Sarkozy, le retour en échec. #Nice


L’interview de Nicolas Sarkozy hier soir sur TF1 fut un grand moment de télévision.

L’homme est amnésique et/ou de mauvaise foi: « il y a des mesures qui auraient dû etre prises et qui n’ont pas été prises ». il ne répond pas quand on l’interroge sur la réduction des effectifs de forces de l’ordre pendant son quinquennat.

Il ment: il ose affirmer que le problème terroriste est né après sa défaite de 2012. Il oublie l’émergence de Daech, les assassinats de Mohamed Merah, le 11 septembre et tout le toutim.

Il est dépassé. Il réclame une énième réorganisation des services de renseignement, lui qui a foutu le bordel en affaiblissant les RG avec la création de la DCRI en 2009.

Ses propositions sont inutiles: « entendez ma vraie réponse ». Laquelle ? Il a donc des « fausses réponses » parfois. Centre de déradicalisation ? Déchéance de nationalité ? Interdiction des sites djihadistes ? Aucune de ces 3 mesures n’aurait changé quoique ce soit pour l’attentat de Nice d’après les premiers éléments de l’enquête.

Il est enfin hypocrite: « Il ne s’agit pas de défendre ni de soutenir un camp plutôt qu’un autre.  » C’est tout le contraire.

 

 

13 réflexions sur “ Sarkozy, le retour en échec. #Nice ”

  1. c’est la description clinique d’un mec complètement barré….

    je suis à peu près certain qu’il ne se souvient plus avoir été président. dans son esprit, il tournait un film entre 2007 et 2012…

    il est un peu joueur….

  2. Mais qui donc, avec le démissionnaire Cameron, a foutu le souk en Libye ? Qui, par cette manoeuvre inepte , a contribué à la dispersion de l’arsenal libyen dans la région et au-delà ?Qui, de ce fait, a accentué cette vague de réfugiés qui sature la Grèce et l’Italie?
    Avec Sarko, on n’est jamais déçu en matière d’énormités .

  3. mais faut reconnaitre que le fait de continuer à donner la parole à ce mariolle est aussi le signe malheureux du niveau moyen du corps politique..

    ou plutôt, devrais je dire, le corps politique restant est amplement accaparé par le milieu des groupes privés, qui en a besoin pour continuer à faire des pépètes tranquillement

    le social au début du XXIème aujourd’hui c’est de soutenir nos riches neurasthéniques et si fragiles..

  4. Amnésique et/ ou de mauvaise foi…mais non Juan, c ‘est un homme politique. Son problème est d’ avoir été président de la république. Là, les mensonges des 5 années sont présent. Ses problèmes de magouilles et d’ abus divers sont encore dans les mémoires, il lui faut donc mentir et encore mentir dans l ‘espoir ( vain je l ‘espère) que des gogos se feront encore prendre . Mais avec l ‘ électorat français, comment être certain de ne pas le revoir.
    Ce qui est valable pour lui l ‘ est pour l actuel. L’ histoire gardera le souvenir d’ un incapable, d ‘ un mauvais acteur aidé par des apprentis.

  5. Prorogation de l’état d’urgence, commission des lois.

    Je partage entièrement les arguments de Guillaume L’arrivé et de Pierre Lelouche, il est complètement incompréhensible que pour la détention du matériel informatique saisi, on verrouille la durée de détention à 3 mois alors que rien ne nous empêche de les garder 12 mois, temps qui pourrait être utile pour en exploiter les données, alors même que nous manquons de personnel.

    On est en guerre et on agit avec des considérations de temps de paix !

    1. Il faut absolument que les mesures qui font consensus entre la droite et la gauche (selon le dernier rapport de la commission parlementaire) soient adoptées ce soir et non pas reportées au calendes sénatoriales.
      Patrick Menucci a raison.

    1. Peut-être parce qu’au sein de l’UE, la France se croit obligée – pour complaire aux Américains – de montrer ses petits muscles aux fondamentalistes .

      1. Oui, et on commence à le dire … Péniblement mais quand même.
        Jusqu’à présent la ligne officielle était : parce que la France est une démocratie … ben ouais, mais les autres pays européens aussi.

        L’article du Figaro que j’ai mis plus haut est très clair.

Les commentaires sont fermés.