Gouverner contre 90% de la population.


« La grande masse des Français est exclue du champ politique. »

Ce constat de Raquel Garrido, je le fais bien volontiers mien. Je l’ai détaillé dans un billet post-élection européenne.

Quelques esprits faibles se satisfont des scores en pourcentage « élevés » de leurs champions – les xénophobes furibards de l’extrême droite d’un côté, les libéraux-xénophobes souriants de la Macronie de l’autre. Mais avec 20% des adultes qui ont porté leurs suffrages sur ces deux listes arrivées en tête, on peut a minima rester humbles et inquiets. Que dire de Jadot qui pense déjà à une recomposition du haut de ses 6% des inscrits ? Rien.

L’avantage des autres partis et mouvements, c’est qu’ils ont au moins conscience de leur défaite.

Oui, comme le dit Raquel Garrido, « la grande masse des Français est exclu du champ politique. »

Et donc, que fait-on ?

Je ne suivrai pas Raquel ni Clémentine Autain dans une éventuelle dispute à propos d’une union de la gauche.

Je m’en fiche.

On doit ratisser large… mais avec quelques lignes jaunes:

  1. Une opposition irréconciliable à Macron et toutes celles/ceux qui incarnent ou supportent la présidence des riches.
  2. Une opposition au Rassemblement national et toute forme politique d’extrême droite.
  3. Un soutien à l’abolition de cette monarchie a-démocratique.

Ceci étant posé, il faut ensuite discuter programme, positionnement politique, ouverture vers les apolitiques et mains tendues.

Il s’agit de convaincre ces 70 à 80% qui n’ont ni voté pour l’extrême droite ni pour la droite (LREM, UDI, LR, etc).

La tâche est immense.

 

Publicités

35 réflexions sur « Gouverner contre 90% de la population. »

  1. Ca me coûte de le dire, mais le Monde a eu une idée originale, donc très rare (une sortie de bringue bien arrosée avant de prendre le boulot) ,celle de présenter une carte des votes par rapport à l’extréme centrisme et l’extrème droite/par rapport à la population..

    Ca donne une 1ere idée qui peut être vue sous différents angles, donc celui d’expliquer les couleurs de vote parisiens et ouest rhône alpes d’une part
    et grand est et nord d’autre part qui a subi les catastrophes économiques successives depuis les années 80..

    https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/05/27/elections-europeennes-les-resultats-par-departement-rapportes-a-la-population_5468085_4355770.html

  2.  » Et donc, que fait-on ?…..

    Rien.. rester calme et boire frais…

    pour ce qui est de rester calme ça commence à déconner sérieusement

    pour boire frais, il faut des glaçons, or environ 10 % de la population est déjà en précarité énergétique et ce n’est pas la dernière hausse de l’électricité qui va simplifier le problème des glaçons cet été…

    Celles et ceux qui parlent le plus de la politique sont ceux qui en mangent le moins.
    Pour intéresser les gens à ce sujet, faudrait il encore qu’il ne se sentent pas exclus ou en passe de l’être par les résolutions de problème qui se résument à :
    « dis moi de quoi tu as besoin et je vais t’expliquer comment t’ en passer.. »…

    ou : ah ! tu fais 45 secondes au 100 mètres !!! super on t’inscrit pour le prochain championnat du monde. Si tu gagnes pas, on peut plus rien pour toi « …

    Ici Stanislas, homme blanc, rural, retraité, à composante familiale multicolore (noir et jaune) anti UE primaire depuis Seguin, extrémiste assumé de tous les côtés et pour tous les genres qui regarde la politique du XXIème et la faune politicienne comme une vache regarde passer un train, ou comme un témoin oculaire qui regarde un pêcheur embarquer une truite qui ne fait pas la taille..

  3. Noir & jaune, ..qui l’eut cru,
    pince-moi & pince-moi vogue sur les flots,
    ‘dieu le bleu, le rose, ..mais bientôt un peu de vert..
    qui a dit « couleur d’espoir & de chance » ? le hasard (la chance) n’est-il pas la somme d’x incompétences.
    Quant à l’espoir, ..que multiplie mon espérance de vie.

    Ma femme hier midi: « tu verras, Trump sera réélu ! »
    moi: « si on ne peut plus s’marrer où va t-on ?! »
    Elle trempe écolo; plutôt une conscience qu’un parti pris, je dirais (pinaille-je)

    Tiens une anecdote, savez vous que depuis fin 50’s,
    2 500 avions (vide, sinon armés) sillonnent le ciel H24 (Noël et Nouvel An) ainsi vérifie que l’espace est libre.
    ..sait-on jamais.
    Ailleurs qqls zozos colorés en bagnole ou moto s’ensablent entre Paris-Dakar, eux sont des salauds,
    ouiz, le blaireaux passe à la télé, ..whahah !

    Une autre (vieille) sur les Mongols, elle est longue; en gros: Gengis Khan (qui détruisait tout ce qu’il ne connaissait pas, ..canaux, bibliothèques) ne voulait pas conquérir le monde (ah bon) mais rendre au peuple (disons le sien) la terre.
    Sa terre originelle.
    La suite, ..la Chine dépérit (x massacres, destructions, = fétide) ainsi elle refila, par les immenses voies commerciales crées (chic?) par tant de conquêtes, la peste.
    En 4 ans, 1/3 de la population européenne succomba.
    (et) la Mongolie désertée, virgule, désertée.
    Le mongol fut fondu chinois; en Chine.
    Option, les murs (Chine, Berlin, gnâgnâ, série en cours) n’apportèrent que des merdes à ses constructeurs.
    A ce jour, 40 000 kilomètres (la circon. terrestre; youpie)

    Probablement le moins politique du blog (une médaille?) ni la science polémique, et jamais j’atteins l’âge pour qql jugement de valeur; sauf exception bien sûr (la baffe se mérite)
    Juan (y fait bien c’qui veut) son kif pour Ségo m’amenait ici (ooh je débutais, ..encore et toujours) quoiqu’il en soit mon affection pour les copines est impérissable (façon de parler; la vie, les faibles ou autres orphelins me survivront)
    Chacun sa nature n’est-ce pas (salope !)

    Je voulais dire, ..disons je m’interroge,
    la gauche est dead, Amen la droite, le centre qui d’habitude lofe dans la mollesse, navigue au près,
    elle tire des bords, donc dans le dur,
    ..qu’est-ce qui reste ??
    qql clarté ou davantage de radical ??

    Perso, rouge et au portant (chacun ses flots et son râteau) pourquoi y faire ? aucune idée; aussi douter que d’éparses camarades aient besoin de moi (sinon déconner ou apporter le pif et la mayo)
    Façon ‘friendly’ (ça eut existé: le kibboutz) évidemment sans idéologie Pinocchio ni doctrine vindicative (!)
    dit autrement: merde aux vicieux (somme égoïste) les dieux, poils au bilieux, ou le galonné, furieux énervé.

    «L’homme de l’avenir sera celui qui aura la plus longue mémoire» Nietzsche (je parie pas!)
    Bon app,

  4. Ces derniers temp, il y a eu « Nuit debout  » puis les G.J . Ces mouvements n’ont pas semblé intéresser les politicards ( à tort, à mon humble avis ) . On dit  » jamais deux sans trois  » ; le prochain pourrait bien chambouler les lignes et remettre le citoyen au centre du jeu

    1. Vous verrez bien que non.
      D’ailleurs, je reconnais à ces 2 mouvements un rôle utile ; celui de montrer ce qui ne sert à rien .

      1. est-ce qu’exister a qql utilité ?
        ..son mouvement, sa mobilité, ou fonction,
        accessoirement (ben voyons) comment et pourquoi ces vies sont-elles utilisées ?
        (option) à Quoi, à Qui servent-elles ?
        je (re)connais comme tout le monde qqls réponses,

        zen.. je ne veux pas refaire le monde ! (ni sorcier ni prophète) aussi j’adore qu’il tourne !
        ..mais quand change t-on de cabaret ??

        le sage, ou est-ce le singe? a dit: « patience »

  5. Juste une petite remarque sur Jadot qui manque d’une élémentaire humilité …
    Pour le reste… que faire ? Les uns après les autres ils ont divisé pour mieux régner …c’est fait !

  6. Se convaincre les uns et les autres, a ne plus adhérer à l’illusion du petit bourgeois qui se pense libre et souverain et qui s’en remet à des gens qui pensent et agissent en son nom. Il est souhaitable d’inscrire son combat personnel dans une lutte collective.

    1. Normal…..au pied !!! il va chercher les ordres;

      on est dans le » braquage à ciel ouvert » comme aurait pu dire mon mineur de grand père..

  7. Au moins, chez les Insoumis, le débat contradictoire est accepté!
    ______

    POLITIQUE: LA FRANCE INSOUMISE

    Jean-Luc Mélenchon pourrait se mettre − un temps – en retrait de la vie politique

    « Je ne déprime pas, je ne pars pas à la retraite. Je suis au combat et j’y resterai jusqu’à mon dernier souffle », a expliqué le député des Bouches-du-Rhône, samedi sur son blog.

    Le « mélenchonisme » sans Jean-Luc Mélenchon est-il possible ? Les cadres et les militants de La France insoumise (LFI) devront bientôt résoudre cette épineuse question. Dans une note de blog sibyllineparue le 1er juin, le député des Bouches-du-Rhône laisse entendre qu’il pourrait se mettre − un temps – en retrait de la vie politique. « Après le 6 juin, je m’exprimerai plus largement, aussi clairement que j’en suis capable. Je dirai mon appréciation du moment politique. Je proposerai une suite pour notre chemin et je dirai ce qu’il en sera pour moi, écrit l’ancien sénateur socialiste. Quelques précisions pour éviter les fantasmes médiatiques traditionnels à mon sujet : je ne déprime pas, je ne pars pas à la retraite. Je suis au combat et j’y resterai jusqu’à mon dernier souffle, si je le peux. »Et de citer Albert Camus : « Il faut imaginer Sisyphe heureux ».

    Dans la garde rapprochée du leader « insoumis », personne ne veut lui subtiliser la primeur de l’annonce, mais tous laissent entendre qu’il prendra du champ, « de la hauteur », pour s’extraire de la gestion quotidienne. « Mais il n’a pas encore tranché tout ce qu’il voulait faire », avertit une figure du mouvement.

    Ce repli stratégique, s’il est confirmé, laissera un vide dans cette famille politique qui est structurée autour du chef charismatique. Et ajoutera un peu plus à la confusion qui règne au sein de La France insoumise, depuis les mauvais résultats des élections européennes, où la liste emmenée par Manon Aubry a rassemblé 6,31 % des voix, très loin de l’objectif annoncé de 11 % des suffrages.

    Une défaite qui a ouvert une crise de basse intensité au sein de LFI et qui révèle les faiblesses de l’organisation « gazeuse » du mouvement. Il n’y a pas de lieu de débat où la ligne peut être tranchée, et le leader n’a pas de fonction statutaire : son sort ne dépend que de son bon vouloir. En période de tumultes, tout se règle donc en public, sur les réseaux sociaux et dans la presse, y compris les débats stratégiques.

    Depuis une semaine, justement, on voit que deux positions sont en train de se définir pour rebondir après la débâcle européenne. La première est celle défendue par Clémentine Autain ; la seconde est incarnée par Alexis Corbière.

    Mme Autain a, dès l’annonce des résultats, sévèrement critiqué le discours porté par LFI et Jean-Luc Mélenchon depuis deux ans. « Notre famille politique prospère quand elle s’appuie sur le ressort de l’espérance et non sur celui de la haine, expliquait-elle dans un entretien à L’Obs. Le mouvement a mis l’accent sur le clivage entre le “eux” et le “nous”, qui ne me paraît ni juste ni efficace. Cela revient à rejeter d’un bloc les élites, cela s’est traduit par un rejet global des médias et une prise de distance à l’égard du monde intellectuel. » En disant cela, la députée de Seine-Saint-Denis se met à distance de la stratégie populiste dont l’un des axiomes est de tracer une ligne entre un « eux » et un« nous ». Le retrait de M. Mélenchon et la panique générale à bord de LFI donnent une opportunité à la parlementaire pour pousser son avantage et proposer une voie alternative au populisme.

    Dans une tribune au Monde, Mme Autain et sa camarade communiste Elsa Faucillon (elles dirigent ensemble la revue Regards) appellent à un « big bang nécessaire pour construire une espérance capable de rassembler et de mobiliser ». « Le pire serait de continuer comme avant, de croire que quelques microaccords de sommet et de circonstances pourraient suffire à régénérer le camp de l’émancipation, que l’appel à une improbable “union de la gauche” à l’ancienne serait le sésame. (…) Il est temps de se parler et de s’écouter, de se respecter pour pouvoir avancer en combinant le combat pour les exigences sociales et écologiques », peut-on notamment y lire.Ce texte a été signé par plusieurs figures de la gauche et de l’écologie antilibérales, qui viennent du mouvement social, de Génération.s (dont Guillaume Balas, le bras droit de Benoît Hamon), du Parti communiste français (PCF) ou des proches de LFI. Il y a également des intellectuels, des artistes et des militants associatifs. Une réunion doit se tenir le 30 juin à Paris pour mettre tout cela en musique.

    « Il faut mettre ensemble des gens d’horizons différents, faire vivre le pluralisme, précise Mme Autain. Je ne parle surtout pas d’un cartel électoral. Il faut abattre les murs, fédérer des courants politiques organisés avec des citoyens, des artistes, des intellectuels, des acteurs du monde associatif et syndical. » Seule manière, selon elle, de renouer avec l’esprit de la campagne présidentielle de 2017, où Jean-Luc Mélenchon avait réuni plus de 19 % des voix.

    2017 : la référence de tous les « insoumis », sorte d’âge d’or du mélenchonisme. Cet esprit de la présidentielle, Alexis Corbière veut également le retrouver mais en adoptant une stratégie différente de celle de Mme Autain. Le député défend une ligne« populiste et humaniste ». « Le débat doit s’engager chez nous, reconnaît-il. Mais il faut que cela soit propre, que ce ne soit pas un moment d’éclatement, mais de rassemblement autour d’une orientation stratégique. »

    Selon lui, il faut abandonner la référence au mot « gauche », vide de sens depuis le quinquennat de François Hollande. Surtout, il estime que le clivage droite-gauche n’a plus de pertinence. « On doit redonner le pouvoir aux gens, défendre l’intervention directe des citoyens, continue M. Corbière, qui estime que les élections municipales sont l’occasion rêvée de mener ce combat. Il y a les garants de la Ve République et les partisans de la VIe, avec des contrôles citoyens très forts, la question de la démocratie est essentielle.Lors de la présidentielle, nous avions une singularité, celle d’un mouvement qui veut redonner le pouvoir au peuple. Il faut retrouver cela. C’est le seul moyen de convaincre les abstentionnistes. »

    Cette option populiste est également défendue par Adrien Quatennens. Le député du Nord, de plus en plus présent au nom de son mouvement, a ainsi estimé que « La France insoumise n’a pas vocation à être un énième parti de gauche. Elle est née pour être l’outil du peuple et de sa révolution citoyenne. C’est avec cela que nous devons renouer. C’est à cela que nous allons travailler. » Tous ensemble ? Rien n’est moins sûr.

    Abel Mestre

    1. J’espère que Jean Luc Mélenchon va se tirer de ce panier de crabes.
      On a besoin de lui pour les enseignements qu’il apporte, pas pour servir de défouloir à la mère « tapedur ».

      J’apprécie ceux qui savent « quitter la table quand le repas est desservi »
      (par exemple Hollande ou Wauquiez), et je me marre les jours suivants quand les caméras sont braquées sur la longue longue file ….😀

      1. Et puis j’ai mes habitudes, les positionnements de Quatennens et de Corbière ça me va.

  8. Le terme  » populiste  » servit à toutes les sauces, dès l’instant qu’on n’est pas dans la lignes des « élites » ( ou qui se croient telles ) me sort par les yeux . C’est méprisant car sous entend que les citoyens sont des ânes qui doivent suivre l’ânier en chef et sans braire, alors que les dits citoyens ont des yeux, des oreilles et un cerveau pas plus atrophiés que ceux de la classe dirigeante !
    Pfffoou !

    1. @ Alain Bobards

      Bien d’accord avec vous sur  » populisme » ( tout arrive !), mais il en est de même pour « élites » ; dès l’instant où quelqu’un a atteint un certain niveau de compétences ou de responsabilités , c’ est forcément un con qui doit dégager.

      À noter aussi le contraste amusant entre le côté péjoratif de « populisme » et le côté noble de « peuple » ( c’est-à-dire tout le monde sauf les « élites »)

      1. Pour vous prouvez que je ne suis pas anti élitiste, j’ai souvenir d’un directeur général d’un établissement de crédit qui faisait l’unanimité parmi le personnel et une grande majorité des cadres . Que croyez-vous qu’il arriva ? Les membres de la direction, supportant difficilement qu’il leur fasse de l’ombre, ont fait des pieds et des mains pour avoir sa peau . Peu d’ années plus tard, cet établissement de crédit disparaissait du paysage financier .
        En fait, même chez les élites, il y a des gens intelligents . Le problème, c’est que les cons y sont, souvent, plus nombreux et, surtout, plus malfaisants

  9. Il est symptomatique que les médias ont commencé à mettre en avant Clémentine Autain et son projet, plutôt que celui de Corbières et Quatennens !
    Plus ça change, moins ça change !

  10. « la grande masse des Français est exclu du champ politique. »

    1/3 s’en fout par conviction personnelle
    1/3 croient que les politiques professionnels sont corrompus, moutonniers, inconsistants, incompétents, irresponsables, ce qui est assez juste finalement…
    1/3 sont occupés le jour du vote par des obligations diverses
    1/3 sont totalement désocialisés, laissés pour compte, dans un système démerde que beaucoup n’imaginent même pas.

    25 % des français connaissent des difficultés économiques..

    la pyramide de Maslow

    http://www.psychologuedutravail.com/psychologie-du-travail/la-pyramide-des-besoins-de-maslow/

    niveau 1.la survie, .

    La politique, quand on cherche à se loger autre part que dans sa bagnole, à bouffer une partie du mois (ou en totalité), à ne pas se cailler les couilles 6 mois de l’année, la politique c’est un détail, un produit de luxe, un casse tête inutile qui n’apporte rien…

    Niveau 2 : la sécurité

    C’est quand on a réussi à passer le cap du 1 (boulot même précaire un peu de pognon, un peu de trafic, de mamailles etc.. un toit sans fuites…

    Le besoin de sécurité existe, ce ne sont pas les énarques et autres cadres supérieurs à carnets d’adresses qui vont me contredire. Dans notre nouveau monde, ce sont ceux qui sont le plus en sécurité, comme des politiques professionnels, qui expliquent à la masse feignante et réfractaire comment il va leur falloir s’en passer à cause du « marché »…
    Si le marché est plus fort qu’un politique.. à quoi bon se casser le cul à choisir un faible. tous les 5 ans ? hein ?

    Au niveau 2 la situation matérielle est titubante, le principal souci est de ne pas tout (re) perdre. C’est l’entrée en compétition sauvage, dure, violente, pour maintenir son minimum… alors on se compare avec celui qui a moins en espérant qu’il ne fera rien pour piquer la place…

    Ensuite niveau 3 à 5.. le ventre plein, le compte ou les comptes bancaires remplis pour voir venir, on peut commencer à réfléchir « politique » et voter comme on va à la messe : pour faire son devoir. On croit même si on ne voit rien..

    1. « Ce constat nous autorise à penser que le monde effarant dans lequel nous vivons est bien le produit de notre action, c’est à dire le produit d’une société où dominent la niaiserie intellectuelle et la médiocrité morale de la plus grande partie de la population et plus particulièrement des classes moyennes qui ont érigé […] la bêtise prétentieuse en un art de vivre. Une des critiques les plus justifiées, adressées au système capitaliste actuel, c’est de tout transformer en marchandise et corollairement, de transformer tout individu en consommateur […]. C’est cela qui est insoutenable. Le tout-marché capitaliste, parce qu’il n’a pas d’autre finalité que le profit, tend aveuglément, sans souci du crime contre l’humanité qu’il commet, à réduire les êtres humains à du bétail qu’on mène de la crèche à la pâture, de la pâture à la saillie, et de la saillie à l’abattoir. C’est ça la démocratie libérale: la saloperie des riches légitimée par la bêtise des pauvres. » (Accardo en 2001)

      « La « ruse objective » du système capitaliste c’est d’avoir, au fil des générations, transformé l’être humain en un consommateur insatiable de biens, réel ou potentiel. Toute société et tout individu dans la société ont besoin de définir un « sens de la vie », de trouver leur raison d’être. Tout se passe comme si la seule raison d’être massivement reconnue et acceptée était désormais d’accéder à de nouvelles consommations, comme si consommer n’était plus un moyen de vivre mais la fin en soi de toute existence. Et comme dans l’économie capitaliste tout bien est une marchandise qui se vend et s’achète, la boulimie consumériste forme un cercle vicieux avec la soif d’argent qui permet de se procurer toute marchandise.
      Il est très difficile de développer une réflexion critique sur cet aspect des choses. Pour une raison évidente : l’existence d’inégalités fantastiques entre les consommations des uns et des autres. Ces inégalités sont arbitraires, iniques et révoltantes. Et c’est un devoir fondamental de tout humanisme digne de ce nom de les combattre. On ne peut donc qu’approuver et soutenir toutes les revendications visant à améliorer les moyens d’existence des êtres humains. Mais le légitime combat pour améliorer les moyens d’existence est difficile, obsédant et interminable, génération après génération, à tel point qu’il finit par obnubiler tout horizon et que les moyens d’existence se transforment pratiquement en fins ultimes, deviennent des valeurs en soi, dans un système qui a fait de l’argent le critère de toute valeur. Il est significatif à cet égard que si la collectivité s’accorde à admettre qu’il existe un « seuil de pauvreté » au-dessous duquel il est dramatique de descendre, en revanche il n’existe aucune notion de « seuil de richesse » au-delà duquel il serait indécent de monter. Et l’immense majorité de la population trouve normal de vivre dans une société dont la devise réelle est devenue : « enrichissez-vous et jouissez sans fin et sans frein de tous les plaisirs que l’argent achète ! » Devise dont on ignore ou feint d’ignorer que son accomplissement concret au bénéfice de certains, repose sur l’appauvrissement, l’exploitation et l’oppression du plus grand nombre. » (Accardo – 2003)

    2. Stanislas

      Curieuse vision des choses…Vous ne voyez la vie que sous l’angle des revenus et de la sécurité ( qui ne peut être que provisoire).

      Moi, j’aurais mis en 1 :  » avoir une vie intéressante « …parce qu’ on n’en a qu’une, y avez-vous songé ?

      Bien sûr, le fric, ça aide; mais être un boucher qui gagne très bien sa vie, non merci ! ( et même pas la sécurité, si un végan vient lui casser la gueule !)

    1. Ce qui est étonnant dans toute cette histoire c’est que face à une quasi unanimité sur des déviances sévères du régime qui vire totalitaire, et alors que 90 % de la faune politique pense la même chose c’est de pratiquer des formes modernes du « en même temps…. »

      – l’opposition d’alliance
      – la colère calme
      – l’alternative simultanée
      – le manichéisme protagoniste ou nuancé..

      En même temps les lèche boules du régime eux se réservent et pratiquent
      – le calme hargneux
      – la nuance manichéiste
      – l’objectivité intolérante
      – la neutralité partiale

      Je crois qu’on peut émettre hypothèse, que comme tous ces gens n’ont plus grand chose d’intéressant à dire, compte tenu du contexte castrateur de l’UE, nous allons nous diriger vers une forme d’expression d’exubérance apathique….

      1. Over cool Stan (et joli baño de contradictions)
        En effet Bob,

        ensuite, la solidaridad toussa,
        ,,j’dois être vieux ! mais accueillant (confiant)
        vieillir con, est-ce une obligation ?
        sans dèc, plus je lis moins j’ai a dire,

    2. Sylvie, exactement.

      De plus, lorsqu’elle écrit :

      « …Le pire serait de continuer comme avant, de croire ….. que l’appel à une improbable “union de la gauche” à l’ancienne serait le sésame. »

      Elle co-signe cela avec des représentants de l’ancien ps et du présent pc, revenant à la fameuse « union de la gauche » des années 70 dont les composantes étaient le pc et le ps. Mouaarfff😀

  11. Ça commence bien, sur bfm madame faucillon.
    Je préfère carrément Arlette Laguiiler.
    Rendez nous Georges Marchais !!!

    « Fais les valises on rentre à Paris !  »

    1. Ah Laguiller…elle fait partie du patrimoine ..un chemin une ligne, une légende ..ça ne se rencontre plus …je me souviens d’une manif où les gens ( ne partageant pas forcément ses idées ) l’ont ovationnée, !

    1. Oh oui !
      Et puis ne serait elle pas délicieuse en gilet jaune, salopette et pataugass.
      Sur un rond point ?
      Oui mais non, là ça va pas, ses jolis yeux deviendraient tous rouges avec la fumée dès merguez.
      A moins qu’en Valkyrie ?

      Bah tout cela m’amuse et n’a pas d’importance, puisque dans les 3 ans à venir la grande question sera : que restera t-il de l’U’E.

  12. Je ne le copie-colle que cette phrase ; ah, si les défenseurs des avantages acquis et de l’emploi à vie pouvaient l’ avoir présente à l’ esprit en permanence et comprendre que leur catéchisme n’ est plus adapté à notre temps !!!
    ______

    Au cours des vingt prochaines années, plus de la moitié des emplois actuels vont disparaître sous l’effet de la quatrième révolution industrielle. Et pour cause, celle-ci porte en germe une transformation des compétences qu’il convient d’accompagner grâce à un effort de formation sans précédent.

    Le plan d’investissement dans les compétences (PIC) lancé par le président de la République concourt à cette ambition. Il attache également une importance toute particulière aux personnes éloignées de l’emploi qui demeurent les plus vulnérables face à l’évolution du marché de travail et l’émergence de nouveaux métiers.

    1. Je ne vois pas de nouveauté dans ce discours????
      Au cours des âges, l’évolution technique à toujours exigé l’adaptation des humains…Quant-aux acquis sociaux, ce ne sont pas des « acquis » mais des Droits. Toute révolution qui prétend les bafouer n’est pas une révolution mais un retour en arrière. L’esclavagisme avait disparu en Europe au Moyen-Âge pour ensuite réapparaître à la Renaissance et 300 ans plus tard remplacé par le salariat. On nous dit que ce dernier va disparaitre…Au profit de quel état ? Personne n’en sait rien, pas plus le prophète Macron que les autres. Préservons nos Droits, veillons d’y adapter les évolutions techniques et non l’inverse…pour une fois dans notre histoire.

Les commentaires sont fermés.