Archives pour la catégorie Chroniques féministes

Bonne année Fakir

Merci Ruffin, merci Fakir.

Le documentaire « Merci Patron ! » est sorti en 2016. C’est un film qui fait pleurer. Pleurer de rage, et pleurer de joie.

« Avec ce film, je voulais juste raconter une fable, sans grand discours à l’intérieur. N’empêche que, à l’extérieur, on peut quand même en tenir, des grands discours. Sur, soyons pompeux, « les Leçons de Merci patron ! ».
Avec une interrogation, en filigrane, qui traverse cette comédie : comment re-créer un rapport de forces ? Comment y parvenir en rassemblant, avec les gens ?
Donc, je réponds ici, aux questions que vous me posez, et à celles que je me pose. »

Dans Fakir, Ruffin a raconté les coulisses de son documentaire. Dans ses coulisses, il a cette formule, si juste: « C’est un souci pour la gauche, je pense : elle est truffée d’intellectuels, de diplômés, et du coup, on va tout de suite à la théorie, aux grands concepts, avant d’en passer d’abord par les corps, les sens, les émotions, les passions. Voire, carrément, il ne faudrait pas de ces émotions, contre la raison. Mais la politique, ce sont aussi des sentiments. » Oui. L’indignation passe d’abord par les sentiments, l’identification, la projection dans l’autre. C’est même la base, une base oubliée par certains.

Il ne s’agit pas de pitié, bien au contraire. Simplement de révolte. Dans Merci Patron, le moment le plus fort n’est pas ces séquences où l’envoyé de LVMH est piégé par les caméras. Le moment le plus fort est celui où les deux parents Klur ont expliqué comment leur maison est l’œuvre de leur vie.

C’est là que l’on pleure.

 

Il est désormais de bon ton de critiquer François Ruffin. Attaquez le messager, plutôt que s’attacher au message, c’est chose classique, commune, facile.

J’oubliais.

La prestation la plus remarquable est celle de Marc-Antoine Jamet, un proche de Laurent Fabius, élu socialiste et secrétaire général de LVMH.

Marc-Antoine Jamet vient d’être réélu, juste avant le changement d’année, président de la fédération socialiste de l’Eure.

Que la vie est bien faite.

Merci Patron.

 

 

 

Burkinisée

Je le répète: l’interdiction du burkini me semble aussi débile que la provocation d’en porter en pleine plage; j’ai été mal à l’aise, comme d’autres, qu’on tombe dans le piège tendu par les islamistes; j’ai été tout aussi mal à l’aise que certains défendent que cette tenue ne soit rien d’autre qu’une tenue comme les autres.

Puis j’ai trouvé cette conclusion de Gérard Biard dans son billet intitulé « Burkiniphobie » publié dans Charlie Hebdo du 24 août dernier simple et formidable.

« Un signe, qu’il soit religieux ou pas, c’est aussi un signifiant. Il ne suffit de dire ce qu’il est, il faut aussi entendre ce qu’il dit. Une kippa dit de celui qui la porte qu’il est juif, rien de plus. Une croix qu’on est catholique, rien de plus. Un voile, à plus forte raison s’il est très couvrant ou carrément intégral, dit bien autre chose. Du rôle social, pas des plus gratifiants, attribué à celle qui le porte, de la société, pas des plus égalitaires, qui va avec, du projet avec, du projet politique, pas des plus démocratiques, , dont il se fait l’étendard toujours plus combatif. Et laisser entendre, par paresse, lâcheté, posture ou calcul politique que tous les musulmans sont par essence rangés derrière cet étendard est dégueulasse et criminel. »

Il vaut mieux en rire.

 

Burkini, mieux vaut en rire. Ou en pleurer.

Deux maires interdisent le port du Burkini. L’un des deux évoque un risque de trouble à l’ordre public. Le tribunal administratif conforte ces décisions juste avant un weekend de trois jours pour cause de fête catholique (sic!).

A Cannes, l’arrêté municipal stipulait notamment:

« Dans le contexte d’état d’urgence et des récents attentats islamistes survenus notamment à Nice il y a un mois, le port d’une tenue vestimentaire distinctive, autre que celle d’une tenue habituelle de bain, peut en effet être interprétée comme n’étant pas, dans ce contexte, qu’un simple signe de religiosité. »

Allo ?

L’un des directeurs municipaux de Cannes a ajouté que cet arrêté visait à interdire «  les tenues ostentatoires qui font référence à une allégeance à des mouvements terroristes qui nous font la guerre ».

Allo ? Vous croyez qu’ils vont à la plage chez Daech ?

Benoitement, j’imaginais une laïcité confiante qui laissait chacun se baigner comme il l’entend. Hier, à côté de ma fille (en bikini) et moi (en maillot), trois femmes d’âge divers, sans doute indiennes ou pakistanaises, se baignaient totalement habillée sans que cela gêne qui que ce soit. Je reprend à mon compte cette conclusion de l’ami Nicolas: « Alors qu’il y ait quelques femmes, sur une plage, qui pratiquent l’habillement intégral, je m’en fous. C’est si le phénomène se multipliait qu’il conviendrait d’être inquiet. »

Assimiler n’importe quel signe de croyance religieuse à « à une allégeance à des mouvements terroristes qui nous font la guerre » est aussi l’un des moyens les plus sûrs de convaincre les esprits fragiles que la France fait la guerre à l’islam sous toutes se formes et qu’il faudrait donc rejoindre ou soutenir les illuminés de Daech.

Les 5 ravages de l’affaire Baupin.

C’était le scoop du jour, France inter et Mediapart réunis, grâce à l’incroyable et nécessaire travail des journalistes Lénaïg Bredoux et Cyril Graziani.

Des femmes dénoncent les pressions et agressions sexuelles du député

9 mai 2016 | Par Lénaïg Bredoux

Mediapart et France Inter ont recueilli des témoignages sur des faits pouvant être qualifiés d’agression et de harcèlement sexuels attribués au député de Paris Denis Baupin. Quatre élues ont décidé de briser l’omerta et parlent à visage découvert. Vice-président de l’Assemblée nationale, Denis Baupin a récemment quitté la formation écologiste EELV. (lire la suite)

« Plus d’une centaine » de textos en six mois. « Dans mon cas à moi, c’est uniquement des harcèlements par texto, qui ont commencé à l’automne 2011, au moment des désignations internes pour les élections législatives », raconte l’élue EELV au Mans. « Je reçois un jour un coup de fil de Denis Baupin, que j’avais déjà croisé mais que je ne connaissais pas plus que ça. Il me demande de le soutenir, j’accepte. Et le premier SMS est arrivé quelques heures plus tard. Il y en a eu plus d’une centaine sur une période de 4 à 6 mois. Je les ai gardés très longtemps. C’était des messages extrêmement explicites », témoigne-t-elle sur Europe 1. » (lire la suite)

Prenons le sujet dans l’ordre, pour refouler le dégout pour la fin.

#1- Denis Baupin est élu d’un parti politiquement exemplaire sur l’égalité hommes/femmes (parité des candidatures, des élu(e)s, des ministres quand il y en a, etc). Pour le simple (et ancien) supporteur d’EELV que je suis, la nouvelle provoque au-delà du dégout. Comme une envie de sanction définitive et irréfléchie, l’oubli des simples et évidentes réflexes de présomption d’innocence. Baupin dément, on attend la suite, la confrontation avec 8 femmes, élues et du même parti.

#2- L’affaire est publique mais aussi « intra-EELV« : il sera difficile de clamer que c’est un complot politique. Le porte-parole d’EELV a eu aussi la bonne explication: « Je suis secrétaire national d’EELV donc il y a un double sentiment : honte que ce soit arrivé chez nous et fierté de voir que c’est chez nous que la parole s’est libérée. L’élément déclencheur a été la tribune des femmes journalistes dans Libération ». Oui, chez EELV, le linge se lave en public.

#3- Denis Baupin emporte dans ce bordel sa compagne Emmanuelle Cosse, ministre récemment débauchée d’EELV dans les circonstances que l’on sait par la Hollandie en fin de mandat. Pour le gouvernement, cette affaire est une bombe à fragmentation, un truc qui vous détruit de l’intérieur.

#4- A la fin, je pense à ma fille, ma femme, ma mère, mes grands-mères. Quand on est un homme, on garde ses couilles, sa libido, et tout le reste dans sa tête. On laisse les femmes, nos femmes, vos femmes, nos égales à l’état de respect que tout être humain(e) mérite.  Je pense à l’omerta qu’il faut briser, simplement et fermement. Le dégout est incroyable.

« Des Baupin, il y en a un certain nombre en politique et au Parlement. » Authueil.

#5- Baupin conteste « l’idée de harcèlement ». La formule est choisie. Il a démissionné de sa vice-présidence de l’Assemblée. Son avocat explique: « Monsieur Denis Baupin conteste fondamentalement l’idée de harcèlement sexuel et plus encore d’agression sexuelle, lesquels lui sont totalement étrangers« . Il conteste « l’idée », la formule est curieuse.

We Are #WomenNotObjects

C’est tout simple, c’est très efficace. En regardant cette video, j’ai pensé à quelques amis qui bossaient dans la pub. J’ai pensé aux baffes que j’aurai du leur mettre.

Chaque jour, chaque semaine, chaque mois, la « porn-pub » ou l’objectification de la femme nous piquent les yeux. Comme à cette fin de vidéo, je pense à ma mère, ma femme, ma fille.

Je reste stupéfait.

Vous avez dit, « femmes » ? #journéeinternationale

8 mars, on pense à celles qui souffrent.

En Afghanistan, des hommes ont protesté en burqa contre le port de la Burqa.

 

On s’interroge aussi, avec humour, toujours.