Archives pour la catégorie Chroniques de gauche

Mediapart a-t-il peur de l’ultragauche ?

 

Mediapart s’est mis à son tour à faire peur sur « l’ultra-gauche ». Le terme ultra, que j’utilise aussi en retour pour désigner certains macronistes qui se croient centristes, est commode.

Il fait peur.

Mediapart a publié ces jours derniers un article sur « Ces revenants du Rojava qui inquiètent les services de renseignement ».  Quelques poignées d’antifascistes sont allés lutter avec les Kurdes contre le régime Assad et contre Daech.

« Les services de renseignement surveillent des militants d’ultragauche ayant combattu au côté des Kurdes en Syrie. Certains d’entre eux voudraient passer à l’acte en France. Les services ont la conviction que l’homme ayant tiré sur un hélicoptère de la gendarmerie lors de l’évacuation de Notre-Dame-des-Landes était un vétéran du Rojava. »

Ah l’ultra-gauche… heureux concept. Il est habituellement utilisé par les gouvernements de droite –  Sarkozy, Macron – et leurs ministres de l’intérieur – Alliot-Marie, Castaner.

Pourquoi Mediapart s’abîme-t-il dans ces mêmes caricatures ?

L’article, bien écrit, relate l’histoire de jeunes femmes et hommes qui sont appris le maniement des armes, au front contre les islamistes et les brutes du régime Assad, ne méritent-ils pas une médaille plutôt que le qualificatif de quelques conservateurs effrayés ?

Mediapart relaye les propos des services de renseignement français.

Hallucinant.

 

 

 

(photo d’André Malraux, quand il était allé combattre en Espagne en 1936).

Publicités

Gouverner contre 90% de la population.

« La grande masse des Français est exclue du champ politique. »

Ce constat de Raquel Garrido, je le fais bien volontiers mien. Je l’ai détaillé dans un billet post-élection européenne.

Quelques esprits faibles se satisfont des scores en pourcentage « élevés » de leurs champions – les xénophobes furibards de l’extrême droite d’un côté, les libéraux-xénophobes souriants de la Macronie de l’autre. Mais avec 20% des adultes qui ont porté leurs suffrages sur ces deux listes arrivées en tête, on peut a minima rester humbles et inquiets. Que dire de Jadot qui pense déjà à une recomposition du haut de ses 6% des inscrits ? Rien.

L’avantage des autres partis et mouvements, c’est qu’ils ont au moins conscience de leur défaite.

Oui, comme le dit Raquel Garrido, « la grande masse des Français est exclu du champ politique. »

Et donc, que fait-on ?

Je ne suivrai pas Raquel ni Clémentine Autain dans une éventuelle dispute à propos d’une union de la gauche.

Je m’en fiche.

On doit ratisser large… mais avec quelques lignes jaunes:

  1. Une opposition irréconciliable à Macron et toutes celles/ceux qui incarnent ou supportent la présidence des riches.
  2. Une opposition au Rassemblement national et toute forme politique d’extrême droite.
  3. Un soutien à l’abolition de cette monarchie a-démocratique.

Ceci étant posé, il faut ensuite discuter programme, positionnement politique, ouverture vers les apolitiques et mains tendues.

Il s’agit de convaincre ces 70 à 80% qui n’ont ni voté pour l’extrême droite ni pour la droite (LREM, UDI, LR, etc).

La tâche est immense.

 

Les insoumis, souverainistes… européens

C’est un grand jeu, chez les castors, que d’amalgamer France insoumise et Rassemblement national, surtout quand on parle d’Europe. Or justement sur l’Europe, il suffirait de lire les propositions. Et pas besoin de chercher bien loin, c’est en première page du programme, écrit en gros, puis détaillé plus bas.

LFI

Oh bien sûr, LFI propose … de « proposer la sortie des traités européens actuels en cohérence avec notre stratégie plan A / plan B : nos députés européens demanderont que soit engagée la procédure de révision des traités prévue par l’article 48 du traité sur l’Union européenne pour aboutir à un nouveau traité fondateur« . Qui n’a pas envie d’un nouveau traité ? Quel est le rapport entre cette proposition et le Brexit (comme nous l’entendons parfois) ?

L’UE est aujourd’hui gouverné par la Commission européenne (non élue) et le Conseil des chefs de gouvernement. On explique souvent que ce dernier est une preuve démocratique puis l’UE ne comprend que de démocratie dont ces présidents ou premiers ministres sont les représentants. Bel abus de concept ! Quand un chef de gouvernement fait passer une loi dans son propre pays, au sein de l’UE, il la fait voter par son parlement. C’est un minimum qui fait râler quand il n’est pas respecté, et qui pourtant n’existe même pas au niveau européen où le Parlement n’a qu’un rôle soit consultatif soit de véto (depuis le traité de Lisbonne).  Ce minimum ne vaut pas pour tous les sujets: la politique de concurrence (sacré sujet, non ?) échappe à tout contrôle ou vote du Parlement européen, sauf avis consultatif.

La France insoumise propose que le Parlement ait l’initiative des lois européennes, rien que ça: oui, c’est du souverainisme… européen.

Finissons par une remarque: les macronistes, en tête dans les sondages, n’ont même pas dévoilé leur programme à 6 semaines du scrutin.

Allez les castors, bisous et bonne lecture.

Les Gilets Jaunes ont ouvert le champs médiatique

Les Gilets Jaunes ont ouvert le champs médiatique.

Ils ont bousculé les médias dominants.

Ces derniers ont vite réalisé avec effroi le mépris puis parfois la haine que leur traitement partiel et partial de l’actualité suscite, alors que leur domination repose d’abord sur des soutiens financiers puissants et l’octroi de canaux de diffusion historiquement privilégiés. Cette haine a pris des formes inacceptables, quand quelques journalistes de terrain ont été frappés par des manifestants. Des reporters ont été également pris pour cible par les forces de l’ordre.

Mais les Gilets Jaunes ont ouvert la porte à d’autres médias. Des milliers d’amateurs ont filmé et diffusé ce qu’ils vivaient en direct sur Twitter, Facebook ou YouTube. L’antenne française de RT, la télévision d’Etat russe, s’est aussi régalé à donner la parole aux seuls qui acceptaient de venir. On préfère les traitements de Brut et du Media TV aux insupportables commentaires « off » et suffisants de l’éditocratie réunie au chaud sur les plateaux des médias officiels. Le Media TV, si raillé par la presse officielle depuis sa création, n’a jamais quitté le terrain, offrant ses antennes et ses colonnes aux Gilets Jaunes.

Il a offert le contrepoint nécessaire. Dimanche 20 janvier, le Media est encore sur le terrain aux côtés des Gilets Jaunes qui investissent le Champs de Mars, au pied de la Tour Eiffel.

LREM=LR=RN=FI

A force de caricatures, on en arrive à des bêtises.

LR m’a écrit, comme chaque semaine depuis que je me suis inscrit à leur newsletter, pour s’indigner de « l’immigration de masse ». C’est drôle car Macron a fait voter ce qu’Eric Besson recommandait quand il était ministre de l’identité nationale de Sarko il y a 10 ans.

lrfn

 

LR s’aligne sur les éructations xénophobes du Rassemblement National de Marine Le Pen. Ce qui est cocasse, c’est que la Macronista accuse régulièrement FI et RN de collusion politique.

Donc il faut récapituler, sinon on s’y perd.

LREM valide la politique migratoire sarkozyste, que LR devrait soutenir. Mais LR reprend les slogans du RN, lequel est accusé par les macronistes d’être comme les insoumis.

LREM=LR=RN=FI ??

 

Que c’est drôle…

 

Si l’on cherche des clivages qui « recomposent« , l’immigration et l’asile en sont justement un qui placent LREM, RN et LR dans un mouchoir de poche idéologique, et les insoumis bien loin de cette merde.

Mélenchon, première interview de l’année