Archives pour la catégorie Chroniques personnelles

Chanson du dimanche : l’amour

Publicités

Cette drôle de campagne européenne

Il y a 34 listes en France, ça donne le tournis. Ces derniers jours, les panneaux électoraux ont été installés le long des futurs bureaux de vote.

Bizarrement, les odieux propagandistes du mythe du « Grand Remplacement » ont eu le droit à leur liste, incarné par Renaud Camus.

Sans surprise, LREM refait son chantage au FN malgré ses prises de positions factuellement xénophobes à l’encontre des migrants.

Bizarrement, la droite tient sa place autour de Bellamy, le jeune bourgeois ultra-conservateur auquel même Estrosi a fini par se rallier.

Sans surprise, à gauche, chacun y va de ses petites piques contre ses plus proches voisins. A ce petit jeu là, les candidats insoumis sont plus économes ou avares en vacheries. Manon Aubry suit son chemin, merci à elle.

Bizarrement, l’UDI fait chambre à part (qui ça ?).

Sans surprise, les médias ont peu parlé d’Europe; LREM a peu parlé d’Europe et caché son programme. le RN a braillé contre l’Europe mais caché son effroyable et inefficace bilan.

Bizarrement, EELV fait des clins d’oeil à l’électorat macroniste (« écologie pragmatique », « rapprochement des régimes des fonctionnaires et du privé ») et les macronistes font des clins d’oeil appuyés aux sympathisants écolos en verdissant leur discours. Et Le PS moribonds veut chiper la place de EELV, mais ses alliés européens voudraient adhérer au même groupe que les macronistes (vous avez compris ?).

Sans surprise, la campagne insoumise a été calme, argumentée avec un programme plus détaillée et dévoilée plus tôt que les autres principaux partis. Mais parlez de programme en pleine campagne… qui donc s’en soucie ?

 

Macron et la biodiversité

 

Pour celle set ceux qui ont raté cette très bonne émission de France inter, il est encore temps.

LE BRUIT QUI COURT revenait sur la dernière hypocrisie au sommet, révélée par Mediapart. Le Conseil National de la protection de la Nature, créé en 1946 pour rendre un avis consultatif sur tout aménagement risquant de détruire de la biodiversité, s’est vu notifier une réduction de ses moyens.

« En amour comme en sauvegarde de la biodiversité, il faut des preuves. Pourtant, malgré les beaux discours d’Emmanuel Macron sur la « première prise de conscience massive à ce niveau de notre situation en matière de biodiversité », le gouvernement n’a attendu que quelques heures pour annoncer un nouveau projet de décret contre le Conseil national de la protection de la nature (CNPN). 

Le Conseil national de protection de la nature (CNPN), créé post deuxième Guerre Mondiale, est l’une des plus anciennes et plus vénérables institutions de protection de la nature en France, et le gouvernement est en train de la priver de sa capacité à protéger les espèces naturelles menacées. (…) Un projet de décret vise à simplifier la procédure d’autorisation environnementale et donc contourner l’avis du CNPN — accusé de trop souvent souvent s’opposer aux grands projets d’aménagements du territoire, sur des prétextes justement de sauvegarde de l’environnement et de la biodiversité. Il prévoit donc le transfert des compétences du CNPN aux instances régionales du patrimoine naturel qui seraient bien plus enclines à se soumettre « aux pressions des responsables politiques et économiques locaux » selon Médiapart. . »

Écoutez l’émission, puis ensuite réécoutez ceci.

 

N’êtes vous pas énervé par ces mensonges ? Ces bêtises outrancières ?

N’êtes vous pas énervé?

 

 

Chanson du dimanche: Big Poppa

Le sabotage européen de Macron

« Et toi, tu voteras ? »

« Ben oui »

« Tu voteras pour qui ? »

« A ton avis… »

Voici comment Emmanuel Macron a sabordé l’élection européenne.

#1. LREM a caché son programme jusqu’au 8 mai 2019, soit moins de 3 semaines avant le scrutin.

#2. La tête de liste LREM a choisi de débattre avec le représentant du Front National et seulement lui. Elle a refusé tous les autres candidats, histoire de (mal) rejouer le chantage républicain qui avait tant réussi à son vieux jeune monarque.

#3. Emmanuel Macron a abusé des médias grâce à son « Grand débat » pour la promotion de ses idées, sans jamais de son programme européen d’ailleurs.

#4. La Macronie s’est contenté de caricaturer le débat européen autour d’une fausse opposition Nationalistes/Progressistes sans jamais oser entrer dans le détail des programmes des uns et des autres.

Bref.

C’est rageant.

 

La France insoumise défend l’Europe, la revalorisation du Parlement (avec un vrai pouvoir de contrôle et de décision), l’affaiblissement de la Commission – organe technocratique, la place de l’écologie et du social au cœur des politiques, et une attitude humaniste à l’égard des migrants.

Elle a un programme qui est en ligne depuis des mois, gratuitement.

Elle siègera avec Podemos, tandis que les macronistes s’abimeront les espagnols de Ciudadanos qui, en Espagne, ont décidé de s’allier aux nostalgiques de Franco.

Caricatural ?

Non, factuel.

190509_TRACT_APPEL-AU-VOTE_v8_site_Page_1-360x360

Macron et l’Algérie

Saïd Bouteflika a été arrêté ces jours derniers. C’est sans doute l’une des conséquences de la sortie de son frère de la présidence algérienne. La nouvelle a son importance.

Par l’intermédiaire d’Alexandre Benalla, en 2015, Emmanuel Macron s’est rapproché de différents dirigeants et patrons algériens, dont Ali Haddad,  Farid Belkacemi et Saïd Bouteflika, ou des patrons opposants tels Issab Rebrab. Certains font aujourd’hui l’objet de purges, mais la question qui nous intéressent ici n’est pas là.

C’est dans ces moments troubles que sont révélés parfois d’autres secrets. On l’a vu avec la chute de Kadhafi, qui a permis d’accélérer une cascade de révélation sur le supposé financement occulte de la campagne de Sarkozy en 2007.

En 2016, Macron manquait d’argent. Avant d’obtenir ses 800 donations pour couvrir 8 millions de frais de campagne, il était à découvert. Le journaliste Marc Endeweld n’apporte pas la preuve d’un financement illégal en Algérie ou ailleurs en Afrique. Mais il note l’ampleur des relations tissées sur place.

Donc on va suivre tout ça.