Les éditocrates ne sont plus journalistes


La plupart des blogueurs politiques, pour ce qu’il en reste, et tous les twittos et autres Facebookistes qui donnent leur avis politiques ne sont rien d’autres que des commentateurs politiques, des éditorialistes amateurs qui se distinguent des éditorialistes professionnels par (1) leur anonymat (parfois), (2) leur bénévolat (pas de salaire pour donner son opinion sur la vie du monde), et (3) l’absence de carte de presse (et de l’avantage fiscal qui va avec) qui va avec.

Depuis l’irruption du web, la parole de chacun se publie facilement: dans des blogs, des forums, les zones de commentaires des journaux, Twitter, Facebook, etc. Chacun.e. intéressé.e à la chose politique peut livrer et publier sans le filtre d’un média officiel ni une carte de presse son opinion sur la vie politique et l’avenir en commun.

Et du coup, que reste-t-il à ces éditocrates qui occupent nos ondes, qui peu à peu se sont approprier le commentaire politique officiel ?

Pourquoi seraient-ils plus journalistes que l’éditocrate amateur ? Pourquoi méritent-ils aujourd’hui une carte de presse ? Le monde a changé. Nous sommes tous éditocrates, nul besoin d’en statufier certains plus que d’autres.

`Le plus triste est l’impact néfaste qu’ils ont sur la profession médiatique toute entière.

Ami(e) journaliste, dégagez-les.

Laissez-les commenter, mais retirez leur leur carte de presse.

 

Publicités

19 réflexions sur « Les éditocrates ne sont plus journalistes »

  1. Quasiment tus les journalistes sont planqués derrière leur micro ou stylo. Comme celles et ceux qui commentent d’ailleurs qui sont derrière leur clavier.

  2. Les journalistes qui se font malmener, tant par les manifestants que par les flics, sont les victimes de types, nommés éditorialistes, aussi hors sol que les politicards auxquels ils servent, obséquieusement, la soupe .
    Y a rien de plus crispant que de regarder  » c’est dans l’air « , entre autre, et les charlots méprisants qui y sévissent , surtout après être allé sur les ronds points et avoir discuté avec les G.J.
    Les éditorialistes méritent des entartages à répétition .
    Le Gloupier, reviens !

    1. Ah non.. Alain.. Reconnaissons à cette émission là constance à formater les esprits..un vrai sacerdoce..des années que l’on voit les mêmes qui ont un poste quasi éternel nous expliquer que la precarisation oups la flexibilité est inévitable..des années qu’ils nous expliquent savamment que notre situation ne peut que s’améliorer si nous acceptons le pire… La preuve le pire est la.. C’est bien que ça marche dans le « bon sens, ».. 🙂

  3. Barbier est d’un rasoir ! Comme les autres toutologues, intervenant sur tous les sujets.

    1. Il a beau marcher de théatres en studios. Nous parler, le Barbier de ces villes, la vie dans les campagnes lui écha(r)ppe.

      1. On est dans le drôle aujourd’hui avec « toutologue » …. et puis Robert avec son « barbier de ces villes  »

        vingt francs dans le nourrain…

  4.  » La plupart des mots, aujourd’hui, sont salis par l’usage mensonger qu’en font les médias, les politiciens. Pas par les gens, je crois : c’est le pouvoir qui salit les mots. Les gens, de plus en plus, en réaction, disent “merde”. Et dans ce contexte, “merde”, c’est un mot très propre.  » (John Berger, romancier anglais mort en 2017)

  5. Si on réfléchit, des mecs comme Barbier sont de vrais branleurs. Ce mec doit se prendre 30 Kboules par mois (un emploi CICE) pour sortir les mêmes versets préparés dans les années 80… comme les Daniel, Duhamel … Pas besoin d’avoir à ouvrir un bouquin depuis puisque ce sont les mêmes applications depuis 30 ans…

    Bon maintenant il faut dire les choses comme elles sont ; si les gens fermaient leurs postes quand ces mecs là pointent leurs gueules devant les caméras, on ne les verrait plus depuis un moment…

    etpiscesttout……………….aussi

  6. Ce que j’ai écrit plus haut, ne fonctionne d’ailleurs pas à tous les coups…gaffe… si vous avez des palpitations, et que vous allez voir votre cardiologue à 20 Kbloules/mois, vaut mieux l’écouter attentivement même s’il répète aussi la même chose depuis 20 ans, pour le même cas de figure

    Bon, je crois que j’ai fait le tour…

  7. Tout de même c dur d’être éditorialiste… Macron lance en l’air l’idée d’un référendum.. Ce qui ne veut rien dire tant qu’on ne connaît pas la question.. Et jusqu’au 26 mai les éditorialistes vont devoir broder dans le vide et le remplir..j’avoue qu’ils m’épatent tous.. c’est pas donné à tout le monde de parler pour ne rien dire quand le métier exige l’inverse !
    Et sur une question qui n’existe pas ils arrivent à dire que la Fi et le RN se rejoignent..c’est magique…

    1. le réfendoum et sur quoi ? est un premier non sujet
      mais le même jour que les zeuropéteuses c’est un enfumage majeur uelle que soit la question.
      c’est un appat pour aller voter.

      je rappelle la norme eu: 57.5 % d’abstentions
      record 75 % en Pologne (qui continue à recevoir 17 milliards/an de l’UE, le sommet la rep. Tchèque: 88 %.

      Les Barbiers associés enfument déjà en disant que Macron compte sur une Victoire aux Europisseueses pour relancer son quinquina rien à en foutre.

      1. En entendant Charles..notre petit marquis fait sa campagne à l’œil..si les retraités espèrent un changement.. Il peuvent rentrer chez eux.. Dussopt avec sa petite mine de gentil crayon a confirmé qu’il n’y aurait rien de plus !
        Je suis sûrement de mauvaise foi 🙂

      2. Charles

        Autant je réussirais à comprendre les gens qui pourraient me reprocher de ne pas aller voter pour la larbinentielle elyséenne ou pour un membre de l’usine à produits législatifs, autant aller se déplacer mettre un bulletin pour placer un enregistreur à lobbies fantoche à Bruxelles, relève d’une forme de sado-masochisme bénin me semble t’il…

  8. Je serais curieux de voir la tronche de nos éditorialistes si Maduro et les gouvernements Bolivariens d’Amérique Latine , posaient un ultimatum au petit marquis de procéder à nouvelles élections présidentielles dans notre beau pays …!
    Maduro n’est certes pas Chavez, et les Vénézuéliens souffrent, c’est certain . Mais lorsqu’on n’est pas fichu de résoudre une crise sociale de grande ampleur dans son propre pays, on évite de la ramener . C’est valable, aussi, pour Merkel, en bout de course et pour les Anglais, empêtrés dans le Brexit !

  9. Neutralité ou mises sous tutelle..quand Macron pense tout haut..

    « Le bien public, c’est l’information. Et peut-être que c’est ce que l’État doit financer. Le bien public, ce n’est pas le caméraman de France 3. Le bien public, c’est l’information sur BFM, sur LCI, sur TF1, et partout. Il faut s’assurer qu’elle est neutre, financer des structures qui assurent la neutralité. Que pour cette part-là, la vérification de l’information, il y ait une forme de subvention publique assumée, avec des garants qui soient des journalistes. Cette rémunération doit être dénuée de tout intérêt. Mais quelque part, cela doit aussi venir de la profession. »

  10. Et quand les vrais journalistes d’investigation -car il en existe encore- osent publier l’enregistrement d’une conversation à charge entre Benalla et Crase, le Parquet de Paris tente arbitrairement de perquisitionner Médiapart pour essayer de trouver de quoi museler la rédaction…

    Évidemment, vu les circonstances c’est un sujet qui mérite d’être balayé sous le tapis bien propre du barbier !

    ***

  11. De temps en temps, entre deux escroqueries blanchies par l’usine à produits législatifs du morpion, il faut reconnaitre des phases drôles. Vous ne les lirez pas chez les lèches boules du système (les éditocrates selon une forme plus acceptable pour les yeux chastes) , alors autant les passer ici..

     » L’ultimatum donné par six pays d’Amérique du sud, dont la Bolivie et le Venezuela, au président de la France doit prendre fin le 3 février. Inflexible, Caracas a adressé une nouvelle menace à Paris.

    « L’ultimatum se termine ce soir. Si, d’ici ce soir, Monsieur Macron ne s’engage pas à organiser des élections présidentielles, nous considérerons que les gilets jaunes sont légitimes pour les organiser à sa place et nous les considérerons comme le gouvernement par intérim jusqu’à des élections légitimes », a déclaré Pepito Lopez, ministre vénézuélien des Affaires Sud-américaines, le 3 février durant l’émission politique Le Grand Enfumage, organisée conjointement par les médias vénézuéliens El Pueblo et VT….. »

    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/nouvelle-menace-caracas-laisse-a-212332

    Bien que ce soit difficile de lacérer le vernis citoyen qui colle à la peau du manant, il faut se l’avouer, l’araignée gratte fort sous les casques à piques de nos larbins d’état…

    1. Comme quoi il faut vraiment faire gaffe à ce qu’on lit ou écoute de nos jours.
      Les suce boules des groupes privés des milliardaires relatent chaque jour des infos tronquées, voire fausses et ça passe….

      Et les principaux personnages de l’état sont les plus gros pourvoyeurs.Quand on passe qu’ils sont en train de mettre en place des produits législatifs qui leur donnera l’exclusivité de définir bientôt une vraie ou une fausse information….

      C’est le moment de redéballer les vieilles ronéos à encre dans les caves citoyennes pour imprimer des tracts rectificatifs…

Les commentaires sont fermés.