Merci Martine. Et après ?


bonnets violets

Je n’avais pas voté pour Martine Aubry aux primaires de 2011. J’aurai peut-être dû. La fidélité à Ségolène Royal.

5 ans plus tard, je la remercie, un peu.

« Il est des vérités désagréables à dire, mais il est des moments où il faut savoir les mettre en pleine lumière. Trop, c’est trop ! Les motifs d’insatisfaction sur les politiques menées depuis 2012 n’ont pas manqué, et nous-mêmes, comme d’autres n’avons pas manqué d’alerter. Depuis quelques mois, ces désaccords se sont mués en une grande inquiétude. La colère populaire s’est confirmée sans appel par quatre défaites électorales successives. Ce n’est plus simplement l’échec du quinquennat qui se profile, mais un affaiblissement durable de la France qui se prépare, et bien évidemment de la gauche, s’il n’est pas mis un coup d’arrêt à la chute dans laquelle nous sommes entraînés. Bien sûr, nous n’oublions pas les succès de la COP 21, la priorité donnée à la lutte contre les inégalités à l’école, les avancées de la loi santé. »

Avec retard mais avec sincérité, Martine Aubry co-signe un ras-le-bol dans les colonnes du Monde qui résume un dégout, un désespoir, une sidération qui en emporté plus d’un, progressivement, plus tôt, dans ce quinquennat.

Oui, trop c’est trop. Cela fait quelque temps qu’on le sait, qu’on le braille. 

Cela fait quelque temps que vous n’entendez pas.

Ce n’est plus simplement l’échec du quinquennat qui se profile, mais un affaiblissement durable de la France qui se prépare, et bien évidemment de la gauche, s’il n’est pas mis un coup d’arrêt à la chute dans laquelle nous sommes entraînés .

L’ANI, puis la réforme des retraites, le Pacte irresponsable et la nomination de Valls furent les gouttes de trop dans un vase trop plein. La gauche est ainsi faite qu’on a chacun des limites personnelles qui correspondent à nos curseurs. La déchéance de nationalité, et maintenant la loi El Connerie.

Et après ? C’est quoi la suite ? La Sarkollande est un bateau à la dérive.

La tribune du jour, ce mercredi 24 février 2016, est une boucherie pour la Hollandie.

« Qui peut imaginer qu’en généralisant les possibilités de ne plus payer les heures supplémentaires en heures supplémentaires –calcul sur trois ans de la durée du travail, rémunération au forfait dans les PME, possibilité de déroger à un accord de branche pour les majorations….-, on améliorera la situation de l’emploi en France? Qui peut faire croire qu’augmenter le temps de travail va diminuer le chômage ? »

Martine Aubry ne soutiendra pas Jean-Luc Mélenchon, et l’inverse est sans doute vrai. Martine Aubry n’est pas seule, elle n’est que co-signataire. Elle signe tard une tribune que nous aurions pu signer plus tôt.

Il faudra pourtant que ces gens se parlent et réfléchissent à autre chose. En commun, et au-delà des désaccords. Il faudrait beaucoup de choses; que Melenchon oublie sa rancoeur sincère de 2012; que Aubry et consorts se décident à rompre, vraiment, avec l’autre de l’Elysée. Et, plus important encore, que chacun décide en son âme et conscience, d’agir seul et en premier sans attendre que l’autre fasse le premier pas. C’est cela, la politique. Un peu de grandeur de temps à autre.

François Hollande est un irresponsable. Au sens littéral du terme. Un gars déconnecté de ses propres engagements, un premier ministre hors sol qui se croit le Tony Blair de service.

Martine Aubry, réveillez vous.

75 réflexions sur “ Merci Martine. Et après ? ”

  1. je me rappelle très bien de cette foto ! vos doigts et bagues, le p’tit chapeau.. peut-être y avais-je mis un mot,
    les copains, on les voit, les revoit, les perd ou les oublie,
    aussi de nouveaux ? (bonsoir)

    1. L’avenir de la gauche je m’en moque, ce qui m’importe c’est l’avenir de la France.
      Et avec cette gauche dite « morale » alors qu’elle n’est qu’archėo-marxiste on risque d’être mal barrés.
      Elle a les mains propres mais elle n’a pas de mains.

  2. Le site du Monde titre ce soir :
    « La tribune d’Aubry,
    une « faute politique » pour certains,
    une « rupture de la gauche » pour d’autres » ….
    et je rajoute « un constat logique » pour moi.

    Sans aucun doute il faut chausser du 49.3 pour chasser les salariés du code du travail, à grand coup de pied dans les fesses.

  3. J’adore tes bagues Juan!!
    Mais Martine n’a changé!!!
    Elle se prépare pour les primaires socialistes, alors forcément elle se met du côté des mécontents et comme elle ne peut pas voir Hollande..
    C’est sa façon d’être! La dernière fois elle a fait le coup aux frondeurs et à la finale elle a rejoint Camba sur la motion A, alors qu’elle l’avait déglinguée.
    Trop de mauvais souvenirs avec elle au moment o35h.
    Je serais socialiste je ne voterais pas pour elle.
    En fait si j’étais socialiste je quitterais le parti

  4. En 2011, le problème n’était pas d’avoir voté Royal au 1er. Mais Hollande au 2e.

    Il ne faut rien attendre de Aubry, Royal et consorts. Elles sont indéfectiblement rattachées à l’aile droite du PS.

  5. Bonjour Juan,
    Je suis souvent d’accord avec vous, mais cette fois je ne partage pas votre analyse et ne suis pas d’accord avec celles et ceux qui vous approuvent ! Désolé !
    Je suis, comme vous le savez, de sensibilité de Gauche et un presque inconditionnel de Ségolène !
    Je partage le commentaire de auroremathe
    Je viens d’expédier un message auprès du Webmaster de la Mairie de LILLE pour préciser la mise en place d’un article sur mon Site avec un lien sur Facebook l’y dirigeant !
    C’est une « lettre ouverte » destinée à cette « frondeuse » déclarée ou pas mais je n’approuve la position dont je considère qu’elle est « en grande partie » due à son éviction lors des primaires 2012 !
    Dans cette éviction l’EGO des unes, des uns et des autres, devrait s’effacer devant l’intérêt collectif !
    Voici le lien de mon Site où vous trouverez l’article en questrion :
    http://www.desirdavenircotedopale.info/
    Avec mon bon souvenir en raison des échanges antérieurs.

  6. Un autre angle d’attaque sur Martine Aubry : »mauvaise perdante de 2011″ !!!

    Quelle bêtise !

    Elle a gagné : « quand il y a du flou il y a un loup »
    en effet, elle avait raison, ça n’était pas un loup c’était la bête de gévaudan.

  7. Alors quand est-ce qu’ils nous la pondent leur primaire rigolote où on pourra choisir entre la carpe et le lapin ? En attendant on fait quoi ?

  8. C’est la désolante saga d’un fromage d’abord appelé Hollande et fabriqué avec la crème des grandes Ecoles puis rebaptisé Président avant de se liquéfier peu à peu, en dépit de sa graisse personnelle, jusqu’à s’identifier au yaourt à 0%.
    Le refus de prendre ses distances avec la crèmerie sous prétexte qu’un bail, récusé aujourd’hui par presque tous les signataires, lui assure encore deux ans de pas-de porte, semble avoir fait définitivement tourner le bon lait de la tendresse électorale.
    L’amour pour ma patrie étant plus fort que l’amour-propre, j’en arrive à regretter d’avoir, dès le début de l’année de disgrâce 2012 et en basculant déjà dans l’opposition, tout prévu des malheurs qui allaient fondre sur nous.
    A savoir l’incompétence gouvernementale d’un cacique de province propulsé directement de la direction du département le plus endetté du pays à la tête de la cinquième puissance mondiale. Une incapacité à rallumer les fours de la croissance, beaucoup plus angoissante que celle d’un réparateur de chaudière connaissant mal son métier.
    L’entêtement idéologique, le défaut de pragmatisme et le manque de charisme ont abouti à ce que, élu voilà trente six mois avec 52% des voix, Hollande ne disposerait même pas aujourd’hui d’une majorité au conseil municipal de Tulle.
    Certains remarqueront qu’on ne doit pas plus apprendre l’arithmétique que l’orthographe à l’ENA. D’autres dresseront la liste des bons sentiments tombés en quenouille, des promesses non tenues parce qu’intenables et des formules pompeuses vidées de leur sens par les réalités. Emplois d’avenir devenus jobs sans lendemain. Soi-disant pactes impliquant l’accord de tous mais rejetés la semaine suivant leur annonce. Suppression des impôts, mais pour ceux qui n’auraient jamais dû en payer.
    Le pouvoir devient une impasse lorsque le peuple descend dans la rue. La mosaïque formée par les déçus, mécontents, protestataires, qui recouvre toutes les régions, toutes les générations, toutes les professions.
    Les policiers se suicident.
    Les paysans sont désespérés.
    Les médecins ferment leurs cabinets.
    Les avocats retirent leur robe.
    Les huissiers sont tous saisis.
    Pour la première fois, les enseignants, les parents et les enfants éprouvent le même ras-le bol.
    Les mensonges d’Etat s’érigent en système de communication. Le remplacement des 16  » Moi Président « , qui ont fait, paraît-il, la victoire contre le seul  » sans-dents  » qui consomme la défaite.
    Les braves gens ne comprennent pas qu’on puisse terminer un quinquennat alors qu’ils n’ont pas de quoi finir le mois.
    Un endettement galopant dont on n’ose même plus préciser le montant.
    Un va-t-en-guerre menaçant de ses canons un tyran syrien mais ne réussissant qu’à faire fuir vers Bruxelles ou vers Londres les riches de son propre pays.
    Sans oublier le summum de l’irresponsabilité : la fausse nouvelle de la libération – jamais intervenue, à la suite de tractations jamais amorcées – des 250 jeunes filles nigérianes mariées de force à leurs ravisseurs.
    Et que dire l’image véhiculée par des médias moins friands de séductions que de ridicules ? Un personnage mal fagoté, affublé par son tailleur, déguisé par son chemisier, abandonné par ses amis, décrié par ses femmes, mal entouré, mal conseillé, mal dans une peau tavelée par les coups reçus de toutes parts.
    Une vie privée vaudevillesque jalonnée par l’octroi d’un ministère plutôt que d’un pacs à la mère de ses quatre enfants, poursuivie par la répudiation publique en dix-huit mots d’une femme aimée pendant sept ans et achevée par l’édition d’un livre de secrets d’alcôve griffonnés au saut du lit.
    Pour l’heure, les appartements, désormais moins privés, de l’Elysée verraient débarquer chaque soir et repartir chaque matin, une comédienne dont il faudrait vérifier que les horaires tardifs et la régularité des prestations n’enfreignent pas la législation du travail de nuit.
    Non seulement, je n’envie pas sa place mais je le plains de s’y accrocher, car je n’ose imaginer cette marionnette pathétique ne tenant plus qu’à un fil, errant dans le triste palais-bureau déserté par les courtisans, lorsqu’une secrétaire embarrassée prétend que par suite d’une grève de la distribution affectant seulement le 55 rue du Faubourg Saint-Honoré, les odieux quotidiens et les méchants magazines ne sont pas arrivés.
     » Le pauvre homme « , comme disait Orgon dans Tartuffe. Un père de la Nation en l’honneur duquel les enfants n’agitent plus de petits drapeaux qu’à Bamako et qui ne peut plus parcourir l’Hexagone sans se faire huer.
    A Hollande qui lui faisait remarquer, en le décorant pour six mois de cohabitation, qu’on pouvait réussir sa vie sans devenir président de la République, Valls aurait eu beau jeu de rétorquer qu’on peut tout rater en le devenant.
    Plus besoin de posséder la science des conjectures pour prévoir la catastrophe.
    Elle est déjà là.

    > > >
    > > >
    Philippe BOUVARD

  9. Et sur quoi vous basez-vous pour affirmer tranquillement la « sincérité » de cette politicienne ? (Le mot m’a fait rire de bon matin, ce qui est à porter à votre crédit.) Vous la connaissez bien ? Vous la fréquentez régulièrement ? Vous êtes son gendre caché ?

    Ou bien c’est simplement dû au fait qu’elle débite ce que vous aviez envie d’entendre ?

  10. Tout est dans le titre…..  » et après  » ? …..oui qu’est ce qu’ils proposent face à un medef qui a pris le pouvoir et qui se fout pas mal des salariés, des chômeurs, des petites entreprises et des artisans….le medef dont l’arrogance a pris le dessus sur son incompétence
    Le PS ne peut pas survivre et ce qui est le plus ahurissant c’est que ça ne profite pas à la droite….
    Mieux vaut tard que jamais mais pourquoi maintenant? Et pour quel projet, quelles propositions, quelle politique….
    Ça fait trop longtemps qu’on ne nous promet que des efforts, des sacrifices pour soit disant sauver les générations futures….mais si c’est pour survivre sur un tas de ruines !
    Pendant ce temps l’Europe montre sans complexe son vrai visage de désunions…la Belgique se mobilise plus pour coincer les migrants que pour coincer les terroristes….écœurant !

      1. Decameron: Ayudo !

        petit hymme aux amateurs scatophages si nombreux en france:

        vous avez choisi l’agité et eut son caca nerveux, vous avez enchainné avec le normal et eut ses crottes de lapin agile, vous semblez séduits maintenant par le constipé qui promis vous offrira un étron rigide.
        dans ce cloaque où sombrent vos errances la Fille à papa Delors produit une bousse et certains parlent de miracle.

        Il suffit pourtant de tirer la chasse d’eau en Mai 2017.

  11. Aubry voit les municipales à venir et sait que son siège de maire est devenu éjectable . Alors un p’tit coup de griffe peut – peut-être – la remettre en selle .
    Maintenant, c’est, comme beaucoup de nos politicards, un cheval de retour . Perso, je n’ai toujours pas digéré qu’elle n’est pas rétablit lorsqu’elle était au « travail », l’autorisation administrative de licencier que Ballamou avait supprimé
    Aucune illusion à avoir !

    1. « Je suis en CDI, bien évidemment, hummmm ! Voila ! » Il est assis sur une drôle de branche le gars… Qu’est-il devenue depuis 2011 ? Il parle des marchés comme le faisait sans doute doute le trader KERVIEL en 2007…

  12. Faudrait pas oublier, non plus , que cette même Aubry n’avait rien trouvé de mieux que d’annualiser le temps de travail, pour la plus grande joie du patronat .
    Donc, je réitère : aucune illusion à avoir .

  13. « Sincérité de Martine Aubry » me fait bien rigoler aussI.

    Sur le plan National elle est planquée depuis 2012
    et voilà qu’elle se réveille avec sa Vertu Socialiste,

    La prendre au sérieux serait vraiment l’officialisation
    que encore bien plus que pour Hollande le Mensonge
    au PS est une Vertu et c’est incroyable de voir
    à quel point elle est pistonnée dans certains médias
    (tans pis citons le Monde car dans ce quotidien
    cela en devient indécent)..

    Je cherche vainement la moindre once de courage
    politique qu’elle aurait pu avoir pour défendre le PS
    (exterminé) dans sa Région, sans doute est-elle
    trop occupée à préfabriquer, avec ses conseillés tordus
    et peu respectables, ses petites et gandes saillies
    indignatoires nationales.

  14. Juan, pas lassé de tous ces gens qui disent « Ce n’est pas ça qu’il fallait faire ! », mais se gardent bien de dire ce qu’ils auraient fait, eux , et ce qu’il faut faire ? (oui, oui : « On va se réunir, on va tout mettre sur la table, on va débattre sincèrement »…Ça, on connaît !)

    1. EN 2011 elle a présenté un projet assez fouillé et malgré cela, elle n’a pas trouvé grâce à vos yeux (trop rigide disiez vous). Moi je n’avais pas choisi Hollande.

      Aujourd’hui c’est encore autre chose, alors quand vous écrivez « Juan pas lassé de tous ces gens …. », moi je suis lassée de toute cette clique qui passe son temps à dénigrer toutes celles et ceux qui n’entrent pas dans leur petite bande.

      Et comme l’éventail des candidats et de leur cour n’est fait que de cela, des réseaux, autant en rigoler en « attendant Godot »

      1. oui, Lucno et Hélène (j’prends pas de risque?) ça fait longtemps qu’elle est là, je la connais si peu.. (même si un peu de ma faute) pourtant ministre, député.., 1° secrétaire du parti (hold-up ou pas ? # Ségo) les primaire: finaliste avec FH à la dernière présidentielle, aucun des 4 battus lui lègue ses voix (? /opportunisme ? option politique ? inimitié ?)
        elle refuse les ministères, lui ont-ils été proposés ? ni copain avec FH, évidemment plus+ à gauche (merci)
        ..alors, de toutes ses branches (le PS un arbre; en plein hiver) qql voix de se faire entendre n’est-ce pas, ceux dans le giron mouftent (Valls le cadreur ?) et ‘les frondeurs’, bien silencieux

  15. « Martine Aubry s’est dit prête à débattre avec le premier ministre du projet de loi sur la réforme du code du travail. « J’ai lu le blog de Manuel Valls [sur le projet de loi sur le travail]. Je suis prête au débat avec lui. Il y a beaucoup de contre-vérités et de méconnaissances. »

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/02/25/martine-aubry-pour-gagner-en-2017-il-faut-des-resultats_4871186_823448.html

    quand on a du cran on va jusqu’au bout et il me semble que c’est ce qu’elle fait en étant prête à débattre avec le concepteur de cette loi.

    En tout cas, ça ne fait pas de mal d’entendre quelqu’un remettre les pendules à l’heure dans le silence de l’opposition (vous savez, ceux qui en rêvaient et qui ont laissé les gens de « gauche » le faire) …..

    1. Hélène Dici

      Etre prêt à à débattre quand on a rien foutu
      soi-même depuis 3 ans et demi sinon distiller
      des remontrances (à géométrie variable et vulgaires
      pour la plupart) Où est le courage ?

      Le courage serait pour elle d’expliquer son action
      politique dans sa région qui a abouti à la lamination
      du PS et à l’expansion du FN et de ne pas dire
      éternellement que c’est de la faute des autres.

      1. si on demande des explications pour le Nord pas de Calais, il faudra en demander pour PACA.

        Quant aux carences qu’elle peut avoir, on pourrait s’amuser à les comparer à celles de toutes les personnalités politiques sur le devant de la scène. On pourrait en rire, si ça ne donnait pas envie d’en pleurer.

        J’aimerais des arguments plus solides et moins usés.

        1. J’en suis marri surtout que
          le sujet Martine Aubry, est vraiment original :

          Qu’un(e) Ténor(e) Socialiste n’ait pratiquement rien voulu
          faire sur le plan National et en même temps ait été
          politiquement catastrophique pour son Parti sur le plan
          Régional c’est même quasiment unique,

          Je ne vois pas l’intérêt d’un débat avec une personne
          qui pendant 3 ans et demi n’a paru réellement sensibiliisé
          que quand on touche à ce qu’elle considère comme
          sa petite cassette personnelle elle « les 35 h ».

        2. @Hélène dici
          Paca n’a jamais été la terre des ouvriers, comme peut l’être le Nord-Pas de Calais . Faut pas oublier qu’il y a déjà eut des élus d’extrême-droite en Paca ( Chevalier à Toulon, les Mégret à Vitrolles et Bompard, toujours là, lui, à Orange . Paca, c’est, d’abord, bourgeois .
          Aubry n’a jamais demandé à ce que le ménage soit fait dans la fédération P.S du Nord, alors que Montebourg avait rédigé un rapport au vitriol sur son fonctionnement, ce qui n’a pas peu contribué à l’éclosion du F.N dans la région .

  16. http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/02/25/face-a-aubry-valls-cogne-et-hollande-esquive_4871327_823448.html

    « Mais il (Manuel Vals) ne pouvait qu’y déceler un épisode supplémentaire de la confrontation entre anciens et modernes, entre une gauche « du XIXe siècle », qu’il fustige, et celle « du XXIe siècle », qu’il aspire à incarner.  »

    Oh non non noooon !!!!

    La troisième voie, directement issue du Tatcherisme (1979 presque 40 ans) parsemée d’un peu d’étatisme, et datant de 1990 (26 ans), serait donc ce que le premier Ministre appellerait la modernité ???

    On sait bien que Clinton et Blair sont ses modèles en politique, mais bon sang, on ne peut pas dire que leur « troisième voie » soit celle de la prospérité (à part pour quelques uns bien sûr) et de la réussite économique.

    A force de creuser, on va bientôt traverser le globe de part en part.

  17. Je suis en train d’écouter Juppé, il tout à fait en accord avec Vals sur la loi El Khomri qu’il voterait telle quelle, il estime même qu’elle ne va pas assez loin (35 heures).

    Mais à quoi ça sert de faire deux primaires ?

    Mettez les tous dans le même local et faites choisir ceux qui ont encore le courage de se déplacer. (on se demande d’ailleurs pourquoi, étant donné que tout ce qui est proposé ou décidé permet à une minorité de tondre la laine sur le dos de la majorité votante).

    1. Voilà pourquoi nous allons gagner en 2017 :

      Les technocrates et leurs larbins ont le même cerveau formaté. Comme disait Coluche en parlant des cyclistes : « y a un esprit pour l’équipe, alors ils partagent ». Bref, des branques qui ne savent plus quoi raconter pour masquer leurs bévues.

  18. Même si je ne partage quasiment rien de sa vision sur l’économie en France, pire, je la combats,
    je suis tout à fait d’accord sur la démarche à adopter pour les présidentielles :

    Tout sur la table,
    chacun est libre de se présenter si il a les soutiens nécessaires,
    chacun est libre de dire ce qu’il souhaite sans avoir des hordes de gens qui vous en empêchent
    Ne pas être le copié collé des générations précédentes

    Rien que ça, c’est un grand bol d’air,

  19. Oui d »accord pour des débats mais par pitié
    avec des Politiques à la pensée et l’expression
    fiables et qui ont un minimum de respect
    pour leurs adversaires et il y en a trés peu

    Et désolé de me répéter je ne vois que
    Juppé « à Droite » et Macron et Royal « à Gauche »,

    Mélenchon étant inclassable.
    naviguant de l’Histoire à la Science Fiction
    et pour le respect considérent que « Salaud »
    est un compliment..

    Un débat Aubry Valls ne peut être qu’une
    pantalonnade l »une étant une menteuse et
    une tricheuse née et l’autre depuis quelques
    mois confondant « loyauté » et « être le caniche de »
    et ainsi se mettant en condradiction avec
    lui même de façon consternante.

    Parce que pour les présidentielles
    si c »est pour assister à des parties de poker
    menteur comme avant 2012 et en 2012 autant
    jouer soi-même au Scrabble ou regarder
    des matchs de foot.

  20. Laurent Bouvet :
    « Qui est donc réellement «de gauche»? Ceux qui proclament dans une tribune qu’ils le sont alors même qu’ils ont accompagné quand ce n’est pas encouragé depuis près de 30 ans la transformation du Parti socialiste sous la contrainte européenne? Ou ceux qui expliquent aujourd’hui assumer totalement la politique menée alors qu’ils sont issus de la même matrice idéologique que les premiers? Trop peu et trop tard pourrait-on rétorquer aux uns et aux autres. (…)

    L’autre chose qui est frappante tout de même, c’est que tous ces responsables socialistes qui fréquentent François Hollande de longue date, depuis plus de 20 ans pour certains d’entre eux, et qui l’ont connu, longuement, comme chef de parti, semblent le découvrir. Ils font mine de s’apercevoir seulement maintenant de sa grande capacité d’adaptation aux circonstances et sa, plus grande encore, plasticité idéologique! On a envie de le dire qu’ils sont soit très naïfs soit très cyniques. (…)

    Un projet alternatif supposerait en effet une rupture très nette avec le cadre idéologique d’ensemble actuel, donc avec la contrainte européenne sous sa forme allemande et avec l’euro en particulier. Or il me paraît inenvisageable que Martine Aubry puisse se lancer dans une telle aventure. »
    http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/02/25/31001-20160225ARTFIG00132-martine-aubry-l-europeenne-est-elle-aussi-socialiste-qu-elle-le-clame.php

    1. bof, des articles de ce genre pullulent dans les journaux.
      On prend les uns pour taper sur les autres.

      En tout état de cause, il ne faut jamais oublier que ces médias ne plaident jamais pour la paroisse des Français, mais pour celle de quelques uns bien lotis notamment les grandes entreprises.

      Viendra donc le jour où d’un commun accord ils soutiendront « à gauche » Mister Macron et à « droite » Mister juppé.
      Il restera donc à l’électeur (si il en reste) à choisir entre les deux bras d’un même corps.

      Après de grosses bonnes et lourdes réformes « mo-der-nes » les hommes sandwiches ânonneront à la télé que la France va beaucoup mieux, que le chômage diminue, que le pib explose (comme pour l’Irlande en ce moment alors que la population est dans un état pire qu’avant la crise).

      En ce sens, je pense que Martine Aubry a raison de poser un panneau « stop », reste pour nous à savoir où elle projette de nous amener.

  21. HELENE

    je crains bien qu’il n’y en n’aient plus un seul qui sache où il habite.

    ce qui se passe aujourd’hui en est le signe, ils sont tous à proposer la fuite en avant des aides massives publiques au nom de la compétitivité pour des multinationales surendettées , des « réformes » qui ne sont que du démantèlement, sans pensée, sans stratégie, sans préparation ; tout ça, juste pour suivre un courant idéologique intégriste parti des superstructures de technos sans légitimité, qui proposent encore des outils caducs qui ont fait leur preuve d’échecs patents dans nombre de pays depuis fin des années 80…

    pas un qui ose faire autrement de peur de se planter, quand ça pètera ils se soutiendront tous mutuellement pour garder la main et la majorité des citoyens leur redonneront …

    l’espoir crée par une saillie d’une ancienne de ce parti pourri jusqu’à l’os, comme les autres d’ailleurs est bien la preuve aussi qu’il y a encore des espoirs de la part de ceux qui pense que le PS serait récupérable par un autre loustic tout aussi dépravé que ces collègues qui sévissent dans les mêmes travées…

    c’est niqué, il n’y a pas de début de commencement d’idée chez tous ces guignols de politiques, qui fuient la réalité entre cumuls de postes pour ne rien décider , entre incompétence notoire de types préparés dans les grandes écoles à naviguer sans cap, par mer calme, sans vent et sans barre…

    que des merdeux mal élevés et dans la toute puissance qui méprisent tous leurs citoyens aux aguets, car ces derniers croient encore qu’ils vont les sauver alors qu’ils n’aspirent qu’à appuyer sur la tête de leur avenir….

    1. d’accord sur tout notamment :

      « des « réformes » qui ne sont que du démantèlement, sans pensée, sans stratégie, sans préparation ; tout ça, juste pour suivre un courant idéologique intégriste parti des superstructures de technos sans légitimité, qui proposent encore des outils caducs qui ont fait leur preuve d’échecs patents dans nombre de pays depuis fin des années 80… »

  22. Il faudrait peut-être se décider à ouvrir les yeux : les seuls partis « socialistes » susceptibles d’accéder au pouvoir en Europe de l’ Ouest, et depuis longtemps, sont les partis socio-libéraux ( Grande-Bretagne, Allemagne, pays scandinaves, Pays-Bas, Belgique, Italie, Espagne, Portugal, etc.)

    1. bon, on constate d’accord, mais ce que je veux savoir c’est le pourquoi.

      Parce que si on regarde bien les choses,

      -> concernant Schengen, chaque pays a imposé sa volonté, passant outre (et le mot est gentil) la politique de mme Merkel.
      J’essaierai de retrouver une carte sur le site du monde, montrant les contrôles aux frontières et l’édification des murs. Qui aurait imaginé cela il y a deux ans ?

      -> le coup de semonce de la grande Bretagne, un autre exemple qui démontre que rien n’est écrit et que seuls les dirigeants sans « cojones », mettent tout sur le dos de l’UE, en expliquant qu’ils ne peuvent pas faire autre chose.

      Question, qu’est ce qu’ils y gagnent à titre perseonnel ?
      parce que quelque fois l’idéologie a bon dos.

  23. À propos de cette loi El Khomri : je ne comprends pas très bien quelle est la valeur, en démocratie, dans un pays de 65 millions d’habitants et de 30 millions d’électeurs, d’une pétition signée par 600 000 citoyens, et même par 6 millions de citoyens : à partir de combien de signatures une pétition est-elle censée prendre le pas sur les votes d’un Parlement démocratiquement élu ?

    Il y aura des élections présidentielles et législatives dans 15 mois, et, comme vous l’expliquera Claude Carron, Mélenchon alors élu président de la République avec une majorité absolue Parti de Gauche à l’ Assemblée révoquera cette loi, et puis voilà.

    1. ARIE

      la pétition, vous appuyez sur un bouton, et hop, vous vous dites « je l’ai eu hahahha »..

      franchement Monsieur ARIE vous devriez essayer, ça du bien sur le coup…gaffe au clavier si vous appuyez trop fort..

      1. @ Stanislas

        Beaucoup plus amusant :

        -vous créez un nouveau fichier, que vous appelez « Stanislas »

        -puis, vous cliquez dessus pour le supprimer ;

        -apparaît alors un en-quart :  » Voulez-vous vraiment supprimer Stanislas? », et vous vous offrez le plaisir de cliquer sur « Oui »!

    2. droit de pétition devant le parlement Européen depuis 2000.

      droit de pétition au Royaume Uni : 100 000 signatures ouvrent débat au parlement.

      Évidemment en France on prend le libéralisme économique, mais pour les libertés, on repassera🙂

    3. Pourquoi un MELENCHON élu par le peuple ne pourrait pas faire comme un de Gaulle élu par le peuple ?

      ‘affirmation de la prééminence présidentielle sous de Gaulle

      Élu président de la République en 1958, réélu en 1965, Charles de Gaulle a démissionné de son propre chef en 1969 après l’échec du référendum sur la réforme régionale et du Sénat.
      L’équation personnelle de l’ancien chef de la France libre, le principe voulu par lui et acquis en 1962 de l’élection du président de la République au suffrage universel direct, l’instauration par lui du « domaine réservé » appliqué à la politique extérieure et à la Défense, mais aussi les circonstances de la guerre d’Algérie qui l’ont conduit à utiliser l’article 16 et, par quatre fois, la procédure du référendum ont imposé d’emblée une lecture présidentielle de la Constitution de 1958.
      Pour de Gaulle, la fonction présidentielle devait constituer la clé de voûte des institutions.
      Cette lecture gaullienne de la Constitution de 1958 impliquait le refus de toute idée de dyarchie, c’est-à-dire de partage du pouvoir exécutif entre le président et le Premier ministre.
      Pour de Gaulle le rôle du Premier ministre est d’appliquer la politique définie par le président.
      Sa conception de l’exercice du pouvoir exécutif exclue par conséquent toute idée de cohabitation entre un président et un Premier ministre qui, issu de l’opposition présidentielle, ne saurait être « son Premier ministre ».
      Cette conception explique aussi sa démission volontaire en 1969 alors que rien dans la Constitution ne l’y obligeait.

  24. 131 pages au format 21/29,7…Soit 131 fois 29,7 centimètres Soit …Trente huit mètres et quatre vingt dix centimètres !

    Je suis impressionné, pour ne pas dire fasciné, que tant de politiques, tant d’éditorialistes, tant de commentateurs, tant d’”experts”, tant de militants du “pour” ou du “contre” sur les réseaux sociaux, les blogs, aient une opinion aussi tranchée sur ce pensum d’une complexité redoutable (au demeurant pas encore présenté en conseil des ministres).

    J’ai, pour ma part, je vous l’avoue, beaucoup de mal à simplement comprendre ce que signifient de très nombreux passages du texte de madame El Khomri.

    Vous me direz que c’est probablement le but…

    Je suis aussi bluffé par les résultats du sondage Odoxa-Paris Match-iTélé… Tous ces gens capables de répondre à des questions sur un texte si gros qu’ils n’ont absolument pas lu…

    Jusqu’à quand la bulle inepte du commentaire va-t-elle continuer à enfler ? À quand l’explosion ?

    Jusqu’à quand ce “système” fou (médias, politiques, réseaux sociaux, etc.) va-t-il continuer à “mouliner” ? À quand l’implosion ?

      1. Voilà donc comment on forge l’opinion publique sur une politique, un candidat, un texte de loi etc :

        -> à coup d’experts, de commentateurs, de journalistes de militants (voir la liste de Birenbaum) je rajoute de sondages.

        Il me donne la réponse à ma question plus haut (que je connaissais déjà)

        -> pourquoi les électeurs choisissent des élus libéraux partout en Europe ?

        Quand Sarkozy s’est présenté en 2007, Chevènement a déclaré :

        « Mais il y a aussi un thème très important, celui de la démocratie. M. Sarkozy est soutenu par les grandes familles qui possèdent une bonne partie du CAC 40.
        S’il était élu, ce serait une formidable concentration de pouvoirs – économique, financier, politique, médiatique – qui aurait peu de précédents.  »

        Soyez sûrs qu’aujourd’hui il en va de même pour tout élu ou candidat.

        Voilà pourquoi, nous n’avons aucune chance de voir un candidat démocrate au pouvoir, puisque le pouvoir a échappé au peuple.

    1. Le point sur lequel devrait focaliser Mr Birenbaum, n’est pas sur la complexité d’un tel texte de loi, mais sur une nouvelle conception de lois dite de « réforme » qu’on peut qualifier de « fourre tout » puisque le code du travail comporte nombre de livres, de titres et que tout est passé en revue dans les 131 pages…

      il s’en prend donc aux réactions de citoyens, qui ne connaissent pas forcément le code en entier, mais qui commencent à se rendre compte, que nous assistons quasi systématiquement à une « macronisation » des textes de lois, qui consiste à noyer quelques changements majeurs dans une foule de reprises mineures…..

      on peut même se surprendre à penser que ce texte de loi complexe aurait pu être écrit par les juristes du medef, ce qui mérité d’être vérifié, et donnerait tout de suite le ton du nouveau projet de loi….

      il est drôle de penser d’ailleurs, que la ministre qui porte ce projet macronisé si complexe s’est révélée totalement infoutue de connaitre le nombre de CDD successif autorisé……..d’où justement le danger potentiel de ce qu’elle présente, innocente qu’elle est sur le sujet…..

      je serais d’ailleurs intéressé de savoir quel jugement porte Mr Birenbaum, sur ce dernier point, sachant que Mme la ministre a apporté une réponse très formelle à la pétition, sur ce sujet complexe, dont elle ignore à peu près tout..

      encore un jugement sur l’arrachage de la liquette, et pas sur la violence portée à la protection du salarié déjà fortement contraint par la subordination contractuelle du contrat de travail ….

    1. d’accord ou pas avec certains aspects ça change un peu d’entendre un type de la politique qui emploie des arguments….

    2. oui, je l’avais écouté,
      Ca me fait plaisir de voir le « modernisme » des réformes du gouvernement, comparées avec le droit du travail au début du 20ème siècle.

  25. Tous ces décideurs ont des points communs
    1) Une grande majorité a été formé à l ‘ ENA. Cette  » école » formant les futurs dirigeants coûtant entre 80 et 100.000 euros par étudiant aux contribuables.
    2) Ils sont tous issus de la fonction publique.retrouveront leur poste quand ils seront éjecté ( ou seront placé en emploi bidon)
    3) S’occupent en priorité du secteur privé alors qu’ ils n ‘ ont jamais mis les pieds dans une usine, et votent des lois ne reflétant nullement la vie en entreprise .
    4) Déclarent haut et fort qu’il faut des quotas hommes/ femmes, qu’ il faut employer des gens issus de l ‘ immigration et des minorités mais jamais d ‘ obliger un quotas public/ privé

    1. C’est bien vrai, mais chez la dynastie Lepen : de Jean-Marie à la petite dernière Marion Maréchal (la voilà) en comptant les gendres :combien d’ouvriers ? Ce cénacle breton, c’est un peu comme l’ENA quoi…

Les commentaires sont fermés.