Rectificatif : une méchante sarkozette, un gentil sarkozyste.

Je dois apporter 2 corrections à un précédent billet. La première est que Guillaume de Thomas nie avoir posté le commentaire qui lui est attribué sur le blog d’Olivier Bonnet.

La seconde est que l’administratrice du blog n’est pas si gentille. Après tout, c’est son droit, on ne lui demande rien. Jugez plutôt l’échange de mail (car la dame n’a pas voulu les poster comme commentaires sur mon blog mais elle est d’accord pour que je les publie).

De : corinne.salou@orange.fr
Objet : re: Nouveau commentaire sur votre article n°3236724 « CARTE SCOLAIRE…suite et fin. »
Date : 3 novembre 2007 17:46:49 HNEC
À : mbruceforever@mageos.com
Répondre à : corinne.salou@orange.fr
Mon chéri (et non pas Ducon)
J’ai 44 balais et pas de leçon à recevoir, d’un « papa » (tu as aussi l’imperméable?)
Moi aussi j’ai 3 enfants, et si tu es déçu de la gauche, va donc proposer tes supers idées au PS,
ils en ont bien besoin!
J’aurai bien posté ce petit mot sur ton blog, mais je trouvais plus honnête en privé, pas comme toi.
ta « Maman »
PS (-: Ceci dit, tu peux publier, bien sûr!
Garde tes insultes, nous on ne s’abaissera pas à ça. Pathétique!

Puis ma réponse « privée »:

De: mbruceforever@mageos.com
A: corinne.salou@orange.fr
Sa 3 Novembre 2007 17:55

bonsoir
je ne suis pas déçu de la gauche et j’essaie bien de leur proposer mes idées (o:))
Ducon est un flag de billet à vocation humoristique (je ne crois pas être plus insultant que certains de vo sbillets tels « Ils sont nombreux ceux qui, par aigreur, bêtise, désespoir, jalousie »)
je ne ne comprends pas ta réaction sur les commentaires en public ou en privé : a priori, une zone de commentaire sur un billet, c’est fait pour cela. Et de surcroit, j’ai même indiqué que le commentaire continuait ailleurs.
Enfin, juste pour mon information (je ne dois pas être suffisamment intelligent) :c’est le flag « ducon » qui t’a choqué ? (le reste était plutôt poli, même si nous ne sommes pas d’accord).
cordialement,

Et la voici qui répond :


De : corinne.salou@orange.fr
Date : 3 novembre 2007 22:55:47

À : mbruceforever@mageos.com
Cher Mr Ducon, (c’est de l’humour aussi!)
Un flag ? comme flagrant délire sûrement, nous n’avons certes pas la même vision du monde, (Juan comme Don? ) Ne crois tu donc pas que certains Ségolénistes (pas terrible) soient déçus et aigris, tu dois être le seul. Au moins nous ne nous cachons pas derrière des pseudos. Ayons donc le courage de nos opinions.

Signé :Mme Ducon, alias La Castafiore,alias Sarkosette, alias..alias
(malheureusement, il y en a de toutes les couleurs, des Ducons voulais-je dire)

Bon. Que dire ?
Ce n’est pas tout à fait l’échange que j’attendais sur la carte scolaire. Je vais donc chercher d’autres blogs à commenter.

Je vais laisser Sar-Cosette tranquille.

Publicités

Deux gentils sarkozystes

Par hasard, je suis tombé sur le commentaire d’un certain XX sur un billet d’Olivier Bonnet. Le commentaire était amusant car il révélait que le pauvre garçon n’avait absolument pas lu le contenu du billet. Olivier Bonnet démontait le conspirationisme à l’oeuvre du réseau Voltaire, rien de grave contre Nicolas Sarkozy à part la photo. Cette fameuse photo reprise ici ou là qui montre un Sarkozy sur une caisse pour être à la hauteur d’un Bush Junior déjà pas grand.

cliche-2007-11-03-12-58-30.jpg

Guillaume de Thomas (l’un des 2 auteurs du blog) dénonce le trucage sur son blog. Si c’est vrai, il a bien raison.

J’ai donc découvert par ce biais, ce blog, « SARKOZERIES« , sous-titré: « réponses aux Sarkonneries » de Corinne et Guillaume. Quelles sont les réponses ? Un communiqué de Xavier Darcos sur la carte scolaire (sa suppression « ne modifie en rien le droit pour une famille d’inscrire son enfant dans l’établissement de son secteur. » En tant que parent, je ne peux que m’élever : le problème de la suppression sans filet de la carte scolaire est que cela permet aux meilleurs élèves de fuir les quartiers difficiles…

C’est tout ? Presque, le blog n’a que 6 billets à l’heure où je vous écris. j’eusse aimé lire quelque chose sur la rémunération du Président, les franchises médicales, les tests ADN, le stress de Rachida Dati. Rien. Une autre fois peut être ?

Souhaitons leur bonne chance. Ils ont l’air d’y croire.

La Scientologie n’est pas morte

J’habite le 18ème arrondissement de Paris. 20 minutes de vélo du siège de la Scientologie (basée rue Legendre, Paris 17ème). J’ai reçu ce soir un trac de cette secte. « Qu’est ce que la Scientologie ? Pourquoi est-ce une religion ? Qu’est ce qu’elle apporte aux gens ? »

Le coupon m’invite à venir en couple voir un film de présentation avec l’unique interview filmée du fondateur Ron Hubbard.

Les warnings s’allument.  Cette secte est un danger.. Que faut il attendre de plus pour qu’elle soit interdite ?

Ma République des Blogs

Je suis allé comme prévcu mercredi 31 octobre à la République des Blogs qui se tenait à Paris. Assistance moins nombreuse qu’en septembre, mais riche expérience. J’ai rencontré Christophe Grébert, le fameux blogueur candidat aux municipales. Il appelle aux dons, et publie un feuillet tous les 15 jours récapitulant ses débats coopératifs de campagne. Il m’a présenté à Benjamin Boccas, photographe free-lance. Il fait des portraits. Difficile pour moi. Je souhaite rester anonyme. J’ai dit mon vrai prénom par erreur et réflexe à trois reprises dans cette soirée, mais le brouhaha ambiant m’a sauvé. La séance photo fut curieuse, mains sur le visage et gilet rouge.

Eric Mainville était accaparé par Martin P, Ivann Lamy et Julien Toledano. Luc Mandret s’est éclipsé bien vite après quelques brèves avec Quitterie Delmas.

Puis j’ai retrouvé Aurélie Bouquet la Bordelaise en vacances à Paris, Maxime Pisano, le socialiste nancéen énervé énergique mais toujours souriant, Wildo et son nouveau blog, et Dagrouik qui nous a livré le secret de son nom (il entend un cochon à la TV, a besoin d’un pseudo; « Grouik » est déjà pris; « ça grouik » aussi; va pour « Dagrouik« ). J’en ai appris de belles sur Razzie Hammadi. J’ai pu voir ce matin que l’offensive est quasi-générale.

Il fut question de Rachida Dati, de la disparition des blogueurs de l’ump de la blogosphere, du sexisme de gauche contre Ségo et de deux (légers) désaccords d’action. Je défends l’idée qu’il faut convaincre celui qui a voté Sarkozy sans en être un zélateur indéfectible. Mon blog ne sert qu’à cela. Martin P est sur une autre ligne. Ivanouissant a cru que je voulais être soft. Finalement, une motion de synthèse a été votée (on se croirait au PS): utilisons le tag Ducon pour référencer nos billets sur les dommages causés aux Français par l’application du programme du candidat Sarkozy: « tu l’as voulu ? Tu l’as dans le c…« . Je crois que j’ai 1453 billets à indexer ce week end sur sarkofrance.

Le second porte sur les divisions à gauche. La gauche a disparu. Wildo a eu le mot juste: à gauche, on discutaille. Je leur ai conseillé de fusiller rapidement et discrètement l’opposition interne et de passer à autre chose. Les deux seuls opposants audibles sont Ségolène Royal et Noël Mamère aujourd’hui.

Blogueur trop récent, j’ai beaucoup à apprendre. Eric Mainville a souvent le conseil juste. Et Christophe Grébert a en fait eu le mot de la fin, un mot simple en début de réunion: « en fait, tu blogues grâce à Sarkozy. »

Effectivement. Vu sous cet angle, merci Nico.

Mélenchon ou Mamère ?

Mélenchon devrait prendre exemple sur Noël Mamère. Plutôt que de lancer des rumeurs studides car inutiles, futiles et démenties contre Ségolène Royal, sous couvert d’un voyage de réflexion en Amérique Latine, il pourrait concentrer son énergie contre l’action présidentielle. Non, il préfère, chaque jour un peu plus, montrer à quel point il craint (pour lui ?) Ségolène Royal.

Que le PS soit inutile au débat public, inexistant dans les luttes, inauddibles dans la critique, ce sont des évidences. mais les Verts ne sont pas mieux lotis. Eux, au moins, ont Noël Mamère.

Ce dernier est l’un des opposants les plus percutants contre l’action de Sarkozy depuis l’élection présidentielle. Il a la formule juste, remet la politique du Président en perspective et n’épargne rien. Sa dernière tribune dans Libération est exemplaire: « Les banlieues, drones sous surveillance« . Mélenchon devrait la lire et méditer. Sur son triste sort.

Extraits:

(…) Les discours à répétition sur le Kärcher, l’identité de la France, la colonisation positive, les caractéristiques de l’homme noir, les rafles jusque dans les écoles, les amendements concernant l’ADN et l’exclusion des sans-papiers de l’hébergement d’urgence ont une seule et même logique que je n’ai cessé de combattre depuis des mois : trouver des boucs émissaires, stigmatiser, racialiser la question sociale. (…)

La société de surveillance des drones et le bio pouvoir instauré par l’ADN sont en train de transformer la démocratie et de dessiner la société du futur. Accepterons-nous sans résistance ce «monde merveilleux» où une partie du corps social vivra la peur au ventre, confinée dans un apartheid qui ne dit pas son nom ? La société se laissera-t-elle prendre en otage par un Etat autoritaire surplombé par un surpouvoir monarchique qui règne sur un espace où chaque individu est sans cesse repéré, fiché, examiné, enregistré à son insu, où ses moindres mouvements sont surveillés par des milliers de caméras de vidéosurveillance ? Ce totalitarisme soft doit être combattu pour ce qu’il est, la négation des valeurs qui, de la Révolution française à la Résistance, en passant par 1848, la Commune ou Mai 68, ont forgé la seule identité nationale que je reconnaisse et qui se lie dans les trois principes inscrits sur les frontons de la mairie de Bègles et des 36 000 communes de France : «Liberté, Egalité, Fraternité».

J’appelle les maires dont les habitants vont être l’objet de cette suspicion généralisée à faire respecter ces principes en déclarant leur ville «zones hors surveillance aérienne». Les drones ne passeront pas dans le ciel de ma commune.

Cette semaine, anniversaire.

pic_0071.jpg

Dans mon quartier, Ingrid est toujours là.

pic_0055.jpg

Auteur de Sarkofrance (2007-2012); coulisses personnelles. "Ce n'est pas le désaccord qui gêne mais la façon dont il s'exprime."