Front populaire – #beurk


EZQN6bJWsAEWwCb

 

Entre la tribune de la gauche bourgeoise – celle qui a enfanté, nourri, propulsé Macron – et le nouveau « Front Populaire » de Onfray, on n’est pas gâté. On est même complètement pourri. Je comprends l’exaspération d’USUL contre la « gauche bourgeoise », mais ce n’est pas elle qui m’inquiète car j’espère qu’elle se souviendra qu’on a voté pour elle quand il le fallait.

Non, le vrai problème, c’est cette convergence portée par Onfray, un mélange de Printemps Rép (pour la laïcité réac et parfois raciste) et de personnalités de droite et d’extreme droite. Chevènement ou Céline Pina en  cautions « de gauche » ne suffit pas. Onfray a attiré Robert Ménard et l’odieux Alain de Benoist comme abonnés.

Onfray a rassemblé une belle brochette de soutiens. Ce rassemblement est glauque à souhait.

Pour ma part, je ne débat pas avec Philippe de Villiers, ni avec l’extrême droite. Je suis trop vieux pour cela. Je me fous de « sauver la France » si c’est pour me retrouver avec des racailles d’extrême droite.

Les joutes politiques que j’aime servent à mobiliser ceux qui sont proches mais démotivés, ceux qui sont proches mais pas alignés.

Pas ceux de l’autre bord.

Les débiles de Génération identitaire sont souverainistes – est-ce que ça en fait des gens fréquentables ?

Ben non. Ce sont racailles.

Comme le dit Charlie hebdo, « Nom trompeur, ligne politique floue et fausse victimisation, la revue de Michel Onfray « Front populaire », n’a décidément pas grand chose pour plaire. »

 

42 réflexions sur « Front populaire – #beurk »

  1. En attendant, c’est à partir de ce principe de considérations qu’on se retrouve avec une bande d’escrocs manifeste, corrompue au gouvernement et sous les ors de la république, et qui vire assez brutalement au totalitarisme violent.

    Tout ce petit monde d’extrème centre, se retrouve dans un boulevard politique vide, sans aucun contre pouvoir, avec des systèmes de contrôle dissous ou très affaiblis qu’ils ont complaisamment organisé

    Mélenchon qui se proposait comme opposant principal, est KO avec la LFI, réduite à sa plus simple expression, vidée des supporters, dont ceux qui étaient pour la sortie de l’UE.. comme bibi

    les haineux gilets jaunes sont bien gentils et estropiables..mais on leur reproche de ne pas avoir de têtes pensantes.

    Et voilà donc « front populaire » avec ses vrais bizarres, mais que je sache, Sapir, de Castelnau qui fut LFI, Chevénement ne sont ni des cons, ni des fachos (je ne connais pas les autres..).

    Le système politique actuel reposant sur de multiples injonctions paradoxales et des leurres sociétaux qui brouillent les vrais problèmes, est conçu pour rendre fou..

    Ca marche, je l’ai toujours écrit, le système actuel représenté va perdurer tranquillement pendant longtemps, en 2022 Juan vous revoterez Macron pour éviter l’épicerie RN..

    ce ne sont pas les écolos à deux balles qui veulent un monde sans CO2 sans remettre en cause le système néolibéral de la concurrence type loi de la jungle,dans lequel les investissements sont entre les mains de ceux qui créent le problème
    ce ne sont pas non plus les « dissidents » ou « frondeurs » respectueux ou « constructifs » du PS, LR, ou en marche ou autres, qui vont revoir le système..

    Je dis ça, je dis rien, mon fumier de voisin peut me faire chier en me dénonçant comme suspect COVID aux flics… et ce n’est pas de Villiers qui l’a fait…

    1. Tu as raison Stanislas.

      En revanche, front populaire n’est qu’une revue payante (je sais je sais, tout travail mérite salaire 😉), et pour moi ça n’est pas plus.

      Après je ne sais pas ce que fait Chevènement là dedans, sachant qu’il occupe le poste de « représentant spécial pour la France » que Macron lui a confié.
      Il est pour une France indépendante autant que faire se peut et non soumise à un pays européen.
      Moi aussi, il paraît que ça s’appelle le souverainisme et que ça pue … bien bien, mais l’Allemagne est totalement dans cette ligne.
      Elle n’adopte l’Europe intégrée que si elle en est la  patronne incontestée.
      Merci on en a bouffé pendant 30 ans pour en arriver là où nous sommes pendant qu’elle caracolait sur le dos de la bête.

  2. Entre tous les moyens sont bons pour changer les choses, et rechercher une espèce de quadrature du cercle, il y a une légère différence… Je vomis Macron et toute sa bande à majorité magouille.
    Alors pour voir, je m’y suis inscris. Je sais ce que je ne veux plus! Macron en fait parti…

  3. Thorez, Cachin, Moulin, Zay, Salengro, Dormoy, Blum , Lagrange et les militants de gauche des années 30, font des bonds dans leurs tombes à voir  » Front Populaire  » accolé à Philippe de Villiers ( entre autres ) !

    1. Alain, tu es sensible à cela parce que tu es sans doute un ancien militant.
      Mais les Français qui rejettent le « système » s’en fichent totalement.
      Si ils trouvent une voie ils la prendront. Et je ne leur jetterai pas la pierre.
      Voilà pourquoi les partis dits de gouvernements essaient d’éclater cet électorat en plusieurs votes afin d’éviter l’élection du RN au premier tour.

      1. On peut rejeter le système sans s’acoquiner avec des types comme De Villiers, Ménard ou De Benoist qui sont tout, sauf des rejetons du Front Populaire !
        On peut être souverainiste ( c’est très respectable ) et ne pas oublier la nature profonde de l’ extrême droite raciste, nationaliste et fort peu laic, voir catho réac .
        On peut être pro Européen sans être stupidement fédéraliste, et encore moins néo lib’ et prôner l’indépendance de son pays vis à vis des pays voisins mais parler d’une voix Européenne face aux U.S., aux Chinois, aux Russes et, sans doute bientôt, aux Indiens ( ce qui est une forme de confédéralisme ) . C’est mon cas !
        Tu vois, Hélène, c’est pas les idées qui manquent .
        Alors pourquoi se raccrocher à un Michel Onfray et à sa tromperie sur la marchandise ?

        1. Encore que le fédéralisme , le Covid 19 l’a malmené : voir les états Américains qui ont mené une politique de confinement ( qu’on soit d’accord ou pas avec ça ), malgré les gesticulations de Trump !

        2. Personnellement je ne risque pas de m’y accrocher.

          Le problème c’est que tous ces véritables partis d’opposition ont une face sombre (désolée mais à gauche aussi).
          Les Français en sont parfaitement conscients, mais je crois qu’ici comme ailleurs cela ne suffira plus à les décourager… et on les comprends, ça fait tellement longtemps qu’on les prend pour des tanches avec « vous n’avez pas honte ! »

          En ce qui me concerne, ça fait plusieurs élections qui se passent de moi.

          1. C’est bien pour ça que l’idée de VIème République et son référendum révocatoire est un sujet qui mériterait qu’on s’y attarde .
            Vois-tu, Hélène, tu m’as qualifié ( justement ) d’ancien militant . Sans être un vieillard cacochyme, je suis né aux débuts de la IVème République et donc avec, aujourd’hui, des souvenirs d’icelle . Le problème actuel, c’est que les papys comme moi sont en voix d’extinction et que les générations suivantes sont des enfants de la Vème et n’ont connu qu’elle . De fait, ils ont du mal à envisager des institutions différentes . Pourtant, la Vème est sub- claquante ( comme le fut la IVème au milieu des années 50 ) et la maintenir sous respiration artificielle, c’est la porte ouverte à n’importe quoi . « Moi ou le chaos  » disait le grand Charles . Certes, mais aujourd’hui, quel est l’homme politique qui pourrait se parer de l’aura gaullienne sans se faire illico lapider ?
            C’est donc les institutions qu’il conviendrait de changer !

            1. Le seul problème à la sixième (réellement je ne suis pas contre), c’est que dans un monde aussi délabré et dangereux, elle n’est pas de mise.

              Nous sommes sur un volcan qui menace d’éruption, nos institutions apportent à la France une stabilité qu’il ne faut surtout pas retirer,
              et ce, quels que soient les abus dont notre pays est victime.

              Si la guerre se fait sans armes, elle existe. Nous ne sommes pas, loin de là, à l’abri d’émeutes telles qu’aux US.

              1. Si il y a explosion sociale, la Vème, outre qu’elle ne protègera de rien, sera un remède pire que le mal , parce la trouille des dirigeants est latente . Il suffit de voir les dispositions législatives prises depuis deux ans, avec un état d’urgence inscrit dans le marbre et un ministère de l’intérieur qui acquiert des LBD au lieu de masques chirurgicaux . Ca veut dire qu’ils voudront se maintenir à tout prix .
                Les émeutes, c’est le summum du ras le bol . Aucune institution connue, à part peut être la Suisse confédérale, n’y échappe . Le cas de U.S. est typique : les droits civiques des noirs, chers à Martin Luther King, sont régulièrement violés et c’est pas avec un Trump à la Maison Blanche que ça va s’arranger . Lié à un chômage exponentiel, c’est un baril de poudre dont la mèche a été allumée par la mort de G. Floyd !

                1. Les émeutes se terminent par un affrontement d’une partie de la population contre l’autre.
                  Elles ne servent personne et ce sont toujours les plus faibles qui s’en prennent plein la tête.
                  Quant au pouvoir, si il ne se maintient pas son frère le remplacera.

                  -> En revanche un pays affaibli par des émeutes est pain béni pour d’autres pays qui veulent avoir une mainmise dessus.

          2. Bonjour Hélène, Ne pas voter, ou mettre un bulletin blanc ou nul, c’est tout ce que souhaitent des gens comme Macron…

            1. Je sais mon ami, mais je n’ai plus d’illusions.

              J’ai pourtant voté Mėlenchon (qui l’aurait cru 😀), puis Hollande, mais on tombe de Charybde en Scylla.
              Il n’y a qu’à regarder la trahison de Tsipras, puis les petits arrangements de Pablo Iglesias.

              Plutôt que de me tromper je préfère m’abstenir.

            2. Pas tout à fait : un bulletin blanc, c’est un suffrage exprimé, même si il n’est pas comptabilisé .
              C’est un désaveu du ( des ) candidat . De plus, un bulletin blanc n’est pas récupérable, médiatiquement parlant, contrairement à l’abstention à qui on peut faire dire ce qu’on veut !

        3. « tromperie sur la marchandise »..

          Alain en fait, la question serait plutôt : qu’est ce qui n’est pas tromperie sur la marchandise. ?

          Pour rester sur l’exemple du texte de Juan on peut toujours faire beurck sur un tas de noms de tous les côtés qui ne sont pas au pouvoir, et comme on fait beurck aussi sur ceux qui y sont, on n’a pas fini de se faire emmancher. C’est bien la raison pour laquelle on en est là. Et ça ne fait que commencer maintenant.

          L’exemple type sur lequel je fais beurk c’est Baroin : propre sur lui, gueule de gendre parfait, jamais un mot plus haut que l’autre mais pourri jusqu’à l’os tellement il touche de pognon de tous les côtés..

          En fait, c’est pour discuter, j’en n’ai rien à foutre de « front populaire » de toute façon l’état est coulé dans le béton par les intérêts privés internationaux. Nous sommes dans une impasse sans entrée et sans sortie.

          Ta voix européenne, tu n’es pas prêt de l’entendre, les banques centrales ont pris la main aussi sur les états..

          c’est cuit..

          1. C’est pas d’aujourd’hui que la finance est aux affaires . Avant guerre, elle s’appelait, en France, « les deux cent familles » , en Allemagne, Krupp, Thyssen et la Reichbank . Au niveau mondial, elle était nommée  » synarchie  »
            Il n’empêche qu’en France après guerre, il y a eu le CNR, qui file des boutons au monde de la finance et qu’elle fait des pieds et des mains pour le torpiller .
            Je ne m’illusionne pas : le système ne changera que par un coup de force . Je préfèrerais qu’il fut politique mais il sera, par la force des choses, violent . Le tout est de savoir quel type de violence : populaire ou dictatoriale .
            Personnellement, je préfèrerais la première parce que la seconde serait pire que le mal !

  4. Le « monde d’après » que dessine les médias est une vision très négative du peuple qui n’aurait comme représentants que les Zemmour, Bigard, Raoult, et tout le ramassis de « complotistes, mégalos, réactionnaires, racistes » de l’extrême-droite. Cette manip que conforte Onfray avec son « Front populaire », ne peut servir que les intérêts de Macron pour 2022 ou ceux d’un autre bien pire. Quand
    « Les meilleurs ne croient en rien. Les pires
    Se gonflent de l’ardeur des passions mauvaises »
    (Yeats, The second coming, 1919)

    1. Robert

      Je suppose que tu cites le Raoult politique, parce que du point de vue scientifique ou médical il faut rester très prudent ; les analyses sur le sujet des médocs ont parfois une forte odeur d’oseille..

      1. « Raoult politique »…je ne sais pas trop ce que c’est? Enfin, pour le moment…:-)
        J’ai lu, il y a quelques années un bouquin (Tous les mensonges qu’on vous raconte et comment la science vous aide à y voir clair) de D. Raoult qui m’a laissé dubitatif sur certains points. Mais je ne suis pas un « scientifique », je laisse la parole au biologiste Jacques Testart qui disait au mois d’avril:
        « Je crois qu’il ne faut pas identifier la pratique médicale à une activité scientifique, et les thérapeutes à des chercheurs scientifiques. Pour la plupart, les médecins n’ont ni la formation ni la pratique qui sont exigées des chercheurs, lesquels, pour leur part, n’ont pas vocation à guérir. En ce sens, nous avons assisté à l’affrontement entre un praticien soucieux de tout faire pour guérir ses malades et des responsables médicaux soucieux de singer, comme pour combler leur manque, ce que serait une démarche scientifique. »
        « La personnalité de Didier Raoult et son passif – anti-darwinien, climatosceptique – ont donné des points à « la science » qui le critique, sans que celle-ci se risque à trop pavoiser de crainte que l’avenir lui donne en partie raison… Et le patron marseillais nargue les patrons parisiens sans expliquer comment ceux-là l’ont fait patron s’il n’a pas un jour opportunément courbé l’échine devant la hiérarchie. Mais ce show très médiatisé atteint aussi les sphères militantes, avec la grande question qui sépare des frères d’armes en politique plutôt qu’en santé publique : faut-il donner la chloroquine en lot de consolation du progrès qui foire ou l’interdire au nom de la science qui progresse ? On s’engueule, certains démissionnent. Pas sûr que le recul du virus permettra une analyse plus sereine de ce passif, car la gestion à chaud de l’urgence s’accordera toujours mal avec la froide sérénité de la science. »
        « Notre prix Nobel Luc Montagnier – un nouveau Raoult ? – propose, à condition qu’on lui donne « d’énormes moyens », un remède révolutionnaire en émettant des ondes qui interféreraient avec « les ondes de l’ARN viral ». Et il proclame que « la vérité scientifique finit toujours par émerger ». Pourtant, ce biologiste n’a jamais pratiqué la médecine. Au-delà des énormités proclamées par quelques-uns, il reste que les affirmations des officiels, des médecins et des scientifiques démontrent, par leur cacophonie, que la science n’est pas de la partie, car c’est l’ignorance savante qui sévit, souvent avec arrogance. »

        1. Robert
          Raoult climatosceptique…jugé sur cet aspect..bien des médecins sont croyants (juifs, cathos, musulmans..) et pour autant on ne doute pas de leur sérieux médical ou scientifique qui exige du concret !!!
          Bref ce virus va peut être disparaître totalement et on ne connaîtra rien de la fin de l’histoire.
          Sinon une seule avancée de ce que j’ai compris..la fin des intubations systématiques…

          1. Sylvie, en général, les médecins font leurs possibles…Mais dans certains endroits des médecins cathos refusent de pratiquer l’avortement.

            Raoult, dans le bouquin cité ci-dessus, donne beaucoup d’infos intéressantes, mais il affirme que les polluants (désherbant, engrais…) dans notre alimentation et notre environnement ne le préoccupe pas…que le principe de précaution est abusif.

            1. Entre les lignes, le principe de précaution est attaqué de toutes part depuis février dernier, cela me semble gros comme le nez au milieu de la figure et par une masse de gens. Un vrai lobbying.

              On peut retourner l’argument « chloroquine » ´: Pour moi, le principe de précaution aurait été de tenter de soigner avec ce qui paraissait donner des résultats plutôt que de laisser un certain pourcentage de malades s’acheminer vers de très gros dégâts et même la mort .

            2. Ce que je voulais dire Robert c’est que les prises de position en dehors de leurs compétences..ne remet pas en cause le sérieux d’une personne..bien qu’en matière d’engrais et de pesticides je préférerais que Raoult s’abstienne !
              Pour le reste on aurait aimé que chacun mette son ego au vestiaire.
              Quel triste spectacle qui donne à penser que ça a lieu pour toutes les maladies et que nous sommes les otages de ce systeme…patients prière de vous taire et de subir !

        2. Rôlala Robert,
          souhaiteriez vous asperger d’eau bénite les « korrigans » que nous sommes avec votre article signé Jacques Testart ? 😃

                1. Une véritable force de persuasion ! 👍😉.
                  Et c’est sensé faire avancer le Schmilblick ?

  5. A propos des médias, je suis en train de lire « bâtonner ; comment l’argent détruit le journalisme » de Sophie Eustache

    J’en étais resté aux « suces boules « des médias en évoquant la bande d’aboyeurs de cirque du sommet, mais la situation de ce secteur d’activité est bien pire que je ne le pensais en réalité.

    1. Stan
      Un loufiat de bistro, utile à la collectivité, est certes, nettement moins bien rémunéré qu’un serveur de soupe médiatique qui lui, n’est utile qu’à une caste ( dont il a grand tort de croire faire partie ) !

  6. A Bordeaux, la liste LREM rallie la liste L.R du maire sortant Florian .
    Le monde d’après ressemble de plus en plus au monde d’avant et même au monde d’avant avant !

  7. Ces ralliements LREM aux L.R. , c’est les rats qui quittent le navire .
    Il faudra absolument s’en souvenir aux prochaine élections cantonales, présidentielles et législatives .!

  8. Je suis, toujours, davantage sentimental que politique; cette dernière, j’en conviens (le temps liquéfie le vin; enfin ça dépend de quoi on parle) a son utilité (telle la police) et je reconnais à certains des aptitudes dans son sens (l’Histoire en distingue, ..César, Auguste, Ch Martel, Churchill ou de Gaulle) ce qui n’empêche aucunement de les critiquer, voire les contester.

    Alors je ‘touriste’, je picore, comprenant le manichéisme, ni de mise (tous ne sont pas ‘méchants’) pas dit je « ponce pilate », car armé d’idéaux (quelle jeunesse ? plutôt privilégier le vin non-coupé) qql fange droitiste, avant même d’être extrémiste, me bouscule.
    Et, faut pas emmerder l’homme blanc.

    Ouiz, qql volcanisme à l’horizon (Hélène) qu’importe si à chaque génération il est postulé.
    Ainsi (par ex.) aux US, si souvent à la pointe du ‘progrès’, la tension entre Démocrate et Républicain, chauffée années après années, se rapproche de son acmé (point de fusion)
    Finie la rouelle ? welcome le masque !
    Ce qui est pratique, on voit qui est qui (je force le trait ? merci mes seigneurs et maîtres !)
    Ou Andrew Cuomo, gouverneur de NY, défend becs et ongles les manifestants (etc.)

    Volcan, suite; soit un pompier ‘sauveur’ émerge du chapeau, là on peut -aussi- avoir peur, soit une multitude de: « moi j’ai raison ! » que multiplie une légion de: « toi t’as tort ! ».

    La morale ? elle une vertu, pas la parano.
    Le chansonnier (ici Brel) d’habitude provinciale, dit: « je préfère me tromper que de me taire »,
    Le politique (ici Mandela) éclairé dans l’ombre, dit: « je ne perds jamais, soit je gagne soit j’apprends ».
    Bref, dirait la température: « on avance »,

  9. L’horreur dans toute sa bassesse.
    Et nous devons prendre ces pays pour modèle !

    « Les autorités ont établi en mai que deux employés de ces élevages avaient “très probablement” contracté le Covid-19 via des visons. Ces deux cas plausibles de contamination de Néerlandais par des visons pourraient être les “premiers cas connus de transmission” du nouveau coronavirus de l’animal à l’homme, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

    Le gouvernement a par la suite interdit le transport de ces animaux et rendu le dépistage au Covid-19 obligatoire dans tous les élevages de visons des Pays-Bas, où ils sont élevés pour leur fourrure.« 

    https://www.huffingtonpost.fr/entry/pays-bas-visons-abattage-coronavirus_fr_5edbe92ac5b6f70ea5f86494?xtor=AL-32280680?xtor=AL-32280680

      1. Oui, c’est incroyable, ils auraient réussi à créer la transmission du coronavirus de l’animal à l’homme.
        Il en faut une sacré dose de haine ou de cupidité … ou peut être pour la première fois les deux ensemble.

        … et juste à l’instant, la première cigale vient de chanter.🙂

  10. Stan postait en avril (l’excellente) interview de JD Michel, anthropologue de la santé (« Anatomie d’un désastre ») elle a une suite, « Enseignement d’un désastre »,

Les commentaires sont fermés.