Archives pour la catégorie Chroniques précaires

Toi aussi, envoie des SMS à Macron.

Jupiter n’est pas si éloigné du peuple. La preuve, il envoie régulièrement des SMS à … des journalistes. C’est l’une des nouvelles parades estivales de l’agence de com’ de l’Elysée pour convaincre le tout venant que Macron n’est pas enfermé dans sa bulle. L’autre « preuve » est encore plus cocasse, ce sont ces clichés et autres selfies rapidement tweetés de Macron dans des instants « intimes » avec des joueurs de l’OM.

« Ainsi donc, Emmanuel Macron continue à contacter des journalistes par SMS, dans l’ombre de la diète médiatique qu’il observe depuis son élection. Le plus frappant n’est pourtant pas qu’il leur parle, mais ce qu’il leur dit. « Comment tu vois les choses ?« , demande-t-il régulièrement à des journalistes économiques, rapporte Le Parisien. Le Président serait-il intoxiqué à l’avis des journalistes ? Non, bien sûr. « Il les ambiance pour les influencer, et
maintenir un lien avec eux, au cas où… »
, décrypte un ami pour Le Parisien. Technique vieille comme la séduction, consistant à donner de l’importance à son interlocuteur. » (source: Marianne).

Macron a aussi fait publié une charte de fonctionnement sur sa première dame, quelques jours après que celle-ci ait confié à ELLE le sens de sa fonction et ses convictions: « Madame Brigitte Macron sera également chargée de maintenir un lien continu d’écoute et de relations avec les acteurs de la société civile dans les domaines du handicap, de l’éducation, de la santé, de la culture, de la protection de l’enfance ou encore de l’égalité homme femme », explique l’Elysée.

Ce vomissement people fait à peine sourire. Dans quelques jours, les salariés sauront enfin à quelle sauce ils seront mangé par la nouvelle loi Travail.

La version finale de la loi n’est dévoilée que le 31 août, même aux syndicats: « Contrairement à ce qu’avaient initialement compris certains partenaires sociaux, les ordonnances ne leur seront pas présentées dans leur totalité ».

La belle arnarque !

Quelques points auraient déjà été décidés par Jupiter et l’ex-DRH de Danone désormais ministre du travail:

Pour le reste, attendez dans 10 jours, au pied du mur.

 

Jupiter échange-t-il aussi avec des responsables syndicaux par SMS ?

 

Publicités

#JeSuisBarcelone

Ada1

Les attentats se succèdent et l’indignation ne suit plus.

Passées l’émotion d’un attentat qui ressemble trop à celui de Nice dans une région où des proches et des relations vivent, et la tristesse pour les victimes, ce sont la rage et la colère qui demeurent.

Comme à Nice, un terroriste s’est engouffré dans une artère piétonne avec son véhicule pour faucher le plus de victimes possible. A la différence de Nice, l’opération semble plus collective puisqu’une intervention policière à 130 kilomètres de là semble avoir déjoué un second attentat et/ou éliminé une partie du commando. Qu’importe, l’enquête dira le reste.

La rage plutôt que la peur.

La rage contre Daech, contre cette entreprise terroriste islamique  hors d’âge. Qu’il y-a-t-il de plus à dire sur l’Etat islamique ? Les mêmes barbares ont décimé en Egypte, à Manchester, à Nice, à Médine. Daech peut frapper partout. Daech frappera partout. Il faut conserver sa rage, pour mieux évacuer la peur.

Il reste aussi la colère, la colère contre certaines réactions. J’y reviendrai dans ma chronique hebdomadaire. Mais l’instrumentalisation ultra-rapide (cf. le réveil de Marine Le Pen, les cris d’orfraie des Fillonistes sur le thème « Fillon-vous-l’avait-dit », etc) a quelque chose d’indécent.  Le risque zéro n’existe pas.

Daech peut frapper partout.

Je regrette justement que des médias insistent sur les réactions de panique – légitimes – des civils présents sur les lieux ou à proximité du drame.  Ce fut voyeuriste  et, surtout, cela donnait comme un sentiment de victoire à Daech.

Car la seule victoire de Daech est dans la peur qu’il suscite et la haine qu’il génère au-delà de ses propres troupes.

La manifestation monstre qui se déroule en ce moment dans les rues de Barcelone fait plaisir à voir.

Charlottesville, ceux qui minimisent.

Nombreux ont été ceux qui ont minimisé les évènements de Charlottesville (Virginie) du week-end dernier. Cette liste n’est pas exhaustive, ni de ma rage ni notre dégoût.

 

Donald Trump: il a tardé à réagir, puis sa première brève déclaration a été désastreuse car il plaça les suprémacistes blancs et les contre-manifestants sur le même plan. Il a perdu de nombreux soutiens, y compris des chefs d’entreprise. Il a semblé ensuite faire amende « honorable » dès dimanche soir, pour re-sombrer dans tous les amalgames mardi 15 août. Sa conférence de presse ce jour-là fut terrifiante: il mis le général confédéré Lee sur le même plan que George Washington (légitimant l’action des suprémacistes blancs venus manifester), et renvoya à nouveau les deux camps.

 

 

André Bercoff: l’essayiste français a publié quelques tweets pour minimiser la portée du drame. L’un des plus ignobles fut celui où il expliquait que Trump et Poutine étaient les seuls sauveurs de l’Occident disponibles au moment même des manifestations racistes de Charlottesville.

DHP_SixUwAEsdz2.jpg-large

 

 

Quelques journaux français se sont permis, 2 jours après le drame, de minimiser l’attentat qui fit un mort et 19 blessés en expliquant que la voiture était « folle ».

LePoint

 

 

Le journaliste Jean Quatremer n’a pas voulu minimiser l’horreur raciste et néonazie qui défilait dans la haine à Charlottesville, mais il a cherché à minimiser la nouveauté de ces évènements en relayant qu’un rassemblement nazis de quelques 20 000 personnes avait déjà eu lieu en 1939 au Madison Square Garden aux Etats-Unis. Le procédé est douteux (ne s’est-il pas passé quelques évènements, drames, génocide et guerre depuis 1939 ?), et prétentieux (combien de sympathisants nazis hors d’Allemagne, et notamment en France ?).

La fin de la démocratie ?

 

A J+1 d’un premier tour d’élection législative, 4 constats.

 

#1. L’abstention grimpe, et surtout dans les quartiers populaires et chez les plus jeunes. Au total, plus de 50% de nos électeurs ne se sont pas déplacés. Le résultat de ce premier tour est donc illégitime pour toutes celles et tous ceux qui pensent que la légitimité n’est pas qu’une affaire de loi, de constitution mais aussi de soutien populaire. Si cette abstention se confirme au second tour, cette Assemblée nationale sera la PLUS MAL ÉLUE DE LA VEME RÉPUBLIQUE depuis 1969C’est un hold-up. Environ les trois-quarts de nos adultes ne se reconnaissent pas dans le programme Macron. La suite se règlera donc dans la rue.

C’est terrifiant.

 

12668737

 

« Il n’y a pas de majorité dans ce pays pour détruire le code du travail, réduire les libertés publiques, ni non plus pour l’irresponsabilité écologique, ni pour cajoler les riches, toutes choses qui figurent au programme du Président. » explique Mélenchon. Il a raison, c’est factuel.

#2. Oui, la France insoumise n’a pas suffisamment convaincu. Ses candidats rassemblent encore 11% des suffrages. Ils n’auront pas 11% des députés.

Il faudrait un miracle.

Nous voterons pour que ce miracle ait lieu, ou bien nous nous abstiendrons.

#3. Le parti socialiste n’a pas encore disparu, mais nous y sommes presque. Sa déroute est d’abord une question financière. Il va lui manquer beaucoup pour maintenir le parti à flots. Le PS, surtout, n’est plus en situation de réclamer un soutien. Il n’y a aucune réjouissance dans ce constat.

Mais il est temps de tourner cette page-là, qui, après le quinquennat Hollande, nous a amené là où nous sommes: un ancien fidèle de Hollande va conduire l’exacte politique que Sarkozy espérait.

#4. Le renouveau porté par la « République En Marche » vise à conduire une politique que nos grands-parents ont réussi à contre-carrer en 1936. Le Front populaire a voté la suprématie des conventions collectives, rien que cela .

Le projet de réforme du code du travail vise à affaiblir exactement cela.

La République des patrons est en marche.

 

Hollande, Mélenchon

Je n’ai jamais eu de haine pour Hollande.

Jamais.

Ni même pour Sarkozy.

La formule, sortie de son contexte, utilisée par Mélenchon pour qualifier Hollande sans une interview par ailleurs passionnante dans le magazine Society de cette semaine, a fait jaser: Hollande serait un « pauvre type ».

Cette violence du propos ad nominem ne m’a jamais plu même si le combat politique nous a tous fait déraper un jour plus loin qu’on ne le souhaite parfois. Cependant, on se doit de faire deux constats au moins: primo, Mélenchon et  Hollande ont une histoire commune au parti socialiste qui regorge de secrets, passés et passifs dont eux seuls connaissent les détails. Hollande n’a pas été avare en critiques contre Mélenchon que j’ai perçues comme obscènes, lors de la campagne présidentielle. Je me suis dit que cela cachait autre chose qu’un désaccord politique.

Secundo, Hollande a été un « pauvre type »… politiquement. C’est-à-dire un gars sans doute sympa, mais qui nous a roulé: il a cru qu’être élu sur fond de vague anti-sarkozyste l’autorisait à conduire une politique qu’il n’avait pas annoncée ni promise avant. Il a échoué, il a renoncé à sa propre réélection, il s’est fait marcher dessus par Valls, écrasé par Macron. Il a roulé pas mal de monde, jusqu’à Mélenchon lui même (voir l’anecdote sur l’amnistie refusée pour les syndicalistes arrêtés).

Bref.

Passons à autre chose.

 

 

Ils tuent des enfants à Manchester

L’attentat suicide au concert de la jeune chanteuse Ariane Grande à Manchester lundi 22 mai a frappé des ados, des enfants et des parents.

Saloperie, rage et colère.

Ils ne me découragent pas d’aller voir des concerts, ils ne nous découragent pas de laisser nos enfants aller assister aux spectacles qui leur plaisent.

Juste la rage, la colère.

La tristesse aussi, évidemment.

Quelle bêtise.