Contre le déterminisme


J’adore lire les écrits d’Agnès Maillard, sur son blog bien sûr, mais aussi son livre sur l’antisémitisme.

Et donc l’un de ces derniers soirs, voici ce qu’elle écrit, à propos de 2 ouvrages qu’elle commentait,

« Les deux auteurs se révoltent pourtant avec la même calme détermination contre la programmation de leur milieu, de leur histoire, de leur époque et surtout de leur genre. »

Pas mieux.

Il faut sortir de ce déterminisme, quand il vous étouffe. Pour certains, nombre d’ami(e)s et de proches, je le sens trop naturel pour susciter une moindre hésitation à l’embrasser sans souci. Mais le plaisir de l’époque actuelle est que nous parvenons de mieux en mieux à « déconstruire » (le mot est tristement à la mode, car il s’agit plutôt de construire autre chose).

Nous parvenons à nous sentir nous mêmes.

Bref.

Merci Agnès de si bien expliquer.

Publicités

162 réflexions sur « Contre le déterminisme »

    1. Un tout petit rajout…
      « il faut sortir de ce déterminisme » ..
      Pas si simple pour ceux qui font ce chemin…c’est parfois une vraie traversée du désert …
      Merci d’avoir cité cette blogueuse .

    2. Ses billets sont assez rares, mais toujours intéressants, et effectivement très bien écrits (quoique certain vieux grognon y trouverait à redire, j’en suis sûr).

  1. « Tenir l’âme en état de marche
    Tenir le contingent à distance
    Tenir l’âme au-dessus de la mêlée
    Tenir Dieu pour une idée comme une autre
    un support, une éventualité,
    une contrée sauvage de l’univers poétique
    Tenir les promesses de son enfance
    Tenir tête à l’adversité
    Ne pas épargner l’adversaire
    Tenir parole ouverte
    Tenir la dragée haute à ses faiblesses
    Ne pas se laisser emporter par le courant
    Tenir son rang dans le rang de ceux qui sont décidés
    à tenir l’homme en position estimable
    Ne pas se laisser séduire par la facilité
    sous le prétexte que les pires
    se haussent commodément au plus haut niveau
    et que les meilleurs ont peine à tenir la route
    Etre digne du privilège d’être
    sous la forme la plus réussie: l’homme.
    Ou mieux encore, la femme. »

    Jean Pierre Rosnay (Ordre du jour)

  2. Ouais c’est balaise…
    Pour bien faire faudrait se libérer de tout et regarder les gens qui nous entoure comme des platanes le long d’une route départementale..

    Il y a du boulot s’il faut se libérer

    – des schèmes mentaux d’identification à ses parents pour commencer

    – de ceux laissés par ses ancêtres, en examinant, génération par génération jusqu’à la dixième au moins..

    – du respect bizarre aux imposteurs que procurent les titres, les breloques et les apparâts du pouvoir

    – de la lecture du Monde, du Figaro, et des chaines de télé

    A l’inverse, ça ne sert à rien de vouloir ressembler à tout le monde, sinon on finit par ne plus savoir qui on est..

    Moralité : se ressembler à soi même ce n’est pas toujours confortable pour développer une vie épanouie professionnelle ou personnelle dans la bonne société dans laquelle les mots d’ordres sont

    -on ne veut pas de profil atypiques
    – il n’y a rien d’autre à faire
    – si tu n’es pas avec moi, tu es contre moi…

    Je ne suis pas sûr d’avoir compris le texte à Juan, mais c’est ce que j’avais envie de commenter là dessus..héhé

  3. Perso, j’observe et j’écoute, avec comme assise, l’humanisme .
    Ce qui me conduit à vomir les machos, les soit – disant  » élites « , les politicards corrompus, la  » compétitivité  » qui détruit l’humain et à soutenir les laissés pour compte, les femmes victimes de sombres brutes et tous ceux qui luttent pour un environnement et une vie meilleurs pour eux et leurs gosses .
    Ca vaut ce que ça vaut mais ce sont mes convictions et tant pis si ça défrise les biens pensants !

      1. @ PPP
        …et originales, surtout.
        PS – On ne dit pas « les soi-disant élites « , mais « les soi-disant élites de la gauche caviar sous les lambris dorés dès salons parisiens  » : apprenez à parler gilet jaune, bon sang !

      1. Les crétins sont ceux qui comme vous se prennent pour des élites alors qu’ils ne sont que des manipulateurs sans talent !

        C’est sans doute pour cette raison que Marianne vous a viré…

        ***

        1. Je me prends pour un membre des élites ???

          Vous n’avez pas remarqué que Marianne a supprimé tous ses blogs ( y inclus celui de Juan ) le même jour, lors de la mise en place de sa version actuelle ( il y a 2 ou 3 ans, j’ai oublié ) ?

          Îl vous arrive de réfléchir avant d’écrire, ou bien vous êtes comme Stanislas ?

          1.  » Je me prends pour un membre des élites ???…. »

            En travaillant un peu les phrases, il suffirait de peu de choses pour que vous adoptiez la possibilité 😀

          2. @ Arié

            Vous ne réfléchissez pas avant d’écrire, à chaque fois que je vous parle de votre éviction de Marianne vous tombez dans le même panneau en me parlant en retour de Juan et des autres… Il ne vous est donc jamais venu à l’esprit que vous n’avez pas été viré pour les mêmes raisons qu’eux ?… Il est évident que oui, comme c’est crétin !

            ***

      2. Elie
        Ou avez vous lu le mot « crétin » ? Ce sont des hors sol pour la plupart, des imbus d’eux même pour un grand nombre (  » on ne peut pas nous envoyer à Strasbourg, nous sommes l’élite de la Nation « , selon un jeune énarque boutonneux ) et des sourds et aveugles pour beaucoup d’autres . Tous sont instruits mais pour ce qui est de l’intelligence … !

  4. Tiens on parlait de déterminisme

    l’élite , pour la plupart, c’est souvent papa et/ou maman qui les ont fait et les ont propulsés là où ils sont. Et quand c’est pas papa ou maman ce sont les copains de bringues., les tontons, les tatas, les cousins..

    Le déterminisme et l’endogamie ne font pas bons ménage, bien au contraire…On finit en une ou deux générations par avoir des dégénérés, des blaireaux, des imposteurs, et peut être bien des crétins, oui…

    1. @ Stanislas

      Votre commentaire me rappelle beaucoup le sketch de Raymond Devos : » Ah, si on m’ avait aidé ! »

      1. « Ah, si on m’ avait aidé ! »

        Vous ne devez pas trop ressentir de manque de votre côté…
        Vous faites intelligent « artificiel » comme les imposteurs et des crétins de l’élite médiatique. parce que tout ce que vous émettez provient, sans aucun retraitement, des cerveaux des autres.
        Quand on fait les cocktails, la 1ere préoccupation c’est d’être invité à nouveau. donc bien prendre soin de rester sur l’autoroute des convenances, des protocoles et des pensées

        Vous a t’on déjà proposé de vous insérer une puce dans le cerveau ? faites le, vous ne connaitrez pas de phénomène de rejet et vous allez gagner un temps fou.. Imaginez, Wikipédia; le Monde, BFMTV en instantané…cocktails mondains et commentaires de blogs réussis assurés…

          1. « J’espère faire partie de l’élite  » . Allons, allons, faut pas être maso … !
            « J’adore les cocktails  » . Un « Sérum de scorpion  » devrait vous convenir !

  5. Ceci étant dit, il y a probablement, au plus haut niveau des gens très intelligents ou/et intègres, mais ceux là n’ont que très peu de chance de faire carrière ou même de voir sortir de leur placard, le début de commencement d’une idée alternative à négocier pour sortir en douceur de la trajectoire du mur avec lequel nous allons.

    Et je ne parle pas d’écologie de panique pour laquelle il y a fort à dire,, mais de finance.

    La concurrence tant vantée dans les programmes théoriques des grandes écoles est totalement laminée dans le réel. faut pas déconner non plus.

    Résultat : on se retrouve après des décennies de noyautage, de copinages et de cooptations avec des dégénérés de perroquets qui squattent les places médiatiques et dispersent leurs tirades insipides accompagnées de leur trafic de chiffres statistiques…

    Il suffit simplement de lire les études ou les rapports originaux pour se rendre compte du truandage intellectuel massif en vigueur pour faire avaler les couleuvres du monde de l’escrocfinance aux manants.(d’autres appellent ça ultra, néo libéralisme)..

    1. Je crois que vous, même si on vous avait beaucoup beaucoup aidé, ça ne l’aurait pas fait…

        1. tiens d’ailleurs Arié vous me rappelez Minc en moins malin mais je vous accorde la même intelligence pour le goût de l’erruer de diagnostic..

          Minc qui a conseillé tout le gratin économique de France et de Navarre, s’est toujours trompé, et a coulé la seule boutique qu’on lui a filé à gérer. Le fameux Minc donc, écrit une tribune..

           » Alain Minc: «Nos certitudes sur l’économie s’effondrent et on cherche un Keynes ou un Friedman»……..

          Façon de reconnaitre qu’il a promu et défendu toute sa vie des théories et des idées qui vont dans le mur..

          Lueur de lucidité tardive qui ne mange pas de pain à son âge..

          1. Vous n’avez rien compris à la phrase de Minc.

            Keynets et Friedman ont eu raison et ont apporté beaucoup de choses, chacun à sa grande époque- qui n’était pas la même ( ah, si on avait écouté Keynes à Bretton Woods…)

            Ce que veut dire Minc, c’est qu’il nous manque un grand théoricien économiste comme eux pour analyser notre époque actuelle ( depuis 2 ou 3 ans), avec le retour inattendu du protectionnisme, alors qu’on croyait que le libéralisme l’avait emporté ( » La fin de l’Histoire « , de Fukuyama )

            1. Une femme ou un homme providentiel ne règlera rien. Mieux vaut une concertation internationale sur le modèle qui donna la Charte de la Havanne.(1948) qui dans le contexte actuel permettrait de bloquer l’hégémonie impériale du USA et de la Chine.

            2.  » Vous n’avez rien compris à la phrase de Minc. »

              Arié, quand on commence comme ça, le mieux est de ne pas faire le blaireau ensuite en balançant quelques mots au hasard sans avoir lu l’article

            3. Lorsque la théorie est torpillée par la pratique … ! Keynes est aussi contesté – et contestable – que Friedman . Le plus grave, c’est que le monde de la finance se planque derrière ces deux là ( et pas mal d’autres ) pour pourrir la vie de 99% de la population, celle qui produit la richesse et n’en profite que peu ou pas, par rapport au 1% qui se goinfre , avec la complicité de politicards corrompus !
              Quand à Minc, on n’en dira rien, sauf que les gens sensés ne le prennent plus au sérieux depuis longtemps, mais il est utile au 1% cité plus haut !

    1. Couturier, comme un certain nombre d’ex maoïstes, veut faire oublier ses convictions de jeunesse en chargeant la barque de la gauche post-soixante huitarde .!
      Kif kif un certain DCB !

  6. Qui n’a pas été maoïste dans sa jeunesse ? Même Barroso !

    Et, au fond, comment mieux comprendre les points faibles d’un mouvement qu’ en y ayant milité un certain temps, plutôt que de l’extérieur ? Pourquoi diable les premières convictions que l’on a dans sa vie seraient-elles les plus justes et les plus mûres?

    1. C’est en 2010 qu’il fallait réagir . Lorsqu’on fait entrer un banquier ( Pigasse ) dans le capital d’un journal, les carottes de l’information sont proches d’être cuites dans le bouillon du fric !

      1. Vous avez déjà vu des émeutiers intelligents et sympathiques (en colère mais gentils) : « Excusez- nous de la gène occasionnée….on ne fait que passer…on fera le moins de bruit possible…on passe un coup de balai avant de partir, c’est la moindre des choses. Au revoir et merci. » 😉

        1. ,@Robert Spire

          Oui, j’ai déjà vu beaucoup d’émeutiers qui se prenaient pour des révolutionnaires et qui ont réussi à se rendre insupportables à ceux qu’ils auraient dû logiquement séduire…mais il leur manquait, justement, la logique.

          Prochaine cible ; l’arrière-grand-mère de Benalla ? Nul doute que leur message  » Plus cons que nous, y a pas : rejoignez-nous !!! » passera enfin.

          1. « J’ai vu beaucoup d’émeutiers qui se prenaient pour des révolutionnaires  » … Des noms, des noms …!

  7. « Je crois sincèrement que la pauvreté n’est pas un statut…» !

    Au secours, qui est cet abruti qui se met subitement à croire sincèrement que la pauvreté n’est pas un statut ?!

    ***

    1. Petite plume…
      Comme les cheminots il faut mettre fin au « statut » de pauvres…fini les avantages acquis comme le RSa, alloc, minimum vieillesse, CMU etc. Il est temps de rétablir l’égalité et en finir avec les privilèges dans ce pays ..non mais…😃 Macron l’a bien vu …il a le nez dans les caisses lui..ça coûte un pognon de dingue …

      1. @ Sylvie
        Petit rappel :

        RSA : Sarkozy (Martin Hirsch )
        Allocation minimum vieillesse : Giscard
        CMU : Jospin, avalisé par Chirac.

        1. Et alors ???…
          En quoi votre leçon de moi-je-sais-tout-du-temps-passé peut avoir un quelconque rapport avec l’incapacité qu’à Macron à comprendre et à résoudre urgemment le problème de la pauvreté du temps présent, lui qui se targuait tant de rendre sans tarder dignité et honneur aux laissés pour compte… hein mon clown ?…
          Atchoum.

          ***

          1. Pauvre PPP

            Oui; comme d’habitude, vous avez raison…Rien de plus facile que de « comprendre et résoudre urgemment le problème de la pauvreté du temps présent  » 😁…

            D’ailleurs, tous les pays qui ont des dirigeants intelligents l’ont fait depuis longtemps.

            1. Quelle réactivité dite donc… 23 minutes pour pondre un flop de rien !

              Évidemment, vous passez votre temps coincé sur votre chaise devant votre ordi à l’affût des moindres réactions sur les blogs de Juan histoire de faire croire que vous existez, le problème est que vos virgules sans intérêt ont toujours trahi votre méconnaissance du terrain…

              Bref, bien sûr que j’ai raison… et si vous êtes en mesure d’approfondir votre pensée – rien de plus facile pour votre esprit gradué – , qu’est-ce que les dirigeants intelligents d’autres pays ont à voir avec l’urgence d’éradiquer efficacement la pauvreté en France comme Macron l’avait promis les yeux dans les yeux ?
              Re Atchoum.

              ***

        2. Petit rappel…
          En l’an 68 avant Sarkozy il y eut le minimum social garanti..
          En l’an 88 le RMI,
          Et en 2003 le RMA
          Et en 2009 le RSa
          Etc, etc.
          Si c’est pas un statut protegé ça !!!!!

        1. oui bon texte,… depuis le code du travail est parti au feu et il doit y avoir de plus en plus de pigeons plumés..

          Reste plus à la dame qu’à évoquer les futurs pigeons de la classe moyenne haute épargnante qui va se faire rafler son fric.. En tout cas les messages et les analyses d’alerte se multiplient

          En attendant d’être cocus et de devenir violents (car ils le seront) quand ils devront, eux aussi, faire le poirier, les foulards rouges peuvent encore cracher sur les GJ peinards..

  8. Pour information : le rapport de la DRESS de 2018 vient de sortir : la France est le pays au monde où, malgré une hausse des dépenses de soins en 2018, la part laissée à la charge des patients (RAC ) est la plus faible de tous les pays du monde.

    Non, vous ne trouverez pas cette info sur le billet hebdomadaire de Juan.

    Nous sommes devenus des petits enfants gâtés qui ne savent que pleurnicher.

    1. Vous avez lu le rapport ou le résumé (le titre) arrangé par la propagande courante ?

      De pire en pire, le vieux blaireau continue de reprendre sans aucune distance les résumés d’une poignée de branleurs médiatiques..

      Il a lu un titre d’un suce boule, bien arrangé, qui se veut la conclusion d’ un rapport de 150 pages ; pourtant ce rapport explique aussi les méthodologies de calculs pour les comparaisons internationales et leurs nuances.

      La méthode n’est pas nouvelle, les soutiers du régime de l’escrocfinance veillent a bien culpabiliser le manant qui doit croire que sa seule existence coûte à la société toute entière.. pendant que les transferts d’argent public massifs aux riches suivent leurs cours..
      Le but est de lui entrer dans le crâne que seul l’usager d’un « service public  » doit le financer.. un jour on verra bien « le ménage qui a des gosses doit financer son école )..
      et puis les groupes privés d’assurances attendent impatiemment que les corrompus de l’état leur refilent la manne bien juteuse…

      On voit régulièrement ces bidonnages bien gras qui résument un aspect d’un thème question, alors que les méthodologies de calcul ont évolué :

      Exemples :
      – Le taux de chômage, qui voit la méthode de l’INSEE sortir du chapeau parce que la méthode du BIT permet de titrer un chômage en très légère baisse en omettant le concept du (halo du chômage qui augmente

      – Le titre fumeux « hausse pouvoir d’achat 2019 : 850 € »………… titre tiré d’un tableau statistique isolé sur un rapport de l’OFCE de
      En faisant google, il fallait passer à la 6eme page pour commencer à percevoir des nuances et encore…

      Mais si on allait voir le rapport on se rendait compte alors qu’il y avait autant de ménages perdants que gagnants (les perdants se trouvant évidemment dans les déciles de niveau de vie inférieurs

    2. Elie
      Mon bon toubib, si les soins sont bien remboursés dans notre beau pays, c’est grâce à ce truc qui se nomme  » cotisations » et que les assureurs de tout poil voudraient voir transformés en  » primes  » !

      1. @ Alain Bobards

        Cotisations pour 50 %, mais aussi CSG pour les 50 % restants , et qui a le mérite de mettre aussi à contribution les revenus du capital dès le 1 er €, alors que les cotisations ne touchent que les revenus du travail

        1. En 2017, la CSG sur les revenus d’activité, c’était 212 milliards d’euros et 91 milliards sur les revenus du patrimoine et des placement .
          On n’est pas vraiment à 50/50

  9. C’est quand même gros, l’affaire Ferrand.

    De Rugy avait dû démissionner de son poste de ministre d’État parce que , lorsqu’il était président de l’assemblée, il avait offert des réceptions luxueuses, mais parfaitement légales ( et boire du Champagne qui lui fait mal à la tête, le pauvre…)

    Ferrand, mis en examen ( et présumé innocent, je sais, je sais !) peut conserver son poste de président de l’assemblée !

    Et Macron le soutient, celui-là… Il est vrai que Macron n’avait pas repris pendant sa campagne la célèbre aporie de Hollande  » Moi président, on ne verra pas « , etc.

    J’espère que, cette fois, Juan se déchaînera …et cette fois avec mon accord !

    1. Comme je maitrise (encore ) un peu, les montages SCI, je n’ai pas compris comment le parquet de Brest avait pu classer sans suite la magouille Ferrandienne, parce qu’il y a bien, en fonction des éléments lus dans les différentes publications, prise illégale d’intérêts

      1. Allons, allons : si Ferrrand est condamné, il fera appel, qui est suspensif ; encore condamné, il ira en Cassation; encore condamné, il ira à la Cour Européenne de Justice… Nous serons tous morts, et lui aussi , avant que l’affaire touche à sa fin.

        Pauvre de Rugy !

    2. Oui mais non…si l’affaire Ferrand est a prendre avec des pincettes…l’affaire de Rugy était une affaire de grosses pinces…de homards …comme quoi rien ne vaut un bon gros conflit d’intérêts ou autres petits arrangements discrets …

      1. Non Sylvie, si je m’en tiens à ce que j’avais lu de Ferrand sur le canard, il y a bien une vraie entourloupe condamnable…

        de Rugy a fait la ribouldingue à dégueuler partout comme bon nombre de crapules en col blanc de ce niveau et on en entend jamais parler……

        c’est peut être scandaleux pour le gueux mais ce n’est pas du ressort du droit, (sauf sur un point qui concernait des versements de cotisations si ma mémoire est bonne).

        De Rugy s’est fait niquer bêtement, pour des raisons ou des jalousies dont on ne saura jamais rien..

        Dans escroc il y a croc…

  10. « Demain matin j’utilise ma voiture de fonction, comme tous les jours, donc je serai de tout cœur avec tous les Franciliens qui galèreront dans les couloirs du métro. »

    Sibeth Ndiaye – porte-parole du gouvernement

    Je découvre ça à l’instant… me vient une irrésistible envie de la frapper… je peux ???

    ***

    1. Je l’ai vu aussi . Encore un exemple que les cons, ça ose tout ! Bon faut dire que lorsqu’on se prénomme Sibeth !
      Non, en fait, ce n’est pas de la connerie mais un profond mépris des citoyens . Et elle est loin d’être la seule chez les politicards, en particulier ceux de LREM !

      1. Non, c’est très habile de sa part, pour faire sentir que ces grèves (préventives, avant toute négociation : une spécialité française) ne dérangent que les pauvres types, pas ceux qui ont une voiture .

        Bien sûr, on sait qu’une grève d’un petit nombre de gens qui peuvent paralyser les transports pour sauvegarder leur régime privilégié dérange davantage qu’une grève des retraités…

        1. Wouarf…
          Il faut bien des personnes avec voiture de fonction pour mépriser tous ces privilégiés de la RATP…et les faire plier ..
          Et vous dites que c’est habile ! On a vu mieux pour mettre en place une pseudo égalité en terme de retraite !

          1. Il est bien évident qu’un système égalitaire de retraites ( ce qui veut dire les mêmes règles pour tous les régimes ) ferait perdre leurs privilèges aux régimes spéciaux, et qu’ils n’en veulent surtout pas.

            Mais vous faites partie de ces gens pour lesquels les grévistes ont toujours raison, même les pilotes d’Air France…

            1. Au nom de l’égalité…peut tout on nous faire gober…
              Ce gouvernement n’invente rien n’améliore rien …il applique les directives européennes pour se plier à toujours plus de concurrence …qui n’améliore en rien la vie de la majorité des citoyens.

              1. Sylvie

                Ce pauvre Arié dont la principale qualité est le manque total d’esprit critique et de recul face à la propagande, gobe les uns derrière les autres les poncifs des politiciens et des soutiers médiatiques du régime des escrocs..

                Les rapports, les uns derrière les autres, montrent les bases de la manipulation du rapport Delevoye,
                l’étude de la démographie et sa projection, démantèle, point par point les propositions statistiques de ce même rapport. ; tout ça avant même d’analyser les solutions et les hypothèses pour un futur schéma

                Les comptes de retraite sont à l’équilibre, mais comme le gouvernement d’escrocs est en train de pomper dans les réserves de ce budget pour d’autres fins , il faut bien trouver une solution pour détourner les yeux des gueux sur des considérations compréhensibles qui alimentent les divisions…(genre « ton voisin profite de toi » )
                Dit autrement, les manants consentent aux discours des voyous corrompus du gouvernement, et acceptent par conséquent de se tirer des balles dans le pied par envie, par jalousie ;
                les solutions proposées allant toujours vers le moins disant…. Pour le monde sera perdant in fine..

                Le prétendu « système égalitaire « présenté par l’artiste de cirque Arié, qu’il serait intéressant qu’il développe sous certains angles comme
                -l’espérance de durée de vie par catégorie socio professionnelle,
                – par statuts, par salaire,
                – par trajectoire de carrière, ne consiste qu’à formuler une équation très simple : 1 euro = 1 point et si possible géré par des groupes privés qui sauront en tirer des dividendes juteux.

                Tout le reste n’étant pas garanti, il n’y a qu’à demander aux américains et aux anglais qui se sont fait barboter le pognon qui avait confié aux requins……. 😀

                L’histoire des démantèlements des budgets sociaux ou de retraite , c’est toujours plus facile de les regarder légèrement quand on n’est pas concerné ou qu’on en a bien profité et que vient l’heure de penser à matraquer ceux qui suivent..

                1. Entièrement d’accord…avec la RATP on va nous faire la même chose que pour les cheminots…sur toutes les chaînes on assiste au grand déballage sur les « privilèges » des agents …tout est fait pour les culpabiliser et pour faire taire leurs revendications …on essaie de nous convaincre que ce sont ces gens là qui mettent le système en péril quand le but de ce gouvernement est d’achever notre modèle social …

                  1. Sylvie
                    En plus, on pourrait concevoir un système  » égalitaire  » par le haut, alors que depuis plus de trente ans, les gouvernants successifs n’ont eu de cesse de tirer le système des retraites vers le bas !

                    1. Alain …
                      Il faut rappeler également que tous les secteurs ont déjà été touchés par les réformes mises en place par les différents gouvernements…on continue à faire comme si rien n’avait changé …on jure que chaque réforme est la dernière et on s’étonne que les gens n’ont plus confiance…et sous le fallacieux prétexte de protéger la viabilité de notre système …
                      L’escroquerie devient trop visible …

                  2. Le système de retraites notionnel à points corrigé par l’espérance de vie de chaque profession a été inventé par les Suédois (qui avaient auparavant un système par répartition bien plus généreux que le nôtre, mais sans « régimes spéciaux  » à privilèges injustifiés ) après 10 ans de négociations ininterrompues entre syndicats (2 seulement, regroupant à l’époque 90 % des salariés, contre 60% aujourd’hui…à comparer à nos 6 %, venant essentiellement du secteur public ), patronat et gouvernements tantôt socio-démocrates tantôt libéraux, mais ne repartant pas à zéro à chaque alternance politique.

                    Parce que tous avaient compris que l’ancien système par répartition n’était plus viable dans une économie globalisée, et qu’ils sont dans le monde réel, eux…pas dans celui de l’incantation. Cela reste un système par répartition, avec une part minime de capitalisation.

                    Par contre, ils ne sont pas entrés dans l’euro, et sont en opposition totale avec l’idée de Macron d’un budget global de l’UE, au nom de la défense de leur souveraineté nationale .

            2. Elie
              Vous devriez remplacer un conducteur de bus ou de métro pendant six mois, avant de proférer de telles énormités . Ca me fait penser aux ânes qui critiquent le régime d’insalubrité des égoutiers mais qui n’ont pas la moindre idée de ce qu’est ce boulot !

              1. J’ignorais que le régime spécial de la RATP ne concernait que les conducteurs, et que le travail de bureau du personnel administratif était tellement plus pénible que dans le privé ou le public « non-spéciaux  » 😁

                1. Elie
                  Il n’empêche que vous ne connaissez rien de rien aux contraintes du boulot des personnels de la RATP . Pour votre info, le personnel non roulant part à 57 ans, . De plus, je vous rappelle que les régimes spéciaux que vous qualifiez de « privilèges injustifiés  » ( rien que le terme « privilèges » mérite des baffes ) sont soumis aux 42 ans de cotisations pour une retraite à taux plein et donc que ce sont les régimes complémentaires propres à la RATP, entre autres, qui permettent encore le départ à 52 ans, dans le cas des roulants . Sinon… !

                  1. @ Alain Bobards
                    @Alain Bobards

                    Les mots ont un sens.

                    Un privilège est un avantage dont bénéficient une minorité d’individus, financé par une majorité d’individus ( tous les « régimes non-spéciaux « ) qui le méritent tout autant mais qui n’en bénéficient pas.

                    L’abolition des privilèges du 4 août 1789 concernait l’ abolition des privilèges fiscaux de la noblesse et du clergé. (ainsi, je crois, que l’abolition du monopole du droit de chasse).

                    1. Déjà, dans votre baratin sur la Suède, vous ne vous êtes même pas rendu compte de la contradiction entre le début et la fin .
                      Un « privilège », ça s’octroie . Si vous étiez moins obtus, vous feriez la différence entre octroyé et obtenu !
                      Pas la peine de citer Wiki pour la nuit du 4 août, je l’ai appris à l’école et j’ai une assez bonne mémoire !

                    2. Je ne vois pas ce que wiki vient faire ici, ni d’où vous tirez votre étrange définition du privilège.
                      Alors, pour vous, les privilèges de la noblesse, imposés au début du système féodal par la force des armes, n’en étaient pas ?
                      Bon, je laisse tomber.

                    3. Très amusant, les arguments que donne ce RATP-liste pour justifier son âge de départ à la retraite :

                      https://m.huffingtonpost.fr/entry/ratp-ces-salaries-expliquent-pourquoi-ils-partent-en-retraite-a-55-ans_fr_5d7b4f52e4b00d69059668c4

                      quand on les compare aux conditions de travail des médecins que j’ai connues : plus de 60 h/semaine, gardes de nuit sans report compensateur le lendemain (soit 36 h. de travail d’affilée ), stress et efforts physiques considérablement plus élevés…et départ à la retraite à 65 ans pour la toucher à taux plein.

        2. Elie
          Tu parles d’une habileté de se foutre ainsi de la fiole des galériens des transports en commun !

    1. Stan
      Les explications de De Castelnau tiennent la route . Par contre, les commentaires de l’article partaient bien mais finissent mal . Ce sont des réactions et pas des réflexions .
      C’est dommage !

      1. Alain

        Ah bon !!! Je ne lis pas les commentaires sur les autres blogs que je visite sauf sur quelques rares articles thématiques de « the conversation » quand je connais bien le sujet..

        1. Stan
          C’est toujours intéressant de lire ce que pense les lecteurs d’un article de blog .

      1. C’est propre aux toubibs retraités, cette forme d’aveuglement ? Vous auriez dû écouter les explications de Brigitte Dormont, économiste de la santé ( vous connaissez le job, s’pas ), sur France Culture . Ca éviterait à certains de jouer les perroquets .
        Au fait, les 750 millions sur 3 ans, c’est pas du fric frais mais un redéploiement, de l’aveu même du cabinet de Buzyn . Et le reste est du même tonneau . Quand au service d’accueil téléphonique 24h sur 24, c’est une vaste blague lorsqu’on sait que les toubibs de garde n’existent plus dans les territoires ruraux et que les conseils, c’est bien mignon mais être entre les mains d’un praticien, c’est quand même mieux pour le malade . En fait, c’est un nouveau plan d’économie qui se profile . Même la CFDT, ce syndicat au réformisme qui vous est cher, se cabre devant la combine !
        Au fait : cessez de nous gavez avec vos articles à la noix ou, à tout le moins, diversifiez, que diable !

        1. @ Alain Bobards
          Je diversifie, puisque les Tribunes Libres du Monde présentent la particularité de publier des points de vue totalement opposés ( j’ai choisi de donner le lien de celle à laquelle j’adhère le plus, bien sûr.)

          Je vois que, pour vous, la solution se limite à l’habituel  » Il faut plus de sous »…Sans vous demander pourquoi ce problème des urgences, qui se pose dans tous les pays développés, est devenu plus aigu en France depuis quelques années, alors qu’ elle est, avec l’Allemagne, le pays qui consacre le plus d’argent à son système de soins ( 11% du PIB ) après les USA (17 %, dont 9 % tout de même pour le seul système public )

          Buzyn est la 1ère à avoir compris que les raisons des encombrements des urgences ne sont pas les mêmes partout:
          manque de lits d’aval pour dégager les patients déjà vus, 40 % des patients qui ne sont pas des urgences mais des patients non ou mal orientés, patients ne venant qu’à cause de la gratuité des soins, absence de consultations ou de maisons médicales de nuit, manque d’urgentistes parce que c’est une filière peu attractive ne débouchant pas sur des postes de professeurs, développement insuffisant de la télémédecine et, en particulier, de la téléimagerie, qui représente l’avenir, etc.
          Et donc que la solution n’est pas la même partout.

          1. A vous lire, on se demande pourquoi autant de services d’urgences sont en grève ( sans oublier les EPHAD ) .Avant de vouloir résoudre le problème par la « télémédecine », il faudra déjà résoudre les problèmes de réseaux et de zones blanches et grises ( ce n’est, bien sûr, pas du ressort du ministère de la santé ) . Et y en a marre de se voir servir des arguments de grandes villes . Les zones rurales sont, aussi, peuplées et sous équipées, plus encore que les grandes villes . Les maisons médicales, c’est une bonne idée . Encore faut-il trouver de jeunes médecins disposés à s’y installer, sans compter les tergiversations des ARS . Pas plus tard que mercredi, une personne que je connais bien s’est fait trimballer dans les couloirs de l’hôpital de Gap parce que celui-ci manque d’appareils de mesure de saturation . Je vous signale que 7 milliards d’économies sur les hôpitaux PUBLICS ont déjà été réalisées et la tendance n’est pas à l’inversion . Alors le baratin sur les coûts, c’est bon !

            1. Non, le » baratin sur les coûts, ce n’est pas bon « !
              Pour les hôpitaux, il faut se poser la question non pas de « quel hôpital fermer ou pas ? », mais de « Qui fait quoi ? « : tous les hôpitaux n’ont pas vocation à tout faire. Il faut fermer environ la moitié des blocs opératoires en France, qui fonctionnent à mi-temps, voire moins , mais qui sont financés comme s’ils fonctionnaient à plein temps. Et les faire travailler en réseaux entre eux et avec la médecine de ville, c’est le rôle des ARS.

              Quant aux zones blanches, c’est encore un autre problème : la génération des médecins qui acceptaient de travailler 60 h par semaine, c’est fini . Il faut raisonner en termes de « nombre d’ heures de travail médical offertes  » ( la France compte 210 000 médecins en activité, elle n’en a jamais eu autant, par rapport à sa population, dans toute son histoire !)

              1. Visiblement, ça fait un bout de temps que vous n’avez pas mis les pieds sur le terrain, ailleurs que dans Paris . C’est pas le manque de médecins qui est criant ( encore que ), ç’est leur répartition entre les départements !
                Comme d’hab, en matière d’ hôpitaux, vous ne comprenez rien à la géographie du territoire . Rassurez vous, vous n’êtes pas le seul . Les têtes d’œufs du ministère sont dans votre cas !

                1. -Il se trouve que j’ai surtout travaillé (sur place, bien entendu )pour les restructurations d’hôpitaux un peu partout en France, et un peu en Belgique, mais jamais à Paris.

                  -ce n’est pas seulement une question de pénurie par départements, mais aussi par spécialités.

                  -aujourd’hui, seulement 10 % des médecins qui sortent des Facs choisissent de s’installer.

                  -la majorité des médecins qui sortent des Facs sont des femmes, et le schéma médecin qui bosse/compagnon ou compagne qui sert de secrétaire bénévole appartient à un monde révolu.

                  -la vraie question n’est pas, en France, seulement celle de l’accès aux soins pour tous, mais celle de l’accès pour tous aux soins de qualité suffisante , donc de l’évaluation de leurs résultats.

                  1. Ben tient ! Vaut mieux claquer avec une bonne évaluation que claquer avec une mauvaise …!
                    Lorsqu’on néglige la topographie, elle se venge . Je peux vous citer un exemple ( qui est loin d’être unique en son genre ), d’une personne accidentée aux vertèbres dans les Hautes Alpes, trimballée en ambulance à l’hôpital de Grenoble ( 120 bornes d’une route de montagne, quand même ), puis rapatriée, dans un délai étonnement court à son domicile proche de Gap ( où il y a un hosto ), toujours en ambulance et toujours sur la même route de montagne . Résultats : ça fait plus d’un an et deux autres séjours à Grenoble, sans amélioration . Elle est en route pour un troisième séjour avec la perspective d’un nouveau charcutage . Puisque vous semblez sensible aux coûts, calculez donc celui là !

                    1. Avec un cas, on démontre tout ce qu’on veut.

                      L’évaluation des résultats médicaux est extrêmement compliquée ( s’assurer qu » on compare des populations homogène, etc.). Vous raisonnez très Gilet Jaune.

                      J’ignorais que vous n’étiez pas sensible aux coûts, c’est à dire aux d’augmentation de cotisations sociales et de CSG.

                    2. Elie
                      Je vous ai signalé que ce n’était pas un cas isolé . Et vous me sortez une ânerie sur les coûts . , avec, en prime, un couplet sur votre fixette « gilets jaunes  » .. Je me demande si vous savez vraiment lire : trimballer un patient plusieurs fois sur 260 km allées/retour, pour plusieurs opérations inefficaces alors qu’il y a un hosto sur place où les résultats ne seraient pas pire, voir meilleurs, ça à un coût et c’est de cela que je vous parlais ! .
                      Mais il n’est pire sourd que celui qui ne veut entendre et pire aveugle que celui qui ne veut voir !

                    3. Elie
                      Le cas que vous citez n’ a pas grand chose à voir avec la qualité des soins mais beaucoup avec la cupidité et une conscience professionnelle disons, défaillante . Hors, nous débattons des problèmes de coûts et de proximité .
                      Puisque vous évoquez votre état de santé à l’époque de l’affaire messine, on peut parler du cas du journaliste économique Jean Marc Sylvestre, pourfendeur du service public bouffeur d’oseille mais qui a reconnu ( et c’est tout à son honneur ), lorsqu’il a fait une crise cardiaque, que l’hôpital public avait du bon et que, dans le privé, il y serait resté .
                      Ce qui ne l’a pas empêché, lorsqu’il eut bien récupéré, de , de nouveau, vitupérer le service public bouffeur de fric . Chassez le naturel, il revient au galop !

                  2. Et, en plus, vous voulez vous faire de la pub sur un vieil article que vous avez pondu sur « Marianne », que j’avais lu et commenté, si je me rappelles bien, à l’époque ..
                    Décidemment, … !

                    1. Elie n’a jamais du faire la route gap Grenoble avec une vertèbre cassé…
                      De plus il y aurait beaucoup a dire sur les mutualisations des services en cours dans les hôpitaux …il n’est question que de coûts …les patients on s’en fout !

                    2. Elie
                      Mais c’est vous qui êtes à côté de la plaque : vous nous sortez des théories, on vous parle de concret : trimballer un patient dans un hôpital situé à 120 km coûte plus cher que de l’amener à un hosto situé à 20 km, rien que ça, sans parler de la qualité des soins qui se révèle aléatoire . Je pourrais vous citer des cas de ce type à longueur de commentaires, le pompon étant le patient Gapençais conduit en hélicoptère à la Timone de Marseille . Il y a des cas similaires dans les Pyrénées, le Massif Central, en Vendée, bref dans tous les territoires où existe une ruralité !

                    3. PS @ Alain Bobards
                      Je n’ai plus besoin de me faire de la pub à bientôt 81 ans, puisque je ne travaille plus et n’écris plus; mais il est évident que ce sont mes articles qui expriment le mieux ce que je pense, sinon j’aurais écrit autre chose !

                    4. Sylvie
                      Soigner des patients a toujours un coût, mais ce n’est pas en augmentant indéfiniment les coûts que l’on soignera forcément mieux les malades.

                      Vous ne comprenez manifestement rien à la question, puisque ce dont je parle, c’est des moyens de savoir si les malades sont bien soignés, justement !

                    5. Elie
                      Si un malade décède pendant un transport inadapté, parce qu’ éloigné d’un centre hospitalier mieux situé, vous n’aurez pas à vous poser la question de savoir où il sera le mieux soigné . Et, en plus, ça aura coûté plus cher .

                    6. @ Alain
                      Même sur le sujet du médical il ne comprend rien à ce qu’on lui dit parce que là aussi il n’a aucune notion du terrain.
                      Vous avez un sacré courage pour continuer à répondre à ce bonimenteur d’Arié qui n’a que du copié-collé éculé comme argument de discussion !

                      Que faire ?…

                      ***

                    7. @ PPP
                      Et bien, ça prouve que nous ne réagissons pas tous de la même façon en cas de cancer ! Personnellement, j’argumente mes points de vue, mais je n’ai pas, comme vous, une tête de Turc ( juste une tête de Polonais…)

  11. Pour les urgences, c’est vachement simple à résoudre pour quasi peau de balle : un trieur

    Dans un grand chapiteau qui servira de sas devant l’entrée officielle des urgences, on place
    – un étudiant chirurgien stagiaire
    – une équipe de quelques infirmiers voltigeurs (formation d’infirmier militaire) selon le secteur en trois/sept
    – des flics de la BAC pour les malades énervés..
    et des lits picots..

    Les manants arrivent, expliquent leurs cas vite fait au stagiaire chirurgien et vont s’installer dans un lit picot sans faire chier (sinon la BAC ..)

    Le stagiaire trie
    – les suspicions de cas bons pour les urgences sont tamponnés (comme pour les bals dans le temps) et infiltrés vers les vrais zones de traitement.

    et les bobos légers sont traités dans le chapiteau par les infirmiers voltigeurs Pour faire tourner, la technique est celle des restos où la place est comptée. Il faut veiller à ce que les plats voltigent pour que ça dégage vite fait..

    comme aux states ou en temps de guerre..

    Faut se faire une raison, l’oseille, est destiné à partir en masse en vacances dans les îles où il repose après avoir mis toute son énergie à passer entre les gouttes des territoires occupés par des gueux…

    Dans les zones habitables est mis en place ce qu’on appelle un « gouvernement » , en général des salariés en détachement des multinationales, et dont la principale activité est de recueillir et de répartir les fonds distribués par de généreux donateurs milliardaires…

    Ras le bol putain des malades, des vieux, des jeunes, des retraités, des fonctionnaires, des actifs, des chômeurs, ils produisent des richesses, et en réclament une juste répartition ces cons là.. non mais on aura tout vu… en plus c’est même pas correct, ça tombe malade.. bandes d’ingrats..

    Mais c’est terminé, aujourd’hui ce sont les banques centrales qui produisent bien plus de fric pour les milliardaires que la plèbe pendant leurs minables journées de travail

    1. J’aurais bien une autre technique à proposer si le blé n’est plus suffisant pour la populasse qui grouille en trop grand nombre…

      Ca m’ennuie de paraître plus efficace qu’un ministre de la santé mais je me lance..

      Rétablir les 90 kms/h…

  12. Ma réponse à Elie sur l’affaire messine s’est retrouvée à une place ou elle ne devrait pas être .
    Ca facilite pas la compréhension !

    1. Rassurez-vous, j’ai quand même réussi à comprendre…
      Ce qui a attiré l’attention sur ce service, c’est bien le fait que la mortalité opératoire était bien plus élevée que dans les autres. Et la mortalité opératoire est bien un indicateur de la qualité des soins, lorsqu’elle dépasse tellement celle des autres services équivalents. Et vous noterez qu’il y a eu une enquête par des gens compétents, pour en comprendre les raisons, avant de déboucher sur des sanctions.

      Il est très étonnant de vous voir défendre le corporatisme médical, qui refuse de se faire évaluer !

      1. Je ne défends pas le corporatisme, puisqu’il me semble avoir écrit que le cas messin relevait de la cupidité, d’abord, et d’une conscience professionnelle défaillante ( pour rester poli ) . On pourrait, à contrario, s’interroger sur la réactivité plutôt lente de l’administration, dans ce cas là . Je n’aurais rien contre l’évaluation des personnels médicaux si elle ne sert pas de prétexte à la suppression de lits, voire à la fermeture d’unités aggravant le problème de proximité, pour économiser du fric . Mais j’ai de gros doutes la dessus !

        1. J’ajouterais, au sujet de l’évaluation, qu’elle ne serve surtout pas à régler des comptes entre mandarins sur le dos de leurs subordonnés .
          Là, je crois que je rêve !

          1. Une dernière petite chose, concernant l’évaluation : j’en ai vu les bons côtés ( rares ) et les méfaits ( nombreux ) dans une autre activité . D’où une grande méfiance sur le sujet !

            1. Bon, je vais arrêter, parce que je vois que ça ne sert à rien.

              Il ne s’agit pas d’évaluer les médecins un par un ( ce qui est très difficile et peut-être impossible ; c’est le rôle des chefs de service ), mais d’évaluer la qualité des soins de chaque service par rapport aux services équivalents.

              L’évaluation comporte en effet des effets pervers, qu’on découvre et qu’on apprend à corriger à l’ usage : ce n’est pas une raison pour l’abandonner.

              La proximité est une fausse sécurité : en cas d’infarctus, il faut avoir une chromatographie et une angioplastie dans les 6 premières heures (au-delà, les résultats sont moins bons), donc être transporté dans un hôpital où elles puissent être correctement faites ( d’après la Société Française de Cardiologie: par quelqu’un en pratiquant au moins 300 par an); faire venir en urgence à domicile un généraliste ou un cardiologue ou bien hospitaliser dans un service sans coronarographiste compétent constituent des pertes de temps et de chances inacceptables.

              La France compte trop de lits hospitaliers d’aigus et manque de lits de convalescence ( ce qui sature les lits d’aigus, puisqu’on n’a pas où les transférer ) : il faut transformer des lits d’aigus en lits de SSR( soins de suite et de réadaptation ), ce qui n’exige pas « plus de sous « , au contraire.

                1. Votre exemple d’accident cardiaque est biaisé : si vous faites une crise et qu’on vous transporte à 100 bornes, vous avez plus de chance d’y rester que si vous êtes à 10 km d’un centre hospitalier .Vous avez raison, autant arrêter là, puisque vous parlez masse et théorie et que je vous parle constats, observations et humain !

                  1. Et bien non, justement.

                    Bon, vous m’avez enseigné l’économie de la santé, vous voulez maintenant m’enseigner la cardiologie ; c’est sans doute trop pour moi, on arrête.

                    1. Mais c’est quand même incroyable de ne pas comprendre qu’il ne sert à rien, en cas d’infarctus, d’être emmené dans un hôpital où il n’y a pas ce qu’il faut ! Un hôpital, ce n’est pas la grotte de Lourdes d’où tout le monde sort guéri…Et pourquoi croyez-vous qu’il existe des hôpitaux avec pistes d’atterrissage pour hélicoptères ( qui ne peuvent pas voler par temps de brouillard, mais il n’y a pas de solution parfaite ).

                      Bon sang : c’est si difficile à comprendre :
                      – en cas d’infarctus ou de menace d’infarctus, il faut avoir une angioplastie dans les 6 heures,

                      – et être emmené dans un hôpital à 3 minutes de distance mais où une angioplastie ne peut être réalisée ne sert à rien ?

                    2. Mais c’est quand même incroyable de ne pas comprendre qu’il s’agit de donner les moyens aux hôpitaux de proximité et pas de réduire ce qui est un service PUBLIC comme si il s’agissait de faire du profit sur la santé ( y a des labos, pour ça ) . Brigitte Dormont, elle aussi économiste de la santé n’a pas la même vision que la votre !
                      Vous me faites suer avec vos théories . J’espère pour vous qu’il ne vous arriverait rien si vous étiez ne serait-ce qu’en vacances dans un endroit où il faut faire 100 bornes pour être hospitaliser alors qu’il y aurait à 10 km ou moins une structure dépourvue de moyens .

                    3. Non , on ne pourra jamais faire en sorte que tous les hôpitaux actuellement existants puissent tout faire ( neurochirurgie du cerveau, chirurgie cardiaque, angioplastie, réanimation néo-natale, pet-scan, etc.), ça n’existe nulle part au monde et ça n’existera jamais.

                      Par ailleurs : un hôpital public ne peut pas faire de profits, puisqu’il vit des subventions que lui verse la Sécurité Sociale en fonction de son activité. Il doit utiliser au mieux ces subventions, et , pour ce qu’il ne peut pas faire, ou pas faire aussi bien que les autres ( évaluation de la qualité des soins),travailler en réseaux avec d’autres .

                      Le problème est que l’hôpital est souvent le plus gros employeur de certaines petites villes, et que les maires ( qui veulent être réélus ) se battent contre leur fermeture, tout en se gardant bien d’aller s’y faire soigner eux-mêmes ; mais le rôle de la Sécu n’est pas de financer des emplois inutiles, il est d’assurer la meilleure qualité de soins à tous.

                      J’avais beaucoup aimé la déclaration d’ Alain Bocquel, un député et maire communiste très intelligent et plein d ‘humour  » Je suis pour la fermeture des petits hôpitaux de proximité , sauf pour celui de ma ville; si le gouvernement veut le fermer, je manifestera contre ; mais j’espère qu’il y aura un Ministre de la Santé assez courageux passer outre et le fermer quand même ! »

  13. Pendant ca temps là, la bande d’escrocs au pouvoir est en train de tirer du pognon sur la sécu.. (source Canard)

    1° manque à gagner pour la sécu : 2.4 millions d’euros
    pour donner gentiment les allègements des charges sur les heures sup..
    Tous les informés savent lors d’une précédente manoeuvre du même type pas Sarko, de transfert de fric public aux groupes privés, les études avaient conclues que les heures sup étaient pour une grande part un effet d’aubaine… et avaient aggravé le chômage (c’est facile à expliquer)

    Autre effet les comptes qui devaient être équilibrés vont replonger dans le rouge..

    Ensuite le gouvernement va ponctionner 20 milliards sur 5 ans, le gouvernement Philippe a fait adopter la mesure par le parlement en 2017..

    Braquer l’oseille de la sécu pour soigner les groupes privés est évidemment plus urgent que de réparer tous ces mauvais esprits de vilains qui ont l’extravagance de se pointer aux urgences quand le fric est destiné à des oeuvres plus charitables que le social..

  14. Autre sujet rarement évoqué pendant que la bande de crapules en col blanc du gouvernement fait main basse sur les biens et l’argent public, c’est la fraude spectaculaire aux cotisations sociales, et un manque à gagner estimé par l’ACOSS entre 7 et 9 milliards …

    La ministre du secteur, qui a dû aussi se prêter au jeu du serment d’hypocrite, a annoncé une distribution de miettes déjà prévues. l’exercice n’est pas nouveau, le salarié des banques et caïd de la bande a déjà fait un coup identique avec le SMIC en fin d’année dernière..

    Si les services de contrôle divers font ce qu’ils peuvent pour redresser les fraudeurs. La cour des comptes dans son rapport de février 2018, note dans un langage toujours délicat que c’est compliqué d’améliorer les résultats quand le nombre de contrôles est à la baisse ou que les moyens manquent pour suivre la sophistication des combines…..

    Les escrocs organisent le démantèlement des dits services de contrôle au nom de la chasse aux dépenses publiques quand dans le même temps (et paf) ils organisent de manière concomitante celle de la baisse des recettes publiques pour le grand plaisir de leurs mais et employeurs les plus riches.

    Je retiens dans le rapport de la cour des comptes cité supra, un titre de chapitre sur le sujet qui constitue à mon sens un des scandales d’état majeur de ces dernières années, qui j’espère sera relevé un jour, non seulement pour le coût des créations d’emploi, mais aussi pour les magouilles possibles sur ce dispositif

    au 31 juillet 2018 (rapport France stratégie) : 84 milliards de créances enregistrées et 59 milliards consommés. On en a encore pour 2 ans à régler la note

     » L’absence de tout contrôle des modalités de calcul du CICE  »

    Ne croyez pas que je m’égare avec le CICE, ce transfert d’argent public au privé, pas forcément nécessaire et ça se démontre, n’ira pas dans les poches des services hospitaliers publics…..

    Ici Stanislas tête de polonais bien fraiche qui respire à fond l’odeur nauséabonde des tronches en putréfaction d’une grande majorité des dirigeants d’état…

  15. Arié qui voit des démonstrations paranoïaques dans les semaines de Juan, réplique avec la farce statistique des comparatifs par pays à propos des soins laissés à la charge de l’assuré..

    Ce mec a un estomac que les hyènes doivent lui envier pour réussir à bouffer sans mâcher des couleuvres et des chapeaux touts les jours en nombre..

    Juan qui traine un boulet pareil dans son sillage, mérite une médaille du sacrifice…

      1. mais non je ne laisse pas tomber, mais je ne vais pas vous torcher le cul non plus ..

        Je parle bien des comparatifs internationaux du rapport…
        Lisez ce rapport bordel de merde…, même pas les 158 pages, juste les pages traitant des méthodologies, des traitements statistiques et leurs révisions méthodologiques …
        Le total en fait une vraie plaisanterie, si vous mettez des choux avec des carottes dans un plat, ça ne fera jamais des pommes de terre …

        D’autre part, isoler le reste à charge sans évoquer les cotisations et les répartitions public/privé, c’est exactement comme parler du nombre d’heures de travail sans jamais évoquer la productivité.ou parler de la trajectoire des dépenses publiques sans parlerde celle des recettes publiques…

        Ce genre de farce est devenue tellement prisée des guignols télévisuels et politiques pour tromper les manants qu’il faut chercher loin l’esprit critique qui confond les imposteurs..

    1. @ Stanislas
      Un boulet sangsue ayant toutes les caractéristiques d’un macroniste primaire et aveuglé par la vanité, prêt à écrire n’importe quoi… c’est d’un commun en macronie !

      N’empêche qu’il est bien dommage que vous ne puissiez commenter sur les semaines de Juan, le boulet quasiment seul commentateur de lui-même en fait son profit…

      Juan, merci pour cette intéressante 644ème semaine…

      ***

      1. Tout le monde peut commenter sur les semaines de Juan, il suffit de s’ouvrir un compte Google.
        Ceci étant, ni vos commentaires ni ceux de Stanislas ne peuvent être qualifiés de commentaires, puisqu’ils ne comportent jamais aucune critique des miens sur le fond.

        1.  » puisqu’ils ne comportent jamais aucune critique des miens sur le fond…..

          vous partez vraiment en couille du ciboulot

          le voilà qu’il se rêve écrire des commentaires ici !!!!!
          faut être gonflé quand on ne fait que faire des renvois ou des copié collé à longueur d’année…

          En revanche, je vous l’accorde, pour être « au fond » vous l’êtes …

      2. Tite plume

        J’ai déjà essayé plusieurs fois et ça ne fonctionne pas même avec un compte google à la con que je me suis ouvert pour un engagement national…

        Bon je ne vais pas me prendre la tête avec ça;.

        1. Stan Merci de rappeler la 644 ème semaine de Juan…un super boulot qui résume parfaitement le rouleau compresseur macroniste qui fait de l’égalité un étendard quand il n’est question que de tout ramener vers le bas en faisant croire que c’est plus juste …
          L’égalité dans l’injustice sociale et salariale …un vaste projet macroniste ..

        2. Stan
          Dommage, parce que le commentaire d’Arié sur le billet de Juan vaut son pesant de cacahouètes : Il est vrai que le reste à charge, en matière de soins, est, en France, un des plus faibles d’Europe mais l’essentiel du coût est réglé par les cotisations versées par l’assuré et l’employeur, tant à la SS qu’aux complémentaires; y compris par des surprimes dans le cas de couverture individuelle . C’est pas un cadeau, c’est juste une garantie assurantielle . Si les caisses de la SS sonnent le creux, c’est dû au taux de chômage et, aussi, à la goinfrerie des labos et d’autres corporations telle l’optique, entre autres !
          Mais le toubib ne va pas manquer de venir contredire !

          1. Alain

            Soit, mais plus que de mettre en doute le reste à charge, je suis à mettre en cause ce type de comparatifs par pays (benmarking) qui oblige à retraiter des données dispersées ici et là, pour en faire une présentation qui serait homogène alors qu’elle est approximative voire trompeuse pour certains secteurs.

            Tous les rapports sont de cette veine et posent question que ce soit pour le traitement de la dépense publique de l’emploi dans la fonction publique, du chômage et les concepts de flexibilité. ou sectoriels.

            les remises en cause de cette mode du « benmarking » (comparatif appliqué à l’économie des états sont d’ailleurs les exercices favoris de nombre de spécialistes des secteurs concernés…

          2. @Alain Bobards

            Toujours dans le manichéisme…Bien entendu, le reste à charge dépend du niveau des soins offerts : dans un pays du quart monde, où le système de soins pourrait se limiter à la distribution gratuite des médicaments envoyés par des associations caritatives, sans examens médicaux, le reste à charge pourrait être nul (…tout comme la qualité et les résultats des soins, d’où l’importance de mesurer ces deux critères ).

            Mais vous savez bien que ce n’est pas le cas de la France, qui consacre le même niveau du PIB au système de soins ( 11 à 12 % , comme l’Allemagne et la Suisse) que les autres pays développés.

            Seuls les USA y consacrent davantage ( 17 %), sans réussir pourtant à couvrir toute la population malgré l’ Obamacare…ce qui prouve d’ailleurs que le « toujours plus d’argent  » n’est pas une garantie de meilleures performances.

            1. Notre Elie Arié correspond parfaitement à la définition de Clemenceau concernant Raymond Pointcarré :  » il sait tout, tout, mais ne comprend rien, rien  » !

          3. De plus fin 2018 …un français sur trois renoncent à se soigner …trois millions sans mutuelles …
            Alors parler de reste à charge faible en France…ne ramène une fois de plus qu’à une appréciation uniquement comptable et qui ne relève pas de réalité …
            Il n’y a pas plus trompeur que les chiffres …

            1. Sylvie
              Et vos arguments ( 1 million sur 3 renonce à se soigner, 3 millions sans mutuelles ) , ce ne sont pas des chiffres ?

              1. Sauf que ces chiffres décomptent des hommes des femmes des enfants …vous savez des humains qui subissent… pas des chiffres comptables …pas des coûts …sans aucun lien avec la réalité !

              1. Curieusement vous qui savez tout sur tout, et toujours si prompt à commenter les faits divers ayant une grande importance pour votre macronie, vous n’avez pas encore évoqué l’affaire Balkany ?!…
                Devrais-je m’inquiéter ?

                ***

                1. Vous avez encore beaucoup de questions aussi stupides que celle-ci ?
                  (en plus, pas de chance, il se trouve que, par hasard, j’en ai parlé )

Les commentaires sont fermés.