Sego attaque ! Banzaï !

Ségolène ROYAL dénonce dans LE MONDE les bourdes diplomatiques du Président. Et il est vrai que pour un candidat dont l’équipe avait loué la compétence et le sérieux, elles sont sévères.
Pendant la campagne présidentielle, nous entendions souvent à propos de la candidate socialiste la critique sexiste d’incompétence (« tu la vois tenir tête à Poutine ? »)
Que dire aujourd’hui ? Notre Président vend une centrale nucléaire à la Libye, insulte l’Afrique dans un funeste discours, laisse son Ministre des Affaires Etrangères parler de guerre probable avec l’Iran, et évoque un voyage prochain en Chine aux mépris des droits de l’homme.
Ségolène Royal enfonce le clou (et elle a raison).

Elle attaque le Président sur son domaine privilégié. Bravo.
Lisez plutôt.

@import url(http://medias.lemonde.fr/mmpub/css/blog.css);

Une diplomatie incohérente, par Ségolène Royal
LE MONDE | 01.10.07

© Le Monde.fr

Publicités

Thomas, Yacine et Chloé : Générations rebelles

Les rebelles de la radio ?

Un sens politique plus aiguisé que Jean-Michel Apathie et Alain Duhamel réunis ?

Une libre antenne qui ne fait rimer liberté avec vulgarité ?

C’est ici. C’est avec eux.

L’un des meilleurs débats radiophoniques du moment est la matinale de GENERATIONS FM 88.2, du lundi au vendredi, animée par Yacine et Thomas, avec le concours de Chloé qui tient les news et la revue de presse.
Ils animent des débats ouverts, sans insulte ni violence. On y réagit à l’actualité : Fadela Amara et son plan anti-glandouille, les tests ADN contre la fraude au regroupement familial.

Pas franchement tendres avec Sarkozy, mais sans tomber dans les clichés « Sarko=facho ».
Dépéchez vous, écoutez-les.

Les gentils segolenistes

J’ai fait une vraie découverte à la République des Blogs : les ségolénistes avaient des consignes pour ne pas être agressifs envers l’adversaire pendant la campagne présidentielle (n’est-ce-pas Dagrouik ? N’est-ce pas Wildo ?).

Je comprends mieux la verve actuelle. Il faut se rattrapper.

En politique comme en affaire, Sun Szu est un maître : attaque pour tuer. La politique est une affaire de meurtre symbolique. Pourtant Ségolène est dure. Elle ne veut pas le paraître. Je l’ai aperçu lors de son intervention au Grand Journal de CANAL+: le visage serré, le regard dur. « Elle a besoin de se concentrer » m’a-t-on dit. Elle n’est pas angélique. Elle sait qu’il faut se battre. Mais, chose étrange, elle semble persuadée qu’il vaut mieux survoler la mêlée. Quand un proche lui a offert il y a 4 mois les oeuvres de Macchiavel, elle a reconnu : « j’aurais dû les lire plus tôt« .

Pas d’accord.

Ségolène, laisse d’autres répliquer, fusiller, massacrer, nettoyer. C’est tellement simple et efficace.

Vive la police ?

Vous ne trouverez pas dans ce blog de propos anti-flic.
Voir des flics humilier des jeunes devant mon parking me révolte.
Voir des flics crâner avec leur casquette américaine m’énerve.
Voir des flics me verbaliser un FAMAS en bandoulière pour une conduite incorrecte m’exaspère. Quand je lis le portrait du patron de la police nationale, je frémis.

Mais j’aime les flics.
je les admire.
LE PETIT LIEUTENANT est l’un de mes films préférés.
J’ai voulu être flic.

J’ai rencontré BHL

Un livre visiblement attendu de BHL va sortir le 9 octobre. je l’ai rencontré il y a 18 mois. BHL est protéiforme. J’avoue que je déteste autant le personnage que j’ai aimé son anthologie des intellectuels français. Il influence. Il joue de son couple improbable avec Arielle Dombasle. C’est certainement une intelligence rare. Je craignais ce rendez-vous car il l’avait demandé. Il devait me juger, me jauger.

Puis la campagne présidentielle a démarré. BHL a commencé par taper sur Ségo dans un article. Un jour, il dîna avec elle. Une fidelité est née. J’ai été sensible à ce geste. BHL est resté avec la candidate dans les moments difficiles. J’ai revu mon jugement. Subjectif ? Sans doute.

Quand j’ai entendu Ségolène témoigner de cette fidélité. BHL et elle se sont parlés chaque jour pendant le combat présidentiel.

Fidélité.

République des blogs, expérience personnelle

Je suis donc allé  à la République des blogs mercredi 26 septembre, pavillon Baltard, en face du Forum des Halles à Paris. Une trentaine de personnes. Beaucoup de fumeurs. Très peu de filles. Drôle d’impression. Entre plaisir et malaise.
Je m’imaginais un comité d’accueil. Un registre à signer à l’entrée sur un coin de table. Pas de petit badge avec le nom de son blog genre « Salon VRP Porte de Versailles ». Rien de tout cela. Quand vous êtes nouveau et anonyme, allez prendre une bière au comptoir, inscrustez-vous ou cassez-vous. Quelques stars du blog étaient là. Je ne suis pas blogueur professionnel. Malaise. Le blog est un exercice tellement personnel.

Mais plaisir aussi. J’ai longuement parlé avec Wildo, puis Eric Mainville. J’ai pu serrer la main à Dagrouik. Avec Wildo, j’ai découvert Archipel Rouge de l’intérieur. Une vraie organisation. Sérieux, passion et engagement.  On a parlé Ségolène, motivations, trolls et rythme de travail (pardon, de blogging). Je suis très admiratif.

Eric Mainville m’a bluffé. Ouvert, calme, flegmatique. Force tranquille et précision. J’arrête là les compliments. Juste heureux d’avoir vu de visu des « partenaires de jeux ».  Nous avons discuté du succès d’equilibre précaire. Visiblement mes tentatives de contributions tapent à côté. La thématisation poussée de ce blog bloque mon inspiration. Pour le moment.

Dagrouik est le premier, et le seul (à part Embruns), que j’ai vu en arrivant (en retard) dans le bistrot.  Le regard brillant (« ah c’est toi! »), le visage souriant. J’avais quelques difficultés à y voir l’auteur de ces lignes acerbes (mais argumentées) que je lis chaque jour.

Nulle prétention. Une simplicité non-techno, un militantisme sincère que j’admire.

Auteur de Sarkofrance (2007-2012); coulisses personnelles. "Ce n'est pas le désaccord qui gêne mais la façon dont il s'exprime."