Archives pour la catégorie Chroniques personnelles

Ce voile qui nous obsède

J’ai sans doute évolué sur la question du voile. Je m’explique.

1/ Il me semble que c’est aux femmes d’en parler en premier lieu, les hommes devraient se placer derrière le débat. Il ne s’agit pas de taire son opinion, ni ne s’interdire d’en avoir une, mais simplement de reconnaitre que l’avis positif ou négatif d’une femme sur le port du voile d’une femme a plus de signification et de portée car elle est davantage intimement concernée par le sujet. Le port du voile touche à l’intime, aux relations entre hommes et femmes, à la place de la femme dans la société. Je sais que des lectrices de ce blog et de nombreuses amies et proches haïssent le port du voile, et je respecte cet avis. Je ne cherche même pas à le contredire. Mais quand un homme me tient de grandes théories sur le sujet, je n’ai plus envie d’écouter. Personnellement, je suis aujourd’hui davantage choqué quand je croise un homme laïc portant la barbe longue et non taillée des musulmans ultra-pratiquants avec la tunique traditionnelle. J’y vois un signe de défiance et d’intrusion de la religion dans l’espace publique.

2/ J’ai de plus de plus l’impression que l’on fait fausse route à donner autant d’ampleur au port du voile: primo, c’est clairement une nouvelle forme empruntée par le racisme, qu’il soit « bien-pensant de gauche » ou outrancier d’extrême droite. Secundo, c’est contreproductif si l’on cherche à convaincre de l’émancipation des individus: interdire l’espace public à une femme voilée sous la contrainte de son mari ou de son père est une double peine pour elle.

3/ Ceci étant dit, le port du voile comme protection contre le regard des hommes me semble une régression individuelle, en plus d’être d’être une oppression patriarcale dans nombre de pays. J’ai du mal, même en France, à observer ces femmes surtout quand elles sont jeunes, voilées de la tête aux pieds, laissant seulement leur visage apparaitre. C’est un avis d’homme privilégié par la vie et la nature, rien de plus.

Après la tuerie raciste de Nouvelle Zélande dans deux mosquée, retransmise en direct par Facebook (un autre sujet), de nombreuses femmes, y compris des policières, ont porté le voile en signe de solidarité avec la communauté musulmane.

C’était utile, apaisant et bienvenue.

 

Publicités

Femmes, enfants et religion

Deux informations, le même jour.

Un détail.

Un abbé, que l’on appellera de son nom civil, Alain de la Morandais.

« On a toujours l’impression que c’est un viol, qu’il y a de la violence. Mais au départ, je ne crois pas. D’après les échos que j’ai eus, les confidence, un enfant cherche spontanément de la tendresse de la part d’un homme ou d’une femme (…) et souvent ce sont des gamins en frustration de tendresse. »

Puis Tariq Ramadan qui assiste à Saint-Denis à une conférence sur les violences faites aux femmes.

Sa présence a suscité la colère d’une partie de l’assemblée, selon la mairie. Plusieurs femmes ont demandé à Tariq Ramadan de quitter les lieux. L’élue écologiste Sonia Pignot, animatrice du débat, lui a également signifié publiquement que sa présence n’était pas la bienvenue. «Il n’est pas possible de faire sortir par la contrainte physique un participant à une conférence publique», a précisé la municipalité dans un communiqué qualifiant la présence du théologien de «totalement inacceptable». Ajoutant que «rien ne peut justifier qu’un combat aussi important que celui de la lutte contre les violences faites aux femmes soit ainsi parasité et confisqué par de telles provocations.» (lire la suite)

ET donc ?

Et donc rien, ou plutôt si, juste l’envie de vomir.

La disparition du parti socialiste

Après sa Pasokisation en 2017, le PS a choisi de se ranger derrière un philosophe de plateau pour son premier scrutin d’envergure depuis la déroute.

Sans rire.

J’ai beaucoup d’amis au PS, beaucoup qui ne se reconnaissent pas (encore) dans la France insoumise ni les dissidents hamonistes. La Macronie a absorbé l’essentiel de ce que comptait le PS de socio-libéraux qui aimaient cacher leur projet conservateur derrière un vernis gaucho-libéral. Observer quotidiennement l’énergie de ceux-là à défendre cette lutte de la classe d’en haut contre le reste du pays est l’objet du maintien de mon autre blog.

Mais ce qu’il restait du PS s’est dégagé quasi-intégralement de cette réaction conservatrice. Pas forcément pour les bonnes raisons (observez Hollande, plus en rancoeur qu’autre chose), mais tout de même.

Observer Olivier Faure et les quelques survivants socialistes se ranger derrière Glücksman junior est triste. Quel est le sens politique de cette démarche ?

Le PS avoue sa faiblesse, sa propre léthargie. Il confirme qu’il reste comateux, incapable de se tenir droit seul pour assumer un combat électoral. Car Glucksman ne représente rien ni personne d’autre que lui-même. En effet, « Raphy » ne sera pas la tête de liste du PS mais d’une liste autoproclamée « d’union« . Ils osent appeler cela une liste « de l’union de la gauche aux Européennes ».

Union de la gauche quand ni le PCF, ni Generation.s, ni EELV, ni les insoumis, ni même l’habituel supplétif PRG n’en font partie ?

La gauche ira donc à la déroute à ce scrutin, mais est-ce si grave ? Maintenant que le cirque socialiste est terminé, il serait temps de parler Europe et non tactique. Il y a des bonnes idées partout, même si, à mes yeux, seule LFI défend un programme construit, argumenté et réaliste de sauvegarde politique et écologique de l’Union européenne.

 

« Il est lumineux, passionné, avec une forme de détachement et d’élégance. Il est l’un de ceux qui sont fidèles à ce que ma génération a proposé, un mélange de réflexion, d’activisme, un sens de l’épique et de l’aventure, un cocktail peut-être hors d’âge mais si essentiel. » Bernard-Henri Lévy, M. Le Monde, 25 juillet 2015

Dur d’être catholique ? Pensez aux enfants.

Il faut lire ce reportage glaçant de Charlie Hebdo, cette semaine, sur ces dizaines d’enfants séminaristes violés par des prêtres en Vendée. Il faut le lire et pleurer. On y apprend comment ces prêtres recrutaient, caressaient, masturbaient les enfants qu’ils destinaient au séminaire.

https://platform.twitter.com/widgets.js

Dur, dur d’être catholique ? Sans blague. Le grand ménage va-t-il enfin commencé ?

La vie privée de Castaner

Le schéma est connu: un homme politique met en scène sa vie privée et puis un jour patatras, voici le cliché de trop. Cette fois-ci, le ministre de l’intérieur est pris la main dans sac.

Il a bien le droit, le ministre, de sortir avec une jeune femme d’une vingtaine d’années sa cadette, en boite de nuit parisienne, un samedi soir.  Sans doute fêtait-il le prochain vote définitif de la loi anti-casseurs. Ou la fin de l’acte 17 des Gilets Jaunes et ses énièmes mutilés.

Mais on n’oubliera pas les publi-reportages dans Paris Match de « Christophe et Hélène« , ses confidences intimes plus tard, dans Paris Match; puis ses autres confidences, encore dans Paris Match, sur ses envies d’être chanteur. Macron avait sa conseillère Mimi. Castaner se débrouille tout seul, mais abuse et sur-abuse depuis deux ans de cette presse people pour mettre en scène son personnage devenu d’Etat.

Effet boomerang.

 

 

 

 

La « team numérique » des macronistes

Il est loin le temps où la Macronie numérique s’inspirait des sourires de Teletubbies de son mentor Jupiter, où il fallait rassembler, rassurer, apaiser face à l’incarnation du Mal, la blonde du Front national. Macron n’était pas Jupiter, et ses militants sur les réseaux pas (tous) désagréables, clivant, agressifs, et vulgaires.

Ce temps est révolu depuis longtemps, et bientôt deux ans plus tard, c’est une autre réalité qui appelle quelques constats partagés ici ou là par des camarades et des journalistes. Par team officielle on désigne ici (1) celles et ceux qui travaillent officiellement pour le parti macroniste, (2) celles et ceux qui travaillent des services de communication élyséens ou gouvernementaux, (3) celles et ceux qui sont alimentés par ces mêmes deux sources officielles et les relayent avec régularité. (*) Je n’inclus pas les éditocrates qui font la promotion de Macron ni tous les simples militants ou sympathisants anonymes qui soutiennent Macron.

1. La team officielle s’est réduite depuis le printemps 2017. La dégringolade de la popularité de Macron, le clivage à droite du jeune monarque, l’opposition désormais plus affichée d’une partie de la gauche molle (socialistes et radicaux de gauche), explique la perte de contingent numérique.

2. La team officielle a beaucoup de faux nez (e.g. plusieurs comptes de personnes qui ne sont qu’une comme par exemple l’ex-conseiller du PR Ismael Emelien et Pierre Le Texier, responsable de la com’ de En Marche), des comptes anonymes, ce qui est cocasse pour un mouvement qui fustige publiquement l’anonymat sur internet, ou des comptes parodiques (France assouvie, LFI Forever t, NTM LAFI). Cet anonymat macroniste sur les réseaux sociaux sert à propager des informations politiques mais aussi, parfois, des informations obtenues illégalement par la police comme lors de l’affaire Benalla.

3. La team officielle témoigne d’une agressivité au moins équivalente, voire supérieure, aux autres équipes militantes numériques. Voici un exemple parmi d’autres, relevé par le socialiste Pierre Moal.

D1Pg5uIWkAU_64v

 

 

 

 

(*) A titre d’exemple, votre serviteur a fait partie de la team officielle FH2012 quelques mois avant la présidentielle de 2012 (après le vote des primaires socialistes), pendant cette même campagne et jusqu’en 2013 avant de rompre. Je ne suis pas membre de la team officielle de la France insoumise (pas de participation à des groupes Facebook ou autres, etc) même si je les soutiens.