21 avril, bons et mauvais souvenirs


Il y a des dates qui coagulent plusieurs souvenirs politiques. Le 21 avril est d’abord un souvenir d’école, une date historique qu’on mémorise mal dans les livres d’Histoire., le droit de vote des femmes, le 21 avril 1944.

ddf0d41285e7e73ac31d22f3c4e88f1c-discrete-celebration-des-75-ans-du-droit-de-vote-des-femmes-en-france

Autre souvenir, mauvais celui-là, le 21 avril 2002. Le choc de l’extrême droite xénophobe et antisémite qualifiée pour le second tour de l’élection présidentielle. A l’époque, ce choc a créé un réflexe de front républicain pour nombre d’électrices et d’électeur. On se souvient par exemple des régionales de 2015, ou, plus récemment, de l’élection de Macron en 2017. J’ai été de ces traumatisés du 21 avril 2002, je ne le suis plus. J’avais 31 ans à l’époque, j’en ai déjà parlé dans ces coulisses.

Emmanuel Macron est parvenu à me convaincre de trois choses: en permettant l’élection facile, ce chantage à l’extrême droite caricature et confisque le débat politique, aggrave la misère sociale, sans empêcher la conduite de politiques sécuritaires et xénophobes.

Macron n’est pas Le Pen, Macron sert de tremplin à Le Pen.

Pour le prochain 21 avril, ce sera donc sans moi.

Publicités

9 réflexions sur « 21 avril, bons et mauvais souvenirs »

  1. Juan,
    Je vous fais remarquer que la politique économique et sociale menée par l,’ extrême-droite en Italie correspond à celle préconisée par ceux qui s’auto-proclament « La vraie gauche  » en France :

    -non à la politique dite d’austérité  » basée sur les critères de Maastricht ( contrôle de la dette et du déficit),

    -relance de la croissance par le déficit et la dette.

    Inutile d’en discuter, on en jugera aux résultats.

    1. Bonsoir, dites-vous qu »extrêmes droi-che €T gau-te »sont pareilles…? Si oui, pourquoi & COMM€NT ? EXPLIQUEZ AUSSI la politique d’austérité : par »qui »,pour »qui »…? DETT€ & déficits $ONT Déjà sur CETT€ pente,en France cf.5ème r.M.B.f.jacobine POURRI€…depuis longtemps…, AUSSI, QU€ préconisez-vous…?

    2. Vous simplifiez comme toujours. le programme a bien d’autres différences. A ce compte là, je peux vous dire que Orban et Macron conduisent la même politique également.

      1. @ Juan

        Je ne crois pas : Orban a une politique qu’il qualifie lui-même d’ économie »illiberale  » et par ailleurs politiquement très souverainiste, Macron a une politique économique bien plus libérale, et se bat (sans espoir de succès à mon avis ) pour un fédéralisme et un budget commun de la zone euro.
        Orban est bien plus proche de Salvini que de Macron.

  2. Je continue à être traumatisée par cette époque …et encore plus de voir que des années après on a fait un ministère de l’identité nationale , on a parlé déchéance et on diminue certains budgets quand on s’aperçoit qu’on peut dégager des sommes faramineuses en une journée pour une cathédrale …mais pas pour des êtres humains qui meurent sous d’aussi vieilles pierres à Marseille..
    Alors je ne sais plus si je mélange tout ou si je ne comprends plus rien mais je ne regrette pas mon non choix aux dernières élections

    1. @ tou(te)s & @ toi Sylvie, je déplore que L€ VOTE BLANC a pu réunir que 4,6 millions de citoyen(ne)s. L’ABSTENTION a permis a un »x » de l’énar-CHI€(£€$ autres »grandes écoles »sont guères moins NA$€S)de $’EMPAR€R du pouvoir…,c’€UT été »y de l’extrême droi-che »de MERD€, la situation aurait été…PIRE.

      Résultat : AUCUN CHANGEMENT D€ Système.

    2. Sylvie
      N’oubliez pas que les pays européens à fort déficit sont quand même protégés par l’ euro, ce qui leur évite de terminer un quinquennat comme le premier d’ Alan Garcia, le président suicidé du Pérou, qui a terminé son mandat avec une inflation de 7600 % par an…ce qui signifie que quelqu’un qui a un salaire , correct pour le pays, de 7500 par mois termine l’année avec un pouvoir d’achat réduit… à zéro.

      1. Élie…
        Je n’ai rien à prouver mais je ne suis plus à convaincre depuis Sarkozy…
        Je ne donnerai plus mon vote à ceux qui se drapent de vertu en faisant semblant de s’opposer à MLP…tout en draguant ses électeurs…nommer le RN comme ennemi sans combattre les idées c’est totalement stérile ! Le RN n’est pas un épouvantail que l’on ressort à chaque élection…

  3. J’avais décidé de ne plus jamais voter « contre » mais je me parjure moi-même et je voterai, aux européennes, LFI contre Micron que j’abhorre !

    En attendant le moment où l’Europe soit dirigée par un gouvernement démocratique au service des citoyens et non pas des « marchés » !

    Je sais, on peut rêver…

    Rêver peut faire du mal aux salauds, alors je rêve !

Les commentaires sont fermés.