Toi aussi, trouve ton point Godwin


L’affaire a même surgi dans une conversation familiale. Hitler et les nazis se sont invités dans une discussion. Et notre fille aînée de nous dire: vous avez atteint votre point Godwin ».

Après quelques échanges complémentaires, nous avons finalement collectivement conclu qu’il valait mieux persévérer.

« Plus une discussion en ligne dure longtemps, plus les chances de voir un interlocuteur se référer aux nazis deviennent élevées, observait en 1990, l’avocat Mike Godwin, inventeur du célèbre “Point Godwin”. Dépassant le cadre du phénomène web, le philosophe belge François De Smet interroge le sens caché de cette obsession pour l’hitlérisme, dans laquelle il décèle le signe de notre inaptitude actuelle à déterminer en quoi consiste le mal. » (lire la suite).

About these ads

26 réflexions sur “ Toi aussi, trouve ton point Godwin ”

  1. La famille du sieur GODWIN avait des collabos ou pro nazis parmi ses rangs pour que çà gêne autant qu »on en parle ? Il ne faut pas non plus parler de révolution, bref parler du passé faisons table rase et laissons les choses continuer ainsi pour qu’elles puissent recommencer sous un autre angle… Il sera toujours temps de pleurer sur les méfaits de la guerre et de dire : « plus jamais çà ». Godwin ? Une supercherie et je vais inventer le point CARRON pour le contrebalancer, na ! ARAMIS

  2. Si on a, longtemps avant l’invention des blogs, piloté une Gold Wing, ça compte ou bien ?

    Et dira-t-on, d’un motard qui ramène tout à son obsession cylindrée, qu’il atteint son point Gold Wing ?

    Que de questions, mon Dieu, que de questions…

  3. C’est, je crois, le phénomène génocidaire qui nous met face à l’énigme du mal extrême.Pourquoi ? parce que les acteurs de génocide ne sont pas forcément des psychopathes.
    Alors , qu’est ce qui rend possible des comportements de telle sorte ? quelles SITUATIONS collectives ? quels phénomènes de chosification de l’autre, de déshumanisation?
    Pourquoi certains résistent ils ? pourquoi y a t’ il des JUSTES ? la réponse n’est elle qu’individuelle ?

    1. « la réponse n’est elle qu’individuelle ? »

      oui, forcémment, mais n’implique aucune notion de libre arbitre, c’est une question de déterminisme social, intellectuel éducatif.
      Et j’ai une très bonne et troisième explication au fait que « Hiler » et le nazisme soit et reste une référence: la nazisme n’appartient pas au passé, il existe encore tout à fait en vrai à Kiev et ce sont « nos  » amis, que nous soutenons.
      mais il existe aussi dans ces éléments constitutifs: racisme, bellicisme, diabolisation des autres et propagande impérialiste: Ein Reich, Ein Volks, Ein Dollar Uber Alles.

      1. Charles Michael ,
        Le fameux déterminisme…suffit-il à expliciter le degré  » d’humanisme  » et les qualités d’empathie , s’il y en a , si l’on ne passe pas aussi par un éclairage psychanalytique ? Pourquoi dans une fratrie , l’un ( ou une ) va nécessairement développer, par exemple, une psychopathologie destructrice plutôt que tel ( telle ) autre de la même fratrie ? ( et cela est valable pour énormément de pathologies mentales ) . Une ébauche de réponse qui vaut ce qu’elle vaut… : Là ou des bébés ou jeunes enfants auront été  » nourris  » de leur mère , dans tous les sens du terme , et étayés par un père aimant et présent , et donc sécurisés et comblés , il y a fort à parier que par la suite , ils ne développeront pas de conflit œdipien déstructurant et sinon , s’il y a manque primordial de parentèle positive , leur avènement psychique peut s’inscrire dans des passages à l’acte ultérieurs répétitifs et violents de rejet de l’autorité symbolisée par un père présent / absent ou défaillant . Donc , cet enfant sera toujours en recherche + ou – inconsciente du père idéal qui ne se sera hélas pas incarné et , par voie de conséquence , n’aura pas pu être intériorisé par l’enfant = la LOI n’existe pas . Une partie de l’humanité ainsi déshumanisée peut en souffrir.. et.faire souffrir…De là à dire que tout se joue de cette façon , non et heureusement .

        1. Yopopolo,
          Bien sur, tous les éclairages sur ce qui « fait » la personne participent à assembler cette notion de déterminisme, qui pour moi est absolu. Je sais tout ce que cela peut avoir de contrariant par rapport à l’idée même d’une liberté absolue, ou d’un choix libre.
          C’est le nombre des influences et déterminants qui font des individus des personnes uniques et complexes (bien que statistiquement classifiables et en partie prévisibles, manipulables donc par les media).

          C’est l’inconnu du futur de chacun, c’est à dire les circonstances et rencontres auquelles sa personne sera confrontée qui donne cette impression de liberté. Les réactions épidermiques ou choix raisonnés sont donc aussi déterminés par la circonstance et l’histoire personnelle accumulée.

          1. Charles Michael ,
            Les mots ont un sens sous lequel se cache souvent l’insensé et le non-sens qui par nature échappent à la conscience . Hélas ou tant mieux , la folie n’est pas un vain mot  » libre et non faussé  » pour reprendre l’antienne libérale…contresens total du mot  » liberté  » .
            Je crains que nous ne soyons déterminés surtout par nos pulsions de vie et de mort au sens psy et en faisant très court .
            Selon moi, la rationalité est une construction intellectuelle par laquelle on tente de s’élever vers une humanisation perfectible et , en aucun cas elle serait le moteur de notre construction psychique qui ne s’embarrasse pas de  » notions  » déterminées ou pas .

      2. Exactement. La bête s’est terrée dans ses multiples cachettes (USA, Amérique du Sud, Vatican, entre autres) juste après la guerre, puis s’est réinsérée au sein même de l’Europe qu’elle n’a jamais vraiment quitté comme le dénonce le docteur Mathias Rath, dénonçant une Europe nazie. N’oublions que petit moustachu était pour l’Anschlus. Puis s’est avéré grand « européiste », pour une grande Europe des seigneurs et de la sélection privilégiant les plus forts sur les plus faibles (à exterminer après profit) virant au formatage humain; quantifiant et qualifiant tout (sous-homme ou surhomme = notation des états en triple lettres), comme le font actuellement les têtes de plâtres qui sont aux manettes et auxquels cirent les pompes les pions mis en place à la têtes des états devenus aussi grégaires qu’insipides… beurk ! ARAMIS

  4. ah c’est ça alors le point gode ouine…..

    j’ai toujours cru que c’était le fait de raconter une grosse connerie…pas forcément sur les nazis…

    gode sève ze ouine……

  5. Je vous ai tous lu ; et je viens de passer un bon moment…
    Promis, demain, en ce qui me concerne, je me mets à la recherche de ce fameux point.

Les commentaires sont fermés.