Tous les articles par Juan S.

Pédophiles catholiques

Je n’ose imaginer la réaction « populaire« , médiatique, politique si l’on avait appris que dans un seul État, par ailleurs de petite taille, quelques 300 responsables musulmans avaient été convaincus de pédophilie. Où sont passés Laurent Wauquiez, Eric Ciotti, Marine Le Pen, pour n’en citer que trois des plus bas du front ?

Le scandale qui frappe la hiérarchie catholique en Pennsylvanie est suffoquant. Un millier d’enfants, et la plupart des prêtres accusés n’auront même pas de procès car les faits sont prescrits

« Des prêtres violaient des petits garçons et des petites filles et les hommes d’église qui étaient leurs responsables n’ont rien fait. Durant des décennies », indique le rapport, qui évoque des agressions sexuelles, dont certaines victimes présumées avaient moins de dix ans. Il cite le cas d’un prêtre ayant abusé de cinq soeurs, dont la plus jeune n’avait que 18 mois au début des faits présumés. » (lire la suite)

L’inaction du pape François, ce pape plus « cool » que les précédent, surprend à peine. C’est de l’incurie, commente à juste titre Mediapart.

« Nos » institutions religieuses – musulmane, juive, chrétienne – ne sont pas seulement les vestiges de la domination masculine, le temple des mœurs rétrogrades, certaines logent, cachent et protègent des criminels.

 

Publicités

Chanson du dimanche: vitesse

Macron, Parly et la honte au Yémen

Macronista.jpg

Le 9 août, une frappe aérienne de la coalition sous commandement saoudien au Yémen, a tué 51 personnes dont 40 enfants, et blessé 79 autres. En France, au même moment, la ministre française des Armées se confie sur ses réformes en cours et évoque « l’utopie d’un monde sans soldat ».

Indécence.

Le télescopage de ces deux actualités illustre combien la position officielle de la Macronista au Yémen, fausse agitation diplomatique et vrai soutien au régime saoudien qui pilonne les populations civiles, est indécente. En juin dernier, la France participait à un sommet « humanitaire » sans ONG.

Le jusqu’au-boutisme de la logique de la coalition ne cesse ainsi d’effrayer. Il semble à même de saboter toutes les initiatives, tant humanitaires que politiques qui cherchent à déboucher sur une solution non militaire au conflit. Source: Orient XXI

En septembre dernier, un peu de jour se fait sur l’ampleur des ventes d’armes de la France à l’Arabie Saoudite. L’Orient XXI révélait alors comment le gouvernement français « serait passé par un contrat destiné au Liban pour préparer la guerre au Yémen et accélérer ses livraisons d’armes au plus fort du conflit. » Près d’un an plus tard, tout a empiré. Dans un rapport des armées publié en juillet, on peut lire que ces ventes d’armes françaises se sont poursuivies malgré (« grâce à« ) l’aggravation de la guerre au Yémen, avec 1,3 milliards de ventes d’armes l’an dernier. La France a signé un traité qui interdit pourtant les exportations d’armes pouvant servir à des violations du droit international humanitaire, le Traité sur le commerce des armes (TCA) ratifié le 2 avril 2014.

Quand elle est interrogée sur le sujet, Mme Parly se défausse, elle élude, elle évacue. Elle abuse de cette novlangue indécente qui masque la réalité par des termes techniques ou une langue de bois sophistiquée.

Nicolas Demorand (France inter): « donc les Yéménites peuvent prendre sur la tête une bombe française »

Florence Parly: « Beaucoup de pays sont confrontés à cette situation: avoir livré des armes à d’autres pays alors que ces armes n’étaient pas censées être utilisées. »

L’Arabie Saoudite est toujours membre du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU.

Sans rire.

La plus fort et presque seule déclaration de Macron sur la guerre au Yémen a été un discours où il appelait les belligérants à « davantage de retenue« .

Indécence.

 

https://www.franceculture.fr/player/export-reecouter?content=82fe7b30-384c-45ea-b7d1-7b6ec9b74e61

 

Farewell Miss Franklin

Le Media à la rentrée, enfin.

Il s’est lancé comme il a pu.

Qui pense qu’il est simple de lancer un média ?

Il a affiché ses options politiques, contrairement aux autres qui les cachent mais nous les assènent. Ce fut sans doute son premier tort et sa plus grande qualité.

Il a aussi expliqué qu’il se voulait indépendant des forces de l’argent, qu’il serait différents du Parti médiatique. il s’est logiquement aliéné les grandes gueules de l’éditocratie dominante. Les braillards du parti médiatique n’aiment pas qu’on les défie et, surtout, ils peuvent brailler en toute tranquillité.Ils font cela à longueur d’année.

Brailler est même une preuve de vassalité bienvenue.

Bien sûr, il a fait des bêtises, commis des conneries, souvent réjouissantes. Il a été un bol d’air frais dans cette Macronista rance et dense où le temps de la lecture et de l’écoute a été autre chose que ce que nous sert à longueur de journée.

Comme chez d’autres, le Média a été transpercé par un conflit interne au début de l’été. L’ancienne patronne Sonia Chikrou, qui se défend de toute malversation, est accusée d’avoir facturé trop via sa propre société. Mediapart a sorti l’info la semaine dernière.

Dans quelques semaines, la rentrée. La nouvelle direction du MediaTV a déjà expliqué que le journal va changer aussi dans son fonctionnement interne: pas de contrats précaires, (notamment celui d’auto-entrepreneur, largement utilisé par l’ex-direction.). Pour sa saison 2, le Media a précisé à ses participants qu’ils  se verront proposer un CDI. N’imaginez le même engagement chez bien d’autres organes de presse plus installés. Le Media s’impose quand les autres disposent.

Dans quelques semaines, la rentrée, vivement cette rentrée. Il parait que le Media ne reprendrait peut être pas son JT quotidien, trop coûteux à produire. Il me semble que l’exercice était en effet lourd, trop lourd, pour un environnement qui n’a rien à voir avec celui plus encadré de la télévision. Internet est un espace bien vaste où la simple reproduction  de formats télévisuels classiques n’est pas adéquat: le format peut être court (Brut, par exemple) ou long (les Jours), sérieux (Mediapart) ou drôle (Osons Causer), posé ou polémique, mais pourquoi s’embarrasser de la forme télévisuelle classique ?

Le Media peut contribuer à fournir un autre regard, porté par le format video. Mais il a beaucoup à penser et à panser. Il faut redémarrer, se montrer peut être moins agressif contre le reste du monde sans pour autant abandonner cette rage froide qui nous saisit toutes et tous, injecter de l’humour car il faut bien rire parfois.

Longue vie !

 

Chanson du dimanche: le matin s’est cassé