Lettre aux Castors


Il ne s’agit même plus de vous convaincre, mais juste de vous faire réaliser: il y a des lois, des pratiques, des actes politiques qui sont contraires à la démocratie telle que vous et nous l’imaginons depuis des lustres. Bien sûr, notre République n’est pas parfaite et n’a jamais été parfaite.

Mais au nom de la lutte contre le terrorisme, sans interrogation aucune sur notre propre responsabilité occidentale (y compris française) dans l’émergence de Daesh et autres Al Qaïda, nos gouvernements successifs ont durci les dispositifs liberticides comme jamais depuis Pétain.

Oui, comme jamais depuis Pétain.

On peut aujourd’hui, sans preuve, sans jugement indépendant, sur simple ordre du ministère de l’intérieur, fouiller n’importe qui, fouiller sa vie, fouiller son logement ou sa voiture, lui interdire de manifester, l’assigner à résidence, lui interdire de se déplacer, lui interdire de quitter le territoire, l’exclure des emplois publics (par le fichage S, lui même sans contrôle).

La séparation des pouvoirs, ce concept hérité des Lumières invoqué par les macronistes quand le Sénat chatouille les couilles de la Macronie, n’existe plus. Le pouvoir exécutif a tout pouvoir sur ses citoyens.

«  Quand les nazis sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste.

Quand ils ont enfermé les sociaux-démocrates, je n’ai rien dit, je n’étais pas social-démocrate.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.

Quand ils sont venus me chercher, il ne restait plus personne pour protester.  »

Cet état n’est plus celui de l’Etat de droit que nous connaissions il y a encore 20 ou 30 ans. Ce droit-ci n’est plus celui qui protège les libertés individuelles contre l’Etat. Le sempiternel débat entre la liberté et les moyens de défendre la liberté a été perdu par les défenseurs de la liberté. Certes, la France n’est pas l’Arabie Saoudite, le Venezuela, ni même la Russie. C’est un miracle temporaire. Il suffira d’une autre élection, un vainqueur plus autoritaire encore que le champion blondinet des castors, pour que ces mêmes castors réalisent et couinent à la fin de la démocratie. Pourtant, tous les outils sont en place et, pire, nos castors les justifient avec les exacts mêmes arguments que les supporters des pires autocrates: vous pouvez les écouter, les lire, les entendre expliquer qu’untel ou untel, malgré l’absence de tout procès, mérite une garde à vue, un emprisonnement, un empêchement de manifester, une censure. Il suffit d’une qualification « d’ennemi de l’Etat », un fichage administratif, ou la vindicte prononcée par un ministre ou le jeune monarque lui-même.

Je ne cherche pas à convaincre quiconque de voter France insoumise ou je ne sais qui. Il s’agit juste de réaliser jusqu’où ces castors sont allés. Aucun d’entre eux, parmi les plus radicalisés, ne semble réaliser sur quelque pente dangereuse et sans retour ils se sont engagés.

Il y a encore quelques anciens socio-démocrates, quelques anciens socialistes, quelques anciens centristes chez les castors. Il y a des gens comme Bayrou que j’écoutais avec plaisir au début des années 2000 quand il dénonçait les excès sécuritaires de Sarkofrance.

S’ils étaient demain fichés puis emprisonnés pour opposition, il y a fort à parier que je m’en inquiéterai, que j’appellerai à la libre expression de leur expression, à leur libération.

Mais pour l’heure, ces gens sont devenus fous. Ils se sont égarés, convaincus de leur bon droit même contre le droit. Ils abiment le droit, ils légitiment le pire à venir.

Pour l’heure, ils méritent un profond mépris.

Ami castor, où en es-tu ?

Publicités

73 réflexions sur « Lettre aux Castors »

  1. « Mais pour l’heure, ces gens sont devenus fous » …mais « ce sont les fous qui font l’histoire » selon le constat du philosophe Jean Zin:
    « …alors que les sociétés originaires font beaucoup d’efforts pour ne pas transgresser la tradition, il est bien certain que, pour qu’il y ait histoire, il faut que de véritables fous furieux (ou quelques ambitieux) bousculent l’ordre établi pour le forcer à évoluer et se perfectionner.
    Ensuite la ruse de la raison non seulement met l’intérêt particulier du grand homme et ses passions (sa folie) au service de l’universel mais fait triompher la vérité contre son erreur première. Ce n’est pas que le grand homme aurait une prescience qui serait en avance sur son temps, dont il n’a fait qu’épouser les contraintes, mais seulement qu’il vient au bon moment ou plutôt qu’il en est le produit, le porte-parole (on voit ces figures émerger du désastre).
    Plus généralement, on peut dire que le sage n’agit pas, seuls les ignorants agissent. Alors que la compréhension de la complexité des enjeux semble bien inciter à la prudence jusqu’à paralyser l’action, les crétins osent tout (c’est à ça qu’on reconnaît les cons disait Audiard), faisant preuve de la plus grande arrogance à mesure de leur ignorance (plus on est ignorant et plus on croit aux solutions simplistes). On en a des exemples éclatants sur les réseaux sociaux et dans l’actualité où la connerie tient le haut du pavé, le discours de la raison ayant bien du mal à se faire entendre – comme souvent dans l’histoire… »
    http://jeanzin.fr/2019/03/19/ce-sont-les-fous-qui-font-l-histoire/

  2. Et dire qu’il y en a qui trouvent Juan excessif…

    Il faut appeler un chat, un chat, la bande de larbins sous les ors de la république, détachés des groupes privés, et leurs aboyeurs médiatiques , sont des néos fachos en éclosion qui jouissent à la constatation de leur puissance devant les faibles…
    ca fait plaisir de savoir qu’il y a un potentiel de très bons candidats pour des expériences réussies de Milgram.

    Les béni oui oui sous les ors de la république font leur boulot, ils obéissent au tintement de la clochette du maitre et à la perspective d’une bonne gamelle bien remplie dans quelque temps…

    Bon pour l’instant, le manant ne se fait pas encore flingué comme Ferry le préconisait , on ne voit pas de camp de rétention s’ouvrir.. pas encore…

    On observe une discrimination incroyable dans les traitements :

    Aux paisibles, des éborgnements, des estropiements, des tabassages fourbes ou par tournantes, de GJ, d’infirmiers, des gueux journalistes de terrain, des jugements à l’emporte pièce et des enfermements hors la loi passagers…

    Aux violents, les indignations ministérielles et médiatiques, le temps d’un week end.. tiens au fait puisqu’on en parle combien on été arrêtés ?
    Pour eux on a l’impression d’être resté au début du XXème où les pandores avaient un vélo pour poursuivre les malfrats en traction avant..

    1. Salut Stan, néo-fachos ou fachos ? N’est-ce pas 1 €X-sinistre qui dirige la liste de la Renaissance pour la »république »en marche arrière…?
      Quant à la féodalité, ne la retrouvons-nous pas en région…? Elle est de 2 types au minimum : l »officielle »& l’officieuse. Celle de la 5ème r.M.B.f. jacobine POURRI€ €T l’autre de la délinquance, sachant que cet »€tat »respecte en rien les lois.

      1. Salut Mons,

        Néo facho est le label qui se renforcera progressivement avec la numérisation de la république..
        L’objectif est connu pour beaucoup ; éliminer toute forme de contrôles régaliens de l’état et ses interventions dans le système escrocfinancier mais conserver toute la force de frappe pour tenir les manants bien tranquilles pendant le pillage..

        Un peu partout on lit de plus en plus « totalitaire » et des qualificatifs équivalents sous la plume d’universitaires, de titrés et diplômés de toutes disciplines dès qu’il faut nommer la nature de gouvernement du morpion et sa bande de détachés des groupes privés..

        Des organismes internationaux s’y mettent et même Apathie est outré de connaitre le traitement à grands coups de lattes dans la gueule réservés aux journalistes de terrain.

        C’est dire…

  3. Ces 3 commentaires ci- dessus me rappellent l’époque où, sous toute sa présidence de la V ème République, De Gaulle était traité de fasciste par la gauche ( toute la gauche) qui ne jure aujourd’hui que par lui…

    1. Vous pouvez en mettre 4 ..je suis d’accord avec les trois précédents …quant a votre idole …il n’y a pas besoin de se mettre au boulot ce qu’il a promis existe déjà et pour le reste …il est à l’étude…les médias sont encore tétanisés par le vide sidéral de son discours ..

      1. Oui, Stanislas, c’est ce que je dis…
        (et si, pour une fois, vous faisiez l’ effort de comprendre ? )

        1. De Gaulle n’était pas un « larbin », mais François Mauriac ami et adorateur du général, écrivait tout de même dans son bloc notes le 23 septembre 1966: « Un ami m’écrivait cet été qu’il avait voté blanc aux présidentielles, quoiqu’il admire de Gaulle, mais il lui en veut de nous avoir pas délivrés des « puissances d’argent »! Ce que de Gaulle n’a pas fait, ce qu’il ne détend pas de lui de faire., c’est d’obliger à lâcher prise ces quelques mains, oui, ce petit nombre de mains, qui tiennent les commandes secrètes et qui assurent les profits immenses de quelque uns, et qui font de chacun de nous (et même nous, écrivains, qui nous croyons libres) les têtes d’un troupeau exploitable et exploité, non pas à merci – avec prudence, au contraire, de sorte que nous ne sentons pas le licou. »
          Un peu plus loin, Mauriac, dans sa note, exposait les raisons qui rendent impuissant tout président à taper sur la grande bourgeoisie, la plus importante: la peur du communisme avec son masque stalinien.

          1. Lorsque les puissances de l’argent se mettent au service de leur pays, il y a au moins des retombées bénéfiques au milieu des autres.
            Ce qui n’est plus du tout le cas aujourd’hui.
            De ce fait, l’accumulation des richesses dont une grande partie provient de la tonte des moutons, a permis à ces puissances financières de devenir puissances universelles.

    2. Bah vous savez, ils ont bien porté au pinacle le Mitterand décoré de la francisque, effectivement aprés avoir traité le Général de fasciste.

      De Gaulle à Mitterand :
      « Vous êtes un homme politique. C’est bien. Il en faut. Mais, en certaines circonstances, les hommes politiques doivent savoir se hausser au niveau des hommes d’état »

      Eh oui 😌🙂👏👏👏

    1. L’accès est libre et que Juan ne m’a pas jeté. …

      En revanche, vous qui avez l’égo et la tête grosses comme des betteraves, concernant le vide de ce blog, vous vous oubliez un peu vite pour une fois..
      D’ailleurs il suffit de lire « les semaines » de Juan en parallèle pour observer à quel point votre chasse au manichéisme des autres est d’une neutralité que tout le monde admire..

      1. Si les blogs se vident, c’est parce que les gens ont compris que l’heure était grave,
        Alors, comme dans ces périodes là, les gens se rencontrent en direct.

        Pendant la guerre de 14/18, Alexandre Millerand fait placarder des affiches :
        « Taisez-vous ! Méfiez-vous ! Des oreilles ennemies vous écoutent. »
        😃

        En réalité, nous savions qu’après la Grèce, l’Espagne et l’Italie, notre nation allait être dezinguée et sa population avec.
        Voila pourquoi le temps n’est plus à l’Internet.

    1. Le figaro, le torchon type de l’escrocfinance..

      la crapule Darmanin chiffre une mesure qui n’existe pas.. le reste doit être à l’avenant.. De mémoire ça doit être Sylvie qui a envoyé un texte qui explique les mensonges et autres conneries annoncés par l’escroc à la télé…(à propos de la réindexation de la retraite.)

      Bien entendu cette petite frappe ne compte pas les recettes des hausses proportionnelles des taxes diverses de l’énergie qui augmentent (gaz, électricité, fuel, et carburants…) et de celles de la TVA sur les prix hors taxe qui ont augmenté suite à la loi alimentaiton

      La citation de la bande de voyous est complète avec Pisani Ferry qui est effarouché par ces dépenses,

      Pisani Ferry, c’est ce fameux économiste, ex dirigeant de France Stratégie, prêt à verser une larme sur les dépenses, n’a pas remué un cil ou ne s’est pas posé une seule question au bilan des 84 milliards de créances enregistrées du CICE au 31 juillet 2018, transfert massif d’argent public au privé

      RESULTAT
      100 000 emplois SAUVEGARDES OU CREES. environ répertoriés ‘selon 1 seul des groupes de recherche sur 2 puisque l’autre n’a rien trouvé…
      Si on devait affecter la créance des 84 milliards ça ferait l’emploi à 840 000 euros brut annuel soit 70 000 euros par mois…

      pour ce prix là ils n’ont rien trouvé d’autre, même pas d’investissements… juste des hausses de bénéfices….

      1. Allez petit calcul ……

        La fourniture d’électricité vient de prendre 6% d’augmentation du kwh sur la fourniture..

        En France les 32 millions de compteurs des seuls manants consomment 150 Twh sur une année

        la hausse de 6% sur la consommation sur une année, va provoquer donc une rentrée fiscale supplémentaire de 270 millions d’euros…;

        on peut faire le même calcul pour le gaz et évidemment tous les produits de consommations de base, le TOP 100 a pris plus de 4,8% de hausse. en moyenne.

        Quand on veut serrer la main à des crapules, il vaut mieux connaitre le nombre de doigts que vous leur confiez et recompter une fois qu’ils vous ont rendu votre main…

  4. Juan, ne me dites pas que vous ne le voyiez pas venir ou bien ?
    Depuis 2007…
    Le plus criant était dans « je suis Charlie » et tout ce qui a suivi.
    A cette époque je ne ménageais pas ma peine pour montrer l’horizon qui s’assombrissait.

    Pauvre Charlie, si tu savais ce qu’ils font depuis ! Moi j’ai jamais été Charlie, mais je ne vous oublierai jamais.

  5. Excusez mon ignorance,
    ..quel fléau ! (mon opinion) ou penser qu’une certaine ‘déficience’ domine le monde (le monde libre; que lui ? hahah) disons que le processus est « en marche ».
    Sûrement une question statistique: la quantité d’esprit.s est inférieur à celle pragmatique.s.
    Dit autrement: l’esprit vs l’abruti.
    J’ose: y a de la place pour tout le monde.
    Simple avis (advienne que pourra; qui vivra..)

    Ouiz, j’ignore ce qu’est un castor ? l’expression (l’animal fut réintroduit dans le quartier, une réserve? bref, j’en apercevais pls traces il y qqls années au bord de l’Arve)
    En anglais: beaver,
    pour ceux qui lisaient Playboy (lire?) beaver est affilié au sexe féminin (origine et phonétique anglo canadienne)
    ou le surnom de Simone de B (autre histoire phonétique ? Beauvoir/beaver.. aucune idée)
    Aussi un constructeur (!) grégaire mais indépendant.

    °°° °°
    Je suis d’accord (la Lettre; pouvoirs #citoyens) mais peut-être regard-je que mon nombril ?
    Quoiqu’il en soit, marcheur (conducteur ou pédaleur) d’occasion, je constate donc je sais que mes pieds à qqls centimètres des clous sont amendables (135 €; oui-oui et ta gueule)
    alors-que des méchants, publics ou domestiques (je vous épargne une liste d’exemples)
    – je ne dis pas qu’ils sont ‘protégés’ (?!)
    – alors plutôt pas ’emmerdés’,

    Moralité: paie manant !

    Est-moi qui change.. forcément.
    assurément plus doucement (moins agressivement; jugement personnel) que mon environnement,
    ..patelin, pays, politiques, ses-forces d’ordre (etc.)

    Ici un ti provincial lambda,
    jamais vraiment été bourgeois (pas eu l’temps) ainsi de plus en plus bohème; pas l’choix.
    A vous les Studio (ou autres) si rigolos !

    ..vivre ou survivre, savez-vous la différence ?
    l’un t’accompagne (youpie)
    l’autre t’autorise (damned)

    1. Pour ti suisse

       » Ouiz, j’ignore ce qu’est un castor ?..

      hier j’ai cru que ça concernait le gouvernement, mais ça ne collait pas ; un castor a une longue queue alors que c’est une bande de petites bites, forts avec les faibles et faibles avec les forts..

      …….J’ai donc cherché un peu et j’ai trouvé que ça pouvait être aussi le surnom de « la gauche qui fait barrage »……. au FN..

      peut être est ce autre chose ?? je n’ose pas demander…….

    2. On dit aussi que le castor est,, « l’architecte » de la nature…en plus il est de retour dans plein de régions…va savoir s’il va aller coloniser l’elysee… 🙂 j’aime bien les castors..

      1. Sylvie

        N’en n’adoptez pas… je ne sais pas si vous avez vu mais ils ont des dents à rayer le parquet…

        Vous devriez en proposer une colonie au lardon de l’enlysée, lui qui veut reconstruire Notre Dame en 5 ans,
        Cette colonie bien en main va lui faire gagner au moins 2 ans à condition que les castors commencent à grignoter les chênes rapidement..

        On peut proposer au ptiot des ragondins, mais là, ce serait une aide précieuse pour déstabiliser les fondations de la France.. il n’y a pas mieux..

  6. Pour nous changer des stanislassades…

    ÉCONOMIE

    La croissance française se maintient au premier trimestre 2019

    Le PIB de la France a crû de 0,3 % sur cette période, porté notamment par la consommation des ménages, et devrait dépasser celui de l’Allemagne en 2019.

    Par Elise Barthet Publié aujourd’hui à 08h02, mis à jour à 13h11

    Temps deLecture 3 min.

    L’économie française résiste. D’après les premières estimations de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) publiées mardi 30 avril, le produit intérieur brut (PIB) a progressé de 0,3 % au premier trimestre de 2019. Une estimation légèrement inférieure aux attentes, mais qui reste dans la cadence des évolutions observées aux troisième et quatrième trimestres de 2018.

    La croissance reste stable début 2019

    Doit-on en conclure, comme Emmanuel Macron le 25 avril, que « les premiers résultats sont là » ? Ce serait aller un peu vite en besogne. Si rassurante soit-elle en pleine crise sociale, la solidité de l’activité tricolore est toute relative. Comme le souligne Hélène Baudchon, de BNP Paribas, « les baisses d’impôts adoptées l’an dernier sur les cotisations salariales et la taxe d’habitation ont, certes, un peu soutenu la croissance. Mais il manque un truc »… Un ressort profond.

    Lire la chronique : Croissance française : « L’embellie de ce début d’année pourrait n’être qu’un feu de paille »

    Les chiffres un peu décevants du premier trimestre tiennent, selon l’économiste, au repli des exportations. « Un contrecoup qui était attendu après les grosses livraisons aéronautiques de la fin 2018 », explique Mme Baudchon.

    Gare aux « cocoricos » intempestifs

    Cela ne devrait pas empêcher l’Hexagone d’afficher, cette année, de meilleures performances que son puissant voisin allemand. Si on en croit la Banque de France, la croissance approcherait 1,4 % en 2019. Presque trois fois plus que les 0,5 % prévus outre-Rhin, où certains redoutent un retournement de conjoncture du fait du ralentissement du commerce mondial et des mauvaises anticipations des constructeurs automobiles.

    Gare, toutefois, aux « cocoricos » intempestifs. « On ne peut pas se réjouir qu’un pays qui représente 30 % du PIB de la zone euro décélère », note Emmanuel Jessua, analyste chez Rexecode, un think tank proche du patronat. L’Allemagne est le premier partenaire commercial de la France. Quant au deuxième, l’Italie, il fait encore plus pâle figure, le pays étant entré en récession technique fin 2018.

    Les sociétés françaises pâtissent forcément un peu de ce contexte morose. Pourtant, « si les investissements ont ralenti, le moral est plutôt bon » dans les entreprises, confiait au Monde, fin avril, le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux. Une embellie que devrait entretenir le doublement exceptionnel du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) cette année.

    Le Monde

    En dépit des inquiétudes qui commencent à poindre du côté de la construction et de l’industrie manufacturière, les carnets de commandes restent bien remplis. Parallèlement, les recrutements augmentent. D’après l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale (Acoss), les embauches en CDI ont progressé de 2,4 % au premier trimestre.

    En outre, deux millions de salariés ont bénéficié de la prime exceptionnelle défiscalisée en décembre et janvier. Selon l’Acoss, un peu plus de 1 milliard d’euros ont été versés sur la période.

    « Un grand paradoxe »

    Autre effet des annonces présidentielles de décembre : les caisses d’allocations familiales (CAF) ont vu exploser les demandes de prime d’activité. Etendu et revalorisé, le dispositif a été pris d’assaut. En Haute-Garonne, les guichets ont même dû fermer quelques jours pour traiter les dossiers en retard, pouvait-on lire, en mars, dans La Dépêche du Midi.

    « Il y a quand même un grand paradoxe », fait remarquer Mathieu Plane, économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) :

    « Le pouvoir d’achat s’est nettement redressé ces six derniers mois, au point d’enregistrer sa plus forte augmentation depuis fin 2006. Et pourtant, l’indicateur qui mesure la confiance des ménages reste très dégradé. »

    Le Monde

    Une défiance qui transparaît dans les enquêtes d’opinion que synthétise l’Insee. D’après celle d’avril, les sondés s’inquiètent d’une remontée du chômage et de l’inflation. Des doutes qui pèsent sur le principal moteur de l’économie tricolore : la consommation. L’indicateur, dans les limbes depuis plus d’un an, a bien commencé à frémir en début d’année, progressant de 0,4 % au premier trimestre. « Mais on aurait pu s’attendre à ce que les chiffres repartent beaucoup plus vite », relève Mathieu Plane.

    Le Monde

    Où sont passés ces gains de pouvoir d’achat ? Pour le moment, ils semblent, comme à la fin de l’année dernière, avoir gonflé les bas de laine. « Le mouvement social et l’issue du grand débat ont sans doute favorisé une forme épargne de précaution », estime l’économiste de l’OFCE.

    A quel moment et dans quelle proportion cet argent sera-t-il réinjecté dans l’économie ? Quels effets auront les 5 milliards d’euros de baisse d’impôts sur le revenu évoqués le 25 avril par le chef de l’Etat ? Autant de questions sur lesquelles butent les prévisionnistes. « Les réponses sont sans doute plus sociologiques que macroéconomiques », esquisse Hélène Baudchon.

    Article réservé à nos abonnés Lire aussi  Annonces de Macron : 5 milliards d’euros d’impôts en moins, mais un financement qui reste flou

    Selon Véronique Janod, économiste chez Natixis, les effets des annonces de décembre et d’avril pourraient ne pas se voir avant la fin de 2019, voire 2020. « Mais elles arrivent à point nommé, alors que le commerce international se prend un coup de froid. »

    Pour ne rien manquer de l’actualité économique

    Cet article est paru dans notre newsletter « La lettre éco ». Si vous êtes abonné au Monde, vous pouvez vous inscrire à cette lettre quotidienne en suivant ce lien. Chaque jour à 12h30, vous y retrouverez les informations du Monde et son regard sur l’actualité économique, à travers notamment la chronique « Pertes & profits ».

    Elise Barthet

    Réagissez ou consultez l’ensemble des commentaires

    MAGAZINE THERMAL

    Quelles pathologies me donnent le droit à une cure thermale remboursée ?

    ���� FRENCH DAYS ����

    Vous avez jusqu’au 2 Mai à 11h pour profiter des promotions : jusqu’à -50% chez Sarenza

    Dans la même rubrique

    RUBRIQUESOPINIONSM LE MAGCULTURESERVICESSITES DU GROUPE

    NEWSLETTERS DU MONDE

    Recevoir les newsletters du Monde

    APPLICATIONS MOBILES

    Sur iPhoneSur Android

    ABONNEMENT

    S’abonnerSe connecterConsulter le Journal du jourÉvenements abonnésLe Monde FestivalLa boutique du MondeMentions légalesCharte du GroupePolitique de confidentialitéGestion des cookiesConditions généralesAide (FAQ)

    SUIVEZ LE MONDE

    FacebookYoutubeTwitterInstagramSnapchatFils RSS

    1. (suite ) C’ est évidemment l’ opposé strict du rêve de ce Ministre de l’ Éducation ( oublié le nom) auteur de la célèbre phrase  » Je rêve du jour où tous les élèves de France mettront, au même moment, la même virgule à la même dictée « …Intentions égalitaires, résultats socialement plus inégalitaires et de moins bonne qualité qu’au Royaume-Uni…

    2. C’est peut être grâce à cette bonne éducation que les grands bretons ont réussi à mettre en place que le contrat de travail 0 heure..

      Au pied…, et tout de suite.. sinon plus de contrat.. héhé.!!

      Beau résultat effectivement…

      1. Stanislas,
        La réponse automatiqye évidemment attendue…Combien d’emplois 0 heures au Royaume-Uni, et combien de temps les gens y restent-ils ?

        Plein-emploi au Royaume-Uni, chômage vers 10 % en France depuis 30 ans…Un choix de société, auquel les Britanniques adhèrent en faisant alterner au pouvoir conservateurs et blairistes…Sont bêtes, ces électeurs britanniques !

  7. Dans la lignée des propos de Bertolt Brecht (voir la vidéo ci-dessus), voilà une brochure (« Gilets noirs, kway jaunes ») de gens qui ont décidé de ne pas vivre en « sage »: « …face à la violence quotidienne d’un État qui se croit tout puissant, la passivité et le pacifisme ne sont pas des options valides. »
    https://infokiosques.net/lire.php?id_article=1645

    1. En attendant, en France, Macron a bien décidé, malgré les hurlements déchirants du MEDEF, d’ imposer un malus aux entreprises qui abusent des CDD et un bonus aux autres…(Mais il ne faut pas le dire sur ce blog !); un État qui dispose d’une certaine puissance, ce n’est pas mal non plus…

      1. Sauf que ces CDD concernent souvent les petites entreprises dont le MEDEF donc l’Etat se moquent éperdument ..mais faut pas le dire à Elie …

      2. Pourvu que son patron du MEDEF lui donne la permission de l’imposer ! ça fait déjà un bon moment que le lardon donne des coups de menton…. ah les déconneurs..

        ça fait deux ans que ça vient et le ptiot n’a plus qu’un an pour faire croire qu’il va le faire..

          1. Effectivement, les besoins financiers diminuent chez les seniors; en général : enfants indépendants, domicile payé, moins de loisirs possibles, moindres performances au travail.
            Aujourd’hui, on vire tôt les vieux ( que personne ne réembauchera) pour les remplacer par des jeunes mieux formés et moins payés , alors que c’ est l’ inverse qu’il faudrait faire !

            1. …mais on ne touche pas à « l’augmentation du salaire à l’ancienneté », puisque c’est un  » avantage acquis « , même si, aujourd’hui, elle s’est logiquement transformée en  » augmentation du licenciement et du chômage à l’ ancienneté  » !

              1. (suite et fin )
                Le mouvement est d’ailleurs déjà amorcé par la baisse des retraites élevées (on peut toujours discuter du chiffre ) , logique dans un système par répartition de solidarité entre générations si le revenu moyen des retraités devient plus élevé que celui des actifs qui le financent.

                Avec une retraite un peu supérieure à 3 000 €/mois ( en ayant beaucoup beaucoup cotisé, mais en sachant que je ne cotisais pas pour moi, mais pour payer les pensions de ceux qui étaient retraités à l’ époque ), je me prends toutes les augmentations de CSG et d’ impôts, et toutes les diminutions de retraite (augmentation plafonnée à 0,4% par an, quelle que soit l’ inflation ) en pleine poire, sans la moindre compensation…et je trouve ça normal si on veut maintenir la solidarité entre générations ; sinon, il faut passer à un système par capitalisation individuelle ( si j’ avais placé ce que j’ai cotisé, je toucherais aujourd’hui certainement plus que 3 000€/mois) : mais allez expliquer ça à un Stanislas ou à un Gilet Jaune !

                Et pour les salaires le long d’ une carrière, c’ est un peu la même logique.

                1. Arié qu’y peux je au fait que vous confondiez Politique économique de responsables d’état oeuvrant pour l’intérêt géneral et magouilles d’une bande de trous du cul carrièristes qui travaillent pour 1000 personnes tout au plus..

                  Vous êtes » légitimiste » « loyaliste » ou quelque chose comme ça, pas moi. Je regarde, j’analyse, je lis, je recoupe les infos avec les connaissances qui sont les miennes…

                  J’ai passé ma vie à réparer des PME en difficulté d’une centaine de personnes et plus, en difficulté, pour réussir un minimum était requis :

                  1° j’ai dû déployer des méthodes différentes de celles qui les avaient mises dans cet état lamentable

                  2° J’avais carte blanche et le Pouvoir de mettre en oeuvre les solutions.

                  3° Eviter absolument de vouloir ressembler à un autre modèle, à un concurrent, une structure différente.

                  4° Tenir compte des potentiels en interne des forces et des faiblesses, placer les compétences au meilleur endroit, donner confiance aux gens qui restaient, et mettre en place d’autres méthodes

                  Dans un système en concurrence féroce, vouloir ressemblez à tout le monde avec des responsables veules mène exactement là où nous sommes.
                  On peut me considérer comme un type d’extrème droite, ou d’extrème gauche, ou ce qu’on veut, je m’en fous mais personne ne me retirera de l’idée que la souveraineté politique et monétaire est la solution pour relever la france et rendre les français fiers de reprendre leur destin en mains. Il feront ce qu’il faut avec des Hommes, pas des larbins en laisse..

                  Et beaucoup des spécialistes bien plus intelligents et de plus en plus nombreux (doctorants de différentes spécialités) que moi pensent la même chose.

                  Malheureusement on n’attend plus que les serviles, les fâlots et les irresponsables pour le niveau auquel ils prétendent pouvoir être

                  Nous sommes en plein principe de Peter collectif au plus haut niveau..

                  1. Et je suis convaincu que nombre de GJ ne demandent qu’à travailler beaucoup pour récupérer convenablement la part des richesses qu’ils produisent alors qu’ils ont conscience d’être face à des truands qui utilisent la loi pour évaporer le pognon ou revendre la France et ses biens…

                    Voila qui explique pourquoi je pense que nous avons des imposteurs et des voyous hallucinés incompétents, incultes…

  8. Effectivement, les besoins financiers diminuent chez les seniors; en général : enfants indépendants, domicile payé, moins de loisirs possibles, moindres performances au travail.
    Aujourd’hui, on vire tôt les vieux ( que personne ne réembauchera) pour les remplacer par des jeunes mieux formés et moins payés , alors que c’ est l’ inverse qu’il faudrait faire !

    1. C’est dingue la description que vous faites des salariés Elie et si on voyait les choses ainsi …on hurlerait au scandale ?
      Les besoins financiers diminuent chez les grands patrons seniors en général…domiciles et résidences secondaires payées , yachts amarrés moindres performances au golf au tennis et au bureau …
      Aujourd’hui on garde les vieux patrons issus de réseau en nous disant que leurs compétences sont indispensables quand des tas de jeunes mieux formés moins payés feraient aussi bien le boulot …

      1. Sylvie

        Au niveau des grands patrons, je ne pense pas que ce soit vrai : leur grand atout, c’ est leur carnet d’adresses et leurs réseaux d’ autres grands patrons, avec lesquels ils arrivent souvent à se débrouiller pour contourner les mécanismes de marché.

        Il faut cesser de nous servir ce bobard selon lequel nous serions en économie  » ultralibérale « …même si les « copains  » ne se comportent pas toujours en copains : voir comment les copains japonais de Carlos Ghosn se sont débarrassés de lui.

        1. « Il faut cesser de nous servir ce bobard selon lequel nous serions en économie » ultralibérale … »

          Si le mot n’est pas bon, soit, Reste qu’il est difficile de parler de libéralisme quand nombre de secteurs sont tenus par quelques rares groupes qui ont un « pouvoir de marché  » tel : qu’il leur permet :

          – de tenir en laisse et de dicter leurs conditions à des myriades de PME (relations sous traitants- donneurs d’ordre calamiteuses)

          – de dicter, d’écrire les articles de loi jusque dans les couloirs de Bruxelles,

          – de faire du chantage à l’emploi jusqu’à récupérer 84 milliards d’argent public (CICE) sans contrôle et sans contrainte

          Il y a même un mot pour définir le secteur bancaire « too big to fail ».Une banque crève et c’est tout le système qui s’effondre…

          – de mettre une unique infrastructure en « concurrence » (autoroute, gaz, électricité, aéroport….)

          – de faire du pognon de dingue avec l’eau

          http://multinationales.org/Oligopoly-comment-une-poignee-de-grandes-entreprises-peuvent-soumettre-des

          Moi j’appelle ça l’escroclibéralisme, parce que compte tenu de l’effondrement industriel de la France, viendra le moment où une simple organisation de pénurie sur un produit sensible suffira à faire plier un pays..

          D’ailleurs la France, start up nation, mise sur le trottoir par une bande de macs, n’a même pas besoin d’être menacée,elle est bradée volontiers ou mise sous numérisation pour être plus facilement rançonnable..

          Si quelqu’un a un mot adapté pour qualifier la théorie économique qui décrit ce délire, je veux bien étoffer mon vocabulaire…

          1. La finance apatride et ses laquais n’ont plus que la communication pour nous culpabiliser d’être pour la souveraineté du pays ou de souhaiter que la France reprenne les clés de son pouvoir de 7ème force économique mondiale..

            Le repli sur soi hein ?

            pourquoi pas « fermeture du 3 eme chakra » puisqu’on nous la joue au pipeau « new âge »….

        2. « Au niveau des grands patrons je ne pense pas que ce soit vrai »

          Évidemment c’était juste une caricature ..la même que vous avez faite des salariés seniors …
          Le MEDEF trouvera toujours des alibis pour moins payer …et que fait il pour que les seniors ne sortent pas de l’emploi ?

          1. @ Stanislas
            Cela n’a rien d’évident de maintenir dans l’ emploi les plus de 55 ans dans une économie mondialement concurrentielle, et le MEDEF ne peut rien faire tout seul.

            Pour mémoire : les longs efforts gouvernement-patronat-syndicats dans le pays qui y arrive le mieux, la Finlande, sans que les chiffres soient spectaculaires :

            http://www.slate.fr/story/26811/retraites-emploi-seniors-finlande

            Mais, chez nous, on préfère casser le restaurant La Rotonde et les distributeurs de billets, et tabasser les forces de l’ordre : c’est bien plus efficace !

            1. Cela n’a rien d’évident de maintenir dans l’emploi les plus de 55 ans…dixit Elie …
              Quel rapport avec la mondialisation ?
              De plus il serait a ce point difficile de garder des seniors qui ne seraient plus rentables et on les considère comme employables à un âge de plus en plus avancé…64 ans et le prochain quinquennat c’est quoi ?
              On peut passer son temps a dire une chose et son contraire mais les gens l’ont compris …le seul mot de salaire hérisse les libéraux…
              Le « moi-je » de Macron n’a pas convaincu …doit on s’étonner face au vide politique de ses annonces ?

              1. Vous croyez que De Gaulle, Mitterrand, les patrons des grandes entreprises, les médecins (du public ou du privé ), les artistes, les écrivains, les acteurs, etc. , qui prennent leur retraite bien après 65 ans et parfois jamais, sont des gens « inemployables  » ?

          1. Sylvie et PPP

            C’ est vrai, les forces de l’ ordre font preuve d’ une violence inouïe face aux gentils Gilets Jaunes et Black blocs 😂 !

            https://f7td5.app.goo.gl/FR7r7

            Je ne connais aucun pays où cette manif attaquant les forces de l’ ordre n’aurait pas déjà été dispersée, victimes ou pas.

            1. La police a bombardé de gaz lacrymogène le cortège CGT sans aucune raison….

  9. Les Gilets Jaunes progressent dans leur construction d’une idèologie cohérent et prévisible :

    Quand Etienne Chouard affirme qu’il “devrait avoir le droit d’être antisémite”

    https://f7td5.app.goo.gl/UvCPb

  10. « Société informationnelle : idées pour l’autogestion » (paru en 1973):
    « On sait que les écologistes ont, depuis quelques temps, attiré l’attention sur la destruction accélérée par l’homme* de la biosphère. Nous pensons qu’il est possible de résumer tout le problème écologique dans son infinie complexité de la manière suivante : la biosphère est la conséquence de la transformation par les systèmes vivants de l’énergie photonique solaire. Sur le plan énergétique, toute l’évolution des espèces résulte de la transformation de cette énergie photonique en énergie chimique dans des systèmes de plus en plus complexes jusqu’à l’homme. Celui-ci ne peut, en ouvrant la bouche, se nourrir de photons solaires. Il a besoin de toutes les formes vivantes pour y parvenir, depuis les plantes photo-synthétiques et le plancton marin, en passant par les bactéries qui recyclent les matières organiques, de nombreux insectes et des mammifères.(…)
    Les rapports de ces multiples formes vivantes entre elles constituent les écosystèmes dont les équilibres fragiles commencent à peine à être entrevus. Le bénéfice d’une production industrielle accrue n’est souvent ainsi qu’un bénéfice à court terme et un drame à longue échéance, si cette production détruit maladroitement ces équilibres et perturbe une étape de la transformation, indispensable à l’homme, de l’énergie photonique solaire en énergie chimique qu’il doit utiliser pour s’alimenter (…)
    D’autres conséquences de la croissance ont été également invoquées : épuisement des ressources énergétiques, accumulation accélérée de déchets non recyclables dans les grands cycles de la matière. (…)
    C’est ainsi que la recherche de la dominance à travers les mythes de la production de biens consommables, exigeant aussi de fortes concentrations humaines au sein des mégalopoles modernes, polluant au profit surtout des dominants (puisque c’est la recherche de dominance qui en est la motivation) des biens collectifs, comme l’air, l’eau, l’espace bâti et l’espace sonore, de même que les rapports interhumains sous toutes ses formes, arrive aujourd’hui à constituer une réelle menace pour l’espèce humaine tout entière. » H. Laborit.
    46 ans déjà. « Ami castor, où en es-tu ? »

  11. Une bonne analyse
    _____

    IDÉESPOLITIQUE« Désormais, des fusibles sont prévus en cas de coup dur pour Macron, au premier rang desquels Edouard Philippe 

    Le président laisse au gouvernement l’exécution des nouvelles orientations. Une démarche qui vise à desserrer l’étau qui l’entoure

    Chronique. Après six mois d’accalmie, les choses sérieuses commencent. Mis sous tension par les annonces présidentielles, le gouvernement va devoir décliner le plan d’Emmanuel Macron en tentant d’éviter la sortie de route. Bon courage ! La profusion de mesures annoncées, jeudi 25 avril, pour tenter de répondre à la crise des « gilets jaunes », la confirmation de cinq réformes de structure d’ici à la fin du quinquennat (école, assurance- chômage, retraite, fonction publique, organisation de pouvoirs publics) étaient là pour démontrer que rien n’arrêterait la volonté présidentielle de transformer le pays.

    Comme ses prédécesseurs, le chef de l’Etat a fait le pari d’intensifier le mouvement en cours de mandat, en dépit d’une cote de popularité toujours alarmante et, comme Nicolas Sarkozy, il a choisi de mener plusieurs chantiers à la fois afin d’étourdir les oppositions et d’éviter la constitution d’un front unique du refus.

    Mais dans un pays qui reste profondément éruptif, une telle stratégie n’est pas dénuée d’inconvénients : outre qu’elle ne met pas à l’abri d’un nouveau coup de grisou, elle ne permet pas forcément d’aller au fond des choses, faute de temps – il reste à peine deux ans utiles d’ici à la fin du quinquennat – et de méthode affirmée.

    Ce qui frappait dans l’offensive présidentielle, c’est, au contraire, l’approximation qui pointait dès qu’il était question d’exécution. « Je fixe les orientations, je ne vais pas me substituer au gouvernement », répétait Emmanuel Macron chaque fois qu’on lui réclamait un détail, ce qui revenait à dire au premier ministre : « Et maintenant débrouillez-vous ! »

    Ce retour à une lecture plus gaullienne des institutions vise à desserrer l’étau autour du chef de l’Etat qui, à force de verticalité, a fini par prendre en pleine figure la révolte des « gilets jaunes ». Le trône a réellement vacillé en décembre 2018, lorsque Emmanuel Macron a pris conscience du degré de haine qu’il avait suscité dans une partie de la population. Désormais, des fusibles sont prévus en cas de coup dur, au premier rang desquels Edouard Philippe.

    Réassuré par le chef de l’Etat, le chef du gouvernement a pour mission de mettre en ordre de bataille des troupes un peu plus aguerries qu’il y a deux ans mais qui ont découvert en même temps que les Français les annonces présidentielles. Gare aux traînards ou à ceux qui ne parviendraient pas à maîtriser leur administration, réputée conservatrice ! Des hauts fonctionnaires aux ministres, tous sont désormais priés de mouiller la chemise pour répondre à l’exigence fondamentale des Français : un Etat plus proche et plus efficace.

    Mais en déléguant, Emmanuel Macron tente aussi de corriger son penchant naturel, qui est de s’occuper de tout. Cette propension a mis en danger le début de son quinquennat. Le héraut du changement n’est pas parvenu à mettre en mouvement la société. Tout le monde s’est crispé : les élus, les syndicats et une grande partie des Français, qui ont eu l’impression qu’on voulait leur imposer à toute force un nouveau modèle de société.

    Une partie de la difficulté rencontrée par le chef de l’Etat tient au caractère disruptif de son élection : le novice s’est fait élire, en mai 2017, sur le dos du vieux monde, en profitant du discrédit dont souffraient les sortants de gauche comme de droite. A aucun moment il n’a cherché à composer avec eux, récusant toute idée d’alliance ou de coalition, sauf avec le MoDem parce qu’il devait à François Bayrou son élection. D’emblée, il a pris le risque de les avoir contre lui sans disposer en retour d’une force capable de porter le macronisme : son mouvement En marche est resté dans les limbes.

    Quant aux députés nouvellement élus, ils ne connaissaient rien au travail de terrain, si bien que la dynamique de l’élection présidentielle a rapidement viré au dangereux isolement. Il fallait d’urgence le briser.

    Le nouvel acte de décentralisation annoncé jeudi par Emmanuel Macron est un geste en direction des trois grandes associations d’élus (communes, départements, régions) qui demandaient que le président cesse de vouloir s’occuper de tout et fasse confiance au terrain. Macron les prend au mot en leur accordant un délai très court, neuf mois, pour tenter de bâtir une nouvelle répartition des compétences et des financements.

    Compte tenu du passif, les chances d’aboutir à un compromis utile pour le pays sont minces. Elles ne sont pas complètement inexistantes dans la mesure où les élus ont eux aussi beaucoup à se faire pardonner de leurs administrés : contestés, ils sont menacés par la forte demande de démocratie participative. Emmanuel Macron en a tenu compte mais en refusant tout ce qui pouvait les affaiblir, notamment le référendum d’initiative populaire ou la suppression du Sénat. En contrepartie, il leur demande de jouer le jeu.

    Restent enfin les syndicats ou plutôt le syndicat avec lequel Emmanuel Macron peut encore espérer composer. Laurent Berger n’a pas fermé la porte aux annonces présidentielles, en dépit des relations tendues qu’il entretient avec le chef de l’Etat et de la profonde déception qu’il a exprimée à propos de l’écologie.

    Conscient de la gravité du moment et des risques d’une nouvelle montée de l’extrême droite, le leader de la CFDT s’est dit prêt (Le Monde du 27 avril) à dire « chiche » à condition que le « changement de cap amorcé se confirme ». Dès lors, on comprend mieux pourquoi Emmanuel Macron est resté si flou dans la réalisation des objectifs qu’il s’est fixés. A ce stade du mandat, son objectif est moins d’aboutir à une transformation profonde du pays qu’à remettre en mouvement les acteurs susceptibles de l’accompagner.

    Françoise Fressoz (Editorialiste)

  12. http://guybirenbaum.com/2018/12/06/je-ne-savais-pas/#more-23660

    « Tout cela ne sert à rien.

    Parce que beaucoup de nos concitoyens ne les croient plus, ne les entendent plus, ne les voient plus ; et, même, ne veulent plus leur “regarder la figure”.

    Parce qu’ils sont tétanisés par la crise qu’on leur vend matin, midi et soir depuis… Depuis tellement longtemps que je ne sais plus quand !

    Parce qu’ils sont frappés par le chômage. Qui ici n’a pas un chômeur dans sa famille ou dans son entourage ?

    Parce qu’ils sont rincés par les impôts (ceux qui en paient) ou étouffés par les dettes (ceux qui n’en paient pas), voire les deux…
    …. »

    Belle lucidité.

    1. Mais non, mais non : jamais l’épargne des Français n’ a été aussi élevée, mais ils préfèrent perdre de l’argent en la plaçant dans des livrets A ou en les laissant carrément dormir dans leur compte bancaire où il rapporte encore moins ( rien du tout !)… plutôt que, comme l’ espérait Macron, acheter des actions des entreprises françaises…tout en gueulant contre  » les actionnaires qui s’ en foutent plein les poches 😁!

      1. Ne prenez pas les Français pour plus bêtes que vous.

        Les petits porteurs ont subi la crise de 2008 de plein fouet et si vous écrivez « crise » dans votre moteur de recherche préféré, vous comprendrez peut être un peu mieux.😎

        N’oubliez pas que les petits porteurs sont ceux qui sortent complètement rincés, plumés,
        les gros s’en sortent avec moins de casse.
        Et même si nous mettons cela de côté, il faudrait un peu plus de preuve de confiance pour qu’ils investissent de nouveau en bourse.
        Crise de confiance plus grande que crise économique ? l’avenir le dira.
        ☔️🌪💨

  13. Bonjour Hélène, Elie, et les autres,
    la toute première « folie spéculative » date de 1637.
    En cause le bulbe de tulipe (on croit rêver)
    En firent les frais les « petits porteurs » (comme vous et moi) les moyens et les gros.
    En effet dans crise il y a crise; sans distinguo.
    A moins d’avoir du pif ? (fleur = odeur, héhé)

    Je recommence; on a évidement le droit de ‘placer’ ses économies (petites ou grosses) dans qql rapport.
    Aussi le trou dans le jardin ou sous le matelas.
    Qui inventa l’offre, la demande ? et le dividende ?
    les Dieux.. ou son relais, sa transmission humaine.
    Bref, et assez dit: l’homme est greedy (avide & cupide)

    Allez une anecdote (elle est connue; pas dit morale)
    – la fameuse action « tunnel sous la Manche », devint fumeuse car tellement (!) de retraitées, petites gens ou de conditions moyennes (vous et moi) y laissèrent Toutes! leurs plumes.
    Aïe Et Ouille !

    A qui la faute ? ..manquement, responsabilité,
    – à ceux qui leur promettait des Merveilles ?!
    – ou ceux qui les ont écoutés ?!
    ici les avis (pas dit fables) de diverger,

    Pour la petite histoire (ni obligé de savoir celle de « Jack et le Haricot magique », ou Crésus et Pactole)
    un peu de discernement ou moins d’avidité suffit:
    – l’action du tunnel doublait, façon fit la culbute (!!)
    ce que l’adage bien connu prévient donc capitalise:
    – « un tien vaut mieux que deux tu l’auras » (2x y était !)

    Moralité: chacun son cul, et il pète où il veut.

    Certes avec des reins solides, donc riche et en bonne santé, tout proverbe se prémunit, mais ce n’est pas lui qui maîtrise ma condition ni paie le loyer,
    ni le bon-sens s’étudie,

Les commentaires sont fermés.