L’immigration lasse

On expulse encore massivement. L’immigration ne mobilise plus. Elle est encore instrumentalisée ici ou là. Mais elle ne mobilise plus ou rarement à gauche. Surtout dans les rangs parlementaires socialistes.

En 2013, la France a éloigné plus de 50.000 personnes, un record absolu depuis 10 ans. Cinq associations ont livré leur rapport mercredi. Le Monde se fend d’une pleine page, les autres journaux relaient quelques chiffres. La couverture médiatique est grande mais c’est comme si le sujet n’intéressait pas.

En juillet dernier, la loi du sinistre Eric Besson a été adoptée en conseil des ministres.

Je caricature ?

A peine. J’en avais parlé à l’époque, dans le creux de l’été.

Comprenons-nous bien: la question est moins de savoir si l’on expulse que pourquoi et comment des immigrés sont arrêtés puis expulsés.

La France a des règles en matière d’immigration. Et donc on expulse celles et ceux qui ne les respectent pas. Ces règles peuvent être trop dures, trop souples. Libre à chacun de juger. A titre personnel, je suis hostile aux régularisations dites massives, mais je pense qu’on doit et peut accueillir bien plus souplement qu’aujourd’hui les immigrés qui souhaitent venir travailler et vivre chez nous.

Se fixer des objectifs chiffrés d’éloignement est une aberration et une injustice, car cela revient à dire: « qu’importe les règles d’accueil, il faut qu’on faire du chiffre.« 

On peut penser que ces règles d’accueil sont désormais plus claires que sous la droite des précédents gouvernements. L’arbitraire a cédé la place à des règles plus claires et officielles.

Mais les conditions d’arrestations, de détention et d’éloignement restent détestables, aussi détestables et critiquables que sous Nicolas Sarkozy. Le bilan que livrent 5 associations cette semaine est terrifiant.

Je vous livre quelques points, parmi d’autres:

1. « L’année 2013 marque aussi une augmentation du nombre d’enfants en rétention, essentiellement à Mayotte où 3 512 mineurs ont été enfermés contre 2 575 en 2012.« 

2. «  Plus de 60% des personnes sont éloignées de force depuis la métropole dans un pays membre de l’Union européenne. « 

3. En métropole, 54% des personnes éloignées le sont sans contrôle d’un juge.

4. Près de 95% des expulsions l’ont été sans délai.

5. Il y a encore des familles et, pire, des mineurs détenus dans les CRA: en métropole, « 19 familles, dont 27 adultes et 41 enfants, y ont encore été enfermées durant l’année 2013 (contre 85 adultes et 99 enfants en 2012). Enfin, 226 enfants ont été enfermés illégalement dans des locaux de rétention administrative. »

6. A Mayotte, 3 607 enfants ont été détenus  contre 2 674 l’année précédente…

 

Où est le droit ?

 

 

 

Macron et sa retraite sans chapeau

Impossible de détester le garçon. Il est trop jeune, trop frais, trop souriant. Et pourquoi personnaliser la politique ? On la personnalise quand ses protagonistes la personnalisent.

Sarkozy l’a personnalisait. Il a tellement théatralisé, volontairement, sa vie, son oeuvre, son parcours, son destin, qu’il était nécessaire et salubre de le prendre sur ce terrain-là.

Emmanuel Macron a fait l’objet de critiques sur sa personne, son parcours, qui m’ont glacé. Quand on manque d’arguments contre les actes, on attaque l’homme. C’est triste, mais c’est un travers facile.

Il n’y a aucune espèce de chance qu’Emmanuel Macron conduise une politique de gauche, d’après votre serviteur. Je n’ai rien vu qui me fasse dire le contraire: aucune loi, aucune idée, aucune déclaration.

A un certain moment, on se raccroche à des faits et des actes.

Mercredi 19 novembre de l’an 14, Emmanuel Macron faisait la une des Echos comme ceci:

Je pouvais rire mais dire merci et chiche
J’ai pensé aussi à Sarko qui nous avait promis de réguler le capitalisme « financier« .

Clarifier les aides sociales ?

Il y a deux façons d’interpréter la récente décision de la Cour de Justice européenne sur les prestations sociales.  Pour mémoire, la dite institution a jugé le 11 novembre dernier que le « tourisme social », détestable expression utilisée malheureusement par le Monde, était prohibé.

« Dans un arrêt, publié mardi 11 novembre, la Cour de justice européenne établit un lien direct entre droit de séjour et droit à bénéficier des prestations sociales dans un pays. Elle énonce clairement le fait qu’un ressortissant d’un pays de l’Union ne respectant pas toutes les conditions ouvrant à un droit de séjour dans un autre pays européen peut s’y voir refuser des prestations sociales. » (source)

1. Cette décision devrait agacer ceux des eurosceptiques qui ne voient dans l’Europe qu’une gigantesque zone de non-droit favorisant l’immigration clandestine.
2. Cette décision devrait conforter ceux en France (du FN à l’UMP) qui veulent supprimer l’Aide Médicale d’Etat gratuite aux étrangers même clandestins. Sur le fond, la Cour européenne rappelle l’article 7, paragraphe 1, sous b), de la directive 2004/38, qui « cherche à empêcher que les citoyens de l’Union économiquement inactifs utilisent le système de protection sociale de l’Etat membre d’accueil pour financer leurs moyens d’existence. »

3. cette décision devrait heurter ceux qui, comme votre serviteur, espèrent un jour l’instauration d’un revenu minimal de subsistance, sans contrainte ni critère.

 

Ces grands moments de solitude médiatique

On vous expliquera, ici ou ailleurs, plus tard sans doute, comment les médias captent les conversations sociales pour dériver leurs propres traitements de l’actualité nationale vers les sujets porteurs.

Il y a des outils pour cela.

Pour l’heure, en moins d’une semaine, nous avons eu en tête de gondole de l’actualité nationale…

Le coup de couteau de Nabilla, l’atterrissage de Philea, un faux tigre/vrai lynx en liberté en Seine et Marne, les intempéries dans le Var, la psychose Ebola en Ile-de-France.

La loupe grossissante de l’information continue n’en finit pas de faire des ravages.

Pourtant, parfois, on tombe sur une information brève, peu commenter et réjouissante. Comme celle-ci attrapée dans le journal Les Echos, vendredi 14 novembre 2014:

IMG_1428.JPG

A en croire ce sondage, les Français interrogés aimeraient en savoir plus et mieux sur l’état de nos finances, le sort de l’économie, bref, l’actualité qui compte pour leur emploi et leur pouvoir d’achat.

Sans blague…

 

Mélenchon et l’effet Mistral

Jean-Luc Mélenchon s’est fendu d’une courte missive blogosphérique contre la décision du gouvernement français de ne pas livrer le navire Mistral.

« La France aurait dû livrer aujourd’hui à la Russie un premier navire Mistral sur lequel 400 marins russes se sont formés à Saint-Nazaire depuis plusieurs mois.

François Hollande ridiculise la France en empêchant cette livraison.

Il parle de « conditions non réunies » concernant l’Ukraine, sans que ces conditions n’aient jamais été précisées. Cette diplomatie floue et hypocrite n’est que le paravent de l’alignement odieux de notre pays sur la politique guerrière des États-Unis contre la Russie.

Ce retard de livraison expose le pays à un nouveau gâchis financier et industriel. Ce nouveau coup pourrait être fatal aux chantiers de Saint-Nazaire. Il ruine la réputation de l’armement français pour tous ceux qui se tournent vers lui dans le but de conserver leur indépendance et de se soustraire à la domination des Empires. »

Je peux encore voter Front de Gauche aux prochaines élections et détester ce Melenchon-là, qui exhibe son « real-politisme » à deux balles roubles en soutenant Poutine coûte que coûte au nom de l’amitié franco-russe.

C’est simplement odieux et incompréhensible.

La conclusion du billet de Mélenchon est exemplaire et lunaire: la France « doit plus que jamais renouer avec la Russie les relations d’amitié qui ont fait notre force commune dans l’Histoire.« 

Allo ?

Je serai curieux de lire l’avis de Mélenchon sur The Search, le prochain film de Michel Hazanavicius qui sort le 26 novembre et dont voici la bande annonce.

Mélenchon ferait mieux de conserver un peu de recul à l’encontre de l’autocratisme poutinien. Cela rendrait crédible et agréable ses attaques contre l’atlantisme de nos gouvernants.

 

Auteur de Sarkofrance (2007-2012); coulisses personnelles.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 435 autres abonnés