Archives pour la catégorie coup de gueule

Régimes spéciaux, arguments spécieux

« Nous allons supprimer les régimes spéciaux, tranquillement. »
Edouard Philippe.
 
Des régimes spéciaux, il y en a beaucoup. Par exemple, les revenus financiers ont un sacré régime spécial, un impôt et des cotisations plafonnés.
Si vous vendez des actions, les cotisations sociales seront plus basses que sur votre salaire, si vous en avez un.
Les foyers populaires, c’est-à-dire la majorité des gens du pays, ont moins d’actions, moins ou rarement des placements. Donc moins de revenus financiers que les plus riches. En général, ils n’ont aucun voire aucun revenu financier du tout.
Les foyers aisés (dont je fais partie) ont tous des revenus financiers. Plus on est riche, plus ces revenus sont importants. Plus on est riche, moins on paye d’Impôt, c’est grâce à Macron.
Quand on est riche, on peut aussi se faire conseiller. On « optimise ». Plus on est riche, plus le taux de contribution est bas. Est-ce que ce régime spécial est normal ?
Un ami m’a demandé pourquoi j’accepterai que les cheminots auraient un régime spécial de retraite. J’aurai du lui répondre qu’il faudrait comparer toutes les vies. J’aurai du lui répondre que les cheminots sont divers: certains conduisent des trains, n’importe quand dans l’année. Ils sont plus divorcés que la moyenne. D’autres travaillent uniquement de nuit. J’aurai du lui dire que j’aimerai connaitre les avantages qu’il a lui et que d’autres n’ont pas. Je lui ai simplement répondu que la réforme des retraites vise à faire des économies.
Les policiers aussi ont un régime spécial. Je ne pense pas à leur retraite. Je pense aux quelques racailles en uniforme qui frappent en toute impunité. Macron m’a donné la haine et la peur des flics. Je n’ai jamais eu aucun problème avec la police. J’apprécie et j’admire leur travail. Mes héros de fiction sont tous des flics. Mais depuis 18 mois, la police s’incarne dans ces gens casqués qui frappent et mutilent des civils.
Régime spécial, aucune condamnation, jamais.
Dans les pays où l’on travaille plus longtemps, on vit moins longtemps.
En France, l’espérance de vie en bonne santé stagne depuis une décennie, soit peu ou prou l’entrée en vigueur de la réforme Sarko qui a reculé l’âge de départ en retraite.
Pour les réformes de retraite, des cadres sup expliquent aux autres gens qu’il faut qu’ils bossent plus longtemps. Imaginez l’inverse.
Imaginez qu’un ouvrier demande à un cadre sup de gagner moins, ou de payer plus d’impôt. Ou simplement de se taire.

Ce syndicat d’officiers de police est dangereux

Sur les réseaux sociaux, un syndicat d’officiers de police accusent celles et ceux qui critiquent les violences policières, et en particulier le journaliste David Dufresne, et même des députés de la république de toutes sortes d’insultes: complicité des islamistes, staliniens, alliés des Black Blocs, etc. Tout y passe, sans mesure, sans recul.

En à un peine un an, à cause de son incompétence crasse et d’une frayeur insondable devant l’ampleur, la violence et la spontanéité des manifestations, le clan macroniste a décrédibilisé la police. Les flics sont à bout, les suicides dans leur rangs sont nombreux.

Mais les déclarations publiques de ce syndicat d’officiers, une minorité armée d’agités qui commande, font froid dans le dos.

Islamophobe

La manifestation a donc eu lieu. Certains ont continué jusque tard pour tenter de pinailler sur le vocabulaire (oui, on sait bien que l’islamophobie est un terme mal choisi, même Mélenchon l’a répété publiquement. Mais pour le moment, on sait ce qu’il désigne dans le langage courant). D’autres ont cru qu’on défendait une religion (… que dire… ); d’autres encore, comme le Printemps Républicain, ont repris les mêmes accusations que Marine Le Pen, au mot près en dénonçant les manifestants comme des complices des islamistes.

Bref, aucun de ces critiques ne voulait comprendre. Ou plutôt, ils avaient très bien compris le fond du sujet mais ils ne voulaient pas l’entendre.

1. C’est le droit de tout un chacun de choisir avec qui manifester. Pour ma part, je le fais rarement. Je m’intéresse plutôt au sujet de la manifestation. C’est toujours difficile de faire le tri dans les manifs et les coups d’action. Je note qu’aucun tri n’a été réclamé, et c’était tant mieux, dans les manif de soutien aux victimes des attentats de Paris; ou après le meurtre de Mme Knoll.

2. L’appel à cette manifestation était vague par endroit, jamais indulgent ou explicitement supporteur de l’islam en tant que religion. J’ai écrit dans ces colonnes que je n’aime pas l’Islam. Mais je n’ai rien contre les musulmans. Je déteste simplement cette religion autant que les autres – ni plus ni moins. Il dénonçait un racisme, autant appeler un chat un chat, et exposait un ras-le-bol.

Dans son dernier rapport, la Commission nationale consultative des droits de l’homme note que « l’aversion à l’islam s’accompagne très souvent de méfiance envers les immigrés » et que ces derniers sont « surreprésentés parmi les victimes d’actes racistes ». Elle rappelle que « ce ne sont pas les événements en tant que tels qui pèsent directement sur les opinions des individus, mais la manière dont ces événements sont interprétés par le monde politique et médiatique ».

Vous pouvez débattre dans vos salons.

Il est peut être de reprendre une activité et de traiter des vrais problèmes.

 

 

Attaque contre les retraites

La Macronie n’a que deux arguments principaux pour défendre le projet de réforme des retraites. Le premier est celui de la simplicité – le maquis des régimes fait peur. Et les carrières étant de plus en plus hâchées et diverses, il faudrait davantage de simplicité pour qu’on s’y retrouve

Le second est qu’il faudrait aligner tous les régimes sur un même niveau, par souci d’égalité.

Dans les faits, la réforme, si elle est adoptée telle qu’elle a été présentée par les macronistes, comporte au contraire trois injustices sociales déterminantes qu’il conviendraient de répéter.

Primo, l’objectif à peine caché est de réduire les pensions de retraite. La tendance naturelle du régime des retraites, compte tenu du vieillissement de la population, est que le coût des retraites, à régimes inchangés, atteigne 15% du PIB d’ici une trentaine d’années (contre 13.8% aujourd’hui). Pour financer ce point de PIB supplémentaire qui s’explique par le vieillissement de la population, on aurait pu appeler à contribuer les revenus du capital et le capital lui-même, Macron a choisi l’exact chemin inverse, en multipliant les exonérations et réductions de contribution sociale pour le patrimoine et les revenus des plus riches. La conclusion s’impose, la réforme Macron vise d’abord à contenir le coût des retraites en proportion du PIB, c’est-à-dire, mécaniquement, réduire les pensions de celles et ceux qui, plus nombreux qu’aujourd’hui, seront à la retraite dans quelques années.

Seconde injustice de la réforme, l’espérance de vie: les ouvriers payent la retraites des cadres. Car ils vivent moins longtemps que les cadres. D’une façon générale, les classes populaires vivent moins longtemps que les cadres, mais c’est pourtant d’un allongement général de la durée de cotisation, physiquement indolore pour les plus aisés, et cruel pour tous les autres, dont il est question. Pour cacher le sujet, les macronistes ressortiront le cas des agents de RATP (dont le régime de retraite paraît-il si intéressant ne suscite pourtant que peu d’intérêt dans les concours de recrutement…).

Troisième injustice occultée par les macronistes, on vit certes plus vieux, mais pas plus vieux en bonne santé. Je voyage régulièrement aux Etats-Unis pour mon travail. Observer ces personnes de 70 ans ou plus aux caisses des supermarchés, ou réaliser des travail de ménage ou de rangement dans les commerce est l’image que je me fais du futur régime macroniste. Car ce ne sont pas, encore une fois, les plus aisés, qui seront gênés. Le bénéfice et les dividendes des actions issus de stock-options et autres attributions gratuites dont la possession est désormais, grâce à Macron, exonérée d’impôt et de cotisations sociale, apportera plus que du beurre dans les épinards.

 

 

 

Un peu d’amalgame contre les migrants musulmans

Je ne sais trop quoi dire contre cet énième attentat, appelons-le au moins comme cela, perpétré par un réfugié Afghan à Villeurbanne hier. L’homme a été visiblement stoppé dans son élan meurtrier par des passants et un conducteur de bus d’origine maghrébine. La précision a son importance car elle agace ces rageux identitaires, suprémacistes blancs qui se réjouissent de tenter de valider leur thèses racistes dès qu’un crime est commis par une personne de couleur sur le sol national (autant appeler un chat un chat, et des racailles, des racailles, n’est-ce pas ? )

La facilité avec laquelle le tueur a été arrêté et s’est laissé faire nous laisse coi. L’assaillant a l’air complètement zin-zin, pas même motivé par un quelconque motif religieux. Il a entendu des « voix« . Cela a suffit à faire bavasser tout ce que notre pays compte d’éditocrates. Évidemment, l’extrême droite a appelé à la fin de l’asile, de l’immigration, et même l’annulation de la condamnation des trois fachos qui avaient joué à la police des frontières. D’autres ont accusé l’islam, le terrorisme islamiste, etc…

Ben voyons.

Le meurtrier est un … réfugié. Cette simple qualification ne détermine pourtant rien: il y a chaque jour, en proportion, plus de meurtres de personnes qui tuent sans pourtant autant être des réfugiés sur notre sol national (épargnons nous la statistique ridicule sur les Afghans).

Les attentats de Paris en 2015 puis de Nice en 2016 n’avaient que peu à voir avec des réfugiés en demande d’asile. Si mes souvenirs sont bons, un ou deux des membres du commando envoyé par Daech décimer les rues de Paris en novembre 2015 avaient utiliser le statut de réfugié pour venir en France, tandis que la majorité des autres étaient là et bien Français.

Imaginons que cet Afghan était motivé par une raison religieuse. Rappelez-vous: il a entendu des « voix« .  Que doit-on en conclure ? Qu’il faudrait interdire l’islam ? Répétons la question: que voulez-vous en conclure ?

Un réfugié étranger, musulman, a tué un jeune homme au hasard dans la rue et a blessé une dizaine d’autres personnes.

Ok, c’est noté.

Tous les pays vivent avec le risque d’une éruption plus ou moins meurtrière de violences.

C’est triste, c’est détestable.

Il faut s’efforcer de choper les auteurs, sans les buter (quoique) pour qu’ils subissent un procès et qu’on comprenne.

Ce même weekend, les Etat-Unis ont encore connu un épisode d’ultra-violence meurtrière où un homme a tiré au hasard dans la rue, tuant 7 personnes à Odessa (Texas). L’Amérique vit sous le coup de ces dérives de malades qui usent de la facilité à se procurer des armes pour mitrailler des civils.

Bande de blaireaux.

 

Castaner, le clown dangereux #JusticepourSteve

Il fallait les voir, le premier ministre et son Rantanplan des affaires intérieures, l’air pincé et faussement triste, tous les deux inquiets des conséquences de l’identification du corps de Steve, près de Nantes.

Castaner est si décrédibilisé qu’il faut Philippe à la rescousse. Plus personne n’écoute le ministre de l’intérieur: trop de provocations verbales, trop d’encouragements à la police de frapper fort et dur contre ‘importe quel manifestant; trop d’indulgence avec les mutilations, les tirs de grenades sans précaution, les innombrables vidéos de policiers frappant à plusieurs des civils à terre.

En à peine un an de ministère, Christophe Castaner s’est juché au Panthéon des indignes.

Il a décrédibilisé la police.

 

 

Depuis la nuit du 21 au 22 juin 2019, Steve a disparu après une intervention policière « musclée« .

Nantes, aux alentours de 4h30 le samedi 22 juin. – La fête de la musique se termine sur le quai Wilson et progressivement les différents soundsystems coupent le son. L’un des DJ fait de la résistance et lance un dernier morceau : Porcherie, de Bérurier Noir. La police décide d’intervenir. « Ils nous ont direct arrosés de lacrymos, sans sommation », raconte Gwen de l’asso Media’Son. « Le DJ s’est fait taser », raconte-t-il. « Le reste des troupes a chargé les gens avec les chiens. Ils nous traitaient de sales gauchistes quand ils nous frappaient. » Coups de matraques, tirs de LBD, l’intervention est brutale. Plusieurs fêtards tombent dans la Loire. Quatorze personnes seront repêchées par les pompiers. Mais le compte n’y est pas : Steve Maia Caniço, animateur périscolaire de 24 ans, manque à l’appel.(source: Streetpress)

Depuis cette date, aucun des membres du gouvernement ne s’est indigné, aucun élu macroniste ne s’est dit inquiet ou choqué. Il y a eu des manifestations de soutien pour demander une enquête, des reportages de la presse, des vidéos nombreuses, mais rien n’y a fait, le gouvernement s’est tu.

Steve a disparu dans la plus grande indifférence officielle possible.

Dans les heures qui ont suivi les faits, un représentant syndical de la police s’est indigné publiquement des ordres irresponsables du commissaire local, mais rien n’y a fait, le gouvernement s’est tu.

« Cela faisait pourtant plus de 20 ans que les fêtards se réunissaient là chaque année. L’Etat avait donc conscience des risques énormes engendrés par une telle intervention [de la police, NDLR], il n’a pourtant pas hésité. Le message est clair, la répression est en marche ! » Communiqué de la coordination nationale des sound system, 30 juillet 2019

Alors que son corps est enfin retrouvé et identifié, la police publie un rapport de l’IGPN qui dédouane les forces de l’ordre de toute responsabilité.

Sentez-vous cette nausée qui monte ?

Steve est donc mort, et voici des déclarations lénifiantes.