Archives pour la catégorie Chroniques de droite

Sarkozy m’a écrit

Comme à d’autres.

Si j’écris encore sur Sarkozy, c’est aussi et surtout parce que j’ai commis la faute de m’inscrire sur ses listes d’emails. Je ne me souviens plus laquelle. J’ai utilisé mon vrai nom de blogueur anonyme, c’est-à-dire Juan, Sarkofrance. Autant vous dire que les gars en charge du fichier sont très vigilants pour laisser un pareil gus destinataire de leur spam politique.

Qu’importe.

Sarkozy m’a donc envoyé un mail de remerciement il y a 8 jours comme à quelques milliers d’autres toto@gmail.com. Du vrai ciblage.

J’ai lu avec attention, et j’ai souri. Je ne reçois aucun mail quand l’ancien monarque termine une séquence judiciaire croustillante comme la semaine dernière.

Mes chers amis,

Je veux vous remercier pour votre engagement total dans la campagne des départementales qui a conduit à la victoire historique de dimanche.

Nous allons désormais accélérer la préparation d’un projet républicain d’alternance, un projet fort, réaliste, et profondément nouveau.

Ce projet sera la condition absolue pour redresser notre pays et pour enrayer le déclin dans lequel l’ont plongé trois années du socialisme le plus archaïque d’Europe. Une nouvelle étape s’ouvre. L’espoir renait.

J’ai conscience que la route sera longue, difficile, mais ma conviction est solidement ancrée.

Je le redis ce soir : l’alternance est en marche, rien ne l’arrêtera.

Je ne peux pas m’abstenir. Ou presque

Il y a trois questions d’abstention qui se posent à nous, urgentes et démocratiques.

Il y a celle de ces élections départementales. Le scrutin se clôture se soir. Ma situation locale est simple, PS/EELV/PRG contre UMP/UDI. Le binôme FDG n’a pas été qualifié, il est arrivé quatrième après l’UMP/UDI, le PS, et le FN. Et ce binôme pour qui j’ai voté n’a rien dit pour le second tour. Pas un mot sur son blog de campagne, juste quelques remerciements pour le (bon) résultat de premier tour. C’est con. Avec une UMP qui frisotte sur le terrain idéologique du FN, on doit se mobiliser pour le second tour pour l’évincer.

Mais cette mobilisation n’est plus aussi évidente qu’avant. Même pour moi. Je suis allé voter au second tour parce que l’élection est locale. Et localement, l’UMP est agitée par les fous furieux de la Manif pour tous. Mais si le scrutin était plus national, je douterai. Quelle est différence entre un député socialiste qui votera la loi Macron et un député UMP applaudit la loi Macron ?

Aucune.

La question de voter tout court pour un candidat socialiste se pose donc. Et la réponse ne tient plus seulement dans le contexte général mais aussi, et peut-être surtout, dans les options politiques personnelles du candidat.

La question de l’abstention se pose aussi dans la perspective de la présidentielle de 2017. Le schéma qu’on nous vend est simple, terrifiant, cynique. Hollande contre Le Pen ?  Au fond, je pense que cette stratégie est vouée à l’échec. Hollande aura toutes les peines à dépasser les 20% au premier tour. Sarkozy, Juppé ou un autre mobiliseront mieux et plus fortement leur camp. Le pari hollandais est donc débile. J’ai lu le billet de blog de Bernard Langlois, ex-patron fondateur de Politis. Langlois promeut l’abstention même si Hollande se trouve face à Le Pen. C’est comme cela que j’interprète son texte. Je partage l’analyse, l’échec programmé de Hollande.  Mais pas la conclusion qu’implique son titre. Il n’y a pas d’abstention « mécanique » possible face au FN. Cela reviendrait souhaiter le pire à son pays.

On sait tous d’où on vient. On sait tous où on peut tomber. On sait tous de qui nous sommes les plus proches. L’échec, que j’espère provisoire, d’une conquête à la Siriza en France ne doit pas signifier mépris, rancoeur et rancune au point de sortir du jeu politique.

La troisième question de l’abstention est donc celle d’un hypothétique mais vraisemblable duel UMP/FN à la présidentielle de 2017. Notre régime est ainsi (mal) fait que la présidentielle est le combat ultime.

Je ne voterai pas Sarkozy contre Le Pen. Nul antisarkozysme primaire dans la démarche. Je ne saisis plus la cohérence d’un homme de droite qui est incapable de faire la différence entre la peste brune et le PS.

 

Comment le FN se construit pour 2022

Elle: « tu penses que dimanche, ça sera dur ? »

Moi: « Le PS va se retrouver avec 12 départements tel que je le vois. Une raclée. »

——–

Il s’agit encore de voter dimanche, de tenter de défier l’inéluctable, c’est-à-dire la victoire d’une droite à la ramasse de son extrême. Le Front national gagnera suffisamment d’élus pour se notabiliser à grand pas dans les départements. Ce sera un tremplin pour 2017, mais sans doute insuffisant.

En revanche pour le scrutin d’après, c’est une autre paire de manches. Le FN aura obtenu son ancrage local, acquis au fil des victoires. Rappelez-vous le parti socialiste des années 70. Une décennie pour gagner ensuite le Graal présidentiel.

« Les élections cantonales de 1976 et de 1979, ainsi que les élections municipales de 1977, sont un succès pour la gauche et surtout pour les socialistes, qui devancent nettement les communistes : en mars 1976, le PS obtient 26 % des suffrages exprimés contre 23 % au PCF, quatorze présidences de conseils généraux basculent à gauche, dont neuf pour les socialistes, trois pour les radicaux de gauche et deux pour les communistes ; un an plus tard, la gauche remporte 157 des 221 villes de plus de 30 000 habitants, dont 81 pour le parti socialiste (44 en 1971) ; en 1979, la gauche enregistre un gain net de deux conseils généraux. » (source: Wikipedia)

Le Front national est sur la même trajectoire que le PS d’il y a quarante  ans. 2002-2022, vingt ans pour amener le pays vers l’autoritarisme le plus crétin et le plus brutal ? A nous de le faire dévier de sa route, ou de partir.

 

 

Sarkozy et le porc

Cela méritait une brève, très brève.

Nicolas Sarkozy s’est exercé à remettre l’islam de France au menu de l’actualité télévisée, mardi soir sur TF1.

« Dans les cantines d’écoles publiques, je suis opposé à ce qu’on appelle les repas de substitution où, en fonction de l’origine des enfants, de la religion des parents, on choisit des repas différents. »

Comme indiqué précédemment dans ces colonnes, il nous semble que l’instrumentalisation récurrente de l’islam à des fins de basse politique est l’un des mauvais travers de la période. Primo, l’islam s’invite suffisamment tout seul dans l’actualité à cause des fous qui s’en réclament en détruisant des trésors culturels au Moyen Orient ou en décapitant à tour de bras otages occidentaux et civils désobéissants. On doit déjà répéter combien ces fous abiment la religion qu’ils prétendent incarner.

Secundo,  la présence de repas sans porc ou pas dans les cantines scolaires est un non-sujet, sans rapport avec le port du voile dans les lieux publics (qui choque votre serviteur).

Tertio, on sait très bien qui sera pénalisé par de telles décisions: les enfants de parents musulmans et modestes qui n’auront pas les moyens de nourrir à domicile leur progéniture chaque midi. Une école doit accueillir tout le monde, et manger sans porc ne dérange pas grand monde. Sarkozy a mis le port du voile dans le même sac de son argumentation hier soir. Le port du voile est autrement plus dérangeant en ce qu’il signifie sur l’égalité femmes/hommes. Point.

Bref, on comprend que cette droite-là, sarkozyste, suit les mêmes outrances  qu’avant.

 

Quelques trolls frontistes, donc haineux

il n’a pas aimé que je censure ses commentaires. Je répète pourtant à longueur d’années que mon blog est … mon blog. C’est-à-dire chez moi. Quand je trouve que quelqu’un y dépose quelque commentaire salissant (car il s’agit bien de cela), je nettoie, je censure, j’éjecte. Parfois a posteriori.

Comme souvent quand je tombe sur un gratiné, je publie certains de ses commentaires pour partager mon effarement.

Heureusement que nous avons dans ce pays, des citoyens FN républicains clairvoyants, capables de décortiquer le discours « Ripoliné » de la mafia gauchiste haineuse anti FN Les discours de la base sont toujours les mêmes ; vous avez beau exclure les plus visibles, vous etes toujours entourés des sales types fachistes d extreme gauche haineux violents casseurs anti républicains , vous etes des ordures fachistes de gauche sur Sarkozy pas content.
à 12:27
apres approbation hahahahaha c est a dire » » jamais » »! hahahahaa sur Sarkozy pas content.
le 04/03/15
Hahahahaha enfin çà y est le procureur juan a effacé les messages inconvenants suite aux ordres du Kommintern sur Sarkozy pas content.
le 04/03/15
Juan au secours charles henry deveau a encore fait ses bouses ! hahahhaaaaa ben alors tu dors ?? sur 408ème semaine politique: comment Marine Le Pen nous affronte
le 04/03/15

Allez… pour la route…

Quand Marine Le Pen sera élue

Je pense à ce mélange du Russe Poutine et du Hongrois Orban.

Le premier manipule sa démocratie naissante – à peine 22 ans depuis que l’URSS a disparu. Le second aussi.

Dans le pays du premier, les opposants sont assassinés dans la rue. Ou envoyé dans l’une de ses prisons qui ressemblent un peu trop aux anciens Goulags.

Le commentaire de l’Humanité sur l’exécution de l’opposant Boris Nemtsov  est laconique: « Quelque 70 000 personnes ont rendu hommage, à Moscou, à l’opposant assassiné vendredi. Il semble avoir été victime d’un climat ultranationaliste qui s’est répandu dans le pays à la faveur de la politique de Poutine.  » Poutine s’en lave les mains.

En Hongrie, Viktor Orban a muselé la démocratie et ne cache plus son admiration pour le maître du Kremlin: « Tandis que l’Europe regarde ailleurs, l’opposition est laminée, les firmes étrangères sont rackettées et la corruption bat son plein. Seuls ses amis pourraient inquiéter le maître de la Hongrie. »

Les candidats du FN ont cette haine vissée au coin de chaque tweet que l’on ne peut que s’interroger sur la suite, l’après-victoire ? Marine Le Pen écoutera-t-elle la haine de ses militants et ses élus ?

Fera-t-elle le ménage comme ces derniers l’attendent, à coup de trains spéciaux et de police de la pensée ?

Ou les trahira-t-elle ?

On nous promet des 21 avril en cascade. Il faudrait voter pour éviter l’accès au pouvoir la blonde frontiste.

Pourquoi une gauche ne comprend-t-elle pas l’abstention ?

lepen

Pourquoi une autre gauche veut-elle l’abstention ?