Et, Jean-Louis et Jean-François… regardez

Source : le JDD

Publicités

Ecolo de droite

Cette formule me fait penser à une autre, « rap de droite ». La même association a priori improbable de deux réalités. Nathalie Kosciuscko-Morizet est une écologiste convaincue. Inutile de lui nier cette qualité. Elle est pourtant de droite. Inutile de le contester. Sa récente épreuve de force avec sa propre majorité laisse un goût amer: l’écologie « de droite » n’a aucun avenir devant elle.

NKM est sensible à la dégradation de l’environnement. Elle se distingue d’une autre espèce d’écologistes « de droite », celle d’Antoine Waechter; une écologie politique qui visait le « ni droite ni gauche » pour finir dans la défense des espaces verts.

NKM est troublante. Elle croit sincèrement à la réussite de son positionnement sur l’échiquier politique. L’écologie est une pourtant théoriquement radicale. Elle se heurte aux lobbies agro-alimentaires, automobile ou industriels en tous genres. Elle vise un changement total de nos habitudes. En France, comme en Allemagne, l’écologie politique est précurseur sur la parité, le mariage homosexuel, l’homo-parenté. Elle assimile la défense collective (notre planète) et individuelle. Elle est plus associative et décentralisée que jacobine et centralisatrice.

NKM est de droite. Une curiosité.

Si elle ne servait pas la plus grande politique de régression de ces 30 dernières années, elle en serait intégralement sympathique. Dommage.

Tuer ou être tué

C’est une maxime de vie. Une morale qui est dure, qui n’empêche pas la compassion et le partage. Mais une conduite qui peut conduire à la violence.

Je n’ai pas compris la clémence de Ségolène Royal en 2006-2007 contre ses opposants, fussent-ils de l’intérieur.

Tuer ou être tué, c’est aussi une maxime professionnelle.

C’est sans doute une maxime de droite.

Merci pour mes enfants

L’écologie est finalement un combat de tous les jours. Malgré ses belles promesses, la majorité présidentielle est divisée sur la protection anti-OGM. Sarkozy avait annoncé de belles intentions. Un Grenelle de l’Environnement plus tard, une grève de la faim de José Bové et une loi, et voici l’UMP tuant dans l’oeuf une belle ambition: protéger les cultures non-OGM contre la dissémination OGM des champs voisins.

Lundi 7 avril, l’opposition de gauche à l’Assemblée Nationale a gagné un combat, pas la guerre. Elle a obtenu la suppression d’une disposition du projet de loi sur les OGM, qui limitait la liberté d’expression des membres d’un futur Haut Conseil des biotechnologies.

Merci pour enfants. Encore un effort.

J’ai rencontré David Abiker

C’était un matin, vers neuf heures, juste avant d’aller bosser. Il m’avait donné rendez vous aux Ondes, en face de la Maison de la Radio. David Abiker est éclectique. Il tient une rubrique très bien faite sur le Web, chaque matin à trois reprises, sur France Info. Premières news vers 7h20, je les rate systématiquement. Puis une rubrique plus complète vers 8h48. En enfin, « les infonautes », vers 9h20. Trop tard pour moi, je bosse.

Je l’avais contacté quelques semaines avant. Il m’avait cité dans sa rubrique.

Ce matin-là, il était chic mais cool. Curieux mais distant. En fait, tranquille. « Et vous travaillez où ? »

« Je ne peux pas vous dire ».

On a échangé quelques instants sur la jalousie de Sarkozy, le contrat de Cécilia, le poids de l’image, sources d’information et anonymat. David Abiker tient un blog personnel, et vient de publier des chroniques.

Un pape pas catholique

« Le jugement éthique de l’Eglise sur le divorce et l’avortement est clair et bien connu : il s’agit de fautes graves (…) qui violent la dignité de la personne humaine, impliquent une profonde injustice dans les rapports humains et sociaux et offensent Dieu lui-même, garant du pacte conjugal et auteur de la vie« , a dit le pape. Benoît XVI s’exprimait devant des participants à un congrès catholique sur le mariage et la famille reçus en audience au Vatican.

Ben voyons.

Excommunie moi, Benoît.

Vas-y. Lâche-toi.

Mais lâche-moi.

Ne t’occupe pas de mes enfants.

Auteur de Sarkofrance (2007-2012); coulisses personnelles. "Ce n'est pas le désaccord qui gêne mais la façon dont il s'exprime."