Archives pour la catégorie Chroniques de gauche

Desperate Socialists

Telle une épidémie, les règlements de compte enflent un pue plus chaque jour. Septembre est là. Les livres aussi. Le PS a choisi de se flinguer en librairie. Les « universités d’été » aidant, chacun y va de son bon mot.

Le ridicule Rocard y va : « le PS n’est plus en état de gouverner. » Toi non plus, et depuis quelque temps déjà ; pas une idée, des mots creux, des concepts gracquesques.

Le Hollandais Faouzi Lamdaoui, secrétaire national du PS considère que Ségo s’est « isolée du parti« . Mais au moins, il espère un renouvellement de génération « à l’image de la France. »

La femme debout reconnaît que Sarkozy s’agite beaucoup, sans avoir fait une seule réforme douloureuse. Elle reste fidèle à l’idée d’une vaste coalition d’opposition. « Sur la responsabilité et la morale politiques, la dépense publique, il y a plein de questions sur lesquelles on peut se retrouver avec les centristes mais en évitant que ce soient des alliances à la carte qui risqueraient d’émietter le parti socialiste, ce qui serait regrettable. Avec le Modem qui a refusé toute proposition, les choses peuvent évoluer« .

Martine Aubry se fend d’une tribune offensive contre Sarko dans le Monde du 25 août : « Ouverture dans le style, la communication et les symboles. Fermeture dans les faits, quand la démocratie est fragilisée par une personnalisation excessive du pouvoir au détriment de la transparence (…), fermeture quand les valeurs de la République sont oubliées par la partialité et l’injustice des décisions« .

Fabius est encore en vacances (tant mieux). DSK fait sa campagne pour le FMI (a-t-il réfléchi à l’impact d’avoir un socialiste à la tête d’une institution monétaire aussi contestée par la gauche ?).

Marie-Noëlle Lienemann explique que « Ségolène Royal a eu faux sur toute la ligne. » (t’as toujours raison ?)

Triste PS.

Publicités

Dany le Vert

J’ai retrouvé l’intervention de Daniel Cohn Bendit appelant à la refondation de l’écologie politique : rien n’est possible avec les Verts; rien n’est possible sans eux.

j’ai rencontré Ségolène

C’était un dîner. Nous étions 7. Ma femme était là. Ségolène Royal était avec son fils Thomas. Quelques jours avant le 1er tour des législatives. Je voulais voir. Mon boulot m’a ouvert une porte. Séduit. Ouverte mais rancunière. Comme moi. Elle n’oubliera pas. Nous avons pris une photo.

Evidemment je ne m’appelais pas Juan ce jour-là.

sego.jpg

 

dagrouik est passé à la LCR

Il est possible que je ne maîtrise pas suffisamment la politique interne au Parti Socialiste. Intox2007 est l’un de mes sites préférés (avec CSP), pour la verve qui s’assume. Ca bouge et ça fait du bien.

Mais quand Valls déclare qu’il « y a des sujets consensuels » avec le gouvernement… Là, ça dérape… Dagrouik ne supporte plus. « Le gout de la trique? » écrit il. Je le comprends. Moi aussi, j’étais troublé. Puis je me suis dit : j’attends d’avoir 42 ou 47 ans avant de voir un changement politique (NDR : j’en ai 37) ?

Pauvre Ségolène

On se croirait dans une corrida.

Le coup est porté de l’intérieur. « Gauche, année zéro. Une opposition sans tête, sans projet, et, pour l’heure, sans relève apparente » Merci Libé. Ton positionnement marketing d’opposant est assuré.

L’écart se creuserait avec DSK devenu le chouchou des Français. Ce cher Libé a l’honnêteté de reconnaitre que « l’ancien ministre de l’Economie n’enregistre un total flatteur que grâce aux électeurs de… droite. » On est rassuré.

Le sondage

Heureusement, il y a Aurélie et Manuel.

Valls se lâche

Valls occupe le terrain

J’avais lu une anecdote dans le Nouvel Obs cet été : sarkozy l’aurait reçu à l’Elysée peu de temps avant la constitution du second gouvernement Fillon. « rejoins moi ! Sinon, tu vas en avoir pour 10 ans d’opposition. » aurait dit en substance le Président. « Dans 10 ans, j’aurais ton âge » aurait répondu Manuel Valls.

Manuel Valls est une jeune pousse ambitieuse. Il veut (et le répète à l’envi) être le Sarko de gauche. Pourquoi pas ? Ségolène a malheureusement pour lui l’avantage de l’expérience, de la féminité et d’une franchise. Simple avis.