#radioblogueurs2016


De chanson du dimanche en chanson du dimanche, j’ai fini par me faire une idée du titre qui accompagnerait mon été.

L’ami

fond2_m

 

Mon titre n’est pas gai, mais très beau.

 

 

La compil des blogueuses/blogueurs de cet été est à écouter ici:

écoutez la radio des blogueurs

Et j’attend bien sûr quelques contributions de collègues: lalanguedeboiscenestpaspourmoi;L’arène nue; les pages du petit bonhomme; Icezine; laloute; Bembelly; et Pensez Bibi. L

Les lectrices et lecteurs peuvent contribuer ici en commentaires bien évidemment.

 

 

 

 

 

76 réflexions sur “ #radioblogueurs2016 ”

  1. Hélène dici
    Et oui, ça m’émeut à chaque fois; faut dire qu’à 15 ans je me suis fait traiter d’anarcho-gaulliste.

    1. Moi non, mes meilleurs amis étaient de gauche et me traitaient de vielle France limite ringarde 😀 J’ai jamais lâché !

  2. Tiens, tant qu’à passer du Ferrat, j’aurais plutôt choisi l’un de ses morceaux à la gloire de la liberté régnant dans la Cuba castriste : ça cerne mieux le personnage puant qu’il fut.

      1. Ah, parce que, d’après vous, Ferrat a fait quoi que ce soit pour la paix ? Qu’entendez-vous par là, d’abord ? Et depuis quand un chanteur de variétés peut-il faire « quelque chose pour la paix » ?

        Ferrat était ce type qui, dans les années soixante, habitant une grande et belle maison en vallée de Chevreuse, continuait à recevoir les journalistes dans un trois-pièces d’Ivry (ou de Vitry : j’ai oublié), pour leur prouver qu’il était resté « près du peuple ». Bref : un mec puant, comme j’ai eu l’honneur et l’avantage de le dire plus haut.

  3. Didier
    Es-tu sûr que le plus « puant » ce n’est pas toi ??? Qui es-tu pour te permettre d’insulter les personnes ???
    Tu sais quoi ? va te faire foutre petit merdeux fasciste

    1. Ah, damned ! j’oublie toujours que si on ne bée pas d’admiration devant les geôles communistes (comme votre idole Ferrat), on est automatiquement un fasciste. C’est un truc que les prisonniers politiques cubains ont beaucoup de mal, eux aussi, à se fourrer dans le crâne.

  4. Hélène
    Oui ces textes donnent le frisson et on s’imagine très bien ce que fût cette époque.
    Et il y en a bien d’autres encore mais Juan a bien misé

    1. eh oui ma chère Aurore le temps n’est pas à la légèreté, même la météo est d’accord avec ça.

      Ça ne m’empêche pas de prendre régulièrement des bains de mer dans une eau à 18°, façon de dire que rien ne m’arrête, surtout pas l’adversité 😀

  5. Je l’avoue l’été je me lâche ….je vous épargne les sunlights des tropiques que je mets à fond dans la voiture
    Sinon j’adore cette chanson de Ferrat

        1. Oh mais euhhhhh, tu pourrais pas nous la trouver sans 25  » de pub,
          Bon je vais être patiente.

          1. Cliquer sur la croix qui apparaît en haut à droite de la vidéo pour passer de la pub à la vidéo. Ça servira la prochaine fois.

  6. C’est l’été , non ?
    Summertime , pour échapper au fachos , dont un sévit ici , un DG .

    1. @ l’arsène

      Pour vous, tous ceux qui sont de droite sont fachos…(DG est pour le vote, antiraciste, opposé à la peine de mort) Ça va jusqu’où : le PS ? Frondeurs inclus ?

      1. En plus, je ne suis même pas sûr d’être de droite, alors…

        (Ce qui m’amuse, c’est que le « facho » doit avoir dans ses rayonnages une bonne douzaine de disques d’Ella. Par conséquent, Summertime, pour se débarrasser de moi, l’andouille stalinienne peut repasser !)

      2. Je crois que l’arsene a gardé l’habitude des années 70 où était « facho », toute forme de position affirmée et de refus du laisser faire.
        Le Rpr était facho, Chirac et les chiraquiens étaient fachos, etc. Etc.

        Rappelez vous la campagne pour les présidentielles de 81, les socialistes avaient lancé cette mode de la stigmatisation.

        Je pense qu’il s’agit là plus d’une sensibilité à toute forme d’autorité que de réalisme sur le vrai fachisme.

        1. C’est surtout la perpétuation d’une parade bien commode, mise au point par les staliniens au sortir de la guerre : dès que vous vous autorisiez la plus modeste restriction concernant le communisme, vous étiez automatiquement taxé de sympathies fascistes. C’était évidemment oublier un peu vite que les communistes français, à l’image de leurs maîtres soviétiques, ont prôné la collaboration avec l’Allemagne nazie jusqu’à l’été 1941…

      3. @ Elie Arié
        « Pour vous, tous ceux qui sont de droite sont fachos ».
        Non , simplement tous ceux qui disent que Ferrat est  » un mec puant « .
        Puant pour avoir eu un idéal communiste ! Je ne crois pas que tous les types de droite humanistes le pensent .
        Pensez-vous que De Gaulle aurait pu dire une telle chose , et vous ?

        1. Donc, « humaniste » signifie pour vous : qui chante les louanges d’une dictature et de son petit tirano local. C’est bon à savoir.

          Et, comme de juste, on nous ressort cette vieille loque exténuée de « l’idéal communiste », lequel idéal n’a jamais rien produit d’autre que misère, famine, emprisonnements sans cause et tueries de masse. Heureusement, à part trois ou quatre attardés idéologique, cela n’impressionne plus personne.

          1. @ l’arsène et @ Didier Goux

            D’après wiki, vous vous trompez tous les deux :

            « <Compagnon de route du PCF sans jamais en avoir été membre, il garde ses distances avec l'URSS et, en 1968, dans la chanson Camarade, il dénonce l'invasion de Prague en 1968 par les troupes du Pacte de Varsovie. Avec son ami Georges Coulonges, il y préfère la révolte des humbles, des simples gens. Opposé à l'orientation pro-soviétique prise à l'issue du vingt-troisième congrès du Parti communiste en 1979, il fustige dans la chanson Le Bilan, la déclaration de Georges Marchais, secrétaire général du PCF, qui évoque alors — en 1979 — un bilan globalement positif des régimes socialistes. Il apporte néanmoins son soutien à Georges Marchais lors des élections présidentielles de 1981, expliquant quelques années plus tard, dans la chanson Les Cerisiers (1985), les raisons pour lesquelles il est demeuré fidèle à la mouvance communiste« 

            1. Wiki est tendancieux sur ce coup-là. D’abord parce que la « dénonciation » de Prague dans Camarade est vraiment très discrète ; ensuite parce que le PCF lui-même avait « dénoncé » à l’époque (mais encore plus timidement que Ferrat…), si bien que, avec sa chanson, le chanteur restait encore dans la « ligne ».

                1. Oh, vous savez, il y eut aussi des tas d’Allemands pour soutenir Hitler sans jamais prendre leur carte au parti nazi. C’est ce qu’on appelle soutenir les emprisonnements arbitraires et les tueries, mais sans mettre la main à la pâte. Compagnon de route, quoi. C’est gentil, d’ailleurs, cette expression : compagnon de route. Ça vous a un petit côté champêtre, francs et franches camarades, tout ça…

                1. Waouh ! c’est impressionnant de lucidité prompte, cette « rupture définitive » en 1980 ! C’est à cette lucidité immédiate que l’on reconnaît le vrai intellectuel.

  7. Allons l’arsene et Didier Goux, prenez exemple sur moi, lorsque je me collette avec quelqu’un c’est tout en finesse et diplomatie 😀
    Non ? Hum, bon, tant pire …..

  8. J’aime bien celle-là, moi (archi-connue, je sais) sans y croire du tout – mais c’est son infinie naïveté infantile qui fait tout son charme :

    1. Merci Stan. je ne me rappelais plus du titre et je la cherchais partout. Il y a aussi celle avec des rimes qui finissent « hot » et qui ne sont pas prononcées. Très subtile aussi…

  9. J’aime toutes les chansons proposées….toutes…mais il manque un slow sinon c’est pas l’été 😀

  10. C’est un beau roman, c’est une belle histoire …c’est une romance d’aujourd’hui…il rentrait chez lui la haut vers le brouillard, elle descendait dans le midi, le midiiiiiii
    Je la connais par cœur ! Et puis le look de l’époque c’était pas rien ….

  11. Puisque l’heure est aux souvenirs !
    (Une de ses meilleures interprétations, à mon goût… )

  12. Bon, il y a évidemment la fameuse « Chanson de Margaret (1957 : , de Pierre Mac Orlan, chantée ici par Moreno).
    Finalement, je suis resté très fleur-bleue…

    1. Quand même … Je sais bien que Dario chantait dans les aigus, mais pas à ce point. 😀
      Germaine montéro (je viens de regarder)

  13. Merci; j’aimais beaucoup Jean Sablon, qui a créé un personnage très original : le beau mec, le « French Lover »…mais toujours très malheureux en amour, jamais aucun succès avec les femmes ! (le contraire de moi, quoi…)

    Voir :

    ou

    ou

      1. @ aurore mathé

        Non, pas tellement; Il fut le premier chanteur français à utiliser un microphone,sur scène, ce qui le fit surnommer « le Chanteur sans voix » (ainsi que, par dérision, « le P’tit qu’a l’son court« .

        Et dire que je l’ai vu sur scène en 1953…Mais, p’tain, je suis né quand, moi ? Qu’est-ce que je fous encore sur terre ?

        1. Elie
          J’étais minotte quand je l’ai écouté pour la 1ère fois et dans nos boums ça passait avec sa voix qui susurrait . ça a fait son effet.
          Très bon choix également Charles Trenet

  14. Qui, après Deguelt ? Pour descendre encore, il va falloir au moins Alain Barrière. Ou Henri Tachan. Voire Yves Duteil et Nana Mouskouri.

    1. Ben oui… » Jean Sablon repose au cimetière du Montparnasse, à Paris, avec les siens et aux côtés de son fidèle secrétaire et compagnon Carl Galm. » wiki

  15. Après j’arrête mais celui la je viens de le découvrir…et j’aime bcp ca me parle

  16. Je termine aussi, par mers deux préférées du plus grand de tous :

    et celle-là, dont le dernier couplet me convient tellement aujourd’hui…

  17. Ben mes cadets ! Ben mes p’tits frères ! N’en voilà bien du tintouin pour un morceau de musique !
    Faudrait d’ailleurs que je songe à m’y mettre, nous sommes déjà le trois juillet et je n’ai encore commis aucun billet….tout fout le camp !

  18. merci les aminches des ces qqls re ou découvertes,
    ..cécibon de se lâcher quitte à lécher qqls nostalgie,
    aussi le droit de vieillir !
    ..alors de m’y coller..
    j’hésite entre un solo de bouzouki (G Kouloglou) certes du soleil de circonstance, ou, tjs rien de politique ni de liberté,
    /tiens, je me posais la question: un chanteur (x artiste) doit-il « s’engager » ou pas ? (ça dépend de son producteur)
    alors ‘un’ Brassens, blindé d’allégorie

  19. puisque c’est l’été (et qu’ils jouent au ballon) un documentaire, politique (pour une fois !) « un clown ennemi d’Etat »
    et comme dit le prof Choron « alors Charlie, organe de l’Etat » et si vos parents sont des cons, dites non! à l’hérédité

Les commentaires sont fermés.