Archives pour la catégorie Chroniques de droite

Et si on parlait politique ?

Une semaine après la publication feuilletonnée des Paradise Papers, l’absence de propositions gouvernementale est assez assourdissante et sans surprise. Rappelons-le, les 96 médias qui ont dévoilé cette affaire sous couvert du Consortium international des journalistes d’investigation n’ont débusqué que la face extrême et légale de la prédation libérale, une vaste course à l’optimisation fiscale facilitée par le Grand Marché de l’Union européenne.

Nous avons déjà exposé dans ces colonnes pourquoi il semblerait naturel de déchoir de leur nationalité française ou, à tout le moins, les priver de tous leurs droits civiques les fraudeurs fiscaux. L’impôt est la première des solidarités. Mais cette fois-ci, il s’agit d’évadés, d’optimiseurs. Nos différents employeurs ont sans doute eu recours à de tels stratagèmes. Comme souvent, il n’y a que le salarié, le retraité ou le petit entrepreneur qui n’échappent pas à l’impôt plein pot.

Alors que faisons-nous ?

La France insoumise a fait 5 propositions contre l’évasion fiscale: la suppression du verrou de Bercy, l’impôt universel (déjà pratiqué aux Etats-Unis), « l’interdiction pour les établissements bancaires d’exercer dans les paradis fiscaux », « la création du délit d’incitation à la fraude fiscale et à l’évasion fiscale » et  » l’interdiction d’exercer un mandat social pour les dirigeants de société qui ont exercé dans des paradis fiscaux ».

La suppression du verrou fiscal de Bercy, c’est-à-dire le monopole de Bercy pour toute poursuite en matière de fraude fiscale, a été proposée au vote l’été dernier par la France insoumise, les communistes, les socialistes, et les LR constructifs. Mais les godillots macronistes ont voté contre.

Quelle surprise.

L’impôt universel est une proposition du candidat Mélenchon lors de la dernière présidentielle. Un horrible truc de gauchiste qui est en pratique, non pas au Vénézuela, mais aux Etats-Unis.

« Chaque année, tous les citoyens américains doivent remplir une déclaration de revenus au fisc américain, même s’ils résident à l’étranger. Ils sont imposables sur leurs revenus touchés dans le monde entier, même s’ils ont déjà payé leur impôt dans le pays où ils résident. » Source: France info.

Alors ?

Pourquoi ce silence ?

 

Publicités

Quand Jupiter rencontre un dictateur

Puisque Sarkozy expliquait que « sa » République serait irréprochable contre les dictatures, il fallu bien rappeler cette hypocrisie indécente quand il recevait en grandes pompes Assad, Khadafi ou Poutine.

Quand Hollande expliquait qu’il n’allait pas déclarer la guerre à toutes les dictatures du monde, il fallait bien défendre quand il recevait des dictateurs à l’Elysée.

Quand Macron et ses supporteurs ont accusé le Vénézuela des pires maux (ça ne mange pas de pain car avant que la France ait géopolitiquement besoin du Venezuela, il va se passer du temps, hein ?), il faut donc lui rappeler ses grandiloquentes déclarations à chaque fois qu’il reçoit en grandes pompes un dictateur. Après Poutine à Versailles, voici le président d’Egypte, un gars qui a fait torturé et condamné 550 homosexuels depuis son coup d’Etat en 2014.

Le gars dînait hier à l’Elysée. On nous a promis que Macron lui parlerait « droits des humains ».

On est rassuré.

#uberlol.

 

Nous osons à peine ce conseil à Jupiter et ses soutiens: calmez-vous. Ressaisissez-vous. Réfléchissez un peu. EZvitez de donner des leçons que votre mentor ne saura tenir.

Le président des riches, arrogant.

Il a tout fait pour évacuer cette image. Une heure et quart d’entretien encadré et fatiguant, une heure et quart ultra-classique et sans révolution.

Macron a beau lâcher quelques dizaines d’euros d’aumône publique pour le minimum vieillesse ou l’allocation handicapée. Tous les efforts « sociaux » de Macron et son sbire Castaner ne sont rien à côté de des efforts de la macronista pour les plus riches de notre pays. Accusé d’être président des riches, Jupiter a raté l’occasion de se défendre puisque la défense était impossible. Il a cherché à remplacer la théorie du ruissellement par celle d’une autre plus dangereuse encore, « la cordée« : « Je ne crois pas au ruissellement mais à la cordée ». Si le premier de cordée tombe, la cordée tombe. CERTES, mais il en va de même si le dernier de cordée tombe.

Acculé, Macron est paru agacé arrogant, méprisant, obstiné, avec une vision punitive de l’impôt.

Ce fut un heureux désastre.

Merci Macron, merci patron.

Même sur la formation professionnelle, Macron prends à la formation des salariés pour financer celles des chômeurs.

Jupiter a eu aussi cette phrase curieuse: « je suis là pour transformer pour le pays« . C’est faux. Il a été élu pour faire barrage au FN au second tour de l’élection présidentielle sur un chantage qui ne fonctionnera plus.

« Je suis président, je ne m’occupe pas du détail« , bizarrement le monarque oublie que ses conseillers sont aussi ceux du premier ministre. Jupiter a sans doute la trouille d’être exposé au premier plan. Il a besoin de fusibles, il est Jupiter. La réalité du pouvoir en France est différente. Les conseillers élyséens sont aussi les mêmes que ceux de Matignon. Sa majorité parlementaire est assujetti.

Macron a fait une mauvaise promesse: il a promis que les résultats de son action seront jugés « d’ici un an et demi, deux ans. » Nous sommes ravis.

« La plénitude des réformes conduites par le gouvernement, vous les verrez dans un an et demi, deux ans. »

Macron a récusé la réalité de ces insultes d’une curieuse manière: « Je n’ai pas cherché à humilier. Je continuerai à dire les choses. J’assume totalement ce qui a été dit« . Nous prenons acte de son mépris. Macron pense viser ses opposants politiques, il s’adresse gravement à plus large.

La personnalité de Jupiter effraie.

Sa politique aussi.

 

 

 

Cette drôle de petite musique…

Vous l’entendez sans doute comme moi, cette drôle petite musique.

Une variante consiste à expliquer que Macron et ses député(e)s ont été élu(e)s avec une telle majorité qu’il ne faut ni critiquer ni s’opposer.

Une autre consiste à railler la trop faible opposition, ou à moquer sa division. Comme si le nombre l’emportait sur la justice, comme s’il fallait suivre Macron puisque l’opposition était faible.

Oui, le combat oppositionnel est difficile.

Oui, certaines manifestations ne réussissent pas.

Oui, Macron a gagné l’élection présidentielle, y compris avec certaines de nos voix puisque nous étions traités de traîtres à la République si nous ne votions pas Macron.

Mais l’argument selon lequel la faiblesse de l’opposition devrait nous convaincre d’applaudir le jeune monarque est l’un des plus lâches qu’il m’est été donné d’entendre récemment.

Oui, l’un des plus lâches.

Un moment d’égarement, de stress peut-être. Revenons à l’essentiel: disputons-nous sur le fond de cette politique.

C’est déjà bien suffisant.

Le jour où j’ai appris que j’étais un islamo-gauchiste.

Le Figaro Magazine nous gratifie d’une couverture alléchante sur l’islamosphère.

Le « dossier » est piloté par Judith Waintraub, une éditorialiste que l’on entend souvent à la radio ou à la télévision, et qui a cette manie de tweeter après chaque attentat islamiste: « #padamalgame », sans jamais oser préciser ce qu’elle voulait bien dire par là.

D’amalgame, il en est bien question dans ce dossier: Plenel, Ramadan, Obono, Autain, etc , on y trouve de tout. L’article fleure bon le complotisme. « Ils sont partout! » Il faut faire peur et, surtout, ne jamais s’interroger sur les causes géopolitiques du terrorisme islamique. 

« L’islamosphère étend son influence dans le monde intellectuel, politique, dans les médias et les réseaux associatifs. Elle a ses rendez-vous annuels, comme les Y’a bon Awards. Sous couvert de «distinguer» les auteurs de propos racistes, cette cérémonie s’est muée en tribunal médiatico-mondain de l’ «islamophobie». Le «camp d’été anticolonial» est également très prisé, même s’il est «réservé uniquement aux personnes subissant à titre personnel le racisme d’Etat en contexte français», autrement dit, s’il est interdit aux Blancs. »

Judith Waintraub appelle même Elizabeth Badinter à la rescousse: « les islamo-gauchistes sont certes une minorité mais influente et largement relayée par les grands médias et journalistes de gauche » explique l’essayiste. Certes, on a tendance à voir partout ce que l’on déteste beaucoup, mais cela n’empêche pas d’avoir un peu de discernement: la liste même des « islamo-gauchistes » publiée par le Figaro est la simple preuve de l’inanité de cet argument: non, ces « islamo-gauchistes » n’accaparent pas les « grands médias »... ils sont même plutôt rares si on compare leurs apparitions médiatiques à celles de plumes du Fig, du Point, de l’Express, du Nouvel Obs, etc. 

Judith Waintraub ne recule devant aucun amalgame. Ainsi s’attaque-t-elle au Bondy blog en expliquant combien ce site d’info a accueilli le blogueur Medhi Meklat (ce qui est vrai), dont fut révélé plus tard qu’il tweetait sous un pseudo des propos mysogines, antisémites et racistes.  Mais la « journaliste » omet de préciser, bien au contraire, que le Bondy Blog s’est désolidarisé dudit blogueur dès que ces propos furent connus.

Judith Waintraub attaque Benoit Hamon quand il déclarait que le sexisme n’est pas l’apanage des musulmans. Le pauvre est donc amalgamé au grand complot islamiste parce qu’il a osé rappeler une évidence: non, l’islam n’est ni la première ni la dernière des religions ou des cultures à discriminer la femme. Comme Danièle Obono ou Edwy Plenel, je pense que malheureusement le sexisme n’est pas cantonné à l’islam.

Ces amalgames récurrents empêchent de voir le vrai sujet: comment épargner encore les millions de musulmans qui vivent ici et ailleurs des surenchères islamistes ? Comment faire en sorte que Daesch et les autres échouent à antagoniser nos sociétés ? Contre une situation de quasi-guerre, ne faut-il dresser quelques gardes-fous pour éviter les dérapages ?

Athée, toutes les religions m’indisposent. Et l’islam qui tue plus que les autres évidemment. Mais l’on peut s’éviter ce genre de vomi journalistique si l’on veut comprendre ce qui se passe, et en particulier les causes géopolitiques de ce bordel. La thèse défendue en creux dans ce dossier est celle qu’il vaut mieux s’aliéner la totalité des musulmans, que toute défense dune discrimination dont les musulmans est suspect de complicité avec l’islamisme. C’est bête, c’est inefficace, et c’est injuste.

 

La bande de Valls

Cela ne mérite même pas un billet.