Mediapart, et après ?


Je n’ai pas toujours été tendre dans ces colonnes à l’encontre dub site d’information. Je me suis parfois trompé, je me suis souvent énervé. Mes critiques étaient moins contre le journal lui-même qu’envers les excès, ou perçus comme tels, du talentueux Fabrice Arfi ou d’Edwy Plenel dans leurs attaques éditocratiques contre les insoumis et quelques autres.

 

JLM

 

Bref.

Pourtant, s’imaginer que le journal ait pu être perquisitionner, visiblement pour découvrir ses sources dans le cadre de l’affaire Benalla, a quelque chose de stupéfiant et d’inquiétant qui mérite notre plein soutien, notre plus grand soutien.

« Je rappelle qu’il y a des faits dont la justice est saisie par des juges d’instruction sur monsieur Benalla. Vendredi, je recevais une demande de la police – à la demande des juges – de donner nos éléments factuels, d’enregistrements, de preuves, Qui permettent de montrer la violation du contrôle judiciaire par monsieur Benalla, [mais aussi] les faits d’effacement de preuves par messieurs Benalla et Crase, l’histoire du contrat russe etc. Tout cela était pour les juges. Et deux jours après, manoeuvre du parquet – qui je le rappelle dépend du pouvoir exécutif – qui essaye de venir faire cette perquisition à Mediapart », a ajouté Edwy Plenel avant de conclure : « Nous vivons une époque où il faut défendre l’honneur de la presse tout le temps. » Edwy Plenel

Publicités

5 réflexions sur « Mediapart, et après ? »

  1. Je n’aime pas beaucoup Eddy Plenel,
    je ne me souviens pas exctement pourquoi mais sa date de son rôle avec Colombani sous intervention active de Aalain Mink.

    le Monde ne s’en ait jamais remis glissant vers un outil de propagande
    et justement rebaptisé l’Immonde par ses ex-lectuers (et acheteurs).

    la rubrique les décodeurs a enfoncé ce journal de référence au niveau de paillasson néo-libéral.

    Arfi journaliste d’investigation avec oeillères et opinions conformes à la pensée interventioniste rejoint-il aussi les crétins européens soutenant Guaido le trouduc intronisé par Trump et larbinement soutenu par Macron, May et Merkel ?

  2. La protection des sources et la liberté de la presse s’arrêtent lorsque les magouilles au sommet de l’Etat risquent de se répandre sur la place publique .
    Faudra-t-il redescendre dans la rue pour préserver la liberté d’expression ?

  3. La liberté d’expression et de manifester sont en danger…ce qui se passe en France est grave !

  4. « se passe en France est grave ! »

    c’était joué, le morpion inculte a été choisi soigneusement pour affaiblir la France et la livrer pieds et poings liés aux intérêts privés, ce que j’affirme ici depuis juin 2017. Ce gouvernement de crapules, ce ramassis de voyous à la solde de tout puissants apatrides sont des individus capables de tout, débiles et larvaires à l’infini. Des faibles absolus…

    Il faut appeler un chat un chat, nous sommes face à la naissance d’un néofachisme qui diffère de son ancêtre du XXème sous plusieurs aspects. D’où le piège culpabilisateur de la communication en cours.

    – L’état est tenu par des employés, des marionnettes des intérêts privés qui tirent les ficelles en coulisse dont le but est de charpenter légalement les opérations d’extorsion de fonds, de vente de biens publics et d’assèchement des lignes budgétaires sociales pour les livrer à ces intérêts privés (il suffit d’observer l’enchainement rapide des projets de lois depuis 2017, ce qui signifie que les textes sont déjà écrits depuis un bon moment, et pensés spécifiquement à l’usage et leur destination). Pendant qu’on nous occupe l’esprit avec des RIC et autre « débat national », l’activité législative de privations des libertés publiques et de l’intérêt général continue. (république numérique, loi alimentation, décrêts nouveaux assouplissant les règles des traitements de données numériques….)

    – cet état autoritaire est pris en main par des esprits apatrides, des gens hors sol, hallucinés par la religion financière du marché, dans un contexte d’économie de l’exportation et de la compétitivité débridées des territoires et des hommes. (notre tissu productif continue à disparaitre)..

    Ce cadre permet aux aboyeurs de cirque médiatiques de désigner comme « extrémistes », tous ceux qui sont pour un état fort, protecteur, ou/et souverain, ou qui veulent être dégagés de l’extra territorialité d’une UE siège de ces groupes privés. ; tous ceux qui sont pour un recentrage de l’activité, du travail pour un maximum de gens, de l’envie de participer à l’élaboration des lois en surplomb, pour organiser l’intérêt général en vois de disparition.
    Bref sortir de la loi de la jungle que les gens pressentent maintenant très fortement.. Prôner tout ceci, est donc assimiler à être en repli sur soi, raciste, facho ou gaucho, même si bien sûr tout ceci n’a rien à voir…

    Le niveau de vie matériel global dans notre pays est encore confortable, ceux qui sont aujourd’hui à l’abri du besoin (salaires, biens, épargne ou position sociale momentanée) ne voient pas le problème. Leur tour viendra parce que les laquais macroniens principaux au pouvoir se feront exfiltrer à l’issue de leur mission en 2022, mais les manches de second rôle seront laissés sur le chemin parmi la piétaille qu’ils allument aujourd’hui…

    La loi de la jungle, ne distinguent que deux groupes. Les prédateurs et les proies..

Les commentaires sont fermés.