Archives pour la catégorie Chroniques précaires

Le problème Fillon

Imaginez qu’il soit votre candidat naturel.

Il a embauché sa femme avec de l’argent public pour un salaire de cadre sup.

Il a embauché ses deux enfants étudiants , mais la fille moins  cher que le garçon, avec de l’argent public pour un salaire de cadre sup également.

Il s’est fait offrir pour 33 SMICs de costumes taillés sur mesure.

Il a facturé des prestations de conseil à des labos avant de suggérer de privatiser la Sécu.

Il a bénéficié d’un prêt de 32 fois le SMIC, sans intérêt, par l’employeur de sa femme.

Sa femme est soupçonné d’emploi fictif à deux reprises.

Il a utilisé le jet de la République pour se rendre à la maison, à deux heures de train de Paris.

 

 

Trump, dangereux

Donald Trump n’est pas seulement drôle. Il est dangereux. Ce vendredi 24 février, le président des Etats-Unis a décidé d’interdire la présence de cinq médias dans les press briefings de la Maison Blanche. Croyez-vous qu’il s’agisse de journaux gauchistes ou crypto-communistes ? Rien de tel.

Reporters from the New York Times, Los Angeles Times, CNN and Politico were all refused access to an off-camera press briefing by Sean Spicer, President Donald Trump’s press secretary. (Lire la suite)

Il y a quelques jours, Donald Trump avait commencé sa conférence de presse par un long laïus incroyable contre « les médias« , « les journalistes« , ces « êtres humains les plus malhonnêtes de la planète » dixit Trump.

Une charge assez inédite.

Cette fois-ci, Trump exclut quelques médias de ses briefings officiels (ou de ceux de ses collaborateurs). Certains journalistes ont trouvé la parade, une parade simple qui s’appelle la solidarité: reprendre la question, ou l’enquête, d’un(e) confrère/consoeur censuré(e) par la Maison Blanche, au-delà de la compétition.

Grâce à Obama, il nous faut déclarer nos comptes sociaux (Facebook, Twitter, etc) quand on demande un « ESTA« , ce visa à 14$ valable deux ans pour entrer aux Etats-Unis.

On ne te dit pas merci, Barack, d’avoir joué, comme d’autres ailleurs dans les démocraties occidentales, l’idiot utile des racailles qui te succèdent.

Trump, cet homme est dangereux.

 

L’exaspération

La religion.
Je n’ai jamais voulu agresser mes copines et copains croyants, peu importe leur croyance. Mais finalement, la nausée est venue à cause de l’islam radical. Ce dimanche, quelques fondamentalistes cathos sont allés faire leur prière de rue.
Cet été déjà, une autre avait dégénéré quand l’un des fidèles s’était soudainement levé pour frapper violemment un passant qui l’avait sans doute provoqué.

 

Autre lieu, autre nausée. Bruno Le Maire, anciennement candidat de droite républicain et digne, fait hué le nom de Najat Vallaud-Belkacem sous l’accusation fallacieuse que la dite ministre voudrait proposer l’apprentissage de l’arabe dès la 6ème: « Il faut dire à Najat Vallaud-Belkacem qui veut faire apprendre l’arabe en classe de CP, qu’en France en CP on enseigne le français« , a-t-il déclaré.

C’est faux.

L’attitude Le Maire est indigne.

« Non il n’y a pas d’arabe obligatoirement enseigné à l’école en CP à partir de cette rentrée 2016. (…) Ça fait partie des nombreux fantasmes qui fort heureusement s’évanouissent à la rentrée scolaire quand les enfants rentrent en classe et que les parents voient ce qu’on y fait. » Najat Vallaud Belkacem.

Sarkozy, lundi, enfin inculpé dans l’affaire, avérée, de cette gigantesque fraude aux dépenses électorales en 2012. Son avocat dénonce un complot politique. Depuis quand un candidat à la présidentielle choisit-il de ruiner la réputation de la Justice ? Avez-vous entendu le camp socialiste faire de même avec Cahuzac ? Non.

La nausée, encore.

La nausée est la réaction politique la plus évidente, la plus rapide, la plus dangereuse.

Burkini, j’hésite

« Sur cette histoire de Burkini, j’hésite entre vouloir emmerder les islamistes en leur refusant une bonne occasion de se plaindre. Et vouloir emmerder les islamistes en les empêchant d’exhiber leurs tares sur la plage. »

Le symbole Amada Traoré

Au début,  cela ressemble à une bavure. Des policiers arrêtent un « jeune-noir-de-banlieue-qui-décède-au-commissariat« . On coche toutes les cases du cliché sinistre, du drame qui soulève l’indignation légitime des uns et les railleries racistes des autres.

La couverture de ce drame a été disons … aléatoire. Il a fallu de la mobilisation des proches et des amis pour que le sujet devienne un fait national. Il faut dire que ce drame est arrivé quatre jours après l’attentat de Nice, le 19 juillet.

Depuis la mort d’Adama, on a compris que le jeune homme a été arrêté alors que c’était son frère qui était recherché. On n’a toujours pas d’explication officielle sur les causes de son décès. Des manifestations ont eu lieu. Une manifestation a été empêchée.

Dimanche dernier, c’est un article du New York Times qui fait sensation. Son auteur reproche aux autorités françaises de mépriser la vie de la victime, de ne pas donner de moyens à l’enquête, bref, d’une négligence coupable.

1. Qualifions sa mort de meurtre d’homicide puisque tout porte à croire qu’il est mort à cause de l’intervention policière. Même involontaire, un meurtre homicide reste un meurtre homicide . Il yb a eu une première autopsie qui évoquait une possible asphyxie. puis une seconde. Mais il faut attendre. Attendre les résultats des analyses. C’est pour fin août, pas demain, ni après-demain. Fin août.

2. Je n’ai pas consacré une seule ligne de commentaires à ce sujet depuis qu’il est arrivé. je ne crois pas que le meurtre d’Adama Traoré soit le résultat d’un racisme délibéré des forces de l’ordre. Vous souvenez-vous de cette séquence, une parmi d’autres ?

 

3. Les commentaires que je lis ici ou là sur les réseaux sociaux émanant de la fachosphère sont sans surprise. Amada Traoré était noir, et cela suffit à le qualifier pour subir toutes les outrances racistes nécessaires de la part de cette racaille.

4. Le gouvernement est-il simplement maladroit, nul ou complice ? Les soutiens d’Amada Traoré  ne réclament que la vérité. Reconnaître une bavure aurait été plus simple, simplement honnête. Au lieu de quoi, l’affaire s’est cristallisée , pour le pire.

« Justice pour Adama, sans justice vous n’aurez pas la paix » (source)

 

 

 

 

 

Mensonges sur les « crimes de réfugiés »

Il suffit d’une succession de 4 attentats en Allemagne, sans rapport les uns avec les autres, pour que la fachosphère  (relayée par nombre et nombre d’inquiets survoltés) s’autorise à raconter n’importe quoi à propos des crimes commis par des migrants, réfugiés et autres immigrés.

Si la France n’a reçu que quelques centaines de réfugiés de la crise irako-syrienne, l’Allemagne en a accueilli plus d’un million l’an passé, une augmentation de +440% par rapport à l’année précédente.

Il n’en faut pas plus pour que la fachosphère se répande sur le Net à la moindre occasion pour brailler que ces réfugiés en masse engendrent une augmentation des crimes et délits en masse, que nombre d’entre eux ne sont que des jihadistes dissimulés, sans parler du « Grand Remplacement » dont ils menacent la survie de cette cohorte de suprémacistes blancs à la grammaire aléatoire.

Reprenons.

  • Il y a 10 jours, un jeune réfugié syrien se réclamant de Daech a gravement blessé 4 personnes dans un train en Bavière.
  • Vendredi, un germano-iranien de 18 ans a tué 9 personnes. Manque de « chance » pour nos fachos, le jeune homme n’était pas réfugié, mais plutôt dépressif, « amok » et son acte n’a aucun rapport avec Daech. Nos fachos crient bien sûr au complot.
  • Samedi, un jeune réfugié syrien tue à la machette une jeune femme. C’était en fait un drame passionnel. Le crime n’a attiré une telle couverture médiatique qu’en raison de l’identité de l’auteur.
  • Dimanche, un autre réfugié syrien, dont on avait refusé la demande d’asile, se fait sauter devant un festival de musique dans la ville d’Anspach. Celui-là se réclame aussi de Daesh.

 

Je vous laisse imaginer les messages que l’on peut lire sur les réseaux sociaux émanant de d’une poignée de la fachosphère et autres partisans de la « remigration« .

 

Il faut encore rappeler quelques statistiques pour sortir des fantasmes.

  1. L’Allemagne enregistre entre 6,8  millions de crimes et délits par an (chiffres 2014).
  2. La proportion de crimes et délits attribués à des réfugiés est de 1,7%.
  3. En 2015, les crimes et délits attribués à des réfugiés ont atteint 208 000, en hausse de 79%. Le nombre de réfugiés a lui augmenté de 440%.
  4. Si le nombre de crimes et délits commis en Allemagne était stable en 2015 (les chiffres ne sont pas connus), la proportion attribuable aux réfugiés serait donc de … 3%.
  5. Parmi ces 208 000 actes de délinquance, « les cas de violences graves, délinquance à caractère sexuel et de crimes ou tentatives de crime« , rappelait le Monde en février dernier, sont rares: 1 688 actes de délinquance à caractère sexuel (dont 458 cas de viol ou d’agression sexuelle), 28 meurtres (dont 27 migrants tués), et 222 tentatives de crimes.
  6. Les 28 meurtres sont à comparer aux 2200 meurtres commis en Allemagne par an (chiffres 2014).
  7. Les 2000 actes violents commis par des réfugiés sont à comparer aux 184 000 actes violents commis en Allemagne au global.

 

Un crime est crime. Mais un fantasme reste un fantasme.