Ce voile qui nous obsède


J’ai sans doute évolué sur la question du voile. Je m’explique.

1/ Il me semble que c’est aux femmes d’en parler en premier lieu, les hommes devraient se placer derrière le débat. Il ne s’agit pas de taire son opinion, ni ne s’interdire d’en avoir une, mais simplement de reconnaitre que l’avis positif ou négatif d’une femme sur le port du voile d’une femme a plus de signification et de portée car elle est davantage intimement concernée par le sujet. Le port du voile touche à l’intime, aux relations entre hommes et femmes, à la place de la femme dans la société. Je sais que des lectrices de ce blog et de nombreuses amies et proches haïssent le port du voile, et je respecte cet avis. Je ne cherche même pas à le contredire. Mais quand un homme me tient de grandes théories sur le sujet, je n’ai plus envie d’écouter. Personnellement, je suis aujourd’hui davantage choqué quand je croise un homme laïc portant la barbe longue et non taillée des musulmans ultra-pratiquants avec la tunique traditionnelle. J’y vois un signe de défiance et d’intrusion de la religion dans l’espace publique.

2/ J’ai de plus de plus l’impression que l’on fait fausse route à donner autant d’ampleur au port du voile: primo, c’est clairement une nouvelle forme empruntée par le racisme, qu’il soit « bien-pensant de gauche » ou outrancier d’extrême droite. Secundo, c’est contreproductif si l’on cherche à convaincre de l’émancipation des individus: interdire l’espace public à une femme voilée sous la contrainte de son mari ou de son père est une double peine pour elle.

3/ Ceci étant dit, le port du voile comme protection contre le regard des hommes me semble une régression individuelle, en plus d’être d’être une oppression patriarcale dans nombre de pays. J’ai du mal, même en France, à observer ces femmes surtout quand elles sont jeunes, voilées de la tête aux pieds, laissant seulement leur visage apparaitre. C’est un avis d’homme privilégié par la vie et la nature, rien de plus.

Après la tuerie raciste de Nouvelle Zélande dans deux mosquée, retransmise en direct par Facebook (un autre sujet), de nombreuses femmes, y compris des policières, ont porté le voile en signe de solidarité avec la communauté musulmane.

C’était utile, apaisant et bienvenue.

 

Publicités

15 réflexions sur « Ce voile qui nous obsède »

  1. Tiens, c’est pas très courant mais nous sommes d’accord !
    Avec juste le regret que la réciproque soit rare : sauf oubli de ma part quand il y a eu des dizaines de morts en 2016 et 2017 dans des églises en Egypte, il n’y a pas eu de grandes manifestions de soutien de musulmans qui auraient porté une croix.

  2. Je ne m’étendrais pas sur le sujet, vu que les religions et, surtout, les religieux, me sortent par les yeux . Dans le cas du voile, c’est, pour moi, de la manipulation, qu’on soit pour ou anti .

  3. Avons nous « foi » en notre laïcité ?
    Sinon pourquoi se mêler de religion tant que les religions ne nous imposent rien…ou alors nous ne sentons pas notre laïcité assez forte et parfois bafouée…
    Et puis tout est question de modération…

    1. Sylvie
      Le souci, c’est lorsqu’on politise les religions . Et, de nos jours, c’est monnaie courante !

      1. Le problème est que l’ islam est une religion plus politique que les autres : c’ est la seule où la conversion à une autre religion est punie de la peine de mort, même pour les musulmans qui ne le sont que par naissance. Ce qui veut dire que la foi n’y a aucune importance : ce qui compte, c’est l’ adhésion à un camp.

      2. c’est bien le problème Alain…appliquons la laïcité sans faille …c’est une loi parfaite …
        personnellement je prefererais qu’aucune religion n’impose le voile et je suis bien incapable de comprendre toutes les bondieuseries mais ce n’est qu’une opinion qui ne m’empêche pas de respecter les femmes qui le portent …pour autant je suis mal a l’aise quand je vois des femmes entièrement drapées et gantees de noir comme des ombres …

        1. Pour expliquer un peu plus ma position…et quelle que soit mon opinion…j’ai juste envie que tout se passe bien…entre religieux et non religieux..qu’on arrête pour des raisons purement politiciennes d’instrumentaliser les musulmans..et tout cela est garanti et doit être garanti par notre laïcité…que la tolérance adn de notre république reprenne toute sa place…je n’aimerais pas qu’on attaque mon athéisme et si j’étais croyante serais je différente ? Sûrement pas…

  4. Il n’y a pas si longtemps – bien après la loi de 1905 – une femme se voyait refuser l’entrée dans une église si elle n’avait pas la tête couverte .
    Les religions – et les religieux – c’est la mort de la liberté de penser et de celle d’expression .
    Qu’est ce que des allumés de tous bords ne feraient pas pour dominer les peuples !

    1. @ Alain Bobards
      Ça, par contre, ça me paraît normal : à l’ intérieur de ses lieux de culte , qui ne sont pas des espaces publics, chaque religion a le droit d’ imposer ses règles, et personne n’ oblige ceux qui ne veulent pas les respecter à y aller ! Quand vous visitez une mosquée, vous ne retirez pas vos chaussures avant d ‘ entrer ?

      1. Mais mon bon toubib, qui a fait savoir aux religieux que les femmes devaient avoir le chef couvert , tant chez les cathos que chez les musulmans ? Des gens qui autoproclament détenir ce pouvoir de Dieu ( ou d’Allah ), ce qui est parfaitement invérifiable . Tout comme les rois de France – vous savez, la fille ainée de l’église – prétendaient être rois  » de droit divin  » !
        Perso, je pense que pour ceux qui ont envie, ou besoin , de croire, il n’est pas nécessaire de subir ces diktats !

        1. @ Alain Bobards
          Chez les femmes juives ultra-orthodoxes aussi, mais elles portent des perruques, ce qui fait qu’ elles n’ affichent pas leur religion en public.

          Mais tout ceci, comme je l’ai déjà écrit, est question d’ interprétations : j’ ai assisté à une conférence de l’ imam de Drancy (qui se promène avec des gardes du corps, à cause du risque de se faire descendre par des salafistes ) expliquant que tout ce que dit le Coran ( qui, pour les croyants, est la parole d’Allah s’ exprimant par la bouche de Mahomet, et vous ne pourrez jamais leur faire croire que ce n’est pas vrai), c’est que les femmes doivent avoir une tenue pudique ou modeste( selon les traductions ) et ne parle absolument pas des cheveux; et que sa femme et ses filles, qui sont des musulmanes pratiquantes, ne portent rien sur la tête.

  5. « En Occident, en France par exemple, la question du voile ne se pose pas de la même façon que dans les pays arabo-musulmans. Mais, de manière générale, accepter le voile comme singularité d’un groupe culturel c’est continuer à accepter que la structure patriarcale pare de symboles la supposée infériorité des femmes. C’est pourquoi il convient de continuer à être contre le voile qui demeure un signe de leur sujétion et de leur enfermement. Cela ne veut pas dire être contre les femmes voilées car, aujourd’hui, leurs raisons de porter le voile sont bien différentes selon les milieux et les contextes. En fait, le voile a changé de signification. Il signifiait jadis un rapport à la tradition plus qu’à la religion. Seules les citadines étaient d’ailleurs voilées, pas les femmes rurales. Dans les années 1960, un vaste mouvement de modernisation et de sécularisation des sociétés arabes a conduit les femmes à ne plus se voiler. Abandonner le voile signifiait devenir moderne et non pas incroyante. Ces femmes sans voile ne cessaient pas d’être musulmanes. La prouesse de l’islamisme a consisté à faire passer le voile du domaine de la tradition à celui de la religion. Et l’injonction a réussi au delà de toute espérance. Le voile est devenu pour les femmes un signe d’appartenance religieuse à l’islam et non plus une obligation traditionnelle. Contrairement au voile d’antan, le hijab est un voile « moderne ». D’où sa très grande ambiguïté et les débats infinis qu’il a suscités. »
    (Sophie Bessis, historienne franco-tunisienne)
    https://vacarme.org/article3152.html

Les commentaires sont fermés.