Aujourd’hui, je suis ici

Blog au repos.

Juan au repos.

Publicités

Je suis addict

Siné-cure

Je n’en peux plus avec cette affaire, et pourtant je la relais. L’affaire Siné a créé son petit malaise, très bien exprimé (pour ce qui me concerne) par Raphaël Anglade.

Et voici Rue89 qui nous rappelle des bêtises anciennes. Ils sont allés interrogés le gateux, et ils l’ont piégés. Et oui. Eric Mainville me l’avait écrit. Cette affaire pue la fin d’une histoire. Pauvre Siné. J’ai honte.

« Abjurer sa religion, c’est vachement grave ».

???????????

Il y a un an, j’ai découvert Keny Arkana

J’aime le rap dur depuis une quinzaine d’années. Pas le rap Bling Bling, qualifié de « rap de droite » par Akhénaton. Ni le rap « nombril » qui écorche les oreilles avec des platitudes banlieusardes à deux balles. Diam’s chante la féminité, IAM chante les origines, Keny Arkana chante la rage. Elle est la cousine de Public Enemy. Fight The Power.

Propagande d’été

On s’est un peu fait chambrer, à tort ou à raison, ces dernières semaines. On serait trop mous, ou trop vides. Cet été, le débat politique s’élève.

L’UMP a lancé son opération « Caravanes de l’été, » tandis que le Parti Socialiste est responsable des pires campagnes d’opposition jamais connues (esthétiquement parlant).

Histoire de violences

Je ne sais pas si cela vous a frappé. Depuis quelques jours, une accumulation de faits divers dramatiques concernant des familles, des enfants inondent les médias. On tue, on poignarde, on se tue, on se venge, on s’oublie.

Des bébés oubliés sous le soleil dans la voiture, un gamin de 11 ans poignardé à 40 reprises alors qu’il faisait du vélo sur son lieu de vacances, une fillette de 3 ans qui se noie à 35 mètres d’une réunion associative à laquelle participaient ses parents; une mère qui voit son mari et ses deux fils s’écraser d’un pic en escalade; un père qui étouffe femme et enfants par crainte d’une nouvelle séparation.

Le point commun de ses histoires dramatiques est l’âge des victimes. Authueil s’est ému de certains de ces faits divers. Père moi-même de deux racailles, j’explique chaque matin, chaque soir, chaque jour à mes deux enfants cette triste réalité qu’ils entendent comme moi à la radio.

Certains de ces faits divers d’été sont violents. Ce n’est pas le hasard de la nature qui frappe une famille innocente. C’est le désespoir ou la folie d’un homme. J’ai chaque matin l’impression d’être dans un mauvais épisode d’une mauvaise série policière.

S’identifier chaque matin, chaque soir, chaque jour à une famille déchirée, des proches dévastés est un exercice douloureux et compassionnel.

Auteur de Sarkofrance (2007-2012); coulisses personnelles. "Ce n'est pas le désaccord qui gêne mais la façon dont il s'exprime."