Les drôles de leçon des élections européennes


Mes enseignements de ce scrutin européen ne sont peut être pas les vôtres.

Le parti présidentiel a reçu une claque, une baffe en pleine face. Non pas tant parce qu’il est arrivé second, mais parce que le voici avec un score stagnant de premier tour: 78% des suffrages exprimés se sont portés ailleurs que sur la liste présidentielle alors que (1) l’Europe serait le cœur du projet macroniste; (2) Macron a ratissé le plus large possible (dans sa liste, dans son programme), et (3) Macron s’est mis en avant.

Avec le score désastreux des Républicains, on peut aisément considérer que la seule réussite de Macron aura été de siphonner l’électorat de droite (on a du mal à voir où sont passées les troupes fillonistes ailleurs que chez Macron).

L’écologie a gagné: même si elle est éparpillée sur plusieurs listes, elle a assurément remporté cette élection: toutes les listes, à part l’extrême droite (RN, Dupont Aignan) ont des propositions concrètes ou pas. Le score de Jadot confirme que EELV n’a de place politique qu’aux scrutins européens.

Le résultat de la France insoumise, malgré une belle campagne, est décevant. Je reste persuadé que LFI défendait le programme le mieux construit, le plus adapté. Mais … on n’en a pas vraiment parlé. Cette campagne a été sabordée par le premier des partis (le parti présidentiel qui a refusé de faire campagne avant 15 jours précédent le scrutin), et l’éparpillement à gauche.

Glucksman sauve les meubles. Le réflexe loyaliste de quelques caciques socialistes, Hollande en tête, lui a sauvé la mise.

Les candidatures Hamon et Brossat ont été sympathiques, mais leur 6% réunis ont fait défaut ailleurs à gauche. Libre à chacun(e) de deviner à qui.

Le Rassemblement national n’a rien rassemblé. Il gagne la première place, avec un programme inchangé. Comble de l’ironie, l’un des voisins du jeune champion Bardella sur l’estrade pour son discours de victoire est l’un de ces suprémacistes blancs, ex-Génération Identitaire, Philippe Vardon. L’extrême droite change de logo, elle ne change pas … d’identité.

 

 

Publicités

90 réflexions sur « Les drôles de leçon des élections européennes »

  1. Bonsoir
    La prochaine fois…. Non, pas de prochaine fois. Élections piège à cons n’est pas vain ! Ras le bol de tout ce Saint Frusquin !
    Que les franchouillards se démerdent, ils n’ont besoin de personne pour se mettre dans le bazar. Qu’ils y restent !
    Pour les 10 ou 20 ans qu’il me reste à faire, je ne vais pas me casser le baigneur !
    Bonne soirée et faites des rêves pas trop mauvais.

  2. Je ne pense pas que les électeurs des insoumis sont partis chez Hamon et Brossat.
    À mon avis Jadot à fait un excellent travail en ralliant la cause sociale avec l’écologie.
    Une bonne partie des voix de LFI est allée chez lui.
    L’autre est allée chez le RN (immigration).
    Et moi qui suis dans la région parisienne je n’ai pas voté.
    Ça correspond d’ailleurs à ma nouvelle sensibilité politique.🙄🤔☹️

      1. Justement, c’est une des raisons qui m’éloignent de la politique : la « cuisine électorale ».

    1. Hélène

      Par rapport aux présidentielles 2017
      – LFI a perdu 5 millions de voix
      – LREM 3 millions
      – RN 2 millions

      1. Ben ça ne m’étonne pas.
        Je m’étonne que tu t’ étonnes 😉
        On voudrait le faire exprès qu’on ne s’y prendrait autrement.

      2. Quel sens ça a, de comparer le nombre de voix de 2 élections à taux d’ abstentions si différents ???

        1. Il manque 13 millions de voix par rapport à la présidentielle et 10 millions aux groupes RN – LREM – LFI….. dont la répartition est donnée ci dessus..

          c’est tout…

  3. Je pensais que Larem s’effondrerait plus que ça …un peu triste pour Hamon et Brossat qui n’ont pas démérité et qui ont fait une campagne digne, dégoûtée de voir que le RN a un tel score …qui osera à présent mettre LFI et RN au même niveau quand ils sont à l’opposé …le vote utile et je n’y ai pas cédé à la présidentielle est totalement vide de sens…Larem est le premier parti à favoriser une telle avancée du RN …la seule chose qu’il a vraiment réussi …et voir tous ces coqs s’approprier le succès écologique me dégoûte ! Il ne reste plus que l’Union des gauches pour rassembler …mais qu’est-ce qu’ils attendent ???

  4. Bonne analyse.
    Macron voulait son match RN/LREM, il l’a eu. C’est ainsi qu’à trop jouer avec le feu, on se brûle gravement. Cela dit : 34 listes, c’est tout bonnement absurde.

  5. Spectaculaire succès des sonndages, une fois de plus d’autant plus imprécis que chiffres sont faibles ( l’effondrement inattendu des LR et de la FMI , plus amples que prévus, au profit de EELV, mais remarquableme précision des partis en tête et en queue ).

    Mais il y aura toujours des petits malins pour nous expliquer  » que tout ça est truqué et qu’à eux on ne la fait pas ».

    Les surprises peuvent venir du Royaume-Uni, où les instituts mettent un point d’ honneur à §e tromper systématiquement.

  6. Finalement, Mélenchon, dont l’ objectif unique, depuis quelques années, n’aura été que de détruire le PS pour prendre sa place par un discours populiste , demagogique, dégagiste qui lui est revenu en bommerang et à géométrie variable en fonction des sondages, n’aura réussi qu’à détruire une union de la gauche à l’ intérieur de laquelle un compromis aurait pu être trouvé sur les points de divergence.

    1. La « gauche » du PS n’a eu besoin de personne pour se tirer elle même des rafales de mitraillette dans le pied depuis des années.. ..
      On peut même retrouver le lieu de naissance de Macron, c’est Hollande qui l’a accouché sans douleur en 2013.
      Le fameux Macron qui s’est retrouvé en moins de deux ans et « de gauche et de droite », élu en 2017 grâce au soutien d’une bonne partie des socialistes du PS bon teint…

      Celles et ceux qui ne sont pas amnésiques, se souviendront peut être que LFI proposait un programme très très différent de LR, PS. FN n’ayant pas vraiment travaillé le sujet qui n’est pas de leur préoccupation, FN a plutôt le souci de récupérer un max de fric public pour faire vivre correctement quelques individualités de l’organigramme, pour le reste, ils adopteront probablement la trajectoire économique en cours le moment venu..

      Là non plus, ca n’a pas marqué les fins observateurs qui se revendiquent de l’expertise politologique. A l’époque le programme tel que celui de LFI,, c’était pourtant du romantisme, de l’irréalisme, limite juste bon pour la location d’une chambre en psychiatrie

      LREM et RN, partis jumeaux, par le style vertical, autoritaire et fortement utilitaire, sont maintenant logiquement au coude à coude et en tête.. Les français soucieux de sécurité vont s’en réjouir, ce ne sont pas les nombreuses gueules cassées des rues qui vont me contredire..(quelles gueules cassées me diront les politologues suce nommés à plusieurs reprises ? )

      Reste plus qu’à attendre que les lunettes noires et les moustaches tombent afin qu’on les reconnaissent…

        1.  » Billevesées !….

          L’enquète IPSOS sur la sociologie des électorats à l’issue du 1er tour des présidentielles 2017 était déjà assez éloquent au moment où le PS se prenait une gamelle retentissante, par désertion d’une partie des cadres passés en masse à la non gauche Macron. et l’abandon des classes populaires depuis plusieurs années…:

          Pour ne prendre qu’un critère, l’enquète révélait que le vote FN était composé en grande majorité des foyers aux revenus inférieurs à 2 000 €, bien plus que LFI d’ailleurs.. (page 9 )

          dans le même temps, Macron et Fillon qui avaient à peu près le même profil de programmes rassemblaient l’essentiel des plus 2 à plus de 3 000 €

          Le programme très nettement social et la grande qualité d’écoute du banquier, comme chacun a pu en juger, n’ont certainement pas convaincu les manants qui trouvent les mois trop longs, à renoncer à lâcher le vote RN..

          Aux européennes, la drauche est lessivée, la groiche nettoyée insoumis sont dans les choux et les pêcheurs très nombreux..
          Avec 23 millions d’abstentions (le double des présidentielles 2017), RN de ne perd que 2 millions de voix et LREM 3 environ.. (les deux sont à 5 millions de voix.)
          RN et LREM représentent 21% des manants en âge de voter..

          Remarque de huff dont personne ne parlera, : là où les gilets jaunes ont été les plus actifs, l’abstention a baissé…
          man dieu !!!!.. l’extrémisme violent des GJ qui les a envoyé en masse dans les hôpitaux, pousse à voter…

          Reste plus qu’à attendre la sociologie du vote IPSOS 2019 pour se faire une nouvelle idée…

  7. Ouf le guignol est fini.

    La grande leçon de la mascarade est de fait une victoire de l’abomination Macron/Lepen.
    ce duo-pole sort renforcé par les désastres subis par Wauquiez et Mélenchon.
    EELV classiquement sert de refuge aux indécis tracassés par le respect des bienséances. Même (surtout ?) alliés au Grünen ils ne péseront sur rien contraire aux grands lobbys des industriels ni sur la nouvelle politique agricole qui devrait être la base d’une défence de l’environnement.

    Je ne prierai surement pas pour la résurection d’une Union des gauches à la pisse d’ânes Atlantistes.

    Les Gilets Jaunes seule nouveauté politique, porte mes espoirs de changements.

    1. @ Charles Michael
      Comment espérer une nouveauté politique des Gilets Jaunes, qui, justement, refusent de faire de la politique ???

  8. Soyons juste quand même, il y a une différence notable à relever entre RN et LREM
    RN va chercher son financement de campagne en Russie, et LREM aux états Unis. ce n’est pas Pénicaud qui va me contredire..

  9. La meilleure analyse , d’après moi.
    _____
    Navigation

    Le Monde – retour à la une

    IDÉESELECTIONS EUROPÉENNES 2019Elections européennes 2019 : un nouveau monde émergeÉDITORIAL

    Le Monde

    Editorial.
    L’élection a confirmé la disparition du clivage gauche-droite au profit d’un duel Macron-Le Pen. Participation en hausse, avance des listes pro-européennes et poussée d’Europe Ecologie-Les Verts constituent les trois surprises de ce scrutin.

    A ceux qui en doutaient encore, la réponse des électeurs français, dimanche 26 mai, a été sans appel : une profonde recomposition politique est à l’œuvre dans notre pays. Elle porte aussi bien sur les enjeux, dominés par une triple crise identitaire, sociale et écologique, que sur les structures partisanes : le vieux monde s’écroule, un autre émerge, créant à chaque consultation un séisme d’intensité variable.

    Premier scrutin intermédiaire depuis l’avènement du quinquennat d’Emmanuel Macron, les élections européennes ont apporté non pas une, mais trois surprises. La première a trait à la participation, bien plus forte que prévu. En dépit d’une campagne démarrée tardivement et assez peu pédagogique, l’Europe a en définitive beaucoup intéressé les citoyens. Sur les grands sujets du moment (l’écologie, le pouvoir d’achat, l’immigration), l’Union européenne apparaît comme le niveau pertinent d’intervention, qu’on approuve ou non son action. La prise de conscience de la globalisation, relativement tardive en France, est en train d’opérer.

    La seconde surprise est l’avance des listes pro-européennes dans un contexte de très grande défiance politique : elles devancent d’au moins quatre points celles qui remettent en cause l’UE. La poussée d’Europe Ecologie-Les Verts n’est pas pour rien dans ce regain. Yannick Jadot, qui incarne la troisième surprise de ce scrutin, ne se contente pas de porter haut les couleurs de l’écologie, devenue la première préoccupation des jeunes. Il s’affirme aussi comme un europhile convaincu et vient, sur ce point, prêter main-forte à Emmanuel Macron dans son combat contre les nationalistes.

    Ce clivage-là, loin de s’atténuer depuis la présidentielle, est en passe de structurer durablement le champ politique. Le duel Macron-Le Pen, soigneusement rallumé par les deux finalistes de 2017, est venu à bout des deux forces politiques dont l’alternance rythmait la vie de la Ve République. A eux deux, le Parti socialiste et Les Républicains totalisent à peine plus de 15 % des voix. Autant dire qu’ils ne pèsent plus rien. On savait, depuis la présidentielle, que le parti de François Mitterrand était mal en point. Cette fois, c’est la droite qui subit la réplique. LR a vécu, dimanche, une descente aux enfers, rongé sur son aile libérale par Emmanuel Macron et sur son aile souverainiste par Marine Le Pen.

    La présidente du Rassemblement national apparaît comme la gagnante du scrutin, parce qu’elle a réussi à capitaliser, sur son nom, la révolte sociale de l’hiver, marginalisant, à l’autre bout de l’échiquier politique, Jean-Luc Mélenchon. Elle ne remporte pas pour autant le match retour contre le président de la République, car, deux ans après son élection, Emmanuel Macron reste le principal rempart contre le RN par élimination de toute autre forme d’alternative. Pour lui, le seul danger est la renaissance d’EELV, dont on ne saisit pas encore très bien ce que veut en faire Yannick Jadot : une force ancrée à gauche ou un parti « ni de droite ni de gauche », comme il le disait durant sa campagne ?

    Une chose est sûre : l’ancien directeur de campagne de Greenpeace a compris qu’une page se tournait, que la politique ne se ferait plus à coups d’accords d’appareils, mais en allant chercher auprès des ONG et dans la société civile l’énergie pour bâtir un projet alternatif. C’est au fond la grande leçon de cette élection : l’avenir appartient à ceux qui ont fait ou feront l’effort de se réinventer, les autres disparaîtront.

    Le Monde

    1. Macron serait le dernier rempart contre le RN ? .non mais là, il faut que ce journaliste arrête les hallucinogènes ! Il est le premier tremplin …la Marine peut continuer a dire toutes les bêtises possibles (et elle en a en réserve) , il suffit que notre marquis tape de ses petits poings fragiles pour qu’elle gagne un point …mais tout de même reconnaissons à dame Loiseau de ne pas avoir complètement achevé ses électeurs …qui continue à croire qu’il faut lui laisser du temps ! Attendons donc calmement trois ans et quelques éborgnés…le saccage ne fait que commencer …

  10. Ne soyez pas triste Elie,

    Macron ratera tout sur le plan économico start-up et Votre Monde propriété de ses Riches continuera à anonner son mantra libéralo Tatchérien.
    Ladite Maggie n’ayant réussi économiquement et temporairement que gràce à la découverte et exploitation forcené d’un trésor:
    le pétrole et gaz de la Mer du Nord.
    cela seul lui a permis de liquider syndicats et mineurs et de les parquer, comme la reconnu Cameron, dans l’Etat Providentiel. Hélas, le Trésor de la généreuse nature s’est à peu près épuisé.
    Ce qui s’est terminé en accéléré avec la crise financière de 2007-2008.

    Cela étant pour le morveux borné et égotiste ces européennes assurent à peu près sa réélection en 2022.
    Démocratie mon cul, dit-il.

    ça se passe comme ça dans la bannaneraie et son ministère de la vérité.

  11. L’intérêt des élections, c’est de remettre les illusions à leur juste place
    ________
    (Extraits)

    Elections européennes 2019 : après six mois de mobilisation, les listes « gilets jaunes » font moins de 1 %

    Les deux listes issues du mouvement de contestation sociale qui a provoqué la plus grande crise du quinquennat d’Emmanuel Macron n’ont mobilisé chacune que 0,5 % des électeurs.

    Les deux listes issues des « gilets jaunes », mouvement de contestation sociale qui a provoqué la plus grande crise du quinquennat d’Emmanuel Macron, n’ont mobilisé ensemble que 0,5 % des électeurs dimanche 26 mai, selon les résultats quasi-définitifs publiés lundi matin.

    Alliance jaune, menée par le chanteur Francis Lalanne, a remporté environ 0,5 %, et Evolution citoyenne, avec à sa tête Christophe Chalençon, 0,01 % des voix lors de ce scrutin européen, loin du seuil des 5 % nécessaires pour envoyer des élus au Parlement européen

    Des figures du mouvement s’étaient également immiscées dans des partis qui ont intégré des « gilets jaunes » sur leur liste. Benjamin Cauchy était ainsi en 9e position de la liste de Nicolas Dupont-Aignan (DLF, environ 3,5 %) alors que Jean-François Barnaba s’est allié aux Patriotes de Florian Philippot (entre 0,6 %).

    Né de contestations sur le prix de l’essence qui se sont étendues à des revendications sur le pouvoir d’achat, la justice fiscale et le système politique, le mouvement des « gilets jaunes » en est à sa 28e semaine de mobilisation. Très vite, la question d’une traduction politique et électorale du mouvement s’est posée. Dans les premiers sondages qui, dès décembre, introduisaient dans leurs enquêtes l’éventualité d’une liste « gilets jaunes », celle-ci était donnée aux alentours de 10 % d’intentions

    1. Quelle illusion ?

      Le gus qui écrit ça est en train de se rassurer tout seul et en plus il est payé pour écrire ça… que du bonheur..

      1. Il n’y avait aucune liste agrée par les Assemblées de Gilets jaunes ou ses portes paroles

        Le Monde ment
        Le Monde ment
        Le Monde ment effrontément pour ses lecteurs vieillissants.

        Comme d’hab, quand Le Doktor es-Ignoramus se fait moucher le nez, il repart ailleurs
        après y chouine que la discusion manque de niveau.

        manip un peu usée

        1. @ Charles Michael

          Vous n’avez toujours pas compris que les Gilets Jaunes n’ auront jamais ni listes agréées ni porte-paroles, puisqu’ ils: ne veulent pas faire de la politique ? »

          1. Vous n’avez toujours pas compris que les Gilets Jaunes ne font Que
            de la politique ?

            Je comprend que ça dépasse un peu le petit polémiqueur macrotteux.

            Huffington et son « choc des civilisations », comme d’ailleurs l’autre succès de « la fin de l’histoire », tous deux aussi démentis par les faits, sont les 2 bouquins à oublier.

            L’Arabie Saoudite associée à Israel et les US vous parlez d’une unité civilisationnelle ?
            l’Histoire finie ? 10 ans entre la fin de l’URSS et le 9/11 2001 et la Pax America retour à ses amours bellicistes.

            S’agirait un peu de s’adapter au lieu de se cramponner au TINA qui rhyme avec tinette.

            1. Qui vous a parlé de la Fin de l’histoire ?
              Le choc des civilisations, c’est bien plus sérieux; et, bien sûr, dans tout choc, il y a des alliances temporaires entre 2 futurs adversaires ( USA-URSS contre Hitler, etc.)

              1. PS- Vos injures sont agaçantes et d’ ailleurs stupides, je ne suis pas macroniste; si je l’étais, je le dirais.

                1. Très cher, Charles ne vous injurie pas, il ne fait que vous décrire tel que vous vous montrez.
                  Peut-être devriez-vous y réfléchir avant d’inonder ce blog de tout et n’importe quoi…

                  ***

                  1. J’ai suffisamment de points de désaccord avec Charles Michael pour qu’il n’ait pas besoin d’en inventer.
                    Aux européennes, pour la 1ère fois de ma (trop longue) vie, je me suis abstenu.

  12. Juan

    Les élections intermédiaires, et tout particulièrement les européennes, sont toujours des élections de défoulement contre le pouvoir en place; d’ailleurs , le FN était déjà arrivé en tête aux précédentes, avec un programme totalement différent ( sortie de l’ UE et de l’€), et en 2ème position aux présidentielles de 2017, avec un autre programme ( passage de l’€ monnaie unique à l’€ monnaie unique ), également différent de celui d’ hier ( on ne parle plus de l’€, mais  » on va bloquer l’ UE de l’intérieur « )

    1. Rectification sur le programme du FN aux présidentielles de 2017  » passage de l’€ monnaie unique à l’€ monnaie COMMUNE  »

      (programme pas bête, d’ ailleurs, mais que MLP n’a pas su explquer, ne l’ ayant sans doute pas bien compris )

      1. Juan,
        Je ne commente pas, je débats : vous ne recherchez quand même pas l’ unanimité, non ?

        1.  » Je ne commente pas, je débats… »

          vous faites surtout du slogan publicitaire c’est la raison pour laquelle vous pouvez observer ici ce qu’on appelle en marketing, des « non consommateurs absolus ou relatifs »..

          héhéhé… »Arié qui débat », c’est un peu comme imaginer un droséra devenir végan…

          1. Stan, je trouve que sa réponse à Juan est stupéfiante d’arrogance, il se moque ouvertement de lui.

            Je me demande ce que cela peut bien lui faire qu’il y ait unanimité ou pas… il a une fâcheuse tendance à se croire ici chez lui…

            ***

            1. Je suis prêt à parier que le garagiste de la pompe fait marrer Juan, mais attention !!! avec déférence, respect et tout le bordel..

  13. En effet, l’Europe est drôle (y a sûrement pire)
    Zen, ..en mai fait ce qu’il te plait,
    en juin crache dans tes mains (tout baigne en juillet)
    en août gare au knout (Noël en décembre)

    « il vaut mieux (?!) voter que se fritter le nez »
    arrive t-il qu’on fasse les deux ??
    bah, l’important n’est-il pas de s’occuper.

    Distrait, comme d’hab, heureusement Sylvie ou ma femme me filait qql indication (merci à elles)
    /33 et plus, c’est bcp pour moi (mon toubib préfère me fait tousser; il prend sa retraite)
    Résultat: j’ai encore perdu ! (malheureux au jeu ..)

    Autant vous le dire, j’avais pas vu la liste animal !
    (avait-elle un temps de parole ? Miaoow !)
    qui ‘lui’ n’en doutons pas: baise-baisé consenti. Point.

    Allez une anecdote (on n’est pas des bêtes; vie et droit) je vois hier dans le jardin (rare) dans une des cabanes d’Enzo la tortue, une nichée d’hérissons,
    ..sont trop-trop trognons !
    ne pas les déranger,
    ni les jeunes ni les ancêtres.
    Mazel Tov !

  14. Maintenant que la France Insoumise vient définitivement de se débarrasser de la comparaison faite par les médias avec le RN, sinon elle aurait eu autant de voix…il est grand temps qu’elle se relève . Et dire qu’elle est clivante est un faux procès…dame LePen ne fait qu’aboyer et ça lui profite …

      1. Elie Il faut surtout arrêter de dire que l’agressivité supposée de Melenchon est en cause …la force de ses convictions que je ne partage pas toutes se heurte aux mensonges et a la mauvaise foi de certains médias et de MLP qui l’accuse de tous les aux !
        Et puis n’oublions qu’il y a eu 6 mois de campagne dédiée a la seule Larem qui y a entraînait le RN comme un parfait bouclier !

    1. On colle sur le dos de Mélenchon la chute de LFI aux législatives, moi je pars d’un autre point de vue : quelles sont les personnalités qui sont entrées à LFI depuis les présidentielles et qui
      cherchent à y peser de tout leur poids.
      Mélenchon devrait d’extirper de là

      1. Par contre je tout à fait d’avis qu’une grande partie de ses électeurs est allée chez Jadot.
        Mais la raison n’est pas dans les éclats de voix de Mélenchon.
        Faudrait tout de même pas confondre les analyses des électeurs avec celles des journalistes quand même !

        1. On dit même qu’en cas de présidentielle 61% des électeurs de LFI iraient voter La Peine…
          Si c’est vrai, les électeurs ont des goûts de chiotte !

      2. @ Hélène
        C’est le cas de tous les partis politiques sans exception !

  15. Il n’y a pas si longtemps on a laissé l’écolo Hulot en slip sur la banquise.
    Et maintenant c’est:
    « Jadot, Jadot, Jadore, Jadot, j’adoooooooreeeeee!
    regarder danser les écolos…. »

  16. Trèfle de plaisanterie, cela s’adresse principalement aux abstentionnistes.
    « Il importe d’abord de ne pas écouter les imbéciles et les ignorants – souvent les mêmes – qui veulent faire croire que ce Parlement n’a aucun pouvoir. Ils utilisent un argument totalement infondé et ils trompent les gens. Le Parlement européen dispose de réels pouvoirs. Certes, ce pouvoir n’est pas absolu. Mais ce qu’on oublie très souvent de rappeler, c’est que le Parlement dispose d’un pouvoir énorme qu’il n’utilise presque jamais : celui de dire non, de rejeter ce que proposent la Commission européenne et les gouvernements qui la soutiennent.
    Ce silence sur ce pouvoir de dire non, c’est celui de la droite, mais aussi celui de la social-démocratie (le PS en France) qui a soutenu toutes les orientations néo-libérales, toutes les privatisations, toutes les mises en concurrence des activités de service, toutes les politiques austéritaires, tout ce qui s’est traduit par les politiques menées par la droite et par la gauche dite de gouvernement, par Juppé, par Balladur, par Raffarin, par De Villepin, par Jospin, par Sarkozy, par Hollande et par Macron.
    Sans le soutien à la fois des gouvernements français successifs et de l’alliance sacrée droite-social-démocratie au Parlement européen, la destruction programmée de toutes les conquêtes sociales et la destruction de notre cadre de vie n’auraient jamais été possibles. Ils n’ont pas utilisé leur pouvoir de dire non. Ils ont dit oui.
    Le Parlement européen est donc un réel lieu de pouvoir, n’en déplaise aux menteurs qui ignorent ou feignent d’ignorer les textes en vigueur. » (RM Jennar)
    Aprés ces élections, le pouvoir de dire « non » aux capitalistes est trés largement minoritaire, 55 sièges.

    1. Et avant il était majoritaire ?
      Vous oubliez que le non au dernier référendum en France était majoritaire.
      … pour quoi faire ?
      Allons trêve de naïveté.
      Si l’Europe part en brioche ce sera par le seul pouvoir de l’oncle Sam ./

    2. @ Robert Spire

      Je ne commenterai pas un livre que je n’ai pas lu, mais la France a toujours eu un régime capitaliste ( sauf sous la Commune de Paris ): vous semblez confondre capitalisme et libéralisme.

      La social-démocratie était un système de production des richesses par le capitalisme avec une forte redistribution sous forme d’Etat-Providence grâce à des prélèvements sociaux très élevés.

      Ce à quoi nous assistons aujourd’hui, et que peu de Français semblent comprendre, c’ est au passage de la social-démocratie au social-libéralisme ( voir Antony Giddens, John Rawles, etc.)

      1. Mr Arié les gens « comprennent » plus que vous ne le pensez et ce n’est pas le cas de tous les pseudos experts…comme les fameux propos de Giulio Tremonti, (ancien ministre des Finances du gouvernement de Silvio Berlusconi) qui déclarait que le système bancaire de l’Italie ne serait pas affecté par la crise des subprimes, car ce dernier «ne parle pas anglais»…:-)

  17. Tout de même …ceux qui ont voté RN …offrent de magnifiques places bardées d’avantages …à des gens qui font semblant de détester une Europe qui leur offre une magnifique tribune et qu’ils servent depuis des années …Merci a Macron de leur avoir savonné la planche sans l’aide de dame cuicui qu’on ne pourra pas  » accuser » d’avoir fait une bonne campagne !

  18. RM Jennar n’est pas un naïf, ni ignorant des choses européennes. Il a été un des artisans du « non » en 2005 et écrit plusieurs bouquins sur le fonctionnement des institutions de l’UE.

      1. Il a un blog, tu peux discuter directement avec lui, il connaît très bien les institutions européennes. (www.jennar.ff)

    1. À l’unanimité les insoumis vont la nommer présidente du mouvement.

      Ah non ?

      Zut je n’avais pas vu les autres qui secouent le portillon…

      Ça va tanguer matelots !

      Ah on me dit dans l’oreillette que le même cas se présente pour wauquier.

      Ah la la tant de meneurs qui aurait porté LFI vers la victoire et que l’on a pas vus😂
      La critique est aisée mais l’art est difficile…

      1. Autain me déçoit …qu’elle ait ou non raison lui imposait tout de même au minimum un peu de patience …mais bon il semble que l’urgence pour certains est de se placer !

        1. Eh oui ma chère Sylvie.
          Je crains que de nos jours il ne reste plus que cela aux politiques, essayer de se placer.
          Je ne critique pas parce que c’est tout ce qu’il leur reste.
          Les pouvoirs et contre pouvoirs se situent bien loin du microcosme hexagonal et soyons clair, même européen (les échanges économique s entre l’Iran et l’Europe ont été interdits et nous nous sommes couchés parceque nous ne pouvions rien faire d’autre) ☺️

  19. Juan,
    Plutôt ratés, les pronostics de votre billet hebdomadaire…

    – l’ abstention n’a jamais été aussi faible aux européennes,

    – à 0,9 % du RN et loin devant tous les autres, Macron a atteint son but : pulvériser pour longtemps les deux « partis de gouvernement « , PS et LR ( 14 % à eux deux !), qui l’imaginaient comme un phénomène provisoire, sans comprendre que le monde avait changé, et installer le débat entre souverainistes RN et pro-européens libéraux macronistes,

    -par charité, on ne parlera pas de Mélenchon et des Gilets Jaunes…

  20. Le premier parti de France, c’est l’abstention et le vote blanc . Et nos braves politiques peuvent gesticuler tant qu’ils le veulent, le fait est là . Et y a peu de chance que ça change : le scrutin est passé et les mauvaises nouvelles commencent à tomber : Le repreneur de Whirlpool en liquidation judiciaire, G.E. supprime 1044 emplois – alors qu’il devait en créer 1000 – ( au fait, qui était à la manœuvre lors de la session de la division énergie d’Alstom ? ) et ce n’est, sans doute, que le début !

      1. L’Allemagne a des excédents budgétaires et son réseau routier part en vrille .Le SPD fait les yeux doux à LREM pour former un groupe à Bruxelles . Merkel et la CDU sont en fin de parcours et l’extrême droite Allemande refait surface .
        Y a beaucoup de similitudes entre la France et l’Allemagne .
        Et le premier parti de France, ce sont les abstentionnistes et les votes blancs, dont bien malin serait celui qui pourra prévoir leurs réactions, disons en 2022 !

  21. 6 sièges pour les socialistes
    8 sièges pour les républicains
    6 sièges pour les insoumis
    ……?? Il est où le problème pour ce mouvement qui n’a que 3 ans alors que les deux autres marchent sur leur
    barbe ?

  22. Le Venezuela bat des records ! ( Extraits )

    Au Venezuela, l’inflation a été de 130 060 % en 2018

    La Banque centrale du Venezuela a reconnu mardi l’état désastreux de l’économie du pays. Elle n’avait plus publié de chiffres macroéconomiques depuis trois ans.

    Le gouvernement du Venezuela a reconnu mardi 28 mai l’état désastreux de l’économie du pays. Après s’être abstenue pendant trois ans de publier des chiffres macroéconomiques, la Banque centrale du Venezuela (BCV) a finalement annoncé que l’inflation avait été de 274,4 % en 2016, 862,6 % en 2017 et 130 060,2 % en 2018.

    Selon les chiffres de la BCV, le PIB national s’est pour sa part contracté de 47,6 % entre 2013 et 2018. La chute du PIB est calculée jusqu’au troisième trimestre de 2018, a précisé la Banque centrale.

    Ces chiffres restent cependant éloignés des estimations du Fonds monétaire international (FMI), qui évalue l’inflation au Venezuela à 1 370 000 % pour 2018.

    La grave crise économique que connaît le pays a amené plus de trois millions de Vénézuéliens à émigrer depuis 2015, selon l’Organisation des Nations Unies.

    La BCV a également donné mardi des informations sur les exportations pétrolières, qui représentent 96 % des revenus du Venezuela. Selon les chiffres de la Banque centrale, ces exportations ont chuté pour se situer à 29,81 milliards de dollars en 2018. Elles s’élevaient à 85,603 milliards de dollars en 2013 et à 71,732 milliards en 2014, lorsque les prix du pétrole se sont effondrés et que la profonde crise touchant les Vénézuéliens a éclaté.

    Bien que les prix du pétrole se soient redressés à partir de 2016, une chute brutale de la production vénézuélienne a empêché un rebond des revenus. Selon les chiffres officiels, l’offre de pétrole vénézuélien, qui représentait 3,2 millions de barils par jour il y a dix ans, n’était que de 1,03 

    Les importations ont elles aussi chuté en trois ans, passant de 57,183 milliards de dollars en 2013 à 14,866 milliards en 2018, ce qui explique les graves pénuries de produits de première nécessité. Les Vénézuéliens sont confrontés à des pénuries cycliques de produits alimentaires de base et à des pénuries chroniques de médicaments et d’autres produits de santé (…)

    1. Quand les poules auront des dents, le Figaro expliquera peut être aux manants que la conquète internationale de EDF dans les débuts 2 000 a laissé 15 milliards sur le carreau minimum.. Ses dirigeants, se sont fait niqués ici et là avec des acquisitions douteuses, surévaluées mal étudiées…fallait aller vite à n’importe quel prix…

      Un peu plus tard, ces cons là ont signé un contrat très douteux avec l’Angleterre dont on paiera peut être la note plus tard avec l’EPR (un peu de patience SVP), ça doit être tellement fantaisiste que le directeur financier s’est tiré illico…

      Fort de toutes ces péripéties décontractées, qui ne permettent plus aujourd’hui de financer la maintenance du « grand carénage » puisqu’EDF est en quasi faillite avec 37 milliards de dettes nettes. Ses résultats ne permettent pas non plus de les diminuer.. D’ailleurs l’état a décidé de faire cadeau de ses dividendes….c’est dire si ça pue..
      D’où la réflexion pour mutualiser les pertes bientôt;.

      Puisque les dirigeants ne sont jamais inquiétés, que les manants vont payer les frais divers laissés un peu partout dans le monde;……….
      ………….il ne reste plus qu’à jouer sur les émotions des gueux avec un petit coup de projecteur sur des salauds de salariés friqués…

      Pour liquider le problème des privilègiés c’est très simple,
      – une ordonnance votée à 3 heures du matin par 50 peignes cul LREM,

      – des brigades de flics bien entrainée devant les sites EDF pour faire de l’oeil aux électriciens qui n’aime pas la justice quand on n’est pas très riche..

      – quelques foulards rouges pour les images de BFM.. et roule ma poule..

      Pourquoi s’emmerder !! EDF externalise déjà, taille dans les effectifs et emploie des contrats détachés de sous traitants à X niveaux sur ses chantiers, dont l’EPR..
      ya qu’à foutre des roumains aux tableaux de bord des centrales avec des notices en français… mais surtout qu’on ne parle plus de ces salauds d’électriciens vernis..
      ça craint pas, il parait qu’une centrale qui péterait dans l’Ain, la fumée ne passera pas les frontières du département…

      roulez jeunesse… que le personnel s’amuse…

  23. Les émoluments du PDG d’EDF pour le magnifique foirage de l’EPR de Flamanville, ça, c’est un vrai privilège !

  24. J’ aurais parié que vous seriez le vainqueur ; comparer le salaire d » un PDG au statut de tous les salariés 😂😁😁…

    1. Toujours aussi à côté de la plaque , toubib : le salarié n’est pas décisionnaire, alors que le PDG – fort bien payé – est le responsable des conneries accumulées dans l’EPR . Et, lorsque ça tournera mal, c’est le salarié qui trinquera, le PDG s’en tirera sans une égratignure . Ca fait des lustres que ça dure et y en a qui ont le cynisme de vouloir taper sur les salariés, ces  » privilégiés  » !

      1. @ Alain Bobards
        Vous changez de sujet: vous savez bien que nous sommes d’ accord sur ce que vous dites ( même s’il arrive à des PDG comme Carlos Ghosn de sauver et de créer plein d’ emplois et de faire gagner plein de fric à ses actionnaires, tout en se faisant matraquer pour de toutes autres raisons ).

        Reste qu’il est difficile de soutenir que les salariés d’ EDF ne bénéficient pas de privilèges ahurissants par rapport à d’autres salariés.

        1. Ces « privilèges », mon bon toubib, ne sont pas tombés du ciel . Ils sont le résultat de luttes et du programme du CNR .
          Pourquoi toujours vouloir tirer les salariés vers le bas ? Ca me rappelle un bouquin de De Closets ,  » Toujours plus « , datant de 1985, où il dégommait les salariés qui bénéficiaient de CCT bien négociées . Ce même De Closets n’a jamais écrit de bouquin sur l’écart grandissant entre profits et salaires .
          Ghosn créateur d’emplois ? Il a, surtout, beaucoup fait appel à l’intérim !

    1. Et un autre sondage donne Jadot comme le politique le plus populaire de France … !
      Vu que les sondeurs se sont bien plantés pour les Européennes, il vaut mieux se montrer dubitatif sur les sondages !

      1. @ Alain Bobards
        À part l’ inversion entre EELV et LR, les sondeurs ont été, une fois de plus, remarquables, compte tenu du nombre de listes, et même pour les mini-listes au-dessous de 2 %.

        1. Les sondeurs se sont plantés sur l’abstention et sur l’écart entre le RN et LREM . Rajoutons le ratage entre EELV et LR et je maintiens qu’il faut se montrer dubitatif avec les sondages .

          1. …et ils ont eu raison sur tout le reste, ce que je trouve , dans l’ensemble, assez remarquable .

            1. En fait, pour moi, le vrai problème des sondages est ailleurs, c’est celui de provoquer « Le vote utile  » = pourquoi voterai-je pour la liste Glucksmann ou la liste Hamon, alors que je sais que ça se joue entre MLP et Macron ? »

              C’est pourquoi, pendant longtemps, la publication des sondages à été interdite à la proximité du jour du vote; mais, depuis Internet, c’est devenu impossible.

              Alain Bobards, quel que soit le sujet de notre discussion, ça se termine toujours de la même façon cessez de vivre dans le monde tel que vous l’avez connu, et décidez-vous à vivre dans celui d’aujourd’hui, qu’il vous plaise ou pas ! Non, personne ne se passera des sondages, et on ne supprimera pas Internet comme en Corée du Nord !

  25. ( suite)
    « personne ne se passera de sondages »…et surtout pas les candidats, à quelque parti qu’ ils appartiennent, et qui en font une consommation effarante, bien plus nombreuse que ceux qui sont publiés, portant sur tel ou tel point de leur discours, pour le rectifier ou l’amplifier ( rappelons qu’ un sondage appartient à celui qui l’ a commandé et payé, et qui est seul libre de le rendre public ou pas ).

Les commentaires sont fermés.