Vive la police ?

Vous ne trouverez pas dans ce blog de propos anti-flic.
Voir des flics humilier des jeunes devant mon parking me révolte.
Voir des flics crâner avec leur casquette américaine m’énerve.
Voir des flics me verbaliser un FAMAS en bandoulière pour une conduite incorrecte m’exaspère. Quand je lis le portrait du patron de la police nationale, je frémis.

Mais j’aime les flics.
je les admire.
LE PETIT LIEUTENANT est l’un de mes films préférés.
J’ai voulu être flic.

J’ai rencontré BHL

Un livre visiblement attendu de BHL va sortir le 9 octobre. je l’ai rencontré il y a 18 mois. BHL est protéiforme. J’avoue que je déteste autant le personnage que j’ai aimé son anthologie des intellectuels français. Il influence. Il joue de son couple improbable avec Arielle Dombasle. C’est certainement une intelligence rare. Je craignais ce rendez-vous car il l’avait demandé. Il devait me juger, me jauger.

Puis la campagne présidentielle a démarré. BHL a commencé par taper sur Ségo dans un article. Un jour, il dîna avec elle. Une fidelité est née. J’ai été sensible à ce geste. BHL est resté avec la candidate dans les moments difficiles. J’ai revu mon jugement. Subjectif ? Sans doute.

Quand j’ai entendu Ségolène témoigner de cette fidélité. BHL et elle se sont parlés chaque jour pendant le combat présidentiel.

Fidélité.

République des blogs, expérience personnelle

Je suis donc allé  à la République des blogs mercredi 26 septembre, pavillon Baltard, en face du Forum des Halles à Paris. Une trentaine de personnes. Beaucoup de fumeurs. Très peu de filles. Drôle d’impression. Entre plaisir et malaise.
Je m’imaginais un comité d’accueil. Un registre à signer à l’entrée sur un coin de table. Pas de petit badge avec le nom de son blog genre « Salon VRP Porte de Versailles ». Rien de tout cela. Quand vous êtes nouveau et anonyme, allez prendre une bière au comptoir, inscrustez-vous ou cassez-vous. Quelques stars du blog étaient là. Je ne suis pas blogueur professionnel. Malaise. Le blog est un exercice tellement personnel.

Mais plaisir aussi. J’ai longuement parlé avec Wildo, puis Eric Mainville. J’ai pu serrer la main à Dagrouik. Avec Wildo, j’ai découvert Archipel Rouge de l’intérieur. Une vraie organisation. Sérieux, passion et engagement.  On a parlé Ségolène, motivations, trolls et rythme de travail (pardon, de blogging). Je suis très admiratif.

Eric Mainville m’a bluffé. Ouvert, calme, flegmatique. Force tranquille et précision. J’arrête là les compliments. Juste heureux d’avoir vu de visu des « partenaires de jeux ».  Nous avons discuté du succès d’equilibre précaire. Visiblement mes tentatives de contributions tapent à côté. La thématisation poussée de ce blog bloque mon inspiration. Pour le moment.

Dagrouik est le premier, et le seul (à part Embruns), que j’ai vu en arrivant (en retard) dans le bistrot.  Le regard brillant (« ah c’est toi! »), le visage souriant. J’avais quelques difficultés à y voir l’auteur de ces lignes acerbes (mais argumentées) que je lis chaque jour.

Nulle prétention. Une simplicité non-techno, un militantisme sincère que j’admire.

Lionel attaque, Ségolène résiste

« Bonne résistance de Royal au lance-flammes Jospin » résume Libération:  24 % des sympathisants de gauche la considèrent comme «meilleure leader pour les années qui viennent» dans la livraison du baromètre Libération par LH2 réalisé les 21 et 22 septembre.

«Cette persistance constitue une prouesse d’opinion en regard du rouleau compresseur de publications pamphlétaires à son encontre», estime François Miquet-Marty, directeur des études politiques de LH2.

Les chiens ne mordent pas que les fillettes

La nouvelle a été relayée par 20minutes.

Sylvain Garel, tête de file des Verts du 18e arrondissement, a payé de sa personne, hier, sa résistance à un projet immobilier à Montmartre. L’élu a été profondément mordu au bras par le rott­weiller d’un vigile, lâché sur lui pour un motif inexpliqué.

Voici le témoignage que j’ai reçu d’Olivier Raynal, conseiller municipal Vert du 18ème arrondissement de Paris.


Difficile d’écrire après ce qui vient de se passer au 17 place St Pierre ce matin.
Je suis arrivé sur place à 7 h30 peu après les faits. Beaucoup de policiers étaient sur place.
Tout en étant parfaitement lucide et maître de lui comme on le connait, Sylvain Garel est tout de même gravement atteint aux dires de Pascal Julien, Danielle Fournier et François Seebacher, militants et élus Verts du 18e, qui l’ont vu et en étaient un peu bouleversés.

Sylvain a été mordu au bras, la peau est arrachée sur 10 cm, et aux dernières nouvelles il devrait être opéré à l’hopital Lariboisière où il a été accompagné. Il est resté en contact avec certains d’entre nous par téléphone.

Quand les faits se sont produits, Sylvain était allongé avec Pascal Julien pour empécher une pelleteuse d’entrer sur le chantier d’un immeuble de promoteurs privés a vocation spéculative, alors qu’a la place les élu-e-s Verts demandent une crèche et des logements sociaux (rareté du foncier et mixité sociale sur Montmartre).

Trois vigiles se sont approchés de Sylvain avec un chien rotweiler et c’est la que Sylvain a été mordu. Le commissaire Pecquet, qui s’est déplacé sur place, nous a expliqué que l’on n’était pas en Amérique et que la réaction disproportionnée des vilgiles face à une action symbolique d’obstruction (approcher avec un chien, sans musolière, le lacher sur Sylvain allongé) sera surement retenue contre eux dans les procédures à venir, quelque soit la cause du conflit et le lieu ou l’événement s’est produit (enceinte privée ou voie publique).
Pour info les vigiles disent que c’est Sylvain G. qui aurait enlevé lui-même la musolière ! Il a aussi dû demander au chien de le mordre !!!

Suite à tous ces événements nous avons demandé à l’architecte d’interrompre les travaux et de prendre en compte le voeu adopté, sur proposition de Sylvain Garel, par la majorité Vert-PS-PC du 18e ardt lundi dernier : engager une négociation entre la ville et le proprio pour réaliser une crèche et des logements sociaux sur ce terrain. Il n’a rien voulu entendre et à insisté pour faire entrer sa pelleteuse, n’a pu entrer qu’avec l’aide de la Police.

Demain mardi matin à 7 heures (ou plus), l’action continue au 17 place Saint-Pierre. Les Verts du 18e, avec plus 500 pétissionnaires riverains, continuerons à s’opposer pacifiquement à ce chantier scandaleux et aux pratiques violentes de ce promoteur privé. En solidarité aussi avec Sylvain qui porte ce combat, merci de venir nombreux, et les élu-es avec nos écharpes.

Cordialement

Olivier RAYNAL

Maire adjoint du 18e arrondissement

Chargé de l’Environnement

Lionel: prend exemple sur Alain.

Lionel Jospin est l’invité du « grand jury » RTL – Le Figaro – LCI dimanche 23 septembre. Depuis 8 jours que les bonnes feuilles de son livre (« L’impasse ») ont été publiées par Libération, la presse s’amuse : enfin de l’action ! La psychothérapie littéraire du Parti Socialiste continue.

Lionel Jospin était une icône en 2002: il incarnait un sens de la rigueur, le refus de jouer l’image; l’envie d’être pédadogue. Puis la défaite du 21 avril arriva. Nous étions sous le choc, compatissant avec l’homme. Puis Jospin dérapa. Partir, revenir – il faisait des allers-retours avec sa promesse de cesser toute activité politique. Le donneur de leçon pris le dessus. Un groupe perçu parfaitement ce caractère hautain, et bien avant l’échec de 2002 : les Guignols de l’Info, qui la caricaturait régulièrement comme un type méprisant (« quel pays de merde! »), un « Juppé de gauche ».

Lionel est un homme politique d’un autre siècle. Avoir été le premier secrétaire du PS sous François Mitterrant puis avoir gagné une élection législative a fusillé toute modestie chez lui. Il a oublié qu’il est (co)responsable du plus grave échec politique de la gauche – la disqualification présidentielle au second tour.

Publier un livre (« seulement » 60 pages sur 140 comme il rappelle lui-même sur France 2) est une hérésie et une traîtrise.

Il devrait prendre exemple sur un autre surdoué de la politique, dont l’échec personnel a nourri un changement de caractère: Alain Juppé.

Juppé est revenu du Canada plus souriant, plus modeste, avec un esprit d’équipe certain. Mais Juppé est plus jeune que Jospin.

Auteur de Sarkofrance (2007-2012); coulisses personnelles. "Ce n'est pas le désaccord qui gêne mais la façon dont il s'exprime."