouvernement peu aguerri et des syndicats tenus en lisière. Le roi est nu, trop seul, très vulnérable.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les partis présentent leurs griefs à Matignon

    Quant aux explosions, sociales, estudiantines ou banlieusardes, elles n’ont pas non plus manqué – comme des exutoires compulsifs à la rigidité d’une monarchie républicaine qui ne garantit la respiration démocratique du pays que de façon trop sporadique, lors de la seule élection présidentielle. De la grève des mineurs en 1963 à celle des services publics à l’automne 1995, de la tornade de 1968 au mouvement contre la réforme universitaire Devaquet en 1986 ou contre le contrat première embauche (CPE) en 2006, de l’embrasement du quartier des Minguettes, à Vénissieux, à l’été 1981 à celui des banlieues parisiennes en 2005, de la révolte des « bonnets rouges » bretons en 2013 à celle contre la loi travail de 2016, la liste est loin d’être limitative.

    A chaque fois, tant bien que mal, il a fallu trouver une réponse politique à la crise. En général, à défaut de l’avoir anticipée, le gouvernement a été contraint à un geste majeur permettant aux mutins de crier victoire : en 1968, ce furent des augmentations salariales massives et la dissolution de l’Assemblée nationale ; depuis, l’abandon de la réforme contestée a, le plus souvent, permis de calmer la fièvre. A quoi il faut ajouter des interlocuteurs capables de donner crédit au pouvoir qu’il a pris la mesure de la révolte et une parole forte, présidentielle, pour donner forme à ce repli et l’assumer.

    Pour l’heure, tout cela manque. Certes, l’augmentation des prix de l’essence a servi de détonateur au mouvement des « gilets jaunes ». Mais il est clair que leur annulation ne suffirait plus à calmer une colère longtemps refoulée et qui déferle désormais tous azimuts : contre le poids des impôts et leur répartition, contre la compression du pouvoir d’achat, contre les inégalités réelles ou ressenties, contre le chômage et la précarité, contre l’érosion des services publics, bref contre l’ensemble de la politique de l’actuel gouvernement et de ses prédécesseurs depuis une décennie, voire deux. Il y a huit ans déjà, Jean-Paul Delevoye, alors médiateur de la République, s’alarmait du « burn-out » qui menaçait la société française, faute de « réponse politique » à la hauteur de ses anxiétés. Nous y sommes.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les « gilets jaunes » ciblent la suppression de l’ISF, « péché originel » de Macron

    Pour ne rien arranger, et à supposer qu’il y soit prêt, le gouvernement manque d’interlocuteurs pour engager un dialogue approfondi, discuter, négocier, bâtir des compromis, purger la crise et penser l’avenir. Dévitalisés, débordés et soupçonnés de vouloir confisquer le débat, les partis ne sont plus des médiateurs crédibles. Les syndicats peinent à le rester. Quant aux « gilets jaunes » eux-mêmes, ils prônent la démocratie directe au point de refuser de mandater des représentants. A ce stade, c’est l’impasse.

    Enfin, et surtout, ils récusent tout crédit aux autorités politiques, quelles qu’elles soient ou à peu près. Depuis une huitaine d’années, le baromètre de la confiance politique du Centre de recherche de Science Po est pourtant terriblement éloquent : huit Français sur dix, voire davantage, considèrent que « les responsables politiques ne se préoccupent pas de ce que pensent les gens comme eux », et deux sur trois éprouvent de la « méfiance » (39 %) ou du « dégoût » (25 %) quand ils pensent à la politique. C’est dire la profondeur de la crise de la représentation politique, condition essentielle sinon exclusive de la démocratie. Depuis longtemps, chacun s’en dit conscient. Depuis trop longtemps, personne n’a su réduire cette fracture. Au risque qu’elle devienne irrémédiable.

    1. C’est un article qui enfonce les portes ouvertes . N’importe qui observant DE PRES le terrain, savait depuis , au moins 10 ans, que le ras le bol atteignait un maximum .
      Mais nous avons des politicards qui se prennent tous pour des génies, sont d’une arrogance phénoménale et d’une incompétence telle qu’ils sont à la merci des lobbys et des énarques ministériels .
      Le résultat, on l’a sous les yeux !

      1. La démocratie, en U.E, elle est morte le jour où, face au référendum Grec, Junker a affirmé que le vote des citoyens ne représentait rien par rapport aux traités !

        1. Juncker a raison: les traités prévoient les moyens d’en sortir (voir le Brexit ), le gouvernement grec aurait pu faire ce choix; mais on ne peut pas vouloir rester dans un traité sans en respecter les clauses.

          1. Faut pas rigoler : le référendum Grec demandait un moratoire ( c’est la mode ) sur la dette . La réponse de Junker mettant les traités au dessus d’un vote citoyen a fait fi de la démocratie !
            On va voir si l’Italie va présenter un nouveau projet de budget satisfaisant Bruxelles plutôt que ses électeurs . Ca risque de faire des étincelles !

  21. Donc cet arrêt de taxes coûterait 2 milliards et mettrait le budget en danger…mais de qui se moque t on si on ramène ce montant à celui des cadeaux fiscaux et autres défiscalisations favorables aux très riches et aux tres grandes entreprises…une fois de plus on prouve que la fiscalité n’est portée que par ceux qui peuvent le moins et apres on les impressionne en brandissant les milliards perdus !

  22. Les Allemands ont une chancelière, les Américains un président, les anglais un 1er ministre, les italiens un président du conseil etc…!
    Les Français ont UN président et UN premier ministre . C’est beaucoup pour foirer tout ce qu’ils touchent, et depuis des années !

    1. Comme c’est pas très clair, ce qui foire, c’est tout ce que touche LE Président et LE premier Ministre .

  23. Sans doute samedi, va t-on voir ll’utra droite et l’extrême gauche se taper dessus.
    Ces gens là sont de vrais dangers et avec eux on peut voir les heurts se transformer en scènes de guérilla.

    -> J’espère que les gilets jaunes resteront sur leurs ronds ponts.

  24. Et l’augmentation de l’électricité…on la paiera quand …puisqu’on est obligé de la payer..et que l’état le sait…comme ça s’était produit par le passé…

    1. Sylvie

      Le marché de l’électricité est sur le registre exclusif du cynisme et de l’anarchie réunies.
      On pourrait même résumer l’affaire ces dernières années par :  » plus je libère la concurrence et plus je règlemente ».

      Le système se déglingue à grande vitesse, les prix de gros sont à la baisse continue car la consommation diminue régulièrement contrairement à ce qu’on nous fait croire (lire le rapport RTE équilibre offre demande 2017)….

      Le secteur nucléaire est dans la merde avec les charges énormes auxquelles EDF surendetté ne peut faire face et nous sommes en surcapacité de production.
      Tout n’est pas perdu puisque EDF, est exportateur net toute l’année et se revend à lui même les MwH à bas prix de la France vers les pays voisins, peuplés de manants qui acceptent de payer plus cher…

      Les escrocs ont déjà trouvé deux méthodes pour faire raquer le gueux

      1° une plateforme numérique Linky qui permettra de caler le prix du kwh sur le marché EPEX, dont les prix peuvent monter de 1 à 3 en quelques instants sur quelques heures. Le prix de la fourniture représente 35% de la facture. Si vous augmentez le prix de la fourniture, vous augmentez les taxes proportionnelles. CQFD

      2° La réflexion sur la sanctuarisation (nationalisation) du nucléaire avec reprise de l’endettement d’EDF par l’état. C’est devenu une manip classique des escrocs de gouvernement (voir SNCF). La sanctuarisation étant faite, il ne reste plus au système mafieux qu’à tirer le fric sous forme de prix « horo saisonniers » à l’aide silencieuse du fameux compteur Linky..

      Cette observation étant faite, je conseille à tous ceux qui ont le chauffage électrique comme moi, de remplacer par des énergies à créer des particules comme le bois ou les pellets..
      Les coupures pour revente momentanée au plus offrant dans les prochaines années vont être monnaie courante..

      Et les prix vont bondir de l’ordre de 60 à 70 % puisqu’en 2012, le rapport Poniatowsky faisait état de 100% d’augmentation d’ici à 2020

      Ca va forcément péter.

      1. Tout est dit Stan..
        Un autre sujet..depuis 20 ans chaque réforme de la retraite nous assure que le système est sauvé et à chaque campagne électoral on nous « promet » un nième plan de sauvetage..traduisons:on va encore baisser vos retraites…le prochain sauvetage risque d’être croquignolesque et vise bien évidemment de baisser toutes les retraites publiques comme privées et de baisser les pensions se réversion sur le conseil de l’ocde…je me demande même comment un mouvement comme les gilets jaunes n’a pas eu lieu bien avant !

  25. Je lis vos commentaires, et comme pour l’ ensemble des GJ il y a un peu de tout
    Jusque sortir des catacombes un con de bendit, un beu zanceno, manque le cri vine.
    Spécialiste des éoliennes, le premier larbin de sa majesté tente de refiler du vent en prime de la promesse de sauver la planète. Pas foutu de satisfaire un minimum 66 millions de citoyens, il prétend sauver le monde, pas peur de pisser sur ses souliers le jupiter.
    Alors plutôt que tourner autour du pot en promettant un avenir meilleur pour nos arrières, arrières petits enfants, il serait si simple de rendre un peu de pouvoir d’ achat à tout le monde.
    L’ état ne paye rien, les gens y gagnent.
    Bon, je vous donne ma solution extrêmement simple
    Diminuer de 2 points la TVA
    Pour compenser les pertes, l » état supprime quelques primes de ses hauts fonctionnaires, quelques dizaines de voitures de fonction, la moitié des 6000 € d’ argent de poche des députés, pioche dans le trésor des sénateurs comme il pioche dans la sécu, diminue le train de vie royal de l’ Elysée, car enfin, la vaisselle, le changement de moquette et de fauteuil, le bien être du cul de ses messieurs, le peuple s’ en fout.

  26. Je dois dire que je suis contre l’ augmentation du salaire minimum et des salaires. Une grande partie file aussi vite dans les caisses de l’ état, mieux le coût de la vie augmente d’ autant plus.
    Nos salaires sont assez élevés si le coût de la vie reste stable, si l’ état ne crée pas chaque semaine de nouvelles taxes
    Le deuxième contributeur au budget de l’ UE est capable s’ il en a la volonté de dire stop aux folies de Bruxelles. Nous avions un réseau électrique performant sans pollution et bien sécurisé.
    Nous en arrivons au point de la détruire contre du vent, de confier des centrales nucléaires à des entreprises privées, de subir des augmentations énormes du coût de ce service car Bruxelles le veut.
    Mais dans cela, que devient le citoyen français? Que deviennent les gens qui depuis des années ont payé pour ce réseau performant, non polluant et moins couteux……!!!
    Les calculs de gens non intéressées par la vente d’ éoliennes ou de panneaux solaire, ni surtout par la recherche de place disent que ce bouleversement climatique est normal et cyclique. Il est prouvé que pôle sud et nord se sont déjà inversé et que cela va se reproduire, nous savons que le pôle nord géographique se décale par rapport au pôle magnétique, des carottes de glace datant de plusieurs siècles prouvent des dégels et regel depuis des siècles. Le CO² c’est la vie des plantes, en échange elles donnent de l’ oxygène

Les commentaires sont fermés.