Pour convaincre de voter

Quelques sondages nous apprennent que la moitié des électeurs ne sont pas sûrs de leur vote au premier tour de la présidentielle d’avril prochain. Sympathisants de gauche comme de droite sont environ 30% à être indécis.

D’après une autre enquête, les plus fortes proportions d’électeurs sûrs de leur choix sont chez Le Pen (80%), Fillon (60%) et … Mélenchon (53%). A l’inverse, Macron a une base très friable – 33% de convaincus définitifs.

Pire encore, ces sondages, comme toujours, mesurent rarement le niveau de l’abstention: les résultats que l’on nous livre sont « nets » de l’abstention, une abstention que lon fait mine de découvrir le jour du scrutin.

Que faut-il en conclure ?

Qu’on a tous du boulot pour convaincre plus large et que rien n’est joué.

Prenons le sujet du fameux chiffrage des propositions. La séquence de la semaine dernière est exemplaire. Le matraquage médiatique avait repris contre l’absence de chiffrages des propositions de la France insoumise. Si à Macron on reproche de ne dévoiler son programme qu’au compte-goutte, le principal reproche adressé à Mélenchon portait sur l’irréalisme budgétaire de ses propositions.

 

Mais qui a pris le temps de lire, écouter, comprendre ? Dimanche dernier, quelques cinq heures d’antenne sur Internet ont été consacrées à ces explications. Et elles sont eu un effet bénéfiques, elles ont calmé ces fameuses critiques, pour un temps au moins.

 

Chanson du dimanche: « dimanche matin »

Une chanson culte mais à propos.

Trump, dangereux

Donald Trump n’est pas seulement drôle. Il est dangereux. Ce vendredi 24 février, le président des Etats-Unis a décidé d’interdire la présence de cinq médias dans les press briefings de la Maison Blanche. Croyez-vous qu’il s’agisse de journaux gauchistes ou crypto-communistes ? Rien de tel.

Reporters from the New York Times, Los Angeles Times, CNN and Politico were all refused access to an off-camera press briefing by Sean Spicer, President Donald Trump’s press secretary. (Lire la suite)

Il y a quelques jours, Donald Trump avait commencé sa conférence de presse par un long laïus incroyable contre « les médias« , « les journalistes« , ces « êtres humains les plus malhonnêtes de la planète » dixit Trump.

Une charge assez inédite.

Cette fois-ci, Trump exclut quelques médias de ses briefings officiels (ou de ceux de ses collaborateurs). Certains journalistes ont trouvé la parade, une parade simple qui s’appelle la solidarité: reprendre la question, ou l’enquête, d’un(e) confrère/consoeur censuré(e) par la Maison Blanche, au-delà de la compétition.

Grâce à Obama, il nous faut déclarer nos comptes sociaux (Facebook, Twitter, etc) quand on demande un « ESTA« , ce visa à 14$ valable deux ans pour entrer aux Etats-Unis.

On ne te dit pas merci, Barack, d’avoir joué, comme d’autres ailleurs dans les démocraties occidentales, l’idiot utile des racailles qui te succèdent.

Trump, cet homme est dangereux.

 

Ce fichu dîner du CRIF

J’en ai marre.

Chaque dîner annuel du CRIF charrie son lot de commentaires sur « l’argent ». Certes, ce dîner n’est pas donné. Il sert même à financer le CRIF. Mais l’association Juif/argent évoque autre chose chez quiconque a peu d’Histoire en tête. Le dîner du CRIF n’est pas une fête populaire, BREAKING NEWS. J’ai échangé hier soir avec un estimé journaliste qui relayait le prix, exorbitant, du dîner. Qu’on se le dise ici, l’association Juif/argent suscite chez votre serviteur une rage indicible.

Désolé, nous ne sommes pas responsables de l’Histoire que nous avons vécue.

Ceci étant rappelé, passons à l’essentiel, l’immonde bêtise du président du CRIF.

Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ne sont pas invités au dîner du Crif car ils véhiculent la haine », a justifié Francis Kalifat ce mercredi 22 février sur RTL.

Cette déclaration est une misère, une profonde misère.

Et donc nous applaudissons, san sconteste et avec plaisir au communiqué de Mélenchon:

 « Me comparer au parti d’extrême droite dont l’histoire européenne est mêlée aux pires atrocités commises contre les Juifs, est une faute morale et politique. (…) Si le CRIF représente le gouvernement israélien et, pour cette raison, considère que j’en suis un opposant, je confirme que, comme beaucoup d’Israéliens d’ailleurs, je ne soutiens pas le gouvernement de Netanyahou, ni ceux qui ne s’offusquent pas de la violation des résolutions de l’ONU. « 

Oui, le CRIF défend le gouvernement d’Israël, par ailleurs coupable d’une politique xénophobe assez hors normes.

 

Bayrou/Macron, la réincarnation de Lecanuet

 

Je n’étais pas né quand George Pompidou a été élu contre Alain Poher, lequel était soutenu par les centristes de droite, en 1969. Mais j’ai l’impression de revivre le même match.

Voici François Bayrou, figure du centrisme de droite qui n’aime plus la droite, qui se rallie à l’héritier de François Hollande, Emmanuel Macron.

Quelle surprise.

Un centriste rejoint un centriste.

BREAKING NEWS

On ne sait pas comment Bayrou conciliera son aversion pour les « puissances de l’argent » avec Emmanuel Macron . On espère, pour lui, pour nous, qu’il trouvera.

Le ralliement de Bayrou donnera un jolie impulsion au candidat « ni de gauche, ni de gauche ».

Politiquement, c’est très cohérent, sans conteste. C’est aussi sans surprise. Sociétalement sympathique, économiquement patronale, la « vision« , à défaut de programme puisqu’il n’y en a pas, est un écho à Jean Lecanuet, Alain Poher et Valery Giscard d’Estaing.

François Bayrou vient de nous en donner une confirmation supplémentaire cette semaine.

 

Marianne, les blogs

La nouvelle, mal expliquée de ma part, que Marianne fermait son espace blog a laissé croire que ce blog et Sarkofrance fermaient également. Mille excuses, ce n’est pas le cas. Mille excuses, nous continuons encore un temps.

Je réalise que l’une des motivations à l’écriture reste cet énervement quotidien à lire ce que d’autres écrivent.

 

Auteur de Sarkofrance (2007-2012); coulisses personnelles. "Ce n'est pas le désaccord qui gêne mais la façon dont il s'exprime."