Galeries

Femmes, cuisine.

Je rentre le soir, un magazine sur la table du salon. Un 8 mars, la couverture qui tue. Rien ne change, tout se transforme.

20130308-203745.jpg

Publicités

Le dernier mauvais sondage pour Sarko

La droite souffre, elle réclame Sarkozy. Que ces sondages sont curieux et a double tranchant. Un dernier, publié par itele, estimé à 54% la proportion des sympathisants de l’UMP qui souhaitent une candidature de Sarkozy en 2017.

C’est une excellente mauvaise nouvelle pour tout le monde.

Pour Sarko, cela signifie que son retour n’est pas souhaité par près de la moitié de son propre camp.

Pour l’UMP, cela veut dire qu’aucun leader ne s’impose.

Ni sauvée, ni secourue…

Mince.

Dans cette enquête réalisée pour l’émission «CQFD» de i-TELE, à la question «Parmi les personnalités suivantes, laquelle préférez-vous voir représenter l’UMP à l’élection présidentielle de 2017 ?», 54% des sympathisants se prononcent pour Nicolas Sarkozy, 16% pour François Fillon, 10% en faveur de Nathalie Kosciusko-Morizet, 9% pour Bruno Le Maire, 5% pour Jean-François Copé, autant pour Xavier Bertrand, tandis que 1% d’entre eux ne se prononcent pas

20130302-004300.jpg

François Hollande est un roc. S01E04

Ils avaient pensé qu’il se dégonflerait. A en croire les communicants et sondeurs de l’Elysée et de quelques cercles autorisés, François Hollande aurait dû être politiquement enterré voici plusieurs semaines.

Ces gens-là n’ont pas compris. Cela m’amusait. Leurs assurance ne reposait sur rien, juste un grossier bouche-à-oreille de salon. Il faut toujours vérifier ses sources et comprendre qui vous parle.

En fait, il n’en fut rien. Même Mélenchon en fut surpris. Le « capitaine de pédalo » avait caché son sous-marin militaire. A l’Elysée, l’inquiétude avait tellement grandi que le candidat Sarkozy précipita son coming out. On pouvait lire la rage dans chacune des déclarations élyséennes.

François Hollande semble donc un roc, et c’est la première fausse surprise de la semaine.

Ce jeudi soir, le candidat socialiste a répondu aux dérapages de Nicolas Sarkozy de la veille et du jour.

«Moi je ne veux pas rester sur des pugilats, sur des phrases, sur des invectives», a déclaré M. Hollande, accusant le chef de l’Etat de se livrer à «des attaques qui n’ont pas de sens quand il y a, en plus, falsification, caricature, manipulation». La confrontation présidentielle doit «être à une hauteur digne de l’enjeu, moi, je veux rester à un niveau digne», a-t-il ajouté. Source: Libération

Merci donc, François, de tacler comme il faut.