« La terreur pour les nuls. »


Les terroristes veulent terroriser. Combien sommes-nous à avoir oublié cette évidence ?  Ils commettent des crimes destinés à frapper les esprits, à sidérer leur ennemi, à semer la discorde et la zizanie en son sein, bref, à le déstabiliser.

Jusque là, vous suivez sans doute.

Il a suffit d’un court billet de lassitude après une salve d’attentats gigantesques revendiqués par Daesh pour recevoir un long commentaire d’un visiteur occasionnel de ces colonnes. Et j’ai compris qu’il n’avait rien compris. Rien de rien de rien.


Didier Goux, puisque c’est de lui dont je parle, tient un blog pourtant bien écrit. Mais la belle langue n’entraîne pas forcément la justesse du raisonnement. Une semaine avant l’attentat de Nice, il a considéré dans un (trop) long billet que j’incitais à subir les attentats, à ne pas réagir à l’égard des terroristes et de leurs actes. Que je prônais l’indifférence à l’encontre des actes de terrorisme.

Sans rire ?

Sans rire.

Citation:

Que faire, face au terrorisme ? Comment réagir pour le contrer, le réduire, l’endiguer ? On a parfois la déprimante impression que personne ne le sait. Heureusement, si ! Certains esprits plus lucides et déterminés ont compris quelles armes il fallait opposer aux assassins et, surtout, dans quelles tragiques erreurs nous devions éviter de tomber. Je vous invite donc à vous rallier sans tarder aux conseils de cet infatigable combattant de l’avenir qu’est le soldat Sarkofrance. En voici un extrait :
Le terrorisme à si grande échelle vise une terreur à laquelle il ne faut pas céder. Ne pas céder consiste d’abord à ne pas réclamer à chaque attentat de énièmes nouvelles mesures répressives, ne pas instrumentaliser les drames, ne pas réagir sauf pour exprimer une compassion envers les victimes; ne pas se disputer sur l’interprétation politico-sociale à donner à l’évènement; ne pas s’indigner contre telle ou telle religion.

Reprenons le début du propos original de mon billet: « La terrorisme à si grande échelle vise une terreur à laquelle il ne faut pas céder« . La question posée n’était pas le terrorisme, mais la terreur qu’il est censé susciter au sein de chacun de nous, les réactions individuelle et collective que nous adoptons face à l’information de ces attentats. Comment éviter de céder à cette terreur et les différentes conséquences ou manifestations qu’elle entraine ? Comment éviter de se laisser miner par l’accumulation de drames (cf. cet autre attentat, lundi à la hache dans un train en Allemagne), ou effrayer par le mode opératoire que ces bourreaux utilisent pour sidérer ?

Cela n’a pas grand chose à voir avec la riposte contre les terroristes eux-même (qui est du ressort de nos Etats jusqu’à preuve du contraire).

Le récent attentat de Nice en fournit un bel exemple des ravages de la terreur: il a été suivi d’un traitement médiatique maladroit puis de polémiques indignes entre nos politiques, ; une énième surenchère sécuritaire sans qu’on comprenne son rapport avec l’attentat lui-même.  Sur les réseaux sociaux jusque dans les couloirs de l’Assemblée, sur les ondes et dans quelques rues, certains ont cédé aux sirènes de la division et de la peur. Ils ont préféré attaquer, en vrac, le gouvernement, les politiques, les arabes, les musulmans, la droite, la gauche, leurs voisins, l’Amérique, Poutine, l’état d’urgence ou l’absence d’état d’urgence, etc. Ils ont préféré brailler, crier, siffler. Ils sont tombés dans le panneau de la terreur aussi sûrement qu’un taurillon se précipite sur un chiffon rouge.

Pour certains, je veux croire qu’il ne s’agit que d’un coup de l’émotion. Pour d’autres, notamment quelques sous-ténors politiques, c’était simplement du cynisme politique d’une bassesse assez incroyable.

 

P.S: En fait, Didier G a été heurté par une phrase, qu’il sort volontiers de son contexte, et même de tout le billet:  » Ne pas céder au terrorisme consiste à ne pas réagir au terrorisme autrement que dans la solidarité et l’émotion. »  Heureux les infaillibles du clavier: je vais la lui restituer comme il fallait la comprendre dans le propos général:

« Ne pas céder au terrorisme à la terreur consiste, pour nous simples citoyens, à ne pas réagir au terrorisme autrement que dans la solidarité et l’émotion. »

 

 

 

10 réflexions sur “ « La terreur pour les nuls. » ”

  1. Finalement ca m’a donné l’occasion de relire votre billet et ,les jours passant apres toutes les polémiques, redire à quel point vous avez raison…
    Il est urgent de réfléchir pour être efficace…endiguer ces polémiques politiciennes contre productives et indignes…les solutions ne sont pas faciles à trouver, il faut avoir la modestie de le reconnaître…

  2. @Juan

    Tous ces terroristes ne cherchant qu’à connaître leur heure de gloire après leur mort, il faudrait, comme le suggère une Tribune Libre du Monde, que les médias cessent de publier leur photo (sans intérêt pour ceux qui sont déjà morts, l’immense majorité, et ne sont plus recherchés) et leur nom, (se contentant de leurs initiales)- mais la concurrence médiatique rend un tel accord peu probable.

  3. monsieur JUAN considérez qu’il vous a rendu hommage en écrivant, restez positif, vous n’avez pas fait l’objet d’une citation sur son autre trou de serrure de blog…

    je profite d’écrire que je suis en phase avec la remarque du toubib sur les médias, c’est un point qui me paraît être important.

    un autre point concerne la mise en perspective de plus en plus nette que nos politiques pros sont de vrais gamins, et ce serait risible si l’époque n’était pas aussi grave..

    et enfin, si c’était facile ça se saurait. Je lisais que nice était au top du top point de vue surveillance, et pourtant…

    c’est dire que si tous nos cerveaux ouvraient leurs esprits pour réfléchir ensemble à la problématique et fermaient simultanément leurs gueules, il y aurait peut être quelques solutions intéressantes sur la table…

    mais l’heure est à poser la réflexion sur l’échéance électorale de 2017 alors nos boutiquiers sont sur autre chose…

  4. plus on vieillit plus l’heure est grave (moi aussi; probablement) bref, et gamin sans blog ça me va (à chacun, etc.)
    didier doit être taquin, ..des fois ? ni concerné,

    oui Sylvie /je ne sais plus ce que j’avais écrit, sans doute « émotion et solidarité; yes Juan »,
    j’ajoute, des-dérangés (et autres ‘fous’) qui veulent ‘partir’ en étincelles mais accompagnés (cf. le 1/4 de célébrité alors de passer à la tévé) a qql raison (?) de s’accélérer..
    interdire la tv ? ..pourquoi pas,
    ou alors surveiller tout le-monde ..

    un bouquin, et file au lac
    et me gaffer le « hors-bord fou » !

    1. Dans un premier temps et pour des gens comme moi qui ne sommes pas des spécialites oui Ti Suisse  » solidarité et émotions » sont nos seules armes!
      Tous ces terroristes veulent extraire ce que nous avons de pire en nous….
      Nos politiques à part ceux qui font leur show dans paris match essaient d’agir mais j’ai l’impression que le  » mal absolu » qu’est Daech à un temps d’avance…comment arriver à comprendre tant de perversité et tant de haine..comment l’endiguer …il faudrait que ce soit une priorité européenne mais une fois de plus existe t il seulement un début de cohésion?

      1. des moyens Sylvie, ..plutôt que des armes,
        ceci dit, quel’ arme efficace ??

        les aéroports, les gares (c’est fait /?)
        les cinémas, les bals (les boites) les plages,
        bientôt les marchés.. /comme ‘ailleurs’,
        je ne sais pas,

        vu dans la Tribune de Genève (la plage, le lac) « Hollande veut constituer une « garde nationale »

        on peut aussi (yes!) libéraliser (du verbe: sans limite ni contrainte) le champignon hallucinogène,
        au moins on aura trouvé une-raison,

  5. D. Goux : ‘(…) ne pas se disputer sur l’interprétation politico-sociale à donner à l’évènement (…) »

    Chacun peut réfléchir dans son coin, mais aussi discuter ici ou disputer (au sens philosophique) là, avec d’autres, écouter, lire des blogs, des journaux, etc..
    Après cet événement dramatique, j’ai lu également un article questionnant un philosophe, opposant dans une question  « un mode de vie », présenté occidental, à celui ou ceux d’autres Cultures dans le Monde, (avec une éventuelle schizophrénie évoquée)
    et lu une petite partie de
    « Global Gay: Comment la révolution gay change le monde », par Frederic Martel.

    Cela me semble en rapport avec la chronique. Tous les individus dits « occidentaux » n’ont pas le même mode de vie ou ne choisissent pas de vivre une « gay life », même quand ils l’acceptent facilement pour autrui, d’après mon observation. Autre exemple, tous les « Occidentaux » ne trouvent pas évidents les postulats du constructivisme radical, d’après des lectures. Certains paraissent sceptiques à ce sujet, ou préférer se baser sur d’autres hypothèses.

  6. je crois que l’opinion publique et celle des médias ou autres politiques ne sont pas sur la même longueur d’onde.

    Quand les uns pensent « terreur », les autres pensent « colère » quand ça n’est pas la haine.

    En tout cas, je ne vois aucun signe de terreur dans mon environnement. Il y a des touristes, les magasins sont toujours pleins, en revanche, j’entends sourdre un bruit qui vient du tréfonds..

    Il est là le danger.

    Pour le reste, les autorités ont bien fait d’annuler des manifestations estivales qui ne sont pas assez sécurisées. On est loin du travail qui a été fourni pour les fans zones et dans ce cas, l’amateurisme n’a plus sa place.

    Par ailleurs, j’ai écouté hier les débats de la commission des lois sur l’état d’urgence, ainsi que ceux de l’assemblée nationale.

    Il ne faut pas exagérer tout de même, il n’y a pas les bons d’un côté et les méchants de l’autre.

    Les élus de droite ne font que proposer des mesures dont certaines me semblent pleine de bon sens, et les élus de gauche, premier ministre y compris essaie de défendre le travail qui a effectué pendant 3 ans.
    Des divergences profondes existent, mais ça n’est pas nouveau, l’idéologie des uns se heurtant avec le pragmatisme des autres, mais arrêtez de dire que ceux qui veulent se faire entendre sont des manipulateurs.

    Là où ça va plus, c’est quand la posture électorale ou l’autisme s’en mêlent, mais à part quelques cas surjoués et donc stupides, les arguments sont tous recevables.

  7. La quasi-totalité des « terroristes » ayant agit en France sont des délinquants primaires à l’origine . Deux mesures me semblent applicables assez facilement : 1) on isole les fondamentalistes déjà en taule de ces délinquants . ) Les fondamentalistes assignés à résidence doivent être interdit de visite autre que leur famille . Il est invraisemblable que les Kouachi, par exemple, aient pu rendre visite à un assigné à résidence dans le Massif Central . Je sais bien qu’il ne faut pas injurier l’avenir, ces gars pouvant devenir fréquentables selon la situation, mais tout de même …!

Les commentaires sont fermés.