Archives pour la catégorie Chroniques de droite

Toi aussi, fais tes pin’s Fillon2017

En voici quelques-uns, c’est très facile à faire.

Lâchez-vous.

J-5: éloge du mensonge avec François Fillon.

Super-menteur y croit encore. Le châtelain de la sarthe s’est affiché au Puy-en-Velais, auprès de Laurent Wauquiez. Le plus fascinant chez cet homme est combien il semble vivre dans le déni. Il ment avec une facilité déconcertante. L’affaire qui lui vaut aujourd’hui une double mise en examen (et sa femme une triple!), notamment pour détournement de fonds publics, n’est pas révélatrice que d’une forme assez inouïe de cupidité décomplexée. Elle témoigne aussi d’un grand sens du mensonge, « à la volée« .

Il a menti sur ses prestations de conseils (débutées alors qu’il venait d’être élu député en juin 2012, quel sens de l’Etat!); menti sur le début de l’emploi de sa femme, menti sur le statut de ses enfants quand il les a salarié; menti sur ses costumes (il ne les a rendu que plus tard), menti sur sa déclaration de revenu et d’intérêts.

Il a même menti sur son propre programme quand il a fait retiré de son site sa promesse de privatisation de la sécu (trop tard, nous avions quelques copies).

Fillon est Super-Menteur.

On accuse souvent les hommes politiques de mentir. On les accuse ainsi de ne pas respecter leurs promesses, même si celles-ci ne sont pas toujours tenables. Avec Fillon, l’affaire est différente. L’homme ment là où il a toutes les capacités de ne pas mentir. Il ment sur lui-même et sur ses proches.

Comment le croire alors quand il déroule ses promesses, si tant est qu’on y soit sensible ? Comment le croire ?

Quel régal fut la lecture de son itv au JDD le weekend dernier.

Il promet, promet beaucoup.

Qui sont les naïfs pour le croire ?

 

C9hJXfgXoAAcvgW

La candidate du Vel d’Hiv, c’est elle.

affichefn

 

Marine Le Pen s’est fait porter pâle pour son itv chez France inter en début de semaine. Contre-coup de la polémique néo-fascisante du week-end ? Le FN dément.

On vous rappelle ceci: Victor Barthélemy, militant du Parti Populaire Français de Jacques Doriot qui participa en supplétif à la rafle du Vel D’Hiv et… futur membre fondateur du Front national.

Marine, la candidate du Vel d’Hiv.

C’est elle.

« Et en même temps »

L’Emission Politique de France 2 n’est pas la première à avoir repéré le truc, ce tic de langage du favori des sondages. Le produit Macron a des défauts. Comme tous les tics, ils surprennent, ils envahissent le propos, ils obsèdent rapidement. Puis on ne pense qu’à eux.

Ce jeudi soir, l’Emission Politique a tenté de relancer ce nouveau slogan involontaire du candidat Macron:

« Et en même temps »

Cette formule idiomatique incarne parfaitement le produit Macron, un entre-deux, un centre sans gravité, un argument publicitaire sans fondement.

Et en même temps, que pouvions-nous attendre ? Macron est un produit de l’impuissance érigée en slogan de campagne. L’échange avec François Ruffin sur  la fermeture de l’usine Whirlpool d’Amiens (délocalisé en Pologne) fut exemplaire. Macron expliqua qu’il ne voulait pas réagir publiquement face à ces cas « chauds » de fermeture d’usine car c’était, je cite « démago« .

Même (et surtout) la journaliste Léa Salamé prit la défense du candidat interpelé par Ruffin sur son silence face à: « que voulez-vous qu’il fasse ? » J’avais la réponse: Macron aurait du se taire, s’en aller, et abandonner cette campagne puisqu’il ne SERT A RIEN.

Et en même temps, Emmanuel Macron ne promet rien, il ne fera rien. Il est jeune, souriant, sympathique et agréable. Et en même temps, dans le même échange, Macron s’est mis à faire l’exact inverse de ce qu’il disait quelques secondes auparavant, il promettait de s’occuper du dossier, puisqu’il y avait « quinze candidats » à la reprise de l’usine. Et en même temps, expliquait-il, il n’était pas plus informé que cela puisqu’il ne lisait que la presse.

Les 6 lubies de Marine Le Pen

La voici sur l’estrade, les images sont fournies par l’équipe de la candidate. La chaîne CNEWS est si dépourvue de moyens qu’elle diffuse en live jusqu’à la fin du générique avant de rendre l’antenne sans le moindre commentaire ultérieur.

Ce dimanche 2 avril, Marine Le Pen est à Bordeaux. Devant elle, des milliers de supporteurs agitent leurs drapeaux BBR ou aux slogans marinistes.

#1. Le Pen a ses sujets favoris, comme la laïcité à sens unique, contre l’islam et seulement l’islam. MLP s’autoproclamé « candidate des jeunes filles et femmes de France contre le fondamentalisme islamiste », elle relaye ces faits divers de filles harcelées à cause de leur tenue.

#2. Le Pen adore aussi fustige le « Système immigrationniste et européiste » dont Macron et Fillon seraient les incarnations. Elle consacre enfin une large part de son discours à l’immigration « sans contrôle ».

#3. Elle veut donner plus de droits aux Français qu’aux étrangers, cette formule, qui laisse entendre à tort que la situation serait actuellement inversée, est usuelle chez l’extrême droite (et la droite furibarde).

#4. Le Pen fait du Fillon quand elle dénonce la fuites des cerveaux à l’étranger et le « trop-d’Etat« . Comme Fillon, elle veut simplifier pour aider « les inventeurs ». Comme Fillon elle veut réduire les droits de succession.

#5. Marine Le Pen veut la liberté sur internet et promet d’obtenir de Facobbok et consorts le stockage « en France » des données personnelles. On frémit.

#6. Elle veut aussi supprimer Hadopi et tout dispositif de sanction du piratage au profit d’une licence globale (vaste usine à gaz administrative en perspective).

« Protéger et transmettre », voilà le slogan qu’elle martèle encore et encore.

Marine Le Pen est bien d’extrême-droite.

Qui en doutait ?

Le soir où Christine Angot a parlé pour les gens

Rien ne prédestinait Christine Angot à ce rôle. Jeudi soir sur France 2, l’auteure s’est confrontée calmement mais sûrement à François Fillon sur le plateau de l’Emission Politique.

Avec une rage froide et une maitrise assez incroyable, elle a parlé pour beaucoup. Elle a été sifflée et raillée par des invités de Fillon sur le plateau.

Pourtant, c’est Fillon qui a trébuché.

Angot a fait perdre toute hauteur, si tant est qu’il en avait encore, à Fillon.

Elle a rappelé l’incroyable séquence de révélations, ce qu’elles avaient de choquant pour le commun des citoyens.

Elle a provoqué trois dérapages de plus de François Fillon. L’ancien premier ministre a balancé qu’il avait rendu ses costumes hors de prix à son donateur. Il a dénoncé un cabinet noir à l’Elysée. Et enfin ceci.

Elle a insisté sur le risque évident: qui votera pour lui en cas de second tour face à Le Pen, à part ses fans ? Christine Angot a expliqué pourquoi je m’abstiendrai en cas de pareil choix.

Comment peut il espérer rassembler plus large que son camp quand il se révèle si cupide et menteur ? La réponse de Fillon, plus tard dans l’émission, fut grotesque: si je ne suis pas qualifié, mes électeurs voteront Le Pen, a-t-il justifié en substance.

Elle lui a posé qui nous brûle les lèvres: pourquoi ne s’est-il pas retiré alors que la morale, à défaut de la justice, le réclamait ?

 

 

 

Merci Christine Angot.