#Voile d’été – #JeKiffeMonDecollete


Voile

Alors qu’une multitude de décolletés féminins (et quelques masculins) pullulent sur Twitter à l’initiative de l’essayiste Zorha Bithan, avec ce mot clé #JeKiffeMonDecollete, pour protester contre les agressions machistes, je vous conseille la lecture de cet petit ouvrage de Chadhdortt Djavann, « Bas les voiles! »

Elle donne son explication religieuse et culturelle de la signification et de l’importance du voile dans l’islam: « le corps de la femme, garant de l’honneur sexuel de l’homme, ce tabou non avoué,ne peut être dehors, libre, sous les regards illicites des autres hommes. » Je ne suis pas expert en islam. Autant le préciser immédiatement, je ne serai jamais un expert de cette religion. Les religions m’agacent, m’abiment, m’ insupportent, me gênent. Plus elles s’imposent dans l’espace public, plus elles me gênent. Donc je n’entrerai pas dans le débat de savoir ce dit ou ne dit pas l’islam. Je n’y arriverai pas.

Je suis plus intéressé par l’autre propos, qui frappe au cœur de l’une de mes interrogations: comment faut-il réagir au port du voile (pas simplement du foulard) de quelques femmes en France ? Mon athéisme me conduit à frissonner de rage quand je croise une femme voilée.

L’ouvrage date de 2003, et depuis nous avons eu les polémiques sur le burkini dans les plages et les piscines. J’en suis venu à penser qu’on nous bassine trop avec le port du voile en France. Les cas restent très visibles, et anecdotiques. Le « grand remplacement » n’a pas eu lieu, la vigilance est restée forte.

J’ai trop souvent eu le sentiment qu’on en a trop fait, inutilement, contre l’islam. Que les grands cris au moindre tissu de trop cachaient autre chose qu’une juste inquiétude pour la laïcité.Qu’il ne s’agissait que d’un racisme facilement rhabillé d’un déguisement laïc. Que les cris de quelques mâles contre le port du voile ressemblaient furieusement à des injonctions sexistes. Je préfère quand des femmes s’expriment sur le sujet plutôt que d’observer des débats machistes.

Qui sommes nous, hommes, pour exiger telle tenue et interdire telle autre ?

Il y a des limites à mon islamo-gauchisme. L’islam me fatigue, comme toutes les religions. Je laisse aux spécialistes le soin de nous expliquer pourquoi cette religion serait davantage arriéré pour d’autres raisons que géopolitiques et sociales.

38469067955_0f14b7e117_b

Chadhdortt Djavann développe un argumentaire très convaincant sur ce que signifie porter le voile en France: elle s’attarde moins sur ces femmes d’un certain âge, plus rares , qui portent encore un foulard par tradition, que sur ces jeunes femmes qui arborent cette tenue sombre par provocation.

« Elles affirment leur identité, disent-elles. Quelle identité ? Quelques midinettes parlent comme si elles avaient eu le génie d’inventer le voile ou d’en identifier les vertus. (…) les femmes voilées en France ou dans d’autres pays démocratiques attirent les regards; attisent les regards. Elles accèdent au statut d’image au même titre que ces femmes qu’on voit sur les couverture des magazines pour hommes. Être voilée, s’afficher voilée, c’est être constamment et avant tout la femme objet sexuel. Une femme voilée est un objet sr lequel un écriteau invisible se laisse lire: « interdit de voir, juste fantasmer.' »

Oui, porter le voile quand nulle contrainte familiale, culturelle, politique ou sociétale est de l’exhibitionnisme.

« Ce que je respecte, ce n’est pas la croyance de l’autre, une croyance à laquelle je n’adhère pas, mais c’est son droit à l’avoir, son droit à la liberté. »

Pas mieux.

Bonne lecture !

 

 

 

 

(Merci à Zap Pow pour cette découverte musicale, l’homme, artiste sud-africain, porte un foulard. La femme, artiste iranienne qui pratique le Oud, n’en porte pas. Clin d’oeil.

Publicités

18 réflexions sur « #Voile d’été – #JeKiffeMonDecollete »

  1. À ce sujet, voici une intéressante conférence :

    Je ne sais pas si les sous-titres français apparaîtront, mais si ce n’est pas le cas, cliquez sur la petite roue, et sélectionnez la langue.

  2. @ Juan

    Ah, vous en avez mis du temps à découvrir Chadhdorff Djawann ! Mais ça valait la peine, pour nous mettre enfin d’accord sur un sujet !

    Ou presque…Voir passer UNE femme entièrement voilée m’agace, autant que de voir passer un juif à papillotes, mais ça passe vite.

    Par contre, ce qui ne passe pas, c’est ď’en voir 20 dans la même rue…et, encore moins, dans certaines boutiques ou certains étals de marchés hallal tenues par des femmes voilées, refuser de servir celles qui ne le sont pas, et je n’invente rien.

  3. Ce qui m’étonne, dans le sujet du voile, c’est que, dans les années 1950/1960, des franco – maghrébines de première génération ne portaient que très rarement ce fameux voile et les garçons de même origine ne brandissaient pas l’islam à tout bout de champ, du moins dans notre beau pays . Bizarrement, ce sont les jeunes de troisième génération qui sont le plus embrigadés
    Le sujet , à mon sens, dépasse le côté religieux . Je précise que les religions et, surtout, les religieux de tout poil ( si j’ose dire ) et de toutes confessions, me sortent par les yeux !

    1. Mais, Alain Bobards, il n’y a aucun mystère là-dedans !
      La 1ère génération de maghrébins immigrés est surtout arrivée à la fin de la guerre, par villages entiers qu’on a fait venir parce qu’il fallait reconstruire la France. Bien content.ts de ne plus crever de faim comme chez eux, ils ne critiquaient absolument pas la France.

      Mais, paysans illettrés sans vraie formations techniques, ils ont été les principales victimes du chômage de masse apparu en 1974 et n,’ ont jamais eu les moyens d’en sortir ; et les 2 et 3 générations suivantes ont la sensation de vivre dans un pays qui les rejette, et contre lequel ils se réfugient dans leur religion, ce qui est toujours une régression.

      À comparer avec leur inverse dont on ne parle jamais : l’ immigration asiatique, faite d’une bourgeoisie éduquée et fuyant le communisme; et, en outre, dans un pays où la réussite, comme chez eux, a toujours été le fruit des études ( les mandarins étaient choisis par concours. )

      1. Je ne crois pas avoir écrit qu’il y avait un mystère . Je constate que dans le milieu scolaire des années 1950 – celles de ma génération – , des maghrébins fréquentaient l’école de la République et que les sujets religieux ne les interpellaient pas .
        Votre raisonnement, tant pour les maghrébins que pour les asiatiques, me parait un rien simpliste . Ca va au delà du chômage de masse et d’une forme d’illêttrisme pour les premiers . C’est passer un peu vite sur les écoles coraniques financées par nos bons clients Saoudiens
        Puisque vous parlez des mandarins, il s’agissait d’examens littéraires, les candidats devant maitriser les auteurs classiques . Pas vraiment les concours tels que nous les concevons . Mais ils étaient ouverts à toutes les catégories de la populations !

          1. A propos des Asiatiques, nombreux dans le XIII ème et le XXème arrondissements parisiens ainsi que dans le quartier des anciens magasins généraux, ils fonctionnent dans une certaine autarcie, laquelle convenant aux représentants de l’Etat et des collectivités, ceux – ci leur fichent une paix …royale !

      2. « Régression ». Les arabes sont plus cons que les asiatiques. En voilà un argument! Et vous placez l’occidental à quel niveau avec ces « petits blancs » tueurs de masse??
        Le phénomène de l’acculturation touche toutes les classes sociales, indépendamment des origines.

        1. @Robert Spire
          Ce type d’explication est nécessairement réducteur ; bien entendu, il y a des individus de toutes origines qui peuvent régresser dans leur religion ( ou dans une autre). Mais il est difficile de ne pas chercher des explications sociologiques aux évolutions si opposées entre les immigrations maghrébines et asiatiques en France ( à moins de se lancer dans de sordides explications ethniques qui ne s’appuient sur aucune connaissance génétique ).

          Par ailleurs, il serait effectivement intéressant de connaître les études des profileurs américains sur leurs tueurs de masse ( pas toujours des ados, au nom des idéologies les plus diverses, et s’accompagnant souvent de suicides) : mais je crois qu’il s’agit d’un autre sujet.

          1. Non, non, c’est le même sujet. La radicalisation s’exprime de diverses manières, discours, accoutrements, tatouages, violences physiques jusqu’au meurtres….Le radicalisé « solitaire » et suicidaire américain ressemble beaucoup à l’islamiste « solitaire » et suicidaire en Europe.

            1. Le sujet évoqué par Alain Bobards et par moi n’allait pas jusqu’au meurtre; il évoquait le rejet d’une intégration qui paraissait acquise depuis 2 ou 3 générations.
              Hors sujet également, les attentats de tireurs américains sont perpétrés par des gens qui sont, le plus souvent, des  » Américains de toujours « .

              1. Les Américains de toujours sont les Amérindiens, les autres des immigrés de plus ou moins longue date ayant eu chacun leurs problèmes d’intégration, colons riches ou pauvres de cultures et de religions différentes, esclaves ou travailleurs déplacés de force de pays divers, immigrés économiques, etc…Les intégrations de certaines communautés sont encore loin d’être considérées comme acquises puisqu’elles sont la cible d’actes racistes.

        2. (dans les grandes lignes) Elie n’a pas tort; un chouia plus jeune que toi Alain, les mêmes copains à l’école primaire (de la République; ça aussi je l’ignorais) et quasi les mêmes aujourd’hui,
          ..enfin presque: ils découvraient le ramadan il y a une 20aine d’années (etc.) ainsi sûrement appris où situer Israël pour mieux exécrer le feuj (damned! le suisse pareil criminel est plus nbx) et le discours sur Charicature Hebdo ambivalent, pas « avec moi ».
          Le terrorisme machin ? lui reste loin du Macumba.
          Rien ne gène un socio-politico défavorable, -terreaux.

          « les Arabes on ne peut pas saquer » Point.
          (qql autre indigène va t-il se plaindre ?) à cause des Croisades ? d’une religion donc sa culture concurrente fait rien qu’à nous contrarier ?
          j’en sais rien, de tout un peu (les vikings, eux..)
          ou la retraite forcée de ‘nos’ pieds noirs et la perte d’un territoire (à peine 60 ans; Suez un peu avant)
          ..nous qui leur avons tant apporté,

          j’ose une image, pas dit fiction, ..serait-ce pas Jésus Christ l’instigateur de ce non-joyeux merdier ?
          Mahomet, semblable origine et quartier, lui dans une merdique opposition,

          1. Ti suisse
            Y a pas si longtemps, j’avais quelques collègues musulmans qui respectaient le ramadan mais qui, celui-ci passer, bouffaient de tout et buvaient de même . Kif kif pour des copains de mon fils ( la trentaine assez tassée ) et d’autres qui se fichaient allègrement de la religion .
            Alors je me garde de trop généraliser !

    1. Curieux ça ..! Dans l’article, il n’est pas fait mention des G.J . Le « Figaro  » dériverait-il vers la gauche ?. Et lorsque la FNSEA balance du purin devant les préfectures pour protester contre le CETA, certains ont l’indignation sélective !

  4. Il y a quelques années nous découvrions, la burqa et les femmes afghanes emprisonnées derrière ce vêtement ..nous étions horrifiés par cette privation de liberté … à l’époque les femmes musulmanes en France portaient le voile à l' »européenne ». Depuis les choses ont changé ..le voile devient pour certaines de plus en plus couvrant, on voit plus de femmes le porter. Depuis quelques temps je vois des enfants porter le voile…
    Il y a sûrement un cheminement d’amalgames de ma part et je ne suis honnêtement pas à l’aise avec ce sujet.
    Le port du burqini est sûrement instrumentalisé . Le plus grand des mépris est de penser que les femmes le réclament quand une grande majorité a compris pourquoi il est interdit en piscine.
    Mais l’essentiel est d’avoir confiance dans la laïcité et je ne suis pas sûre que ça soit gagné .

  5. En fait de religiosité, je me demande si on n’occulte pas trop facilement le machisme profond de certains . L’islam sert de justificatif à ces messieurs pour se donner l’impression qu’ils sont des mâles dominants .
    Maintenant, qu’est ce qui sert d’argument à celui, bon blanc bien de chez nous, qui bat sa femme et va jusqu’à la trucider ?

Les commentaires sont fermés.