Archives pour la catégorie Chroniques présidentielles

Macron, Parly et la honte au Yémen

Macronista.jpg

Le 9 août, une frappe aérienne de la coalition sous commandement saoudien au Yémen, a tué 51 personnes dont 40 enfants, et blessé 79 autres. En France, au même moment, la ministre française des Armées se confie sur ses réformes en cours et évoque « l’utopie d’un monde sans soldat ».

Indécence.

Le télescopage de ces deux actualités illustre combien la position officielle de la Macronista au Yémen, fausse agitation diplomatique et vrai soutien au régime saoudien qui pilonne les populations civiles, est indécente. En juin dernier, la France participait à un sommet « humanitaire » sans ONG.

Le jusqu’au-boutisme de la logique de la coalition ne cesse ainsi d’effrayer. Il semble à même de saboter toutes les initiatives, tant humanitaires que politiques qui cherchent à déboucher sur une solution non militaire au conflit. Source: Orient XXI

En septembre dernier, un peu de jour se fait sur l’ampleur des ventes d’armes de la France à l’Arabie Saoudite. L’Orient XXI révélait alors comment le gouvernement français « serait passé par un contrat destiné au Liban pour préparer la guerre au Yémen et accélérer ses livraisons d’armes au plus fort du conflit. » Près d’un an plus tard, tout a empiré. Dans un rapport des armées publié en juillet, on peut lire que ces ventes d’armes françaises se sont poursuivies malgré (« grâce à« ) l’aggravation de la guerre au Yémen, avec 1,3 milliards de ventes d’armes l’an dernier. La France a signé un traité qui interdit pourtant les exportations d’armes pouvant servir à des violations du droit international humanitaire, le Traité sur le commerce des armes (TCA) ratifié le 2 avril 2014.

Quand elle est interrogée sur le sujet, Mme Parly se défausse, elle élude, elle évacue. Elle abuse de cette novlangue indécente qui masque la réalité par des termes techniques ou une langue de bois sophistiquée.

Nicolas Demorand (France inter): « donc les Yéménites peuvent prendre sur la tête une bombe française »

Florence Parly: « Beaucoup de pays sont confrontés à cette situation: avoir livré des armes à d’autres pays alors que ces armes n’étaient pas censées être utilisées. »

L’Arabie Saoudite est toujours membre du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU.

Sans rire.

La plus fort et presque seule déclaration de Macron sur la guerre au Yémen a été un discours où il appelait les belligérants à « davantage de retenue« .

Indécence.

 

https://www.franceculture.fr/player/export-reecouter?content=82fe7b30-384c-45ea-b7d1-7b6ec9b74e61

 

Publicités

L’affaire Vincent Crase

On comprend mieux pourquoi Christophe Castaner avait demandé à ses alliés LREM de la commission d’enquête de l’Assemblée nationale de ne pas être auditionné. Il eut été désossé sur place.

Interrogé dans l’enceinte plus calme du Sénat, le Rantanplan de la Macronista est apparu faible et blafard. Il devait lire ses fiches. L’arrogance et les bonnes formules étaient loin, remisées dans ses petits carnets pour les attaques à distance. Ce matin-là, il était simplement faible.

Ses explications sur l’affaire Vincent Crase ne furent pas convaincantes.

1. il lui fallut reconnaitre que Vincent Crase, l’un des responsables de sécurité du parti présidentiel, n’avait pas été sanctionné par LREM avant la révélation par le Monde de violences commises le 1er mai. La procédure de licenciement « est en cours ». Castaner était pourtant au courant depuis le 2 mai.

2. Il lui fallut avouer que « Vincent Crase avait effectué, entre fin 2017 et mi-2018, 46 missions pour la réserve de la gendarmerie », notamment pour l’Elysée sans que Christophe Castaner n’en est eu connaissance…. Rooooo. Crase est embauché ponctuellement par l’Elysée (cf. la déclaration de Bruno Roger Petit le 20 juillet dernier), mais Castaner ne le sait pas …. Que ces patrons macronistes, qui prêchent la responsabilité et les vertus du bon management sont bien ignorants et incompétents…

tumblr_inline_pcowpbL20t1vz8gnp_540

3. Castaner ne sait pas davantage comment des Trolls macronistes ont pu publier des extraits de videos de surveillance sur les faits du 1er mai obtenues illégalement.

Castaner savait bien peu de choses. Mais est-il seulement député ? Ou même ministre ? Quel curieux sens des responsabilités sur un sujet ô combien sensible…

Les menteurs, les idiots et l’affaire Benalla

Un fusil à pompes, trois pistolets Glock.

Un petit arsenal chez Alexandre Benalla.

Cela n’inquiète bien sûr pas, ne serait-ce que du point de vue de la simple sécurité élyséenne, pareil Rambo de pacotille soit ainsi au coeur du Palais sans que ses patrons ne soient au courant (puisqu’ils ont tous déclaré qu’ils ne l’étaient pas lors des auditions parlementaires…)

 

Puis une autre video, accablante, où l’on voit Crase et Benalla entrainer un manifestant dans cet exact Jardin des Plantes où le même Benalla déclarait n’avoir rien fait.

 

 

Il y a ensuite cette ex-socialiste devenue marcheuse qui vient de re-voter la loi Asile et Immigration avec le soutien du FN qui s’indigne des motions de censure parce que la gauche est unie.

 

Non mais… franchement…

 

Les fanfaronnades contradictoires de Jupiter

On ne sait plus quels sont les arguments de Macron.

« ça ne fonctionne pas comme ça. Ce qui devait être fait a été fait »

Voici la réponse quand un journaliste parvient enfin à lui demander s’il n’aurait pas du réagir différemment quand il a eu connaissance des violences illégales de son barbouze. Dans la même séquence, il explique que tout le monde a le droit de faire des fautes et qu’il faut des sanctions proportionnées.

La veille, il braille, grandiloquent, qu’il est responsable de tout, le lendemain il déclare ainsi le contraire: « ce n’est pas le président de la République, c’est le cabinet de l’Elysée, ils ont pris leur responsabilité. » Le mois dernier, il réclamais une révision constitutionnelle pour pouvoir dialoguer avec les députés et sénateurs, aujourd’hui, il se cache derrière son statut ultra-protégé et quasiment unique dans les démocraties européennes (enfin, celles qui le sont encore).

Il n’est « pas là pour commenter le travail de la justice », alors que la commission d’enquête à l’Assemblée nationale se disloque au moment même à cause des instructions de silence et d’obstruction qu’il a donné.

Bref.

Bel acteur, joli menteur.

On a presque oublié que le pauvre Benalla n’était pas seul.

Triste séquence où les institutions, fragilisées par une pratique monarchique et un système hors d’âge et ringard, sont à nouveau abimées par cet apprenti Louis-Napoléon.

 

 

 

 

 

Ce que nous dit Collomb de Macron

Gérard Collomb a peut-être dit vrai, et c’est cela qui est terrifiant: il ne voit rien, ne sait rien, ne comprend rien. L’homme est ministre de l’intérieur, il a la tutelle des services secrets du pays, et en charge la protection de la nation, mais il ne sait rien.

Il ne connait pas les gardes du corps du président de la République.

Il se satisfait qu’un policier juste après les faits du 1er mai « n’a pas jugé bon » de diligenter davantage d’enquête quand il a du authentifier la première video (pourtant, nous assure-t-on, Benalla a été sanctionné après le visionnage de cette même video…)

Il ne connait pas non le titre de celui qui accompagne Macron dans ses déplacements privés et publics.

Il ne juge pas de demander quelles sanctions ont été prises quand un chef de cabinet adjoint de l’Elysée est pris en flagrant délit de violences illégales dans une vidéo qu’il visionne le lendemain des fait (sic!).

Il n’a pas jugé bon d’alerter l’IGPN, ni non plus de diligenter une enquête.

Gérard Collomb a fait la démonstration de ce que pourrait être un régime autocratique: un système où même le ministre des flics n’applique plus la loi , ni ne s’intéresse à la faire appliquer quand il s’agit de l’entourage du souverain. C’est le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, qui a bien résumé l’incapacité volontaire de cette hiérarchie qui a perdu le sens de l’état de droit en qualifiant l’affaire Benalla/Craze « de dérives individuelles inacceptables, condamnables, sur fond de copinage malsain. »

A moins bien sûr que Collomb ait menti.

 

 

 

 

Les 12 éléments de langage macronistes contre le BenallaGate

Voici 12 éléments de langage entendus durant le weekend (avant, de mercredi à vendredi, les macronistes officiels étaient globalement aphones), et 12 réponses rapides.

#1. « C’est un complot des insoumis », les insoumis les savaient depuis début mai et ils ont attendus le milieu de l’été pour dévoiler l’affaire (NDR: c’est le MONDE qui a révélé l’affaire). Pire, ils étaient de mèche avec les prétendues victimes. Réponse (scoop) : Benalla a bien frappé, il a été filmé d’ailleurs; un témoin photographe affirme que les deux victimes n’avaient rien de menaçant.

#2. Puisqu’ une grande partie des images permettant d’identifier les violences d’Alexandre Benalla émane d’un militant insoumis, les faits ne sont pas si graves. Réponse: argument sidérant et effrayant.

#3. Macron n’y est pour rien. D’ailleurs, il était « en voyage le 1er mai (une journaliste de Paris Match). Réponse: c’est au pire faux, au mieux prématuré de l’affirmer puisque l’enquête débute. Macron a été mis au courant dans les heures qui ont suivi. Benalla est également très proche de Macron.

#4. Benalla a été sanctionné immédiatement. Réponse: #lol… 15 jours de suspension administrative puis il est retourné au service, notamment pour un sommet de l’OTAN ou l’escorte des Bleus après la victoire. « Je ne comprends pas pourquoi Alexandre Benalla n’a pas été viré le 2 mai » explique la députée dépitée LREM Sonia Krimi. Nous non plus.

#4bis Variante: Macron a réagi immédiatement « dès qu’il a eu connaissance des faits » la semaine dernière. Réponse: doublement faux. Les faits se sont déroulés le 1er Mai. Macron a été prévenu immédiatement. Il n’a pas jugé bon de faire plus qu’une suspension administrative pour des faits de violence par son garde du corps. Il a attendu près de 3 mois, et a réagi une seconde fois tardivement (vendredi matin, deux jours après les révélations du Monde).

#5. Il n’y a pas d’affaire d’Etat puisque … la majorité macroniste a accepté une Commission d’enquête; la commission des Lois de l’AN va auditionner quelques responsables; l’Inspection Générale de la Police Nationale a été saisie; et le Parquet a ouvert une enquête préliminaire. Réponse: c’est presque l’inverse. La Macronista a caché les faits durant deux mois et demi et maintenant tout éclate enfin. Choisissez les qualificatifs qui vous conviennent, les faits importent et les mots ont un sens.

#5. L’opposition exagère, elle fait de l’obstruction. Elle en fait trop. C’est l’alliance des contraires. Quelle horreur ! (Extrême) droite et (extrême) gauche s’unissent contre les gentils modérés. Réponse: belle diversion que d’attaquer les messagers ou les relais plutôt que de répondre sur le fond.

#6. Cette affaire est montée en épingle. Il ne faut pas en faire tout un plat, ils ne sont qu’une poignée de barbouzes. Réponse: argument sidérant.

#7. Le sommet de la Macronista est resté silencieux (Macron cesse même de tweeter… Philippe part sur le Tour de France), voire absent de l’Hémicycle (Castaner) pour ne pas  interférer dans l’enquête judiciaire en cours. Réponse: #lol

#8. Comme il n’y a rien contre Macron, « ils » s’en prennent à sa femme Brigitte. Réponse: Benalla s’occupait de la sécurité de Brigitte Macron également.

#9. Les barbouzes de l’Elysée avaient le droit d’agir le 1er mai puisqu’il y avait danger. Réponse: des preuves ? Tout indique le contraire, notamment les videos et les témoignages.

#10. L’affaire est « compliquée« . Réponse: qu’est-ce qui est « compliqué » ?

#11. Les Français s’en fichent, la preuve, personne n’en parle sur Facebook. Réponse: #lol.

#12. Il y a plus important à traiter que de s’occuper de cette affaire maintenant que la Justice suit son cours. Réponse: plus de deux mois de silence et d’étouffement plus tard il faudrait détourner le regard ? C’est au contraire la pression médiatico-sociale qui fera avancer l’enquête.