Archives pour la catégorie Chroniques précaires

77 % des conducteurs en grève.

« Le sens de la grève à la SNCF dépasse la SNCF. (…) Il y aura moins d’arrogance. chez Macron. »

Dimanche soir sur BFM TV, François Ruffin a bien résumé l’enjeu. Il y a bien sûr le projet de réforme spécifique à la SNCF – « adapter » l’entreprise à l’ouverture à la concurrence. Il y a aussi toutes les autres luttes contre des réformes sans débat (on préfère parler de « concertation« ) ou l’absence de décision, l’immobilisme coupable comme dans les Epahds ou les hôpitaux.

La grève mardi et mercredi s’annonce massive. Les lignes les plus perturbées seront les TGV. La concertation promise par le gouvernement était artificielle. Et l’ex-directrice de la stratégie de la SNCF (2002-2007) devenue ministre des transports ne peut que déclamer son mépris et son incompréhension devant l’ampleur du mouvement de grève pour ces 2 premiers jours.

C’était drôle et cocasse.

Ce début de grève est un succès.

https://platform.twitter.com/widgets.js

Publicités

Traque des chômeurs, et nos ex-camarades.

Je repense à ces ex-camarades, heureux qui comme Ulysse, fustigeaient les outrances d’un Laurent Wauquiez secrétaire d’Etat à l’Emploi qui mettait en place les nouvelles sanctions contre les chômeurs refusant « deux offres raisonnables d’emploi ». A l’époque, l’affaire était d’autant plus scandaleuse que la France s’engouffrait dans la Grande Crise.

Une décennie plus tard, Laurent Wauquiez est devenue la caricature de lui-même et le gouvernement macroniste a repris son dispositif pour l’aggraver davantage. Les sanctions seront plus rapides.

Pourtant, le chômage de masse n’a pas baissé, on s’amuse simplement de mouvements statistiques où un chômeur sans activité (catégorie A) est transféré dans une autre catégorie (B,C, etc) à la faveur d’un stage ou d’un emploi précaire et partiel. Les seniors sont davantage au chômage à cause des réformes des retraites de Sarkozy puis de Hollande, en attendant celle de Macron, qui toutes ont suivi cette absurde injonction – l’allongement de la durée de cotisations sans interruption (maladie ou chômage). La proportion de chômeurs indemnisés reste faible, l’indemnisation est plafonnée à deux années peu importe le nombre d’années de cotisation. Elle n’atteint pas le SMIC en moyenne, et pour 40% des chômeurs elle est même en dessous ou au niveau du seuil de pauvreté.

Last but not least, Macron a facilité les licenciements avec sa loi travail votée par ordonnance.

Comme Ulysse, certains ex-camarades, soutiens ou même élus de cette Macronista, voyagent de contrées politiques en contrées politiques sans jamais s’interroger sur le sens politique de leur voyage.

Il n’est jamais trop tard pour reconnaître son erreur et cesser d’être infâme avec les plus fragiles.

La bataille du rail, oui. Mais laquelle ?

Emmanuel Macron lance donc une « bataille du rail », un combat de tartuffe qu’il a lui-même résumé en juillet dernier lors d’une rencontre encadrée avec une poignée de cheminot: l’effacement d’une partie de la dette de la SNCF par l’Etat en échange de la disparition du statut des cheminots.

Parlons donc du statut des cheminots.  Le déficit annuel de leur régime de sécu (3,3 milliards, stable), ne sera pas résorbé par une éventuelle « réforme » à cause de la structure d’âge de cette profession. Ce statut a ses spécificités, ses avantages et ses contraintes comme quelques centaines ou milliers d’autres. Les députés sont de beaux exemples. Le président Macron en est un autre (pourquoi n’a-t-il pas décidé de supprimer les frais de retraite spéciale dont bénéficient les anciens présidents (un appart de fonction, une voiture avec chauffeur, 7 salariés permanents, etc) ?

Que dire du statut fiscal de toutes celles et tous ceux qui ont de l’argent à placer en Bourse ? Les revenus générés sont désormais moins taxés que les revenus du travail d’un cheminot.

Le statut des cheminots…

Bizarrement, on en parle plus que l’avantage fiscal des journalistes. On l’évoque systématiquement dès qu’il faut parler de la SNCF, peu importe le sujet.

Pourquoi ? Parce qu’il devenu un épouvantail facile pour faire glisser l’opinion en faveur d’une « réforme » de la SNCF.

Cette fois-ci, pour justifier la fermeture d’un tiers de lignes « non rentables« , l’augmentation de certains tarifs de seconde classe, et, last but not least, la privatisation de certaines lignes et l’ouverture à la concurrence de quelques autres à cause d’une décision européenne, on agite le statut des cheminots à la face du public.

200 000 représentants du personnel en moins

Vous souvenez-vous des belles déclarations rassurantes à l’occasion de la présentation de la loi Travail ? A l’été 2017, le gouvernement nous promettait que le remplacement de toutes les instances de représentation de salariés ( comité d’entreprise, CHSCT, etc) par un « comité social et économique » n’allait rien changer, bien au contraire. Pénicaud assurait en juillet dernier qu' »il n’est pas question de baisser la garde sur les questions de sécurité et de santé » mais que la fusion du CHSCT au sein du comité social et économique est un moyen de « faire monter ses sujets dans la stratégie d’entreprise« .

Sans rire.

Avant la loi Macron, les entreprises comptaient quelques 700 000 représentants du personnel dans ces différentes instances. Le 31 janvier dernier, le ministère du travail prévenait les organisations syndicales: quelque 200 000 postes de représentation syndicale allaient disparaître à cause de la loi Travail.

200 000 représentants du personnel en moins… au service du dialogue social…

 

De qui se moque-t-on ?

L’affaire Mennel, une fatigue française

N’êtes vous pas fatigué(e) ?

Une candidate de télé-crochet, les cheveux recouverts d’un voile turban, a lâché l’affaire après qu’on ait retrouvé d’un ancien tweet prudemment qualifié de « complotiste« : on pouvait comprendre qu’elle y doutait de la réalité de l’attentat de.Nice le 14 juillet 2016.

De ces propos, elle s’est excusé publiquement.

Je suis née à Besançon, j’aime la France, j’aime mon pays. Je condamne bien évidement avec la plus grande fermeté le terrorisme. C’était la raison de ma colère. Comment imaginer défendre l’indéfendable !”

Mais cette candidate, avec son turban porté sur la tête au-dessus de ses yeux bleus, a commis involontairement un autre mal. A cause de ses tweets stupides, elle a permis à cette frange rance de la France, celle connue dans les médias ou anonymes sur les réseaux, de laisser aller une fois de plus sa rage contre l’islam et, parfois, les arabes en général. Les réactions haineuses contre la jeune Mennel furent assez ignobles, si prévisibles.

Même le Printemps Républicain s’est régalé. Surtout le Printemps Républicain, dirons certains.

De cet échauffement médiatique, il ressort une fatigue bien française. Nous sommes incapables d’autre chose que cette hystérie collective dès lors qu’un bout de tissu cache une tête. Ne vous méprenez pas: je trouve triste et stupide qu’une femme, jeune ou pas, trouve nécessaire ou joli de se cacher les cheveux de façon systématique quand elle est en public. Mais est-ce que le voile turban de Mennel me révoltait ? Nullement. C’est sa vie.

Gardons notre révolte pour plus grave. La France rance s’indigne de ce petit voile et se tait sur les SDF qui crèvent de froid, les massacres en Syrie, la crise des migrants, ou l’état d’urgence permanent.

Cette affaire« l’instrumentalisation d’une erreur de jeunesse aboutit à l’écrasement public d’une jeune femme » est misérable.

 

 

 

Toi aussi, envoie des SMS à Macron.

Jupiter n’est pas si éloigné du peuple. La preuve, il envoie régulièrement des SMS à … des journalistes. C’est l’une des nouvelles parades estivales de l’agence de com’ de l’Elysée pour convaincre le tout venant que Macron n’est pas enfermé dans sa bulle. L’autre « preuve » est encore plus cocasse, ce sont ces clichés et autres selfies rapidement tweetés de Macron dans des instants « intimes » avec des joueurs de l’OM.

« Ainsi donc, Emmanuel Macron continue à contacter des journalistes par SMS, dans l’ombre de la diète médiatique qu’il observe depuis son élection. Le plus frappant n’est pourtant pas qu’il leur parle, mais ce qu’il leur dit. « Comment tu vois les choses ?« , demande-t-il régulièrement à des journalistes économiques, rapporte Le Parisien. Le Président serait-il intoxiqué à l’avis des journalistes ? Non, bien sûr. « Il les ambiance pour les influencer, et
maintenir un lien avec eux, au cas où… »
, décrypte un ami pour Le Parisien. Technique vieille comme la séduction, consistant à donner de l’importance à son interlocuteur. » (source: Marianne).

Macron a aussi fait publié une charte de fonctionnement sur sa première dame, quelques jours après que celle-ci ait confié à ELLE le sens de sa fonction et ses convictions: « Madame Brigitte Macron sera également chargée de maintenir un lien continu d’écoute et de relations avec les acteurs de la société civile dans les domaines du handicap, de l’éducation, de la santé, de la culture, de la protection de l’enfance ou encore de l’égalité homme femme », explique l’Elysée.

Ce vomissement people fait à peine sourire. Dans quelques jours, les salariés sauront enfin à quelle sauce ils seront mangé par la nouvelle loi Travail.

La version finale de la loi n’est dévoilée que le 31 août, même aux syndicats: « Contrairement à ce qu’avaient initialement compris certains partenaires sociaux, les ordonnances ne leur seront pas présentées dans leur totalité ».

La belle arnarque !

Quelques points auraient déjà été décidés par Jupiter et l’ex-DRH de Danone désormais ministre du travail:

Pour le reste, attendez dans 10 jours, au pied du mur.

 

Jupiter échange-t-il aussi avec des responsables syndicaux par SMS ?