Alleluïa: En Marche vote … #FI

Loin des désaccords, un moment heureux.

Publicités

Encore l’islam

Il y a quelques jours, l’ami Nicolas faisait un retour peut-être provisoire à l’écriture blogosphérique. Il a réagi à l’un des billets de ces colonnes où j’exprimais rage et surprise devant l’une des dernières bêtises de Manuel Valls où cet ancien premier accusait pèle-mêle Plenel, Tadeï, le Bondy Blog, et les Inrocks de compromission avec Tariq Ramadan alors qu’on l’interrogeait sur sa réaction face aux accusations de viols et d’agressions sexuelles qui étaient sorties contre le prédicateur islamiste.

Nicolas n’a pas compris le propos du billet, qui n’était peut-être pas clair: « Je vais lui répondre que je ne sais pas qui ne veut pas comprendre. Je ne sais pas si lui-même veut comprendre qu’on ne veut pas de compromission avec l’islam politique et que tous ceux qui se compromettent méritent des baffes. C’est pourtant simple, non ? »

J’ai du rater une étape. J’ai raté ce moment où l’on interrogeait Valls sur l’islam politique. L’amalgame ignoble que Valls a fait ce jour-là consistait à accuser de complices de Ramadan des gens et des médias tandis qu’on l’interrogeait sur une affaire de viol.

J’ai du rater la compromission du Bondy Blog avec Ramadan. La directrice dudit blog a démenti toute interview avec le dit prédicateur, mais visiblement Valls ne lit pas vraiment le Bondy Blog.

J’ai même du rater la compromission de Plenel avec l’islam politique. Plenel défend une tolérance avec l’islam tout court, une tolérance que je ne partage pas à cause de mon athéisme primaire. Mais il s’agit de reconnaitre que les musulmans existent, et qu’ils ont le droit de pratiquer leur religion tant qu’ils n’enfreignent pas les lois de la République. Et qu’on peut même discuter avec eux sans subir de fatwa laïcarde. C’est un athée religionophobe qui vous l’écrit.

Bref.

Cette semaine, la polémique s’est amplifiée. Plenel touché à vif a forcément répliqué contre Charlie Hebdo lequel a répliqué. Une journaliste de Mediapart, par ailleurs présidente de leur SDJ, est parti en vrille en expliquant que l’islamisme n’est pas un problème. L’unique raison pour laquelle cette polémique ne mérite – d’après mon humble avis – qu’une immense indifférence est qu’elle ne sert que les cons, les faibles d’esprit et d’abord justement les islamistes. Je n’ai pas envie de pousser des cris d’orfraie chaque fois qu’on parle du voile (même si cette pratique me semble rétrograde et stupide). Je n’ai pas davantage envie de tolérer l’islam comme toute autre religion, plus que toute autre religion puisque celle-là a une furieuse tendance à faire chier et à tuer.

OMG!

Je suis centriste.

Pardon.

 

Mise à jour, mercredi fin de journée: la déclaration accusatoire de Plenel contre Charlie, les traitant « d’ennemis des musulmans » est une ignominie. Mais qu’ils sont devenus bêtes…

 

Le 13 novembre était un vendredi

Les cérémonies de recueil et de souvenir des attentats de Paris provoquent des sentiments ambivalents.

C’est d’abord un souvenir douloureux. Douloureux par le choc, les morts, les collègues qui sont morts au Bataclan. C’est aussi la fin d’une illusion. Charlie nous avait fait pleurer, les attentats de Paris ont dépassé plusieurs stades, au-delà de l’horreur. Avec ces attentats, nous avons tous compris que nous étions en guerre.

Quand on est en guerre, il y a au moins deux réactions. La plus bête, la plus primaire est celle qui fait le jeu de l’adversaire, celle qui emprunte ses mots, ses tactiques, ses raccourcis. Il est difficile de résister à la rage que les attentats ont provoqué.

L’autre réaction incite au recul pour mieux combattre. Comment éliminer la racaille islamiste quand on fait son jeu à force d’outrances et de bêtises ? En d’autres termes, il, s’agit de ne pas être, et surtout pas jouer aux idiots utiles de l’islamisme, radical ou pas, ces épouvantails que sont Laurent Wauquiez, Manuel Valls, Valeurs Actuelles, et autres Marine Le Pen. Vous trouverez sans doute que j’amalgame.

#Lol

Restons Charlie, ce sera déjà bien pour tout le monde.

 

Et si on parlait politique ?

Une semaine après la publication feuilletonnée des Paradise Papers, l’absence de propositions gouvernementale est assez assourdissante et sans surprise. Rappelons-le, les 96 médias qui ont dévoilé cette affaire sous couvert du Consortium international des journalistes d’investigation n’ont débusqué que la face extrême et légale de la prédation libérale, une vaste course à l’optimisation fiscale facilitée par le Grand Marché de l’Union européenne.

Nous avons déjà exposé dans ces colonnes pourquoi il semblerait naturel de déchoir de leur nationalité française ou, à tout le moins, les priver de tous leurs droits civiques les fraudeurs fiscaux. L’impôt est la première des solidarités. Mais cette fois-ci, il s’agit d’évadés, d’optimiseurs. Nos différents employeurs ont sans doute eu recours à de tels stratagèmes. Comme souvent, il n’y a que le salarié, le retraité ou le petit entrepreneur qui n’échappent pas à l’impôt plein pot.

Alors que faisons-nous ?

La France insoumise a fait 5 propositions contre l’évasion fiscale: la suppression du verrou de Bercy, l’impôt universel (déjà pratiqué aux Etats-Unis), « l’interdiction pour les établissements bancaires d’exercer dans les paradis fiscaux », « la création du délit d’incitation à la fraude fiscale et à l’évasion fiscale » et  » l’interdiction d’exercer un mandat social pour les dirigeants de société qui ont exercé dans des paradis fiscaux ».

La suppression du verrou fiscal de Bercy, c’est-à-dire le monopole de Bercy pour toute poursuite en matière de fraude fiscale, a été proposée au vote l’été dernier par la France insoumise, les communistes, les socialistes, et les LR constructifs. Mais les godillots macronistes ont voté contre.

Quelle surprise.

L’impôt universel est une proposition du candidat Mélenchon lors de la dernière présidentielle. Un horrible truc de gauchiste qui est en pratique, non pas au Vénézuela, mais aux Etats-Unis.

« Chaque année, tous les citoyens américains doivent remplir une déclaration de revenus au fisc américain, même s’ils résident à l’étranger. Ils sont imposables sur leurs revenus touchés dans le monde entier, même s’ils ont déjà payé leur impôt dans le pays où ils résident. » Source: France info.

Alors ?

Pourquoi ce silence ?

 

Chanson du dimanche: « regarde ce que la lumière a fait maintenant »

Une très jolie ballade, interprétée par Feist et Little Wings en pleine nature.

1914-1918, les déserteurs avaient raison.

11 novembre oblige, on se souviendra des déserteurs, de ceux qui ont refusé ces combats absurdes.

Paix à leur mémoire.

Il faut revoir Joyeux Noël de Christian Carion et, évidemment et surtout, les Sentiers de la gloire de Stanley Kubrick.

 

 

Auteur de Sarkofrance (2007-2012); coulisses personnelles. "Ce n'est pas le désaccord qui gêne mais la façon dont il s'exprime."